Le cipM, une institution de diffusion de la poésie menacée

Enseigne du cip<em>M</em>

Enseigne du cipM

Le cipM mis à mal

Marseille a été choisie pour mettre à l’honneur la culture en 2013 et pourtant, Emmanuel Ponsart, directeur et fondateur du Centre international de poésie (cipM), a dénoncé des restrictions financières dans une lettre ouverte adressée à Daniel Hermann, adjoint au maire de la ville et chargé de l’action culturelle des musées, des bibliothèques et du Museum. On y apprend ainsi qu’en 2009 ce sont 10 000 € qui ont été supprimés du budget alloué chaque année au cipM pour le financement de sa structure et de ses actions en faveur de la diffusion de la poésie contemporaine. À ceci s’ajoutent deux baisses successives de 30 000 € en 2011 puis en 2012. Cette année encore, 30 000 € de plus ont été supprimés du budget du centre. Selon les prévisions d’Emmanuel Ponsart, ces coupes budgétaires annoncent la « mort programmée » du cipM pour l’année 2019, si la politique de désengagement de la ville de Marseille auprès de cet organisme continue.

Pourtant, c’est bien la ville de Marseille qui fut à l’origine de la fondation du cipM en 1990, volonté d’un élu, Julien Blaine, poète et adjoint au maire chargé de la culture. Le centre est institué sous le régime des associations Loi de 1901 et se dote d’un statut de « Maison de la Poésie » pouvant recevoir des financements de différentes collectivités et d’instances étatiques telles que le Centre national du livre (CNL), qui le soutient de manière régulière. L’objet principal du cipM étant la préservation et la diffusion de la poésie contemporaine, son bilan est plus que positif puisqu’en vingt-deux années d’existence, le centre a su développer ses activités pour devenir une référence internationale dans son domaine.

Les manifestations du cipM

Le cipM a mis en place divers moyens de diffusion de la poésie : lectures publiques, ateliers, résidences d’auteurs, édition de revues, ressources en ligne.

Ainsi, chaque semaine une lecture publique est organisée mettant en scène un auteur et ses propres écrits poétiques, ou bien des critiques d’œuvres, des présentations d’ouvrages autour d’une actualité littéraire, d’un thème choisi. Par ce biais, l’artiste va au devant de son public et fait vivre oralement ses textes.

Le cipM est également un lieu où les artistes peuvent exposer leur travail poétique puisqu’il organise chaque année des expositions très diverses mais ayant toujours trait à la poésie : du travail plastique d’un poète, à la photographie ou au poème sonore ou visuel, toute production poétique peut prétendre à être exposée au centre. Il s’agit ainsi d’encourager et de faire connaître la poésie contemporaine sous toutes ses formes et sur tout support.

Le cipM diversifie également ses actions de diffusion en allant au-devant de différents publics par la mise en place d’ateliers d’écriture animés par des auteurs. Ces ateliers s’adressent soit à un public scolaire, dont il faut alors éveiller l’intérêt, soit, par le biais d’associations et de médiathèques, à un public adulte demandeur de ce type d’activités.

L’importance du cipM pour le monde du livre

Plus qu’un lieu dédié à l’expression de la poésie, le cipM est un véritable espace de promotion et de diffusion de celle-ci : d’une part, il soutient financièrement les auteurs et les encourage dans leur production ; d’autre part, il se consacre à l’édition d’ouvrages et d’une revue devenue une référence dans le monde du livre, tout en développant le fonds de sa bibliothèque, ressource unique en Europe.

En effet, dès sa création le cipM s’est engagé à soutenir les auteurs, notamment en mettant en place des résidences d’auteur. Chaque artiste sélectionné reçoit une bourse de 1 400 € et un logement pour une durée de trois mois, pendant lesquels il est libre de s’adonner à son travail de création. Depuis quelques années, le concept a varié puisque, dans une optique d’échange international, le cipM accueille des auteurs étrangers et envoie des auteurs français en résidence à Tanger, ville avec laquelle il est en partenariat. Au terme de ces résidences, les auteurs confient leur œuvre au centre, qui l’édite dans deux collections dédiées : « Le refuge » pour les productions réalisées à Marseille, et « Refuge en Méditerranée » pour celles venues de l’étranger.

De plus, dans un souci d’internationalité, le cipM a également mis en place des ateliers de traduction. Le premier,  l’atelier « Import/Export », propose à trois poètes français et trois poètes étrangers de se rencontrer et de se traduire mutuellement. Le travail final donne lieu par la suite à une lecture publique et à une publication dans la collection éponyme. Le second atelier, « Un Bureau sur l’Atlantique », est en réalité un partenariat avec l’association du même nom qui œuvre à promouvoir la poésie américaine en France. Cet atelier vise alors à traduire des écrivains américains invités. S’ensuivent là encore des lectures publiques et une publication dans la collection correspondante.

Bien que le cipM n’édite que les travaux réalisés dans le cadre de sa structure, si des textes venus de l’extérieur retiennent l’attention des membres du centre, ils peuvent alors donner lieu à une soirée de lectures publiques, programmée dans le cadre de la manifestation annuelle « Les Inédits ». Ainsi, l’institution s’emploie à ne laisser, a priori, aucun poète remarquable hors de son champ d’influence.

Par ailleurs, l’un des points forts du cipM, qui participe à sa renommée, n’est autre que sa bibliothèque, qui regroupe 40 000 références et constitue ainsi le fonds poétique le plus complet d’Europe. Toute la production du cipM y est réunie, tout comme l’ensemble des publications de poésie, tous horizons confondus, qui sort chaque année en France. Mais la bibliothèque ne se limite pas à la poésie contemporaine française puisqu’elle contient également des publications étrangères, traduites ou en langue originale, ainsi qu’un fonds conséquent de poésie américaine, donation de Jacques Roubaud en 1995. C’est donc une réelle entreprise de préservation du patrimoine poétique qui a été mise en place et une vraie chance pour tout chercheur, étudiant ou autre usager travaillant sur la poésie de pouvoir, grâce au centre, consulter en un lieu unique toute œuvre poétique. Ceci d’autant plus que la majorité des bibliothèques semblent se désintéresser de la poésie et n’en constituent, bien souvent, qu’un très faible fonds. Raison en est sûrement pour partie le manque de sollicitation du public pour ce genre, mais également l’absence de connaissances spécifiques des bibliothécaires. Pour tenter de remédier à cela, le cipM a créé la collection « Cent titres » à destination des bibliothécaires, dans le but de leur faire découvrir la poésie contemporaine et d’étoffer quelque peu les fonds des bibliothèques. La collection sert également à développer la possibilité de conseil des bibliothécaires auprès des lecteurs en les orientant vers ce fonds qui peut paraître élitiste et austère.

D’autre part, le cipM a su se doter d’un site Internet efficace. Ce dernier, continuellement mis à jour, nous renseigne sur l’actualité et les programmations du centre et donne accès au catalogue en ligne de la bibliothèque ainsi qu’à l’ensemble des publications du cipM. Mentionnons également l’utilisation d’un autre média permettant de toucher un public plus large, du moins dans l’intention sinon dans les faits : il s’agit de l’émission quotidienne « Passionnément », diffusée sur Radio Grenouille présentant des chroniques ou des interviews d’auteurs accueillis en résidence.

Enfin, chaque année, le cipM édite une revue semestrielle sur l’ensemble de l’activité éditoriale en poésie, intitulée le Cahier critique de poésie (CCP). Sur 250 à 300 pages et outre un dossier consacré à un poète français contemporain, cette revue a pour objet de répertorier toutes les nouvelles parutions, rééditions ou traductions d’œuvres et de les accompagner d’un article critique écrit par divers collaborateurs du cipM : poètes, éditeurs, journalistes, enfin tout un public de connaisseurs qui composent leurs avis librement et sans censure. Son exhaustivité est l’une de ses principales qualités puisqu’elle traite autant de poésie classique que contemporaine, française ou traduite. Elle nous informe également sur les revues de poésie et les sites Internet. Cette publication constitue un outil très appréciable, voire indispensable lorsque l’on veut étudier l’évolution de la poésie contemporaine : aucune autre revue ne propose un travail aussi précis et complet en la matière – son équivalent pour le livre en général est le Bulletin critique du livre.

Une institution fondamentale à défendre

Si d’autres maisons de poésie existent tant au niveau national qu’européen, aucune n’a l’ampleur, les moyens et la notoriété de celle de Marseille, qui apparaît comme une structure unique, primordiale pour la diffusion de la poésie contemporaine, tout autant qu’aux chercheurs, universitaires ou amoureux de la poésie qui ne peuvent trouver ailleurs et rassemblés en un même lieu une diversité de publications et de propositions autour de la poésie. D’autant plus qu’après vingt-deux ans d’existence et malgré les multiples embûches dues à une politique de désengagement de la ville de Marseille, le cipreste toujours aussi dynamique, s’investissant actuellement dans divers projets acceptés et financés pour Marseille Provence 2013.

Souhaitons qu’à l’orée de cette grande entreprise culturelle, la ville de Marseille se rende compte de la chance que 2013 offre à tous de bénéficier de cette formidable institution.

Pour aller plus loin :

Sites à regarder :

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *