L’édition jeunesse adaptée aux déficient.e.s visuels : des professionnels du livre réticents

Malgré toute la législation mise en place, pourquoi les jeunes malvoyants et non-voyants peinent encore à trouver des livres adaptés ?

En effet, depuis 2006[1] la loi permet de faire une exception aux droits d’auteur sur les ouvrages en faveur des personnes empêchées de lire. Révisée à plusieurs reprises, le Sénat a désigné la BNF (Bibliothèque Nationale Française) pour récolter les éditions accessibles sur sa plateforme numérique Platon.

Pourtant, le taux de publications adaptées reste faible en France. Pour favoriser cette inclusion, une autre loi qui devrait entrer en vigueur en juin 2025, demande aux éditeurs que la totalité des e-books[2] soient publiés dans des formats accessibles au public de malvoyants et non-voyants. Mais cette loi qui n’a cessé d’être reportée se heurte à de nombreuses difficultés pratiques au sein du monde du livre qui laisse cette minorité dans l’invisibilité. Pourtant, la technologie innove pour faciliter le quotidien de ce handicap et de nombreuses associations travaillent sur des projets pour répondre aux besoins de cette population, surtout chez les plus jeunes.  

“Malgré les progrès techniques récents, les aveugles et malvoyants restent en France plus qu’ailleurs confrontés à des difficultés importantes dans le domaine de l’accès au livre et à la lecture. Selon un rapport de l’inspection générale des affaires culturelles (IGAC) de 2013, on estime en effet que seulement 8 % des livres disponibles en France existent dans une version en braille, sonore ou en caractères agrandis adaptée à ce public, tous supports confondus, numériques et imprimés.” Déplore M. Didier MARIE, professeur des écoles et sénateur de la Seine-Maritime, à la ministre de la culture. (https://www.senat.fr/questions/base/2022/qSEQ220226680.html

On pourrait croire pourtant que l’expansion des offres de livres audios pourrait couvrir une majorité des besoins mais l’exemple de la BNFA (Bibliothèque Numérique Francophone Accessible) compte un peu plus de 50 000 titres adaptés en tout contre environ 67 000 nouveaux titres publiés par an et parmi ces titres, les textes scientifiques ou les supports scolaires se font encore plus rares dans la littérature pour malvoyants. Outre la complexité de cette adaptation, les contraintes auxquelles les associations font face sont générées par un cercle vicieux au sein du monde du livre. 


[1] Loi n° 2006-961 du 1 août 2006 relative au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information 

[2] Livres publiés en fichier numérique. 

La “rentrée littéraire pour tous” 

Depuis 2013, le SNE (Syndicat National de l’Édition) et la BNF organisent chaque année une opération visant à offrir aux aveugles et malvoyants une rentrée littéraire. En 2022, selon l’association Valentin Haüy, c’était 400 livres qui étaient édités dans des formats adaptés, soit presque 80% des nouveautés parues ce qui est une excellente nouvelle pour les lecteurs. En s’adaptant au calendrier du monde du livre, les associations trouvent le moyen de motiver les éditeurs à produire de manière inclusive. Ici, ce que l’AVH désigne comme des livres adaptés, ce sont les versions en audiodescription (avec une voix humaine ou une voix de synthèse) et les transcriptions en braille numérique. Ces documents sont téléchargeables via leur plateforme “Éole” qui propose également des titres de littérature jeunesse. Et ici, comme au cinéma, on estime la longueur d’un livre en temps, d’une dizaine de minutes pour un album à plus de dix heures pour un roman young adult. Ce qui permet cela, c’est la prise en charge des frais d’adaptation par le CNL (Centre National du Livre). Les livres sont choisis en fonction des sélections des divers prix littéraires qui existent en France mais, malgré tout, la part des livres jeunesse reste petite et est essentiellement constituée de romans et quelques albums. Les titres ne sont pas choisis pour leur portée pédagogique vis-à-vis de l’enfant ou pour leurs sujets qui, eux aussi doivent être adaptés. En effet, les références sensorielles sont majoritaires en littérature et ne sont pas toutes à la portée des jeunes déficient.e.s visuel. Le Cœur en braille, édité pour la première fois en 2012 chez Didier Jeunesse et réédité en 2023 en bande dessinée chez Dargaud, propose un récit fictif où l’imaginaire tente de faire appel à d’autres sens que la vue.

Couverture de la bande dessinée Le Cœur en braille aux éditions Dargaud.

Les plateformes 

Les plateformes littéraires sont toutes des ressources précieuses pour les enfants aveugles et malvoyants qui cherchent à découvrir de nouveaux livres et histoires accessibles. Elles sont souvent soutenues par des associations, des bibliothèques et des organismes gouvernementaux, et peuvent être consultées en ligne. On considère les livres audios comme majoritaires dans les livres adaptés. La plus populaire est “Platon” (plateforme de la BNF). Ces plateformes s’adaptent aux différents niveaux de déficiences visuelles (les malvoyants peuvent avoir besoin de lire en gros caractères). Le problème, c’est que l’accès est encore insuffisant et peu uniforme à l’échelle nationale. La BNF ne suffit pas pour centraliser les données, les informations et les livres au regard de la multiplicité des associations. Il y a donc un travail de fourmi à faire pour récolter les dispositifs de chaque région, voire chaque département, puis pour les proposer aux parents qui souhaiteraient accompagner leurs enfants sur des voies de lecture. Par ailleurs, les plateformes peuvent manquer de diversité en termes de représentation des personnages, des cultures et des expériences vécues par les enfants. Les enfants aveugles et malvoyants ont besoin de lire des histoires qui reflètent leur propre expérience et qui leur permettent également de découvrir d’autres perspectives comme nous avons pu l’aborder précédemment avec le référentiel sensoriel présent dans les récits.  

Les technologies  

Le braille est un système d’écriture en relief qui existe en France depuis 1829 et qui a été un énorme pas pour faciliter le quotidien des déficient.e.s visuels. Désormais, avec l’omniprésence de l’écriture dans notre environnement, les technologies disponibles pour aider les personnes aveugles et malvoyantes à lire ont considérablement évolué ces dernières années pour s’y adapter. Les livres numériques ont l’avantage d’être nomades et les livres audios le sont encore plus. Les liseuses, également très connues, permettent d’agrandir les caractères selon le besoin du lecteur. Un outil important pour les aveugles : les plages braille. Ce petit dispositif électronique en forme de clavier reprend les reliefs du braille et permet de lire les fichiers numériques téléchargeables sur les plateformes, d’accéder à des documents et à des pages web, et même de communiquer en utilisant du texte braille. Les plages braille sont souvent utilisées en combinaison avec des lecteurs d’écran ou des synthétiseurs vocaux pour une expérience de lecture et d’écriture complète. Aussi, les plages braille permettent aux déficient.e.s visuels de lire autrement qu’en étant attablé à un bureau ce qui est davantage adapté aux enfants dont les livres font partie de leurs loisirs. Cependant, il faut compter au minimum 1000 euros pour une plage braille bas de gamme et elles peuvent aller jusqu’à plusieurs milliers d’euros. Par ailleurs, le format des fichiers numériques accessibles est très important pour permettre aux technologies d’assistance de fonctionner correctement et ainsi offrir de l’indépendance aux utilisateurs. Les formats les plus courants sont :  

  • DAISY (Digital Accessible Information System) qui est un format de livre numérique spécialement conçu pour les personnes aveugles et malvoyantes. Les fichiers DAISY sont structurés en sections et en chapitres, avec des métadonnées[1] qui permettent aux utilisateurs de naviguer facilement dans le livre.  
  • Les fichiers PDF rendus accessibles et interprétables par les lecteurs d’écran grâce à l’ajout de descriptions “alt” pour les images et les graphiques, et aussi à l’utilisation de balises pour faciliter la navigation.  
  • Le plus recommandé auprès des éditeurs pour fonctionner avec les plages braille, le format ePub (ePub 3 désormais). Comme avec le format PDF, cela peut être accompli en utilisant des techniques telles que l’ajout de descriptions “alt” pour les images et les graphiques et la structuration du contenu pour faciliter la navigation. 
  • Pour les illustrations, Le document en relief DER propose des images tactiles pour enseigner aux enfants et représenter les images difficiles à décrire par les mots. Par exemple, le système solaire. 

Mais chez les plus jeunes, le sens du toucher est idéal pour découvrir et mémoriser. Alors, même si le récit est adapté et enrichissant pour le vocabulaire de l’enfant, les associations et les familles constatent que les formats numériques ne sont pas aussi efficaces que les livres papier transcrits en braille. L’apprentissage tactile, qui est essentiel pour les enfants aveugles, peut-être plus difficile à réaliser dans un environnement numérique où les sensations physiques sont limitées. 


[1] Les métadonnées sont des données qui servent à interpréter d’autres données numériques.  

Modèle de plage braille USB

De nouvelles difficultés pour les (petits) éditeurs   

Dans la course à la rentabilité dont font partie les maisons d’édition, le coût et les incidences sur le prix que peut engendrer la création de livres adaptés fait grincer des dents. D’une part, les personnes aveugles et malvoyantes peuvent avoir des besoins de lecture différents en fonction de leur type de déficience visuelle et de leur niveau de compréhension dû aux âges et aux niveaux de lecture. Par conséquent, il est souvent nécessaire de produire des livres dans plusieurs formats différents pour répondre à ces besoins. Pour offrir des livres papiers aux enfants, la production de livres en braille peut être difficile à mettre en place dans les maisons d’édition en raison du coût des imprimantes braille, des matériaux nécessaires pour produire les pages braille et du temps nécessaire pour produire chaque livre. Il y a également une incidence sur les coûts de la formation du personnel. Les professionnels qui travaillent dans le domaine de l’accessibilité doivent être formés pour utiliser les techniques et les normes spécifiques nécessaires à la production de livres accessibles. Cette mise en route demandant de passer plus de temps sur chaque ouvrage, la rémunération de leur travail peut donc augmenter le coût global de la production de livres accessibles de trois à quatre fois et actuellement, peu de subventions sont prévues par le CNL pour permettre l’inclusion. 

Album jeunesse Raiponce aux éditions Les doigts qui rêvent, spécialisés en livres braille.

La protection des fichiers numériques 

La crainte de la distribution illégale de livres numériques accessibles est une préoccupation importante pour les éditeurs qui peut affecter la façon dont ils choisissent de produire et de distribuer des livres pour les personnes aveugles ou malvoyantes. Tout comme cela peut se produire pour d’autres types de fichiers numériques, ces fuites réduisent les ventes de livres et c’est la population de déficient.e.s visuels qui en fait les frais. Les petites et moyennes entreprises d’édition peuvent rarement surveiller leurs données et préfèrent refuser de les partager plutôt qu’engager des poursuites qui ajouterons un coût. Ainsi, pour les protéger, la directive européenne sur le droit d’auteur et les droits voisins dans le marché numérique, entrée en vigueur en juin 2019, prévoit des exceptions et limitations en matière de droits d’auteur pour les personnes empêchées de lire. Cette directive permet aux associations représentant les personnes en situation de handicap de faire des copies d’œuvres protégées par des droits d’auteur et de les rendre disponibles, sous certaines conditions. Les fichiers sont en accès gratuit mais pour une seule personne qui est au préalable passée par un centre d’agrément pour vérifier son éligibilité (qui peut être justifiée par une attestation médicale ou, parfois, sur l’honneur). Ainsi, il y a une traçabilité sur les documents.  

La compétitivité complique aussi la tâche. Depuis 2007, Hachette Livre a une influence significative sur la production de livres accessibles pour les personnes aveugles ou malvoyantes en ayant créé une filiale appelée Hachette Accessibilité, qui se consacre à la production de livres adaptés aux personnes atteintes de handicaps visuels ou auditifs. Ils ont donc un pouvoir dans les décisions qui sont prises sur les formats numériques demandés. 

La mise en place de ces ouvrages en librairie 

Les livres en braille prennent beaucoup de place en librairie parce qu’ils sont imprimés sur du papier épais et rigide pour que les points en relief du braille ne s’effacent pas et soient facilement lus par les personnes aveugles ou malvoyantes. En général, les livres en braille sont beaucoup plus volumineux que les livres imprimés classiques, car chaque page en braille nécessite plus de place pour pouvoir contenir suffisamment de caractères en relief. De plus, les livres en braille sont souvent reliés de manière à faciliter leur manipulation et leur lecture par les personnes atteintes de handicaps visuels. Cela signifie que les librairies doivent disposer d’un espace suffisamment grand pour stocker les livres en braille et les rendre accessibles aux personnes aveugles ou malvoyantes qui souhaitent les acheter. Pour contrer ce problème, nous pourrions penser à l’élargissement des offres numériques en librairie. Mais les grandes plateformes de vente en ligne, telles qu’Amazon, dominent le marché. Les librairies peuvent avoir du mal à rivaliser avec ces géants en termes de sélection de titres, de prix et de commodité.  

Des livres à des prix peu inclusifs  

Outre le prix des technologies nécessaires, la demande pour les livres en braille est relativement faible, car la plupart des lecteurs utilisent d’autres méthodes de lecture, telles que les livres audio ou les livres électroniques. En conséquence, les coûts de production doivent être répartis sur un nombre plus restreint d’exemplaires. Il faut compter entre 80 et 120 euros pour un livre transcrit en braille, ce qui dissuade souvent les acheteurs et donc les libraires ne s’aventurent pas vers ce type d’ouvrages. Pour cela, il faut se rendre dans quelques librairies spécialisées comme la Librairie des Grands Caractères qui a ouvert ses portes en 2021 à Paris. Il y a aussi depuis janvier 2023, la librairie du CTEB (Centre de Transcription et d’Édition en Braille) à Toulouse qui a décidé de rendre ses ouvrages en braille accessibles et de les baisser au prix unique pour les particuliers, comme leurs confrères. Présente depuis 20 ans, cette maison d’édition associative tente un coup de poker en espérant que cette action leur permettra d’être repris. Autrement, le dépôt de bilan sera annoncé début 2024. En attendant, les professionnels qui commandent des livres du CTEB ne peuvent les retourner au bout de trois mois comme les autres livres. 

L’importance du rôle de médiation des bibliothèques/médiathèques 

Bien que les plateformes proposent des livres en braille, en audio, en gros caractères ou en langage simplifié, l’accessibilité peut parfois être un défi. Les enfants peuvent avoir besoin d’un accompagnement ou d’une formation pour utiliser ces ressources de manière efficace. Il faut que le personnel se mobilise pour intégrer les enfants dans les activités en surmontant la fracture avec les familles qui comptent un ou plusieurs enfants possédant un tel handicap et qui sont éloignées du livre à l’origine. On retrouve le même cas de figure qu’en librairie : s’il n’y a pas de public alors on trouve peu ou pas d’ouvrages adaptés et vice versa. Si le problème des livres en braille est qu’ils occupent physiquement de la place, ils pourraient être conservés dans les bibliothèques départementales fermées au public qui servent de fond aux autres médiathèques et êtres déplacés à la demande. Ce que la législation essaie d’amener c’est le droit d’accéder à l’information et à la culture de la même manière que les personnes voyantes. En offrant des livres adaptés, les bibliothèques, jouent un rôle clé dans l’éducation du public sur les besoins et les droits des personnes aveugles et malvoyantes, contribuent à garantir l’égalité d’accès à la connaissance et à la littérature pour tous. C’est un rôle de médiation que le numérique ne peut pas résoudre. 

En somme, bien que les technologies numériques aient apporté des améliorations significatives dans l’accessibilité des contenus pour les personnes aveugles et malvoyantes, il y a encore des défis à relever pour répondre complètement à leurs besoins de lecture. D’une part, il est très difficile de savoir combien de personnes font partie de cette minorité et il l’est encore plus pour identifier le nombre d’enfants car les données collectées par les institutions, les associations ou les enquêtes ne recensent pas toutes les personnes atteintes par ce handicap. La première raison est une méconnaissance de ces enquêtes par un manque d’information ou d’accès aux dispositifs permettant de se recenser (qui sont souvent numériques). Deuxièmement, certains déficent.e.s visuels ne se définissent pas dans cette population et/ou n’ont pas identifié le niveau de leur handicap qui peut être une acuité visuelle insuffisante malgré une correction à une cécité totale. On pourrait craindre une dépendance à la technologie, surtout qu’elle est déconseillée chez les plus jeunes, mais dans ces cas de figures, nous devons croire que les innovations servent l’inclusion des personnes en situation de handicap.  Pour conclure, il ne faut pas négliger les bienfaits de la lecture auprès des plus jeunes, mêmes déficient.e.s visuels, pour envisager une insertion professionnelle. Il s’agit d’une inclusion vers la culture et de permettre aux enfants aveugles et malvoyants de prendre conscience de l’écrit qui est omniprésent dans leur environnement. Pour beaucoup d’entre eux, la lecture pourrait donc devenir une passion. Et les passions n’ont pas de limites. 

 Sitographie   

http://www.inja.fr/BDEA/accueil-ermes.aspx 

https://aveuglesdefrance.org/quelques-chiffres-sur-la-deficience-visuelle/

https://anpea.asso.fr/plus-de-600-enfants-deficients-visuels-laisses-pour-compte-en-france/

https://www.cairn.info/revue-bulletin-de-psychologie-2006-2-page-159.htm

https://www.livreshebdo.fr/article/371-livres-de-la-rentree-adaptes-aux-aveugles-et-malvoyants

https://www.avh.asso.fr/fr/rentree-litteraire-pour-tous-400-livres-adaptes-pour-les-publics-empeches-de-lire

https://actualitte.com/article/106472/acteurs-numeriques/handicap-a-la-rentree-plus-de-livres-pour-le-plus-grand-nombre

https://www.culture.gouv.fr/Actualites/Handicap-La-rentree-litteraire-pour-tous

https://www.francetvinfo.fr/culture/livres/la-premiere-librairie-grands-caracteres-ouvre-ses-portes-a-paris-un-concept-genial-pour-les-personnes-malvoyantes_4268057.html 

Et un entretien avec Amandine Ronzy, cheffe du projet lecture à l’ANPEA que je remercie pour son savoir précieux. 



Citer ce billet
tessierl (2023, 10 juillet). L’édition jeunesse adaptée aux déficient.e.s visuels : des professionnels du livre réticents. Monde du Livre. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlxd

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search