Être éditeur dans les arts du spectacle : le cas des éditions l’Entretemps

Bref historique de la maison

The Stage Door of the Old Vic theatre, slimmer_jimmer, CC.

The Stage Door of the Old Vic theatre, slimmer_jimmer, CC.

Perdue dans le doux paysage du domaine de la Feuillade à Montpellier se trouve la maison d’édition l’Entretemps. Créée en 1997, elle est le fruit d’un projet mené par deux personnes : Christophe Bara – à l’origine de l’idée – et Philippe Grand qui l’a très rapidement rejoint. Cette nouvelle maison d’édition indépendante a pour volonté au départ de recueillir des récits de doyens et de les transmettre afin qu’ils laissent une trace ; le nom de la maison prenant sens dans la mesure où les ouvrages produits doivent être la transmission de savoirs et d’informations, d’une génération aux suivantes, d’un temps à l’autre. Il est cependant nécessaire de trouver un moyen de vivre de cette activité. Dès l’été 1998, l’Entretemps propose trois titres à la vente dans la collection « Les Voies de l’acteur », dirigée par Patrick Pezin. Le problème de la commercialisation des livres produits se pose alors. Pour y remédier Christophe Bara crée un système de diffusion pour l’Entretemps et d’autres éditeurs de la région leur offrant ainsi une visibilité en librairies tout en touchant un pourcentage des ventes. Le catalogue de la maison d’édition s’agrandit petit à petit et compte six titres à la fin de l’année 2000. Une nouvelle croissance a lieu au cours des années 2004-2007 : de nouvelles collections sont développées, s’inscrivant dans un rythme de production de huit à douze titres par an.

Une période de quinze ans s’est aujourd’hui écoulée depuis la création de la maison. L’Entretemps a connu des changements d’orientation, un dédoublement d’activité, un développement de la production ; les collections se sont multipliées et renforcées, la maison a rencontré son public − en grande partie constitué de professionnels du milieu du théâtre, d’étudiants en arts du spectacle et d’amateurs des arts de la scène. Elle a acquis une légitimité dans le milieu professionnel des arts du spectacle et bénéficie d’une reconnaissance institutionnelle (elle figure dans le trio de tête des éditeurs les plus soutenus par le CNL, derrière Picard et Belin, et est considérée par le milieu universitaire comme un éditeur de référence en études théâtrales). Leur situation économique est en revanche plus compliquée. Les effets de la crise se font sentir dès le début de l’année 2009, avec une baisse des ventes par titre. Les ventes du fonds et de nouveautés sont divisées par deux. En revanche les partenariats perdurent, et de nouveaux se créent, comme par exemple avec l’ITEMM1 pour le livre La Réparation du piano, paru en 2010. Mais la situation financière de la maison s’aggrave en 2011, et l’Entretemps se voit obligée de déclarer ses difficultés au tribunal de grande instance de Montpellier. L’association est dissoute le 24 mai 2012 ; son fonds et ses actifs étant rachetés par Jean-Charles Gérard – directeur des éditions Max Milo. La structure passe alors d’un statut associatif à un statut d’entreprise SAS2.

Présentation des activités de la maison

logo_de_l'Entretemps

Logo de l’Entretemps

Spécialisée dans les arts du spectacle, l’Entretemps s’efforce de publier des livres de référence, de plusieurs natures : essais,ouvrages documentaires, manuels techniques, livres pédagogiques, beaux livres, monographies, répertoire. L’ensemble des domaines des arts du spectacle est abordé : théâtre, marionnettes, arts de la rue, cirque, musique, danse, scénographie… Le soin apporté à la fabrication est une spécificité à laquelle l’Entretemps est très attachée. Le choix du papier, mais aussi les caractéristiques du façonnage, sont étudiés avec une attention particulière pour chaque publication. Les livres de l’Entretemps sont publiés dans la perspective d’avoir une longue durée de vie, tant sur le fond que sur la forme.

Dans un fonctionnement avec des directeurs de collection, la maison d’édition est parvenue à se légitimer dans le milieu des domaines artistiques et professionnels qu’elle aborde, bénéficiant d’une réception positive d’un public pointu et averti. La structure éditoriale recherche prioritairement dans les textes à publier une qualité du travail de recherche mais aussi l’originalité de ce qui est dit. C’est encore la qualité de pédagogue qui est recherchée chez les auteurs. Si les ouvrages d’une collection comme « Les Voies de l’acteur » rencontrent principalement un public averti, l’objectif de la publication est de pouvoir trouver un écho chez un lectorat bien plus vaste, non connaisseur des arts du spectacle. Ce choix des textes à publier, principalement tourné vers la possibilité pour l’ouvrage de rencontrer un public et de s’intégrer à la ligne éditoriale d’une collection, est cependant aussi influencé par les possibilités financières de l’Entretemps, et les chances de trouver des aides pour les publications. C’est un mélange bien dosé entre finances et idéologies éditoriales.

Les titres présents au catalogue sont d’une certaine exigence et s’adressent à un public spécifique ; c’est pourquoi ils ne font pas partis des « meilleures ventes » en librairies. Le tirage initial moyen de la maison est de 2 000 exemplaires. Mais l’Entretemps a appris à reconnaître les possibilités de vente de ses titres, et adapte donc les tirages aux perspectives de vente respectives à chaque titre. Il est à noter tout de même deux ouvrages qui ont fait la surprise de la maison par leurs succès inattendus :

  • L’Acteur et la Cible — Règles et outils pour le jeu, de Declan Donnellan3.

  • Le Livre des exercices — à l’usage des acteurs, de Patrick Pezin4.

Ces deux titres se hissent donc dans les meilleures ventes de l’Entretemps, et ce depuis leur parution. Le Livre des exercices est même devenu le « best-seller » de la maison. Une troisième édition revue et augmentée est parue en octobre 2012. La collection « Les Voies de l’acteur » est même saluée par la critique : le titre Anatoli Vassiliev de Stéphanie Lupo a reçu le prix Georges Jamati en 2006 et Les Utopies du masque de Guy Freixe, celui de la critique 2010-2011, meilleur livre sur le théâtre (Syndicat professionnel de la critique de théâtre, de musique et de danse).

Mais ces succès restent des exceptions. Le théâtre demeure un domaine peu vendeur, qui rencontre de nombreuses difficultés. Et l’on peut d’ailleurs s’interroger sur la place qui lui est réservé dans notre société culturelle.

Les arts du spectacle : une niche à part de l’édition

C’est un fait, le théâtre a du mal à avoir une rentabilité. Il connaît des difficultés financières véritables, et ce à tous les niveaux.

En dehors des salles les plus prestigieuses, comme l’Opéra Comique ou la Comédie Française, les représentations théâtrales sont désertées. Le public se limite de plus en plus aux enseignants et aux étudiants, aux scolaires lorsque sont mis en scène des classiques, aux retraités parfois. C’est un domaine qui ne survit que grâce à des subventions permanentes des collectivités territoriales ; subventions qui ont tendance à être revues à la baisse ces derniers temps, obligeant les théâtres à augmenter leurs recettes privées ou à se tourner vers le mécénat5.

Le prix des places, rédhibitoire pour certains, est souvent tenu pour responsable du manque de spectateurs. Pourtant, même en baissant les prix, et même en offrant des places, il est difficile de faire venir les gens au théâtre. De plus en plus souvent sont mis en place des tarifs préférentiels (par abonnement, par groupe, par classe socioprofessionnelle, etc.) qui permettent d’aligner les prix d’entrée du théâtre sur ceux du cinéma. Par ailleurs, dans les grands théâtres comme dans les plus petits, l’accent est mis sur la relation avec le public. Des invitations à visiter les lieux sont proposées par des chargés de relation au public. Ces médiateurs se déplacent vers des entreprises, des lycées, pour offrir de venir assister à des représentations gratuites. Toutes ces initiatives apportent cependant peu de résultats et peu de gens semblent convaincus. Le théâtre conserve son image élitiste pour certains, et a perdu ses attraits classiques pour d’autres. Si certains s’en sortent, la plupart des lieux de représentation théâtrale ne pourraient envisager de survivre sans les subventions qui leur sont accordées6.

Concernant l’édition spécialisée en théâtre, ce n’est pas non plus la part du paysage éditorial la plus importante, ni celle qui dégage le plus gros chiffre d’affaires. Les maisons d’éditions sont peu nombreuses, et aucune n’est devenue de taille importante, ni même moyenne. Parmi les plus emblématiques, nous pouvons tout de même évoquer des maisons comme L’Arche – fondée en 1949 et devenue célèbre grâce à la publication en français de l’œuvre de Bertolt Brecht – ou encore L’avant-scène théâtre, fondée également en 19497. Quant aux grandes maisons spécialisées dans la littérature, elles se sont détournées de la production théâtrale ; des éditeurs comme Gallimard, P.O.L. ou Flammarion publient occasionnellement des pièces, mais la plupart d’entre eux reste cantonnée aux rééditions de classiques. Seuls la collection « Papiers » d’Actes Sud et le département théâtre des éditions de Minuit représentent des maisons généralistes publiant du théâtre régulièrement. Au final, le théâtre et la poésie représentaient 0,32 % du chiffre d’affaires total de l’édition française en 20118.

C’est bien connu en librairie, le théâtre ne se vend pas, ou très mal9. Il s’agit d’un rayon difficile, qui touche un public plutôt restreint, vraisemblablement une clientèle d’étudiants et de professeurs, éventuellement quelques amateurs. Il connaît une situation comparable à celle de l’édition de poésie, avec laquelle il partage souvent un espace commun, de préférence hors de la vue du client. L’existence même de ce rayon se raréfie. Il faut noter ici que les libraires ont la possibilité de se faire subventionner pour la constitution d’un fonds théâtral ou de poésie10. Si cette possibilité intéressante est assez mal connue, il faut aussi prendre en compte que la problématique incessante du libraire est la place dont il dispose par rapport à une production en perpétuelle croissance.

Enfin, la présence de livres sur le théâtre en bibliothèque est assez faible. Si les rayons comportent le plus souvent des classiques comme Les Fourberies de Scapin ou La Cantatrice chauve, il est plus difficile d’y trouver un bon fonds contemporain dans le domaine du théâtre.

Pourtant, il existe une possibilité pour les bibliothèques de se voir reverser une partie importante de leurs dépenses pour la constitution d’un fonds à faible rotation, comme le théâtre ou la poésie. En effet, le conseil général d’une ville peut attribuer des aides aux acquisitions pour la création ou le développement d’un fonds thématique. Le CNL propose également une subvention à la constitution d’un premier fonds et une subvention à un projet thématique11. Si ces domaines ne suscitent pas vraiment d’enthousiasme de la part du public des bibliothèques, cette possibilité permet de proposer quand même un fonds intéressant, ce qui répond à l’une des missions des bibliothèques publiques.

C’est dans ce cadre peu optimiste que l’Entretemps tente de faire sa place. À la complexité d’éditer des ouvrages autour des arts du spectacle s’ajoute les difficultés « habituelles » rencontrées dans la petite édition : une accélération de la concentration éditoriale, en France et dans le monde. Certains éditeurs tentent pourtant de résister à la transformation du livre en marchandise, fragilisé par les grandes puissances de l’édition qui obéissent à une logique de groupe leur permettant d’accentuer leur capacité d’influence sur les autres éditeurs, la presse et la librairie. Cette influence nuit au contenu des livres et freine la capacité des indépendants à se faire connaître du public.

La situation économique que nous connaissons obéit aux conséquences de la mondialisation néolibérale et financière. Certaines structures sont avantagées par rapport à d’autres, le système de groupes et de réseaux prend aujourd’hui le pas sur l’originalité de l’offre proposée aux lecteurs.

Pourtant, face à ces logiques capitalistes, les éditeurs indépendants tentent de réagir en poursuivant ou multipliant les stratégies de résistance, contribuant ainsi au maintien d’une édition engagée, capable de proposer aux lecteurs une diversité d’idées face à la standardisation des contenus proposés par quelques groupes mondiaux dominants tels Hachette ou Bertelsmann12.

Avant son récent rachat, qui a entraîné des conséquences néfastes dans le fonctionnement interne de la maison, l’Entretemps pratiquait cette politique. Il apparaît donc nécessaire de se demander comment, dans un secteur de forte concentration économique, cette structure d’édition spécialisée a pu parvenir à maintenir et à développer son activité.

Nous l’avons vu, pour l’Entretemps toucher une part importante du lectorat est un enjeu primordial ; il s’agit pour la maison d’un objectif qui n’est jamais perdu de vue.

Il faut alors prendre en compte la particularité de la ligne éditoriale qui, malgré les difficultés auxquelles elle est confrontée pour toucher un public « classique », rencontre en revanche un bon accueil avec un public « spécialisé ». La maison d’édition est en effet considérée comme faisant référence dans le domaine des arts du spectacle par les professionnels et amateurs des métiers de la scène dans un premier temps, mais aussi par les étudiants et enseignants des arts du spectacle. Il s’agit sûrement de la cible principale et la plus prometteuse pour l’Entretemps.

C’est à cette action de toucher un large public que les salariés de la maison ont beaucoup réfléchi ces dernières années. La situation s’est compliquée à présent que la maison doit se diffuser elle-même. L’Entretemps va en effet devoir optimiser sa diffusion pour ne pas couler. Il semblerait avantageux de se tourner davantage vers les écoles de théâtre, de cirque, d’arts plastiques ou encore d’architecture ; les compagnies théâtrales, les conservatoires, les bibliothèques privées spécialisées, ou encore les bibliothèques universitaires, et de ne pas s’attarder avec des librairies généralistes où les taux de retour en littérature – dont le théâtre – ne cessent d’augmenter13. La présence à différents salons contribue davantage à faire connaître sa spécialisation en rencontrant le public. L’Entretemps participe ainsi selon les années au salon du livre de Paris, à la Comédie du livre à Montpellier, au salon du théâtre et des éditeurs de théâtre qui se tient dans le cadre de la Foire Saint-Germain, la foire aux livres de Lyon, à la London Bookfair (Foire du livre de Londres) et à la Frankfurt Buchmesse (Salon du livre de Francfort). Sans oublier les grands festivals de théâtre et d’arts de rue, que ce soit le Festival d’Avignon, le Festival international de la marionnette, ou celui d’Aurillac, qui sont des moments particuliers pour la communauté d’auteurs et des lecteurs de l’Entretemps. Car c’est bien pour cette raison que l’Entretemps existe : faire partager ses passions. La maison s’est toujours davantage inscrite dans une démarche de partage et de découvertes que dans une logique financière. Malheureusement, le rachat par Max Milo n’augure rien de bon pour l’avenir et cette logique longtemps récriminée prend pas à pas le dessus. Il est donc vrai que la maison semble, du fait de sa ligne éditoriale, de son récent rachat ou encore de ses difficultés économiques, dans une situation critique. Pourtant, l’Entretemps a vu sa production éditoriale augmenter constamment depuis sa création en 1997, et nous lui souhaitons de continuer sur cette voie.

Pour aller plus loin

Ouvrages cités

  • Donnellan, Declan, L’Acteur et la Cible – Règles et outils pour le jeu, Montpellier, L’Entretemps, 2004.

  • Forss, Carl-Johan, La Réparation du piano, Montpellier, L’Entretemps, 2010.

  • Freixe, Guy, Les Utopies du masque, Montpellier, L’Entretemps, 2010.

  • Lupo, Stéphanie, Anatoli Vassiliev, Montpellier, L’Entretemps, 2006.

  • Pezin, Patrick, Le Livre des exercices – à l’usage des acteurs, Montpellier, L’Entretemps, 2012.

Sites à consulter

1Institut technologique européen des métiers de la musique.

2Société par actions simplifiée.

3Traduit de l’anglais par Valérie Latour Burney ;15×21 cm, 288 pages, 25 euros PPTTC, tirage total : 5 000 ex., parution en avril 2004, nombre d’exemplaires vendus au 30 novembre 2010 : 4 750 ex.

415×21 cm, 384 pages, 27 euros PPTTC, tirage total : 16 000 ex., parution en juin 1999, nombre d’exemplaires vendus au 30 novembre 2010 : 16 540 ex.

5Voir à ce sujet l’enquête de Judith Sibony sur les théâtres nationaux, publiée sur le site Rue 89 et disponible à l’adresse: <http://www.rue89.com/2008/12/18/theatres-nationaux-letat-sen-remet-aux-entreprises>, 18 décembre 2008.

6Les points développés dans ce paragraphe proviennent d’enquêtes qu’il m’a été demandé de mener en 2010 auprès de théâtres marseillais lorsque j’étais étudiante en médiation culturelle ; l’évolution des pratiques théâtrales que je tente de cerner ici est donc étudiée d’après mes propres sources. Pour une étude plus exhaustive sur la question, voir : Donnat, Olivier, Les Pratiques culturelles des Français à l’ère numérique : enquête 2008, Paris,La Découverte, 2009.

7Pour un référencement des différentes maisons publiant du théâtre, voir le site <http://www.theatre-contemporain.net/editions/editeurs?>.

8Pour les données 2011 concernant le livre en chiffres, voir le site du Syndicat national de l’édition : <www.sne.fr>.

9Je ne prends pas en compte ici les librairies spécialisées en théâtre (comme Le Coupe Papier ou la Librairie Théâtrale à Paris), mais uniquement les librairies généralistes.

12Bertelsmann est un groupe de médias allemand ; la maison d’édition Random House lui est affiliée, ainsi que Penguin qui a très récemment fusionné avec le groupe. Voir à ce sujet la chronique d’André Schiffrin dans Le Monde : « L’édition de qualité mise en danger par les conglomérats »

<http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/12/25/l-edition-de-qualite-mise-en-danger-par-les-conglomerats_1810189_3232.html>, 25 décembre 2012.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Booksfactory dit :

    Les difficultés financières sont loin d’être terminées, les imprimeurs ne sont même plus payés. Le cas du livre  » La violence du quotidien »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *