L’édition en langues africaines chez les éditeurs d’Afrique francophone

calligraphie africaine à l'encre bleue

Graphie n’ko par Emma Sorbier

Introduction

La colonisation de l’Afrique par les pays occidentaux a apporté de nouvelles langues sur ce continent qui se sont imposées comme les langues officielles dans la majorité des pays africains. Aujourd’hui ces langues officielles cohabitent avec une multitude de langues nationales et de dialectes. La colonisation aura également imposé des frontières – qui n’étaient celles de ces peuples au départ – créant ainsi des situations de plurilinguisme.

Depuis, l’édition africaine publie généralement des livres dans la langue du colonisateur – puisqu’elle est le plus souvent la langue d’administration dans le pays et présente la possibilité d’atteindre une audience internationale. Toutefois depuis quelques années, les éditeurs constatent qu’ils laissent de côté une part importante de leur identité culturelle en éditant leurs livres en français, et se demandent donc comment intégrer durablement les langues nationales, leur langue maternelle, dans leur catalogue. Mais ce n’est pas sans se poser des questions d’ordre économique ou technique.

Ainsi il nous a paru intéressant de travailler sur la question des langues nationales dans l’édition des pays francophones d’Afrique. Nous avons choisi cet espace puisqu’il connaît une situation de plurilinguisme importante – en effet nous comptons plus d’une dizaine de langues différentes dans ces pays.

Nous allons voir ici quelle est la situation de l’édition en langues nationales et quels enjeux présentent l’édition de livres dans ces langues pour les éditeurs locaux.

Dans un premier temps nous ferons un état des lieux de la place des langues nationales dans les pays d’Afrique francophone. Dans une deuxième partie nous présenterons les différents types d’édition en langues nationales que l’on peut rencontrer. Enfin nous nous intéresserons aux perspectives et aux initiatives faites en faveur des langues nationales.

I. Place des langues nationales dans les pays d’Afrique francophone

Le plurilinguisme

Musanji Ngalasso-Mwatha – professeur de sociolinguistique et de linguistique africaine à l’Université de Bordeau III – explique qu’« il se parle sur le continent africain environ 2 000 langues. Le nombre total des idiomes avoisine les 5 000, voire 6 000, si l’on tient compte du fait que chaque langue connaît, en moyenne, deux ou trois variétés dialectales. Les langues de grande expansion comme le kiswahili, le kikongo, le haoussa, le manding ou le fulfuldé possèdent plusieurs variétés régionales entre lesquelles l’intercompréhension n’est pas garantie à cent pour cent sur de longues distances1 ».

Chaque État d’Afrique connaît des degrés différents de plurilinguisme, il ne s’agit plus aujourd’hui de distinguer les États monolingues des États plurilingues comme ça aurait pu être le cas avant. Musanji Ngalasso-Mwatha distingue trois niveaux différents :

  • états faiblement plurilingues (moins de 10 langues) : Rwanda, Burundi, Botswana, Niger, Somalie, les pays du Maghreb ;
  • états à plurilinguisme modéré (entre 10 et 30 langues) : Angola, Guinée, Libéria, Sénégal, Afrique du Sud, etc. ;
  • états à plurilinguisme élevé (plus de 30 langues) : Gabon, Togo, Côte d’Ivoire, Tchad, Soudan, Éthiopie, Tanzanie, Congo-Kinshasa, Cameroun, Nigéria, etc.

Les langues africaines sont donc généralement transfrontalières, par exemple le houssa qui compte 34 millions de locuteurs concerne 8 pays (Niger, Nigeria, Soudan, Tchad, Bénin, Ghana, Burkina Faso et Mali), le yoruba avec 12 millions de locuteurs couvre 3 pays (Nigéria, Bénin, et Togo), et le fufuldé avec 11 millions de locuteurs est parlé dans 12 pays (Mauritanie, Burkina Faso, Mali, Cameroun, Tchad, Ghana, Sénégal, Sierra Léone, Guinée Bissau, Nigéria, Guinée et Togo)2.

Langues nationales et langues officielles

L’Afrique compte une vingtaine de pays francophones, ces pays se situent surtout dans l’Afrique de l’ouest et centrale. Il convient maintenant d’expliquer la distinction entre une « langue nationale » et une « langue officielle ». Musanji Ngalasso-Mwatha explique que le premier terme fait référence aux langues locales, et généralement aux langues les plus importantes – c’est-à-dire les plus parlées – comme le wolof (Sénégal), le hausa et le zarma (Niger), le kikongo, le kiswahili, le lingala et le ciluba (Congo-Kinshasa), etc. Pour d’autres pays ce terme fera référence à l’ensemble des langues locales par opposition aux langues héritées de la colonisation. Et l’expression « langue officielle » désigne la langue choisie comme moyen de communication (oral et écrit) par l’État, elle peut être une des langues nationales – c’est le cas du kiswahili en Tanzanie, ou du Kinyarwanda au Rwanda pour ne citer que ces exemples – ou une langue étrangère – c’est le cas du français dans de nombreux pays, le Burkina Faso en est un exemple.

Il faut préciser que ces pays ont souvent plusieurs langues officielles, par exemple dans la République centrafricaine, le français et le sango sont les langues officielles du pays, il en est de même pour le Burundi qui a adopté le kirundi comme langue officielle aux côtés du français. Aujourd’hui peu de langues nationales ont été choisies comme seules langues officielles, si l’on exclut les pays du Maghreb et du Machreq avec l’arabe, il n’y a que l’Éthiopie avec l’amharique et la Somalie avec le somali. Puis l’Érythrée qui a deux langues nationales comme langues officielles : l’arabe et le tigrinya.

L’héritage linguistique de la colonisation

La colonisation aura eu une grande influence sur la situation actuelle des langues nationales, notamment dans l’espace francophone africain. Durant toute la période coloniale, la France a fait preuve d’un véritable impérialisme culturel, en interdisant la pratique des langues nationales dans l’éducation, l’administration et toutes les instances officielles. À la différence des politiques coloniales anglo-saxonnes (britanniques et allemandes) qui ont laissé davantage de place à ces autres langues. C’est ainsi qu’au moment de la décolonisation, l’essor des langues africaines a été plus important dans ces anciennes colonies qui ont même réussi à adopter des langues africaines comme langue officielle – c’est le cas du Kiswahili en Afrique de l’Est (Tanzanie, Kenya, Ouganda, RDC) –. En revanche, dans les anciennes colonies françaises, les langues africaines peinent à émerger puisque la langue coloniale demeure au premier rang dans toutes les instances de la société. Jean-Claude Naba, éditeur de Sankofa & Gurli éditions au Burkina Faso nous explique que dans son pays « qui compte une soixantaine de langues, le français, langue officielle parlée par environ 10 % de la population a un poids considérable dans la vie sociopolitique et économique du pays, dans la mesure où toutes les décisions, lois décret, etc. se prennent dans cette langue au niveau de l’État et de l’Assemblée3 ».

Importance des langues africaines

Comme nous avons pu le voir il existe un profond déséquilibre entre les langues nationales et la langue officielle. À tous les niveaux le français est privilégié. Dans l’éducation par exemple nous pouvons constater que les supports didactiques ne manquent pas lorsqu’il s’agit de l’apprentissage en langue française, tandis que pour les enseignements en langues africaines ou pour les expériences éducatives bilingues, le matériel manque cruellement. Ceci s’explique aussi par la répartition des budgets qui se fait entre le secteur de l’éducation formelle (enseignement en langue française) et le secteur de l’éducation non formelle (enseignement dans une des langues nationales), une répartition qui se fait largement, si ce n’est intégralement, en faveur de l’éducation en langue française. Nous pouvons donc constater que les États, dans les politiques qu’ils mènent, refusent en quelque sorte d’offrir une place à l’écrit en langues nationales – en effet le simple fait de nommer l’éducation en langue nationale « enseignement non formel » montre le peu d’importance accordé à ces langues par rapport aux langues officielles. De plus, ce n’est pas avec les politiques éducatives et les politiques du livre proposées, que les États facilitent l’émergence de ces langues. Musanji Ngalasso-Mwatha explique que « la non-reconnaissance des langues africaines par les institutions publiques entrave la production d’outils nécessaires à l’instrumentalisation de ces langues : dictionnaires, grammaires, livres d’apprentissage et de lecture. Les langues africaines ne figurent ni sur les passeports ni sur les billets de banque, hauts lieux de la valorisation symbolique. Les lois, qui sont l’expression de la souveraineté des États et qui sont supposées connues par l’ensemble des citoyens, sont toujours rédigées exclusivement en langues étrangères maîtrisées par moins de 20 % de la population. Dans les tribunaux, les jugements sont rendus en langues européennes. L’administration fonctionne dans ces mêmes langues. Les programmes de radiodiffusion et de télévision, ainsi que le système d’affichage commercial (devantures de magasins, panneaux publicitaires), toponymique (noms des États, des villes, des quartiers) ou odonymique (noms des places et des rues), ne laissent qu’un espace réduit aux langues africaines dont le domaine d’utilisation officiel est l’alphabétisation des adultes4 ».

Plusieurs éditeurs indépendants africains ajoutent qu’ « une population lettrée dans sa propre langue apprend plus aisément et réfléchit à partir de ses propres concepts, prend des décisions qui lui sont propres et peut mieux participer à la vie citoyenne. De ce fait il est étonnant de constater que peu de moyens soient mis au service du développement de l’écrit et les publications dans des langues africaines qui restent pour la plupart, de qualité médiocre (parce que leur production relève d’imprimeries, d’ONG et de privés, rarement d’éditeurs professionnels). Il en résulte donc un environnement lettré en langues africaines très peu développé, un alphabétisme de retour souvent constaté après quelques années d’alphabétisation et une faible participation à la vie citoyenne5 ».

Mais depuis les années 1990, les États de l’Afrique subsaharienne commencent à agir en faveur des langues nationales et nous pouvons noter quelques initiatives : promotion de journaux en langues africaines, production de récits, traduction et adaptation de textes officiels à l’usage du grand public, renforcement des efforts dans l’alphabétisation en langues africaines (enseignement bilingue dans les écoles formelles), etc.

II. Édition et traduction

Édition en langues nationales et coéditions

Il faut savoir que 80 % de la population africaine ne pratique au quotidien que des langues locales, beaucoup peuvent lire dans leur langue maternelle mais peu d’écrits leur sont donnés à lire dans leur langue.

À l’époque coloniale les premiers écrits d’auteurs africains se sont fait en langues nationales « parce qu’ils étaient alphabétisés et scolarisés dans ces langues : le Lesothais Thomas Mofolo (1876-1948) en sesotho, l’Éthiopien Afä Wärk (1868-1947) en amharique, les Sud-Africains John L. Dube (1871-1946) et Benedict W. B. Vilakazi (1906-1947) en sizulu, le Nigérian Tafawa Balewa (1912-1966) en haoussa, un autre Nigérian, Daniel O. Fagunwa (1903-1963) en yoruba, le Togolais Sam Obianim (1921-1982) en éwé. Cette pratique a été surtout développée dans les espaces coloniaux où la scolarisation élémentaire se faisait en langues locales. Le niveau général d’alphabétisation était d’ailleurs plus élevé dans ces territoires que là où la scolarisation se faisait exclusivement en langues coloniales6 ».

Les auteurs dans l’espoir d’une audience internationale rédigent généralement leurs textes en français. Certain font quand même des exceptions, c’est le cas de Boubacar Boris Diop auteur sénégalais de plusieurs livres écrits en français, il publie Doomi golo en wolof : « Je n’imaginais pas que ce serait aussi facile et aussi exaltant. Que finalement nous nous racontons à nous même des histoires pour éviter de coller à notre propre identité. Plus j’avançais, plus je réalisais qu’il m’était plus facile d’écrire en wolof qu’en français. En français, les mots n’ont pour moi aucune réalité sonore. Ce sont des mots qui sont dans les dictionnaires, dans d’autres livres, dans un univers froid. Quand j’écris en wolof, ce sont des mots et des phrases que j’entends autour de moi, qui parfois remontent très loin dans mon passé. Cela a été une expérience forte. Au début, je pensais que ce que je faisais était politiquement correct mais littéralement absurde, et que ça ne déboucherait sur rien. À l’arrivée, le texte dont je suis le plus fier, c’est Doomi golo7. » Ces initiatives que prennent certains auteurs internationaux d’écrire certains de leurs titres dans leur langue maternelle est encourageante pour les éditeurs et le lectorat local.

Du côté des éditeurs indépendants, afin de s’adapter au marché et survivre, certaines maisons qui étaient initialement tournées vers les publications en langues africaines ont dû changer de ligne éditoriale et s’orienter davantage vers l’édition généraliste plus lucrative pour l’instant. Aujourd’hui, ces éditeurs n’ont trouvé que le packaging – souvent proposé par des ONG – pour éditer en langues africaines. Ces éditeurs ont aussi recours aux coéditions internationales qui leurs permettent de limiter les coûts de production des livres tout en soutenant leur propre production.

Le recours à la traduction des textes écrits en français est souvent envisagé par les éditeurs qui souhaiteraient voir leurs productions disponibles en langues nationales. Mais le problème des moyens se pose. Les éditions Sankofa & Gurli du Burkina Faso font partie de ces maisons d’édition qui voulaient initialement publier des livres en langues nationales mais qui s’est tournée vers l’édition généraliste faute de moyens. En revanche les éditions Jeunes Malgaches à Madagascar publient des livres en langues nationales, qu’elles font traduire par des auteurs malgaches. Il s’agit de traductions du français vers le malgache. Cette maison réalise aussi des coéditions internationales avec d’autres éditeurs africains comme Ruisseaux d’Afrique (Bénin) ou Éburnie éditions (Côte-d’Ivoire) pour des publications en langue française.

Édition bilingue

Mettre en valeur les langues africaines, en parallèle avec la traduction classique, s’effectue également par le biais des ouvrages en édition bilingue. Souvent dans une version où l’on associe le français à une langue maternelle, langue nationale ou africaine, ces éditions permettent une circulation et une diffusion différentes de ces langues. C’est auprès des enfants que ces éditions se révèlent utiles à la promotion et redécouverte des langues maternelles. En effet, en observation dans les réseaux des bibliothèques d’Afrique l’utilisation chez les enfants ne se fait pas naturellement vers ces ouvrages. Rappelons que les langues officielles sont rarement les langues africaines, dans les écoles, les enfants apprennent à lire et à écrire en français. Aller vers ces dialectes différents pour eux est une nouveauté et un pas vers le renouvellement des identités nationales.

« Malgré le fait que les lecteurs n’aient pas appris à lire dans ces langues, les réponses sont plus nuancées :   » Étant donné que ces livres sont bilingues, les enfants vont rarement vers eux, sans doute à cause de la page en langue locale qui, forcément, leur est inconnue. Cependant, lorsqu’ils sont encouragés ou pendant les animations, ils expriment un grand intérêt, montrant une certaine fierté par rapport aux langues qui sont proches d’eux. Malheureusement, aucune stratégie n’est mise en place pour la promotion de ces langues.  » (D. Pondi, Yaoundé)8. » Cette enquête de terrain montre bien toutes les nuances autour des langues maternelles. Il est difficile mais cependant nécessaire de les valoriser, et l’édition bilingue est une bonne première approche qui permet à l’enfant de se familiariser avec les langues orales qui l’entourent.

Mical Dréhi Lorougnon, directrice des éditions Edilis (Côte-d’Ivoire) nous parle de son engagement en faveur des langues nationales : « Je dirai simplement que l’importance de nos langues    » maternelles  » – pour emprunter aux linguistes ce mot qui leur est cher – n’est plus aujourd’hui une vue de l’esprit, un simple fantasme des intellectuels et chercheurs. Le combat que nous menons à travers la promotion des langues maternelles est aussi celui de la communauté internationale, avec des instances comme l’OIF, l’UNESCO, la Banque mondiale, qui reconnaissent qu’apprendre sa langue maternelle, la parler, l’écrire et la lire est un droit. […] Sans être ni des linguistiques rompus au fonctionnement des langues, ni des sociolinguistes très avertis du rôle des langues dans les dynamiques sociales et nationales, nous mettons notre connaissance au service de nos langues, et nous en faisons un outil précieux de promotion du brassage ethnique, de la cohésion sociale, et donc de la reconstruction nationale. Il est possible que nos enfants apprennent à lire et à écrire leurs langues maternelles. C’est pour cela que dans ce monde où l’écrit est primordial, nous nous attelons à mettre à leur disposition des ouvrages en langue maternelle qui sont des ouvrages bilingues. Ainsi, nous avons des titres au programme d’enseignement qui ont été traduits en dix langues ivoiriennes9 ». C’est avec des ouvrages bilingues que la mise en valeur des langues africaines peut passer, c’est sans aucun doute par cela que petit à petit la réinsertion des langues nationales s’effectuera.

Les éditions Edilis publient ce type d’ouvrages, mais signalons également Edicef qui produit pour le marché africain des collections en langues burkinabè et sénégalaises. En France, L’Harmattan, quant à lui, publie des livres bilingues français en quinze langues africaines. À titre d’exemple, en édition bilingue, le remarquable album Kulle Ladde, publié chez Timtimol en 2009, a reçu le prix Kadima de l’Organisation internationale de la francophonie, qui récompense des livres édités dans des langues partenaires.

Nous pouvons lire ceci en analyse sur le site de la revue Takam Tikou : « Le jeu des feuillets traduits permettra son utilisation par la diaspora en pays francophones et anglophones – cette publication de Timtimol, association pour la langue et la culture peul, s’inscrit dans un projet de réappropriation de la langue10. »

Les éditions Jeunes Malgaches sont un exemple en matière de publications bilingues. Spécialisée dans ce domaine, la production est exclusivement dans ce type, abécédaires, contes, livres illustrés, sont tous en malgache/français. Sous l’égide de la Société Presse Edition et Diffusion (PREDIFF), créée en mars 1995, l’édition de livres pour la jeunesse est une des activités de cette société, la vente de périodiques étrangers par abonnement, la gestion de communication internationale, la librairie ainsi que la carterie, font partie des autres secteurs qu’elle touche.

Aux questions concernant les ouvrages bilingues, Aliou Sow, des éditions Ganndal (Guinée) nous a répondu ceci : «  Par contre, nous ne faisons pas encore dans le bilingue, quoique souhaitable dans notre cas, ni n’avons fait de coéditions dans ces langues. Cependant, nous avions initié des discussions assez avancées avec l’ONG ARED du Sénégal pour aller dans ce sens11.» Il souhaite en effet développer ce mode de publication, lui permettant une plus large diffusion de sa production à venir. Des collaborations avec l’ARED peuvent de ce fait lui être utiles, nous verrons plus loin les champs d’action de cette ONG.

Auto traduction

L’auto traduction littéraire est une forme particulière de traduction dans laquelle le traducteur est aussi l’auteur du texte original.

« Comme dans le cas de la traduction non auctoriale, le terme auto traduction peut se référer au procès de traduction de ses propres textes dans une autre langue ou bien au résultat de cette opération. La pratique de l’auto-traduction a attiré l’attention des critiques dès le début de ce siècle, à la suite de l’investigation intensive dans le domaine de la traduction non auctoriale au cours du xxe siècle. L’auto-traduction littéraire a été reconnue comme une branche spéciale de la traductologie.

Certains facteurs ou situations favorisent l’auto traduction, la domination culturelle d’une langue spécifique sur une langue minoritaire est le cas le plus courant. Plusieurs situations se prêtent également à ce genre de traduction :

  • la domination culturelle d’une langue spécifique dans une société multilingue peut favoriser l’auto-traduction d’une langue minoritaire dans la langue dominante ;
  • la domination culturelle de la langue nationale peut favoriser l’auto-traduction d’un dialecte local ;
  • la domination culturelle d’une langue spécifique dans le contexte international peut favoriser l’auto traduction d’une langue nationale dans une langue reconnue internationalement comme l’anglais. Mais l’anglais comme langue cible est plus fréquent dans les cas où l’auteur migre vers un pays anglophone12. »

En Afrique, l’auto traduction apparaît comme une solution permettant une approche différente et nouvelle des langues africaines. Perspectives et initiatives sont notables dans ce domaine et tendent à promouvoir un avenir meilleur pour l’écrit et la diffusion de ces langues. De nombreux écrivains kenyans, comme Mwangi Mutahi, Gatua wa Mbugua, Gitahi Gititi, Waithira Mbutia ont suivi cette voie et écrivent désormais en gikuyu. Nous pouvons également parler d’Euphrase Kezilahabi, qui par exemple, écrit ses œuvres de fiction en kiswahili et ses textes scientifiques en anglais. Les exemples sont moins nombreux dans l’espace de la francophonie. Signalons néanmoins quelques cas remarquables d’auteurs bilingues : le Malien Amadou Hampâté Ba qui a écrit en français et en fulfuldé, le Malgache Jean-Joseph Rabearivelo, en français et en malagasy, le Rwandais Alexis Kagame, en français et en kinyarwanda et, récemment, le Sénégalais Boubacar Boris Diop, en français et en wolof. Leur production peut être considérée comme fondatrice d’une littérature en langues africaines reconnue et légitime. Ces auteurs donnent une nouvelle voie aux langues nationales et transnationales, ils permettent un développement qui engendre une diffusion à plus grande échelle et une réappropriation d’une identité nationale nécessaire au rayonnement culturel d’un peuple.

Des langues d’Afrique, image créée avec Tagdexo.com

Des langues d’Afrique, image créée avec Tagdexo.com

III. Perspectives et enjeux dans l’édition en langues africaines

Créations

Organisée par l’Association pour le développement de l’éducation en Afrique (ADEA), la conférence d’octobre 2011 qui eut lieu à Nairobi, au Kenya, a été une occasion favorisant le dialogue autour des langues africaines. Cette rencontre a permis aux différents acteurs de la chaîne du livre de se réunir autour du développement du livre en Afrique. Outre ces acteurs, les associations professionnelles, les partenaires techniques et financiers et les ministères de l’éducation étaient également présents.

« Sont ressortis de cette assemblée des thèmes principaux autour du développement du livre et des langues africaines :

  • la nécessité et la place des matériels de lecture en langues africaines comme moyen de préservation de la culture africaine et pour l’éducation tout au long de la vie ;
  • le lien entre l’édition et la culture africaine (en tant que continuité de la Charte de la renaissance culturelle africaine) ;
  • le défi de la mise en place des politiques nationales du livre ;
  • l’édition scolaire rentable et les défis futurs du numérique ;
  • le rôle des bibliothèques et des bibliothécaires dans la promotion du livre et de la lecture 13 . »

Dans les différents niveaux de la chaîne du livre, l’étape de la création est importante et plusieurs initiatives sont à noter parmi les pays africains. Même si au Burkina Faso, par exemple, on forme les auteurs de manuels scolaires en langues nationales afin de parfaire leur capacité à produire des contenus didactiques et de lecture aussi bons que ceux en français, il reste beaucoup à faire pour aider les auteurs de textes pour enfants à perfectionner leur art. Il est nécessaire de former les auteurs, scolaires, traducteurs ou autres, il faut améliorer l’accessibilité et la qualité des écrits. La standardisation des alphabets, les événements promotionnels, les prix, les droits d’auteur, les concours littéraires, font partie des approches à stimuler dans le domaine des langues africaines. Ces mesures sont importantes puisque le riche potentiel des traditions orales (contes, légendes, devinettes, épopées, etc.) constitue un terreau fertile pour ces écrivains et conduira les jeunes à s’intéresser davantage à leur culture, ainsi qu’à acquérir et maintenir des habitudes de lecture dans leurs langues maternelles.

Ces habitudes de lecture dans les langues maternelles se font d’abord, comme nous l’avons vu précédemment, par une approche comparative, avec les ouvrages en édition bilingue, qui permettent une première vision de la langue. La traduction a donc son rôle à jouer dans la valorisation des langues nationales africaines et l’éducation des enfants.

Production éditoriale et distribution

De nos jours, la production éditoriale n’est plus sous l’office des seuls éditeurs dans la mesure où des éditions de bonne qualité se font également par le biais des ONG d’alphabétisation, permettant ainsi une diversification des sources d’approvisionnement et des genres littéraires. À titre d’exemple, cette fois dans le monde anglophone, les éditeurs qui pratiquent le partage des livres en langues transfrontalières entre le Malawi, la Namibie, la Zambie et le Zimbabwe font preuve d’initiative. Des alternatives similaires s’offrent aux éditeurs francophones dans les langues transnationales comme le pular, le mandingue, le hausa, le kiswahili, etc., en vue d’une ouverture du marché plus grande.

En ce qui concerne les mécanismes de financement, il faut saluer les initiatives qui se développent tant au niveau national (fonds d’aide au livre) qu’international, comme le Fonds de garantie des industries culturelles (FGIC), une initiative mise en place pour faciliter le financement des entreprises et projets culturels dans quinze pays d’Afrique de l’ouest et qui pourrait profiter aux éditeurs en langues africaines pour l’accès au crédit.

L’exemple de l’ARED (Associées en recherche et éducation pour le développement) qui publie en moyenne 10 nouveaux titres par an ainsi que 8 réimpressions est également à signaler. Selon les Notes sur les connaissances autochtones (n°38, Banque mondiale, novembre 2001), cette ONG vendrait entre 30 000 et 50 000 volumes de documents chaque année. Dix personnes y sont employées. Créée en 1989 par des Sénégalais, l’ARED est immatriculée aux États-Unis. Si elle édite 92 % des ouvrages en langues nationales en pulaar, elle publie également en wolof, soninké, mandika. 95 % des ventes sont faites au Sénégal, le reste est distribué dans les autres pays. Cette association, vivant de subventions, finance 75 % de son activité éditoriale par la vente des ouvrages produits. Sa directrice, Sonja Fagerberg-Diallo, indique que la vocation de l’ARED est de favoriser les rapports entre éducation, recherche fondamentale et action communautaire en langues nationales.

Promotion

Là se trouve le nœud de la situation. En matière de distribution et de visibilité en bibliothèque, beaucoup reste à faire pour mettre en valeur les livres en langues africaines. La promotion de ces ouvrages ne doit jamais les faire considérer comme des « produits de seconde zone » mais devrait obéir aux mêmes systèmes traditionnels utilisés par exemple pour les publications dans les langues européennes.

Des démarches alternatives se mettent en place, les événements littéraires organisés lors de la Foire internationale du livre de Dakar en 2011 sont un bon exemple. En effet, la journée à thème, spécifiquement dédiée aux langues nationales, animée par les écrivains, éditeurs et ONG, a retenu l’attention du public, les jeunes élèves y ont été attentifs et intéressés. Menée avec dynamisme par l’Union sénégalaise des écrivains en langues nationales (UESLAN), la journée alliant l’exposition des livres et la présentation d’œuvres majeures, a fait se rencontrer des auteurs en langues nationales renommés tel que Cheik Aliou N’Dao, Arame Fall et Adramé Diakhaté, etc.

En plus de telles initiatives événementielles, la promotion des livres en langues nationales doit recourir à des approches innovantes, telles que les stratégies de marketing commercial intégré susceptibles de créer un effet de rassemblement entre les livres publiés.

Dans l’édition, la multiplication des organismes distincts, tel que les foires internationales du livre, est à la fois un indice et l’une des forces de l’unification et de la hiérarchisation du marché international de la traduction. Sous cette analyse, l’unification du marché mondial de la traduction aura participé au développement et la mise en valeur de l’édition et du commerce du livre dans nombre de pays. La place des langues africaines dans ces salons et foires est primordiale, outre une visibilité internationale, elle permet un renouveau des statuts et donne une dimension symbolique et nationale aux enjeux d’aujourd’hui.

Rassemblement et réflexions : les assises internationales de l’édition indépendante

« Dans un moment de transformations profondes, nous voulons nous réunir pour interroger nos pratiques, pour écouter d’autres agitateurs d’idées et intégrer de jeunes générations d’éditeurs partageant nos préoccupations. Considérant entre autres deux nouvelles donnes – l’émergence de nouveaux acteurs du numérique et la crise financière globale, nous souhaitons questionner notre rôle et réaffirmer les enjeux de la bibliodiversité14. »

Voici le discours d’annonce évoquant les assises internationales de l’édition indépendante 2013-2014 organisées par l’Alliance internationale de l’édition indépendante où se rassembleront plusieurs éditeurs du monde entier pour réfléchir à un avenir durable du livre. Dans les thèmes évoqués selon chaque région géographique, la question des langues locales et nationales en Afrique sera proposée à la discussion. En voici les lignes principales :

« Alors qu’il existe de nombreuses langues africaines, l’édition en langues locales est encore quasi inexistante, du fait de la présence dominante de langues héritées de la colonisation. Cependant, des éditeurs publient en langues locales et touchent ainsi un lectorat souvent isolé. Pour perpétuer des textes, pour promouvoir des auteurs, pour faire circuler les idées le plus largement possible, des éditeurs ont souhaité se réunir pour développer des flux de traductions d’une langue africaine à une autre, pour monter des projets de coéditions bilingues ou trilingues – représentatifs de la diversité linguistique en Afrique.

Comment mettre en place ces projets ? Comment les nouvelles technologies peuvent-elles les favoriser ? À partir d’un état des lieux de l’édition en langues nationales et locales, réalisé par les participants en préparation de cet atelier, les éditeurs proposeront des projets éditoriaux collectifs, qui pourront être réalisés dans les prochaines années, avec le soutien de l’Alliance notamment. La mise en place d’un salon du livre en langues africaines sera également au centre des discussions : ce salon pourrait en effet être le prochain rendez-vous donné aux pouvoirs publics pour que des mesures soient prises en faveur de l’apprentissage et de l’édition en langues nationales. Cet atelier sera conçu en lien avec l’association panafricaine Afrilivres (collectif d’éditeurs d’Afrique subsaharienne). »

Ce type de rassemblement est à l’image de ce qui se produit aujourd’hui autour de l’édition en langues africaines et ce que cela implique (traductions, ouvrages bilingues, éducation, etc). Tous les acteurs de la chaîne se réunissent pour proposer de nouvelles initiatives, outre un secteur éditorial à favoriser, c’est une identité nationale et culturelle à se réapproprier qui est en jeu.

Conclusion

Nous l’avons vu, les langues africaines et transnationales sont nombreuses, variées et s’étendent sur plusieurs zones géographiques, elles sont surtout toujours minoritaires face aux langues officielles des différents pays d’Afrique. La publication d’ouvrages en langues africaines apparaît donc comme une solution mettant à jour une identité nationale et culturelle à remettre en valeur. Ainsi chaque espace linguistique peut envisager une réappropriation de ses spécificités culturelles au-delà d’une simple appartenance à un continent.

La traduction, par ses différents fonctionnements, tels que l’auto traduction ou les coéditions, favorise ce renouvellement culturel et permet une diffusion à plus grande échelle de la production éditoriale africaine. Signalons tout de même que malgré une volonté de réappropriation des langues, la multitude de dialectes et langues africaines impose forcément des choix, certaines langues sont évidemment plus favorisées que d’autres et toutes ne peuvent pas posséder des écrits.

La revalorisation des langues nationales passe par plusieurs facteurs, qui sont tous, dans un avenir proche ou lointain, à développer de manière à favoriser une connaissance et une diffusion, essentielles au rayonnement culturel.

Les lieux communautaires et familiaux sont des centres d’opportunités où la lecture et le goût du livre doivent être développés. Face à la disparition de certaines langues, il est impératif de rendre les populations aptes à participer de manière active à la transformation du niveau de vie, l’activité économique que représente le livre est un de ces éléments.

L’implication des pouvoirs publics est nécessaire, une disponibilité de financements, un environnement politique et économique basé sur des politiques nationales du livre solides favorisant ainsi un partenariat public/privé, est essentiel à la vie du livre africain.

Enfin, il faut souligner la nécessité de revaloriser et dynamiser les instruments collectifs et associatifs, comme le GRAPELA (Groupe d’action pour la promotion de l’édition en langues africaines) regroupant des éditeurs, des ONG et des organismes d’alphabétisation de la région ouest-africaine depuis plus d’une décennie. L’objectif est de mobiliser les acteurs et les partenaires des ministères de l’Éducation et de la Culture pour une approche coordonnée et permettre de répondre aux besoins des professionnels et aux aspirations des lecteurs, jeunes ou moins jeunes.

Par Emma Sorbier & Danusia Richer

Bibliographie

  • ANDERSON, Benedict, Limaginaire national. Réflexion sur lorigine et lessor du nationalisme, La Découverte, Paris, 1996.
  • BOURGUEIL, Isabelle (dir.), « Où va le livre en Afrique ? », Africultures, n°57, L’Harmattan, Paris, 2003.
  • JURT, Joseph (dir.), Champ littéraire et nation, Publications du Frankreich-Zentrum, Fribourg, 2007.
  • MAKOTSI, Ruth et MUSONDA, Flora, Pour le développement du commerce du livre à travers lAfrique, une étude des barrières actuelles et des possibilités futures, « Perspectives sur le développement du livre africain », n°7, ADEA, Paris, 2002.
  • PINHAS, Luc, Éditer dans lespace francophone, Alliance des éditeurs indépendants, Paris, 2005.
  • SAPIRO, Gisèle (dir.), Les contradictions de la globalisation éditoriale, Nouveau Monde éditions, Paris, 2009.
  • TÊTU, Michel, La Francophonie. Histoire, problématique et perspectives, Guérin, Montréal, 1992.

 


1NGALASSO-MWATHA, Musanji, « Des langues et des livres pour la jeunesse africaine », in Dossier langues et livres pour la jeunesse. Dossier disponible sur : http://www.takamtikou.fr/dossiers/dossier-2012-langues-et-livres-pour-la-jeunesse

2OUEDRAOGO, Mathieu, Planifications et politiques linguistiques dans certains pays sélectionnés d’Afrique de l’Ouest, Unesco, 2000.

3Issue d’un document de travail des éditeurs francophones membres de l’Alliance internationale des éditeurs indépendant.

4NGALASSO-MWATHA, Musanji, « Des langues et des livres pour la jeunesse africaine », in Dossier langues et livres pour la jeunesse. Dossier disponible sur : http://www.takamtikou.fr/dossiers/dossier-2012-langues-et-livres-pour-la-jeunesse

5Issue d’un document de travail des éditeurs francophones membres de l’Alliance internationale des éditeurs indépendant.

6NGALASSO-MWATHA, Musanji, « Des langues et des livres pour la jeunesse africaine », in Dossier langues et livres pour la jeunesse. Dossier disponible sur : http://www.takamtikou.fr/dossiers/dossier-2012-langues-et-livres-pour-la-jeunesse

7DIOP, Boubacar Boris, « Le français n’est pas mon destin », in Où va le livre en Afrique ?, Africultures n°57, octobre-décembre 2003, p.11.

8QUINONES, Viviana, « Langues et lecture dans les bibliothèques africaines », in Takam Tikou. Disponible sur :

http://www.takamtikou.fr/dossiers/dossier-2012-langues-et-livres-pour-la-jeunesse/langues-et-lecture-dans-les-biblioth-ques-a

9LOROUGNON, Mical Dréhi, « Je rêve d’une Afrique où le livre est roi », in Dossier Takam Tikou a vingt ans. Dossier disponible sur : http://www.takamtikou.fr/dossiers/dossier-2010-takam-tikou-a-20-ans

11Enquête que nous réalisée auprès d’éditeurs africains.

13NGALASSO-MWATHA, Musanji, « Des langues et des livres pour la jeunesse africaine », in Dossier langues et livres pour la jeunesse. Dossier disponible sur : http://www.takamtikou.fr/dossiers/dossier-2012-langues-et-livres-pour-la-jeunesse


Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Yao dit :

    je partage l’avis de travailler sur les langues africaines. Car, sur le plan linguistique, toutes les langues se valent et elles ont les mêmes possibilités de création de nouveaux mots pour s’adapter à l’évolution de la société.

  2. Odonkor dit :

    In article qui touche au coeur du problee de langues en afrique. Bon effort par led initiateurs

  3. Ngnaoussi dit :

    Je trouve cet article très intéressant et j’espère vivement que l’édition en langue africaine prendra enfin son envol. La situation est critique dans mon pays le Cameroun où les langues nationales sont completement lésées au profit des langues coloniales. Néanmoins des campagnes de sensibilisations sur l’importance de la culture devraient être plus accentuées.

    • Gérard Galtier dit :

      L’édition en langues africaines se portait bien au Cameroun grâce à l’action des missionnaires chrétiens (en éwondo, en boulou, en douala, etc.).
      Lorsque les linguistes universitaires se sont emparés des langues nationales du Cameroun, tout s’est écroulé, à cause du système graphique pseudo-scientifique qu’ils ont voulu introduire.
      Si l’on veut relancer l’édition en langues africaines au Cameroun, il faut abandonner les caractères phonétiques spéciaux (absents des claviers d’ordinateur) et harmoniser ewondo et boulou en un « beti » unifié.
      Cela est possible avec un peu de bon sens.

      • Ngnaoussi dit :

        Je suis partiellement d’accord mais ne pensez vous que ces caractères phonétiques spéciaux font également partie de leur originalité. On pourrait très bien à la longue développé des claviers intégrant ces caractères. Nous avons déjà pu effectuer des polices de caractères qui s’intègrent facilement dans la plupart des applications de bureautique et permettent l’utilisation de ces caractères.
        Il faudrait juste que les décideurs politiques investissent suffisamment pour développer l’édition en langues africaines.

        • Gérard Galtier dit :

          Certes, les caractères phonétiques donnent une originalité aux nouvelles écritures africaines. Mais ces caractères ne sont en rien africains : ce sont des lettres de l’Alphabet Phonétique Internationale que les phonéticiens utilisent pour leur travail. Ils n’ont pas été créés pour mettre au point des orthographes.
          Les applications dont vous parlez donnent le monopole des langues africaines à une poignée de spécialistes et empêchent leur utilisation par les populations concernées.
          Quant aux « décideurs » il est clair qu’ils vont investir dans d’autres domaines, d’autant que les ordinateurs ne sont pas produits en Afrique.
          Pour le moment, l’édition en langues africaines est un succès uniquement en swahili, langue qui ne possède aucun caractère phonétique dans son alphabet.
          Si vous êtes sérieusement intéressé par l’édition en langues africaines, n’hésitez pas à me contacter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *