Donner de la voix à la communauté africaine-américaine

Reproduction de la couverture originale de Feu !!

À travers plusieurs auteurs africains-américains qui s’expriment dans différents genres (roman, essai autobiographique, recueil de nouvelles et de poésie, revue), l’éditeur Ypsilon donne la voix à toute une communauté qui s’est exprimée au cours du XXe siècle, mais dont les œuvres sont restées soient inédites en France, soient dans une relative confidentialité. Le travail de l’éditeur, Isabella Checcaglini, a consisté à leur apporter ici une nouvelle publicité, en essayant de retranscrire au mieux le caractère africain-américain. Comment se manifeste-il dans le catalogue de cette maison d’édition ?

Afin de répondre à cette question, nous allons nous appuyer sur les œuvres d’auteurs africains-américains présents dans le catalogue de la maison d’édition avec une étude plus approfondie de plusieurs d’entre eux : la revue unique Feu !! Harlem 1926 écrit par un collectif d’auteurs, le récit autobiographique Chassés de la lumière (1972) de James Baldwin, le recueil de poèmes La Panthère et le fouet (1967) de Langston Hugues, le recueil de nouvelles Gorille, Mon amour (1972) de Toni Cade Bambara et le roman Jour de fête (1923) de Waldo Franck.

Une histoire et une identité propres

Les livres d’auteurs noirs américains présents dans le catalogue d’Ypsilon visent à construite l’identité narrative noire américaine au cours du siècle dernier. Ils ont tous été publiés après les années 1920 : les premiers titres sont Cannes et Jour de fête tous les deux publiés en 1923 et le dernier étant Les Mangeurs de sel de Toni Cade Bambara publié en 1980.

Le Mouvement Harlem Renaissance

Le début du XXe siècle est une époque formatrice dans la littérature africaine-américaine : c’est le début du mouvement Harlem Renaissance. Celui-ci prend racine dans le quartier new-yorkais, habité à l’époque principalement par des familles noires de classe moyenne. Ce mouvement se manifeste dans tous les champs culturels avec la volonté de redéfinir le statut de l’homme noir par l’homme noir, en dehors de sa relation à l’homme blanc. L’acteur et militant des droits civiques, Paul Robeson estimait que les arts et la culture étaient les moyens par lesquels la communauté africaine-américaine allait surmonter le racisme et s’imposerait dans une culture où l’homme blanc prédomine[1]. Nous retrouvons cette notion dans le cri lancé par Langston Hughes : « Nous jeunes artistes nègres qui créons aujourd’hui entendons exprimer nos moi individuels et à la peau foncée sans peur ni honte[2]. »

Dessin d’Aaron Douglas paru dans la revue Feu !! p.44

La revue Feu !! en ce sens est précurseur. Mettant en avant la vie des habitants du quartier de Harlem, cette publication unique représente la quintessence du mouvement littéraire Harlem Renaissance avec des auteurs emblématiques tels que Langston Hugues et Zora Neale Hurston. Dans son édition française, est fait mention sur la quatrième de couverture que « la vie du peuple noir est rendue telle qu’on n’avait jamais osé la représenter, les tabous sont levés, on ne regarde pas le monde autour de soi à travers le filtre blanc bourgeois ». L’objet livre de Feu !! se présente comme un fac-similé traduit de la revue publiée en 1926 avec notamment une reconstitution de la page de couverture à l’intérieur du livre. On trouve également traduit un bon d’abonnement à la revue New Masses. Il s’agit pour le lecteur de replonger dans cette époque des années folles au cœur du quartier d’Harlem.

Cette revue a bénéficié d’une belle publicité lors de sa sortie, en raison du défi éditorial qu’il représentait, mais aussi parce qu’il donne une idée de ce que ce fut le mouvement Harlem Renaissance[3]. Il s’agit d’un mouvement qui a transformé la manière dont les Africains-Américains étaient perçus dans la culture américaine et a instauré les bases qui permirent à la lutte des droits civiques de prendre son envol dès les années 1950. C’est la fin de la période Jim Crow, la communauté noire peut alors se définir totalement en dehors du joug de l’homme blanc. Dans ce contexte, les auteurs africains-américains réclament une identité et une histoire qui leur sont propres.

Contexte et géographie des années 1960

Le récit autobiographique Chassés de la lumière écrit par James Baldwin durant son exil en France puis son retour dans son pays d’origine, à la fin des années 1960, a un contexte bien différent, puisque postérieure aux premiers mouvements des droits civiques aux États-Unis et à la guerre d’indépendance de l’Algérie. Il n’en est pas moins révélateur d’une recherche identitaire. Dans Temps et Récit III, le philosophe Paul Ricoeur définit l’identité narrative : « Un sujet se reconnaît dans l’histoire qu’il se raconte à lui-même sur lui-même[4]. » Pour James Baldwin, il s’agit d’écrire l’histoire du peuple noir américain à travers sa propre expérience d’exilé qu’il soit à Paris ou dans son propre pays. Il est un narrateur lié à la communauté africaine-américaine mais se place comme un observateur qui s’en est malgré tout éloigné : « D’une certaine façon, qu’il m’est difficile d’expliquer à mes compatriotes, le fait que j’avais “réussi” signifiait que j’avais trahi ces gens qui m’avaient fait[5]. »

James Baldwin fait par ailleurs un parallèle entre la communauté noire aux États-Unis et la communauté algérienne en France. Il écrit que « les Algériens ne se battaient pas pour obtenir plus de justice (ils devaient en avoir leur compte maintenant) mais le droit de déterminer leur propre destiné[6] ». Les Algériens et les Africains-Américains avaient un point commun : un désir de liberté pour exprimer leur identité.

Dans son récit, James Baldwin évoque également plusieurs voyages dans le Sud des États-Unis, considéré comme un « espace autre ». Afin de mettre en avant la particularité de ces paysages, la professeure de l’Université de Boston, Thadious Davis crée la notion de southscapes (contraction de south et landscapes) ; ces États du Sud se distinguent du reste du pays, dans leur aspect social, économique et culturel. On retrouve cette idée Chassés de la lumière : « Dans les villes du Sud, les lignes de partage racial sont déconcertantes et perfides pour un étranger ; elles ne sont jamais aussi clairement marquées que dans le Nord ­­— en tout cas pour lui [7]. » Le fractionnement des espaces du Sud des États-Unis s’est fait dans la douleur avec un héritage de l’esclavage qui est plus ressenti que dans le reste du pays. Le clivage noir-blanc crée une fissure qui est visible dans les espaces. Bien qu’américain, James Baldwin en est totalement étranger. On peut ainsi penser qu’il n’y a pas une seule identité africaine-américaine, mais plusieurs expressions identitaires et qu’elles se manifestent dans différents mouvements littéraires. 

On voit ainsi que la revue comme le récit autobiographique sont deux genres qui témoignent d’une époque, où les auteurs africains-américains cherchaient leur identité communautaire et pour la maison d’édition, Ypsilon.éditeur, il était important que les lecteurs puissent en comprendre le contexte historique. Ces œuvres font sens dans leur contexte de publication. Sur la revue Feu !!, a été ajouté le sous-titre « Harlem 1926 » qui ancre la revue dans une ère géographique, temporelle et culturelle ; le quartier de Harlem a par ailleurs une résonnance forte dans l’imaginaire collectif. On retrouve un procédé similaire de mise en contexte pour le récit de James Baldwin Chassés de la lumière qui est accompagné des dates d’écriture : 1967-1971. Cette précision n’est pas présente sur les couvertures des éditions anglo-saxonnes. Il s’agit de la part de l’éditeur de donner une première approche contextuelle de la lecture.

Ypsilon.éditeur produit en grande majorité de la littérature traduite. Il est intéressant de voir maintenant comment la traduction des auteurs africains-américains a représenté un travail particulier dont le principal enjeu a été de respecter au plus près la langue et l’esprit du texte, qui définissent cette communauté d’auteurs.

Traduire sans trahir

Retraduction : l’exemple de Zora Neale Hurston

La nouvelle traduction d’Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell proposée en 2020 posa la question délicate de la retranscription du langage des esclaves. Le traducteur original s’était accordé avec la romancière américaine sur l’utilisation d’un « parler nègre », aujourd’hui sujet à polémique. La nouvelle traductrice s’était alors efforcée de présenter un langage plus authentique, tenant compte d’une certaine musicalité. Il est intéressant de voir dans le travail de traduction d’Étienne Dobenesque réalisé pour la revue Feu !! publiée en 2017 une recherche déjà très poussée sur cette question délicate de la retranscription de ce que l’on appelle désormais l’anglais vernaculaire africain-américain.

En effet, l’éditeur a fait suivre les articles d’un texte du traducteur intitulé « Notes sur la traduction de Zora Neale Hurston ». Ce dernier y explicite les difficultés rencontrées et les choix opérés pour faire entendre cette « expression noire » comme l’auteur en détailla les caractéristiques dans un essai publié en 1934 et que Ypsilon a également intégré comme paratexte à la revue.

L’un des enjeux particuliers de la traduction en français de la pièce et de la nouvelle publiée dans la revue consiste pour Étienne Dobenesque à « traduire en français un texte qui entend retranscrire en anglais un accent de l’anglais ». S’appuyant sur le travail d’une autre traductrice, Françoise Brodsky, il rappelle qu’il s’agit surtout de traduire un langage en s’appuyant sur des « artifices visuels ». Pour le traducteur des éditions Ypsilon, « ce problème de la transcription du parler a en réalité une dimension politique », puisqu’en distinguant le parler d’un personnage en dehors des conventions de lecture connues, on marque visuellement sa différence d’origine, sociale ou autre. C’est ce que les Anglo-Saxons appellent l’eye dialect. Étienne Dobenesque manipule les caractères pour rendre l’oralité de ce langage : « En vérité, si je t’avais pas vu mêrcher, je aurais cru voêr une rose[8]. »

La traduction antérieure de Zora Neale Hurston reposait aussi sur les différents créoles du français, en particulier en raison de leur musicalité. Mais le traducteur français va plus loin en cherchant à inventer cette manière différente de parler français, en créant des variations au niveau de la phonétique et de la syntaxe, et finalement en revenant sur ces certains points aux traits de cette « expression noire » explicités par l’auteure elle-même dans son essai.

En accordant une telle place au traducteur sur le plan paratexuel (appareil critique, traduction de l’ensemble des articles, reconnaissance sur la première de couverture), les éditions Ypsilon soulignent le travail distinctif que représente une nouvelle traduction, dont la qualité rejaillit sur la maison d’édition elle-même. De plus, la volonté manifeste de l’éditeur de respecter l’anglais vernaculaire africain-américain souligne combien cette dernière est constitutive de l’identité de l’auteur et par là même de sa communauté.

Une « édition intégrale » pour James Baldwin

L’œuvre de James Baldwin est sans doute l’une des plus traduites des auteurs africains-américains des années 1960 avec Richard Wright et Ralph Ellison, en France. Proposer une nouvelle édition de Chassés de la lumière, publié initialement en 1972, répond à une certaine logique éditoriale pour la maison Ypsilon éditeur. Ce récit est un des moins connus de l’écrivain, nous y retrouvons une forme d’écriture que James Baldwin avait déjà commencé à développer dans La prochaine fois, le feu en 1963. Cependant, dans cette œuvre débutée neuf ans plus tard, James Baldwin expose une pensée plus radicale avec une écriture portée par la colère face aux assassinats des figures emblématiques du mouvement des droits civiques. 

Il s’agit pour la maison d’édition de publier une version intégrale du récit de Baldwin, certains passages étaient absents dans l’édition de 1972 des éditions Stock. Isabella Checcaglini explique que cela peut être dû au fait que l’édition française est parue en simultanée avec les éditions britannique et américaine et que la traductrice n’avait alors pas une version définitive du texte de James Baldwin.

Couverture de Chassés de la lumière de James Baldwin paru aux éditions Ypsilon.

Sur sa quatrième de couverture, l’éditeur précise que cet ouvrage « a été par la suite oublié en France et pourfendu par la critique anglophone ». Comment pouvoir lui redonner ses lettres de noblesse ? À la suite du texte de James Baldwin, on trouve trois éléments de péritexte éditorial. En premier lieu, une « note sur l’édition » précise que le travail d’Ypsilon.éditeur a consisté à reprendre « l’édition originale américaine, son texte et sa composition », en choisissant d’intégrer deux passages non traduits initialement et de mettre en annexe un troisième passage édité par Stock mais absent dans la version publiée par l’éditeur américain. Le troisième élément du péritexte éditorial est une postface écrite par Félix Boggio Éwanjé-Épéé et Stella Magliani-Belkacem. Cette dernière est à l’origine du projet d’édition de l’œuvre de James Baldwin chez Ypsilon.éditeur. Dans cette postface intitulée « Il faut sauver les blancs », les deux auteurs analysent la résonance que possède le récit de Baldwin en France et font l’étude des questions raciales en France à partir des textes issus des luttes du peuple africain-américain.  

La maison d’édition a fait le choix de ne pas traduire les exergues du récit et garde au début de l’œuvre quatre pages noires avec une police de caractère blanche. D’autres pages noires séparent les différentes parties du récit et annoncent l’épilogue. Cela permet à la maison d’édition d’expliquer le choix du titre de l’édition française. Le titre original du récit de Baldwin est No name in the street et a été publié en France sous le nom de Chassés de la lumière par les éditions Stock. Ce choix de traduction prend tout son sens lorsque l’exergue est conservé, celui-ci est tiré du Livre de Job, l’éditrice en apporte la traduction dans la « Note sur l’édition ». Isabella Checcaglini y explique ce choix éditorial : « Nous avons choisi de garder la mise en page et la langue d’original (…), significatives d’un langage religieux propre au discours militant noir de cette époque[9]. » Ces quatre pages noires sont comme un second élément contextualisant le récit.

La publication du texte de James Baldwin par Ypsilon.éditeur avait donc comme ambition de présenter l’intégralité du texte, mais avec la traductrice originelle, Magali Berger, qui a revu et corrigé son propre travail.

L’édition bilingue et inédite de Langston Hugues

Langston Hughes est un auteur Américain, fervent militant du mouvement des droits civiques. Dès le début de sa carrière, ses idées se font entendre, notamment lors de la publication d’un article en juin 1926 dans l’hebdomadaire The Nation, « The Negro Artist and the Racial Montain », dans lequel il appelle les artistes africains-américains à ne plus vouloir effacer leur héritage à la faveur de la culture dite blanche, mais plutôt de le revendiquer fièrement.

Grand admirateur des jazzmen et bluesmen, Langston Hughes est aussi un participant émérite des fêtes données à Harlem, nommées les rent parties. Cela peut expliquer l’impact musical qui se ressent dans ses poèmes. Ces fêtes populaires noires seront le berceau de certaines de ses œuvres, et un point d’ancrage pour ses revendications. Ses poèmes contenus dans l’édition bilingue d’Ypsilon La panthère et le fouet transmettent le désir d’une nouvelle image de l’homme noir américain, loin des clichés qui circulaient. Son écriture y est consacrée aux petites gens de Harlem, et à la condition noire dans son ensemble. Ses poèmes se veulent universels, teintés d’un humanisme noir dans sa globalité. Ils représentent également la douleur, la misère et le racisme dont sont victimes les personnes noires.

Le poème The backlash blues dénonce le rejet sociétal : « You give me second-class houses,/ Give me second-class schools,/ […] You must think us colored folks/ Are second-class fools. »  (« Tu me donnes des maisons de seconde classe,/ Me donnes des écoles de seconde classe,/ […] Sans doute penses-tu que nous gens de couleur/ Sommes des idiots de seconde classe[10]. » ) Si la classe populaire noire est aussi miséreuse, ce n’est pas par leur couleur de peau en premier lieu mais par les choix de la population blanche qui leur impose des peines supplémentaires.

En dépit de la reconnaissance dont Langston Hughes bénéficie aux États-Unis, La Panthère et le fouet est traduit pour la première fois en France en 2021 cinquante-quatre ans après sa publication originale. L’ouvrage était composé au deux-tiers de poèmes inédits. Cette anthologie de poésie a été choisie pour le propos, le ton dénonciateur et les revendications de l’auteur quant aux « extrêmes de l’histoire des Africains-américains » que sont le racisme, la ségrégation et l’esclavage. Nombre de ces poèmes prennent par ailleurs ancrage dans des évènements historiques, des personnes, des lieux spécifiques. Afin de faciliter l’immersion dans le texte, le lecteur bénéficie d’un index important en fin de volume. Cela permet d’éviter l’ajout de notes de bas de page et d’entraver la fluidité du texte. A été également fait le choix de réaliser une édition bilingue, certainement en raison de la spécificité du texte traduit : de courts poèmes dont la taille et l’oralité se prêtent à une édition conservant le texte-source.

La Panthère et le fouet de Langston Hughes

Le rôle du traducteur est central dans ce recueil. Il se trouve dans les éléments paratextuels habituels, comme la mention du nom du correcteur sur la page de titre. Ypsilon a également fait le choix d’une mise en avant sur la première de couverture, ce qui n’est pas le cas de tous les éditeurs. Selon Isabella Checcaglini, éditrice d’Ypsilon, le travail du traducteur fait partie de l’œuvre. Il possède alors un droit moral qui est perpétuel, inaliénable et imprescriptible, ce qui se répercute sur une représentation en première de couverture.

Les éditions Ypsilon ont fait le choix de publier ce texte dans sa langue d’origine, en ajoutant en regard de chaque poème une traduction proposée par Pascal Neveu. Publier une édition bilingue permet de mettre en lumière le travail de l’auteur ainsi que celui du traducteur. Le traducteur possède un rôle capital lorsqu’il s’agit de retranscrire de la poésie. En fonction des langues traduites, il est difficile de rendre compte de la forme et du sens du poème. Si pour Albert Camus la poésie est intraduisible en raison de sa musicalité, d’autres auteurs considèrent qu’ils doivent faire primer l’accès au texte à la reconstitution parfaite. Le traducteur est confronté au respect d’un équilibre au niveau sémantique, syntaxique, métrique et phonétique. Mais il doit faire des choix. Par exemple, la pièce d’Alessandro Baricco Novecento : Pianiste existe en une traduction française par Françoise Brun dans laquelle prime la musicalité du texte, puisque très importante dans l’œuvre originale. Certains éléments peuvent être alors perdus, au profit d’une volonté du traducteur de privilégier un aspect du texte à un autre. Dans le poème The backlash, on peut voir un choix de traduction : « Mister backlash » a été traduit par « Monsieur Réac’ ». Or, le terme backlash signifie plutôt le contrecoup ou le choc en retour. L’un des éléments sémantiques du mot est transmis par la traduction, celui d’un homme en réaction contre les personnes noires. Cependant la traduction peine à mettre en lumière la violence physique du personnage.

Publier la forme poétique en édition bilingue permet d’offrir une traduction aux personnes ne maîtrisant pas la langue source tout en accordant une transparence au texte d’origine. Le traducteur peut alors faire des choix sans pour autant rendre invisibles certaines intentions parfois intraduisibles de l’auteur d’origine. Cela permet de rendre compte de cette littérature africaine-américaine, dans la complexité de son ancrage géographique, politique et culturel, notamment grâce à son index important en fin de volume. Avoir choisi de diffuser un recueil de poésie afin de parler des souffrances d’un peuple offre un moyen aux éditions Ypsilon d’en montrer une image puissante et percutante en seulement quelques mots. Publier de la poésie d’un auteur engagé et dans une édition bilingue représente déjà un défi éditorial.

Un esprit de collection

Ypsilon.éditeur construit son catalogue, en créant des liens entre les différents titres de ces auteurs africains-américains. Cela se traduit esthétiquement déjà par le choix de la couleur unique des couvertures[11]. Comme en témoigne Isabella Checcaglini : « J’ai demandé à faire une série, une sorte de collection, c’est pour ça qu’ils ont tous la couleur de la terre rouge de Géorgie, c’est à cause de Canne. » Cela permet à la maison d’édition de nous rappeler que cette littérature africaine-américaine est à la recherche d’une identité dans un pays dont elle a travaillé la terre. À travers la littérature, les auteurs africains-américains souhaitent se réapproprier ces espaces dont ils ont été effacés : « Dans une subversion de la vieille idéologie dominante du Sud, les écrivains de couleurs s’approprient l’espace même qui a nié leur humanité et les a dévalorisés[12]. »

Cette « collection » créé par Ypsilon inclut aussi des auteurs qui ont fait l’objet d’un traitement éditorial particulier : Jean Toomer et son ami, Waldo Franck, et l’autrice, Toni Cade Bambara. En quoi la publication d’une partie de leur œuvre dans cette maison d’édition est-elle pertinente ?

Dépasser l’opposition Noir/Blanc

Ypsilon.éditeur publie le roman Canne de Jean Toomer, en 2016, puis son « jumeau », Jour de fête de Waldo Frank en 2019. Le livre de Jean Toomer est considéré comme un chef-d’œuvre de la littérature américaine et emblématique de l’identité africaine-américaine. À propos de ces deux œuvres, on peut lire dans le catalogue : « Les deux livres sont écrits parallèlement, presque “ensemble”, puisqu’ils voient le jour pendant et après le voyage dans le Sud des États-Unis que les deux auteurs, et grands amis — Waldo Frank et Jean Toomer — firent ensemble pour mieux comprendre les relations humaines dans la société américaine violemment divisée par la question raciale[13]. » En ce sens, Ypsilon.éditeur respecte pratiquement, à l’instar de son homologue américain, le souhait initial de Jean Toomer : « ….ce serait génial de voir Jour de fête et Canne sortir en même temps. Mais je demande si nos amis le public et les critiques seraient capables d’y faire face. Tant pis pour eux s’ils ne peuvent pas[14]. »

L’éditeur introduit par cette citation, une note en fin d’ouvrage rédigée par la traductrice, qui présente la genèse et le devenir des deux livres publiés en 1923, où « Modernisme et Renaissance de Harlem vont ensemble ». Il est intéressant de voir ici que le travail éditorial d’Ypsilon.éditeur ne tient pas seulement à donner de la voix à un auteur africain-américain comme Jean Toomer, mais aussi à faire (re)découvrir un talent « éclectique et iconoclaste » tel que Waldo Franck, Juif américain, qui « était blanc et se faisait passer pour un Noir », dixit son éditrice française. Bien qu’intégré dans cette collection emblématique, l’auteur de Jour de Fête est reconnu comme un écrivain et critique cosmopolite, aux influences culturelles multiples, et notamment françaises.

Il faut également prendre en considération l’évolution des mentalités et de la réception de telles œuvres littéraires. Comme le rappelle Isabella Checcaglini dans notre entretien[15], le traducteur de Canne, Jean Wagner, pionnier dans la traduction de la littérature africaine-américaine, employait le terme de nègre sans que cela ne soit sujet à polémique. Depuis le présentiment exprimé par Jean Toomer dans les années 1920, le jugement des lecteurs et des critiques a bien évolué et l’opposition Noir/Blanc ne se pose plus dans les mêmes termes. L’éditrice fait référence, pour la construction de cette partie du catalogue, à l’exposition « Color Line » au Musée du Quai Brandy en 2016, qui a pour ambition de présenter des artistes cherchant à estomper « cette ligne de couleur discriminatoire ». C’est d’ailleurs par le biais de cette exposition que l’éditrice d’Ypsilon aurait eu l’idée de publier l’année suivante, le livre destiné à la jeunesse, Harriet et la Terre promise du peintre Jacob Lawrence, publié initialement en 1968.

Toni Cade Bambara ou l’expression d’un féminisme noir

De son vrai nom, Miltona Mirkin Cade (1939-1995), l’auteure de Gorille, mon amour, a vécu dans plusieurs quartiers new-yorkais : Harlem, Brooklyn et Queens, la définissant comme une vraie « enfant de la balle ». À l’âge de 6 ans, elle change de prénom pour Toni. Puis en 1970, elle revendique ses origines africaines en ajoutant le nom de son arrière-grand-mère, Bambara. Ce double changement d’identité symbolise bien la présence de deux héritages culturels chez les Africains-Américains. Toni Cade Bambara ne s’en est pas moins affirmée, à travers ses écrits comme par ses engagements, comme l’une des figures majeures de l’expression de la communauté noire américaine et, comme le souligne l’éditeur, « l’une des principales contributions à la littérature féministe noire dont les années 1970 ont vu l’urgence et l’émergence[16] ». Comment cela se manifeste-il dans les choix éditoriaux opérés par Ypsilon.éditeur ?

Le péritexte éditorial est rédigé par des femmes : ses éditrices et sa traductrice en France. Cette dernière n’était certes pas d’origine africaine-américaine, mais Anne Wicke avait plusieurs points communs avec l’auteure, comme le professorat en littérature américaine, les actions culturelles, son décès à une cinquantaine d’années et Toni Morrison. En effet, Anne Wicke a non seulement été la traductrice des tous les écrits de Toni Cade Bambara, mais aussi de plusieurs écrits du Prix Nobel de littérature en 1993. Par ailleurs, l’auteure de Beloved, également éditrice à Random House, a été à l’origine de la publication de toute l’œuvre de Toni Cade Bambara aux États-Unis. Le lien entre les quatre femmes se voit à travers les différents éléments péritextuels : la préface auctoriale, la postface à vocation biographique de la traductrice, et la jaquette. On peut y lire notamment une citation de Mari Evans, au sujet des nouvelles qui composent le recueil, Gorille, mon amour. La militante du mouvement des droits civiques, associée au Black Arts Movement, écrit en effet : « Vous pouvez à peine les appeler histoires. Ce sont des copeaux de notre expérience Noire — comme de chocolat. Doux amer, c’est ça. »

Peut-on toutefois dire que l’expression d’un féminisme, et qui plus est noire, comme le distille Toni Cade Bambara dans ses œuvres, ne peut être représentée que par une femme et d’origine africaine-américaine ? À cette question délicate, Isabelle Checcaglini répond : « Je ne pense toutefois pas qu’une femme doive traduire une femme et un homme traduire un homme […]. Comment traduire certains mots plus délicats ? L’important c’est aussi de pouvoir discuter, je ne pense pas qu’il y ait une réponse définitive. »

Il n’en reste pas moins que le travail d’Ypsilon.éditeur avec l’œuvre de Toni Cade Bambara, rejoint celui effectué pour les autres auteurs africains-américains. Le recueil, comme son roman, Les Mangeurs de sel, s’inscrivent dans la ligne éditoriale des œuvres publiées, symbolisée par la couleur ocre rouge de leur couverture. L’éditrice considère toutefois ces deux livres comme ayant une place à part, à l’écart du triptyque militant, Canne, Jour de fête et Feu !! De par son contexte d’écriture (les années 1960-1970) et les thèmes abordés, Gorille mon amour est un reflet des aspirations féministes de l’écrivaine, où est présentée une galerie de personnages féminins – femmes, filles, grands-mères – au sein d’une communauté empreinte de préjugés sociaux et raciaux et dont les aspirations sont toujours brûlantes d’actualité.

* * *

A travers différents titres de son catalogue, Ypsilon.éditeur peint un paysage large de la littérature africaine-américaine, dans le fond et dans la forme, en rendant compte d’une identité qui s’est construite en dehors du regard blanc. Les œuvres traversent le XXe siècle et témoignent de l’évolution de l’histoire du peuple noir américain. La maison d’édition française se distingue dans la publication de ces livres par son travail de contextualisation, par le respect au plus près de la langue et de la forme de l’œuvre originales, et enfin par la création d’une collection qui donne de la voix à une communauté africaine-américaine dans toute sa diversité et son actualité. En ce sens, ces éditions en langue française parviennent à en retranscrire le caractère singulier.

Rebecca Chiarazzo, Julian Dufay et Émilie Laborde

M2 « Monde du libre » – AMU

Juin 2022

Bibliographie

 Corpus principal

Toni Cade Bambara, Gorille, mon amour, traduit par Anne Wicke, Paris, Ypsilon.éditeur, 2018

James Baldwin, Chassés de la lumière, traduit par Magali Berger, Paris, Ypsilon.éditeur, 2015

Collection, Feu !! Harlem 1926, traduit par Étienne Dobenesque, Paris, Ypsilon.éditeur, 2017

Waldo Frank, Jour de fête, traduit par Pascal Neveu, Paris, Ypsilon.éditeur, 2019

Langston Hugues, La panthère et le fouet, traduit par Pascal Neveu, Paris, Ypsilon.éditeur, 2021

Corpus théorique

Thadious M. Davis, Southscapes : Geographies of Race, Region, and Literature, University of North Carolina Press, 2011

Paul Ricoeur, Temps et Récit III, Paris, Seuil, 1985

Sitographie

« Harlem Renaissance », in History.com [site en ligne],12 janvier 2022. Consultable à l’adresse suivante : https://www.history.com/topics/roaring-twenties/harlem-renaissance


[1] « Harlem Renaissance », in History.com [site en ligne],12 janvier 2022. Consultable à l’adresse suivante : https://www.history.com/topics/roaring-twenties/harlem-renaissance

[2] Langston Hugues in Feu !! – Harlem 1926, traduit par Étienne Dobenesque, Paris, Ypsilon.éditeur, 2017, p. 79.

[3] Voir notamment l’épisode que l’émission « La Fabrique de l’Histoire » de France Culture lui a consacré : https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/black-studies-24-fire-harlem-1926

[4] Paul Ricoeur, Temps et Récit III, Paris, Seuil, 1985, p. 357.

[5] James Baldwin, Chassés de la lumière – 1967-1971, traduit de l’anglais par Magali Berger, Paris, Ypsilon éditeur, p. 23.

[6] Ibid., p. 51.

[7] Ibid., p. 75.

[8] Zora Neale Hurston, « Frappée de couleur » in  Feu !! – Harlem 1926, traduit par Étienne Dobenesque, Paris, Ypsilon.éditeur, 2017, p. 13.

[9] « Note sur l’édition », in Chassés de la lumière – 1967-1971, op. cit., p. 194.

[10] Langston Hugues, La panthère et le fouet, Paris, Ypsilon.éditeur, 2021, p. 21.

[11] À l’exception du livre de James Baldwin faisant partie de la collection « Contre-Attaque », et de Harriet et la terre promise de Jacob Lawrence intégré dans la collection « Ymagier ».

[12] Thadious M. Davis, Southscapes: Geographies of Race, Region, and Literature, University of North Carolina Press, 2011, p. 19.

[13] Catalogue Ypsilon.éditeur 2018-2022, p. 9.

[14] Lettre de Jean Toomer à Waldo Franck, début janvier 1923, cité dans Jour de Fête de Waldo Franck, traduit par Pascal Neveu, Paris, Ypsilon.éditeur, 2016, p. 153.

[15] Isabella Checcaglini, Interview de l’éditrice par les étudiants du Master « Monde du Livre », Aix-en-Provence, Université d’Aix-Marseille, 17 mars 2022 (non publiée).

[16] Jaquette intérieure droite de Gorille, mon amour, Paris, Ypsilon éditeur, 2018.



Citer ce billet
dufayj (2023, 17 janvier). Donner de la voix à la communauté africaine-américaine. Monde du Livre. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlx7

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search