Rencontre avec les éditions Wildproject

Le 30 mars 2023, dans le cadre du cours « Politiques éditoriales contemporaines en matière de traduction », sous la responsabilité de Barbara Dimopoulou, codirectrice de formation et maîtresse de conférences à AMU, les étudiant.e.s du master 2 « Monde du livre » ont interviewé Baptiste Lanaspèze, responsable et cofondateur des éditions Wildproject. L’interview a eu lieu dans les locaux des éditions (12, boulevard National, 13001 Marseille).

Implantée dans la cité phocéenne depuis 2009, les éditions Wildproject se donnent pour mission de publier des œuvres majeures en matière d’écologie et de relation entre l’humain et la nature. La politique éditoriale de la maison envisage alors une réflexion globale non moins adaptée à la localité et à ses enjeux contemporains. L’occasion de reconsidérer les littératures écopoétiques et scientifiques internationales et de nourrir une réflexion quant au statut de la traduction.

© Wildproject

Emma : Baptiste Lanaspèze, merci de nous accueillir dans vos locaux. Nous commencerons cet entretien par quelques questions générales et pratiques pour nous recentrez ensuite sur votre catalogue et sur des ouvrages plus spécifiquement.

Quel est le statut juridique de Wildproject ?

Alors, c’est une SARL, donc une entreprise.

Une maison d’édition est un projet commercial, donc ce statut me paraissait évident. Les pensées de l’écologie n’étaient à l’époque pas prises au sérieux, et dans mon esprit, une association donnerait moins de crédit au projet. Même s’il y a une dimension militante énorme dans tout en cette maison !

Emma : Quelle est l’évolution du nombre de titres en moyenne par an depuis la fondation de la maison ?

Depuis presque une décennie nous publions une dizaine de titres par an. Mais comme on fait beaucoup de rééditions, de passages en « poches » on peut arriver à une quinzaine de publications.

Emma : Quel est le tirage moyen de vos publications ?

Le tirage moyen chez nous c’est, comme dans la plupart des maisons de sciences humaines, dans les 1 500. Il y a dix ou quinze ans, on était plutôt autour de 1 000, donc notre tirage moyen a tendance à augmenter, c’est bon signe !

Emma : Vous avez une politique qui différencie le tirage par rapport à un livre français ou un livre traduit ? 

Le fait qu’un livre soit une nouveauté française ou une traduction n’a pas d’incidence sur le tirage ; ce n’est pas ça qui va jouer. C’est vraiment d’autres facteurs, comme la médiatisation, le niveau d’installation de l’auteur, la taille de son lectorat, la confiance des libraires aussi…

Baptiste Morizot, L’Inexploré, 2023.

Emma : Et votre plus gros tirage ?

Le plus gros premier tirage qu’on ait fait, je pense, c’est ce mois-ci, sur le dernier Morizot (L’Inexploré, 2023), avec 12 000 exemplaires. On n’avait jamais fait ça pour un premier tirage, parce que son niveau de médiatisation est élevé. Ça reste un tirage minuscule par rapport à Marc Levy ou n’importe quelle autre maison ! Mais pour les sciences humaines, c’est beaucoup.

Emma : Il est assez facile de se procurer vos livres dans la région, est-ce le cas partout en France ? Est-ce que vous avez, par des contacts personnels, des envois en France qui vous sont plus favorables dans la distribution de vos livres ?

Collectif, Petite d’une ville-nature, coll. “A partir de Marseille”, 20217.

Il n’y a pas de faveur régionale à ma connaissance pour Wildproject, car on ne s’est jamais positionnés comme éditeurs régionaux. On a un fort ancrage et un engagement sur Marseille, car on a une collection qui s’appelle « À partir de Marseille ». J’aime bien la présenter en disant que c’est une collection d’écologie urbaine. Mais ça ne nous a jamais valu, je crois, d’intérêt particulier du territoire. Nul n’est prophète en son pays !

Dans le premier arrondissement de Marseille, où nous sommes, certaines librairies nous soutiennent énormément, car elles ont compris notre projet depuis très longtemps et nous défendent – comme L’Odeur du temps, qui compte parmi nos meilleurs points de vente en France. Mais d’autres librairies, tout près de nous, et pourtant beaucoup plus grandes, n’ont pas encore de bon rayon écologie où trouver nos livres !

D’après nos études sur la librairie, il y a un type de villes où nos livres se vendent bien, ce sont les villes universitaires. Là où il y a des étudiants, des chercheurs, des profs du supérieur. Dès qu’on est dans une ville où il n’y a plus d’étudiants, comme par exemple ma ville d’origine, Carpentras, là c’est plus compliqué ! On va trouver des librairies parfois grandes en taille, mais qui travaillent uniquement avec quelques gros distributeurs, avec une attention portée aux livres ayant fait l’objet d’une médiatisation audiovisuelle; ce qui me choque toujours un peu, car dans mon esprit la vie intellectuelle, la vie des livres devrait être un espace autonome et émancipé – pas une zone d’extension des médias.

Dans cette danse entre médias, gros éditeurs, gros distributeurs et grosses librairies commerciales, comment faire en sorte qu’on puisse avoir des livres un peu radicaux, un peu décalés ? Question pas évidente !

On est très bien installés dans ces villes universitaires, où la clientèle tend à nous voir comme une maison qui donne la tendance, qui aime bien nous suivre – un peu comme une maison de haute couture dans le domaine de la mode. Mais on a vraiment besoin de séduire davantage le lectorat dans les villes de 40 000 habitants. On est en train d’étendre l’aire de chalandise et notre réseau de libraires, mais ce n’est pas si évident. Notre diffuseur, Les Belles Lettres, est un excellent diffuseur, qui très apprécié dans les bonnes librairies, ne l’est pas forcément dans ce type de librairie mainstream justement !

Est-ce que nos livres doivent pour autant rester dans les librairies pour initiés ? On est d’accord que non ! C’est aussi un enjeu politique…

Déborah : Vos publications en langue française intègrent relativement tard votre catalogue, se vendent-ils mieux que vos titres traduits ?

Les titres français sont arrivés dans un second temps dans notre catalogue, pour une raison simple : le projet initial de la maison était d’importer en France des auteurs étrangers.

D’abord parce que je défendais et que je voulais importer un mouvement quasi inexistant en France et que j’identifiais alors comme « philosophie de l’écologie », et que j’ai ensuite ouvert aux « humanités environnementales » (selon l’expression en cours dans le milieu académique) ou encore aux « humanités écologiques », selon la dénomination de l’ethnographe Deborah Bird Rose dans un très bel article de 2004, qu’on a publié en 2019 dans le livre de poche Vers des humanités écologiques. Mais la notion d’humanités renvoie à la Renaissance, à toute une tradition très anthropocentriste ; alors on a ensuite eu tendance à préférer appeler ça les « Pensées de l’écologie », qui est aussi le titre qu’on a donné avec Marin Schaffner à notre manuel paru en 2020. Ce champ qu’on défend, on n’arrête pas d’affiner sa définition.

La deuxième raison, plus triviale, est que les rares auteurs francophones qui avaient été de grandes figures en écologie, comme André Gorz, Jacques Ellul, Pierre Charbonneau, Ivan Illich… étaient tous au Seuil ou dans de grandes maisons françaises depuis trente ans ! On n’avait donc pas la possibilité de publier ces ouvrages.

Pour ces deux raisons, on était coincés sur l’étranger mais dès le début, le projet était, comme je l’indiquais alors, « d’importer et d’acclimater en langue française » les pensées de l’écologie.

Notre niveau d’exigence a beaucoup augmenté depuis la création de la maison. Entre 2009 et 2012, on recevait un manuscrit par mois, alors dès que je trouvais qu’un manuscrit tenait la route et était publiable, je le publiais (ce qui n’arrivait pas si souvent…). Aujourd’hui, on en reçoit un par jour… et on refuse une quantité de textes tout à fait publiables !

On a publié en 2011 un très beau roman d’un excellent écrivain québécois, Nitassinan de Julien Gravelle. C’est un roman magnifique qui a eu une jolie première vie, et qu’on a republié en poche il y a un an ou deux, et qui a trouvé encore plus de lecteurs ! Cet auteur est aussi au Seuil, où il publie des romans noirs.

Un jour, j’ai vu un maître de conférences d’Aix-Marseille qui m’a dit : « J’aimerais faire un livre de philosophie de l’écologie à partir de ma pratique de pistage. » C’était un livre formidable, mais assez technique, j’ai fait un premier tirage de 800 exemplaires… C’était le premier livre de Morizot, et Les Diplomates s’est finalement vendu à plus de 12 000 exemplaires !

Aujourd’hui , notre politique, c’est de continuer à diminuer la part des traductions et d’augmenter la part des auteurs francophones, qu’on sera heureux de promouvoir pour des extraductions. Le problème, c’est que l’avance des autres continue ; les Anglo-Saxons notamment ont trois à quatre décennies d’avance sur l’Europe sur ces sujets ; de sorte que la production anglo-saxonne continue à être à un niveau vraiment élevé. On a donc toujours une importante proportion de traductions. Chaque année avec l’équipe, on se dit « stop », mais en fait on continue à en faire !

Justine : Qu’en est-il des cessions de droits de vos ouvrages vers l’étranger ?

D’abord, oui, nos livres sont distribués à l’étranger : Suisse, Belgique et Canada ; et par ailleurs mon collègue, Marin Schaffner, a souhaité qu’on rejoigne l’Alliance des éditeurs indépendants. Ce qui nous permet de faire des coéditions avec d’autres pays francophones où les niveaux de vie sont plus bas. On est en train de chercher collectivement à inventer des pratiques.

édition ; lvre ; écologie ; environnement
Traduction en anglais par Georgia Froman (aux éditions Greystone) de Daniel Pauly, Un océan de combats de David Grémillet (2019).

Pour l’instant, la règle par défaut au sein de l’Alliance est la cession gracieuse ; on cède les droits gratuitement à des pays pour publier, imprimer et vendre localement à un prix de vente de quelques euros. Ça me gêne sur le principe que ce soit une cession totalement gracieuse, ce n’est pas correct pour l’auteur, il faudrait un petit pourcentage. Mais le problème, c’est qu’à 2 euros les 400 exemplaires ça fait 800 euros de bénéfices totaux et si vous preniez 10 %, c’est 80 euros ; et pour cela, il faudrait faire un virement international qui coûte 40 euros… C’est pourquoi la solution pragmatique selon nous est : donner les droits avec des fichiers PDF et les laisser se charger dans le pays de la production et de la vente.

Pour la vente de droits, plus une maison vend de droits étrangers, plus elle est contente, et les auteurs aussi. Notre collègue, Georgia Froman est chargée de la vente des droits, ça se passe en général en anglais donc c’est pratique qu’elle soit états-unienne.

Sur notre site, on a une quinzaine de titres et de quatrième de couvertures traduits dans notre rubrique « Foreign rights », ce qui est une première base, et on démarche aussi des maisons qui sont semblables aux nôtres. Ça se fait petit à petit ! Il y aussi la fameuse technique de pêche qu’on appelle à Marseille « à l’agachon », et qui consiste à rester quelque part sans rien faire en attendant qu’un poisson passe ! On a ainsi régulièrement des demandes de droits qui nous arrivent. Je n’ai pas envie de les céder à n’importe qui, car c’est un patrimoine et je suis toujours embêté : il vaut mieux un petit peu que rien, mais ce n’est pas une raison pour brader. On a toujours acheté des droits à 8 % ; et je suis toujours perplexe quand on nous fait des offres à 6 ou 7 %.

Justine : Quant à vos titres épuisés : est-ce que vous les abandonnez ? Ou est-ce que vous les rééditez en format poche ?

Dans notre réunion hebdomadaire, on fait un point sur les ruptures de stock. Parce que maintenant, avec une centaine de titres au catalogue, tous les mois ou presque on a une rupture. Étant donné qu’on est précisément une maison de fonds, est rarissime qu’on se dise « bon terminé, on a épuisé notre tirage, on arrête ». À une époque, les éditeurs faisaient ça quand ils n’imprimaient qu’en offset : au bout de 10 ans, le gros tirage initial de 3 000 ou 4000 exemplaires était vendu, on arrêtait, car un nouveau tirage aurait coûté trop cher. Mais désormais avec l’impression numérique, on peut en imprimer un peu moins, et même 500 exemplaires si on veut. Donc ça n’arrive quasiment jamais qu’on cesse une commercialisation. La question chez nous c’est plutôt : « Est-ce qu’on réimprime tel quel, ou est-ce qu’on le passe en poche ? »

Justine : On retrouve souvent des séries d’images sur les ouvertures de vos ouvrages : quel est le statut des images dans les livres de Wildproject ?

Arne Naess, Vers l’écologie profonde, 2023.

J’ai toujours aimé le faire, mon collègue Marin aussi adore ça. On peut y passer une journée à discuter et peaufiner le choix, le cadrage et l’ordre des images. En général c’est soigné, c’est beaucoup discuté à chaque fois. Dès notre premier livre publié en 2009, Vers l’écologie profonde, il y avait déjà une série de photos sur l’auteur, il y a toujours eu une politique assez iconographique. On aime bien le rapport à l’image.

Je pense que dans le cas de mon collègue et moi, c’est d’abord une exigence poétique, on trouve ça important dans les livres de philosophie et de non-fiction d’avoir des éléments poétiques et documentaires. Cela a aussi un rôle pédagogique. Ça aide à mémoriser une citation, et cetera. Et ça peut déclencher un achat, ça peut avoir un intérêt commercial. Ça remplit toutes ces fonctions.

Lorelei : Tout à l’heure vous disiez que les Français « avaient du retard sur l’écologie ». À quel moment situez-vous les débuts de cette production de titres sur l’écologie en France ?

Je dois juste préciser ce que j’entendais par là. Il y a des domaines où la France était tout à fait dans le sens de l’Histoire en écologie, comme dans les années 1970 par exemple. Il y a eu aussi des productions de quelques penseurs importants, dans les années 1950 à 1980. Donc là où j’entends un « retard » de la France c’est sur l’intersection entre les « humanités » et « l’écologie » à l’université. Là vraiment, sur le domaine académique, c’était énorme !

Un emblème de ce retard, c’est un livre absurde de Luc Ferry de 1992, que je décommande fortement : Le nouvel ordre écologique. Il a gagné le prix Médicis de l’essai, il a donc été adoubé par un certain monde intellectuel français comme un grand livre. Et la thèse du livre, c’est qu’il existe aujourd’hui un grand danger pour nos démocraties occidentales et pour la modernité, c’est la philosophie de l’écologie. Ce « dangereux » mouvement philosophique serait un mouvement qui repose soit sur un enracinement au terroir national affilié au fascisme, soit sur une nostalgie de l’union mystique à la nature qui signerait pour Ferry le refus de la condition humaine et relève pour lui du new age. Soit l’Allemagne nazie, soit la Californie. Et donc ce sont deux façons de rejeter ce qui est pour Ferry notre « mission moderne » qui, comme chacun sait, Kant et Sartre l’ont bien expliqué, l’idée que la nature est déterminée par des lois, que les humains sont libres, et plus on s’arrache à la nature, plus on est libre. Et tous ces écologistes, « qui veulent nous remettre dans la nature », seraient donc dangereux et anti-démocratiques.

S’il a eu le prix Médicis, c’est parce que ces idées semblaient justes et évidentes à la communauté intellectuelle française. Ce livre a joué un rôle important, comme car il a fermé la frontière en quelque sorte et mis un embargo sur les pensées de l’écologie. C’était aussi une réaction patriotique, qui voulait lutter contre l’influence anglo-saxonne, et qui nous a maintenus à l’écart d’un mouvement passionnant de notre temps.

Donc, pour moi, la date emblématique, c’est la « déferlante » de 2015, notamment avec le gros colloque « Anthropocène » au Collège de France. Et, à partir de là, on sent une poussée dans le monde académique où tous les chercheurs en sciences sociales viennent rajouter le terme « Anthropocène » dans le titre de leurs travaux. Comme si le sujet devenait « cool ». Je me demande parfois si ce ne sont pas les mêmes groupes sociaux qui saluaient Luc Ferry au début des années 1990 et qui, désormais, mettent tout à la sauce « Anthropocène »…

Lorelei : Quels sont vos critères d’importation notamment concernant les publications écologistes anglo-américaines ? Quelles sont vos relations avec les éditeurs étrangers dans ces phases de traduction ?

La proportion de livres états-uniens demeure minoritaire dans notre catalogue : nous avons de nombreu·ses aut·rices d’autres pays – japonais·es, australien·nes, indien·nes, polonais·es etc.  Les relations sont rarement personnelles, car, bien souvent, les auteurs sont morts ! Avec les éditeurs, nous n’avons pas de relations personnelles, car nous passons par des agences. Une notable exception est J. Baird Callicott, qui est devenu un ami proche, et que j’ai plaisir à accueillir chez moi lorsqu’il vient me rendre visite à Marseille.

Kirkpatrick sale, L’art d’habiter la terre, 2020.

Votre ambition est de proposer des titres à la fois sérieux et didactiques, dans lesquels vous abordez des thématiques scientifiques élaborées sans être absolument universitaires – on pense notamment aux thèses biorégionalistes avec Kirkpatrick Sale (L’art d’habiter la terre, 2020, traduit depuis l’anglais américain par Mathias Rollot et Alice Weil). Comment pensez-vous la chronologie de l’intraduction d’idées étrangères dans une perspective « tout public » ?

C’est plus de l’ordre d’un bricolage, que j’espère intelligent, mais qui ne procède pas en suivant de grands principes que l’on appliquerait ensuite au monde. Concrètement, Mathias Rollot nous a interpellés en nous présentant l’ouvrage, le livre traduit et ce mouvement un peu méconnu. Nous avons pris rendez-vous et nous avons été convaincus !

Par la suite, Mathias Rollot nous a fortement invités à publier Peter Berg, qui est pour lui (comme pour mon collègue Marin) une figure majeure, plus militante encore que K. Sale. J’en profite pour dire que Marin a désormais une part importante dans les décisions de la maison, nous sommes sur des sensibilités très proches, et je me fie beaucoup à son jugement.

Claire : Comment est-ce que vous pensez l’articulation entre les deux grands sujets de votre catalogue qui sont l’écologisme radical d’une part et l’écoféminisme de l’autre ?

L’écologie radicale, c’est une expression que j’emploie parfois, mais qui est floue. En revanche, l’écoféminisme est un vaste continent, absolument central et magnifique, auquel j’ai été initié (comme beaucoup) par la philosophe Émilie Hache, qui a joué un rôle important de conseil et nous a invités assez tôt à publier Carolyn Merchant, Val Plumwood, Vandana Shiva, Ariel Salleh…

Émilie parle très bien de l’origine militante du mouvement écoféministe, qui est devenu un mouvement académique, intellectuel, dans un second temps. L’écoféminisme est sans doute au cœur des pensées de l’écologie. Car en prenant en même temps la domination de la nature par l’Homme occidental et la domination du féminin par le masculin (et ce, en nous tous et toutes, hommes inclus !), elles parviennent à articuler l’intime et le politique avec une finesse qui échappe à tous les penseurs masculins écologistes. Pour moi, c’est finalement devenu le cœur du propos.

Mariana : Quelles sont vos relations avec les autres maisons d’édition qui s’intéressent à l’écologie en France ? Répartissez-vous, entre vous, par exemple, des manuscrits qui vous arrivent et qui ne peuvent être traités ?

J’admire le succès commercial de « Mondes sauvages » (Actes Sud), mais sur le plan du contenu, je suis plus sensible à certains titres de la collection « Anthropocène » de Seuil.

J’ai tendance à faire du « corporatisme / syndicalisme » éditorial en insistant auprès des libraires, bibliothécaires et journalistes sur l’importance et la qualité des maisons d’édition écologistes qui se sont créées avant 2015, avant que cela soit à la mode – comme Écosociété, Rue de l’échiquier, Le Passager clandestin, Dehors, et cetera. Même si la collection « Anthropocène » créée en 2013, au moment où un public commençait à émerger, a sans doute joué un rôle important pour faire apparaître le rayon Écologie en librairie.

On a de vraies relations de confrères avec certaines de ces maisons d’édition, avec qui nous avons fait des coéditions. Dans « l’Association pour l’écologie du livre » initiée par mon collègue Marin et notre camarade la libraire Anaïs Massola, il y a 400 membres, dont quasiment toutes les maisons d’édition que je viens d’évoquer. 

Aquilina : Comment avez-vous organisé le chantier du livre Plurivers ?

Le calibrage des notices avait été fait par les cinq éditeurs originaux en langue anglaise, 5 000 signes environ par notice. C’est un chantier hors-normes, et un joli travail pour nous que cette traduction d’un million de signes.

L’histoire du livre, c’est que Federico de Maria – l’un des éditeurs du bouquin, décroissantiste de « l’école de Barcelone » – nous propose de traduire et publier ce dictionnaire, avec l’aide du philosophe de l’écologie Fabrice Flipo. Un dictionnaire mondial d’initiatives qui croisent les Plurivers – Couverturepays du Sud, le décolonial et le féminisme, c’était séduisant ! Marin était très emballé, j’étais un peu inquiet sur le coût de production, mais on a décidé de se lancer !

L’offre de Federico de Maria était cohérente avec le contenu du livre, qui met en avant les mouvements coopératifs et les idées du commun. Il nous proposait d’une part une cession de droits gracieuse, et ensuite, avec l’aide de Fabrice, de mobiliser le réseau d’Attac en France pour trouver trente traducteurs bénévoles qui allaient faire chacun un bout du livre – sachant qu’il nous resterait un gros travail de relecture et d’harmonisation.

Les textes étaient des textes non littéraires, c’est vraiment des notices, avec une homogénéité de ton. On a passé une page sur le traducteur en ligne DeepL pour voir ce que ça allait donner. Bien sûr, sur une page, il y avait dix problèmes, mais quand même, globalement, pour ceux qui veulent passer par DeepL, on n’a pas de contre-indication majeure. Donc on a autorisé un premier jet par DeepL aux vingt-cinq à trente traducteurs bénévoles ayant des niveaux inégaux. On s’est dit qu’il valait mieux pour ceux qui étaient trop fragiles en anglais – potentiellement capables de générer plus de contresens en y allant direct qu’en passant par DeepL – de bien lire le texte en français, puisqu’ils ont une connaissance militante et politique. Et pour ceux qui veulent le traduire sans DeepL, « allez-y, on préfère ! mais n’hésitez pas à vous servir du logiciel pour voir ce qui éventuellement ne va pas »… C’était la première fois que je disais à des traducteurs d’utiliser DeepL (rires) c’était un peu bizarre pour moi, mais je pense que c’était un bon choix pour ce projet.

La relecture de Plurivers a tout de même demandé plusieurs semaines de travail à notre collègue Gayané Zavatto, une éditrice excellente et très méticuleuse, qui fait un travail de préparation de copie que tous auteurs saluent souvent – et moi aussi ! Sauf que là, avec vingt-cinq traducteurs, elle y a passé un temps fou… On avait fait en amont un document partagé avec une liste de mots qui posaient problème, à se demander « Est-ce qu’on traduit ‘‘sustainability’’ par ‘‘soutenabilité’’ ou ‘‘durabilité’’ ? ». Il y avait une bonne vingtaine de mots litigieux comme ça. Donc on a pris des décisions en amont pour unifier la traduction, mais même avec ces décisions-là, Gayané s’est retrouvée avec des problèmes d’unification à gérer.

Tous ces traducteurs bénévoles associés au livre, étant des militants, ont aussi joué un rôle d’ambassadeurs du livre.

Comme le coût d’impression était élevé, le point d’équilibre semblait dur à atteindre. Six mois avant la parution, j’ai eu une sueur froide sur ce titre, en réalisant qu’il risquait d’être déficitaire même dans l’hypothèse optimiste de 3 000 exemplaires vendus ; alors on s’est dit qu’on allait faire (pour la première fois) une prévente en ligne, en mobilisant tous les soutiens possibles. Et on a réussi notre coup ; on a vendu les 500 exemplaires en prévente qui nous ont permis de passer le cap ; et avec les ventes en librairie, on a réussi à l’équilibrer.

C’est un livre du catalogue que j’adore, on en est ravis. C’est un de nos fondamentaux. Et sa production nous a donc confrontés à des choses nouvelles. Ça a apporté une ambiance particulière au bureau, un mélange d’adrénaline et d’engagement militant qui était particulier.

Barbara Dimopoulou : Plurivers est un livre qui est rédigé en anglais. Les chercheurs ont-ils travaillé et produit leurs notices uniquement en cette langue ?

Dans l’édition originale du livre, publiée en Inde, il y avait une proportion d’environ 20 à 30 % du texte qui était déjà faite de traductions d’autres langues ; et donc on s’est retrouvés parfois à traduire des traductions.

Par ailleurs, le livre a été également traduit en portugais, en espagnol et en italien.

Emma : Pour Insectopédie (Hugh Raffles, 2016) vous proposez une seconde édition en 2022 avec un changement de couverture, pourquoi ce changement ? Et pourquoi avoir fait le choix de publier Créatures de Tchernobyl (2022) qui est, à l’origine, un chapitre d’Insectopédie ?

Le changement de couverture fait partir des stratégies de relance d’un titre, ça peut aider à lui donner une nouvelle vie. Lorsque vous faites une réimpression à l’identique, avec le même ISBN, vous ne pouvez pas faire une nouvelle mise en place en librairie parce que ce n’est pas une nouveauté. Un nouvel ISBN permet une nouvelle mise en place, ce qui doit se justifier par un changement quelque part – une nouvelle couverture, une nouvelle préface, une nouvelle postface, une édition révisée, une traduction révisée, et cetera.

Insectopédie est un merveilleux livre de l’anthropologue Hugh Raffles, dans une veine cousine de celle d’Anna Tsing. Il avait été publié en 2016, c’est-à-dire avant que les humanités environnementales soient vraiment à la mode, et il me semble que c’est là un livre qui n’avait pas trouvé son public. Il s’était vendu à 2 000 exemplaires, ce qui n’était pas mal, mais c’était surtout des ventes au « GPC » – au « Grand Public Cultivé » – parce qu’on avait eu une belle presse, dans Télérama, Le Monde, etc. Mais c’était un livre aussi fait pour les gens des « humanités écologiques », et dans ce monde, ce livre n’avait pas été reçu.

Notre tentative, six ans plus tard, était de donner une deuxième chance à Insectopédie en faisant une deuxième édition pour voir si le monde des « humanités écologiques » allait attraper ce livre.

Marin et moi on était marqués par le chapitre sur l’artiste Cornelia Hesse-Honegger, qui occupe une place particulière dans le livre, ne serait-ce que par sa taille. L’idée s’imposait que « c’est quasiment un bouquin, ce chapitre ». Il fait quatre-vingts pages sur les quatre cents d’Insectopédie. L’idée de Marin était d’ajouter en ouverture une série de reproductions en couleur, ce qui faisait en quelque sorte « un poche de luxe », un objet précieux et abordable.

Emma : Créatures de Tchernobyl a-t-il trouvé son public ?

Un peu comme Insectopédie, Créatures de Tchernobyl trouve son public plus lentement que je ne le pensais. C’est un livre génial, mais ça avance doucement. Parfois c’est mystérieux. On se demande parfois si ça aurait mieux marché dans une plus grosse maison – pas sûr !

À ce sujet, on a eu une expérience commune intéressante avec La Découverte : on a publié à peu près en même temps une même autrice formidable : l’ethnographe australienne Deborah Rose. Nous, on a fait le petit poche Vers des humanités écologiques en 2019, et eux, ils ont fait Le rêve du chien sauvage en 2020.

Eux comme nous, on voit là une autrice d’une importance analogue à Anna Tsing, mais elle n’a pas rencontré le même public. Les raisons sont multiples, et elles m’échappent en partie, mais on ne peut pas exclure les phénomènes grégaires, qui sont tout à fait présents dans le domaine académique et intellectuel. Ce n’est pas parce que l’objet est hyper-intello qu’il n’y a pas les mêmes phénomènes grégaires que dans la mode !

Benjamin : Dans Microcosmos (Margulis, Sagan, 2023) il y a une note de révision qui légitime le choix de traduire le pronom anglais « we » par « on » (traduit une première fois au Seuil par « l’homme »).

Oui, c’était délirant de traduire « we » par « l’homme ». C’est absurde. Merci les années 1990 !

Benjamin : Par contre, on constate une occurrence où on conserve le « we » traduit par « l’homme », dans le chapitre « L’homme est un égocentrique accompli »… Pensez-vous que l’acte de traduire soit nécessairement biaisé ?

Lynn Margulis, Dorion Sagan, Microcosmos, 2022.

Que la traduction soit un biais dans l’absolu, oui certainement mais je trouve que le cas concret est encore une fois plus intéressant que la généralité. Le cas concret, c’était intéressant parce qu’on a rencontré les traducteurs. C’était un couple, un homme et une femme qui ont aujourd’hui dans les 80 ans, ils sont vraiment chouette. On les a reçus ici, on a discuté pendant des plombes, ils sont venus avec tous les exemplaires de la revue CoEvolution qu’ils avaient créée à l’époque. Ce sont des grands défenseurs de Margulis, ils en ont parlé longuement, y compris de petits détails sur sa personnalité. Donc une vraie complicité intellectuelle avec eux, ils l’ont défendue, ils l’ont promue. Ce sont eux qui l’avaient proposée à Albin Michel à l’époque. Et donc ils avaient une culture écolo, militante et tout…

Leur traduction, c’était du bon travail, mais qui s’était senti je ne sais pas pourquoi obligé, dans l’inconscient collectif, de remettre de l’anthropocentrisme là où il n’y en avait pas, du patriarcat là où il y en avait pas. Clément a fait un beau travail pendant son stage sur cette traduction-là. Là il s’agissait vraiment d’enlever les erreurs, les biais injustifiables de la traduction précédente, ce n’était pas comme si c’était un acte créatif. C’était de la « dé-biaisation » de la traduction.

Et le jeune traducteur Clément Amézieux a fait un joli travail de correction de la traduction. Il raconte bien ça dans sa notice de révision de la traduction, où il rend compte de son travail, sans rabaisser la valeur de celui de Gérard et Anne, mais en expliquant au public ce qu’il s’est passé entre les deux traductions.

Cette traduction révisée, la postface passionnante de Dorion Sagan, les illustrations originales, la qualité du papier et la nouvelle couverture de Shoshanna Dubiner : tout cela fait la différence entre l’édition antérieur parue il y a 30 ans chez Albin Michel, il y a 15 ans chez Points Seuil sous le titre L’Univers bactériel à 10 euroset cette nouvelle chose qui a retrouvé son titre original : Microcosmos, à 16€ euros !

Benjamin : Justement, Clément prend le parti d’introduire le terme de symbiose dans le titre qui n’était pas dans le titre original…

Les questions de titre c’est plutôt des décisions qui impliquent la maison d’édition, même si on en discute avec le traducteur.

Margulis en 1991 n’est pas une star des pensées de l’écologie comme on la voit aujourd’hui. À l’époque, Margulis c’était juste une grande biologiste du XXe siècle qu’on publiait dans une collection de science au Seuil dont toute la pensée philosophique du discours était absente, ils ne l’ont pas racontée pareil que nous du tout. Nous on la raconte comme la dame sans laquelle James Lovelock n’aurait pas inventé l’hypothèse Gaïa. C’est elle qui amène une clé de l’hypothèse Gaïa avec sa connaissance de la biologie bactérienne. Et elle révolutionne le sens darwinien de l’évolution avec l’idée de symbiose. Pour nous c’est une diva qui est centrale au XXe siècle, alors que pour Albin Michel c’était une biologiste cellulaire qui fait de la biologie cellulaire. Je suis heureux du travail qu’on a fait sur ce titre.

Loreleï : Pierre Madelin est votre ami et votre collaborateur, quelqu’un dont vous êtes proche : pourquoi ne pas avoir publié davantage de ses livres étant donné qu’il est édité ailleurs ?

Bonne question. Nul n’est prophète en son pays, et quelquefois quand on est trop proche…

J’ai loupé son premier bouquin sur le capitalisme parce qu’à l’époque je m’intéressais beaucoup moins aux enjeux politiques ; j’avais trouvé le texte un peu « seconde main », un peu une anthologie, une synthèse alors qu’on publiait surtout des livres fondamentaux à l’époque. Je n’ai donc pas trouvé que c’était pour Wildproject à l’époque, et après quand je l’ai lu chez Écosociété, j’ai trouvé que c’était un bon texte, et je lui ai dit que je regrettais de ne pas l’avoir publié.

Par contre je lui avais commandé depuis un moment un récit de ses expériences d’aide-berger, qui est devenu Carnets d’estives (2013), parce qu’il me racontait souvent ses histoires d’estives, avec plein de verve et d’humour – « Véran » le berger qui parlait pas du matin au soir dans la vallée, et lui qui passait parfois de sales nuits dans sa cabane.

Laurie : Clément Amézieux a également traduit Pétromasculinité (2023), une combinaison de trois articles réalisés par Cara New Daggett. Est-il à l’origine du projet de traduction et de la transformation de trois articles en un seul et même ouvrage ? La préfacière, Fanny Lopez, est mise en avant sur la première de couverture, mais le traducteur non.

En fait, Clément pourrait apparaître dans la liste de nos compagnons de route. Depuis deux ans, il a amené Pétromasculinité, il a fait la révision du Margulis, et il y a un autre livre dont je lui ai confié la traduction, un gros livre 600 000 signes, c’est cher à traduire ça !

Cara New Daggett, Pétromasculinité, 2023.

Laurie : Pourquoi ce livre a-t-il été directement publié en format poche ?

On l’a mis en poche directement car il faisait 180 000 signes, donc on avait le choix de le mettre dans « Le Monde qui vient » mais la collection est un peu luxueuse car il y a des rabats, ça coûte assez cher à produire donc ça nous aurait obligés à le mettre en vente à 18 euros. Et en poche on trouvait que ça fonctionnait assez bien, la collection poche on la dirige avec Marin et depuis le début le pacte avec cette collection poche c’est qu’elle est en partie composée de livres grand format de chez nous qu’on passe en poche, et en partie de livres de création. Il y a plein de livres qu’on a publiés directement là-dedans, comme l’entretien avec Isabelle Stengers, ou comme Vers des humanités écologiques de Deborah Rose, ou encore notre manuel Les Pensées de l’écologie.

Le critère c’est en partie la taille (quand le livre fait moins de 200 000 signes), et surtout, s’il a une dimension pédagogique ou politique.

Marin a proposé à Fanny Lopez de faire une préface, elle a écrit un excellent texte, et on a mentionné son nom sur la couverture ce qui est l’usage !  Et la mention « Textes choisis et traduits de l’anglais par Clément Amézieux » on l’a mis sur la quatrième, d’un commun accord avec l’intéressé.

Laurie : Et est-ce qu’il y a eu un travail de réécriture de la part de Clément pour relier les articles entre eux ou est-ce qu’il a juste traduit ?

Non, aucun. Par contre il a fait un sacré travail de promotion non seulement en assurant plusieurs rencontres en librairie mais en plus en demandant à Cara New Daggett d’écrire des textes inédits pour les rencontres.

B. D. : Dans Les Pensés de l’écologie, on retrouve plusieurs auteurs de votre catalogue. Est-ce une façon de faire leur promotion ?

Je pense qu’on est ici dans une honnêteté intellectuelle qui est quasi parfaite ! C’est un projet que je porte depuis 2008, qui était de faire un livre d’initiation à la philosophie de l’écologie pour les classes de terminale. Quand vous êtes en terminale en philo, vous étudiez ces notions « le droit », « le désir », « le travail », « la justice », « la beauté », etc., et en fait il y a une notion qui est « la nature », et tout le reste c’est quasiment que des questions qui sont intra-humaines plus ou moins. Et donc l’écologie dans ce programme apparaît comme une « niche » parmi tous les autres sujets, parmi vingt autres choses quoi.

Or la philosophie de l’écologie, elle change le sens de toutes les notions. La recomposition des relations de l’homme et de la Terre, elle bouge toutes les notions. Et donc depuis 2008 je rêvais de faire un livre qui montre que l’écologie n’est pas une niche en philosophie, mais qu’elle change tout. Mais je n’arrivais pas à le faire tout seul, c’était trop dur. Et avec Marin on a pris notre courage à deux mains et on l’a fait. Clairement la philosophie c’est notre spécialité. Et il n’y a que 20 % des auteurs de ce livre qui viennent de chez Wildproject, 80 % viennent d’autres maisons d’édition. Et donc je pense qu’on a fait le manuel qui est, pour nous, « parfait ». C’est à dire vraiment les auteurs de notre cœur – et évidemment, parmi les auteurs de notre cœur il y en a 20 % qui viennent de chez nous, c’est normal. C’est vraiment un manuel à mon avis cohérent qui montre qu’il y a plein d’auteurs de philo de l’écologie qui viennent de chez nous forcément. Un grand merci à Baptiste Lanaspèze d’avoir répondu à nos questions. Retrouvez l’ensemble du catalogue des éditions Wildproject sur : https://wildproject.org


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search