Stéréotypes de genre et littérature pour adolescents : quelle évolution au cours des deux dernières décennies ?

Il n’est pas rare de voir des articles, mémoires et autres études sur les stéréotypes de genre dans les albums pour enfants ou dans les manuels : « Si de nombreuses études ont déjà analysé avec finesse l’expression des stéréotypes sexistes dans les manuels scolaires, l’étude de ces représentations dans les nouveaux corpus, et plus particulièrement dans la littérature pour la jeunesse, reste encore largement à faire. »[1]

Alors qu’en est-t-il de la littérature à destination des adolescents ? 

Nous vivons à une époque où les stéréotypes de genre sont au centre de nombreux débats, notamment avec le mouvement féministe qui s’est grandement amplifié au cours de ces dernières années. Ce fait social a une influence sur les arts, sur la littérature, sur la place de la femme et sa représentation dans la littérature, ainsi que sur celles des hommes. 

Les stéréotypes de genre sont véhiculés par plusieurs médias. Les livres jouent un rôle majeur à ce niveau-là, étant donné qu’ils sont très utilisés à l’égard des jeunes enfants par les parents à la maison, mais aussi dans le cadre de l’école par les professeurs. Une étude a été réalisée sur 537 albums illustrés afin de mettre en lumière les stéréotypes de genre et la prédominance de personnages masculins au sein des livres pour enfants. Une citation extraite de cette étude nous informe que « La présence masculine s’affirme à l’intérieur des albums. Alors que la plupart présentent au moins un personnage de sexe masculin, moins des trois quarts mettent en scène un ou plusieurs personnages de sexe féminin. Ce déséquilibre est encore accru chez les enfants : les petites filles apparaissent dans moins de la moitié des albums. »[2]. En plus de cette inégalité, nous retrouvons aussi les stéréotypes sur les professions des personnages selon leur genre : « Le travail apparaît comme une activité essentiellement masculine : 32 % des albums montrent un homme au travail et 15 % une femme. À cet écart s’ajoute une inégalité criante : les femmes, humaines ou animales habillées, restent cantonnées dans les métiers de l’enseignement, des soins aux enfants et du commerce. … En revanche, les professions des hommes sont plus diversifiées et valorisantes socialement. »[3]

Nous pouvons rajouter à cette observation, le travail de Pascaline Gaborit, doctoresse en sciences politiques. Dans son ouvrage intitulé Les Stéréotypes de genre, elle reprend une étude menée par John Williams et Deborah Best sur « les adjectifs souvent cités dans la littérature concernant les stéréotypes positifs et négatifs liés aux deux sexes »[4]. Pour les hommes nous retrouvons pour le positif : confiant, courageux, fort, rationnel, aventureux. En négatif : agressif, arrogant, autoritaire. Pour les femmes les adjectifs positifs sont : patiente, douce, sentimentale, imaginative. Les adjectifs négatifs sont : inconstante, vulnérable, docile, émotionnelle. Ces adjectifs dressent une sorte de portrait-robot de la femme et de l’homme. Ce sont des idées reçues dont nous pouvons confirmer l’influence sur le fonctionnement de la société mais que nous retrouvons effectivement dans les contes pour enfants et les romans de jeunesse également. 

Ainsi, les enfants sont déjà confrontés à des idées reçues. Ils intègrent cela comme une norme et cela pose problème au niveau de leurs représentations. Loin de s’arrêter aux albums illustrés, cette présence des stéréotypes de genre continue aussi dans les livres pour adolescents. 

Les héros des ados

En nous penchant sur quelques héros phares de la littérature pour adolescents récente, nous pouvons citer Harry Potter (J.K Rowling, 1997-2007), Eragon (2002), Percy Jackson (2005-2009), Thomas dans Le Labyrinthe ((2013-2017) de James Daschner, Septimus Heap dans Magyk (2005-2013) écrit par Angie Sade… Si plusieurs romans pour adolescents publiés dans les deux dernières décennies mettent en avant des personnages féminins en tant que personnage principal, il est rare qu’il s’agisse d’héroïnes indépendantes dont l’histoire d’amour n’est pas au premier plan. Nous pouvons citer la série Twilight de Stephanie Meyer publiée entre 2005 et 2008dans le même style nous avons Le Journal d’un Vampire (2009-2014), de L. J Smith ou encore la saga The Mortal Instruments (2007-2014) de Cassandra Clare. Dans chacune de ces séries littéraires, l’héroïne se retrouve au milieu d’un triangle amoureux, influencée par l’amour et ses sentiments. Aux premiers abords, nous pourrions penser qu’il s’agit d’une évolution, peut-être d’un désir de mettre un personnage féminin au premier plan, mais il apparaît bien vite à la lecture que la représentation du féminin est aussi très stéréotypée. Nous pouvons également citer les séries Hunger Games (2009-2015) de Suzanne Collins ou encore La Sélection (2012-2014) de Kiera Cass. Les exemples de best-sellers où les héroïnes sont impliquées dans une histoire d’amour, coincées entre deux jeunes hommes, se multiplient.

Cette présence de plus en plus de personnages féminins en tant que personnage principal peut s’expliquer par le fait que les jeunes filles lisent généralement plus que les jeunes garçons selon plusieurs études menées sur ce sujet. Les éditeurs, attentifs à leurs cibles et à leur lectorat, doivent prendre en compte ce genre de tendance. Les jeunes lectrices souhaitent suivre l’aventure de personnages auxquels elles peuvent s’identifier. Il en va de même pour les jeunes garçons. Il est en effet rare d’observer un adolescent en train de lire un roman dont le personnage principal est féminin. La seule saga qui a su effacer ces tendances de lecture très genrées est Harry Potter : « Si Titeuf et Harry Potter arrivaient en tête des livres lus récemment chez les filles comme chez les garçons, la suite du palmarès révélait très vite une scission des goûts »[5].

Des éditeurs qui suivent les tendances

Le but des éditeurs étant de vendre un maximum d’ouvrages, ils doivent être à l’écoute du lectorat et répondre au mieux à leurs attentes. Ces dernières années, nous avons pu observer un changement dans les catalogues de la plupart des éditeurs. Beaucoup d’entre eux essayent de suivre le mouvement féministe qui lutte contre les clichés et les stéréotypes de genre qu’ils soient féminins ou masculins. A ce propos, nous pouvons lire sur le site d’Hachette Livre : « Et si, dès le plus jeune âge, on apprenait à mieux se respecter les uns les autres ? Lutter contre les clichés sur les normes de genre, cela commence dès la petite enfance. Promouvoir l’égalité et déconstruire les stéréotypes de genre à travers la lecture : un premier pas vers la fin des discriminations ? »[6]. Ces nouvelles valeurs vont à l’encontre des études que nous avons abordées au début de cet article, montrant ainsi un désir d’évolution et d’adaptation aux nouvelles mœurs de la part des éditeurs à destination de la jeunesse. Les jeunes lectrices étaient contentes de lire des histoires avec un personnage principal féminin, mais certaines représentations trop stéréotypées ne les satisfont plus. Elles sont désormais à la recherche d’héroïnes indépendantes, courageuses et battantes. Elles ne veulent plus des héroïnes qui ne soient motivées que par l’amour. Il s’agit également de stéréotypes physiques. Les héroïnes sont souvent très belles, élancées et adulées par les personnages masculins. Il peut être facile d’envier cette position mais difficile de complètement s’y identifier. 

Deux exemples de romans pour adolescents permettent de déconstruire des stéréotypes de genre pour aller vers des récits plus neutres, représentant des modèles de héros et héroïnes plus proches de leur lectorat. 

La Quête d’Ewilan et La Passe-Miroir : deux sagas qui renversent les stéréotypes de genre 

Ewilan et Ophélie sont les personnages principaux de deux romans pour adolescents. Ewilan est issue du roman La Quête d’Ewilan écrit par Pierre Bottero chez Rageot, paru en 2003. Et Ophélie vient de la saga La Passe-Miroir de Christelle Dabos, parue entre 2013 et 2019 chez Gallimard Jeunesse. Pierre Bottero et Christelle Dabos ont créé des personnages principaux féminins qui s’éloignent de la tradition et des stéréotypes de genre. Il s’agit de deux personnages féminins qui ont un réel rôle d’héroïne et des caractéristiques qu’il n’est pas courant d’observer chez ce genre de personnage. 

Premièrement, leur physique n’est pas mis en avant de manière à les rendre désirable. Le personnage d’Ewilan n’a rien d’extraordinaire : c’est une jeune fille âgée de douze ans. Ophélie, quant à elle, est déjà une jeune adulte. Toutefois, elle ne ressemble pas aux autres jeunes filles qui l’entourent, notamment sa sœur ainée. Ophélie ne soigne pas en effet son apparence et ne possède pas la grâce, qualité normalement attribuée au sexe féminin : « Sa natte ratée qui recrachait des ailes sombres sur ses joues, son écharpe à la traine, sa vielle robe de brocart, ses bottines dépareillées et cette incurable gaucherie qui lui collait à la peau »[7]. De plus, si nous reprenons les éléments abordés plus haut, l’histoire d’amour ne prend pas toute la place dans l’aventure de l’héroïne. Cela serait mentir de dire qu’il n’y a pas de romance dans ces ouvrages ; cependant, il s’agit d’une intrigue secondaire. Dans les premiers tomes des deux séries littéraires, aucune des deux héroïnes n’est encore engagées dans une relation avec un personnage masculin. Le meilleur ami d’Ewilan, Salim, est certes, bien amoureux de cette dernière, mais Ewilan ne semble même pas s’en rendre compte. Ophélie, bien qu’au milieu d’un mariage forcé avec un sombre inconnu ne songe pas à un seul moment à se livrer à cet homme. Ainsi, les deux héroïnes sont montrées sous un angle nouveau où l’apparence physique et l’amour ne sont pas au centre de leurs préoccupations. 

Les personnages masculins

Il est aussi intéressant de se pencher sur les personnages masculins mentionnés ci-dessus. Car si dans beaucoup de romans pour adolescents ce sont les héros masculins qui sont mis à l’honneur, ici ce n’est pas le cas. Salim est un personnage secondaire, qui se contente de suivre Ewilan dans sa quête et de la soutenir, probablement motivé par les sentiments qu’il éprouve à son égard. Physiquement, bien que peu décrit, il s’éloigne aussi des représentations habituelles d’un adolescent : « Il portait une magnifique coiffure, de petites tresses, chacune d’elles décorées d’une perle, qui encadraient un visage rond à la peau noire, fendu d’un immense sourire. »[8]. Sa coiffure peut s’expliquer par ses origines camerounaises. Il est important de noter qu’il est rare de voir un personnage de couleur dans les romans pour adolescents français. Cette différence est mise en avant par l’auteur car Salim est très vite victime de moqueries par d’autres personnages masculins du même âge à cause des perles qu’il porte dans les cheveux.

Ensuite, dans La Passe-Miroir, le fiancé d’Ophélie, Thorn, correspond au cliché de l’homme sombre et mystérieux. En revanche, ses caractéristiques physiques, tout comme celles de Salim, ne sont pas fidèles aux stéréotypes de la virilité. Nous avons une première description physique du personnage de Thorn à travers les yeux d’Ophélie qui découvre son fiancé : « Ses bras croisés sur sa poitrine, étaient aussi effilés que des épées. En revanche, tout étroit qu’il était, cet homme avait une stature de géant.  »[9] Pour son visage, aucun trait ne laisse imaginer un beau jeune homme ressemblant aux princes de contes : « La prunelle pâle, le nez tranchant, le crin clair, une balafre en travers de la tempe, ce profil tout entier était imprégné de mépris. »[10] 

Cette rapide étude des personnages principaux révèlent que les auteurs ont voulu renverser les stéréotypes de genre et inverser les rôles initialement établis entre personnage masculin et personnage féminin. 

Nous pouvons cependant noter que Pierre Bottero et Christelle Dabos ont traité différemment le fait d’avoir un personnage principal féminin. Bottero a fait en sorte que la condition féminine d’Ewilan ne soit pas du tout un problème dans sa quête. Aucun autre personnage ne fait référence à son genre. Qu’elle soit un garçon ou une fille importe peu dans la réalisation de son devoir d’héroïne. Il semblerait alors que la démarche de l’auteur soit de mettre les deux genres sur un pieds d’égalité. Christelle Dabos a créé pour sa part un univers qui s’assimile à l’ère médiévale, époque à laquelle être une femme ou un homme a un impact radical sur la manière de vivre. Ophélie, en tant que jeune femme, rencontre beaucoup d’obstacles et d’hommes qui tentent de l’évincer. Christelle Dabos fait le choix de mettre en avant plusieurs stéréotypes de genre et de confronter son héroïne à des persécutions et préjugés en rapport avec sa féminité, afin de mettre en valeur la combativité et le courage d’Ophélie qui ne laisse rien de tout cela l’abattre. Il s’agit donc de deux démarches différentes qui ont pourtant plus ou moins le même objectif : créer des personnages qui vont à l’encontre des stéréotypes de genre et surtout créer de nouveaux modèles plus réalistes, aussi bien féminins que masculins.

Une tendance qui va vers une déconstruction des stéréotypes de genre

Cette minorité des héroïnes de littérature jeunesse contribue à faire d’elles des personnages marginaux, peu représentés, qui témoignent de l’évolution des modèles dans la littérature de jeunesse. Cependant, cette évolution est de plus en plus rapide depuis les années 2000, période où les personnages féminins gagnent en indépendance par rapport aux personnages masculins. Pour autant, il reste très rare de rencontrer des héroïnes complètements émancipées des stéréotypes des genre, raison pour laquelle Ewilan et Ophélie restent encore des personnages hors du commun. 

Néanmoins, il semblerait que les éditeurs essayent d’aller dans ce sens-là. De nouvelles maisons d’édition ont vu le jour depuis les années 2000 et se battent pour des publications plus conscientes et plus réfléchies au niveau des stéréotypes et des messages transmis aux plus jeunes. Nous pouvons citer les Éditions Talents Hauts dont le slogan est : « Des livres qui bousculent les idées reçues ». Ophélie et Ewilan sont sûrement les premières d’une longue série d’héroïnes qui feront rêver les jeunes filles tout en étant plus proches d’elles. 


[1] LAROQUE Lydie, MANUELIAN Marie, MAGNAN-RAHIMI Nathalie, “La littérature pour la jeunesse et le genre : un corpus face à ses contradictions”, La Française d’aujourd’hui, 2016, n°193.

[2] BRUGUEILLE Carole, CROMER Isabelle, COMER Sylvie, Les Représentations du genre dans les albums illustrés ou Comment la littérature enfantine contribue à élaborer le genre, Cairn.info, initialement paru dans Population (février 2002) vol.57. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-population-2002-2-page-261.htm?try_download=1)

[3] Ibid.

[4] GABORIT Pascaline, Les Stéréotypes de genre – Identités, rôles sociaux et politiques publiques, Paris, L’Harmattan, 2009. 

[5] DETREZ Chrisitine,”Adolescents et lecture : une question de genre ?”, Lecture Jeunesse, article paru initialement dans La Revue Lecture Jeune n°120, décembre 2006. Disponible sur : http://www.lecturejeunesse.org/articles/adolescents-et-lecture-une-question-de-genre/

[6] https://www.hachette.fr/tops-selections/top-10-des-livres-pour-une-education-non-genree-et-non-stereotypee

[7] DABOS Christelle, La Passe-miroirs : Les fiancés de l’hiver, Paris, Gallimard jeunesse, 2013, p. 39.

[8] BOTTERO Pierre, La Quête d’Ewilan : D’un monde à l’autre, Paris, Rageot, 2003, p.16. 

[9] DABOS Christelle, La Passe-miroirs : Les fiancés de l’hiver, Paris, Gallimard jeunesse, 2013, p. 65.

[10] Ibid. p. 66

Bibliographie :

  • BOTTERO Pierre, La Quête d’Ewilan : D’un monde à l’autre, Paris, Rageot, 2003, 274 p. (Collection Poche) 
  • DABOS Christelle, La Passe-miroirs : Les fiancés de l’hiver, Gallimard jeunesse, 2013, 528 p. (Collection Pôle Fiction) 
  • GABORIT Pascaline, Les stéréotypes de genre, identités, rôles sociaux et politiques publiques,  Paris, L’Harmattan, 2009
  • LAROQUE Lydie, MANUELIAN Marie, MAGNAN-RAHIMI Nathalie, “La littérature pour la jeunesse et le genre : un corpus face à ses contradictions”, Le Française d’aujourd’hui, 2016, n°193.

Sitographie :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search