Pour une méthodologie de l’intraduction en sciences humaines. De l’importation des idées écologistes anglo-saxonnes.

Par Claire Sebahoun et Benjamin Villard.

Il faut d’emblée distinguer la présence croissante de la question écologique dans le paysage éditorial français depuis les années 1980, de l’enjeu que représente la traduction d’ouvrages écologistes. Cette édition, en effet, se situe au croisement de champs habituellement isolés ; le thème de l’écologie a la particularité d’inviter à une réflexion transdisciplinaire, où les sciences humaines s’emparent des sciences naturelles pour aboutir à une réflexion politique. Dans le chapitre qu’elles consacrent aux sciences humaines pour leur ouvrage Translatio : Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Gisèle Sapiro et Ioana Popa indiquent que « les facteurs qui pèsent sur la circulation internationale des ouvrages de sciences humaines et sociales par voie de traduction, dépendent de deux logiques : éditoriale et académique[1] ». L’éditeur doit envisager la manière dont il publie et traduit l’écologie, selon qu’il souhaite répondre aux attentes spécialisées des sciences naturelles ou à la liberté d’analyse des sciences humaines, dans le cadre d’une question politique qui concerne directement son lectorat. L’intraduction de la pensée écologiste anglo-saxonne est à cet égard exemplaire. Comment l’éditeur anticipe-t-il la réception de cette pensée ? Comment répond-il aux différentes dichotomies qui l’animent, entre urgence et contre-discours, sciences naturelles et sciences humaines, pédagogie et militantisme ?

Le geste éditorial de l’intraduction de la pensée écologiste : entre pratiques de traductions et politiques éditoriales

La pensée écologiste s’intraduit en fonction des intentions éditoriales qui émergent en tenant compte de sa position spécifique. Lorsqu’une maison d’édition se spécialise dans l’écologie, elle publie des textes qui sont à la fois théoriques et politiques. Il est donc essentiel, en établissant un équilibre entre ces deux aspects, de réfléchir à la cohérence de son catalogue et de son calendrier éditorial.

Choisir de traduire des essais, c’est se situer dans une démarche éditoriale académique, et donner à l’ouvrage le rôle de véhicule pour des connaissances. À l’inverse, traduire des textes de fictions ou des livres pratiques revient à situer l’ouvrage dans une démarche éditoriale intellectuelle, qui vient nourrir des pratiques sociales. Dans les deux cas, ce que l’éditeur propose se règle à la façon dont il souhaite répondre aux enjeux mêlés de l’écologie et non à des logiques habituelles. 

Le choix du texte n’est pas le seul indice de ce statut particulier de l’édition d’ouvrages écologistes. Celle-ci présente également une chronologie spécifique. Les textes écologistes sont parfois retraduits, non pas car l’auteur aurait modifié son texte, mais parce que la réalité écologique qui l’a motivé a changé.  De même, les textes présentent parfois des retards importants de traduction parce que l’éditeur prend en compte la réception de la pensée présente dans le texte. 

Ces différents gestes éditoriaux répondent à la même ambition de déterritorialiser la pensée dans l’œuvre écologiste. Penser l’écologie, c’est penser la nature sous toutes ses acceptions, selon différents moments, différents lieux, différents modes d’existence. Au prix d’un effort, le lecteur doit penser son mode et repenser son comportement de lecture. Cet effort est pris en compte par l’éditeur, qui choisit de donner au traducteur la tâche de restituer le « territoire » du texte (tout ce qui entoure le texte d’origine) ou bien de simplement le rendre le plus accessible possible.

Les textes anglo-saxons cristallisent ces enjeux. La majorité des subventions allouées par le CNL concernent des traductions depuis l’anglais[2]. Si cet écart se justifie d’abord du point de vue de l’omniprésence factuelle de cette langue dans le monde et du caractère transnational de la question écologique, elle a également pour effet de rendre indissociables les spécificités de cette langue de celles de la pensée écologiste. 

Cette traduction rencontre toutefois certains obstacles que le travail éditorial doit dépasser. L’écologie, comme toute discipline scientifique, s’appuie sur des termes techniques auxquels le traducteur doit donner un sens en français. Cependant, puisque ces termes prennent leur origine dans un territoire donné et dans le monde mental qui lui est propre, la question de la traduction est de savoir comment rendre raison du terme dans le monde mental français. Par exemple, le concept de « sustainable development » se traduit généralement comme « développement durable » mais certains traducteurs lui préfèrent « développement soutenable » dans une volonté de s’approcher davantage d’un mot qui n’a pas son équivalent en français. Le traducteur doit trouver le moyen de traduire une idée, même quand les mots ne se substituent pas.

Ces obstacles donnent au traducteur de textes écologistes une place dont l’éditeur doit décider. La première possibilité, qui renvoie à l’édition académique mentionnée par Gisèle Sapiro, serait de faire appel à un traducteur littéraire, dont le seul travail est de donner une traduction la plus fidèle possible du texte, sans y ajouter d’interprétation ou de notes. La seconde possibilité, qui renvoie à l’édition intellectuelle, est de faire appel à un traducteur qui est avant tout spécialiste des questions traitées dans l’ouvrage, non pas pour qu’il fournisse la traduction la plus fidèle des mots, mais afin qu’il puisse rendre compte de la meilleure manière possible de la pensée de l’auteur. Dans ce dernier cas, le travail du traducteur (qui préface généralement l’ouvrage) est tout aussi important que celui de l’auteur. Il ajoute au livre un contenu supplémentaire, selon la politique décidée par la maison d’édition. 

La question est de savoir si les choix opérés ou les politiques éditoriales mises en œuvre dans la traduction de la pensée écologiste de la pensée écologiste anglo-saxonne révèlent une limite entre l’édition militante (idéologique) et l’intraduction académique (scientifique). Comment les éditeurs se placent-ils d’une part ou d’une autre de cette limite ? Qu’est-ce que cette dichotomie implique ? Faut-il comprendre que l’éditeur n’a que deux choix possibles ? Soit, convaincre son lectorat en lui proposant d’abord de transmettre fidèlement des connaissances scientifiques avant d’ajouter à cette conviction initiale des œuvres plus engagées. Soit, persuader celui-ci avec des textes engagés et un travail éditorial plus marqué, avant de miser sur ce premier travail pour publier des œuvres destinées à un lectorat en un sens déjà acquis.

Éthique et séduction : la neutralité des sciences traduites est-elle possible ?

La littérature qui dessine les contours du statut du traducteur et de l’exercice de la traduction ne manque pas.

Il paraît évident de considérer la traduction comme un geste éminemment interculturel. Un réseau sur lequel elle repose, tout en participant à sa construction. Un croisement qui nécessite le respect de deux critères fondamentaux : celui de la fidélité du texte original, tout en envisageant son adaptation. Une greffe, manipulée pour qu’elle fonctionne[3].

Mais les sciences humaines, parce qu’elles laissent intrinsèquement ouverte la question d’une vérité à débattre, méritent une attention particulière[4].

Un rapide aperçu des synthèses du SNE sur la répartition des parts de marché des différents secteurs (en moyenne 14% pour le secteur SH ces trois derniers exercices[5]) peut alors nous laisser penser que le public s’oriente davantage vers ce type de publications et que ces mêmes productions demeurent bien installées dans le paysage éditorial français.

C’est donc parce que les publications « SH » sont de plus en plus sollicitées au sein des débats publics qu’elles doivent absolument se garder de toute toxicité.

D’autres domaines de recherche tentent de proposer une réflexion méthodologique sur le geste de « traduire ». À propos de la traduction appliquée aux travaux médiévistes, Jean-Philippe Genet expose :

 Les médiévistes ont adopté une attitude assez claire, distinguant par le mot « translation » la traduction de l’époque médiévale, censée peu soucieuse d’exactitude et ayant recours à la périphrase voire au commentaire afin de préserver l’essentiel du sens, et en réservant le mot « traduction » pour une restitution du sens aussi exacte que possible et recherchant l’équivalence stricte des termes dans la langue d’origine et dans la langue cible, associée à l’approche « moderne »[6].

Si la question du discours annexe du péritexte – celle du contexte, indissociable du pourquoi – demeure intacte, l’acte moral dans l’exercice de traduction – le comment – pourrait venir offrir le crédit de neutralité qui nous paraît ici nécessaire. À n’en pas douter, il s’agit de débarrasser partiellement l’appareil de la traduction de certains ressorts rhétoriques qui pourraient venir orienter les conclusions scientifiques du document original.

À ce titre, l’idée d’une méthodologie, d’une « norme » de traduction n’est pas sans priver le traducteur de sa liberté de traduire, de certains outils rhétoriques et donc de ses partis pris d’auteur. À cela, il paraît opportun de rappeler de nouveau : de quelle littérature parlons-nous ?

Études de cas

José Corti, « Biophilia », des traductions pour fonder une collection

La collection « Biophilia », initiée en 2012 par l’éditrice Fabienne Raphoz, se propose de « mettre le vivant au cœur d’éclairages ou de rêveries transdisciplinaires de tous les temps : éthologues, philosophes, zoologues, ethnologues, systématiciens, folkloristes, naturalistes, explorateurs et créateurs (romanciers, poètes, illustrateurs) pourront s’y rencontrer dans le buisson foisonnant des espèces dont le devenir est l’un des enjeux majeurs[7] » de l’institution préceptrice que représentent les éditions Corti. En mai 2023, la collection comprend vingt-sept textes, dont près de la moitié sont des traductions de l’anglais américain. En considération de la devise vénérable de la maison, « Rien de commun », il convient d’observer les politiques empruntées dans le choix d’une thématique en vogue, telle que le point de convergence entre l’homme et la nature.

Edward O. Wilson, Biophilie (traduction de Guillaume Villeneuve), Éditions José Corti (2012).

Paul Shepard, Nous n’avons qu’une seule terre (traduction de Bertrand Fillaudeau), Éditions José Corti (2013). 

Crédits illustrations : Éditions José Corti

Sources : https://www.jose-corti.fr/


Edward O. Wilson, Biophilie, Paris, José Corti, coll. “Biophilia”, n°1, 2012.

C’est à ce premier ouvrage, traduit en 2012, que la collection doit son nom. Son auteur, Edward Osborn Wilson, est un biologiste, entomologiste et myrmécologue américain. Fondateur de la sociobiologie, son ouvrage de référence dans le domaine, La conquête sociale de la terre[8] a été publié en 2013 chez Flammarion.

Biophilia est un exemple de traduction tardive. La publication originale date de 1984 alors que la traduction française a été publiée en 2012. Si l’on ne trouve aucune explication quant à cette temporalité, nous pouvons toutefois supposer que cette traduction entend constituer un fond solide de connaissances dans un domaine précis pour une collection nouvelle.

Il est surtout essentiel de remarquer que le traducteur de Biophilia, Guillaume Villeneuve, n’est pas un spécialiste de la pensée de Wilson, mais avant tout un traducteur de métier, professeur, préfacier, auteur et musicien. On ne trouve en ce sens, pas de préface du traducteur, mais une préface de l’auteur à l’édition française, pas de notes de traduction, pas de notes d’édition, et des remerciements tirés de l’édition originale. Le livre semble être organisé pour que le traducteur n’intervienne pas, qu’il s’efface seulement pour laisser place à un propos personnel, mais qui a une prétention à l’objectivité et l’universalité.

Paul Shepard, Nous n’avons qu’une seule terre, Paris, José Corti, coll. “Biophilia”, n°4, 2013.

Ce titre, traduit et publié en 2013, ouvre un autre regard sur l’intraduction de la pensée écologiste. C’est au successeur de José Corti à la direction de la maison d’édition, Bertrand Fillaudeau, qu’est confiée la traduction de cette anthologie de la pensée de Paul Shepard. Le livre a été composé à partir de cinq textes de l’auteur. En introduction, on trouve un résumé de l’œuvre qui insiste sur son caractère stimulant son originalité dans le champ de la pensée écologiste.

La préface est l’œuvre du philosophe Dominique Lestel. Sa forme et sa tonalité font davantage songer à un article académique qu’à une simple introduction. Lestel y explicite la métaphysique évolutionniste de Shepard avec précision, développe ce que cela signifie que de faire « animal de soi ». Il s’agit de proposer une analyse complète de l’auteur, de fournir au lecteur une introduction précise afin de permettre à celui-ci la compréhension la plus fine possible des idées qui y sont développées. Cette volonté de précision intellectuelle se retrouve aussi dans la seule note de traduction présente dans le cœur du texte : « J’ai pris le parti, lorsque la pensée de Shepard ne paraissait pas claire, de la rendre limpide en français, au risque de la simplifier. » (p.365) La maison semble souhaiter proposer une traduction la plus neutre possible. Le traducteur n’est qu’un intermédiaire et sa traduction un truchement par lequel on veut laisser s’exprimer des idées telles qu’elles ont été formulées.

Cette volonté explique aussi la question du retard de traduction, que Lestel lui-même aborde à la fin de sa préface. Il s’agit une nouvelle fois d’une traduction tardive. L’ouvrage original a été publié en 1996, mais il est, selon Lestel, toujours extrêmement actuel. Les éditions Corti semblent avoir décidé de traduire ce texte lorsque son propos est devenu incontestable, afin de rejoindre la collection entendue comme un fond de connaissances.

Les éditions Wildproject

Kirkpatrick Sale, L’art d’habiter la terre. La vision biorégionale, Marseille, Wildproject, 2020.

L’art d’habiter la terre est un objet d’étude privilégié de notre analyse. Son auteur, Kirkpatrick Sale, est un écologiste américain spécialiste de la question industrielle, affilié au mouvement technophobe du néo-luddisme, comme en témoigne son seul autre ouvrage traduit en français[9]

Wildproject fait le choix d’une traduction tardive de cet ouvrage initialement publié en 1985, dont on trouve une justification dans la préface : « Le contexte de cette traduction française tardive est celui d’un regain d’intérêt actuel de nombreux chercheurs pour le mouvement biorégionaliste. » (p.8). Conformément à notre analyse, on trouve ici une volonté explicite de proposer une édition d’un travail selon les dynamiques intellectuelles changeantes que cet ouvrage traite d’une manière ou d’une autre : l’éditeur entend saisir une opportunité.

Le choix du traducteur illustre également l’ambition générale des éditions Wildproject. Il faut d’abord souligner que l’ouvrage comporte deux traducteurs. Le premier, Mathias Rollot, est architecte, maître de conférences, traducteur mais également auteur lui-même d’un texte intitulé Les territoires du vivant : un manifeste biorégionialiste[10]paru chez François Bourin en 2016 et réédité par Wildproject en 2023. Le second traducteur, Alice Weil, est architecte et prépare une thèse de doctorat en anthropologie à l’EHESS. Si cette dernière participe à la traduction du texte, seul Mathias Rollot y signe une préface.

Ce préambule au texte de Sale présente un intérêt considérable, puisque Mathias Rollot y justifie le choix de l’éditeur de publier ce livre. Il y insiste sur le caractère inédit de cette publication et explique que cette traduction tardive a lieu dans le but de souligner le rôle fondamental de ce livre pour la pensée biorégionaliste, ainsi que de le mettre en résonance avec les questions qui animent aujourd’hui la vie intellectuelle française. Le propos de Mathias Rollot suscite également une interrogation sur la chronologie de l’intraduction de la pensée écologiste anglo-saxonne, puisqu’on y trouve la mention des travaux fondateurs du mouvement biorégionaliste de Peter Berg dont Mathias Rollot a traduit des passages dans Les territoires du vivant. Pourquoi alors éditer Kirkpatrick Sale et pas Peter Berg ?

Un élément de réponse peut résider dans le fait que L’art d’habiter la terre est considéré comme « la toute première monographie sérieuse sur la question biorégionale », ainsi que le précise la quatrième de couverture. Le romancier canadien Michael Helm écrit en ce sens dans une revue biorégionaliste que l’ouvrage « a rendu le biorégionalisme respectable » (p.11), propos que Mathias Rollot rejoint lorsqu’il cite dans la préface Frédéric Dufoing, qui écrit dans L’écologie radicale à propos du biorégionalisme de Sale qu’il est « décanté, purifié de ses principes égocentriques, laïcisé et assorti d’une réflexion morale beaucoup plus poussée[11]» que la plupart des autres textes du genre. L’ouvrage, sans être fondateur, représente un moment clé de la pensée biorégionaliste, importance que l’éditeur et le traducteur choisissent de défendre.

Le cœur du texte présente deux notes de traduction. Dans la première, qui se trouve à la page 34, le traducteur fait le choix de donner la version complète d’un chant dont Sale ne donnait qu’une version raccourcie. Dans la seconde, qui se trouve à la page 70, le traducteur actualise une projection de la situation de la masse polaire hivernale que Sale propose dans une note. Dans les deux cas, il s’agit d’une intervention du traducteur, qui ne se contente pas de donner une version française du texte, mais aussi de conférer au texte traduit une dimension plus actuelle et exhaustive.

Il semble surtout que le traducteur joue un rôle qui dépasse sa fonction, puisqu’il fait aussi partie du comité scientifique de la maison d’édition. Mathias Rollot a également un rôle de prescripteur puisqu’il a sans doute décidé de cette édition. Les éditions Wildproject font ainsi le choix, dans leur travail de publication de la pensée écologiste, de laisser le travail de traduction à des autorités universitaires ou des parties prenantes du mouvement en question, comme Matthieu Dumont, Catherine Larrère ou Baptiste Morizot, afin de donner à la traduction du texte le rôle de traduire également le territoire d’origine de celui-ci.

Kirkpatrick Sale, L’Art d’habiter la Terre (traduction de Mathias Rollot et Alice Weil), Éditions Wildproject (2020).

Lynn Margulis et Dorion Sagan, Microcosmos (traduction de Gérard Blanc et Anne de Beer), Éditions Wildproject (2022). 

Crédits illustrations : Éditions Wildproject

Sources : https://wildproject.org/

Lynn Margulis et Dorion Sagan, Microcosmos, Marseille, Wildproject, coll. « Petite bibliothèque d’écologie populaire », 2022.

En 2022, ces mêmes éditions décident de laisser à Clément Amézieux le soin d’une révision de la traduction de Microcosmos (Margulis, Sagan, 1986) réalisée en 1989 par Gérard Blanc et Anne de Beer pour les éditions Albin Michel.

Si le titre entend poser les bases d’une nouvelle conception de la théorie de l’évolution, la note de révision peut venir nous offrir une perspective de la politique éditoriale de l’éditeur en sciences humaines marseillais :

« [Nous avons] rétabli de façon systématique les premières personnes du pluriel (‘‘nous’’) qui avaient été traduites par ‘‘l’homme’’ ou ‘‘les hommes’’[12]. »

N’en doutons pas, il s’agit bien ici de contourner la confusion sémantique Homme/vir/homo, en retrouvant la neutralité du pronom anglophone « we » ou encore « mankind ». Quel sens donner alors au choix de refuser cette « neutralité » pour le chapitre « L’homme égocentrique » alors même que celui-ci envisage « l’homme » comme homo et non vir[13] ?

Si ce n’est de considérer la politisation d’un domaine initialement scientifique. Politisation in fine reprise dans le titre de l’éditeur lui-même Les pensées de l’écologie (2021) dont le sommaire entend la perspective d’une écologie globale, politique et sociale[14].

Les éditions de l’Artilleur

Dans un même esprit de politisation du discours scientifique, les titres traitants d’écologie de la controversée maison d’édition l’Artilleur[15] semblent, eux, utiliser la question écologique dans une large défense du libéralisme économique.

Steven E. Koonin, Climat, la part d’incertitude (traduction de Marie-France Pavillet), Éditions de l’Artilleur (2022).

Michael Shellenberger, Apocalypse zéro (traduction de Daniel Roche), Éditions de l’Artilleur (2021).

Crédit illustration : Éditions de l’Artilleur

Sources : https://www.editionsartilleur.fr

Si un bref regard sur les premières de couvertures (voir illustrations ci-dessus) des parutions traduites donnerait matière à réflexion sur les figures d’autorités invoquées par les graphistes de l’Artilleur et le pouvoir dans la spontanéité de l’achat inhérent à la couverture du livre[16], attachons-nous à ne prendre en considération que la part associée au traducteur et ses travaux.

Pour le cas de la traduction de Climat, la part d’incertitude (2022) il paraît ici intéressant de mettre en relief certains travaux de la traductrice Marie-France Pavillet :

La fin du management. Inventer les règles de demain (Hamel, Vuibert, 2008) ; Ce qui compte vraiment. Les 5 défis pour l’entreprise : Valeurs, Innovation, Adaptabilité, Passion, Idéologie (Hamel, Eyrolles, 2012) ; Luxe. Nouveaux challenges, Nouveaux Challengers (Kapferer, Eyrolles, 2016)[17].

Une bibliographie largement orientée vers l’entrepreneuriat, le management, et la croissance économique de l’entreprise.

Il n’est en effet pas question de juger ici la qualité des travaux de Marie-France Pavillet en matière de traductologie, mais bel et bien de considérer – aussi – son intégration au champ paratextuel du titre traduit. En considérant l’appareil transtextuel de Genette, le traducteur par son intervention importe non seulement son travail immédiat, mais aussi sa propre bibliographie antérieure. La faisant entrer en gravitation autour du titre traduit[18].

L’approche méthodologique se retrouve de nouveau biaisée par un détournement du scientifique au profit d’un autre sujet. Cette fois-ci non par le travail immédiat, mais par le statut du traducteur, de son œuvre bibliographique.

Les différents travaux théoriques sur l’acte de traduire et les gestes éditoriaux corroborent un postulat initial : le strict effacement des acteurs du texte paraît en fin de compte impossible.

Pour autant, si l’on peut considérer ces opérations comme autant de discours périphériques, certaines collections nous laissent croire encore non seulement à une certaine discrétion de ces interventions, mais aussi et surtout à ce que ces dernières ne soient pas les échos de sujets annexes et hors de propos, et cela même si l’on considère les sciences – humaines ou non – comme étant intégrées dans un champ global avec ses interférences.

Au regard de l’ensemble de ces paramètres, il ne paraît pas capricieux de vouloir retrouver la rigourosité du champ scientifique dans le principe de traduction ; qu’un tel geste soit déconstruit pour l’intégrité même de ces littératures ainsi que la sérénité du débat qu’elles impliquent.

Faute de quoi, il sera difficile d’envisager les sujets abordés autrement que comme des prétextes, des travestissements bruyants de discours sous-jacents.

Bibliographie

• CACHIN, Marie-Françoise, La traduction, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2007.

• GENET, Jean-Philippe (dir.), Traduction et culture, France – Îles britanniques, Paris, Classiques Garnier, 2018.

• GENETTE, Gérard, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Seuil, « poétique », 1982.

• GENETTE, Gérard, Seuils, Paris, Points, « Essais », 2002.

• PYM, Anthony, Pour une éthique du traducteur, Arras, Artois Presses Université, Presses de l’Université d’Ottawa (Canada), 1997.

• SAPIRO, Gisèle (dir.), Translatio : Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions, 2008.

Pour aller plus loin

LECLERC-OLIVE Michèle, « Traduire les sciences humaines. Auteur, traducteur et incertitudes. » Meta, volume 61, numéro 1, mai 2016, p. 42–59, erudit, EN LIGNE : https://www.erudit.org/fr/revues/meta/2016-v61-n1-meta02588/1036982ar/ (26/06/2023).

ROCHLITZ Rainer, « Traduire les sciences humaines », Raisons politiques, 2001/2 (no 2), p. 65-77, cairn, EN LIGNE : https://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2001-2-page-65.htm (26/06/2023).

PONCHARAL Bruno, « Le ‘‘social science translation project’’ et la traduction des sciences humaines », Hermès, La Revue, 2007/3 (n° 49), p. 99-106, cairn, EN LIGNE : https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2007-3-page-99.htm (26/06/2023).


[1] « Chapitre 4. Traduire les sciences humaines et sociales : logiques éditoriales et enjeux scientifiques », in : Translatio : Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions, 2008, p. 107.

[2]https://centrenationaldulivre.fr/aides-financement/subvention-aux-editeurs-pour-la-traduction-d-ouvrages-francais-en-langues

[3] Anthony Pym, Pour une éthique du traducteur, Arras, Artois Presses Université, Presses de l’Université d’Ottawa (Canada), 1997.

[4] Michèle Leclerc-Olive, « Traduire les sciences humaines. Auteur, traducteur et incertitudes. » Meta, volume 61, numéro 1, mai 2016, p. 42–59.

[5] Chiffres clés, Syndicat national de l’édition [EN LIGNE] :  https://www.sne.fr/economie/chiffres-cles/ (le 15/06/2023).

[6] Jean-Philippe Genet (dir.), « Translation, Traduction » in : Traduction et culture, France – Îles britanniques, Paris, Classiques Garnier, 2018, p. 11- 22.

[7] Présentation sur le site internet de la maison d’édition.

[8] Edward O. Wilson, La conquête sociale de la terre, Paris, Flammarion, 2013.

Parmi les autres ouvrages de l’auteur traduits en français, on trouve également Voyage chez les fourmis (coécrit avec Bert Hölldobler, Paris, Seuil, 1996), réédité en 2012 chez Flammarion sous le titre L’incroyable instinct des fourmis.

[9] Kirkpatrick Sale, La révolte luddite : briseurs de machines à l’ère de l’industrialisation, Paris, L’Échappée, 2006.

[10] Mathias Rollot, Les territoires du vivant : un manifeste biorégionaliste, Paris, François Bourin, 2018 (Marseille, Wildproject, 2023).

[11] Frédéric Dufoing, L’écologie radicale, Gollion (Suisse), Infolio, coll. « Illico », 2012, p. 67.

[12] Lynn Margulis, Dorion Sagan, Clément Amézieux (rev.), « Note de révision » in. Microcosmos : 4 milliards d’années de symbiose terrestre, Marseille, Wildproject, « Petite bibliothèque d’écologie populaire », p.415.

[13] Lynn Margulis, Dorion Sagan, Clément Amézieux (rev.), « L’homme égocentrique » in. Microcosmos : 4 milliards d’années de symbiose terrestre, Marseille, Wildproject, « Petite bibliothèque d’écologie populaire », p.274-331.

[14] Catalogue Wildproject, « Les pensées de l’écologie », Wildproject [En ligne] : https://wildproject.org/livres/les-pensees-de-l-ecologie (le 25/05/2023).

[15] François Vaneeckhoute, “ Covidosceptisme, vichy et déni climatique la recette des éditions de l’artilleur”, libération le 07 avril 2023 [En ligne] : https://www.liberation.fr/checknews/covidoscepticisme-vichy-et-deni-climatique-la-recette-des-editions-de-lartilleur-20230407_VOTANWQR6JGFFNKX6EWZUMC6UI/ (le 25/05/2023).

[16] Gérard Genette, « Le péritexte éditorial » in : Seuils, Paris, Points, coll. « Essais », 2002, p.21-40.

[17]  Bibliographie de Marie-Pavillet, Decitre [En ligne] : https://www.decitre.fr/auteur/365965/Marie+France+Pavillet?p=2 (le 15/06/23).

[18] Gérard Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Seuil, « poétique », 1982.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Sebahoun (15 décembre 2023). Pour une méthodologie de l’intraduction en sciences humaines. De l’importation des idées écologistes anglo-saxonnes. Monde du Livre. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlxh


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search