La collection « Ymagier » des éditions Ypsilon : un apport dans le paysage éditorial français

C’est en 2010 que la collection « Ymagier » s’ajoute au catalogue des éditions Ypsilon avec le titre Paul Trajman ou la main qui pense de Bernard Noël. Ce premier ouvrage donne déjà le ton de la collection nouvellement née, en se présentant sous la forme d’une édition bilingue – le texte est traduit en anglais par le traducteur Andrew Rorthwell – mêlant textes et images. En effet, comme le rappelle Alfred Jarry et Remy de Gourmont, l’Ymagier « publie des images et des études sur les images et les imagiers anciens et nouveaux[1] ». Avec des titres que l’éditrice destine d’abord à « l’enfant qu’il y a en chacun de nous[2] », la collection « Ymagier » est donc l’occasion d’observer les différents processus de traduction dans le cadre d’une collection réunissant des œuvres atypiques, notamment de par leurs aspects visuels, artistiques et linguistiques primordiaux.

Les traducteurs et les processus de traduction des œuvres

Il semble avant toute chose nécessaire de s’arrêter sur les profils des traducteurs qui ont travaillé sur les œuvres de la collection « Ymagier ». En effet, la collection rassemble des profils de traducteurs très différents, qui sont plus ou moins habitués à travailler pour les éditions Ypsilon. Parmi ceux que l’on retrouve fréquemment dans le catalogue de la maison d’édition, on peut notamment citer Étienne Dobenesque, qui a traduit deux ouvrages pour « Ymagier ». Ils sont tous deux traduits de l’anglais et respectivement publiés en 2016 et en 2017 : le petit livre Le point et la ligne de Norton Juster ainsi que Harriet et la Terre promise de Jacob Lawrence. La traduction de ces livres par Étienne Dobenesque se justifie et fait sens si l’on prend en compte plusieurs aspects. Tout d’abord, et en toute logique, par la langue traduite, à savoir l’anglais, qui est commune aux deux traductions. Mais aussi et surtout du fait de la polyactivité du traducteur, qui ne se cantonne pas à un seul domaine littéraire dans le cadre de ses traductions. En effet, il travaille autant dans le domaine de l’histoire que dans celui des sciences politiques ou sociales, ou encore dans la philosophie et dans l’art. Tout cela semblait donc le prédisposer à la traduction de ces œuvres qui appartiennent à certains de ces domaines. Le point et la ligne se présente effectivement comme un petit ouvrage mêlant art, littérature, et sciences. À travers une histoire à première vue très simple d’une ligne amoureuse d’un point, l’auteur américain fait se croiser des réflexions mathématiques, artistiques et même philosophiques. Étienne Dobenesque semblait donc être parfaitement qualifié pour la tâche. Quant à Harriet et la Terre promise, livre imaginé et conçu par le peintre américain Jacob Lawrence, son aspect artistique indéniable et primordial, dans la réception par les lecteurs, justifie une nouvelle fois le choix du traducteur.

Cependant, Étienne Dobenesque est le seul à avoir traduit plusieurs œuvres de la collection « Ymagier », les autres traducteurs ayant œuvré pour un ouvrage uniquement. Cela s’explique probablement par le fait qu’au sein des dix ouvrages de la collection, une langue ne soit présente qu’une seule fois. La seule langue étant présente à plusieurs reprises dans la collection « Ymagier » est donc, sans surprise, l’anglais. La présence plus importante de la langue anglaise dans cette collection reflète le paysage général de la traduction en France aujourd’hui, paysage dans lequel elle domine largement. Si cela s’explique bien entendu par la situation dominante de cette dernière dans le monde aujourd’hui, Marie-Françoise Cachin ajoute dans son ouvrage fondateur La traduction une donnée intéressante : selon elle, l’omniprésence de la langue anglaise s’explique aussi par le fait que les pays anglophones partagent une culture proche de la nôtre, ce qui rend les décalages culturels moindres et/ou plus faciles à appréhender pour un lecteur français : « On relève pour l’essentiel des auteurs allemands, anglais ou américains avec lesquels les ajustements culturels – problème sérieux et récurrent – sont plus faciles[3]. »

Quoi qu’il en soit, il est intéressant de remarquer que la collection « Ymagier » compte des profils de traducteurs très différents et qui entretiennent différents types de relation avec les éditions Ypsilon. Certains sont des habitués (on peut notamment citer Étienne Dobenesque ou Lise Thiollier) alors que d’autres n’ont travaillé que ponctuellement avec l’éditrice Isabella Checcaglini. En outre, certains traducteurs qui ont travaillé pour un ouvrage de la collection « Ymagier » sont des traducteurs professionnels, alors que d’autres exercent plusieurs métiers (entre autres exemples, Jean-Paul Maganaro qui a notamment traduit Le livre des erreurs, est professeur de littérature italienne à l’université de Lille. De même, Lucie Taïeb qui a travaillé sur Les contes du paradis, est écrivaine. Deux activités qui restent dans le domaine littéraire, comme cela est souvent le cas pour les traducteurs). Ce constat fait écho à la situation générale des traducteurs littéraires en France, comme le montre l’enquête menée en 2020 par l’ATLF (Association des Traducteurs Littéraires de France) : parmi les 375 répondants, seulement 20 % se consacrent exclusivement à la traduction alors que 60 % exercent une activité parallèle[4]. Les traducteurs dits « exclusifs[5] » sont donc très peu nombreux, et ce depuis des années. Il n’y a donc pas de profil type et il semble que chaque traducteur soit choisi avec soin en fonction des enjeux de chaque œuvre. En plus de cette exigence dans le choix des traducteurs, l’éditrice reconnaît être particulièrement présente et impliquée lors du processus de traductions : « Bien que je sois (ou puisse sembler) parfois impitoyable avec les jeunes traducteurs qui débutent, je le suis aussi avec ceux ayant une carrière bien affirmée, comme Manganaro[6]. »

Concernant les processus de traductions et toujours dans l’objectif d’observer cette collection, huit livres sur dix sont des “intraductions”, c’est-à-dire qu’il s’agit de traduire une œuvre étrangère en français. Seulement deux ouvrages dérogent à cette règle : Paul Trajman et la main qui pense ainsi que Le Nénuphar blanc, qui reprend le texte de Mallarmé. Pour ce dernier, il s’agit donc d’un texte en français, qui n’a pas nécessité de traduction (alors que Paul Trajman a été traduit en anglais par Andrew Rorthwell). Cependant, sa place dans une collection comme « Ymagier » n’en reste pas moins justifiée par le contenu qui conjugue textes et images puisqu’il s’agit d’un livre peint, ainsi que par la volonté de présenter l’œuvre comme l’aurait choisi le poète lui-même : « Le format choisi (18,5 × 24 cm) est celui du catalogue de l’exposition Berthe Morisot préfacé par Mallarmé – elle aurait peint « Le Nénuphar blanc » pour Le Tiroir de laque si ne fût devenu Pages[7]. »

Le soin apporté à chaque traduction est d’ailleurs très bien démontré par l’exemple de l’ouvrage Le Lait des rêves qui présente un processus de traduction bien particulier. C’est en effet ce dont témoigne Lise Thiollier, la traductrice de Leonora Carrington, dans le petit texte qu’elle rédige et qui vient clore l’ouvrage. Le lecteur curieux y apprend notamment que l’artiste avait pour habitude de rédiger ses œuvres en trois langues, à savoir anglais, espagnol et français. Le Lait des rêves a ainsi d’abord été rédigé en anglais, avant d’être traduit en espagnol par Carrington elle-même. En outre, la traductrice souligne que Carrington, en plus de ce mélange des langues qui ne facilite déjà pas le travail du traducteur, faisait régulièrement fi des règles de chaque langue :

En effet, ses œuvres écrites sur le fil de plusieurs langues (anglais, espagnol, français) donnent à réfléchir sur la manière singulière que Carrington avait de jouer avec les mots. Son écriture ne cherche en rien à respecter les conventions grammaticales et orthographiques de chaque langue, et laisse glisser d’une langue à l’autre des tournures de phrases et des subtilités, aboutissant ainsi à des excentricités de texte et à une œuvre unique en son genre[8].

Le travail du traducteur ne peut donc qu’être plus compliqué et plus subtil face à une telle œuvre et utilisation de la langue : faut-il conserver et faire apparaître ces libertés prises par rapport à la langue, ou bien faut-il au contraire « lisser » le texte et les faire disparaître pour faciliter la réception du texte traduit ? Les réponses des traducteurs peuvent être multiples et prises en fonction des spécificités de chaque texte. Dans le cas présent, Lise Thiollier semble avoir pris le parti de ne pas lisser le texte afin de se rapprocher le plus possible de la voix de l’auteur :

Se rapprocher de la voix de Carrington, c’est garder toutes les spécificités de langage qui imprègnent son œuvre littéraire. C’est essayer de donner la même couleur au texte dans la langue traduite sans lui ôter sa poésie. C’est aussi jouer des difficultés grammaticales, des répétitions, des “balbutiements et cafouillis de la machine” […] et des nombreux brouillages textuels […][9].

Lise Thiollier choisit donc de « penser dans les trois langues[10] » afin de donner au lecteur une expérience de lecture la plus proche possible de ce que propose le texte dans sa langue originale. Ce choix n’est pas celui de la facilité mais bien celui du respect de la voix de Leonora Carrington et de ses particularités. Le lait des rêves illustre donc particulièrement bien les différentes difficultés auxquelles un traducteur peut être confronté lors de son travail, ainsi que les choix de traduction qu’il opère, en tenant compte du caractère unique de chaque œuvre.

La langue : un enjeu de traduction majeur

Les dix livres qui composent la collection, exceptés pour Paul Trajman ou la main qui pense et Le nénuphar blanc, sont tous traduits. Trois des livres sont issus de l’anglais (d’auteurs états-uniens), tandis que l’italien, l’espagnol, l’allemand, le russe et le japonais, sont des langues représentées respectivement par un livre. Nous pouvons à partir de ce constat formuler plusieurs observations. D’une part, même au sein d’une collection qui se veut hétéroclite du point de vue des langues, l’anglais garde encore une fois une place plus importante que les autres. Rappelons que l’anglais est de loin la langue la plus traduite au monde depuis de nombreuses années et cela tous segments éditoriaux confondus. Le milieu éditorial français ne déroge pas à cette règle puisque selon les derniers chiffres du SNE, l’anglais demeure la langue la plus traduite vers le français avec 4 777 titres en 2020 soit 60 % de la production traduite[11]. Il est intéressant de noter que le secteur de la jeunesse est d’ailleurs le troisième segment éditorial le plus traduit au sein de la production française. La collection est en phase avec cette dominance.

Le second constat porte sur le choix des autres langues. Le japonais, l’allemand, l’italien et l’espagnol sont après l’anglais et dans cet ordre, les langues les plus traduites en français. Elles sont ainsi toutes également présentes dans le catalogue. La seule qui déroge à cette règle est finalement la langue russe qui en 2019 ne représentait que 1,1 % des titres traduits en français[12]. L’exemple russe est intéressant et mérite qu’on s’y arrête un instant, puisque si aujourd’hui la langue russe se situe au niveau des langues périphériques et non des langues centrales (qui concentrent la majorité des traductions comme l’anglais), il n’en a pas toujours été ainsi. Dans les années 80, au niveau mondial, le russe était parmi les langues les plus traduites avec le français et l’allemand (l’anglais tenait toujours la première place loin devant eux) et représentait 10 à 12 % des traductions. Ce n’est qu’après 1989 que le russe passe d’environ 12% à 2,5% du fait comme l’explique Gisèle Sapiro de facteurs économiques, politiques (ex. : censure, baisse des aides à la traduction) mais aussi symboliques (ex. : prestige de tel ou tel auteur et rayonnement mondial)[13].

Pour en revenir à la collection « Ymagier », le choix des langues représentées semble donc en cohérence avec les tendances du marché de la littérature traduite. Cependant ça n’est pas le seul critère auquel on peut se référer en la matière. En effet, le choix des langues s’explique aussi par la structure et la taille de la maison d’édition. Plus une maison est grande, plus celle-ci aura la capacité d’engager des traducteurs et d’élargir son champ d’appropriation des titres traduits. Les maisons plus petites doivent être davantage sélectives sur le choix des titres et de surcroît des langues à traduire[14]. En cela, Ypsilon offre un choix hétéroclite et plutôt large de langues puisqu’on retrouve d’autres langues que celles précédemment citées dans ses autres collections. Là où la collection « Ymagier » se différencie des collections de littérature traduites des autres éditeurs, notamment des plus gros, c’est par le choix des premiers titres traduits :

Les « grandes » maisons comme Flammarion, Gallimard ou Le Seuil ont très tôt développé des collections de traductions, avec au départ l’intention d’y publier essentiellement des auteurs britanniques ou américains, puis elles se sont ouvertes progressivement à la production d’autres pays[15].

 La collection rassemble d’une part en son sein plusieurs langues, et ne se concentre pas sur les classiques ou les auteurs d’une langue en particulier. Ce modèle a été celui de plusieurs éditeurs voulant s’engager dans la littérature traduite. D’autre part, malgré la majorité de titres anglais, c’est par un titre non traduit que la collection s’est ouverte avec Paul Trajman ou la main qui pense (2010), suivi d’un titre traduit de l’espagnol Mineros (2010) et du second et dernier titre français de la collection Le Nénuphar blanc (2011). Le 1er titre issu de l’anglais Le point et la ligne (2016) ne sera que le quatrième livre publié dans la collection, et cela bien après son prédécesseur.

La langue représente évidemment un enjeu dans une collection de littératures traduites comme l’a souligné l’éditrice elle-même : « J’essayais de traduire des textes inédits en français et de chercher les textes rares d’auteurs importants. Mais importants pour moi[16]. »

La rareté de certains textes qui n’avaient pas encore été traduits, est donc également une composante essentielle, et ne répond pas forcément à une stratégie préconçue au sein de ce catalogue : « […] je ne fais aucune statistique […]. Je ne compte pas combien d’auteurs ou de langues je traduis[17]. »

Le Cheval de feu

La matérialité de la collection : à contre-courant des modèles dominants ? 

La collection éditoriale est aujourd’hui un aspect central au sein de la stratégie d’un éditeur. Sur la base de certains critères aussi bien physiques que thématiques, les éditeurs vont tracer des lignes directrices permettant de structurer ces collections, afin qu’elles accueillent en leur sein, ou au contraire excluent, un certain nombre de livres. Des spécialistes comme Isabelle Olivero estiment que la première grande date de la collection éditoriale est 1838 avec la « Bibliothèque Charpentier » qui va regrouper un nouveau format de livres à petits prix (ex. : deux critères permettent de sélectionner ici les livres : le format et le prix)[18]. La mise en série de livres choisis et sélectionnés deviendra ainsi la norme pour nombre d’éditeurs. Louis Hachette fera partie de ceux qui perfectionneront le modèle avec sa « Bibliothèque des chemins de fer » dans laquelle il ciblera davantage le public grâce à l’ajout d’un critère fondamental : la couleur. Les collections auront un visuel commun, chaque couleur visera un public et un âge particulier et cherchera ainsi à attiser ce besoin de collectionner des lecteurs, d’avoir tous les livres d’une même collection sur son étagère de lecture. Format, prix, visuel, thème, tranche d’âge, public visé, etc. La collection est un ensemble bien plus normé qu’il n’y paraît, au sein duquel vont se rencontrer de multiples enjeux. Aujourd’hui de nombreuses maisons d’édition ont repris ces critères et essayent aussi de faire jouer ce désir de possession des lecteurs.

La collection « Ymagier » est une collection qui semble être à contre-courant de certains de ces critères. Le format des livres n’est en aucun cas uniforme. Les grands formats proches de l’album comme Harriet et la Terre promise (22,5 x 30,5 cm) côtoient les plus petits formats comme Le point et la ligne (18,3 x 12 cm). Le genre de la jeunesse regroupe de multiples formats (ex. : album, BD jeunesse, romans, livres sonores ou à toucher, etc.), ici l’album traditionnel côtoie le beau livre (Le Nénuphar blanc) ou le livre de photographie (Mineros). La souplesse ou au contraire la rigidité des livres alterne également, de même que les prix qui sont propres à chaque livre et peuvent des fois entre certains livres créer un écart. Au niveau du visuel, il est évident que la présence de différents illustrateurs et auteurs est un élément qui dès le début va distinguer les livres entre eux. L’absence d’uniformité entre des éléments de présentation pouvant justement créer un éventuel lien entre les imagiers (ex. : la police de caractère, la place des éléments comme le nom de la collection ou l’éditeur sur la couverture du livre, la couleur de la tranche, l’absence de numérotation, etc.) marque encore plus l’aspect indépendant et hors norme de cette collection. Si on s’attarde sur chaque livre, on remarque que toutes les polices de couverture sont différentes. Toutes sont choisies et adaptées au livre qu’elles accompagnent et soulignent encore une fois la volonté de diversité de cette collection.

De nombreux critères classiques de construction d’une collection sont ainsi réellement mis de côté. Cependant, d’autres évoqués précédemment peuvent être davantage présents. Le genre de la jeunesse est celui qui d’une part rassemble ses ouvrages. En effet, beaucoup des auteurs de la collection sont réellement reconnus pour leur travail au sein de ce genre. Hatsuyama Shigeru (Ton-chan le glouton) a un style qui rend nostalgique toute une génération de Japonais puisqu’il illustre durant une partie de sa carrière les couvertures des manuels scolaires. De plus, il contribue en tant qu’auteur-illustrateur à plusieurs magazines pour enfants comme Otogi no sekai ou Kodomo no kuni qui aura une grande influence sur la jeunesse[19]. Gianni Rodari (Le livre des erreurs) est une célébrité au sein de la littérature jeunesse. Rédacteur pour plusieurs journaux jeunesse, il oriente ses œuvres vers le fantastique et finit par recevoir en 1970 pour l’ensemble de son travail le prestigieux prix Hans Christian Andersen qui va conférer à son œuvre une aura internationale, via les traductions multiples qui vont en découler. Vladimir Maïakovski bien qu’étant davantage connu pour son œuvre poétique, a livré des œuvres puissantes à la jeunesse et qualifie dans une interview à un journal allemand ce genre de : « récente passion[20] ». Le cheval de feu est un classique de la littérature pour la jeunesse en Russie, où il est publié pour la première fois en 1928. Il s’agit donc toujours d’œuvres faisant partie du patrimoine culturel du pays originel. Norton Juster (Le Point et la Ligne) ne se consacre pas exclusivement à l’écriture mais a réussi à imposer son premier livre (The Phantom Tollbooth) comme un classique de la littérature pour enfants. Le double niveau de lecture de ses livres est souvent salué par les professionnels. Concernant la cible des éditeurs, bien que ces livres soient des classiques de la littérature jeunesse dans leur pays d’origine, pour l’éditrice ils ne s’adressent pas qu’aux jeunes enfants : « Ils ne sont pas destinés qu’à la jeunesse. Au départ, je l’ai pensé comme étant destinée à l’enfant qu’il y a en chacun de nous[21]. »

On rejoint la théorie du « double destinataire[22] » de la littérature jeunesse, dont parle notamment Nathalie Leprince selon laquelle les livres s’adresseraient finalement aussi bien aux enfants qu’aux parents. Puisque ce sont ces derniers qui vont acheter le livre et donc dans la plupart des cas en lire au moins un court extrait en amont, et juger ensuite s’ils souhaitent ou acceptent que leurs enfants puissent s’en saisir à leur tour.

Concernant les thèmes déployés nous verrons que les livres bien qu’appartenant à des pays, des époques et des contextes différents, se rejoignent sur des thématiques communes notamment l’art et l’engagement politique. De ce fait, bien que ces livres soient dans leur aspect physique réellement différenciés les uns par rapport aux autres, ils gardent tout de même, dans le fonds, des liens communs à travers le public visé et les thématiques abordées. En cela, la collection « Ymagier » fait preuve d’un véritable « esprit de collection » sans pour autant en avoir les marqueurs les plus apparents.

La place de l’art dans la collection « Ymagier »

L’identité de la collection « Ymagier » semble également reposer sur un autre champ de force, celui de l’art. Comme cela a déjà été évoqué, l’aspect artistique de la collection est indéniable et c’est d’ailleurs ce que reflète la matérialité des ouvrages de celle-ci dont il a déjà été question, puisque chaque ouvrage se présente sous un format différent, qui s’adapte donc au propos artistique. Ainsi, la collection propose au lecteur des livres conjuguant textes et images (d’illustrations simplistes pour Le livre des erreurs au livre peint pour Le Nénuphar blanc, en passant par le livre de photographies avec l’ouvrage Mineros). La poésie est aussi présente dans la collection, comme le souligne la présence du poète italien Gianni Rodari (Le livre des erreurs). Ce récit explore l’un des plus anciens aspects de l’art : sa fonction créatrice. En effet, un objet transformé et associé à un autre peut devenir une sculpture d’art moderne. La fonction initiale de l’objet a été détournée. Ici, c’est la même chose avec les mots : « […] le recueil s’attache à reconsidérer les erreurs de grammaire et d’orthographe pour ce qu’elles sont vraiment : des forces, voire de l’art[23]. »

Les erreurs, les mots sont associés, transformés pour faire naître une nouvelle image dans l’esprit du lecteur. Imagination aidée par les dessins de Bruno Munari dont la vision en design est une incroyable plus-value pour le travail d’esquisse et d’appréhension de ces nouveaux objets. Cette coprésence de l’illustration, quelle qu’elle soit, et du texte, est d’ailleurs nécessaire pour l’éditrice, qui va jusqu’à comparer les livres de la collection « Ymagier » à des albums : « Tout à l’heure, j’ai appris ce qu’était l’album. L’image et les textes doivent être réellement ensemble… On ne peut pas les séparer. C’est également le cas pour les ouvrages présents dans “Ymagier”[24]. »

Et effectivement, si l’on observe les différents livres qui composent la collection, il semblerait bel et bien que les illustrations et les propos soient inséparables. Prenons l’exemple du livre de Vladimir Maïakovski (Le cheval de feu), traduit et annoté par Jean-Baptiste Para. Dans ce court ouvrage, toute la mise en page repose sur la coexistence du texte et des illustrations. Cette dernière va d’ailleurs jusqu’à une interpénétration de l’un des deux moyens d’expression par l’autre puisque certains mots du texte sont imprimés en couleur et proposent donc un rappel esthétique des illustrations : le rouge, le bleu et le vert des illustrations sont repris dans le texte. Le même processus est observable dans Les contes du Paradis, publié en 2016. Ce livre, qui se présente sous le format d’un album, fait lui aussi coexister textes et images, tout en témoignant d’un travail important sur la typographie. Ici c’est à un autre mouvement artistique que ses auteurs appartiennent : le dadaïsme. Rêve, absence de logique apparente, de situation convenue et de personnages réalistes sont légion dans ce mouvement artistique. Les dessins, issus de Kate Steintiz, sont épurés, irréguliers dans leurs traits. Le lecteur s’imagine facilement la main levée de l’artiste esquissant ses personnages. Comme pour Le livre des erreurs, les caractères typographiques vont être retravaillés et mélangés pour que l’assemblage du mot (fonction initiale) laisse place à l’assemblage de l’image (nouvelle fonction) : « […] les dadaïstes se firent une joie d’associer librement entre elles les casses de lettres et d’en faire des œuvres d’art abstraites[25]. »

Le Cheval de feu                                                        Les contes du paradis

La matérialité des ouvrages reflète donc le contenu, lui-même axé sur l’art. De plus, la grande majorité des auteurs de la collection « Ymagier » sont des artistes, et souvent des peintres. C’est le cas, entre autres, de Jacob Lawrence (Harriet et la Terre promise) et de Shigeru Hatsuyama (Ton-chan le glouton). Ce dernier a particulièrement bien saisi le reflet de son époque dans son livre. En effet, l’ouverture du Japon à la culture occidentale de 1920 à 1930 crée des mouvements dont les artistes vont s’inspirer : « […] des tendances modernistes dans tous les domaines : littérature, musique, graphisme et même dans le registre culinaire […][26]. »

L’auteur Hatsuyama Shigeru va en imprégner son graphisme jusqu’à y conférer en plus des racines modernistes, un ton véritablement surréaliste : « La typographie et la couleur sont réinventées et donnent naissance à une fantastique modernité aux traits stylisés[27]. »

Les caractères sont en Kinuta Yamamotoan Classic et en Century Oldstyle (une mention de caractère que l’éditrice se fait à chaque livre le devoir de faire). Les caractères accompagnent très souvent les mouvements des illustrations qui vont ainsi conférer, en plus d’un visuel moderne, une véritable musicalité au texte : « Taberu Ton-chan est traversé de rythmes, de cadences libres et enjouées, ses signatures sonores originales n’allant pas sans rappeler le swing[28]. »

Il n’est cependant pas le seul artiste surréaliste présent au sein de la collection. Leonora Carrington (Le lait des rêves) appose sa patte liée à l’humour noir sans restriction et sans limites dans son œuvre. Ses personnages déformés, ses situations inexplicables ou la logique est absente (ex. : une enfant cuisine et vient sonner à la porte le lait pour sa pâte), comme issus d’un rêve ou même d’un cauchemar évoluent dans des teintes sombres, parfois inquiétantes et surtout totalement abstraites. Ces appels à l’imagerie du rêve et de l’onirisme sont caractéristiques du mouvement surréaliste, qui ne cherche pas à épargner ses lecteurs, mais bien à les bousculer comme l’art sait si bien le faire : « Un beau livre bizarre et cruel […] les récits et les images de Leonora Carrington nous offrent un bestiaire fantastique, des têtes coupées, un humour scatologique… qui célèbrent les limites toujours repoussées de l’imagination fertile des enfants[29]. »

Ainsi, la présence de ces artistes qui accompagnent le travail des auteurs vient à nouveau souligner la forte ambition artistique de la collection.

L’engagement politique des auteurs à travers leurs œuvres

La collection « Ymagier », en plus de sa proximité avec des enjeux artistiques, explore aussi une autre thématique, finalement commune à une grande partie du catalogue : le caractère politique des textes. En effet, les livres et auteurs choisis pour intégrer la collection sont reconnus comme étant dénonciateurs, critiques ou encore engagés. Le dernier livre paru à ce jour, Ton-chan le glouton, s’envisage à la lumière du contexte politique, social et économique de l’époque. Bien qu’ayant un élan moderniste, le livre se veut bien moins innocent qu’on pourrait le croire. Il est question de faim, de manque, d’absence de satiété, or en 1929 le Japon subit la crise économique de plein fouet et ne parvient pas à nourrir toute sa population[30]. Le sujet du livre devient ainsi celui d’une société pour les Japonais de l’époque. L’auteur de son côté, face à la militarisation de son pays et à la mise en place de propagande au sein de la presse, quitte la presse pour enfants, refusant de participer à une quelconque manœuvre visant à supporter l’alliance avec l’Allemagne nazie.

Les autres auteurs ne sont pas en reste comme le prouve Vladimir Maïakovski (Le Cheval de feu). Poète futuriste très influent pour ses pairs (ex. : Aris Alexandrou estimait que son travail entrait en cohésion avec le sien) avait un but précis en l’écrivant, à savoir familiariser l’enfant avec « des notions nouvelles[31] ». En faisant découvrir différents corps de métiers à chaque page, dans un schéma répétitif compréhensible pour les plus jeunes, l’auteur souhaite leur faire prendre conscience de la valeur et de l’importance de l’artisanat, du temps et des efforts dépensés, afin de les sensibiliser à « la nature sociale du travail[32] ». Le livre a une volonté très assumée de faire passer un message politique à l’enfant qui va lire son histoire.

Dans un autre registre, aussi bien au niveau de la forme que du visuel, Harriet et la Terre promise écrit et illustré par le peintre états-unien Jacob Lawrence porte aussi des messages très forts. Lawrence a dès ses premières toiles voulu dénoncer et illustrer les conditions de vie des Africains-Américains des années 1930, auxquelles il assiste dès son enfance : « […] des moments de pauvreté manifestes, des soins de santé inadéquats, des intimidations policières, des expulsions et une exploitation raciale[33]. »

Viennent ensuite les représentations, par dizaines, de tableaux de personnages historiques importants pour l’histoire des Africains-Américains, dont Harriet Tubman, militante féministe, contre le racisme et contre l’esclavage. Le livre raconte comment cette femme, ancienne esclave, va libérer d’autres esclaves noirs et les conduire en lieux sûrs via les Undeground Railroad*. Ces dix-neuf périples qu’elle effectue lui vaudront divers surnoms se référant à la figure du prêtre Moïse, libérateur des esclaves égyptiens dans la Bible. Lors de la guerre de Sécession (1861-1865), elle s’engage comme espionne pour l’Union et permet à l’époque la prise de plusieurs villes via ses renseignements ou même son engagement armé.

La collection « Ymagier » n’est donc pas une collection comme les autres. L’éditrice choisit minutieusement les traducteurs et traductrices qui auront la charge de faire découvrir ces classiques jeunesses au public français. La plupart des œuvres étant inédites, « Ymagier » aussi bien dans la forme de ses livres que dans la traduction qui en est faite, souhaite respecter le plus possible les œuvres originales. Il n’est pas question ici de faciliter ou de rendre trop « accessible ». Il faut se heurter aux œuvres (comme dans l’art) pour parvenir à saisir l’essence même de celles-ci. Trop édulcorées, elles en deviennent dénaturées. La collection s’enrichit d’un livre par an depuis 2016. Une seule interrogation peut maintenant se dessiner : quel sera le prochain classique jeunesse étranger à rejoindre la collection en 2022 ?

Lisa Gerrer et Léa Hervé

M2 « Monde du libre » AMU

Juin 2022.


[1] Éditeur, Y. (s. d.). Ymagier – [en ligne] Ypsilon éditeur, consulté le 10 avril 2022, https://ypsilonediteur.com/collections/ymagier.

[2] Isabella Checcaglini, Interview de l’éditrice par les étudiants du Master « Monde du Livre », Aix-en-Provence, Université d’Aix-Marseille, 17 mars 2022 (non publiée).

[3] Marie-Françoise Cachin, La Traduction, France, Éditions du Cercle de la Librairie, coll. “Pratiques éditoriales”, 2007, p. 61.

[4] Association des Traducteurs Littéraires de France, dir. Olivia Guillon, La Situation socio-économique des traducteurs littéraires, juillet 2020, p. 4.

[5] Ibid., p. 4.

[6] Isabella Checcaglini, Interview de l’éditrice par les étudiants du Master « Monde du Livre », op. cit.

[7] Le Nénuphar blanc – Stéphane Mallarmé –. (s. d.). [en ligne], Ypsilon éditeur, consulté le 13 avril 2022, à l’adresse https://ypsilonediteur.com/catalogue/le-nenuphar-blanc.

[8] Leonora Carrington, Le Lait des rêves, France, ed. Ypsilon, 2018, p. 51.

[9] Ibid., p. 51.

[10] Ibid., p. 52.

[11] Syndicat national de l’édition, Pierre Dutilleul (dir.), Les Chiffres de l’édition France et international 2020-2021, [en ligne], SNE, juin 2021, p. 20, consulté le 18 avril 2022, à l’adresse : https://www.sne.fr/app/uploads/2021/06/SNE_2021_Synthese_ChiffresEdition2020.pdf

[12] Direction générale des médias et des services culturels, Le Secteur du livre chiffres clés 2018-2019¸[en ligne], Observatoire de l’économie du livre, avril 2020, p. 3., consulté le 18 avril 2022, https://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Livre-et-lecture/Documentation/Publications/Chiffres-cles-du-secteur-du-livre/Chiffres-cles-du-secteur-du-livre-2018-2019

[13] Gisèle Sapiro, Des échanges inégaux : géographie de la traduction à l’heure de la mondialisation, société des gens de lettres (SGDL), 2013, p. 1.

[14] Marie-Françoise Cachin, La Traduction¸ op. cit., p. 62.

[15] Ibid., p. 62.

[16] Isabella Checcaglini, Interview de l’éditrice par les étudiants du Master « Monde du Livre », op. cit.

[17] Ibid.

[18] Isabelle Olivero, L’invention de la collection, Paris, Éditions de l’IMEC – Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1999, p. 28.

[19] Eko Sato, « Présentation », in Ton-chan le glouton¸ Paris, ed. Ypsilon, coll. « Ymagier », 2021, p. 3.

[20] Jean-Baptiste Para, « Maïakovski et le cheval de feu », in Le Cheval de feu, Paris, ed. Ypsilon, coll. « Ymagier », 2019, p. 23.

[21] Isabella Checcaglini, Interview de l’éditrice par les étudiants du Master « Monde du Livre », op. cit.

[22] Nathalie Leprince, « Introduction. La littérature jeunesse ou le grand livre des paradoxes », La Littérature jeunesse¸ Paris, Armand Colin, « Hors collection », 2021, p. 30.

[23] Christophe Patris, Rodari, une œuvre au service des jeunes lecteurs, [en ligne], La Revue des livres pour enfants, 2021, consulté le 19 avril 2022, https://ypsilonediteur.com/catalogue/le-livre-des-erreurs/la-revue-des-livres-pour-enfants

[24] Isabella Checcaglini, Interview de l’éditrice par les étudiants du Master « Monde du Livre », op. cit.

[25]Vive Dada ! [en ligne], Librairie À la page, 2016, consulté le 25 avril 2022, à l’adresse : http://alapagevichy.blogspot.com/2016/12/vive-dada.html

[26] Pascale Joncour, Un « savoureux » goret nippon très gourmand ! La Revue des livres pour enfants, BNF, février 2022, consulté le 22 avril 2022, à l’adresse : https://ypsilonediteur.com/catalogue/ton-chan-le-glouton/la-revue-des-livres-pour-enfants

[27] Eko Sato, « Présentation », in Ton-chan le glouton¸ op. cit., p. 3.

[28] Ibid., p. 3.

[29] David Pigeret, Coup de coeur, [en ligne], Librairie Mollat, 2018, consulté le 25 avril 2022, https://ypsilonediteur.com/catalogue/le-lait-des-reves/librairie-mollat

[30] Eko Sato, « Présentation », in Ton-chan le glouton, op. cit. p. 3.

[31] Jean-Baptiste Para, « Maïakovski et le cheval de feu », in Le cheval de feu, op. cit., p. 23.

[32] Ibid., p. 23.

[33] Jacob Lawrence, Harriet et la Terre promise, Paris, trad. Étienne Dobenesque, ed. Ypsilon, coll. « Ymagier », 2017, p.33.

*Chemins de fer clandestins

Bibliographie

Corpus

  • Carrington Leonora, Le lait des rêves, France, ed. Ypsilon, coll. « Ymagier », 2018, 56 p.
  • Hatsuyama Shigeru, Ton-chan le glouton, Paris, ed. Ypsilon, coll. « Ymagier », 2021, 80 p.
  • Juster Norton, Le point et la ligne, Paris, ed. Ypsilon, coll. « Ymagier », 2016, 72 p.
  • Lawrence Jacob, Harriet et la Terre promise, Paris, ed. Ypsilon, coll. « Ymagier », 2017, 36 p.
  • Mallarmé Stéphane, Le Nénuphar blanc¸ Paris, ed. Ypsilon, coll. « Ymagier », 2011, 28 p.
  • Mïakovski Vladimir, Le cheval de feu, Paris, ed. Ypsilon, coll. « Ymagier », 2019, 24 p.
  • Noël Bernard, Paul Trajman ou la main qui pense, Paris, ed. Ypsilon, coll. « Ymagier », 2010, 96 p.
  • Rodari Giani, Le livre des erreurs, Paris, ed. Ypsilon, coll. « Ymagier », 2020, 160 p.
  • Schwitters Kurt, Steintiz Kate, Les contes du paradis, Paris, ed. Ypsilon, coll. « Ymagier », 2016, 40 p.
  • Venance Loïc, Mineros, Paris, ed. Ypsilon, coll. « Ymagier », 2010, 96 p.

Ouvrages

  • Cachin Marie-Françoise, La Traduction, France, Éditions du Cercle de la Librairie, coll. « Pratiques éditoriales », 2007, 168 p.
  • Olivero Isabelle, L’Invention de la collection, Paris, Éditions de l’IMEC – Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1999, 334 p.

Articles

  • Isabella Checcaglini, Interview de l’éditrice par les étudiants du Master « Monde du Livre », Aix-en-Provence, Université d’Aix-Marseille, 17 mars 2022 (non publiée).
  • Joncour Pascale, Un « savoureux » goret nippon très gourmand !, [en ligne] La Revue des livres pour enfants, BNF, février 2022, consulté le 22 avril 2022.

https://ypsilonediteur.com/catalogue/ton-chan-le-glouton/la-revue-des-livres-pour-enfants

  • Patris Christophe, Rodari, une oeuvre au service des jeunes lecteurs, [en ligne], La Revue des livres pour enfants, 2021, consulté le 19 avril 2022.

https://ypsilonediteur.com/catalogue/le-livre-des-erreurs/la-revue-des-livres-pour-enfants

  • Sapiro Gisèle, Des échanges inégaux : géographie de la traduction à l’heure de la mondialisation, Société des gens de lettres (SGDL), 2013, p. 1.

Études

  • Association des Traducteurs Littéraires de France, Guillon Olivia (dir.), La Situation socio-économique des traducteurs littéraires, juillet 2020, 16 p.
  • Direction générale des médias et des services culturels, Le Secteur du livre chiffres clés 2018-2019¸ [en ligne], Observatoire de l’économie du livre, avril 2020, consulté le 18 avril 2022, 4 p.

https://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Livre-et-lecture/Documentation/Publications/Chiffres-cles-du-secteur-du-livre/Chiffres-cles-du-secteur-du-livre-2018-2019

  • Syndicat national de l’édition, Dutilleul Pierre (dir.), Les Chiffres de l’édition France et international 2020-2021, [en ligne], SNE, juin 2021, consulté le 18 avril 2022, 24 p.

https://www.sne.fr/app/uploads/2021/06/SNE_2021_Synthese_ChiffresEdition2020.pdf

Sites web

  • Éditeur, Y. (s. d.). Ymagier – [en ligne] Ypsilon éditeur, consulté le 10 avril 2022.

https://ypsilonediteur.com/collections/ymagier.

  • Le Nénuphar blanc – Stéphane Mallarmé –. (s. d.). [en ligne] Ypsilon éditeur, consulté le 13 avril 2022.

https://ypsilonediteur.com/catalogue/le-nenuphar-blanc.

  • Vive Dada !, [en ligne], Librairie À la page, 2016, consulté le 25 avril 2022.

http://alapagevichy.blogspot.com/2016/12/vive-dada.html

  • Pigeret David, Coup de coeur, [en ligne], Librairie Mollat, 2018, consulté le 25 avril 2022.

https://ypsilonediteur.com/catalogue/le-lait-des-reves/librairie-mollat




Citer ce billet
gerrerl (2022, 16 décembre). La collection « Ymagier » des éditions Ypsilon : un apport dans le paysage éditorial français. Monde du Livre. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlx6

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search