ChatGPT : le nouvel ami virtuel des jeunes d’aujourd’hui 

Ce titre a été généré par l’outil numérique qui fait beaucoup parler de lui en ce moment. ChatGPT, en répondant à ma demande, fournit d’entrée de jeu quelques éléments sur son identité et sa perception de lui-même : efficace, pragmatique, utile à l’Homme et bien conscient de ses nombreuses qualités. En quelques clics et pressions sur les touches de mon clavier, j’ai effectué la synthétisation d’un élément ainsi que l’économie d’une réflexion comme le font de nombreux utilisateurs, notamment les étudiants. C’est aussi simple que cela : on cible les données à transmettre au logiciel en les condensant en une question directe, et la réponse nous est servie sur un plateau en quelques secondes.

Mais de quoi parle-t-on exactement ?

ChatGPT est une intelligence artificielle développée par OpenAI, un logiciel conversationnel qui a délivré sa première version le 30 novembre 2022. Elle fonctionne grâce à ce que l’on appelle le « deep neural support », elle va donc puiser dans un ensemble massif de données textuelles pour enfin les sélectionner et les affiner afin de répondre à une commande ou pour générer un texte. Elle s’est notamment fait connaître par le biais d’une promotion d’étudiants de l’université de Lyon qui l’ont utilisé pour un devoir maison. Comme toutes les IA, elle se nourrit des questions et compléments apportés par ses utilisateurs, ainsi que des données diverses dont elle dispose, pour délivrer des réponses tantôt précises, tantôt vaporeuses. Un système économique, un plan de dissertation, une question existentielle… Il est possible de l’interroger sur tous les sujets et de lui réclamer ensuite les détails nécessaires. Il est même possible d’entamer des débats, ou encore de remettre en cause la solution proposée. Voilà donc un instrument au service de nos besoins, qui de prime abord peut s’avérer utile. Que ce soit pour obtenir des suppléments ou une réponse complète, ChatGPT s’impose dans notre quotidien de travailleurs ou d’étudiants pour faciliter nos démarches.

Une véritable révolution ou une simple évolution d’une technologie déjà existante ?

Si tout le monde s’accorde pour dire que l’outil est l’un des plus performants et complets présents sur internet, d’autres diront que les IA ont déjà trouvé leur place dans les habitudes de la société. En effet, les IA sont en permanence sollicitées, sans même que l’on s’en rende compte. Google, Alexa et Siri se sont immiscés dans nos vies en exploitant les mêmes rouages et systèmes que ChatGPT. Ils sont utilisés pour d’autres raisons, mais ils n’en restent pas moins des compagnons de route nés bien avant ChatGPT. Mais alors, qu’est-ce qui change ? Qu’est-ce qui convoque autant de méfiances et d’enthousiasme lorsque l’on évoque le cas ChatGPT ? Nous avons déjà cité les avantages qui faisaient sa renommée, à savoir l’accessibilité, la gratuité, la rapidité, et j’irais même plus loin : l’intuitivité. L’utilisation de l’IA revêt des aspects ludiques, il est agréable de converser avec cet algorithme. D’autant plus lorsque l’on éprouve cette sensation d’entrer dans le futur, de toucher un avenir technologique qui nous rapproche encore un peu plus des robots. Et qui de mieux placé pour s’emporter dans ces fantasmes, pour déceler le gain de temps qu’offre l’IA, et pour se saisir de ce distributeur de savoir interactif ? Les jeunes.

Un accueil mitigé dans les milieux scolaire et estudiantin

Si nous prenons le prisme de l’éducation, nous constatons que la régulation de l’IA diffère d’un pays à un autre et selon les établissements. L’Australie a choisi de revenir aux devoirs sur table pour éviter toute confusion, pendant qu’aux États-Unis, la ville de New-York s’est montrée plus radicale en bannissant ChatGPT des universités. Les nations étrangères vont dans le sens de l’interdiction, quand la France, elle, y voit plutôt un outil pédagogique. Le ministère de l’Éducation nationale dit suivre « attentivement cette question et les potentielles utilisations de cette innovation ». L’ONU pense même à sa future intégration dans les programmes scolaires, une idée qui n’est pas sans nous faire penser à l’incorporation du codage dans les apprentissages dès le plus jeune âge.

L’adaptation se fait déjà au sein des classes, dans lesquelles les professeurs n’hésitent pas à inclure ChatGPT à leurs séquences. Si dans une classe de technologie de 3ème, l’outil semble être parfaitement adapté, l’on est plus surpris de le trouver dans une séance de Français. Ici, c’est davantage le développement de l’esprit critique qui est recherché. En confrontant le logiciel à une question type BAC, le professeur a saisi l’occasion pour lancer un débat sur les lacunes de la réponse 1. Les élèves n’ont pas hésité à montrer du doigt l’absence de citations et le manque de sources. L’IA se change alors parfois en « assistant pédagogique », fournissant aux enseignants des listes de ressource, des QCM préconçus, des énoncés plus variés… L’enseignement supérieur, si nous prenons l’exemple de Neoma Business School, se veut encore plus ouvert à cette nouvelle façon d’envisager la pédagogie 2. Nous assisterions à une remise en question des modèles et des évaluations. L’un de leurs professeurs prône l’appropriation du cours laissant place ensuite à sa restitution sous d’autres formats (graphismes, vidéos, visuels), plus efficace, selon lui, qu’un rabâchage textuel. Ce à quoi l’éducation nationale ne donne pas vraiment de consigne, mais ne fait qu’envisager un renforcement des compétences numériques déjà au goût du jour, d’ici 2027.

La problématique du plagiat difficile à détecter tant l’IA imite et s’approprie les codes littéraires avec rapidité, émerge notamment grâce à un test mené par Debby Cotton, directrice de la « pratique académique » à l’Université Plymouth Marjon. 3 Elle a entrepris, avec un groupe de chercheurs, la rédaction d’un article entièrement pris en charge par ChatGPT, auquel elle a apporté des modifications et ajouts nécessaires à l’expérience. Les références académiques suspectes ont ainsi été gommées afin de duper quatre universitaires et les lecteurs du Guardian (dans lequel a été publié l’article). Seul le rédacteur en chef était au courant de la supercherie qui a eu pour intérêt de prouver le niveau de crédibilité élevé que peut atteindre l’IA, ébranlant l’intégrité académique. Les piégés sont unanimes, la grammaire et l’usage de l’anglais sont parfois supérieurs à ceux des étudiants, rendant la détection complexe. Bien que les universitaires aient précisé que plus la spécialisation était poussée, moins le logiciel pouvait la reproduire, Science Po a quand même interdit son emploi, sous peine d’exclusion.

Nous sommes en droit de nous poser certaines questions. Tout d’abord, l’apprivoisement de ces IA est-il une absolue nécessité lorsque 15% des élèves présentent des lacunes en lecture, pour 30% en REP+ 4 ? L’on pourrait s’attendre à plus d’exercices écrits et moins de supports informatiques, à plus d’autonomie face au travail. Les élèves doivent plus que jamais apprendre à formuler par eux-mêmes leurs idées en se passant de toute aide, et en n’invoquant exclusivement que leur propre réflexion. L’équilibre reste encore à trouver entre restriction et recommandation. Plus de limites conduiraient à plus de transgressions et à l’inverse, trop de laxisme inviterait à un usage abusif des vertus de ChatGPT. Néanmoins, nous pouvons avancer que la France fournit déjà des efforts en matière de prévention, et sait avertir des nombreux écarts que l’IA répète.

Ne pas craindre la machine, mais la connaître : la prévention, plus que jamais nécessaire à l’école

Chaque trouvaille contient à la fois ses merveilles et ses inconvénients. L’IA n’a pas tardé à trouver des utilisateurs malintentionnés qui ont abusé de ses capacités pour créer des campagnes de phishing 5 crédibles dans plusieurs langues étrangères, ou coder des malwares 6 complexes et par conséquent plus difficiles à déceler. Les cybercrimes se multiplient avec des risques de vol de données ou de brevets, mettant en péril la propriété intellectuelle. Les informations circulent, les productions sont conservées par l’IA pour être réutilisées et se fondre dans ses prochaines réponses. L’on pourrait également pointer du doigt le fait qu’une entreprise privée, OpenAI, dispose de ces matériaux intellectuels et peut recycler librement les conversations entretenues avec la machine.

Mais cette innovation bénéficie d’une sorte de voile trompeur, de mirage établi par la perception sociale. Car qui mieux qu’une IA dernier cri pour nous aiguiller et nous abreuver d’informations factuelles, et donc indiscutables ? L’on aurait tendance à prêter une confiance aveugle en la technologie lorsqu’on recherche des réponses. Son savoir est illimité, et sa carence en sentiments et en opinions personnelles tendent à nous faire croire que chaque message délivré ne peut être que vrai.

Les moyens de contrer les risques de désinformation, de sources erronées ou absentes sont mis en place dès l’école, comme une extension des programmes préconisant le « fact checking » et la vérification systématique des sources. La CNIL a d’ailleurs ouvert une section spéciale, et de plus en plus d’outils numériques consacrés à la détection des IA (AI Text Classifier) voient le jour. L’enjeu est déjà bien installé dans les établissements scolaires et les universités, afin de contrer, voire de s’approprier l’outil. D’autant plus que les bavures de l’IA restent tout de même assez reconnaissables. Ayant interrogé une doctorante en économie – concentrant ses recherches sur les questions de démographie et de croissance – sur le sujet, j’ai pu obtenir un témoignage probant et la description détaillée d’une expérience avec un logiciel qui aurait pu s’avérer utile. Lorsqu’elle lui a demandé de citer un passage de livre parlant de son sujet de recherche afin de constituer une phrase d’accroche, l’IA a avoué (après réclamation de précisions) son erreur concernant ses sources, ses livres cités. Des erreurs de mathématiques simples et de codage ont été à déplorer, et furent modifiées par l’IA seulement après avoir été pointées. L’utilisation de la paraphrase était généralement abusive.

Extraits d’une conversation entre la doctorante et ChatGPT

La décision du ministre de la Transition numérique Jean-Noël Barrot du 6 avril 7, s’oppose frontalement à celle de l’Italie, du Venezuela, de l’Iran, de la Russie ou de la Chine d’interdire l’utilisation du logiciel (toujours possible à l’aide d’un VPN, cependant). En effet, l’Italie, pour ne citer que ce pays, a choisi la radicalité après avoir reproché à l’IA son atteinte à la législation sur les données personnelles des usagers, ainsi qu’à la réglementation européenne censée protéger les internautes, avec la vérification de leur majorité. Vingt jours sont laissés à OpenAI pour rectifier le tir, et faire preuve de plus de transparence et de prudence sur les points évoqués. Du côté français, le contrôle supplante l’interdiction, avec néanmoins deux plaintes adressées à la CNIL, dont une émanant d’une association de sensibilisation aux enjeux du numérique, nommée Janus International. Le ministre qualifie l’IA de « perroquet approximatif », certes révolutionnaire, mais qui reste nébuleux quant à la protection des données amassées. Malgré ces constats négatifs, la précaution prévaut.

Le monde du livre, un secteur qui s’est déjà confronté au « progrès »

Les exemples sont nombreux lorsqu’il s’agit de développer la panique et la crainte qu’engendrent les IA.

Nous pourrions tout d’abord citer le cas de Genario, propre à l’édition, qui est un autre exemple de délégation des recherches à une machine 8. Présenté en 2020, cet outil aide les romanciers et scénaristes en effectuant des recherches sur un sujet donné, en proposant des suggestions ou en générant des prototypes de textes. Il serait une collaboration « parfaite » entre le créatif et l’IA, affirment ses créateurs David Defendi et Louis Manhès. Ces derniers n’y voient que des alternatives mises à disposition, des trames narratives qu’il appartiendra à l’auteur d’affiner. Accordons-lui tout de même des avantages notoires : il peut être un gain de temps intéressant. Il met à disposition de l’auteur en herbe ou confirmé des petites fiches décrivant un lieu, une époque, une mode vestimentaire, un style architectural pour une période particulière, des profils de personnages, des analyses d’émotions… David Defendi défend son invention en donnant les arguments du jeu, de l’échange ludique durant le processus de création. L’IA fournit aussi des comparaisons avec des textes connus ou des chefs-d’œuvre pour orienter l’écrivain. Ces derniers possèdent 100 % des droits, doivent souscrire à un abonnement (20 euros par mois) pour que leurs textes soient sauvegardés sur le Cloud et dans des « back sécurisés ». S’il avoue que les textes peuvent être clichés et génériques, il avance ensuite qu’il est bien entendu nécessaire de s’éloigner des propositions pour les ciseler et les domestiquer, à la manière d’un véritable parnassien… Malheureusement, la comparaison s’arrête là, car cet outil « fabuleux » reste un support, une béquille, un accompagnateur avec qui l’on peut discuter ses choix et procéder à un brainstorming. La mise en commun des travaux ainsi que les avis des utilisateurs sont mis en avant par le biais d’un réseau de lecture ayant pour but d’évaluer les œuvres. 12 000 inscrits sont déjà comptabilisés, pour 1000 utilisateurs actifs. De plus, des talents peuvent être repérés, notamment grâce à un concours avec 2000 euros à la clé en partenariat avec Lisé Arif, un assistant d’édition, qui permettrait la prise en charge du gagnant assurant ainsi son avenir dans le monde du livre. L’argument le plus efficace demeure celui de la sortie de l’anonymat d’auteurs jusque-là laissés de côté.

La maison d’édition Le Bélial’, qui a publié le livre de Rich Larson, La Fabrique des lendemains, en octobre 2020, avec une couverture générée par une IA, informe à son tour sur le basculement technologique à l’œuvre 9. Ce projet s’est fait à l’insu de la directrice artistique Bénédicte Marchand. Des voix se sont élevées, dont celle de l’équipe du Livre de Poche (filiale d’Albin Michel et d’Hachette Livre) qui a réagi, tout en conservant tout de même une certaine retenue…

Couverture du livre de Rich Larson, La Fabrique des lendemains.

A la suite de cela, plusieurs artistes ont déposé plainte pour violation du droit d’auteur et concurrence déloyale (alimentée par leur travail). L’IA, puisant dans des travaux déjà existants, se rapproche un peu plus de l’appropriation intellectuelle. Les premières dérives ont donc été anticipées, suivies par l’intervention de La Ligue des auteurs qui rencontre prochainement le SNE (Syndicat National de l’Edition). S’ajoute à cela un vote prochain du parlement européen (qui devrait apporter des compléments à l’Artificial Intelligence Act) et le Congrès de L’ALAI qui se déroulera en juin à Paris pour tenter de trancher sur la question du droit d’auteur et des IA.

La publication de certains livres numériques participe également à l’affolement général dans le monde de l’édition. L’on comptabilise environ 200 livres publiés sur la boutique Kindle d’Amazon ayant pour auteur ou co-auteur ChatGPT 10. Une catégorie existe aussi pour faire mention de son implication dans le processus d’écriture. Certains auteurs en usent pour en tirer des profits en toute simplicité, quand des amateurs y voient une occasion de réaliser leur ambition, ainsi exemptés de la difficulté de l’écriture. Le livre est façonné, telle une marchandise à seul but lucratif, et vendu dès la fin de sa conception par le biais du Kindle Direct Publishing, le volet d’autopublication d’Amazon créé en 2007. Des centaines de tutoriel circulent sur TikTok ou Youtube, banalisant le travail acharné d’un écrivain et le réduisant à une accumulation de blocs de textes qu’une IA peut produire en seulement quatre heures. Le secteur de la jeunesse a déjà vu plusieurs de ces créatures de Frankenstein naître sous la forme d’Ebooks. The Wise Little Squirrel : A Tale of Saving and Investing est un album de 30 pages illustré généré par un vendeur de Rochester du nom de Brett Schikler, dont le rêve a toujours été de se lancer dans le métier d’auteur. De quoi offrir aux jeunes un travail sans âme, motivé par une opportunité plus que par un sentiment, là où ils sont en pleine période de développement émotionnel, avec un besoin de créations bien humaines pour s’enrichir. Le livre numérique est au prix de 2,99$ et la version imprimée est à 9,99$. Il aurait rapporté à son auteur 100$, de quoi le motiver à réitérer l’expérience. Mary Rasenberg, directrice exécutive de l’Authors Guild, met en garde contre l’ampleur du phénomène, et l’incapacité de renouvellement de ce genre d’ouvrage, car sans saveur et donc condamné à l’oubli.

Couverture du livre de Brett Schickler, The Wise Little Squirrel : A Tale of Saving and Investing

Cette angoisse qui fait trembler le monde du livre s’étend aux métiers de journaliste, de juriste, ou encore d’illustrateur, laissant entendre un « grand remplacement » de l’homme par la machine. Les faits sont là, avec tout d’abord la réussite de ChatGPT de l’examen d’entrée au barreau américain qui s’est classé parmi les 10% des candidats les plus brillants. Nous pourrions évoquer l’étude de l’université de Pennsylvanie qui affirme que concernant 80% des salariés aux USA, l’IA pourrait théoriquement s’acquitter de 10% de leurs tâches quotidiennes. Pour certains, on avoisine les 20%. Enfin, les experts de la Goldman Sachs parlent de 300 millions d’emplois supprimés dans les années à venir 11 La théorie de la « destruction créatrice » 12 de Schumpeter se vérifierait. Inhérente au capitalisme, l’innovation détruit les anciennes technologies afin d’en créer des nouvelles. Avec l’invention des voitures, la technologie « cheval » a été complètement remplacée, tout comme le métier de Maréchal-ferrant, par les innovations automobiles. Ici, ce sont les professions intellectuelles qui sont touchées, d’autant plus pour des pays avec une forte croissance technologique, comme la Suède.

Pour conclure, nous dirons donc que les enjeux de l’introduction de cette nouvelle technologie disruptive sur le marché sont tentaculaires, car cette dernière va très probablement influencer de manière significative l’emploi, la création, ainsi que l’éducation. De ces trois secteurs, le dernier est peut-être celui pour lequel nous devrions nous poser le plus de questions concernant la place que nous déciderons d’accorder à des IA telles que ChatGPT : l’enseignement par l’Homme est-il indispensable ? Voulons nous que le but premier de l’école soit de diffuser le savoir, par n’importe quel vecteur ? Si ChatGPT saura certainement transmettre davantage d’informations aux élèves dans un temps réduit, la logique d’efficacité qui gouverne le marché n’est peut-être pas adaptée au milieu scolaire, qui forme avant tout des futurs citoyens. L’enseignement est sans aucun doute le parfait exemple de ces métiers qui allient l’intelligence, le cœur et la main au quotidien. Or, si certaines tâches intellectuelles peuvent être sous-traitées à l’IA, il est difficile d’imaginer cette dernière capable de faire plus.

Sauf peut-être si nous continuons d’encourager la créativité de l’IA tout en bridant celle des Hommes – en témoignent les récentes censures des œuvres originales d’Agatha Christie ou de Roald Dahl.

Bibliographie et sitographie :

-« ChatGPT va-il faire les devoirs de nos enfants ? », Numérique éthique, 8 mars 2023.

-Duboust, O. « Comment le monde de l’enseignement s’adapte à ChatGPT », Euronews, 8 février 2023.

-E, R. « ChatGPT : pourquoi la France s’oppose fermement à son interdiction », L’Express, 7 avril 2023.

-Gary, N. « Un éditeur proscrit l’intelligence artificielle pour ses couvertures », ActuaLitté, 11 février 2023.

-Hocine, B. « ChatGPT écrit un article pour prouver qu’il est indétectable », ActuaLitté, 22 mars 2023.

-Hocine, B. « ChatGPT devient un auteur très prolifique… de livres numériques », ActuaLitté, 22 février 2023.

-Oury, A. « Genario, l’intelligence artificielle comme aide à l’écriture », ActuaLitté, 13 février 2023.

-Pouré, C. « ChatGPT : à l’université, un outil pédagogique ou un instrument de triche ? », Le Monde, 19 janvier 2023.

-Mathieu, B. « ChatGPT ou la crainte du « grand remplacement » », L’Express, 6 avril 2023.

-Rodrigues, R. « « ChatGPT devient un allié » : ces enseignants apprivoisent l’intelligence artificielle pour améliorer leurs cours et aider leurs élèves », Franceinfo, 10 mars 2023.

-Schumpeter, J. Capitalisme, socialisme et démocratie, Paris, Payot, 1990.

-Solym, C. « Dans la tête d’un actionnaire Vivendi : ChatGPT, cancel culture, Editis, Lagardère… », ActuaLitté , 24 avril 2023..



Citer ce billet
Gersande Creutzer (2023, 22 mai). ChatGPT : le nouvel ami virtuel des jeunes d’aujourd’hui . Monde du Livre. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlxb

  1. Duboust, O. « Comment le monde de l’enseignement s’adapte à ChatGPT », 8 février 2023, publié sur Euronews.Selon le témoignage de professeurs dans un lycée de Tours[]
  2. Rodrigues, R. « « ChatGPT devient un allié » : ces enseignants apprivoisent l’intelligence artificielle pour améliorer leurs cours et aider leurs élèves », 10 mars 2023, publié sur Franceinfo.[]
  3. Hocine, B. « ChatGPT écrit un article pour prouver qu’il est indétectable », 22 mars 2023, publié sur ActuaLitté.[]
  4. d’après les chiffres du Ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse https://www.education.gouv.fr/les-performances-en-orthographe-des-eleves-de-cm2-toujours-en-baisse-mais-de-maniere-moins-marquee-343675[]
  5. une pratique frauduleuse consistant à récolter des données personnelles sur internet afin d’effectuer une usurpation d’identité[]
  6. un logiciel malveillant, se propageant dans un système informatique tel un virus pour le corrompre[]
  7. E, R. « ChatGPT : pourquoi la France s’oppose fermement à son interdiction », 7 avril 2023, publié sur L’Express[]
  8. Oury, A. « Genario, l’intelligence artificielle comme aide à l’écriture », 13 février 2023, publié sur ActuaLitté[]
  9. Gary, N. « Un éditeur proscrit l’intelligence artificielle pour ses couvertures », 11 février 2023, publié sur ActuaLitté[]
  10. Hocine, B. « ChatGPT devient un auteur très prolifique… de livres numériques », 22 février 2023, publié sur ActuaLitté[]
  11. Mathieu, B. « ChatGPT ou la crainte du « grand remplacement », 6 avril 2023, publié dans l’hebdomadaire de L’Express.[]
  12. processus “qui révolutionne incessamment de l’intérieur la structure économique, en détruisant continuellement ses éléments vieillis et en créant continuellement des éléments neufs” extrait du Capitalisme, socialisme et démocratie, 1942[]

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search