Vague coréenne et intraduction : les voies littéraires d’un soft power

Dans une interview accordée à la chaîne YouTube officielle du gouvernement sud-coréen en 2018, le président du Literature Translation Institute of Korea (KLTI), Kim Sa-in, a affirmé : « La vague coréenne de littérature vient de commencer[1] ». Cette assertion prononcée par le dirigeant de l’une des institutions gouvernementales œuvrant en faveur de la diffusion des biens culturels coréens sur la scène internationale, acte le commencement d’un nouveau paradigme de la Hallyu. Jusqu’alors, nous avions presque tous entendu Gangnam Style, regardé la série Squid Game et, pour les plus chanceux, dégusté des gimbap, mais peu de français comptaient à leur bibliothèque un livre coréen. Symboliquement consacrée par l’édition 2016 du Salon du livre de Paris, la littérature coréenne tend désormais à épouser le rayonnement de ses voisins chinois et japonais en s’élevant au rang de littérature mondiale.  

Notre objectif est de proposer un état des lieux de l’intraduction – autrement dit, concernant les flux de traduction, de l’importation de titres par les éditeurs d’un pays donné[2] – du soft power coréen dans le paysage littéraire français, et d’ouvrir des perspectives sur une « nouvelle vague[3] » de la littérature coréenne incarnée par ses auteurs et acteurs en France. 

Le stand de la littérature sud-coréenne, invitée d’honneur, au Salon du Livre Porte de Versailles à Paris le 16 mars 2016 – Joël Saget (AFP)

L’intraduction au carrefour culturel

L’occupation japonaise de la péninsule coréenne entre 1905 et 1945 a imposé une ouverture paradoxale à la modernité culturelle, notamment aux produits venus des États-Unis. Dès l’Indépendance, cet enthousiasme forcé à l’égard de la modernité est investi autour d’un nouvel horizon nationaliste, en réponse à la dépossession qu’induisent quarante années d’occupation étrangère. L’ouverture de la Corée à l’extérieur dans les décennies qui suivent répond à un besoin de compenser un marché intérieur trop peu important, en reproduisant les modèles de l’industrie économique et culturelle de l’époque. Le terme Hallyu est initialement employé par les médias pékinois pour traduire littéralement la vague coréenne[4] qui se déploie dès les années 1990 en Chine et au Japon. La Corée du Sud parvient à imposer ses produits cinématographiques, télévisuels et musicaux, avant d’incarner un modèle de soft power qui se confirme à l’échelle mondiale à partir des années 2010. 

La particularité du soft power coréen réside dans sa stratégie disruptive par rapport à la perception française et européenne de la Culture. Au Pays du Matin frais, ainsi que l’évoque Béatrice Sutter, « la relation entre le secteur culturel et les autres industries est très fluide, les rapports sont très décomplexés[5] » entre les grands groupes d’entreprises (les chaebols) et les acteurs culturels. Les chaebols investissent généreusement dans la culture, non seulement du fait des politiques de promotion de l’industrie culturelle et artistique à l’étranger menées par le gouvernement coréen, mais aussi par conscience de ce que l’exportation des biens culturels favorise le développement de leurs marques sur la scène internationale. Cette impiété à l’égard de la production artistique et culturelle, par contraste avec l’institutionnalisation systématique de la Culture[6] française, permet aux acteurs culturels coréens de reproduire les succès obtenus sur un premier format, selon le modèle OSMU (one-source, multi-use). Comme le rapporte Béatrice Sutter, cette stratégie permet par exemple à un webtoon d’être décliné en roman, puis en série, puis en drama, considérant le produit culturel comme part d’un écosystème dynamique. 

Le webtoon Along With the Gods et ses adaptations cinématographiques.

L’intraduction des titres coréens dans le paysage éditorial français : quels enjeux ?

À la lumière de ces considérations, il convient de montrer comment les acteurs du livre parviennent à asseoir la littérature coréenne dans le paysage éditorial français. 

Précisons que la question de la littérature est directement reliée à la culture linguistique coréenne. Ainsi que l’explique le critique littéraire Jeong Gwa-ri, « la littérature sud-coréenne après la libération a évolué sous la protection de sa propre langue officielle et de son alphabet. Elle a réussi à créer une esthétique originale en capturant la texture innée de la langue coréenne[7] », un état la rendant en pratique intraduisible. Ayant accueilli la modernité comme nouveau mode d’existence, traduite dans un nouvel alphabet (l’emploi du hangeul s’est généralisé au terme de la Seconde Guerre mondiale et de l’occupation japonaise), la littérature coréenne « a pu former les variantes d’une littérature moderne proprement adaptée à la Corée : l’esthétique linguistique uniquement possible en langue coréenne, le libéralisme critique et le nationalisme[8] ». Ces orientations ouvrent manifestement la voie à l’autonomie de la littérature coréenne, conférant à l’entreprise d’exportation des textes coréens sur la scène littéraire internationale une dimension aporétique. Du point de vue esthétique, l’intraduisibilité des discours concerne essentiellement les double-sens et contenus implicites qui abondent dans les énoncés coréens,  l’omission des sujets dans une langue qui fonctionne par supposés, la profusion des formes honorifiques[9] et termes d’adresse hérités du confucianisme et utilisés dans le cadre professionnel ou familial, l’atténuation des idéogrammes symboliques… Ainsi que le conclue la traductologue Lucie Angheben, « le passage du coréen au français est en quelque sorte le passage de l’implicite à la précision[10] », privant le texte final d’un environnement mental considérable. 

Malgré cette posture impénétrable, l’originalité de la littérature coréenne remplit un besoin d’étrangeté particulièrement prononcé en France[11]. Certains aspects de la littérature coréenne lui permettent de pénétrer le paysage culturel français, ainsi que l’évoque Béatrice Sutter, à commencer par l’effacement du créateur au profit de sa mise en résonance avec le public. Toujours dans la perspective d’industrialisation de la culture, les œuvres sont conçues pour plaire au plus grand nombre. Également, la littérature coréenne se distingue par sa culture particulière de l’idéogramme, qui se manifeste par une invitation adressée au lecteur à s’emparer des multiples niveaux de lecture, couplée d’une grande richesse intertextuelle. 

Acteurs et voies de la « nouvelle vague »

Dans un essai intitulé Un désir de littérature coréenne, le critique littéraire Jeong Myeong-kyo, propose des solutions pour asseoir la production littéraire sud-coréenne dans l’espace de la littérature mondiale. Outre le soutien de la traduction, il suggère de « faire cohabiter le coréen et les langues étrangères au sein de [la] communauté linguistique[12] » – une ambition vaine, au regard de la dialectique de domination des langues mondiales – et de renouveler le discours littéraire coréen : « Notre production littéraire doit gagner en fluidité, précision […] pour voir sa valeur reconnue à l’échelle planétaire[13] ». Parler de l’intraduction de la littérature coréenne en France en termes de « nouvelle vague » revient à envisager des infléchissements dans le discours destiné au « méridien de Greenwich » de la littérature mondiale – pour reprendre l’expression employée par Pascale Casanova.

La littérature générale et le paradoxe Lee Seung-u

Première de couverture de La vie rêvée des plantes de Lee Seung-u – Zulma

C’est dans cette dernière perspective qu’il semble intéressant d’observer les textes qui parviennent aux principaux acteurs de la scène éditoriale française accordant une place particulière à l’intraduction de la littérature coréenne. Les plus importants sont les éditions Decrescenzo (fondées et dirigées par un groupe d’universitaires linguistes et historiens spécialistes de la culture coréenne), Philippe Picquier (spécialiste de littérature asiatique), Matin Calme (principalement consacré au polar coréen) et l’Atelier des Cahiers (qui se propose d’offrir des regards croisés entre la France et l’Asie de l’Est), ainsi que certaines collections des grands éditeurs comme les « Lettres coréennes » d’Actes Sud et Zulma. 

La récente expansion de l’offre en littérature coréenne sur les tables des libraires français s’explique entre autres par une volonté coréenne de soutenir la traduction et faciliter l’exportation des titres, d’une part avec le soutient d’initiatives privées (telles que la Daesan Foundation) et des institutions gouvernementales (comme le KLTI que nous citions plus haut).

Première de couverture du Chant de la terre de Lee Seung-U – Decrescenzo Éditeurs

Ainsi que le développe justement Lise Wajeman, ces considérations permettent d’éclairer la posture d’un écrivain comme Lee Seung-u dans le paysage éditorial français. L’auteur invité du Salon du livre de Paris en 2016 et proche ami des éditions Decrescenzo serait, selon la rubrique qui lui est consacrée dans la revue de littérature coréenne Keulmadang, plus reconnu par le lectorat et l’institution littéraire française que par le public coréen. Pour l’auteur, cela s’explique par ses convictions chrétiennes qui dressent des ponts de dialogue entre les deux cultures. Son roman le plus lu en France, La Vie rêvée des plantes, traite du péché originel sur fond d’harmonie familiale. De la même façon, Le Chant de la terre mêle les thèmes d’imaginaire biblique et de chamanisme coréen. Avec Le Regard de Midi, il témoigne d’un ancrage incontestable « dans un territoire coréen en ne cessant de faire signe à la littérature occidentale[14] ». Le roman, qui prend place à la frontière nord-coréenne, est un chef-d’œuvre d’intertextualité puisant dans des références familières au public européen, de Romain Gary à Kafka. Les romans Ici comme ailleurs et La Baignoire, quant à eux, sont désignés par Lise Wajeman comme des « textes venus de loin [qui] s’échinent à donner tant de gages de proximité[15] ». C’est d’ailleurs au terme d’une résidence à Aix-en-Provence que Lee Seung-u compose son dernier roman, Voyage à Cantant, un voyage symbolique qui interpelle la Bible, Nietzsche, Melville et Rimbaud. Cet entre-deux qui caractérise l’écriture de Lee Seung-u, et plus généralement le projet éditorial de l’auteur, est symptomatique de cette partie de la littérature coréenne qui parvient en France, « tentant d’allier stratégie d’assimilation […] tout en jouant d’une différenciation, de l’affirmation d’une spécificité[16] ».

Le webtoon : du numérique au papier

Première de couverture du premier tome imprimé du webtoon Léviathan – Kmics

Comment traiter enfin de la pénétration de l’espace culturel francophone par les productions coréennes sans évoquer le webtoon, support privilégié de la mondialisation littéraire ? Le webtoon est un genre de bande-dessinée conçu pour l’écran créé en Corée au début des années 2000, sur un mode de lecture en scroll rappelant avec nostalgie le volumen. Les deux plus grandes plateformes de webtoon en Corée sont hébergées par Daum et Naver (l’équivalent coréen de Google). En 2017, on évaluait à dix millions le nombre d’utilisateurs qui consommaient des webcomics en accès gratuit. En France, la plateforme Delitoon se réclame du modèle coréen, tout en proposant autant d’œuvres traduites que de créations originales. Un article du magazine Korea Times[17] rapporte que les plateformes françaises sont perçues par les auteurs et illustrateurs coréens comme une porte d’entrée vers le lectorat européen, du fait de la forte croissance de la popularité du genre dans le pays[18]. Dans la perspective de notre étude, nous nous intéressons principalement à la façon dont le webtoon parvient à dépasser son statut de sous-culture pour adolescents, en offrant un terrain propice à des discours complexes. Ainsi que le note Philippe Paolucci, les entreprises collaboratives qui se développent autour de la création de webtoon rompent avec l’image longtemps critiquée de l’avantage de la satisfaction du public au détriment de l’innovation à la fois esthétique et scénaristique. À partir de 2012[19], on observe une recrudescence des webtoons imprimés sur les tables des libraires français, une aubaine pour les éditeurs spécialisés qui peuvent déléguer aux internautes les premiers temps de la veille éditoriale, une stratégie rappelant le one-source multi-use coréen que nous évoquions plus haut. Aujourd’hui, la légitimité du webtoon semble plus qu’en marche, puisque le Festival d’Angoulême y a consacré plusieurs conférences lors de son édition 2022. 

Une dimension intéressante de ce support de création et de diffusion ouvert à tous repose dans la puissance créative de la Hallyu, que les plateformes de webtoon permettent de mettre en lumière. Ces cinq dernières années, de nombreuses fanfictions inspirées des produits culturels coréens ont vu le jour dans les catalogues des éditeurs français. Ces récits, puisant pour l’essentiel leur inspiration dans la K-pop, offrent deux perspectives possibles à l’évolution du soft-power littéraire coréen. D’un côté, la trilogie My korean lover, écrite par Maud Parent et publiée aux éditions Hachette entre 2020 et 2022, oscille entre univers de boys-band et fantasme orientaliste. De l’autre, Blue Phœnix, un roman écrit par Lily Haime et publié par Bookmark en 2022, aborde des thématiques propres à la culture coréenne méconnues du lectorat adolescent qu’il cible, telles que le confucianisme et la posture des chaebols

Perspectives sur la « nouvelle vague »

Dans une étude publiée dans la revue Keulmadang, le critique littéraire Jeong Gwa-ri offre ces éléments de conclusion : « Désormais, la littérature coréenne ne se contente pas d’un monde d’autocomplaisance borné aux confins de la péninsule coréenne, mais aboutit à un autre cap dans lequel elle aurait sa place au niveau de la littérature mondiale[20] ». Il suggère ainsi que la littérature coréenne s’est rendue propice à l’extraduction, a opéré une rupture avec ses modèles traditionnels pour se tourner vers la mondialisation. Retraçant la structure du monde littéraire contemporain, Pascale Casanova écrit, dans La République mondiale des lettres : « Les contrées les plus libres de l’espace littéraire mondial sont […] fortement menacées par la puissance des lois du commerce international qui, en transformant les conditions de production, modifie la forme des textes eux-mêmes[21] ». Mais si le profond ancrage de la littérature coréenne dans le monde spirituel et esthétique depuis lequel elle s’exprime, même adoptant des stratégies d’intégration de l’espace littéraire dominant, ne le pénétrait que par acceptation de l’infiltration de l’étrangeté en tant que reflet ? L’analyse de l’anthropologue Benjamin Joinau semble ouvrir un champ de réflexion à la question de l’intraduction d’une littérature de moindre rayonnement dans le paysage littéraire d’un espace culturel dominant, suggérant que « les œuvres […] sont vues comme autant de métaphores transparentes des démons sud-coréens : fortes inégalités sociales, hyper-compétition, délitement du lien social, violence symbolique du néo-libéralisme, phénomènes sectaires, théories de la conspiration, surveillance panoptique, tyrannie des médias et des réseaux sociaux, etc. La Corée devient ainsi un miroir déformant où nos propres sociétés regardent leur image grimaçante[22] ».

Logo de l’exposition “Hallyu! The Korean Wave” au Victoria & Albert Museum de Londres (jusqu’au 25 juin 2023).

[1] Koreanet, Interview with Kim Sa-in, President of LTI Korea, YouTube, 27 août 2018. https://www.youtube.com/watch?v=t2qe8T_7DmQ

[2] Charlotte Botrel, « Introduction », Internationaliser sa production. Cessions de droits & coéditions, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, « Pratiques éditoriales », 2017, p.9-11.

[3] Lise Wajeman, « La littérature sud-coréenne aspire à devenir une nouvelle vague », Mediapart, 12 mai 2016. https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/150316/la-litterature-sud-coreenne-aspire-devenir-une-nouvelle-vague

[4] Pour une étude approfondie de ce phénomène, voir : Ophélie Surcouf, Pourquoi la Corée ? La vague coréenne et nous (Paris, L’Atelier des Cahiers, 2021).

[5] Béatrice Sutter, « Comment la Corée du Sud est devenue la nouvelle reine de la pop culture », L’ADN, Séoul : le nouvel Hollywood, n°29, octobre 2022, p.23.

[6] Le passage de la minuscule à la capitale n’est pas anodin, illustrant la posture des deux pays de part et d’autre de la géographie littéraire, qu’explique Pascale Casanova dans La République mondiale des Lettres : « La scission entre “capitale et province” (c’est-à-dire aussi entre passé et présent, entre ancien et moderne…) est un donné inéluctable, une structure temporelle, spatiale et esthétique qui n’est perçue que par ceux qui ne sont pas tout à fait “dans le temps” », p.322.

[7] Jeong Gwa-ri, « La littérature coréenne aujourd’hui dans le contexte de la littérature mondiale et de la traduction », KeulmadangSéouliennes, n°1, 2013, p.67.

[8] Ibid. p.68.

[9] L’exemple le plus populaire de ces intraduisibles est le terme oppa, uniquement employé par des locutrices pour interpeller ou parler d’un homme plus âgé (grand frère, ami, petit ami…). Appeler quelqu’un oppa, c’est accepter de se mettre sous sa protection. Le terme porte aussi le sens d’abandon de la femme avec confiance et soumission à un homme. Dans une perspective de séduction, il peut devenir très suggestif. Dans la série Squid Game, ce terme est injustement traduit par « mon lapin », privant les spectateurs néophytes de cette profondeur.

[10] Lucie Angheben, « Traduire la littérature coréenne », KeulmadangSéouliennes, n°1, 2013, p.62.

[11] Pour le développement de cette idée, nous renvoyons à la traduction du texte d’Edward W. Said, L’orientalisme (Paris, Points Seuil, 2015).

[12] Jeong Myeong-kyo, Un désir de littérature coréenne, Fuveau, Decrescenzo, 2015, p.121.

[13] Ibid.

[14] Lise Wajeman, op.cit.

[15] Ibid.

[16] Ibid.

[17] « Korean webtoon operators launch services in France », in. The Korea Times, 13 juin 2022. https://www.koreatimes.co.kr/www/art/2022/11/398_330889.html

[18] Pour prolonger l’analyse de la posture du webtoon en France, nous invitons à consulter cet article publié en 2021 sur le blog.

[19] La parution du premier webtoon imprimé en France date réellement de 2000. Il s’agit de L’appartement, écrit par Kang Do-yeong sous le pseudonyme Kangful, publié par les éditions Casterman. Le titre est un tel échec qu’il ne peut être considéré comme participant de la vague.

[20] Jeong Gwa-ri, op.cit., p.68.

[21] Pascale Casanova, La République mondiale des lettres, Paris, Points Seuil, 1999, p.164.

[22] Benjamin Joinau, « Corée-miroir, Corée-refuge : la Hallyu et nous », Critique, n°906, 2022, p.952.


Références théoriques

— Angheben, Lucie, « Traduire la littérature coréenne », in. Keulmadang, n°1 « Séouliennes », Fuveau, Decrescenzo, 2013, p.57-63. 

— Bidet, Éric, « La construction du soft-power : l’exemple de la Corée du Sud », in. CERISCOPE Puissance, 2013. http://ceriscope.sciences-po.fr/puissance/content/part2/la-construction-du-soft-power-l-exemple-de-la-coree-du-sud

— Botrel, Charlotte, « Introduction », Internationaliser sa production. Cessions de droits & coéditions, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, « Pratiques éditoriales », 2017, p.9-11.

— Casanova, Pascale, La République mondiale des lettres, Paris, Seuil, « Points », 1999.

— Cicchelli, Vincenzo & Octobre, Sylvie, K-pop, soft power et culture globale, Paris, PUF, 2022.

— Jeong, Gwa-ri, « La littérature coréenne aujourd’hui dans le contexte de la littérature mondiale et de la traduction », in. Keulmadang, n°1 « Séouliennes », Fuveau, Decrescenzo, 2013, p.64-69.

— Jeong, Myeong-kyo, Un désir de littérature coréenne, Fuveau, Decrescenzo, 2015.

— Joinau, Benjamin, « Corée-miroir, Corée-refuge : la Hallyu et nous », in. Critique, n°906, Paris, Minuit, 2022, p.949-956.

— Kim, Yong-hee, « Qu’est-ce que la vague coréenne ? », in. Keulmadang, 2 juin 2014. https://keulmadang.com/2014/06/02/quest-ce-la-vague-coreenne/

— Koreanet, Interview with Kim Sa-in, President of LTI Korea, YouTube, 2:56, 27 août 2018. https://www.youtube.com/watch?v=t2qe8T_7DmQ

— « Korean webtoon operators launch services in France », in. The Korea Times, 13 juin 2022. https://www.koreatimes.co.kr/www/art/2022/11/398_330889.html

— Paolucci, Philippe, « Aperçu de la BD numérique coréenne », in. Keulmadang, n°1 « Séouliennes », Fuveau, Decrescenzo, 2013, p.76-81.

— Surcouf, Ophélie, Pourquoi la Corée ? La vague coréenne et nous, Paris, L’Atelier des Cahiers, 2021.

— Sutter, Béatrice, « Comment la Corée du Sud est devenue la nouvelle reine de la pop culture », in. L’ADN, n°29 « Séoul le nouvel Hollywood », Paris, 2022, p.22 à 27.

— Wajeman, Lise, « La littérature sud-coréenne aspire à devenir une nouvelle vague », in. Mediapart, 12 mai 2016. https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/150316/la-litterature-sud-coreenne-aspire-devenir-une-nouvelle-vague

Références littéraires

— Haime, Lily, Blue Phœnix, Saint-Gein, Bookmark MxM, 2022.

— Lee, Seung-u, Ici comme ailleurs, Paris, Zulma, 2012.

— Lee, Seung-u, La Baignoire, Paris, Serge Safran, 2016.

— Lee, Seung-u, La vie rêvée des plantes, Paris, Zulma, 2000.

— Lee, Seung-u, Le Chant de la terre, Fuveau, Decrescenzo, 2016.

— Lee, Seung-u, Le Regard de midi, Fuveau, Decrescenzo, 2013.

— Lee, Seung-u, Voyage à Cantant, Fuveau, Decrescenzo, 2022.

— Parent, Maud, My korean lover, trilogie, Paris, Hachette Romans, 2020-2022.



Citer ce billet
Claire Sebahoun (2023, 4 mai). Vague coréenne et intraduction : les voies littéraires d’un soft power. Monde du Livre. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlxa

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Céline Guilleux dit :

    Chère carnetière,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une du portail fr.hypotheses.org.

    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search