Les Lettres du Père Noël de J.R.R. Tolkien : les métamorphoses éditoriales d’un corpus épistolaire fictionnel

Carte de voeux et lettre de 1920. Première lettre du Père Noël, envoyée à John Tolkien.

Des très nombreux ouvrages publiés sous le nom de J.R.R. Tolkien (1892-1973), tous, à l’exception des deux récits qui fondent sa notoriété, Le Hobbit (1937) et Le Seigneur des anneaux (1954-55), sont publiés de manière posthume. Les Lettres du Père Noël ne font pas exception, mais se distinguent par la place particulière qu’elles occupent dans l’histoire intime de la famille Tolkien. Cette publication regroupe les lettres que J.R.R. Tolkien écrivit chaque Noël à ses enfants, John, Michael, Christopher et Priscilla, de 1920 à 1943. Prétendument envoyées par le Père Noël lui-même, ces lettres, accompagnées de nombreuses illustrations, font le récit des aventures qu’il rencontre dans son travail quotidien.

Carte de voeux, lettre de 1932

L’ensemble des lettres aurait été retrouvé dans le bureau de Tolkien lors d’un premier tri post-mortem. A l’image des autres ouvrages publiés après la mort de Tolkien, c’est un membre de sa famille qui « édite » les textes ; néanmoins, il ne s’agit pas, comme habituellement, de son fils Christopher, mais de la compagne de ce dernier, Baillie Tolkien. Les textes sont publiés dès 1976, soit trois ans seulement après le décès de Tolkien. On pourrait s’interroger sur les raisons qui ont poussé à publier aussi rapidement un corpus si particulier ; Tolkien s’étant fait connaître auprès du grand public par un texte jeunesse, il est possible d’y voir un hommage. Nul doute que le petit nombre de textes et leur relative brièveté – comparativement au reste de la production de l’auteur –, a dû être déterminant. Enfin, bien que l’on soit face à des textes rédigés dans le contexte intime et non destinés à la publication, Tolkien lui-même les avait proposés à son éditeur en 1937 (Tolkien 2005, 55) (Unwin 1995).

L’histoire éditoriale des Lettres est particulièrement complexe – près d’une trentaine de publications en langue anglaise en 50 ans ! Elles constituent un défi pour les éditeur·ices puisqu’il s’agit de transformer une correspondance privée, écrite sans vocation éditoriale, avec de nombreux éléments hors narration – cartes de vœux, enveloppes – en un récit cohérent destiné à un large public. Comment cette métamorphose s’effectue-t-elle ? A-t-elle été la même dans toutes les versions publiées ? Que dévoilent-elles des stratégies éditoriales à l’œuvre ?

Carte de voeux, lettre de 1925

I. Les choix de matérialité et de péritexte : ce qu’ils révèlent des cibles et stratégies éditoriales

En premier lieu, examinons tour à tour et chronologiquement, quatre versions différentes des Lettres : les trois éditions françaises existantes et l’édition anglaises la plus récente. Les décisions prises en ce qui concerne l’aspect de l’objet livre ainsi que le péritexte auctorial et éditorial, tels que définis par Gérard Genette dans Seuils, sont éclairantes à plus d’un titre.

1977, Les lettres du Père Noël, Christian Bourgois Editeur, 47 pages, 22,5 x 28,2 cm

En France, la première traduction suit de près la publication anglaise : dès 1977, Christian Bourgois, éditeur historique de Tolkien, propose Les Lettres du Père Noël au lectorat français. L’ouvrage appartient à ce que Vincent Ferré définit comme la première des trois vagues de publication des œuvres de Tolkien, qu’il situe entre 1969 et 1982 (V. Ferré 2014, 172). La décision est plutôt surprenante, puisque les Lettres constituent un ouvrage très mineur dans l’œuvre de Tolkien. De plus, le titre dépare dans la production de Christian Bourgois, car reprenant les codes de la jeunesse, un genre que ne publie habituellement pas l’éditeur.

L’ouvrage se présente comme un album de format vertical, dont la couverture cartonnée est presque recouverte par l’illustration. Celle-ci est extraite de la lettre de 1926 et représente un feu d’artifice boréal, une explosion de couleurs sur un paysage enneigé. Elle attire l’œil par sa grande vivacité – cette illustration est souvent montrée en exemple par les commentateurs de Tolkien lorsqu’ils veulent démontrer ses talents d’aquarelliste. Cependant, elle est moins explicite que l’illustration qui sera sélectionnée dans les éditions suivantes : le Père Noël est présent, mais difficilement identifiable puisqu’il tourne le dos aux lecteur·ices et paraît tout petit au milieu de l’image. Concernant les couleurs, c’est du vert foncé qui constitue le fond de la couverture, moins évocateur de la période festive de Noël que le rouge des éditions 2004 et 2020. Le rouge est tout de même présent avec le nom de l’auteur, dans une typographie épaisse qui surplombe le titre et démontre que Christian Bourgois s’appuie sur la notoriété de Tolkien pour vendre ce livre, inhabituel dans son catalogue. De même que la couverture laisse la part belle à l’illustration, la quatrième de couverture est entièrement recouverte par une image tirée d’une lettre de 1928.  Elle ne comporte aucun texte mais suggère les événements cocasses auxquels peut être confronté le Père Noël – ici, une pile de cadeaux ayant chuté dans les escaliers.

Pour ce qui est de l’intérieur du livre, il est constitué d’un papier couché de qualité permettant une excellente résolution d’images. La composition des pages est relativement sobre, une grande place est laissée aux illustrations. Chaque lettre retranscrite occupe une double-page. Elles se présentent d’un seul bloc, surmontées seulement de l’année, en gros caractères. Nous reviendrons plus en détail sur ces dispositions en seconde partie.

Il est assez frappant de noter l’absence presque totale de péritexte éditorial, à l’exception de l’introduction ; celle-ci est de Baillie Tolkien, bien qu’elle ne l’ait pas signée. Son rôle est d’introduire les lecteur·ices aux spécificités et à l’histoire du texte. Le ton adopté, très neutre, surprend lorsque l’on sait que ces lettres s’adressaient à son mari, ses beaux-frères et sa belle-sœur, et qu’elles mettent à nue une partie de leur enfance, de leurs relations avec leur père. Il diffère grandement des préfaces que rédige son mari, Christopher Tolkien, qui tombe souvent dans l’émotion, parle sans détour de « [s]on père » et propose une réflexion critique sur les textes de ce dernier. Ici, Baillie Tolkien s’efface totalement derrière son texte, peut-être par pudeur. Cette introduction est systématiquement reprise dans toutes les éditions ultérieures, sans ajouts de la part des éditeur·ices.

Lettre de 1928. Elle est accompagnée de deux fac-similés : sous le texte, l’entête tronqué de la lettre manuscrite, et sur la deuxième page, la carte de voeux de 1928.

2004, Lettres du Père Noël, Christian Bourgois Editeur, 115 pages, 19 x 25 cm

Tandis que les Anglosaxons publient, entre 1976 et 2004, pas moins d’une dizaine de versions différentes des Lettres, il faut attendre 2004 pour que Christian Bourgois en propose une nouvelle traduction. D’un point de vue du contenu – nombre de lettres, fac-similés, etc –, elle s’appuie sur la version britannique de 1999[1], mais reprend la jaquette rouge de celle de 2004[2]. Cette traduction s’inscrit dans le processus de réédition de l’œuvre de Tolkien entamé depuis les années 2000 et lié à la nouvelle popularité de l’auteur avec l’adaptation cinématographique de 2001-2003.

Avec son format presque carré, son fond rouge et sa petite vignette centrale, l’aspect extérieur de cette version rappelle les typologies d’albums jeunesse nées dans les années 1990 – ceux d’Olivier Douzou chez Rouergue, par exemple. Quant à l’illustration choisie, il s’agit du portrait du Père Noël marchant dans la neige, dessiné par Tolkien pour la lettre de 1920. Plus minimaliste que l’image de 1977, elle fait également plus clairement écho au titre du livre, tandis que la couleur rouge de la couverture évoque le manteau du Père Noël. De manière assez surprenante, c’est la seule publication française qui ne choisit pas de mettre en avant le nom de Tolkien : le titre du livre apparaît en premier, puis, de la même taille, J. R. R. Tolkien. Le prix, assez élevé (20 €), se justifie par l’aspect très luxueux de l’ouvrage : jaquette, fond rouge texturé qui évoque un livre ancien, doré venant encadrer la vignette, habiller le texte et les frises d’inspiration celtiques sur les bords. Publié en novembre, soit juste avant les fêtes, avec comme thématique le Père Noël, il est évident que l’éditeur·ice vend son ouvrage comme le cadeau de Noël idéal. Il se trouve ainsi à mi-chemin entre l’album et le beau-livre.

Une nouvelle fois, la quatrième de couverture ne comporte aucun texte et accueille quelques fac-similés d’enveloppes, second indice à l’épistolarité des textes présentés, après le titre en lui-même. Les rabats des jaquettes, en revanche, abritent du péritexte éditorial ; c’est l’édition française qui en comporte le plus. Le rabat avant propose une présentation de l’ouvrage en partant de la personnalité académique de Tolkien ; sa dernière phrase[3] nous révèle que le livre s’adresse aux enfants, qui peuvent ainsi initier leurs parents à un Tolkien méconnu, mais également aux adultes « amoureux » de Tolkien qui peuvent faire de même avec leurs propres enfants. Le rabat arrière est réservé à une courte présentation de l’auteur. Néanmoins, entre ces deux textes et l’introduction de Baillie Tolkien, le discours tourne légèrement en rond, avec peu d’apports nouveaux ou pertinents.

L’intérieur de l’ouvrage présente, comme pour la version de 1977, un papier couché et une résolution d’images optimale. Mais au contraire de ce dernier, les pages sont encombrées de détails extraits des manuscrits de Tolkien, agrandis, dupliqués et apposés en transparence dans les marges ou derrière le texte lui-même. Il s’agit sans doute d’une volonté de l’éditeur·ice d’ajouter du ludique au texte, d’insister sur la cible jeunesse du titre, au risque de vampiriser le texte original et ses, déjà nombreuses, illustrations.

Lettre de 1928. Dans cette version, elle s’étale sur six pages et présente à nouveau deux fac-similés : la première page de la lettre manuscrite et la carte de voeux correspondante.

2010-2013, Lettres du Père Noël, Pocket, 160 pages, 14 x 19 cm

Les versions poches françaises éditées par Pocket interrogent, dans le sens où elles mélangent plusieurs éditions antérieures : les textes et la plupart des fac-similés proviennent de la version 2004 de Bourgois – traduction de la version 1999 anglaise. Elles incluent également des fac-similés inédits, issus de la publication anglaise de 2004. Quant à leur enveloppe extérieure et leur format, ils sont très clairement inspirés des éditions anglaises de 2009[4] et 2012[5].

L’intention éditoriale est radicalement différente des versions françaises précédentes, lié au fait que l’on change de maison d’éditions, de format, de prix (8,40 €), donc de public. On retrouve en couverture la même illustration que celle de 2004, mais étendue à toute la page. Sous la figure du Père Noël, s’étale, en une police démesurée par rapport au titre de l’ouvrage, le nom de l’auteur, dans un rouge qui fait écho au manteau du Père Noël. Pour la première fois, la quatrième est chargée d’un texte, apposé sur l’illustration qui accompagne le portrait de la lettre de 1920 : la maison du Père Noël dans un paysage enneigé, dont la forme peut évoquer une yourte ou une maison de hobbit. Il s’agit du texte qui figurait sur le rabat avant de l’édition 2004.

En ouvrant le livre, on découvre un intérieur bien plus sobre que celui de 2004 ; les images en surimpression ont été évacués au profit d’autres détails des lettres, non grossis, répliqués de manière unique, et surtout plus narratifs, presque cartoonesques – le Père Noël tombant de son traîneau, un ours se battant contre des gobelins, etc. Ceux-ci ne viennent plus décorer les marges mais sont plutôt placés en fin ou début de lettre. Ils jouent davantage le rôle de ponctuation du texte que d’occupation de l’espace, comme c’était le cas dans l’édition 2004. On peut cependant déplorer la qualité très médiocre des impressions : les lettres fac-similées sont presque impossibles à lire, tandis que la lisibilité des dessins est loin d’être optimale. Toujours est-il que l’on est sur un livre qui s’adresse à un public d’adultes et non plus à des enfants. Cela se traduit en librairie où on le trouve au rayon littérature de l’imaginaire avec les autres œuvres de Tolkien – alors que la version 2004 de Bourgois est présentée sur les tables jeunesse des médiathèques d’Aix-Marseille lorsqu’approchent les fêtes de fin d’année.

Lettre de 1928. De même que dans la version 2004, elle s’étale sur six pages et présente les deux mêmes fac-similés.

2020, Letters from Father Christmas, centenary edition, HarperCollins, 208 pages, 22,6 x 28,6 cm

Intégrer la dernière version anglaise à ce corpus nous a semblé pertinent car elle permet de pressentir de ce que sera la prochaine traduction française[6]. Cette édition grand public est adaptée d’un tirage limité de 4000 exemplaires publié en 2019. Elle célèbre le centenaire de la première lettre du Père Noël (1920) en proposant, à ce jour, la version la plus complète.

Le livre proposé est davantage à classer dans la catégorie des beaux-livres que dans celle des albums jeunesse. Il s’agit de patrimonialiser les Lettres, avec une matérialité luxueuse mais plus sobre que celle de 2004 : la couverture très épaisse et lourde, le mors bleu nuit, le texte aux écritures dorées, la signature de Tolkien et l’écriture tremblée du Père Noël en titre. Le plat, d’un rouge uniforme, se présente comme une enveloppe, avec dans le coin supérieur droit un timbre portant le portrait du Père Noël que nous connaissons maintenant bien, recouvert d’un cachet de poste qui rappelle l’occasion de l’impression (« centenary edition »). L’intérieur reprend, avec une impression de qualité supérieure et un papier mat au fort grammage, les mêmes organisation et esthétique que celles décrites dans la version Pocket, ponctuées de ses grandes marges de silence (Genette 1987). Autre indice de prestige, le signet rouge.

Le péritexte éditorial se différencie des éditions précédentes. La quatrième de couverture, tout d’abord, qui s’attarde sur le contenu des lettres et plus du tout sur la renommée universitaire de Tolkien : elle s’ouvre avec l’extrait d’une lettre, et se poursuit avec quelques phrases racontant le merveilleux que constituait l’arrivée de chaque courrier du Père Noël chez les Tolkien. Contrairement aux textes de présentation des éditions précédentes, celui-ci se fait du point de vue des enfants, et non plus de celui des adultes. D’ailleurs, il n’est mentionné nulle part que Tolkien est l’auteur de ces lettres. Suit une petite énumération des aventures que traverse le Père Noël, et, enfin, un court paragraphe qui détaille ce qui fait la particularité de cette édition. Le ton employé par cette quatrième est moins neutre que celui des versions françaises et joue davantage sur le sensationnel, le festif, la « magie de Noël », avec ses nombreux superlatifs.

Les premières pages du livre ne s’ouvrent plus sur l’introduction de Baillie Tolkien, mais sur l’unique préface auctoriale existante des Lettres : un fac-similé d’une lettre de Tolkien expliquant à un tiers la tradition familiale des lettres du Père Noël. On peut cependant regretter que celle-ci ne bénéficie pas d’une retranscription, à l’égard du reste des lettres, l’écriture de l’auteur étant parfois difficile à déchiffrer. Enfin, dernière modification au péritexte et non des moindres, le rajout d’un paragraphe à l’introduction de Baillie Tolkien ; le geste surprend d’autant plus que son ancienneté, sa récurrence et sa paternité semblaient l’avoir presque figée comme faisant partie à part entière du texte. Le passage ajouté vient conclure, en revenant sur la grande popularité que connaîtraient Letters from Father Christmas dans le monde anglosaxon[7] :

« The continued popularity of letters from FC shows that the book has found an enthusiastic audience among readers young and old. Many families have even incorporated it into their family Christmas – reading one letter on each day leading up to Christmas – so as we approach the 100th anniversary since the first letter arrived it seems certain that the magic of Christmas will go on for ever. »[8]

Lettre de 1928. Dans cette version, elle s’étale sur sept pages et comprend deux fac-similés de plus : la deuxième (et dernière) feuille de la lettre manuscrite et son enveloppe.

II. Sélectionner et travailler la matière du corpus : quelle histoire raconter et comment la raconter ?

Afin d’être accessible aux lecteur·ices, le travail éditorial sur la matière même des Lettres est essentiel, de par leur multiplicité en terme de format, écriture, etc. Les partis pris éditoriaux se révèlent de deux sortes : reconstruire et réécrire le corpus afin de proposer un objet plus uniforme, accessible à tous, en particulier aux plus jeunes – c’est ce qui ressort de l’édition de 1977 – ; rester proche du corpus et de ses particularités pour publier l’ouvrage le plus fidèle et complet possible – c’est l’option choisie par les trois autres versions.

Mettre à portée un récit épistolaire : la question des réécritures éditoriales

L’une des particularités de notre corpus repose en premier lieu sur sa pluralité : chaque lettre constitue une entité indépendante et peut se lire seule, tout en répondant à des textes antérieurs. Ensemble, elles dessinent un récit, construit au fil de la plume une fois l’an. Elles sont néanmoins loin d’être toutes indispensables pour la compréhension de l’univers – leur intérêt narratif est même parfois très limité. Les éditeur·ices réalisent donc une sélection parmi celles-ci. Ielles ont tendance à moins sélectionner les lettres écrites avant 1925, ces dernières étant longues d’à peine quelques phrases ; la version de 1977 commence par la lettre de 1925, tandis que les suivantes s’ouvrent sur les lettres de 1920, 1923 et 1924 – quelle que soit la sélection effectuée, les textes sont systématiquement présentés chronologiquement.  De même, d’autres lettres, notamment celles écrites en octobre et novembre, généralement plus courtes, sont évacuées de certaines versions. Dans sa globalité, le corpus des Lettres prend de l’ampleur tout au long de ses rééditions – tant dans le nombre de lettres transcrites que dans le nombre de fac-similés –, l’ouvrage passant de 46 pages, en 1977, à 208 pages, en 2020.

Nous nous pencherons en premier sur les Lettres de 1977 dont le travail éditorial de sélection et réécriture est le plus invasif. Sur la trentaine de lettres rédigées par Tolkien, seules une quinzaine sont retranscrites, et même au sein de celles-ci, des sélections sont opérées. Les éditeur·ices évacuent un certain nombre d’éléments dans leurs retranscriptions pour se concentrer sur l’aspect narratif des lettres. La plupart sont raccourcies, abrégeant certaines aventures ou considérations du Père Noël. Lorsque l’on compare certaines de ces lettres avec les versions éditées ultérieurement, on peine parfois à reconnaître le texte original. C’est particulièrement le cas de la lettre de 1935 : de très nombreux passages sont supprimés – tout un long passage sur les aventures de l’Ours Polaire parti visiter sa famille malade est résumé par cette simple phrase, accolée au dessin correspondant : « O.P. a dû porter un manteau en peau de mouton et des gants rouges pour ses pattes » – et la structure du texte est complètement modifiée, phrases et paragraphes étant réorganisés dans un ordre choisi par l’éditeur·ice. Autre exemple, la lettre de 1937 : longue de deux pages dans la version de 2004, elle est raccourcie à cinq petites lignes en 1977.

Les coupes de 1977 ne semblent pas seulement liées à la recherche d’intérêt narratif mais également à une volonté de gommer les aspects trop personnels des textes. Systématiquement, les nombreuses adresses aux enfants sont supprimées, ainsi que les noms de leurs peluches, les jouets qu’ils reçoivent pour Noël, ou autres détails sur leur vie privée. On peut y voir une manière de protéger la famille Tolkien, mais aussi de permettre une plus grande implication du lecteur, en particulier du lecteur enfant, qui peut plus facilement se reconnaître dans des adresses générales. La réécriture de la lettre de 1941 illustre bien notre propos. Ainsi, « My Dearest Priscilla, I am so glad you did not forget to write to me again this year »[9] devient dans la version de 1977 : « Je suis très heureux que vous n’ayez pas oublié de m’écrire à nouveau cette année ». Dans le but de conserver la continuité et l’unité que permettent le you anglais, ce que la traduction devrait traduire par la deuxième personne du singulier, devient une deuxième du pluriel.

Sans doute dans cette même recherche d’identification par le lectorat, les détails de contextualisation spatio-temporels sont également évacués du texte, comme les nombreux jouets de la marque Hornby qui remplissent les caves du Père Noël (Lettre de 1932) ou encore, les références au contexte politique, en particulier à la Seconde Guerre mondiale (Lettres de 1939 à 1943).

Autre effet corollaire, la suppression des spécificités du format épistolaire, telles que les formules d’introduction et de conclusion – l’adresse d’où est expédiée la lettre, la date d’écriture, les vœux de « Joyeux Noël », les signatures du Père Noël et de ses acolytes, etc. Ce sont, certes, des détails accessoires, mais qui permettent d’ancrer le récit – par exemple, l’adresse du Père Noël évolue au fil des lettres, suite à des péripéties qui l’obligent à déménager. Les retranscriptions de 1977 se présentent comme des blocs de texte uniformes qui ne laissent rien deviner de leur format épistolaire premier. On pourrait argumenter qu’il existe un certain non-sens à baptiser le texte « Lettres du Père Noël », tout en supprimant ce qui en fait des lettres.

A partir des années 2000, les différentes éditions proposent une manière de faire totalement différente. Tout d’abord, les lettres sont bien plus nombreuses ; dès 2004, elles sont trente, et en 2020, trente-quatre – ce qui fait de la version de 2020 la seule complète existante. Les réécritures éditoriales disparaissent totalement pour laisser la parole à l’auteur, chaque lettre étant retranscrite dans son intégralité, sans omettre ni les marques épistolaires, ni les « chers enfants », ni les « mille et mille affectueuses pensées » ou les signatures. La mise en page diffère donc, d’autant plus que les éditeur·ices aèrent les retranscriptions dans un souci de lisibilité, s’éloignant des blocs uniformes écrits par Tolkien.

Restituer les dialogues entre les personnages : un travail de typographie et composition

Si la voix seule du Père Noël entame cette longue série de lettres, elle est rejointe au fil des années par deux autres narrateurs, l’Ours Polaire, et l’elfe Ilbereth. Afin d’authentifier sa fiction, chaque personnage prend sous la plume de Tolkien, une écriture qui lui est propre, ainsi qu’une manière de raconter bien à lui. Cela permet l’identification rapide de chaque narrateur, qui se mettent à dialoguer sur la page, commentent les écrits des uns et des autres, apportent des précisions à telle ou telle péripétie.

L’elfe Ilbereth entre en scène assez tardivement dans l’écriture des lettres. Il est présenté en 1936 comme le nouveau secrétaire du Père Noël et prend en charge la narration des événements survenus au Pôle Nord lorsque ce dernier est surchargé de travail. Sur les manuscrits, son écriture, petite et fine, « en pattes de mouche » (Lettre de 1937), se différencie de celle du Père Noël, dont les caractères sont assez ronds, larges, et surtout, « tremblés » – ceci est dû, d’après le Père Noël lui-même, à sa vieillesse et au fait qu’il vive dans un endroit particulièrement froid. Un consensus existe entre les différentes éditions pour traduire la graphie d’Ilbereth : toutes utilisent la même convention typographique, les caractères cursifs.

Edition 2004, lettre de 1936. La première partie de la lettre est écrite par le Père Noël, puis Ilbereth vient prendre le relais.

Le cas de l’Ours Polaire est plus complexe. Les lecteur·ices de l’édition de 1977 font sa connaissance dès la première lettre, en 1925, où il est présenté comme l’aide principale du Père Noël, mais également comme celui qui provoque souvent les catastrophes racontées. Son rôle est important dans la narration des lettres, mais outre sa capacité naturelle à attirer les problèmes, on ne peut déduire que peu de choses de son caractère ou de sa relation avec le Père Noël. Avec les versions des années 2000, le lecteur découvre presque un nouveau personnage, qui écrit, lui aussi, des lettres – bien que succinctes –, commente dans les marges les écrits du Père Noël, dessine, bref, prend un rôle plus prégnant que celui qu’on lui accordait dans la version 1977. Les dialogues entre l’Ours Polaire et le Père Noël retrouvent leur importance et dévoilent aux lecteur·ices leurs incessantes disputes et taquineries. Pourquoi ces échanges ont-ils été presque systématiquement gommés de la première version ? Etaient-ils considérés comme trop anecdotiques ? Pourtant, ils participent de la narration des lettres, constituent un ressort comique récurrent, ajoutent de la profondeur aux relations entre le Père Noël et O. P. D’un certain côté, ils « détrônent » le Père Noël de sa position de grand-père modèle, davantage mise en avant dans les lettres de 1977 ; il apparaît plus humain, enclin à la critique et à la moquerie.

Edition 2004, lettre de 1929. Elle est entièrement écrite par l’Ours Polaire.

L’écriture manuscrite de l’Ours Polaire est reconnaissable à ses majuscules épaisses et systématiques, d’inspiration gothique ; les caractères sont constitués d’angles aigus qui rappellent les runes. Dans leur retranscription, les éditeur·ices cherchent, de nouveau, à demeurer aussi près que possible du texte original : cell·eux de 1977 utilisent les lettres capitales, tandis que cell·eux des années 2000 graissent les caractères, sans doute pour en faciliter la lecture. Une lettre entière écrite en majuscules peut être difficile à lire, sans compter que le texte prend alors une place beaucoup plus importante. Autre caractéristique stylistique de l’Ours Polaire : ses nombreuses fautes d’orthographe, qui s’expliquent par le fait que sa langue natale ne soit pas l’anglais mais une langue inventée par Tolkien, l’arctique. Les rares phrases de l’Ours reprises en 1977 ignorent totalement cette spécificité. C’est probablement parce que la place accordée au personnage était trop réduite pour présenter de l’intérêt et que ces fautes risquaient d’être interprétées comme des coquilles. Les versions suivantes retranscrivent ces fautes, et les traduisent en français.

Les commentaires que l’Ours fait directement sur les textes du Père Noël apparaissent en notes dans les marges, ou à la toute fin des lettres ; les passages auxquels ils renvoient sont indiqués par des astérisques ou simplement soulignés.

Les Lettres de 1977 ne retranscrivent que trois de ces incises, pourtant très nombreuses. Elles ne les présentent pas d’une manière uniforme, bien qu’elles usent systématiquement de lettres capitales. Les deux premiers commentaires (Lettre de 1933) apparaissent entre parenthèses, tandis que le troisième (Lettre de 1938) est placé en bas de page, signalé par un astérisque. Dans les deux cas, il est peu probable que les lecteur·ices comprennent que c’est l’Ours qui parle. En premier lieu parce qu’il s’agit des seules occurrences du discours de l’Ours dans les Lettres. L’absence d’un exemple de lettre fac-similée en vis-à-vis, qui aurait permis de situer l’incise, ainsi que de lettres écrites par l’Ours, qui auraient permis d’identifier l’écriture en majuscules, ne facilite pas le travail des lecteur·ices. En ce qui concerne les parenthèses, elles sont largement utilisées à d’autres reprises par le Père Noël lui-même : les lecteur·ices peuvent en déduire qu’il ne s’agit que d’un commentaire du Père Noël, au contenu, certes, un peu étrange. Le système de note de bas de page prête tout autant à confusion puisque les éditeur·ices eux-mêmes l’emploient fréquemment afin de préciser certains aspects du texte. Outre cette difficulté de lisibilité, la question du choix de ces trois incises se pose, puisque, contrairement à d’autres, elles n’ont aucun intérêt narratif.

Dans les versions ultérieures, l’introduction de l’Ours se fait dans une lettre entièrement écrite par ce dernier en 1925, ce qui permet aux lecteur·ices de se familiariser avec son style et sa typographie spécifiques. Les insertions des commentaires de l’Ours Polaire se normalisent : elles viennent dans le corps du texte, séparées du récit du Père Noël par des sauts de paragraphe. Il s’agit sans doute de la manière la plus lisible de les insérer, mais les notes de bas de page auraient été plus respectueuses du texte originel, sans compliquer outre -mesure la lecture. Peut-être ce choix a-t-il été fait en prenant en compte le lectorat plus jeune, moins habitué à ce type de mise en page. Il permet une harmonisation avec les paragraphes plus longs que l’Ours peut écrire directement à la suite des textes, sans utiliser le système de l’astérique ou des notes de marge. Enfin, et c’est peut-être la raison principal, l’insertion des notes dans le corps du texte rétablie de manière visuelle le dialogue entre le personnage qui écrit – le Père Noël ou Ilbereth – et l’Ours.

Edition 2004, lettre de 1931. Les incises de l’Ours Polaire, initialement placées dans les marges, sont intégrées directement dans le corps de la retranscription.

Au-delà du texte : intégrer les fac-similés

Entre les différentes versions, on peut observer une évolution presque linéaire du nombre de fac-similés. Plusieurs types de documents apparaissent, plus ou moins mis en avant par l’édition, suivant leur importance narrative : les cartes de vœux illustrées, tout d’abord, les lettres, ensuite, aux graphies particulières, parsemées de petits dessins, les enveloppes enfin, avec leurs cachets de poste et timbres colorés, également dessinés par Tolkien. Tous ces éléments constituent la plus-value des Lettres.

La première édition se concentre sur les cartes de vœux car celles-ci viennent en complément du texte, illustrant les aventures racontées dans les lettres. Tolkien, qui était un dessinateur assidu, les réalisait à l’aquarelle, aux crayons de couleurs ou bien, plus simplement, à l’encre. Cependant, elles sont rarement reproduites d’un seul tenant mais redécoupées, traitées comme du simple matériel éditorial et illustratif venant ponctuer le texte. La carte de 1933 par exemple, est répartie sur les trois pages consacrées à la lettre de 1933 : les scénettes centrales où figure l’action apparaissent en première page, le bordereau supérieur orne la seconde page, tandis que le bordereau inférieur « Christmas 1933 » vient conclure la troisième. Certaines lettres, comme celle de 1935, présentent de nombreux dessins narratifs insérés dans le texte, ce qui rend leur découpage compliqué pour les éditeur·ices. Les outils informatiques étant ce qu’ils sont en 1977 – inexistants – l’aspect graphique de la page s’en ressent : le dessin est coupé manuellement hors de la lettre, d’une manière assez peu esthétique.

Edition 1977, lettre de 1935

Les liens très forts entre textes et images compliquent d’autant plus ce travail de découpe ; non seulement les illustrations viennent précisément illustrer des moments du texte, mais les personnages commentent leurs dessins : qui en est l’auteur, pourquoi a-t-il choisi de représenter tel ou tel détail, le dessin est-il réussi ou non, etc. Ainsi, de nombreuses images n’apparaissent pas de fait dans la version de 1977, car, le texte en parlant ayant été supprimé, celles-ci n’auraient pas été comprises par les lecteur·ices. Quand elles sont présentes, les phrases de description sont tronquées. D’autres fois, les éditeur·ices choisissent d’inventer leurs propres phrases de description – dans ce dernier cas, elles nous paraissent assez surprenantes, car la plupart du temps, inutiles. Par exemple, la lettre de 1933 comprend une phrase rajoutée, qui n’apporte rien à la narration : « Mes dessins vous racontent une partie de l’histoire ». Cette volonté d’expliciter est sans doute liée au fait que l’on s’adresse à de jeunes lecteur·ices. Ainsi, la lettre de 1930 ajoute à la description de la carte de vœux les mots suivants : « le dessin du haut montre… », « les petits dessins me montrent… ».

Malgré l’apparent manque de respect pour le matériel des Lettres, il nous faut noter que la haute résolution des images de l’édition 1977, ainsi que leurs couleurs, particulièrement vives, seraient les plus proches des illustrations originales (Christiane Scull 2018). Le reste du matériel apparaît de manière anecdotique, plus en décoration du texte retranscrit que dans une réelle volonté de le mettre à disposition du lectorat : certaines signatures du Père Noël, quelques timbres, deux enveloppes, etc. Les seuls fac-similés de lettres viennent en introduction, pour présenter une fois aux lecteur·ices la forme du matériel originel.

Edition 2004, page de titre

Les versions des années 2004 et 2010-2013 insèrent les fac-similés de manière beaucoup plus systématique. Toutes les cartes y figurent, en entier, ainsi qu’au moins la première page de chaque lettre, et parfois plus. Concernant les enveloppes, l’édition de 2004 n’en reproduit que quelques-unes et fait le choix de présenter les timbres dans un grand format qui permet d’en voir tous les détails, non pas dans le corps du texte mais sur la double page de titre. Dans les versions de 2010-2013, les timbres ne sont jamais découpés à part, mais apparaissent avec leur enveloppe, au gré des textes, ce qui les rend moins lisibles, mais les rétablit dans leur contexte.  

Cependant, malgré le nombre bien supérieur de fac-similés de ces deux versions, on peut déplorer la qualité médiocre de ceux-ci. Tous semblent recouverts d’un film jaune orangé qui altère les couleurs, en particulier celles des illustrations. Dans les versions poches, les lettres, de taille réduite, sont particulièrement difficiles à lire et apparaissent presque floues.

Quant à l’édition 2020, c’est celle qui présente le plus grand nombre de fac-similés jamais publiés :  elle contient quasiment l’intégralité du matériel, rendant accessibles au public jusqu’au verso des cartes de vœux – ce qui surprend, puisque ces dos ne contiennent aucune information complémentaire, et n’ont pas bénéficié de la plume décorative de Tolkien. Toutes les pages des lettres apparaissent, ainsi que les enveloppes, recto et verso, et d’autres petits éléments, signets, lettres mineures, etc. Les images ont également bénéficié d’un « nettoyage » de l’effet jauni présent sur les éditions précédentes afin de rétablir la véracité des couleurs.

Conclusion

Les Lettres du Père Noël, à l’instar des autres ouvrages de Tolkien à destination des enfants – Le Hobbit et Roverandom, en particulier – possèdent ce statut ambigu d’œuvre rattachée à la fois à la sphère privée et au domaine public. Au fil de ces pages, nous avons examiné dans le détail les trois éditions des Lettres disponibles en France et la dernière en date des éditions anglaises.

L’édition originelle, celle de 1977, est la moins fidèle en termes de retranscriptions et la plus retravaillée par les éditeur·ices tant dans le texte que dans l’usage des illustrations. Elle se pose comme une interprétation libre du matériel des Lettres, constituant un objet à part parmi les différentes versions publiées.

Les éditions suivantes seront de plus en plus fournies en matière de textes, fac-similés, et précises dans leurs retranscriptions. Ces évolutions se font en parallèle de la notoriété grandissante de Tolkien, la multiplication des projets de recherche autour de ses textes et à l’augmentation des publications de ses œuvres méconnues ou inachevées. Les Lettres, à l’instar du reste de la production de Tolkien, se patrimonialisent avec les années, les différentes éditions normalisant leurs retranscriptions et s’épurant peu à peu de tout le péritexte ludique ajouté par les éditeur·ices dans l’édition de 2004.

Ainsi, la dernière version en date, celle de 2020, pousse la volonté documentaire à proposer jusqu’au verso des cartes de vœux et des enveloppes. On s’éloigne du lectorat jeunesse, qui était plutôt ciblé par les éditions de 1977 et 2004, en s’adressant à un public adulte, intéressé par l’œuvre de Tolkien en général. L’absence d’appareil critique, qui pourrait se justifier étant donné la richesse des informations fournies par les Lettres, tant sur la vie personnelle de Tolkien que sur son univers littéraire, permet toutefois de conserver une attractivité pour un lectorat plus jeune. De fait, les éditeur·ices, oscillent entre ces deux publics.

Nous avons mentionné à de nombreuses reprises que cette édition 2020, la plus fidèle au matériel originel, propose l’expérience de lecture la plus complète. Or, les innombrables publications et rééditions des œuvres de Tolkien constituant une manne financière certaine, on peut supposer avec certitude que de nouvelles versions des Lettres verront le jour dans les années à venir. Reste à savoir ce que celles-ci pourront apporter, outre une enveloppe matérielle toute neuve ; peut-être, comme nous l’avons mentionné plus haut, un appareil critique permettant de décoder la vie ou l’œuvre de Tolkien. Pourquoi pas l’ajout de commentaires et d’illustrations permettant de voir au-delà du Pôle Nord inventé par l’auteur, en faisant le lien avec les mythologies du Père Noël. Ou peut-être encore, les lettres écrites par les quatre enfants de Tolkien, répondant au courrier du Père Noël…

Carte de voeux, lettre de 1933

      


[1] Letters from Father Christmas, HarperCollins, 1999.

[2] Letters from Father Christmas, HarperCollins, 2004. Cette version comporte moins de lettres et de fac-similés que celle de 1999.

[3] « Un ouvrage qui plaira aux enfants, à leurs parents, et surprendra plus d’un amoureux de Tolkien. »

[4] Letters from Father Christmas, HarperCollins, 2009.

[5] Letters from Father Christmas, HarperCollins, 2012. Cette version comporte 32 pages et 39 fac-similés de plus que la version de 2009.

[6] Christian Bourgois a annoncé la parution d’une nouvelle traduction pour l’automne 2022. D’après les visuels disponibles sur le site de l’éditeur, celle-ci devrait reprendre l’édition anglaise de 2020.

[7] En France, les Lettres du Père Noël sont loin d’être aussi reconnues ; tout au plus semblent-elles toucher un public de niche – les « amoureux » de Tolkien – et un lectorat jeunesse.

[8] « La popularité continue des lettres du Père Noël montre que le livre a trouvé une audience enthousiaste parmi les lecteurs, jeunes et vieux. De nombreuses familles les ont même incorporées à leur Noël familial – en lisant une lettre par jour jusqu’à Noël –, ainsi, à l’approche du 100e anniversaire de l’arrivée de la première lettre, il paraît certain que la magie de Noël continuera pour toujours. »

[9] « Ma très chère Priscilla, je suis si content que tu n’aies pas oublié de m’écrire de nouveau cette année. »



Bibliographie

Carpenter, Humphrey. 2002 (1980). JRR Tolkien, une biographie. 2e édition. Christian Bourgois Editeur.

Christiane Scull, Wayne. 2018 (revised). «Published art by J.R.R. Tolkien from the J.R.R. Tolkien Companion & Guide.»

Feasson, Vivien. 2019. La retraduction comme outil de légitimation du genre : le cas de la fantasy en langue française. Thèse de doctorat d’Etudes anglophones, dirigée par Antoine Cazé: Université de Paris.

Ferré, Vincent. 2014. Lire J.R.R Tolkien. Pocket.

Ferré, Vincent. Direction. 2004. Tolkien, trente ans après (1973-2003). Christian Bourgois Editeur.

Genette, Gérard. 1987. Seuils. Le Seuil.

Scull, Christina. 2012. The “Father Christmas” Letters. 6 November. Accès le Novembre 3, 2021.

Tolkien, J.R.R. 2005. Lettres. Édité par Pocket. Traduit par Vincent Ferré Delphine Martin. Pocket.

Unwin, Rayner. 1995. «Publishing Tolkien.» Mallorn : the journal of the Tolkien Society, 26-29.



Citer ce billet
Mathilde Oster (2022, 14 octobre). Les Lettres du Père Noël de J.R.R. Tolkien : les métamorphoses éditoriales d’un corpus épistolaire fictionnel. Monde du Livre. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://mondedulivre.hypotheses.org/12212

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Céline Guilleux dit :

    Chère carnetière,

    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une des portails fr.hypotheses.org et hypotheses.org.

    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

  1. 6 novembre 2022

    […] French, Les Lettres du Pere Noel de J.R.R. Tolkien : les metamorphoses editoriales d’un corpus epistol… (J.R.R. Tolkien’s Letters from Father Christmas: the editorial metamorphoses of a fictional […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search