Une édition féministe est-elle possible ? L’édition traditionnelle vs l’édition numérique

"Womens Lib", 1970 à Washington Licence CC.

« Womens Lib », 1970 à Washington.
Domaine public.

Qu’est-ce qu’une édition féministe ? Quelles qualités une maison d’édition qui se proclame « féministe » doit-elle posséder ? Et surtout, quelles différentes formes peut-elle revêtir ? L’édition est une notion très large, qui peut signifier plusieurs choses à la fois, et il en est de même pour la notion de « féminisme ». C’est pourquoi nous nous intéresserons dans cet article à deux des différentes formes  d’édition qui ont été mises au service d’une culture féministe depuis la proclamation du Mouvement de libération des femmes, en dehors de la principale maison d’édition féministe connue sous le nom des éditions des femmes, créées en 1973. Selon les termes d’Antoinette Fouque, la fondatrice, la structure fut au moment de sa création « la première maison d’édition en Europe »1. Toujours existantes aujourd’hui et toujours dans l’ère du temps, elles ne sont en l’occurrence plus les seules. D’autres personnes, au moment même où le Mouvement était à son apogée, ont accordé une place importante à l’action que peut avoir la culture féministe sur la culture féminine : d’autres maisons d’édition sont apparues comme les éditions Tierce, fondée en 1977 ; des éditeurs ont ajouté une valeur à leur ligne éditoriale en créant des collections s’intitulant « des femmes ». Aujourd’hui, les féministes vont encore plus loin : des blogs féministes ont fait leur apparition sur la toile.  Il s’agira de se demander ici quelles sont les implications de l’édition numérique dans le champ du féministe, par rapport au modèle d’édition traditionnelle que sont les éditions des femmes. Afin de mieux comprendre ce qu’est concrètement un blog féministe, nous avons échangé avec une blogueuse du nom de Marie Donzel, la « plume » du blog EVE et la créatrice d’un blog à caractère plus personnel : Ladies & Gentlemen.

Les éditions des femmes, un modèle d’édition féministe ?

Sans grand étonnement, ce qui surgit avant tout autre chose lorsque nous tapons simplement les termes « édition féministe » pour une recherche sur Internet, ce sont des résultats renvoyant aux éditions des femmes. Précisément, les éditions des femmes sont nées du groupe formé par Antoinette Fouque elle-même, connu plus souvent sous le nom de « Psychanalyse et politique », créé en 1968 ou 1971, et pensé pour être l’un des acteurs du Mouvement à part entière. Pourquoi avoir créé une maison d’édition ? Les livres, pour la fondatrice, étaient réellement le témoin d’une lutte, puisqu’elle affirmait que les enjeux étaient davantage politiques qu’éditoriaux. Les éditions des femmes représentaient véritablement un contre-modèle éditorial de celui du XVIIIe siècle, qui était alors très masculin. L’éditeur, étant un médiateur, faisait de la publication de livres un acte salvateur, mais en même temps, éditer des femmes dans les années 1970 était un acte subversif ! Cette initiative était considérée comme novatrice, puisqu’elle proposait une vision du monde renouvelée. Pourtant, le féminisme selon Antoinette Fouque était-il le féminisme que partageaient toutes les femmes qui militaient au sein du Mouvement de libération des femmes ? La réponse est négative, puisque concrètement à ce que nous pouvons penser, les éditions des femmes étaient et sont toujours anti-féministes.

1971 : au moment même où le M.L.F tenait une assemblée générale et où la campagne pour le droit à l’avortement s’apprêtait à aboutir au vote de la loi Veil sur l’IVG, des tendances ont commencé à apparaître et ont fini par se confronter : d’un côté, Antoinette Fouque qui poussait la femme dans ses retranchements en la poussant à interroger la « substance » de son sexe, qui souhaitait déconstruire le mythe de l’égalité entre les hommes et les femmes et analyser la différence des sexes ; d’un autre côté, les « Féministes révolutionnaires », qui, pour la plupart, s’en tenaient à la défense des droits, au salaire égal et à l’avortement libre, en somme : à un universalisme d’origine beauvoirien, prônant les actions spectaculaires et symboliques. Les valeurs des éditions des femmes étaient en grande confrontation avec ces secondes qui, pourtant, appartenaient au même titre qu’elles au même Mouvement de libération. Et ce désaccord est allé encore plus loin lorsque la SARL a déposé le sigle « M.L.F » au tribunal de commerce, ce qui a provoqué une stupeur générale. Cette action a été considérée par les féministes plus révolutionnaires comme une menace à part entière. La structure éditoriale prenait, selon elles, les allures d’une imposture. Simone de Beauvoir avancera même des propos sans aucun ménagement, qualifiant la maison de « secte de féministes anti féministes, de capitalistes anti capitalistes, d’idéologies mercantiles »2.

L’édition féministe numérique : rencontre avec la blogueuse Marie Donzel

Toutes les citations qui suivent sont issues d’un entretien avec Marie Donzel réalisé par e-mail le 24 février 2014.

Ce retour dans le passé témoigne de la non-évidence d’une structure éditoriale dite « féministe ». Parce que, finalement, le groupe d’Antoinette Fouque était le seul qui ne se proclamait pas du féminisme. Ce terme, souvent associé trop vite et à tort à tout groupe défendant une cause relative aux femmes, nous pousse à réfléchir davantage à toutes les spécificités de l’édition féministe. Si, à partir de 1968, des structures ont émergé, une à une, finissant par se faire concurrence (nous pensons par exemple aux éditions Tierce qui ont attaqué en justice la SARL pour concurrence déloyale), qu’en est-il du paysage éditorial féministe d’aujourd’hui ? Par quels différents moyens peut s’exprimer le féminisme ? Quel langage les féministes peuvent-elles s’approprier pour défendre leurs causes ? Pour de nombreuses femmes encore, les inégalités se font pressantes. Il s’agit donc de prolonger la lutte jusqu’à ce qu’un tas de paramètres soient modifiés : égalité des salaires, insertion professionnelle, etc. Et pour combattre certaines réalités difficiles à supporter pour de nombreuses femmes, certaines, convaincues qu’il faut aller à l’encontre des gens pour les sensibiliser, se sont lancées dans la création de blogs féministes. Ces sites web, accessibles à tous, détiennent un impact tout à fait différent d’un livre imprimé, même s’il peut transmettre les mêmes idées. Pour comprendre ce que cela apporte concrètement, j’ai eu la chance d’échanger avec la blogueuse féministe professionnelle, Marie Donzel.

Qui est Marie Donzel ?

Photographie de Marie Donzel

Copyright : Marie Donzel

Si elle connaît parfaitement les ficelles du journalisme, Marie Donzel ne se revendique pas journaliste pour autant. Multitâche, elle est surtout une cheffe d’entreprise, une intervenante dans l’enseignement supérieur, occasionnellement une conférencière ou speaker et, enfin, une auteure ! Ses ouvrages, même si cela se fait de façon doucement perceptible, semblent s’inscrire dans l’axe de réflexion qu’elle défend dans son blog Ladies & Gentlemen (sur lequel nous reviendrons), puisque l’un porte sur la sexualité 3, et les six autres sont des livres de cuisine, et elle précise par ailleurs « une passion personnelle qui me fait défendre la cuisine avec ferveur quand on la qualifie de « corvée ménagère » ».

Elle s’occupe par ailleurs de la gestion de deux blogs distincts. Pour le premier, elle en est la « plume ». En tant que consultante indépendante, dans le cadre de son activité professionnelle, elle a pour client le Programme EVE, un programme interentreprises de leadership au féminin, qui s’est doté de son propre média, le blog EVE. Ce blog détient une vraie ligne éditoriale subtile qui suit celle du Programme interentreprises du même nom. Concrètement, ils promeuvent  l’« oser être soi-même pour pouvoir agir », qui est le leitmotiv d’EVE. Ils invitent à reconsidérer la question du masculin/féminin en dehors des stéréotypes et des dialectiques traditionnelles modèles/contre-modèles. Pour ce blog, elle suit une ligne éditoriale précise, centrée à la fois sur un sujet particulier (le leadership au féminin, et partant, l’égalité professionnelle, l’articulation vie privée/vie professionnelle, la mixité et la diversité…) et sur un univers précis lui aussi (le monde de l’entreprise, la sphère du travail). On parle de performance économique associée à la diversité, à la mixité, à l’égalité (en passant par le bien-être qui en découle, mais aussi la valorisation des talents – qui n’ont pas de genre ! – ou la puissance de créativité des équipes diversifiées, ou encore les modes de management responsables et inclusifs qui favorisent un développement de qualité des organisations). Le ton y est résolument à l’optimisme : on parle de ce qui marche, de ce qui donne de vraies raisons d’espérer, de ce qui fait de l’entreprise un acteur pertinent pour faire évoluer chacun-e sur ces sujets. Les partenaires du Programme y ont une place privilégiée mais pour Marie Donzel, « ce n’est en rien de la comm corporate ni du placement de produit, ce sont de vraies rencontres avec des personnes vraiment engagées, de vraies initiatives portées par des entreprises qui ont vraiment compris que leur intérêt est à des rapports humains positifs et équitables ». C’est cette  « sincérité » de l’approche qui permet à Marie Donzel de se sentir « alignée avec ses convictions personnelles » jusque dans cette activité professionnelle. Et de n’avoir « aucune frustration », et « même au contraire, d’avoir trouvé là une nouvelle dimension enrichissante pour sa réflexion ». Le deuxième blog tenu par les soins de la blogueuse est hébergé par France Télévisions, et celui-ci semble plus personnel : il s’agit du blog Ladies & Gentlemen.

Qu’est qu’être un/e blogueur/se féministe ?

L’édition électronique, puisqu’il s’agit indéniablement d’édition dans le cas du blog, est à considérer tout simplement comme un moyen de diffusion différent. La question est d’abord de se demander ce qu’elle apporte de plus : pour la blogueuse, le choix du blog sous-entend qu’il est nécessaire de « vivre avec son temps ». En effet, comme les internautes se multiplient chaque jour, les informations qui circulent sur la toile sont susceptibles de toucher le plus de personnes possible. Le numérique, bien non rival contrairement au livre imprimé, permet ainsi une connaissance non rivale, partageable, reproductible à l’infini. De plus, le coût, non proportionnel en fonction du nombre d’articles publiés, limite très nettement les charges financières (souvent trop lourdes pour l’édition traditionnelle). Marie Donzel mentionne une autre spécificité du numérique, c’est qu’il est aussi un moyen d’accès facilité aux archives. « C’est enfin tout ce qu’il y a de passionnant dans l’intertextualité : le maillage, le lien, la résonance… »

Les deux blogs sont deux exercices différents car ce sont deux finalités distinctes et deux publics très différents aussi. Le blog EVE, de nature professionnelle, s’adresse à une population de managers, à commencer par les participant-es au Programme EVE, et à des passionné-es des questions RH, des problématiques de « capital humain », même s’il recueille une audience de plus en plus large. Le blog Ladies & Gentlemen, à commencer parce qu’il est hébergé par France TV Info, est très grand public et il s’assume en blog d’opinion. Ce ne sont pas les mêmes sujets qui y sont abordés, et pas sous le même angle. Et quand une même information est traitée sur les deux blogs, ce n’est jamais avec les mêmes mots, et pas par la même approche . C’est une « simple question de pacte de lecture » pour Marie Donzel : « il est essentiel quand on écrit de se souvenir à qui on parle et avec quel type de légitimité ».  Cette tension, non anodine, est la représentation même de l’impact que peut avoir l’édition numérique et de toutes les précautions qu’il est important de prendre suivant le cadre dans lequel un blogueur ou une blogueuse évolue. Tout l’enjeu pour Marie Donzel est d’articuler finement deux activités rédactionnelles qui semblent proches, parce que les thèmes sont souvent communs, en respectant ses propres valeurs tout en se souvenant à chaque instant de la casquette qu’elle a sur la tête au moment T. D’aucun-es peuvent trouver que c’est vertigineux ou bien propice au double discours. Elle ne le voit pas ainsi, elle qui préfère la métaphore de « l’équilibrisme » pour dire que marcher sur une corde raide comme celle-ci est avant tout stimulant intellectuellement. Mais une question fondamentale s’impose.

Même si le web suggère la liberté d’expression, la libre alimentation de tous types de débats, pouvons-nous parler de tout de la même façon que dans un support imprimé ? Que se passe-t-il lorsque nous sommes blogueur/se d’un champ aussi subversif et délicat que le féminisme ? Comment gérer ses convictions personnelles, que ce soit pour un blog autant professionnel que personnel ?

Marie Donzel considère que l’implication et l’expérience personnelle sont fondamentales. Elle illustre cette importance en affirmant que, dans la sublimation intellectuelle de ses propres motifs affectifs, on trouve une puissance rare de réflexion et d’action. Depuis toute petite, elle ressent une injustice qu’elle situe au niveau du traitement qui diffère selon le sexe. L’impression que la vie est plus simple si l’on naît homme est partagée par beaucoup de femmes car selon elle, cela consisterait à « être d’emblée plus légitime,  […] être moins sur la défensive, plus détendue, pour me sentir mieux « accueillie » de façon générale dans tout ce qui m’attire et notamment dans les sphères intellectuelles et de pouvoir ». La culture personnelle de la blogueuse a, semble-t-il, alimenté son ambition militante. En effet, depuis son adolescence, cette culture qui peut être qualifiée de féministe l’a accompagnée, à la fois sur le plan purement littéraire avec des auteurs comme Virginia Woolf, Simone de Beauvoir ou encore Violette Leduc, et sur le plan musical, avec Anne Sylvestre. Plus directement, une culture militante féministe aurait parfait son éducation. Même si, pendant quelques années, elle aura laissé ces questions un peu de côté pour se centrer sur d’autres comme celle de l’homosexualité, ces « grandes colères féministes », comme elle les appelle, ne l’ont jamais réellement quittée. Expériences personnelles voire ultra personnelles, le fait de devenir mère et de réaliser que finalement, les choses n’ont pas changé autant qu’elles l’auraient dû et que sa fille sera susceptible de vivre les difficultés de toutes les femmes : voilà le début d’un engagement sans retour, voilà la prise de conscience comme quoi il était inévitable « de réactiver le féminisme qui était en moi » pour Marie Donzel. Pour témoigner de son implication et participer au changement, elle a fait le choix, rodée par son expérience dans le monde du travail, de mettre l’accent sur l’égalité professionnelle. Aussi, la rencontre avec les équipes du Programme EVE, au moment où elle se lançait comme consultante indépendante, a été une clé dans son parcours. Elle y a vu une vraie chance, une occasion inespérée de mettre ses compétences et son expertise d’un sujet au service d’une activité professionnelle alignée avec ce qui lui tient le plus à cœur.

Marie Donzel est la « plume » du blog EVE. Être une « plume », c’est posséder une qualité d’écriture incontestable, ce dont la blogueuse est pourvue. Elle s’est découvert cette qualité d’écriture il y a une dizaine d’années et s’est rendu compte qu’elle avait cette capacité de mettre les idées en mots, que son style était impactant, qu’il parvenait finement à exprimer les impressions et que surtout, il produisait du sens . Ce qui lui paraît aussi très formateur dans le blogging, ce sont les échanges avec les internautes, via les commentaires des posts ou les interpellations sur les réseaux sociaux. Sur Ladies & Gentlemen, son blog personnel, les commentaires ne sont pas toujours tendres : « j’ai parfois à lire des réactions violentes, c’est ce à quoi il faut s’attendre quand on tient un blog d’opinion ». Ce n’est pas toujours facile à recevoir, mais elle voit le bon côté des choses, ces interactions lui permettent « d’approfondir et d’affiner sa réflexion, et surtout, surtout de toujours se reposer la question de l’impact de ce qu’elle écrit ».

Savoir écrire doit s’accompagner de ce nécessaire recul sur l’impact, et parfois sur les conséquences qui peuvent découler de ce qu’on écrit. Marie Donzel affirme avoir vécu quelques interpellations avec des personnes ne partageant pas ses points de vue, et cela vient illustrer cette idée d’attention qu’il est nécessaire d’avoir. Elle conclue finalement qu’à travers certaines de ces réactions parfois violentes, il lui avait été permis d’y voir « une chance de m’obliger à trouver des mots justes, des mots fins, des mots utiles pour décrire plus précisément ce que j’avais à dire. Une vraie chance de repousser mes limites et d’exercer ma plume, sans jamais me reposer sur des acquis ». Le blog EVE, par sa nature professionnelle, exige une rigueur sans faute dans l’approche des sujets, dans le ton employé (pas neutre, mais délibérément non politisé). Ladies & Gentlemen, en tant que blog d’opinion, lui ouvre d’autres dimensions : le style y est plus personnel (elle n’hésite d’ailleurs pas à dire « je » et à livrer des éléments de sa vie personnelle pour illustrer son propos), et le doute a sa pleine place, qui permet, sans se renier d’un jour sur l’autre, de « challenger ses certitudes, de mettre ses impressions et ses affirmations au défi d’une contradiction utile au débat et nécessaire à la progression intellectuelle ». Le blog Ladies & Gentlemen a des allures d’un permanent work in progress. La rédaction d’un article à un moment T est la représentation d’un état d’esprit dans ce même moment T. Elle se surprend parfois à reconsidérer la chose et à penser autrement dans un moment plus lointain, puisque ces idées, ces prises de positions sont toujours susceptibles d’évoluer. C’est pourquoi les commentaires, les réactions et les interpellations des visiteurs viennent considérablement apporter un plus à ses réflexions, viennent enrichir le fond de ses articles… N’est-ce pas là le principe d’un blog que de provoquer des dialogues ? Prenant la parole en propre sur Ladies & Gentlemen et assumant un rôle de « porte-parole » pour le blog EVE, elle estime que ces deux « deals différents » sont complémentaires et qu’ils enrichissent tous deux à leur façon, par des voies différentes, sa réflexion.

Conclusion

Que représente pour la blogueuse ce type de page web qu’est le blog ? Le blog est pour elle synonyme de liberté sous contrainte, ce qui rappelle sans difficulté la littérature de l’OuLiPo ! Il représente « un formidable porte-voix mais aussi des contraintes formelles très fortes. J’essaie de jouer avec celles-ci parce que je crois que marier une culture classique de l’écrit avec les usages du numérique est hautement créatif. » Ainsi, une édition féministe est bien possible. Il s’agit toujours de comprendre de quel féminisme il s’agit et de prendre en considération un nombre important de paramètres : le contexte dans lequel est publié un article, les tendances de l’auteur et de l’éditeur, en somme : une prise en compte approfondie de l’épitexte. Chaque éditeur et auteur féministe s’inscrit dans un mouvement de pensée propre. C’est à travers son écriture qu’il lui est permis d’affirmer son point de vue et de s’impliquer dans un débat qui lui semble important. Mais, comme nous l’avons vu dans le cas des Éditions des femmes et même dans celui de Marie Donzel, ce qu’on exprime n’est pas toujours reçu comme il était prévu. Bien que la liberté d’expression soit davantage encouragée aujourd’hui, il est nécessaire de prendre du recul sur chacune de nos actions puisque indéniablement, l’édition imprimée, autant que l’édition numérique, représentent des actions à part entière.

Hommage à Antoinette Fouque, qui s’est éteinte dans la nuit de mercredi 19 à jeudi 20 février à Paris à l’âge de 77 ans.

Pour aller plus loin…

Des sites à visiter

Des livres à lire

  • ANNE, Tristan et DE PISAN Annie, Histoires du MLF, Calmann-Lévy, 1977.
  • PAVARD, Bibia, Les éditions des femmes, Histoire des premières années, 1972-1979, « Inter-National », Série « Centre d’histoire de Sciences Po », Paris, 2005.
  • ZANCARINI-FOURNEL, Michelle, « Les féminismes : des mouvements autonomes ? », Le siècle des féminismes, Éliane Gubin (dir..), Éditions de l’Atelier, Paris, 2004.

 

1 Source : site officiel des éditions des femmes, « Historique ».

2 DE BEAUVOIR, Simone, Association du Mouvement pour les luttes féministes, Chronique d’une imposture, Du Mouvement de libération des femmes à une marque commerciale, 1981.

3 DONZEL Marie, WINCKLER, Martin, La sexualité est un jeu : 100 questions torrides sur la sexualité, Librio, 2010.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21 juillet 2014

    […] Qu'est-ce qu'une édition féministe ? Quelles qualités une maison d'édition qui se proclame « f&…  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *