Marseille Provence 2013 apporte du renouveau dans le monde des librairies marseillaises

Exposition Méditerranées, Hangar J1, Marseille, Jacqueline Poggi, 13 janvier 2013.

Marseille, La joliette, Hangar J1 : exposition : Méditerranées, des grandes Cités aux hommes d’aujourd’hui – ouverture de « Marseille, capitale européenne de la culture ». Jacqueline Poggi. 13 janvier 2013.

Du nouveau chez les libraires marseillais

Les libraires français ne considèrent certainement pas le climat actuel comme stable ou profitable. De prime abord le marché du livre se porte plutôt bien, dans un contexte économique difficile les ventes ont progressé de 3,9% en 2009 et sont restées stables en 2010. Pourtant, la situation est fortement contrastée car les ventes de livres se concentrent de plus en plus sur quelques titres et l’on observe une standardisation de l’offre qui profite essentiellement à la grande distribution dont les ventes ont progressé de 7% entre 2000 et 2010. En revanche le chiffre d’affaire des libraires indépendants a baissé de 5,4% de 2003 à 2010. Cette baisse a connu un « net décrochage en 2009 et 2010 », souligné par l’étude que le cabinet Xerfi a réalisée à la demande du Syndicat de la Librairie Française et du Ministère de la Culture sur la situation économique et financière des librairies indépendantes. La situation peut également se mesurer aux vues des nombreuses librairies fermées ou en voie de fermeture comme la librairie Vents du Sud, une des librairies indépendantes majeures d’Aix-en-Provence, pour ne citer qu’elle. Si on ajoute à cela les subventions que l’État accorde à Amazon pour la construction d’un quatrième site de logistique en France dans la région Nord-Pas-de-Calais1, l’heure n’est pas aux réjouissances dans la profession.

Il n’est néanmoins pas judicieux d’exclure toute possibilité d’amélioration ou d’innovation comme nous le prouve l’association Libraires à Marseille qui a su profiter de la manifestation « Marseille-Provence, capitale européenne de la culture » pour redynamiser le secteur de la librairie dans la ville. C’est ainsi que le 12janvier 2013 deux nouvelles librairies ont vu le jour à Marseille, toutes deux baptisées du même nom : Salle des machines.

La première, éphémère, se trouve place de la Joliette dans le hangar J1 qui est l’un des lieux d’exposition créés dans le cadre de la manifestation . On y trouve des ouvrages provenant de fonds d’éditeurs locaux, d’autres traitant de la Provence ou encore certains plus en accord avec la thématique de la manifestation qui porte sur la culture méditerranéenne. Les articles habituels que l’on retrouve dans les librairies adjacentes aux musées sont aussi présents, ce qui confère au lieu une visée plus touristique et confirme son statut de librairie d’appoint s’intégrant totalement à l’événement.

La seconde a réussi à trouver sa place de manière pérenne dans la tour rénovée de la Friche Belle de mai2, et compte bien devenir une librairie de proximité. Elle a pour vocation première de proposer des ouvrages en rapport avec la programmation et les productions des autres « frichistes » touchant ainsi à des domaines aussi variés que la gastronomie ou la culture urbaine. Bien que destinée à s’intégrer dans le paysage de la Friche, elle conserve tout de même les attributs d’une librairie généraliste avec sa sélection de romans, de bandes dessinées et de livres sur le street art ainsi que son fonds jeunesse.

La Friche Belle de Mai, Marseille, Jacqueline Poggi, 13 janvier 2013.

Marseille 3e, rue Jobin, la Friche Belle de Mai : Tour-Panorama. Jacqueline Poggi. 13 janvier 2013.

Ces deux espaces qui occupent chacun une surface avoisinant les 100m2 accueilleront aussi des signatures, des rencontres avec des auteurs et des ateliers, mélangeant ainsi des spécificités propres aux librairies mais aussi à des lieux de création artistique. Le premier événement aura lieu à la Friche le 8 février et offrira la possibilité de rencontrer le plasticien eRikm dans le cadre d’une publication aux éditions Sextan et plus3.

La mise en place du projet

Cette démarche unique en France est en partie issue d’une première réunion qui a eu lieu au mois de juin 2012 entre l’association Libraires à Marseille et les organisateurs de Marseille-Provence 2013. Ces derniers cherchaient des libraires du territoire pour organiser des ventes de livres dans le cadre de la manifestation et pour participer au projet de librairie attenant au J1. Plusieurs libraires étaient présents à la réunion et c’est donc tout naturellement qu’une idée de projet collectif regroupant les partenaires tentés, ayant la capacité de participer à l’aventure, a pu voir le jour. C’est ainsi que la célèbre librairie marseillaise Maupetit (appartenant aux éditions Actes Sud depuis 1998), la librairie l’Odeur du temps (qui « privilégie la création d’écriture au détriment de la production de livres et ce, dans les domaines proprement littéraires (théâtre, poésie, roman) ou dits de sciences humaines (philosophie, psychanalyse, théorie artistique…)4 ») et la librairie Histoire de l’œil (généraliste mais ayant développé un rayon art contemporain conséquent) se sont associées au sein d’une SARL afin de mettre en place ce projet.

À la suite de cette première rencontre, les adhérents de Libraires à Marseille ont eu rendez-vous avec Alain Arnaudet, directeur de la Friche Belle de mai pour mettre en place une librairie qui serait, elle, permanente. Initialement, l’association avait pour but de créer deux structures qui traiteraient chacune un projet, mais ils ont dû rapidement se rendre à l’évidence que cette initiative allait demander beaucoup de travail dans un laps de temps réduit et nécessiterait donc un regroupement des forces permettant une mise en place plus efficace.

Le travail a commencé en septembre et se devait évidemment d’être fini dans les temps, ce qui laissait un délai très court, surtout en ce qui concerne le projet de la Salle des machines, à la Friche. Comme le signalait à juste titre Damien Bonticourt, directeur de Maupetit : « Au J1, nous sommes accueillis quasiment clef en main. Nous n’auront qu’un peu d’installation informatique à faire. En revanche, à la Friche Belle de mai, on part du béton nu5. » De plus, la partie qui accueille la structure était elle-même en rénovation complète et de nombreux espaces étaient à penser et à concevoir avant de pouvoir attaquer les travaux de la librairie, celle-ci étant au rez-de-chaussée ne pouvait être traitée qu’en dernier.

Même si les travaux ont représenté le plus gros des difficultés en terme de calendrier, il ne faut pas oublier le fonctionnement propre à la Friche qui n’est pas toujours des plus adapté aux changements. Malgré l’accord d’Alain Arnaudet et le contrat qu’il a passé avec les trois libraires, la Friche n’en reste pas moins un regroupement d’artistes et de collectifs représentés par la Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) avec laquelle il faut traiter. Il a fallu négocier, à deux mois de l’ouverture du lieu, avec les responsables afin de trouver une solution convenant à tous les « frichistes », ces derniers n’ayant été mis au courant que très tardivement. Le projet visant à établir un lien entre la librairie et les autres résidents de la Friche, il n’y aura eu finalement aucun problème à le faire accepter. Ce qui est somme toute compréhensible, tous ces acteurs ayant la même volonté de promouvoir les différentes manifestations de l’art quelle qu’en soit la forme, comme le démontre les partenariats existants d’ores et déjà entre Nadia Champese, directrice d’Histoire de l’œil, et les résidents de la Friche.

Pour des raisons purement climatiques la Salle des machines de la Friche sera du reste la seule ouverte durant la période estivale, celle du J1 sera fermée faute de climatisation. La réouverture est prévue pour le mois d’octobre et permettra d’ajuster les ouvrages disponibles en vue de la deuxième vague. Marseille-Provence 2013 : culturel et écologique à la fois !

Un contexte plutôt favorable

C’est donc dans une atmosphère raisonnablement positive que le monde des libraires marseillais commence cette année 2013, tout du moins en ce qui concerne le renouvellement du paysage littéraire et la promotion du livre qui en découle car au nord de la capitale on déplore encore le manque flagrant de librairies. Mise à part la librairie l’Encre bleue à l’Estaque, il n’y a toujours aucune librairie dans les 13e,14e,15e,et 16e arrondissements de Marseille qui regroupent plus de 350 000 habitants dont beaucoup de scolaires. Les consommateurs sont donc dans l’obligation de se fournir dans les supermarchés du livre ou de se rendre jusque dans le centre ville s’ils veulent avoir accès à de véritables lieux de conseil. La reconquête du nord commence avec ces deux projets qui concernent les 2e et 3e arrondissements mais ne doit pas s’arrêter là. Cette initiative de Marseille Provence 2013 ne sera certainement pas profitable à l’ensemble du secteur. En effet, si trois librairies se sont associées à part égale dans un projet de librairie commune, toutes n’ont pas le même pouvoir financier et ne prennent donc pas les mêmes risques. Si la réussite de ce projet ne correspond pas aux attentes, la librairie Maupetit par exemple, peut s’appuyer sur l’acquisition de la concession de la librairie-boutique MuCEM6 Mais le travail de valorisation du livre est une des luttes constantes qu’il ne faut sous aucun prétexte mettre de côté. Si les collectivités persistent à s’engager dans ce sens aux côtés des acteurs qui luttent pour la survie du livre et que des projets de cette envergure continuent de voir le jour alors peut-être nous sera-t-il possible de préserver encore un temps cet équilibre précaire7.

Pour aller plus loin :

Sites à regarder :

1 http://www.rue89.com/rue89-eco/2012/11/29/amazon-t-il-vraiment-besoin-de-subventions-en-france-237436/.

2 Lieu alternatif regroupant de nombreux artistes et collectifs.

3http://www.sextantetplus.org/index.php?/projets/mu-erikm/.

4http://www.librairie-paca.com/Marseille/Librairie-L-Odeur-du-temps/.

5http://www.marsactu.fr/culture-2013/deux-nouvelles-librairies-a-la-friche-et-au-j1-29239.html/.

6Le nouveau point de vente, composé de deux espaces différents, occupera 330 m2 au sein du MuCEM, qui doit ouvrir ses portes en juin 2013 sur le port de Marseille. Employant une dizaine de personnes, il proposera une sélection d’environ 20 000 titres en lien avec la Méditerranée, auxquels s’ajouteront des produits annexes, dont des articles de papeterie.

7« On constate entre 200 et 300 fermetures de librairies par an, mais quasiment autant d’ouvertures ou de reprises », note Guillaume Husson, délégué général du Syndicat de la librairie française (SLF). Source : http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/service-distribution/actu/0202439928482-la-franchise-fnac-cible-les-libraires-independants-519308.php/.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *