La littérature jeunesse comme « bibliothérapie » : lire pour se construire

Dans un monde complexe qui conserve une part d’ombre, il paraît inévitable que les enfants ne soient pas confrontés à des problématiques lourdes et difficiles, telles que la mort, la maladie, la solitude ou encore la santé mentale. Nous le savons, les enfants sont curieux, débordent d’imagination et s’interrogent sur leur monde, son fonctionnement et les relations avec autrui. Leur spontanéité est parfois difficile à canaliser et le référent adulte doit alors répondre à des interrogations bien plus ardues que la traditionnelle question « comment on fait les bébés ? ». En effet, pour les adultes, parents, aborder ces sujets peut être délicat, voire intimidant.

Ainsi, la littérature jeunesse constitue une nouvelle forme d’éducation et une plateforme puissante pour aider les enfants à comprendre et à naviguer à travers ces sujets sensibles. Cette pratique nommée « bibliothérapie » est une discipline en plein essor, qui explore les pouvoirs de la littérature sur le bien-être mental et émotionnel des individus. Bien que souvent associée à des adultes, cette pratique bénéfique trouve également sa place parmi les jeunes lecteurs à travers la littérature jeunesse. Dans cet article, nous explorons comment les livres destinés aux enfants et aux adolescents peuvent jouer un rôle crucial dans la bibliothérapie, offrant des outils pour renforcer l’empathie et la compréhension de soi.

Lire pour se divertir et renforcer son estime de soi.

Contrairement aux idées reçues, la littérature de jeunesse ne se limite pas à divertir les jeunes lecteurs. Elle peut également jouer un rôle essentiel dans leur développement émotionnel, social et intellectuel1, notamment en explorant des thèmes difficiles à travers des histoires accessibles et empathiques. La littérature jeunesse offre, en effet, une vaste gamme de sujets et de styles narratifs qui peuvent parler directement aux enfants et aux adolescents. Des histoires de courage et d’amitié aux récits explorant des problèmes familiaux ou des questions identitaires. Ces livres abordent des thèmes profonds de manière accessible et engageante. Ainsi, les auteurs de littérature jeunesse offrent aux enfants une occasion de réfléchir, de poser des questions et de trouver du réconfort dans les moments difficiles.

La particularité, et certainement l’aspect le plus important du traitement des sujets pour adultes dans la littérature de jeunesse, est la manière dont ces thèmes sont évoqués. En effet, plutôt que d’aborder les sujets de manière brutale ou alarmante, les auteurs décident souvent de les intégrer dans des récits captivants et bien construits. C’est le travail que s’appliquent à accomplir de nombreux auteurs, spécialistes ou non, qui mettent leur savoir et leurs expériences (professionnelles ou personnelles) au cœur de leur créativité afin de proposer aux enfants une vision de la réalité, la plus douce possible. C’est le cas de Mickaël Brun-Arnaud2 et sa saga littéraire jeunesse Mémoires de la forêt. Après des études de psychologie, Mikael Brun-Arnaud a consacré une décennie de sa carrière professionnelle à travailler dans le domaine hospitalier, offrant un accompagnement spécialisé aux personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer ou d’autres maladies neurodégénératives.

La littérature jeunesse offre donc des perspectives positives et des messages d’espoir, même lorsqu’elle aborde des sujets difficiles. Les enfants sont naturellement résilients, et les intrigues qui mettent en avant la force intérieure des personnages et la capacité à surmonter les défis, peuvent être particulièrement réconfortantes. Ces récits peuvent également fournir aux enfants des modèles de comportement positif et les encourager à trouver des solutions créatives aux problèmes auxquels ils sont confrontés. Enfin, la littérature jeunesse peut constituer un moyen efficace de communication entre les enfants et les adultes, notamment sur des sujets sensibles. En lisant, ensemble, des livres qui abordent des thèmes difficiles, les familles peuvent ouvrir des discussions importantes et offrir un espace protégé pour que les enfants expriment leurs pensées et leurs sentiments.

La bibliothérapie, un allier pour se construire

Histoire de la bibliothérapie

Le concept de bibliothérapie n’est pas nouveau. Son origine remonterait à l’Antiquité grecque, où des philosophes tel que Platon reconnaissait déjà le pouvoir de littérature sur l’esprit humain et comme peut en témoigner l’enseigne « La poitrine médicinale de l’âme » gravée au-dessus de la porte de la bibliothèque de Thèbes. À titre d’exemple, au XVe siècle, Christine de Pizan confesse dans ses écrits des expériences de bibliothérapie qui lui ont permis d’amenuiser son esprit critique ainsi que de faire face au deuil de son mari.

Au XVIIIe siècle, la littérature était fréquemment utilisée dans les hôpitaux et les établissements psychiatriques qui disposaient souvent de bibliothèques. Par la suite, des pratiques similaires ont été observées au milieu du XIXe siècle, lorsque des médecins ont intégré des livres dans les traitements de leurs patients. Cependant, ce n’est qu’au XXe siècle que le terme « bibliothérapie » émerge et que cette discipline est étudiée de manière plus formelle. En effet, le XXe siècle fut un siècle marqué par la Première Guerre mondiale, avec son lot de blessés et de traumatisés, et cette dernière a joué un rôle crucial dans l’établissement de la bibliothérapie en tant que discipline institutionnalisée. Le terme lui-même a été pour la première fois formulé par le pasteur Samuel Crothers dans un article paru en août 1916 dans l’Atlantic Monthly. Par la suite, Sadie Peterson Delaney, bibliothécaire en chef de l’Hôpital dans anciens combattants des États-Unis, s’est servie de la bibliothérapie pour aider les combattants traumatisés par la guerre. Arrivée à l’hôpital de Tuskegee en 1924, elle a été chargée de créer un service de bibliothèque pour les patients. Son implication consistait également à élargir la collection pour répondre aux besoins des malades en intégrant des œuvres de littérature afro-américaine et de culture africaine. La bibliothécaire a alors constaté que les patients qui lisaient, ou à qui on faisait la lecture, montraient une évolution plus positive de leur santé par rapport à ceux qui ne bénéficiaient pas de cette pratique, et ce même s’ils présentaient des pathologies similaires. Ainsi, elle a développé la notion de « traitement des patients par le biais de lectures sélectionnées »3, et a préconisé la participation d’un bibliothécaire aux réunions médicales. Son travail a permis de donner lieu aux premières recherches en bibliothérapie et lui a valu une reconnaissance internationale, attirant des bibliothécaires du monde entier venus apprendre cette pratique.

C’est finalement en 1961 que le dictionnaire Webster international a proposé une première définition du terme : « La bibliothérapie est l’utilisation d’un ensemble de lectures sélectionnées en tant qu’outil thérapeutique en médecine et en psychiatrie. Et un moyen de résoudre des problèmes personnels par l’intermédiaire d’une lecture dirigée. »4. Jusqu’alors, les livres concernés étaient principalement des œuvres de fiction (poésie, romans, etc.). Une définition légèrement différente est apparue en 1992, élargissant la pratique à l’utilisation de livres d’auto-assistance. Gilda Katz, a publié un article dans le Canadian Journal of Psychiatry, dans lequel elle mentionne « La bibliothérapie est l’usage guidé de la lecture, en gardant à l’esprit qu’un résultat thérapeutique est attendu. On peut adjoindre à une thérapie celle de la lecture d’ouvrages sur telle maladie ou tel problèmes – ou sur de la fiction ou de la poésie – afin d’aider le patient à se procurer savoir et introspection, etc. »5. Enfin, la bibliothérapie est devenue une discipline reconnue entre la fin du XXe siècle et le début du XXIe siècle, avec la multiplication des publications d’études scientifiques, principalement issues du domaine de la psychologie dans un premier temps, puis des milieux médicaux et psychiatriques.

Corps de métiers concernés

De nombreux professionnels sont appelés à collaborer dans la mise en œuvre d’une bibliothérapie. Les écrivains et les auteurs peuvent contribuer à la bibliothérapie en créant des œuvres littéraires qui abordent des thèmes universels et offrent des perspectives nouvelles inspirant réflexion et discussions. Leurs livres peuvent être utilisés dans le cadre d’un programme de lecture thérapeutique recommandé par les professionnels de la santé mentale.

Les bibliothécaires sont également souvent au cœur de la pratique de la bibliothérapie. Leur rôle principal consiste à sélectionner des livres appropriés en fonction des besoins des lecteurs et à les rendre accessibles. Ils peuvent également organiser des séances de lecture en groupe, des clubs de lectures thématiques et d’autres activités liées à la bibliothérapie.

Outre les professionnels de la santé mentale qui sont incontestablement concernés par la pratique, les enseignants ou les conseillers d’orientation ainsi que d’autres professionnels de l’éducation peuvent également utiliser la bibliothérapie pour aider les élèves à faire face à des défis émotionnels, sociaux ou académiques. Ils peuvent recommander des livres, animer des discussions en classe et encourager la lecture comme un outil d’expression et de développement personnel. Puisque la bibliothérapie est désormais une pratique connue et reconnue, il existe des formateurs et animateurs d’ateliers spécialisés qui peuvent dispenser des formations aux professionnels intéressés par cette pratique. En effet, ils peuvent transmettre et enseigner des méthodes de lecture, fournir des ressources livresques avec des thèmes appropriés, ainsi que participer à des développements de programmes de bibliothérapie adaptés à différents publics et contextes.

Pour finir, les chercheurs et les universitaires contribuent également à la bibliothérapie. En effet, ces derniers mènent des études sur son efficacité, ses mécanismes et ses applications dans divers domaines. Ainsi, leurs travaux contribuent à faire avancer la compréhension de la bibliothérapie en tant que pratique clinique et intervention sociale. Les collaborations interdisciplinaires représentent la façon la plus efficace et complète d’intégrer la bibliothérapie dans différents environnements et populations et surtout dans les esprits.

Les fondements de la bibliothérapie

La bibliothérapie repose sur l’idée que la lecture de certains textes peut être thérapeutique, aidant les lecteurs à faire face à leurs défis personnels et émotionnels. Ce processus thérapeutique peut passer par l’identification à des personnages, la réflexion sur des thèmes universels ou encore la découverte de nouvelles perspectives. La psychologue Caroline Billiet, explique le concept de bibliothérapie : il s’agit de l’emploi du livre en tant qu’outil thérapeutique, visant à apaiser les troubles de la santé mentale tels que l’anxiété, les troubles de l’humeur, les angoisses, les épisodes dépressifs, les phobies ou encore à renforcer le bien-être psychologique6. Ainsi, la psychologue propose sur son site internet une liste d’ouvrages qui serviraient de support psychologique. En effet, elle explique que lorsqu’elle est confrontée à un patient qui éprouve des difficultés à exprimer ses sentiments, elle a souvent recours à des récits, des contes ou des histoires qui peuvent résonner avec le cadre de la thérapie.

Les bienfaits de la bibliothérapie par la littérature jeunesse sont nombreux. Cette dernière permet un développement de l’empathie : en découvrant, les expériences de personnages, souvent narrées sous forme d’aventure, les jeunes lecteurs peuvent développer leur capacité à comprendre et à ressentir les émotions des autres7. Une renforcement de la résilience peut également s’opérer. Les récits de personnages surmontant des obstacles et des épreuves peuvent inspirer les enfants à trouver leur propre force intérieure face aux difficultés. L’expérience, certainement une des plus profondes, de l’exploration de l’identité n’est pas non plus à négliger. En effet, les livres de jeunesse abordant des questions d’identité, de genre, ou de culture offrent aux lecteurs un miroir pour se voir et une fenêtre pour voir et comprendre les autres8.

Une adaptation nécessaire aux particularités d’un jeune public

Afin d’utiliser efficacement la littérature jeunesse en bibliothérapie, il est essentiel de sélectionner des livres adaptés à l’âge et aux besoins des lecteurs. Des classiques intemporels aux titres contemporains, il existe une multitude d’options à explorer, chacune offrant des perspectives uniques sur la vie et ses défis.

C’est alors dans ce concept que la psychologue Caroline Billiet propose dans un article Mémoires de la forêt – Tome 1 : Les Souvenirs de Ferdinand Taupe – Comment parler de la maladie d’Alzheimer en famille ?9. Publié en mars 2022 chez l’École des Loisirs, Mémoires de la forêt – Tome 1 : Les Souvenirs de Ferdinand Taupe, est un roman jeunesse qui aborde la maladie d’Alzheimer avec une grande sensibilité et une poésie délicate. Ce livre narre l’histoire d’un petit animal, Ferdinand Taupe, confronté à des pertes de mémoire. Avec l’aide de son ami libraire Archibald Renard, il entreprend un voyage pour rassembler ses souvenirs et reconstituer l’histoire de sa vie. À travers ce roman, avec subtilité et perspicacité, Mikael Brun-Arnaud partage son expérience, orientant ses lecteurs vers une attitude d’acceptation de la maladie et l’exploration d’une nouvelle façon d’être ensemble. Le public ciblé de ce roman jeunesse, qui compte près de 300 pages, est le lecteur âgé de 8 à 15 ans. Cependant, les adultes seront sans aucun doute tentés de le lire, ce qui pourrait ouvrir la voie à des discussions enrichissantes entre différentes générations. De plus, ce livre est également un magnifique objet, avec une mise en page soignée. Les illustrations de Sanoe sont charmantes. Ainsi, cette approche permet aux enfants de s’identifier aux personnages et de traiter les émotions complexes qui accompagnent ces expériences.

Lire pour penser ses blessures

Il est intéressant également de constater le rôle la bibliothérapie dans les structures hospitalières. En France, bien que les initiatives de ce genre soient limitées, de nombreux bibliothécaires reconnaissent l’importance de la lecture dans les hôpitaux et auprès de différents groupes sociaux. En juillet 2007, Céline Salabert traduit l’étude de la bibliothérapie au sein d’une polyclinique. En effet, la bibliothèque provinciale de Camagüey a offert ses services aux enfants en utilisant la bibliothérapie comme méthode thérapeutique alternative. Trois groupes distincts, comprenant des enfants âgés de 5 à 11 ans, filles et garçons, ont bénéficié de services et de suivis médicaux spécialisés à la polyclinique de la ville. Ainsi, la thérapie pour les enfants est menée par les services médicaux de l’hôpital pédiatrique et de la polyclinique, en collaboration avec le secteur jeunesse de la bibliothèque. Elle s’est déroulée pendant environ une heure, chaque semaine. Le traitement s’est étendu sur trois mois, comprenant un total de douze sessions de bibliothérapie. Au cours de ces années de collaboration, des résultats encourageants ont été obtenus. Une amélioration clinique a été observée chez la majorité des patients. De plus, de nombreux enfants se sont inscrits à la bibliothèque et se sont vu être stimulés par la lecture.

La littérature jeunesse joue un rôle primordial dans la vie des enfants, en les aidant à comprendre et à traiter les sujets difficiles, tels que la mort et les maladies comme vu dans cet article. En offrant des récits empathiques, des perspectives positives et des opportunités de dialogue, les livres pour enfants peuvent fournir un soutien précieux aux jeunes lecteurs alors qu’ils naviguent à travers les défis de la vie. Il serait également intéressant de constater que beaucoup d’adultes se sentent également plus apaisés et plus touchés par la littérature jeunesse et sa façon d’aborder certains traumatismes que l’on peut rencontrer au cours de sa vie. La bibliothérapie par la littérature jeunesse offre une voie précieuse pour aider les enfants et les adolescents à naviguer dans les difficultés de la vie. En choisissant avec soin les livres qui résonnent avec leurs lecteurs, les bibliothérapeutes peuvent offrir un soutien émotionnel et intellectuel tout en cultivant une passion durable pour la lecture.

C. Rodriguez.

SITOGRAPHIE

BIBLIOGRAPHIE

  • Armand, Françoise, et al. « Littérature jeunesse, éducation inclusive et approches plurielles des langues ». Nouvelle Revue Synergies Canada, no 9, 2016, p. 1‑5. www.erudit.org, https://doi.org/10.21083/nrsc.v0i9.3675.
  • Heide, Marina. « Deuil de l’enfance : Maladie, mort et construction de soi dans la littérature scandinave pour la jeunesse – d’Andersen à nos jours ». Nordiques, no 31, mai 2016, p. 65‑76. journals.openedition.org, https://doi.org/10.4000/nordiques.3988.
  • Alptuna, Françoise. Qu’est-ce que la bibliothérapie ? 1 janvier 1994, https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1994-04-0094-011.
  • Billiet, Caroline. « Bibliothérapie cb-psychologue.com ». cb-psychologue.com, 12 janvier 2023, https://cb-psychologue.com/conseils-de-bibliotherapie-par-une-psychologue/.
  • Ouaknin, Marc-Alain. « Introduction. La bibliothérapie ? » Bibliothérapie, Le Seuil, 2016, p. 11‑32. Cairn.infohttps://www.cairn.info/bibliotherapie-lire-c-est-guerir–9782020201094-p-11.htm.
  • Billiet, Caroline. « Bibliothérapie #2 : Mémoires de la forêt – Tome 1 : Les Souvenirs de Ferdinand Taupe – Comment parler de la maladie d’Alzheimer en famille ? » cb-psychologue.com, 30 mars 2023, https://cb-psychologue.com/memoires-de-la-foret-comment-parler-de-la-maladie-dalzheimer/.
  • Guidi, Léa. « La bibliothérapie, pratique médicale méconnue en France », Monde du Livre, 5 juin 2013, https://doi.org/10.58079/rlqx.
  • Schmitt, Léa, et Amélie Dadvisard. Littérature jeunesse et développement de l’empathie : Exploration du lien entre l’environnement de l’enfant, notamment son bain langagier et l’exposition à la littérature jeunesse, et le développement de l’empathie. 2023.
  • Gaiotti, Florence. Le Lecteur à l’ère du soupçon dans la littérature de jeunesse : une expérience de lecture. Presses Universitaires de Rennes, 2004, p. 353. univ-artois.hal.science, https://univ-artois.hal.science/hal-03257061.
  • Richard E. ANSTETT, « Bibliotherapy : an adjunct to care of patients with problems of living », Journal of Family Practice, 1983, vol. 17, n° 5, p. 845-853.

1 Armand, Françoise, et al. « Littérature jeunesse, éducation inclusive et approches plurielles des langues ». Nouvelle Revue Synergies Canada

2 Mickaël Brun-Arnaud. 1 octobre 2023, https://www.ricochet-jeunes.org/auteurs/mickael-brun-arnaud.

3 Françoise Alptuna, Une pionnière de la bibliothérapie Sadie Peterson Delaney

4 Lutz, C. (1978). « The oldest Library Motto: ψγxhσ Iatpeion ». The Library Quarterly. 48 

5 Gilda KATZ, « Bibliotherapy : the use of books in psychiatric treatment », Canadian Journal of Psychiatry, 1992, vol. 37, p. 173-178.

6 Guidi, Léa. « La bibliothérapie, pratique médicale méconnue en France ». Monde du Livre, 5 juin 2013

7 Schmitt, Léa, et Amélie Dadvisard. Littérature jeunesse et développement de l’empathie : Exploration du lien entre l’environnement de l’enfant, notamment son bain langagier et l’exposition à la littérature jeunesse, et le développement de l’empathie. 2023

8 Gaiotti, Florence. Le Lecteur à l’ère du soupçon dans la littérature de jeunesse : une expérience de lecture. Presses Universitaires de Rennes, 2004, p. 353

9 Billiet, Caroline. « Bibliothérapie #2 : Mémoires de la forêt – Tome 1 : Les Souvenirs de Ferdinand Taupe – Comment parler de la maladie d’Alzheimer en famille ? » cb-psychologue.com, 30 mars 2023



Citer ce billet
Rodriguez Clara (2024, 6 mai). La littérature jeunesse comme « bibliothérapie » : lire pour se construire. Monde du Livre. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11oju

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search