Étude de la politique éditoriale autour de la traduction chez Les Grandes Personnes

Logo éditions Les Grandes Personnes

Logo des éditions Les Grandes Personnes.

Introduction

Située à Paris, la maison d’édition Les Grandes Personnes est spécialisée dans la littérature jeunesse, mêlant albums pour les tout-petits et romans pour adolescents. Elle est quasi exclusivement tournée vers la traduction.

Les résultats de la recherche qui va suivre reposent en grande partie sur un entretien téléphonique que nous a accordé Florence Barrau, ainsi que sur deux conférences auxquelles nous avons assisté : la première à l’Alcazar portait sur le pop-up avec comme invités David Carter et Philippe Ug – illustrateur publié aux Grandes Personnes ; la seconde était une présentation de la maison par Brigitte Morel à l’occasion des quarante ans de Gallimard Jeunesse à la librairie l’Alinéa à Martigues.

Ce sont ces diverses rencontres professionnelles qui nous ont amenées à nous intéresser plus particulièrement à la catégorie Romans des Grandes Personnes. Le fait d’avoir lu certains des titres présents au catalogue a renforcé notre envie de travailler sur cette section de livres. Cela nous semblait particulièrement pertinent au vu de la pluralité des pays représentés par la maison, dont certains ne sont pas les plus répandus dans les catalogues des maisons d’édition françaises spécialisées dans la jeunesse, tels que le Danemark ou la Norvège. Nous évoquerons également le cas des albums de jeunesse, leur importation et leur exportation à l’étranger, même si cette partie sera plus minime, la traduction dans ces cas-là n’est pas la question la plus importante puisque le texte dans les albums est moindre, voire inexistant, dans certains pop-up par exemple.

Nous présenterons, dans un premier temps, la création et les volontés éditoriales de la maison. Puis, nous étudierons plus précisément le catalogue des Grandes Personnes, les auteurs ainsi que les différents pays représentés. Cela nous mènera ensuite à nous pencher sur la question des choix de traduction pris par la maison et des aides à la traduction reçues par plusieurs organismes.

Les Grandes Personnes : naissance d’une nouvelle maison d’édition

Historique de la maison

Les Grandes Personnes voient le jour en 2009, à la suite de la dissolution des éditions Panama. Cette première maison naquit en 2005, sous l’égide de Jacques Binsztok, Damien Serieyx et de trois autres anciens du Seuil et de La Martinière. Elle publiait environ 90 titres par an : fictions françaises et étrangères, livres pour les enfants et les jeunes, livres animés pop-up, essais, Beaux-Livres… Leur catalogue se voulait restreint et centré sur la qualité. Il privilégiait une politique d’auteurs.
En jeunesse, il affichait des albums de Lionel Léouanic, Martine Delerm, Béatrice Alemagna et Cristiano Mangione, Taro Miura Blachon, Patrick McDonnell, Elisabeth Brami et Yan Nascimbene, Hervé Tullet, Aoi Huber-Kono, Harriet Russell, et bien d’autres.
Placées en redressement judiciaire depuis le mois de décembre 2008, les éditions Panama sont mises en liquidation suite à la décision du tribunal de commerce de Paris, en juin 2009.

L’éditrice Brigitte Morel, après avoir travaillé chez Le Seuil Jeunesse pendant treize ans et aux éditions Panama, décide la création d’une nouvelle maison d’édition indépendante, en collaboration avec Antoine Gallimard. Ce dernier accepte tout de suite le projet des Grandes Personnes et y contribue notamment pour la partie diffusion et distribution. En ce qui concerne le choix des titres et des auteurs, les éditrices des Grandes Personnes ne sont soumises à aucune contrainte éditoriale de la part de Gallimard Jeunesse et détiennent une réelle indépendance. Lors d’un entretien sur le site Ricochet, Brigitte Morel confirme d’ailleurs ce propos : « Nous avons une totale liberté. Il n’y aurait aucun intérêt à imposer une politique éditoriale à une maison comme la nôtre1. »

Si les éditions Les Grandes Personnes sont indépendantes, bénéficier de tous les avantages qu’offre Gallimard (notamment la Diffusion Sodis) leur permet d’être distribuées au Canada, en Suisse, en Belgique et en France. Leur catalogue ne cesse de se développer d’année en année pour atteindre 80 titres environ (albums et romans confondus) en 2012.

Fonctionnement de la maison

Les Grandes Personnes réunissent une équipe de choc : deux éditrices de talent qui ont déjà fait leurs preuves, et une personne gérant les droits à l’étranger. Les éditrices, Brigitte Morel et Florence Barrau, se sont rencontrées durant leurs années de travail aux éditions du Seuil Jeunesse. Aujourd’hui, Brigitte Morel s’occupe des livres illustrés des Grandes Personnes, et Florence Barrau des romans. La tâche de la gestion des salons et droits à l’étranger revient à Sabine Louali. Mais, n’étant pas assez nombreuses pour un travail aussi important, les trois femmes se doivent d’être polyvalentes et connaissent aussi bien leur propre domaine de travail que celui de leurs collègues. Ainsi, durant notre entretien, Florence Barrau a pu nous expliquer son rôle d’éditrice de romans, mais elle a également pu nous parler du travail autour des livres illustrés et du fonctionnement des droits à l’étranger.

Pour l’instant, le catalogue des Grandes Personnes contient surtout des rééditions des éditions Panama. Cela permet aux éditrices d’éviter la prise de risque car, au plus la langue choisie est rare, au plus le coût de la traduction est cher. Par ailleurs, les livres réédités ont déjà connu un succès notoire lors de leur première publication, ce qui garantit aux éditrices la vente d’un certain nombre d’exemplaires.

Le catalogue des Grandes Personnes se concentre sur deux axes principaux : les livres illustrés et les romans jeunesse. La maison édite environ vingt livres illustrés (des pop-up, des livres-objets, des livres grands formats, etc.) et dix titres en littérature par an. Un rythme qui leur permet de mener chaque projet à un niveau de qualité élevée. Comme le confirme Brigitte Morel : « Nous prenons le temps de concevoir les livres, de faire et défaire pour surtout, ne rien avoir à regretter2. »

La plupart des albums jeunesse permettent à l’enfant une interaction avec le livre, le rendant réellement acteur de sa propre lecture (languettes à soulever, formes géométriques à trouver ; Cherche la petite fleur en est un bon exemple, coloriages, animaux à inventer, comme nous l’illustre le très célèbre Oxiseau ou Naceo). Certains albums sont directement exportés de l’étranger, avec des auteurs américains (Patrick Mcdonell), anglais (Harriet Russel, Soixante choses impossibles à faire avant le déjeuner), italiens (Alessandro Sanna, Venez avec votre chaise) et bien d’autres…

Les Grandes Personnes s’entourent donc de multiples personnalités venant de tous pays pour offrir un catalogue hétéroclite et original.

Après avoir présenté succinctement cette toute jeune maison d’édition, nous allons nous intéresser à son catalogue de manière plus approfondie, en nous arrêtant plus particulièrement sur les romans et les auteurs étrangers.

Première de couverture du titre La cité des livres qui rêvent.

Première de couverture du titre La cité des livres qui rêvent.

Le catalogue

Choix des romans

À la question de savoir comment s’opèrent les choix de romans à publier, Florence Barrau nous a répondu qu’il n’y avait aucune contrainte de genre ; il peut tout aussi bien s’agir de romans d’aventure, de fantaisie, ou de romans historiques. Il n’y a pas non plus de contraintes de formats selon la tranche d’âge à laquelle le livre est adressé. Les romans se destinent en général aux préadolescents et aux adolescents mais, la maison étant encore jeune et en pleine évolution, Florence Barrau laisse entendre que le catalogue évoluera et qu’on pourra y retrouver des genres ou des histoires qui le feront changer.

Pour l’instant, les choix se font de manière assez subjective ; lors de rencontres, « par le biais de surprises », de hasards. Cependant, Florence Barrau reste intransigeante sur la qualité de son catalogue – pas dans le sens de lectures élitistes, mais dans l’écriture, la langue utilisée et dans la construction du texte.

Comme nous l’avons noté précédemment, la plupart des romans des Grandes Personnes sont des rééditions des éditions Panama. Prenons l’exemple de La Messagère de l’au-delà de Mary Hooper ; paru une première fois en mars 2008 chez Panama, le titre fut réédité en août 2010 aux Grandes Personnes. Les éditrices mettent un point d’honneur à rééditer des livres épuisés qui leur tiennent à cœur. Elles ont également réédité des titres qui étaient interdits à la commercialisation suite à la dissolution des éditions Panama.

Ainsi, Les Grandes Personnes éditent des romans de huit pays étrangers, notamment l’Italie, la Norvège, le Danemark, l’Allemagne, l’Angleterre, l’Espagne, l’Australie et les États-Unis. Nous pouvons trouver dans le reste de leur production quelques titres d’auteurs francophones, comme les livres de Jean-Michel Payet, ainsi que des traductions de livres inédits.

Si ce catalogue n’est pas encore très dense, les livres choisis reflètent vraiment l’envie des éditrices de publier des romans exigeants et de qualité. La plupart d’entre eux ont reçu d’excellentes critiques de la presse spécialisée, ainsi que différents prix. Dressons-en une liste rapide :

– Le Baume du dragon de Silvana Gandolfi a reçu le prix Tam-Tam Roman 2007 et le prix des Incorruptibles 2009.

– L’Innocent de Palerme de Silvana Gandolfi a reçu le prix Sorcières Roman ados 2012, le prix Lucioles Junior 2012 et fait partie de la sélection « Lectures pour les collégiens » de l’éducation nationale.

– Jenna Fox, pour toujours de Mary E. Pearson a reçu le prix Millepages Roman 2010.

– La Messagèrede l’au-delà de Mary Hooper fait également partie de la sélection « Lectures pour les collégiens » de l’éducation nationale.

– Au service du mal de Jean-Marc Deville a reçu le prix littéraire départemental des collégiens de l’Hérault 2011.

– La cité des livres qui rêvent de Walter Moers a reçu le prix Millepages Roman 2006.

– Rien de Janne Teller a reçu le prix Libbylit 2008 du meilleur roman.

– Enfin, concernant le titre Guerre – Et si ça nous arrivait ? de Janne Teller, Le Mondedes livres a écrit qu’il s’agissait d’ « enfin un livre nécessaire ! ».

Les auteurs

Les écrivains choisis par Les Grandes Personnes sont des auteurs en général peu connus en France. Il est, selon Florence Barrau, intéressant de travailler avec eux, soit parce qu’ils ont une importante production littéraire dans leur pays d’origine que l’éditrice souhaite faire découvrir au public français, soit car il s’agit d’un auteur étranger peu connu dans son pays ainsi qu’en France. C’est un travail de longue haleine. L’une des politiques éditoriales au sujet des auteurs est cette volonté de les suivre au début de leur carrière, de les voir évoluer et de faire un gros travail avec eux afin de pérenniser la publication de ses futures œuvres au sein de la même maison d’édition. Il faut souligner que cette clause de publier le(s) prochain(s) livre(s) d’un auteur peut être spécifiée dans le contrat établi. Pour illustrer cette relation de travail au fil des années entre un auteur et son éditeur, nous pouvons citer le cas de Silvana Gandolfi qui est une auteure intéressante puisque du Seuil Jeunesse, en passant par les éditions Panama jusqu’aux Grandes personnes, elle travaille depuis toutes ces années avec les mêmes éditrices françaises.

Pour les auteurs étrangers, le travail est d’autant plus difficile qu’il faut installer l’auteur dans le paysage littéraire français, ce qui arrive généralement après plusieurs publications seulement. De plus, il faut ajouter à cela les négociations, notamment financières, avec les maisons d’édition et les agents littéraires. Il y a aussi moins de marge de manœuvre avec des auteurs étrangers, car le travail entre l’éditeur et l’auteur, du fait de la distance, est souvent moins approfondi qu’avec un écrivain français.

Dans tous les cas, le but des Grandes Personnes n’est pas de rechercher « un livre de plus à publier », mais de trouver un texte spécial qui permettra à cette petite maison d’édition de revendiquer une identité forte. Garder un auteur sur plusieurs publications permet d’assurer cette identité.

Le cas des albums

Certains albums du catalogue 2012 proviennent aussi de l’étranger, nous pouvons prendre pour exemple l’auteur américain Patrick Mcdonell, qui publie The Gift of Nothing (2005), Hug time (Le Temps des câlins) en 2007 et South (traduit par Heureux !) en 2008. Les deux premiers albums ont été qualifiés de bestsellers dans leur pays. L’auteur a remporté de nombreux prix récompensant ses talents de dessinateur pour les bandes-dessinées et d’illustrateurs d’album jeunesse.

D’autres auteurs apparaissent également, tels que Harriet Russel ou encore Bob Gill, designer graphiste et illustrateur américain, qui publie Le Cadeau. Ce livre connaît un certain succès en Europe, puisqu’il est également traduit en italien, sous le titre d’Il regalo. Kveta Patovska, auteure tchèque de renommée internationale (ses livres sont traduits en plus de neuf langues différentes), est éditée chez Les Grandes Personnes avec deux livres phares L’Invitation et Couleurs du jour. La question de la traduction ne se pose pas pour ces deux ouvrages puisque le texte est minime, voire inexistant. Elle a remporté de nombreux prix, dans son pays, mais également à l’étranger. Autre artiste très connu, Nikolaus Heidelbach, d’origine allemande, il publie chez Les Grandes Personnes L’Enfant-Phoque. Ses publications en France sont nombreuses, chez La Joie de lire ou encore Il était deux fois. Il a également remporté de nombreuses récompenses, dont le Grand prix de Bologne en 1996. Bruno Munari, artiste plasticien italien, dont le talent n’est plus à démontrer, occupe une place non négligeable dans le catalogue, avec deux titres, Dans la nuit noire ainsi que Dans le brouillard de Milan. Ses livres sont connus de tous les professionnels du livre jeunesse, ainsi que des particuliers, c’est donc un avantage pour la maison d’édition que de pouvoir proposer de tels ouvrages.

Les Grandes Personnes ne font pas seulement qu’importer des livres de l’étranger, une certaine partie des titres français est exportée. Florence Barrau, lors de l’entretien que nous avons eu, nous a dit que cette manœuvre était essentielle pour assurer une certaine pérennité à la maison d’édition. En effet, la vente des droits des livres, ainsi que la coproduction qu’elle peut entraîner permettent de baisser le coût initial du livre. Les frais fixes restent les mêmes mais sont divisés. L’édition française est donc tirée à moindre coût, ce qui permet de rééditer des livres épuisés par exemple. Les livres de Philippe Ug illustrent très bien ce propos, par exemple Drôle d’oiseau est également publié en Espagne (Un pájaro hermoso), en Italie (Giochi di piume), en Angleterre (Funny Birds) ou encore en Allemagne (Komischer Vogel). Cette notion d’exportation des droits est donc extrêmement importante pour la maison d’édition et leur permet de financer des projets qu’ils n’auraient pas pu concevoir autrement. Nous reviendrons sur ce point lors de notre troisième partie.

Après avoir dressé un portrait du catalogue des éditions des Grandes Personnes, ainsi qu’étudié leurs auteurs, nous allons maintenant nous intéresser à la partie plus juridique et plus technique autour de la traduction, de la cession de droits… Nous verrons tout d’abord comment on travaille avec l’étranger, pour ensuite évoquer les aides à la traduction mises en place par les différents pays, tout ceci en prenant comme trame de fond notre entretien téléphonique avec Florence Barrau.

La traduction

Travailler avec l’étranger

Nous avons vu que Les Grandes Personnes publiaient des auteurs de huit pays différents (sans compter la France) ; les relations de travail ne sont pas toujours les mêmes selon les pays.

Malgré le nombre plutôt important de pays présents au catalogue, il faut toutefois noter la prédominance de la langue anglaise. Marie-Françoise Cachin, dans son ouvrage sur la traduction, fait la remarque qu’une petite maison d’édition « devra nécessairement être beaucoup plus sélective3 » dans ses choix en matière de langues, comparée à de plus grandes maisons comme Gallimard ou Actes Sud.

Elle explique également que, selon les statistiques fournies par le Syndicat national de l’édition pour 2004 en matière d’acquisition de droits, l’anglais prédomine largement avec un total de 983 titres achetés. Mais ce qui est intéressant, c’est que ce chiffre implique des pays différents. En regardant le catalogue des Grandes Personnes, nous pouvons trouver comme pays anglophones bien évidemment l’Angleterre, mais aussi les États-Unis et l’Australie.

Cependant, il faut noter l’effort fait par la maison qui tente de s’ouvrir aussi à de plus petits pays comme le Danemark ou la Norvège, et qui offre ainsi une multiplicité de langues.

Le but de Florence Barrau est d’installer un auteur étranger dans le paysage littéraire français. Elle fait pour cela appel à des traducteurs qu’elle tente de fidéliser au maximum ; ainsi plusieurs titres d’un même auteur sont généralement traduits par la même personne. Par exemple, les trois romans de Mary Hooper sont tous traduits par Fanny Ladd et Patricia Duez. Chose un peu plus exceptionnelle, la traductrice Faustina Fiore semble être polyvalente puisqu’elle traduit aussi bien de l’anglais au français, que de l’italien et l’espagnol au français. L’éditrice nous a également précisé qu’il était important pour elle de faire débuter de jeunes traducteurs, pour ensuite les faire évoluer dans leur travail.

Si Florence Barrau nous dit que ses relations avec les traducteurs sont plutôt bonnes, il va de soi qu’aucune traduction ne saurait être effectuée sans avoir fait l’objet d’un contrat établi et signé en bonne et due forme par l’éditrice et son traducteur. Marie-Françoise Cachin nous explique le fonctionnement de ce contrat :

Le traducteur, étant juridiquement parlant assimilé à un auteur, est protégé par la loi du 17 mars 1957 sur la propriété littéraire et artistique. Lorsqu’un éditeur commande une traduction, il doit donc signer un contrat de traduction avec le traducteur. […] L’objectif premier du contrat est donc la cession à l’éditeur par le traducteur du “droit exclusif de publier en tous pays, sous forme de volume, l’œuvre constituée par la traduction qui fait l’objet du présent contrat”, moyennant une contrepartie financière. […] Par ailleurs, le contrat de traduction4 indique clairement que “l’éditeur passe commande au traducteur, qui accepte, d’un travail consistant à traduire en français l’ouvrage original” dont le titre est alors donné, et dont l’éditeur certifie “détenir les droits exclusifs de publication en langue française”. Il faut insister ici sur le mot “commande”, preuve que la traduction est faite à l’initiative de l’éditeur qui s’engage à en assurer la publication, selon les critères techniques de son choix (chiffre des tirages, prix de vente, etc.) et qui en porte aussi la responsabilité vis-à-vis de l’auteur de l’œuvre originale5.

Il faut en effet ne pas oublier l’existence de l’auteur dans le processus de traduction. Il est intéressant ici d’étudier le livre Guerre de Janne Teller, car l’auteure a dû apporter des changements à son texte pour les différentes publications. Dans un entretien donné pour le blog La Soupede l’espace6, elle explique cette idée : « même si je ne change pas grand-chose dans chaque version, tout doit être au point pour que le lecteur ait le sentiment qu’il s’agit de son propre pays. Pour la version française, j’avais quelques doutes par-ci par-là, sur les choix des jeunes ou sur les références des lecteurs français en général, mais mon éditrice, Florence Barrau, et ma traductrice, Laurence W. Ø. Larsen, m’ont beaucoup aidée ». À la question de savoir quels ont été les problèmes rencontrés pour la traduction française, elle répond : « J’ai apporté quelques modifications au texte danois, elles ont ensuite été traduites et j’ai discuté du scénario et des détails avec beaucoup d’attention tant avec mon éditrice, Florence Barrau, qu’avec la traductrice Laurence W. Ø. Larsen. Elles m’ont été d’une grande aide et m’ont permis d’atteindre parfaitement le but recherché. Nous nous sommes même interrogées sur les types de portables en vogue chez les jeunes Français, sur la musique qu’ils écoutent, et sur ce qu’une jeune Française souhaiterait comme enseignement dans une école arabe (dans la version scandinave, c’est l’éducation sexuelle, mais ça ne me semblait pas coller pour une Française et je l’ai donc remplacée par la littérature féministe). De la même manière, la sœur devient “néo-gothique”, alors que dans la version originale elle devient “punk”. Et puis bien sûr, il y a l’histoire en général puisque dans mon idée chaque pays doit être l’instigateur de la guerre en question ; ainsi, pour la France, j’ai imaginé une sorte de grand dessein napoléonien.

Nous avons travaillé en plusieurs étapes, avec de longues conversations téléphoniques tant avec Florence qu’avec Laurence, et nous avons aussi révisé le texte avec Florence pendant la foire de Francfort. On peut donc dire qu’il y a eu un travail en profondeur… ».7

En lisant cet entretien, nous comprenons mieux comment Florence Barrau travaille « en profondeur » avec ses auteurs et ses traducteurs. Il faut maintenant replacer son travail au vu de la réception du livre jeunesse. En effet, la littérature jeunesse est en plein essor. Dans l’ouvrage Translatio, Gisèle Sapiro et Anaïs Bokobza expliquent que « entre 1985 et 2002, l’augmentation des traductions de livres pour la jeunesse est exponentielle. […] Dans cette augmentation globale, la place de la production en anglais est encore une fois prépondérante, suivie (de loin) par l’allemand et le français8». En 2004, un livre sur cinq dont les droits ont été acquis par les éditeurs français était un livre pour la jeunesse. Entre 1986 et 2000, le nombre de titres pour la jeunesse publiés en français a doublé, passant d’environ 4 500 à plus de 9 000, réimpressions comprises, selon les données du SNE. Toujours d’après Gisèle Sapiro et Anaïs Bokobza, « les traductions y ont une part significative. D’après la base Electre, les livres pour la jeunesse représentent environ un tiers des nouveautés littéraires traduites de l’anglais (32 %) et de l’allemand (30 %) et près de 17 % du suédois, contre 10 % de l’hébreu et 7-8 % de l’italien et de l’espagnol9 ».

Devant ce marché en pleine explosion, deux événements relatifs au livre jeunesse sont importants pour Florence Barrau : la foire de Bologne et celle de Francfort. C’est à ce moment que les représentants des maisons d’édition présentent leur futur projet éditorial. Les romans sont une section plus compliquée que les livres illustrés car il y a du « texte » ; il faut ainsi choisir le texte, recevoir le manuscrit, le lire avec toutes les difficultés que peuvent présenter les langues étrangères, etc. Puis, une fois cette partie terminée, les négociations sont entamées. Ce sont évidemment les éditeurs qui proposent les meilleures offres qui sont sélectionnés. C’est pour cela qu’il est important tout au long de l’année d’entretenir son réseau de connaissances et d’informateurs et de savoir participer aux projets les plus urgents.

Pour conclure sur cette partie, il faut aussi noter que l’une des activités essentielles de la maison est la vente des droits de leurs livres français à l’étranger. Ces ventes se font notamment lors des foires évoquées ci-dessus où les éditrices peuvent trouver des coproducteurs. En théorie, les coproductions permettent d’avoir les mêmes frais fixes mais divisés, et ainsi de baisser le coût du livre initialement prévu. En pratique, on entame les négociations lors des salons mais cela ne se concrétise pas toujours dans les temps. Cela permet tout de même de faire valoir l’édition française à l’étranger, et de faire rééditer le livre en français s’il est épuisé.

Première de couverture du titre Rien.

Première de couverture du titre Rien.

Les aides à la traduction

En ce qui concerne les aides à la traduction, Florence Barrau a mis en avant le déclin des aides par le Centre national du livre notamment pour les romans destinés aux adolescents. En effet, il y a un paradoxe assez intéressant à souligner pour ce secteur : ces dernières années le secteur des romans pour préadolescents et adolescents a explosé ; on peut notamment citer les séries fantastiques. Néanmoins, à l’intérieur de cette proposition exponentielle de livres, on trouve des livres de qualité moyenne et qui commercialement ont un fort succès. De ce fait, il est de coutume de penser que les romans pour adolescents n’ont pas besoin d’aides car c’est un secteur trop commercial au détriment d’une littérature préadolescente et adolescente étrangère qui mériterait d’être connue.

Parallèlement à ce phénomène, l’éditrice des Grandes personnes nous a expliqué que certains pays étrangers sont très actifs concernant les aides à la traduction d’un livre en langue étrangère. Ainsi, il nous a paru intéressant de mettre en avant les organismes qui avaient apporté une aide financière à la maison d’édition.

  • Le NORLA

Le NORLA (Norwegian fiction and non-fiction literature abroad), crée en 1978, est un bureau d’information à but non lucratif et subventionné par l’État ayant pour mission de promouvoir à l’étranger la littérature norvégienne.

Ce bureau a plusieurs fonctions :

– il est un relais entre les auteurs et éditeurs norvégiens et les éditeurs et traducteurs étrangers ;

– il accorde des subventions pour des traductions en langue étrangère d’ouvrages norvégiens ; d’œuvres de fiction ou d’essais et ouvrages techniques ;

– il propose des bourses de voyage aux auteurs norvégiens et à leurs traducteurs ;

– il soutient financièrement la promotion et la présentation des auteurs norvégiens à l’étranger ;

– enfin, le NORLA participe aux salons du livre internationaux.

Pour ce qui est des aides à la traduction du NORLA, elles ont pour but de favoriser la publication d’ouvrages norvégiens à l’étranger. Elles ne peuvent néanmoins être utilisées que pour les dépenses liées à la traduction.

Pour pouvoir prétendre à cette aide, il faut donc remplir un formulaire disponible sur le site du NORLA auquel il faut joindre trois documents : une présentation des qualifications du traducteur ainsi que ses ouvrages précédemment traduits et publiés ; une copie du contrat entre la maison d’édition étrangère et la personne détenant les droits d’auteur de l’ouvrage et enfin, une copie du contrat du traducteur.

Ainsi, en 2011, la maison d’édition des Grandes personnes a bénéficié de l’aide à la traduction du NORLA avec le livre d’Hilde Hagerup, Un chien dans le ventre traduit du norvégien par Loup-Maëlle Besançon.

  • Le Danish Council

Le Danish Arts Council a été crée en 2012. Il est en quelque sorte la fusion de trois entités, le Heritage Agency of Denmark, le Danish Agency for Libraries and Media. L’agence a pour but de renforcer l’interaction entre l’art, le patrimoine culturel, les bibliothèques, les musées et les médias.

En ce qui concerne la littérature, leur mission est de soutenir, de promouvoir et de faire découvrir au niveau international la littérature danoise notamment en participant à des événements culturels et littéraires (salons du livre) internationaux. Le Conseil organise également des résidences et des programmes de recherche au Danemark pour les traducteurs, les éditeurs et les journalistes.

Dans l’optique de promouvoir la culture danoise, le Danish Arts Council alloue des aides à la traduction lorsque le livre d’origine est en danois. L’aide est ouverte aux éditeurs danois qui souhaitent publier un travail traduit en danois ou aux éditeurs étrangers désirant publier un livre traduit à partir du danois. Les demandes ne peuvent être faites qu’après que l’éditeur ait acquis les droits et signé le contrat avec le traducteur. La demande se fait directement sur le site Internet et les pièces à joindre sont : le curriculum vitae du traducteur ainsi que trois pages de traduction du texte ainsi que la copie en langue originale de cette même partie du texte.

Les conditions d’acceptation sont assez spécifiques et centrées sur le texte. En effet, le Conseil attend que le traducteur soit un professionnel avec au moins un livre traduit publié et qu’il ait traduit au moins un livre dans le même genre littéraire. Par ailleurs, une des règles essentielles est que la traduction soit faite à partir de la langue originale et que la langue d’arrivée soit la langue maternelle du traducteur. Les aides ne sont pas allouées à des traductions de livres pédagogiques.

Les éditions Les Grandes Personnes ont perçu pour le livre de Janne Teller Rien, paru en mars 2012, une aide du Danish Council d’environ 2 400 euros (18 000 couronnes). Le livre avait été publié en 2000 au Danemark et avait reçu le Prix du meilleur livre jeunesse.

  • Goethe Institut

Enfin, le Goethe Institut propose un programme d’aide à la traduction d’ouvrages allemands dans une langue étrangère. Sa mission est de faire découvrir à des non-germanophones une littérature allemande de qualité. Comme précisé sur le site, le Goethe Institut n’assure « ni la prise en charge complète des frais de traduction, ni le financement des coûts d’édition et de fabrication ». Par ailleurs, il faut absolument que la maison d’édition demandant l’aide publie un livre traduit de l’allemand.

Quant aux documents à joindre, ils sont plus nombreux que ceux du Danish Council ou du NORLA. En effet, les documents à fournir sont : la demande de subvention remplie, le contrat de licence en vigueur, le contrat de traduction, une justification du projet et l’importance de l’œuvre dans le paysage éditorial du pays demandeur ainsi que deux exemplaires de l’ouvrage allemand et son dossier de presse.

Les éditions Panama, en 2006, ont perçu une aide à la traduction pour le livre de Walter Moers, La citédes livres qui rêvent. Il a été ensuite réédité chez Les Grandes Personnes en 2011.

La traduction nécessite donc bien entendu de respecter certaines règles et contrats juridiques, mais Les Grandes Personnes essaient d’aller bien au-delà de ce point, en fidélisant au maximum leurs traducteurs, en essayant de garder le même pour un auteur, et ainsi garder la « plume » de celui-ci. L’enjeu est donc beaucoup plus important pour cette maison d’édition, qui choisit de privilégier la qualité et l’esthétique du texte plutôt que la quantité de livres publiés. Nous avons également pu faire le point sur les aides qui étaient attribuées selon les pays à la traduction et voir que celles-ci pouvaient être très inégales d’un État à un autre. Les exemples que nous avons choisis ici ne sont certes pas exhaustifs mais correspondent bien à la maison d’édition que nous étudions.

Conclusion

La question de la traduction dans une maison d’édition est extrêmement importante, d’autant plus quand celle-ci est de petite taille, ou dispose de faibles fonds financiers. La traduction permet de publier un livre en ayant déjà une « matière » à travailler. Elle limite également le risque de perte d’argent lorsque l’auteur a déjà fait ses preuves dans son pays d’origine. Les enjeux de la traduction semblent alors prendre encore plus d’importance dans une jeune maison d’édition, telle que nous avons pu l’étudier ici. Les Grandes Personnes ont cette volonté de faire découvrir aux jeunes (et aux moins jeunes) français une autre façon d’écrire, de voir les choses, de s’ouvrir au monde. Cette maison d’édition est encore très jeune, et ces différentes traductions et imports de romans lui ont permis de se construire un catalogue digne de ce nom et de la faire exister dans le paysage éditorial français et étranger.

Florence Barrau, lors de notre entretien, nous a beaucoup parlé du travail qui se situe en amont de la traduction, travail extrêmement important de choix d’auteurs, selon des coups de cœur, des rencontres fortuites ou encore une volonté de découvrir le travail d’un écrivain en particulier. Cette recherche, de longue haleine, est nécessaire pour donner l’envie aux éditrices de s’investir dans un tel projet, pour dénicher le traducteur qui correspondra à l’auteur, aux éditeurs… Elle nous évoque également les négociations, pas toujours faciles (d’autant plus quand on est une petite structure), les salons à parcourir pour tomber sur la perle rare. L’éditrice nous dresse un portrait assez pessimiste des aides accordées aux maisons d’édition, elles sont existantes, nous dit-elle, mais diminuent d’année en année, en particulier pour le CNL. Or sans elles, il devient quasiment impossible de publier des livres étrangers et la pluralité, la richesse de la production littéraire en France s’en verra de plus en plus touchée. Ce fait s’applique d’autant plus au livre pour adolescent, considéré comme trop commercial pour avoir besoin d’une aide quelconque.

Il était réellement intéressant d’étudier la question de la traduction autour de la maison d’édition des Grandes Personnes car ce n’est pas un geste anodin au sein de leur structure. La traduction revêt un enjeu particulièrement important, d’un point de vue idéologique avec cette volonté de faire découvrir de nouveaux auteurs, des coups de cœur, pas forcément connus, mais aussi financier, avec les coûts moindres que cela implique, l’assurance peut-être d’une renommée étrangère pour certains auteurs. La vente de droits à l’étranger aide à agrandir la visibilité de la maison d’édition, mais aussi à financer de nouveaux projets de rééditions grâce à la coproduction, par exemple. La traduction ici permet cette oscillation incessante entre des volontés personnelles, propres à la politique éditoriale de la maison d’édition et ces besoins financiers nécessaires à sa viabilité.

Laurie Fouillen, Maëlys Mandrou et Julie Puissegur

Bibliographie

Ouvrages

CACHIN, Marie-Françoise, La Traduction, Paris, Cercle de la Librairie, 2007.

SAPIRO, Gisèle et al., Translatio – Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions, 2008.

Sites Internet

Les Grandes Personnes : www.editionsdesgrandespersonnes.com/.

Ricochet : www.ricochet-jeunes.org/.

La Soupe de l’espace : www.soupedelespace.fr/.

ATLF (Association des traducteurs littéraires) : http://www.atlf.org/.

SNE (Syndicat national de l’édition) : http://www.sne.fr/.

CNL (Centre national du livre) : http://www.centrenationaldulivre.fr/.

NORLA : www.norla.no/.

Danish Arts Council : www.kunst.dk/.

Goethe Institut: http://www.goethe.de/kue/lit/prj/uef/frindex.htm.

1 Entretien avec Brigitte Morel sur le site Ricochet, propos recueillis par Charlotte Javaux, juillet 2010.

2 Op. cit.

3 CACHIN, Marie-Françoise, La Traduction, Paris, Cercle de la Librairie, 2007, p. 62.

4 Le contrat de traduction d’où proviennent les citations est celui proposé sur le site de l’ATLF.

5 CACHIN, Op. cit., p. 89-90.

6 La Soupe de l’espace est une librairie jeunesse à Hyères.

7 Extraits de l’entretien avec Janne Teller ; pour lire l’interview en intégralité, voir le site http://www.soupedelespace.fr/leblog/entretien-avec-janne-teller/, 24 mars 2012.

8 SAPIRO, Gisèle etal., Translatio – Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions, 2008, p. 156.

9 Ibid, p. 157.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 19 mai 2013

    […] Introduction Située à Paris, la maison d’édition Les Grandes Personnes est spécialisée dans la littérature…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *