Les clubs de lecture à l’ère du numérique

La lecture est-elle une pratique collective de nos jours ? Si la majorité de nos lectures s’effectue de manière silencieuse et personnelle, il est de plus en plus fréquent et facile de donner son avis et de discuter à propos de ce que l’on a lu. De ce fait, certaines structures dédiées à la lecture, notamment les bibliothèques, proposent à leurs usagers de se rencontrer dans ce but précis : il s’agit alors d’un club de lecture. Mais il est nécessaire de prendre en compte que les usages numériques, et les réseaux sociaux en particulier, jouent un rôle de plus en plus important dans ces discussions. En effet, que l’on utilise une plateforme dédiée ou non à la littérature, il est très facile de partager ses lectures en ligne et de trouver d’autres lecteurs avec qui en discuter. Sommes-nous en présence d’une alternative ou d’un complément au club de lecture ? Ces concepts sont-ils seulement comparables ?

Club de lecture : de quoi parle-t-on ?

Commençons par un rapide historique.

Le club de lecture dans sa définition actuelle, à savoir une animation officialisée dans une structure dédiée à la lecture dans le but de rendre compte de la lecture d’un titre précis, commun ou non au groupe, prend ses racines dans des siècles de partage à voix haute de la littérature. Cependant, nous pouvons lui attribuer comme ancêtre le plus fidèle les salons littéraires du XVIe siècle. Ces salons prenaient place chez les aristocrates de l’époque, mais il n’est pas encore question de centrer la discussion autour de la littérature. Ils étaient plutôt l’occasion de composer ou de réunir son cercle proche autour de diverses conversations. Toutefois, le titre de « salon littéraire » n’a pas été retenu par hasard, puisque la lecture y prenait tout de même une place capitale : nous nous situons dans le siècle qui suit l’invention de l’imprimerie, le livre y est encore considéré comme un produit de luxe que l’on peut montrer à son entourage pour témoigner de culture et de statut social, en plus de l’utilisation de son contenu comme sujet de conversation.

Carte du monde issue des Chroniques de Nuremberg (1493), livre conservé à la Bibliothèque de Bourg-en-Bresse [source]

Ce n’est que plusieurs siècles plus tard que la lecture deviendra une cause politique majeure. La nécessité d’alphabétiser la population apportera avec elle des projets de lecture publique, en particulier par le biais de la lecture en commun. Les premières bibliothèques publiques qui mettront en place ce type de projets voient le jour au milieu du XIXe siècle, mais ces initiatives ne seront durablement installées qu’au milieu du XXe siècle. Ces projets font donc partie d’une politique plus large d’alphabétisation : le partage de la lecture, d’abord par la lecture à voix haute puis par un commentaire en communauté des textes, permet de faire découvrir tout un pan de culture qui peut sembler inaccessible aux usagers. Les bibliothèques participant à ces premiers clubs de lecture recevaient même un programme contenant des recommandations d’ouvrages à lire. La notion de lecture-plaisir et de regroupement pour faire aimer la lecture plutôt que pour la faire apprendre a émergé plus tard, permettant aux théoriciens de faire le constat que même ceux qui lisent peu ont des envies de lecture. Au fur et à mesure du temps, entre un taux grandissant d’alphabétisation et un changement d’objectif de ces animations, le principe du club de lecture va tendre vers le partage de lectures plutôt que vers l’apprentissage de la lecture.

Comment définir le club de lecture à l’heure actuelle ?

Sur le principe d’avoir un lieu privilégié pour parler des livres que l’on a lus, le club de lecture a eu le loisir de se spécialiser en fonction des publics qu’il cible. Il s’agit d’un type d’animation que l’on retrouve dans de nombreuses bibliothèques, chacune ayant leurs spécificités et leur public cible. Nous prendrons deux exemples pour détailler ce propos : les bibliothèques universitaires dans un premier temps, puis les bibliothèques municipales avec des clubs de lecture pour les jeunes lecteurs.

Premièrement, à quoi sert un club de lecture dans une bibliothèque universitaire ? La première hypothèse serait de diversifier les raisons pour lesquelles les étudiants se rendent dans la bibliothèque. Nombreux sont ceux qui associent uniquement leur bibliothèque à l’emprunt d’ouvrages universitaires et à un lieu de travail. La présence d’animations comme un club de lecture permet d’apporter de la vie au lieu et de permettre aux étudiants de profiter autrement de cette structure. Vient ensuite une deuxième question : Quel type de livres sont proposés dans ces structures ? La réponse dépend ici de la bibliothèque. Dans certaines bibliothèques universitaires, le club de lecture est pensé comme dans n’importe quelle autre bibliothèque, et l’objectif est de parler de livres que les étudiants lisent sur leur temps libre : le club sert alors de divertissement, et permet de se regrouper sans importance de filière d’études pour discuter d’un loisir commun plutôt que des études. D’autres universités font le choix d’associer études et club de lecture en créant des clubs centrés sur la recherche[1] : l’objectif ici est de diviser le temps de travail passé à lire des ouvrages d’autres chercheurs en ayant la possibilité de s’appuyer sur les lectures d’autrui. Mais dans ces deux cas, nous trouvons un point commun, car l’essence du club de lecture est toujours présente. Ils permettent de créer une socialisation entre les étudiants, de leur permettre de rencontrer d’autres personnes pour parler d’un sujet commun, à savoir les livres.

Deuxièmement, il est important de considérer que, dans le cas des bibliothèques municipales, une grande partie des animations vise les jeunes lecteurs. Il s’agit de mettre en avant le fonds d’une bibliothèque afin de séduire les plus jeunes et de leur faire découvrir les différents espaces et les collections. En termes purement numériques, cela permet de multiplier la fréquentation de la bibliothèque, et de potentiellement multiplier le nombre d’emprunts dans le même temps ; mais il s’agit aussi de fidéliser ces familles, car elles sont un public important dans les bibliothèques municipales. De ce fait, le club de lecture n’échappe pas à cette règle, et c’est une bonne chose pour les bibliothèques, mais aussi pour les lecteurs. En effet, comme nous l’avons mentionné précédemment, l’un des objectifs des clubs de lecture est de mettre en avant la lecture comme loisir : il est donc adapté pour les enfants, leur permettant de ne pas limiter la lecture au travail scolaire. Le fait d’encourager les lecteurs à présenter une lecture personnelle, s’accompagnant parfois de l’ajout d’une signalétique « coup de cœur » sur les ouvrages qui les ont particulièrement marqués, encourage les plus jeunes à développer leurs propres goûts en terme de littérature.

Quel lien avec le numérique ?

Est-il possible de combiner le numérique aux clubs de lecture ?

On constate que le lien entre publication numérique et traditionnelle ne fait que se développer. De nombreux ouvrages que l’on retrouve en bibliothèque proviennent d’une prépublication numérique, et nous pouvons trouver de multiples causes à ce phénomène. D’une part, certains formats littéraires comme les mangas intègrent depuis longtemps la prépublication dans leurs pratiques, et la mise en ligne représente une méthode différente pour atteindre le même objectif, à savoir maintenir l’attention du public par un rythme de parution plus rapide avant l’impression du livre complet. D’autre part, certaines plateformes dédiées à la publication littéraire en ligne, telles que Webtoon ou Wattpad, sont visées par des contrats avec des éditeurs dans le but de publier ce qui y est populaire, par le biais d’une ou de plusieurs œuvres : nous pouvons par exemple citer le partenariat entre la plateforme de bandes dessinées en ligne Webtoon et les éditions Michel Lafon[2] annoncé en 2023. Ayant conscience de ces différents liens, ne serait-ce pas une opportunité pour les lecteurs participant aux clubs de lecture de découvrir ou de faire découvrir des ouvrages publiés en ligne ?

Annonce du partenariat sur le compte Instagram des éditions Michel Lafon [source]

Allons plus loin : est-il possible d’organiser un club de lecture intégralement numérique ? Il existe en effet plusieurs plateformes de forums ou de réseaux sociaux autour du livre. Ces plateformes permettent de créer une liste de lectures en ligne, puis d’y ajouter son avis et d’interagir avec d’autres lecteurs. Mais pour certaines plateformes, telles que Booknode ou Goodreads, cela ne s’arrête pas là. La page d’accueil de Booknode s’intitule « votre club de lecture et communauté littéraire en ligne », et le site propose à ses utilisateurs de créer ou de participer à des défis de lecture autour d’une thématique en commun[3]. Dans le cas de Goodreads, c’est sous la forme de forums que les utilisateurs peuvent rejoindre que ces lectures s’organisent[4], le tout autour d’un même livre ou d’une même thématique. De plus, la plateforme met en place depuis 15 ans des récompenses littéraires célébrant les livres préférés de ses usagers[5]. Nous pouvons reconnaître ici une forme de signalétique « coup de cœur du club de lecture ».

Enfin, par des méthodes différentes, nous pouvons souligner que le but de ces plateformes est le même : permettre la formation de communautés de lecteurs, et donner l’occasion à leurs usagers de parler entre eux de leurs lectures. Les ordinateurs et les téléphones interposés se substituent à la réunion dans un même lieu à un même moment, mais le principe maître du club de lecture reste l’élément principal.

Comment fédérer autrement autour du livre ?

Néanmoins, la relation entre discussions littéraires et Internet ne se limite pas à des forums dédiés. La plupart des plateformes de réseaux sociaux trouvent des communautés au sujet de la littérature sous toutes ses formes ; de plus, une grande majorité de lecteurs se sert des réseaux sociaux pour revenir sur des livres récemment lus, dans une optique de prescription à d’autres usagers ou de discussion avec d’autres lecteurs. Cette pratique est répandue au point que certains lecteurs particulièrement suivis ont pu faire de ces publications leur métier. Il s’agit alors d’influenceurs littéraires, dont le nom varie en fonction de leur plateforme de prédilection : Booktubers sur Youtube, Bookstagrammers sur Instagram, Booktokers sur Tiktok etc. La popularité de ces influenceurs repose sur une communauté très active, qui commente et partage les divers avis présentés. Et parmi ces personnes, nous trouvons bien entendu d’autres lecteurs des mêmes ouvrages. Pourrions-nous alors considérer ces commentaires comme des héritiers du club de lecture ? La question est plus épineuse qu’il n’y paraît. En effet, une partie de la popularité de ces comptes ne repose pas sur les livres présentés, mais sur la personne qui les présente. La personnalité joue un rôle tout aussi important que le contenu dans la création en ligne.

D’autres initiatives sont également mises en place par des professionnels du livre sur les réseaux sociaux. Ces projets servent de multiples objectifs : d’une part, la présence numérique est un moyen de communication non négligeable pour attirer de nouveaux lecteurs ; d’autre part, l’avantage du contenu dématérialisé est l’effacement de la distance géographique entre les participants, ce qui donne l’occasion de créer une vie culturelle commune où que l’on soit. C’est pour cette deuxième raison que beaucoup de ces initiatives ont vu le jour pendant les périodes de confinement de ces dernières années, puis se sont maintenues. C’est notamment le cas des rencontres littéraires VLEEL[6] (Varions Les Éditions En Live), qui diffusent leurs rencontres avec des auteurs et des éditeurs en intégralité sur sa chaîne Youtube depuis 2021.

Les vidéos les plus récentes sur la chaîne Youtube de VLEEL, d’après une capture d’écran prise le 4 avril 2024 [source]

D’autres structures du livre, notamment des librairies, donnent rendez-vous régulièrement à leur public sur Internet pour discuter des dernières sorties littéraires ou des lectures des personnes qui y travaillent, comme la librairie l’Antre de Calliopée à Aix-en-Provence qui organise des diffusions en direct sur son compte Instagram[7] tous les mercredis depuis 2022. Ces différents projets s’éloignent encore du principe du club de lecture, mais ils sont un autre moyen de mettre en commun des lecteurs par le biais des outils numériques actuels.

Si l’on souhaite chercher une évolution purement numérique au principe du club de lecture, nous pourrions nous tourner vers les plateformes de publication numérique que nous avons mentionnées plus tôt, telles que Webtoon et Wattpad. Ces deux plateformes fonctionnent par un format de chapitres, permettant aux auteurs de publier leur travail de façon fractionnée. Chaque chapitre dispose également d’une section commentaires individuelle, accessible à tous les lecteurs ayant un compte sur la plateforme. Certes, les commentaires publiés sont majoritairement très courts, et beaucoup ne sont qu’à but humoristiques ; il est néanmoins clair que le principe fondateur du club de lecture se retrouve dans cette pratique, puisque des dizaines de personnes commentent ensemble et interagissent à une même lecture commune.

En conclusion, la place de plus en plus importante que prend le numérique dans notre quotidien ne nuit pas à la pratique du club de lecture, mais il est clair qu’elle en diversifie les manières de procéder. Nous pouvons alors nous poser cette question : si ces outils sont principalement à destination des lecteurs, ne seraient-ils pas aussi un avantage pour les bibliothèques ? Certaines de ces plateformes numériques pourraient-elles servir de complément au club de lecture physique ?


[1] BIZIEN Laurence, « Le club de lecture virtuel des “Ambiances” : une communauté de lectrices/lecteurs confiné(e)s », HAL open science [en ligne], 2020, https://hal.science/hal-02565529v1/document [dernière consultation le 11 mars 2024].

[2] CARREIRA Élodie, « L’application coréenne Webtoon s’associe avec Michel Lafon », Livres Hebdo [en ligne], 26 juin 2023, https://www.livreshebdo.fr/article/lapplication-coreenne-webtoon-sassocie-avec-michel-lafon [dernière consultation le 25 mars 2024].

[3] « Challenges littéraires », Booknode [en ligne], https://booknode.com/challenges [dernière consultation le 26 mars 2024].

[4] « Groups », Goodreads [en ligne], https://www.goodreads.com/group?ref=nav_comm_groups [dernière consultation le 27 mars 2024].

[5] « Best Books of 2023 », Goodreads [en ligne], https://www.goodreads.com/choiceawards/best-books-2023 [dernière consultation le 26 mars 2024].

[6] « VLEEL by Serial Lecteur Nyctalope », Youtube [en ligne], https://www.youtube.com/@VLEELBySerialLecteurNyctalope/videos [dernière consultation le 4 avril 2024].

[7] « L’Antre de Calliopée », Instagram [en ligne], https://www.instagram.com/antredecalliopee/ [dernière consultation le 4 avril 2024].


Bibliographie et sitographie

  • RICHTER Noë, « Aux origines du club de lecture », Bulletin des Bibliothèques de France [en ligne], 1977, https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1977-04-0207-002 [dernière consultation le 11 mars 2024].
  • DANSEREAU Patrice & MONETTE Pierre, « Des salons littéraires aux clubs de lecture », Entre les lignes, n°3, 2007, p. 21-23.
  • THIBAULT Suzanne, « Les clubs de lecture », Lurelu, n°18, 1995, p.53-55.
  • WIART Louis, La prescription littéraire en réseaux : enquête dans l’univers numérique, Villeurbanne, Presses de l’ENSSIB, collection « Papiers », 2017.
  • OSTER Mathilde, « Quand lire devient un jeu : les challenges littéraires numériques participatifs », Monde du livre [en ligne], 2 septembre 2022, https://mondedulivre.hypotheses.org/9215 [dernière consultation le 30 mars 2024].

Autres sources utilisées dans cet article



Citer ce billet
imhoffa (2024, 6 avril). Les clubs de lecture à l’ère du numérique. Monde du Livre. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6ep

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search