Impressions au Salon de la revue culturelle à Paris : 11 et 12 octobre 2014

« …Car à la différence des quotidiens, les revues ont une mémoire… » (Christian Doumet, « Accueillir les périodicités », dans La Revue des revues, n°52)

affiche_salon

Affiche réalisée par Bernard Artal

La revue, format d’édition très particulier, permet la rencontre de lecteurs et de genres littéraires ayant beaucoup de difficultés à être diffusés. C’est le cas, par exemple, de la poésie, où l’on constate un besoin d’édition très diversifié et innovant pour attirer son lectorat. On peut donc dire que le format d’édition de la revue permet à tous ces genres peu médiatisés de continuer à exister, car les nouveaux médias et les modes de diffusion de masse traditionnels s’imposent de plus en plus pour promouvoir une littérature de la non diversité.

Au 24e salon de la revue, organisé par Ent’revues, à l’Espace d’animation des Blancs-Manteaux à Paris, qui s’est déroulé les 11 et 12 octobre, 900 revues, de tous formats et de thèmes, étaient exposées. L’organisateur publie La Revue des revues, le journal des revues culturelles. Parmi les revues présentées les visiteurs ont pu découvrir des revues historiques, telles que Phoenix anciens Cahiers du Sud (revue de poésie) – , ou même plus contemporaines telles Citrus et Pan,  revues illustrées.

Pendant deux jours, les visiteurs ont pu faire connaissance avec le monde de la revue ou se tenir informés des dernières parutions. Le salon consacre un espace très important aux nouvelles revues, celles qui viennent de naître et celles qui viennent d’intégrer la manifestation. 41 nouvelles revues, dont certaines très innovantes en matière de format et de thème, étaient présentées.

Nous avons, entre autres, remarqué le travail de la revue Inferno, dédiée aux arts de la scène, des éditions Al Dante. Ce projet a un fort intérêt quant à la collaboration entre éditeurs. Dans les projets d’édition donnant une place à l’illustration, on peut également citer les revues Citrus, GrumeauxPan et Papier Machine, qui sont très novatrices dans leurs façons de traiter les sujets de manière assez transversale et hétérogène et également par la diversité des auteurs qui y participent.

En tant que manifestation littéraire, le salon a organisé des rencontres, principalement proposées par les nouvelles revues intégrant le salon. Le premier numéro de la revue Incise portait le débat autour de la question « qu’est-ce qu’un lieu ? » pour le théâtre et le 4e numéro de la revue Grumeaux sur le fait d’« Occuper la page », en interrogeant les limites de la place du poète et son positionnement sur l’image et le texte. Une autre belle proposition d’origine belge a été faite par la revue Papier Machine et leur premier numéro nommé « Souffle ». Des sujets plus complexes ont également été abordés par une rencontre proposée par la revue Il Particolare – art/littérature/théorie critique – autour de la « Poésie, philosophie – réel ».

Le format numérique était également présent dans le salon, prouvant que la question de l’édition électronique reste toujours d’actualité. La plupart de ces revues numériques sont destinées à un public de scientifiques, d’universitaires, néanmoins on retrouve aussi d’autres revues plus accessibles pour le grand public.

Plusieurs presses universitaires étaient présentes, notamment les Presses universitaires de Rouen, Vincennes ou Caen. D’autres absentes pouvaient être retrouvées dans le vaste ensemble du catalogue numérique du projet OpenEdition/Cleo, comme les plateformes Cairn et Persée. La majorité des revues faisant partie du réseau, se trouve en format papier, les revues en format électronique sont, elles, moins nombreuses. Certaines sont éditées dans les deux formats, comme c’est le cas pour de nombreuses revues scientifiques.

Sans une initiative de salon comme celle-ci, la revue n’aurait pas beaucoup d’occasions d’être diffusée. Les caractéristiques remarquables de ce salon, particulièrement cette année, étaient la présence de projets jeunes, encadrés par des professionnels nouvellement arrivés dans le métier, des propositions éditoriales orientées vers la question de l’illustration et des sujets artistiques innovants. Le dialogue initié pendant les deux jours de cette manifestation a été l’occasion de montrer des projets qui se nourrissent  de collaborations et d’initiatives internationales pour un enrichissement à long terme.

Pour aller plus loin:

  •  Bibliographie Christian Doumet. Printemps des poètes.
  • La Revue des revues, n°52. Christian Doumet : « Accueillir les périodicités ».
  • Chaudoye, Geneviève, Autre édition sur un support différent : Graphisme & édition, Paris : Éd. du Cercle de la librairie, 2010, 153 pages.
  • Dans Les Matins de France-Culture. Du lundi au vendredi à 6h38, « L’essai et la revue du jour » de Jacques Munier. Une chronique sur l’actualité du livre de sciences humaines. Chaque jour,une revue à son programme
  • Initiative Le potager des revues. Des créations imaginées par les élèves après une sensibilitation aux archives (cette année dans le cadre du Salon de la revue, Jean Cayot et la revue Écrire). Le potager des revues.
  • Les manifestations amies du Salon de la revue :
    L’Autre livre / 14-16 novembre. Espace d’animation des Blancs Manteaux. L’autre livre.
    Salon des revues plurielles / 14-15 novembre. Maison de l’international. Grenoble.

Licence Creative Commons
Ce billet est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International. Les illustrations conservent leurs propres conditions d’utilisation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *