Le Ghostwriting : l’identité derrière la plume

Par TANNOUS Aquilina

Dans l’espace numérique, l’occurrence anglo-saxonne “Ghostwritting” est de plus en plus sollicitée par les acteurs du paysage éditorial français. Nombreux sont aujourd’hui les créateurs de contenu qui font appel à cette pratique à la suite de la demande de leurs clients, que ce soit sur les réseaux sociaux, à titre personnel pour écrire des romans mais aussi pour créer des documents ou mémoires universitaires. Selon la réalisatrice du documentaire Les nègres, l’écriture en douce, crée par Armelle Brusq, environ un tiers des maisons d’édition françaises ont au sein de leurs catalogues des livres “à la paternité peu claire”.

Qu’est-ce que le ghostwritting ? Et qu’est-ce que l’on connaît les principes et l’influence de cette pratique de l’ombre ? 

“Ghost writer, l’écrivain fantôme” par Mathilde de Chalonge Bruno CC BY SA 2.0

Définition de “l’écriture fantôme”

Commençons par définir ce concept. Il est possible de dire encore une fois que l’anglicisme s’introduit dans l’appellation d’un mot et donne littéralement comme traduction “écriture fantôme”, ou dans un autre sens, les écrivains de l’ombre. C’est en réalité ceux qui écrivent pour les autres, qui ne signent pas leurs écrits mais qui se contentent de les créer. Cette pratique avait autrefois d’autres désignations : nègre littéraire ou encore prête-plume. 

Anciennement, l’appellation “nègre” dérive de la métonymie chargée de connotations péjoratives utilisées pour désigner les populations originaires d’Afrique Subsaharienne, une expression qui est en rapport avec la situation sociale des populations déportées par la traite négrière dans les pays occidentaux dès le XVIe siècle. Le terme porte en lui le sens de “fonction servile” durant laquelle la personne en question spoliée n’a droit à aucune reconnaissance ou crédit. C’est bien de ce contexte que dérive l’homologie proposer par Le Trésor de la langue française pour désigner le “nègre littéraire” : “ une personne anonyme qui rédige pour une personnalité, qui compose les ouvrages d’un auteur connu.” Le Robert, quant à lui, introduit ce terme dans ce contexte pour la première fois en 1757. Nous sommes donc en présence d’une définition contemporaine d’un usage ancien, allié au cas de figure de l’écrivain Alexandre Dumas dénoncé avec virulence par Eugène Mirecourt dans son pamphlet en 1845 :“Dumas ? Un mulâtre qui a des nègres”. Cette expression sera retrouvée plus tard dans Le Littré et Le Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle.

Quant au Dictionnaire de l’Académie en 1932, celui-ci se contente d’une définition pratique : “ Il se dit, en langage d’atelier, d’un auxiliaire qu’on emploie pour préparer un travail, pour en exécuter la partie en quelque sorte mécanique”. Si aujourd’hui le Ghostwriting est devenu une pratique courante, cela n’enlève pas pour autant les tensions éthiques que l’on pourrait lui associer.  

Une tradition qui date de plusieurs siècles

Dans un article publié sur  MédiaPart, le sociologue Eric Fassin affirme : ”Saint-Simon (que cite le dictionnaire Le Littré) parlait de faire travailler quelqu’un ”comme un nègre”, et c’est au milieu du XVIIIe siècle qu’on a commencé d’appliquer le mot aux écrivains.

Portrait d’Auguste Maquet (1813-1888), littérateur, collaborateur d’Alexandre Dumas
Source: https://www.parismuseescollections.paris.fr/fr/museecarnavalet/oeuvres/portrait-d-auguste-maquet-18131888-litterateur-collaborateur-d-alexandre#infosprincipales

Cette tradition a été pratiquée par certains auteurs très connus tels que Shakespeare ou Molière. L’exemple le plus fameux reste celui d’Alexandre Dumas (père). Ce dernier collaborait fréquemment avec le journaliste et historien Auguste Maquet. Leur collaboration la plus connue reste celle des Trois Mousquetaires et du Comte de Monte Cristo. 

Plusieurs nègres littéraires se sont mis à réclamer leurs droits d’auteur tels Eugène de Mirecourt et Maquet. Ce dernier a pris l’affaire très au sérieux allant jusqu’au tribunal en revendiquant une somme de 145 000 francs. Dumas tenait à nier continuellement la collaboration de Maquet, jusqu’à la mort du journaliste.

Ces auteurs de l’ombre furent également appelés “les marmitons de la cuisine de l’ogre”. Dumas, représenté ci-dessous avec “une grosse cuillère et un chaudron”, comme l’a confirmé Jean-Yves Mollier.

“Dumas et ses nègres littéraires”
Collection de la Société des Amis d’Alexandre Dumas. © Gilles Mermet / AKG Paris http://www.dumaspere.com/pages/phototheque/caricatures.html

Dans le monde politique, les ghostwriters sont dans une certaine mesure dévoilés. L’on cite comme exemple moderne Christine Albanel pour Jacques Chirac, Erik Orsenna pour François Mitterrand ou bien Henri Guaino pour Nicolas Sarkozy. D’ailleurs le général de Gaulle qualifiait les “prête plumes” de “normaliens sachant écrire”.

 Certaines maisons d’édition surnomment leurs “prêtes plumes” de “métisse”, et dans ce cas là, le nom du créateur de l’œuvre apparait sur l’une des couvertures des livres.

Qui sont ces écrivains de l’ombre ? Pourquoi le devenir ?

Nombreux sont les ghostwriters d’aujourd’hui qui sont sollicités, non pas uniquement pour écrire pour des auteurs en manque d’inspiration, mais plutôt pour des grandes célébrités et des personnalités qui souhaitent écrire leur autobiographie. 

En interviewant un “prête plume” pour le présent article, ce dernier affirme avoir écrit les biographies “de personnalités très connues” suite à la demande de l’éditeur. Deux raisons poussent ces auteurs à exercer ce métier. Il y a deux intérêts : le premier est financier parce qu’on très bien payé selon pour qui on écrit, et le deuxième est surtout que ça permet de pénétrer dans l’intimité d’un milieu, ce qui est passionnant. C’est presque un travail sociologique selon les secteurs dans lesquels évoluent les personnes pour qui on ecrit.

Malgré les théories qui tournent autour du fait que ces personnes sont en réalité des écrivains qui n’ont pas connu le succès, cette pratique qui permet à ces auteurs de toucher en général entre 2 % et 3 % du prix de vente d’un livre, porte en elle-même l’idée d’un altruisme, d’une dissolution avec l’autre. 

Actuellement, la sphère du ghostwriting s’élargit pour toucher un public plus large séduit par le numérique.

La stratégie numérique d’aujourd’hui

  Il existe aujourd’hui des sites qui proposent des services en ligne destinés à ceux qui veulent élaborer une certaine stratégie éditoriale appropriée à la vision et aux objectifs de leurs entreprises. Les directeurs auront ainsi une communication cohérente et pertinente sur leurs réseaux sociaux.

Ces sites soutiennent particulièrement cette pratique en ayant comme argument premier le temps que cela pourrait libérer aux directeurs et chefs d’entreprise, afin qu’ils puissent se concentrer sur leur travail, tout en renforçant le “personal branding” et les techniques de marketing de l’entreprise et en laissant “quelqu’un d’autre s’occuper des virgules et des pointsvirgules à [leur] place.”

Ces “ghostwriters” dans le domaine des affaires sont amenés à travailler sur LinkedIn. Les entreprises d’aujourd’hui favorisent cela pour plusieurs raisons :

  • Gagner une visibilité renforcée dans le milieu du numérique
  • Lancer une méthode stratégique de connexion avec des potentiels clients sur la plateforme
  • Avoir une expertise créée par les “professionnels” de l’écriture. 

Source : https://www.compilatio.net/blog/ghostwriting-redacteur-memoire-these

Une légitimation de cette pratique :

      Il existe aujourd’hui plusieurs techniques et styles de ghostwriting pratiqués sur les plateformes des réseaux sociaux. Ces procédés d’écriture légitimisent en un sens cette pratique et lui donne un aspect modernisé. L’on cite à titre d’exemple la pratique de rédaction de “PAS” qui consiste à localiser le problème de l’audience à qui on s’adresse, ensuite agiter les émotions de l’audience qui sont en lien avec le problème en question pour enfin rédiger la solution aux clients. 

Une autre méthode s’appelle la technique des 4C :

  • Avoir de la clarté dans ses propos, donc utiliser des phrases courtes,
  • Être concis et net,
  • Tout en étant convaincant en se focalisant sur l’attente du lecteur,
  • Afin d’augmenter la crédibilité, et cela en donnant des cas de figures pratiques et des témoignages aux lecteurs-clients.

Des sites comme leghostwriter.com propose ses services au grand public. D’autres sites comme fr.fiverr.com mettent en avant des prêtes plumes qui écrivent des livres pour enfants et des albums jeunesse. Plusieurs auteurs présentent leurs services en anglais avec des tarifs qui diffèrent selon la demande du client.

ChatGPT : un ghostwriter ?

   Plusieurs livres publiés récemment dans Kindle d’Amazon ont comme auteurs un certain ChatGPT. C’est devenu un acteur ghostwriting, étant donné le fait que son usage est moins cher que d’avoir recours à la plume d’un auteur.

L’intelligence artificielle (IA) arrive à un stade où on peut l’imaginer comme une future réinvention de l’industrie éditoriale. Plusieurs tutoriels sont publiés aujourd’hui sur Instagram et Tiktok pour montrer de A à Z la manière avec la laquelle on publie un ouvrage conçu par ChatGPT.  Ce sont majoritairement des livres pour les jeunes qui connaissent une visibilité. On cite le cas de figure de l’auteur Brett Shickler qui a créé un ebook avec des illustrations de 30 pages pour les enfants, en utilisant ChatGPT pour générer les paragraphes du Sage petit écureuil : Une histoire d’épargne et d’investissement (The Wise little Squirrel : A tale of saving and investing ). Un autre exemple serait celui de Kamil Banc qui rédigea son livre illustré de 27 pages (Bedtime Stories : Short and Sweet, For a Good Night’s Sleep (Histoires au coucher : courtes et douces, pour une bonne nuit de sommeil) en seulement quatre heures.

L’album jeunesse rédigé par ChatGPT
Source : https://www.barnesandnoble.com/w/the-wise-little-squirrel-brett-schickler/1142982731

Le nombre de personnes qui ont recours aujourd’hui à cette pratique est de plus en plus élevé, surtout avec la facilité que procure le fameux ChatGPT. Le film de Roland Polanski sorti en 2010, “The Ghost Writer”, constitue ce qui a donné l’appellation d’”écrivain fantôme”. Cette expression est jugée plus “juste” aujourd’hui. L’expression dénigrante de “nègre littéraire”, utilisée par Eugène de Mirecourt dans son pamphlet sordide, serait de moins en moins empruntée. L’éditeur Arash Derambarsh affirmait : “Je m’étonne, depuis mes débuts dans l’édition française en 1999, que beaucoup d’éditeurs reprennent ce terme avec, parfois, de l’humour, parfois de l’ironie. Cette banalisation des mots fait sens et fait écho. Ce mot blesse, car il pointe du doigt le travail ingrat de celui qui restera toujours dans l’ombre alors même qu’il a contribué à la totalité du travail. Ceci est injuste, pas valorisant.”

Nombreuses sont les expressions, le choix est à nous.  

Bibliographie:

CARRE, Nathalie. Le Tirailleur, nègre historique et littéraire, ou comment écrire le revers de l’histoire. L’exemple du Nègre Potemkine de Blaise N’Djehoya. Bulletin de liaison – Association pour l’étude des littératures africaines., n°40, pp.45-60

DEMONCHY, Anne-Sophie. “Les Nègres, acteurs fantômes de la République des lettres”, Le Magazine des livres, n° 5, juillet-aout 2007.

DI FOLCO, Philippe. Plagiats et impostures littéraires d’hier et d’aujourd’hui. Canulars, escroqueries, mystifications, supercheries et autres trafics de textes, Paris, Ecriture, 2022.

FURNO, Martine. Qui écrit ? : figures de l’auteur et des co-élaborateurs du texte, XVe-XVIIIe siècle : [textes issus d’un colloque tenu à Grenoble du 16 au 18 novembre 2006], Lyon, éd. ENS, 2009, p. 262.

JAVEAU, Claude. Anatomie de la trahison, Belval, Ed. Circé, 2007.

SIGURET, Catherine. Enfin nu ! Confessions d’un nègre littéraire, Intervista, coll. “Les Mues”.

Sitographie consulté en ligne :

http://www.editions-bartillat.fr/fiche-livre.php?Clef=308

https://actualitte.com/article/28844/presse/petition-et-si-l-academie-francaise-supprimait-lenegre-litteraire https://aves-formation.com/12-choses-a-savoir-ghostwriting/

https://pascal.marketing/blog/qu-est-ce-que-le-ghostwriting-et-comment-ca-peut-t-aider-aavoir-des-meilleurs-emails-et-contenus https://actualitte.com/article/110387/technologie/chatgpt-devient-un-auteur-tres-prolifique-delivres-numeriques https://actualitte.com/dossier/166/intelligence-artificielle-service-livre-lecture

https://www.barnesandnoble.com/w/the-wise-little-squirrel-brett-schickler/1142982731

https://books.google.fr/books?id=pJYGAAAAQAAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

https://journals-openedition-org.lama.univ-amu.fr/contextes/9607

https://www.lexpress.fr/culture/livre/les-negres-de-l-edition-s-affranchissent_849507.html?p=2

https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/n%C3%A8gre/54084



Citer ce billet
Aquilina Tannous (2023, 8 septembre). Le Ghostwriting : l’identité derrière la plume. Monde du Livre. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlxf

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search