Prix Nobel de littérature, pertinence et conséquences

Le cru 2014 rassemble treize lauréats du prix Nobel, dont deux femmes. Huit nationalités sont représentées, avec les États-Unis, quatre nations européennes, et trois asiatiques ; dont l’Inde et le Pakistan. Cette promotion souligne les tendances fortes de l’attribution des prix Nobel depuis 1901. Sont ainsi à signaler l’hégémonie américaine, exceptée dans le domaine de la littérature, la faible part des prix attribués à des femmes, seulement 47 depuis 1901 et un eurocentrisme certain. Le Nobel de la Paix est le plus diversifié géographiquement, avec plus de 40 nationalités représentées.

Le lauréat moyen du prix Nobel de Littérature selon Le Monde

Nationalité, sexe, langue, portrait robot des prix Nobel  de littérature

Nationalité, sexe, langue, portrait robot des prix Nobel de littératureCrédits: « nationalité, sexe, langue: portrait-robot des prix Nobel de littérature » , Le Monde.fr 

Le lauréat moyen du prix Nobel de littérature est un Français ou un auteur de langue anglaise, originaire d’Europe et de sexe masculin qui écrit de la prose. Patrick Modiano remplit quatre de ces cinq critères. La France domine le classement des pays primés par le Nobel de Littérature avec quinze récompenses. Cependant si la France domine, le français est largement distancé par la langue anglaise qui représente près de 25 % des œuvres primées. Le comité Nobel est très souvent accusé d’être eurocentré, et pour cause la suprématie de l’Europe est sans contexte depuis 1901 ; eurocentrisme tout relatif puisqu’il faut attendre 2002 pour voir le premier lauréat hongrois, Imre Kertész. La victoire de Rabindranath Tagore en 1913 marque l’entrée d’un auteur non-européen dans le palmarès, le second sera l’américain Sinclair Lewis en 1930. Horace Engahl, secrétaire perpétuel du comité Nobel, déclare en 2008 dans une entrevue à l’agence Associated Press, rapporté par The Guardian : « Il existe bien sûr des auteurs forts dans toutes les grandes cultures, mais on ne peut pas nier le fait que l’Europe est toujours le centre du monde littéraire… pas les États-Unis […] les États-Unis sont trop isolés, ils ne traduisent pas assez et ils ne participent pas au dialogue des littératures33 ». Ces propos ont suscité la controverse et renforcé l’idée d’un anti-américanisme primaire de l’institution. En effet des auteurs comme Mark Twain, Arthur Miller, Willa Carter ou Francis Scott Fitzgerald n’ont jamais reçu la distinction.
La prose domine les types de genres présents dans le palmarès, suivie de la poésie. Lors de la décennie 1901-1910 prose, poésie, histoire, théâtre et philosophie ont été primés, ce qui n’est jamais arrivé à nouveau.
Enfin la question du genre des primés pose problème. Si la première femme à obtenir le prix est Selma Lagelöf, écrivaine suédoise en 1909, les primées féminines sont scandaleusement minoritaires avec seulement treize femmes sur cent-onze lauréats. Sur les quinze Nobel français de littérature, on compte quinze hommes.

L’attribution du prix Nobel de littérature, un chemin pavé de controverses

Le prix Nobel est un prix littéraire comme un autre, chaque année l’annonce du gagnant s’accompagne des hauts cris des observateurs mécontents ou des recalés. Les controverses qui entourent le Nobel de Littérature sont d’autant plus significatives que ce prix là est le plus prestigieux dans le monde et l’un des plus anciens.
La première critique, la plus récurrente et que l’on retrouve même dans la presse suédoise concerne directement l’Académie suédoise et le comité Nobel. Le comité Nobel se compose de cinq membres élus pour un mandat de trois ans, parmi l’effectif de l’Académie suédoise – dix-huit membres élus à vie. Un de ces cinq membres représente le comité en tant que secrétaire perpétuel. Ce sont ces deux groupes qui élisent le prix chaque année, récompensant « l’auteur de l’œuvre littéraire la plus remarquable d’inspiration idéaliste ». Dans les premières années cette notion d’idéalisme a privé de Nobel des auteurs comme Léon Tolstoï, Émile Zola, Anton Tchekhov ou Henry James jugés trop pessimistes. Afin d’accéder aux délibérations de l’Académie il faut être nominé par une personne qualifiée – 210 nominations en 2014 d’après le Huffington Post. Cette liste ne comporte en mai plus que cinq noms, à la suite des échanges entre les deux assemblées. Les membres du comité lisent pendant l’été la production de ces cinq auteurs. Pour être élu un auteur doit remporter plus de la moitié des votes.
Si l’on observe le palmarès, il se trouve que la Suède comptabilise autant de prix Nobel de Littérature que l’Asie et l’Afrique réunies (huit Nobel suédois – c’est à dire autant que l’Allemagne – pour quatre asiatiques et quatre africains). Sur ces huit lauréats seuls deux ne feront jamais partie de l’Académie suédoise. De plus, il faut noter que bon nombre d’écrivains reconnus n’ont jamais été primés car le Nobel ne peut être reçu à titre posthume – d’après la règle instaurée en 1974 – exception faite d’Erik Axel Karlfeldt en 1931, poète suédois, de surcroît secrétaire perpétuel du comité Nobel, qui avait pourtant refusé la distinction douze ans plus tôt. À cause de cette règle – tacite au départ – ne seront jamais primés : James Joyce, Virginia Woolf, Paul Valéry, le japonais Kōbō Abe, Marcel Proust, Rainer Maria Rilke, Federico García Lorca ou Franz Kafka dont l’œuvre est principalement posthume. Enfin en 1974, sont récompensés deux Suédois membres de l’Académie – Eyvind Johnson et Harry Martinson – peu connus du grand public alors que Graham Greene, Vladimir Nabokov étaient en lice.
Les archives des délibérations demeurent secrètes pendant cinquante ans. En janvier 2013 par exemple, le monde découvrait que John Steinbeck, primé en 1962, l’a été par défaut et au dépend du français Jean Anouilh ou de l’anglais Robert Grave entre autre. Récompenser Jean Anouilh était impossible seulement deux ans après Saint-John Perse, la danoise Karen Blixen est morte en septembre 1962 et Robert Grave, poète anglo-saxon était « écrasé » par la figure d’Ezra Pound, trop politisé pour prétendre au Nobel mais indiscutablement meilleur poète de sa génération. À la surprise générale, Steinbeck a donc été élu, longtemps après avoir publié ses chefs d’œuvres (Des souris et des hommes, 1937 ; Les Raisins de la colère, 1939 et À l’est d’Éden, 1952).

L’institution du Nobel n’est pas figée sur ses principes, elle n’hésite pas à revenir sur son propre palmarès de manière critique. Ainsi sur le site internet du Nobel l’on peut lire : « Les résultats de la période 1930-1939 sont les plus pauvres. […] la période offre plusieurs lauréats jugés à juste titre médiocres – et dissimule de nombreux cas de négligence : Virginia Woolf aurait dû être récompensée au lieu de Perle Buck, et ainsi de suite. L’Académie de l’entre-deux-guerres ne disposait pas tout simplement des outils nécessaires pour évaluer l’une des périodes les plus dynamiques de la littérature occidentale. »

Qu’est ce que la neutralité ?

Les liens entre le Nobel de littérature et le monde politique sont très ambigus. Il est presque impossible d’émettre un avis tranché sur la question tant les faits sont contradictoires. Certains grands noms de la littérature mondiale ont été écartés à cause de leur sympathie pour des dictateurs, penchants politiques ou antisémites comme Jorge Luis Borges, Ezra Pound, Louis-Ferdinand Céline. Cependant le Nobel a souvent plébiscité des auteurs exilés, dissidents ou censurés comme les soviétiques Boris Pasternack (Docteur Jivago, Nobel 1958, forcé par les autorités de refuser le prix) et Alexandre Soljenitsyne (Nobel 1970, qui n’obtient le prix qu’après son expulsion d’Union soviétique en 1974), le chilien Pablo Neruda (Nobel 1971), ou le français d’origine chinoise Gao Xingjian (Nobel 2000). Qu’en est-il de la neutralité de l’institution ?

Il est à noter que pendant les années 30 aucun auteur contestataire à l’encontre d’Hitler n’a été récompensé – Bertolt Brecht ou Hermann Broch – alors que le Nobel de la Paix est attribué à l’intellectuel Carl von Ossietzky, fervent opposant en 1935. Après cette nomination, Hitler établit un décret qui interdit à tous ressortissant germanique d’accepter un Nobel, trois lauréats en sciences devront donc le refuser momentanément. Deux proches de Staline ont connu des destinées diverses, Maxime Gorki un des pères du concept de réalisme socialiste a été écarté du prix, tandis que son disciple Mickaïl Sholokov est primé en 1965. À l’image de ce dernier, des auteurs accèdent au Nobel malgré leurs « sympathies » avec des dirigeants de régimes communistes ou totalitaires tels que Jean-Paul Sartre, Pablo Neruda ou Gabriel García Márquez. Dernier exemple en date, le chinois Mo Yan, prix Nobel 2012 (dont le nom de plume signifie littéralement : « celui qui ne parle pas »), et membre du parti, est accusé d’être trop proche du pouvoir. L’artiste Ai Weiwei, lui reproche de suivre « très clairement la ligne du parti et dans plusieurs cas, [de n’avoir] montré aucun respect pour l’indépendance des intellectuels » comme le rapporte le Magazine littéraire. Bibliobs mentionne la réaction ulcérée du Nobel 2009 Herta Müller qui qualifie cette nomination de « catastrophe » et ajoute : « C’est une claque pour tous ceux qui travaillent à la démocratie et en faveur des droits » et « donner ce prix à un pareil écrivain, c’est une insulte à l’humanité et à la littérature. C’est une honte que le comité ait fait ce choix, qui ne rend pas honneur à la littérature ».
Le comité Nobel est cependant très rigide sur sa neutralité, lors des grands conflits mondiaux, le mot d’ordre est « intégrité politique ». Ainsi lors des guerres mondiales, les prix ne sont pas attribués (comme en 1914, 1918 et de 1940 à 1943) ou alors couronnent des auteurs universalistes ou pacifistes comme Romain Roland en 1915. Cette neutralité se manifeste également par la volonté forte de l’Académie de ne pas rentrer dans les débats publics mais aussi de ne jamais sanctionner les Nobel élus, puisque aucun d’entre eux ne peut être révoqué. De nombreuses voix se sont élevées en 1989 après que Salman Rushdie ait été écarté du palmarès et que le comité Nobel n’ait pas condamné la fatwa lancée contre lui par l’ayatollah Rouhollah Khomeini – à la suite de la publication des Versets sataniques. En signe de protestation la romancière Kerstin Ekman démissionnera de son poste à l’Académie suédoise. Autre scandale, autour du Nobel 1999 Günter Grass, après que soit révélé par la presse allemande en 2006 qu’il s’était engagé volontairement dans la Waffen-SS en 1944. Puis à nouveau en 2012 après la publication de son poème en prose Ce qui doit être dit, dans un journal munichois. Poème dans lequel il accuse Israël d’être une menace pour la paix mondiale. Les médias internationaux insistent pour que lui soit retiré son prix ou tout du moins l’argent qui lui a été donné mais Peter Englund, secrétaire permanent, indique que Grass a été primé pour « son mérite littéraire » et qu’il n’est pas question de lui retirer quoi que se soit, (propos repris par l’Obs).
La question se pose après ces deux exemples éloquents de savoir quel est le rôle du comité Nobel. Doivent-ils prendre part à la vie publique et sanctionner d’éventuels dérapages ? Soutenir les auteurs en danger ? Ou bien doivent-ils maintenir leur position de neutralité et ne se préoccuper que de littérature ? Le site Slate.fr reprend les propos de Josepha Laroche, dans son essai Les Prix Nobel, sociologie d’une élite transnationale (aux éditions Liber). Elle indique ainsi « Il n’y a pas d’équation entre la valeur littéraire et le Nobel. Un grand écrivain novateur ne mérite pas forcément le prix. Il s’agit d’incarner dans sa personne, mais aussi dans son œuvre, des valeurs de respect des droits des peuples. Le Nobel, y compris en littérature, a pour horizon la pacification des relations internationales. »

Patrick Who ?

Les jurés du Nobel sont fréquemment taxés d’élitisme culturel. Les auteurs qui accèdent au prix sont souvent méconnus du grand public et les écrivains plus populaires et à large audience sont exclus. L’Académie recherche également la surprise et refuse les choix jugés trop « prévisibles » ou « populaires », comme l’indique le London Time en 1997 quand l’homme de théâtre italien Dario Fo est distingué plutôt que Salman Rushdie ou Arthur Miller.

Patrick Modiano

Patrick Modiano

Nous pouvons retrouver cette problématique avec la nomination de Patrick Modiano accueillie plus que tièdement par les médias anglo-saxons. L’auteur n’était pas vraiment pressenti comme l’indique cet article du Huffington Post, daté de la veille de l’annonce officielle. Les noms qui sont murmurés sont ceux de « Haruki Murakami, Svetlana Alexievitch, Adonis, Ngugi wa Thiongo, Nuruddin Farah, Milan Kundera », Joyce Carol Oates et Anne Carson semblent disqualifiées d’avance à cause de leur proximité géographique et langagière avec Alice Munro, lauréate en 2013, tandis que « Le Syrien Adonis, le Français Yves Bonnefoy ou le Sud-Coréen Ko Un » peuvent avoir une chance en tant que poète ou dramaturge. Milan Kundera, 85 ans, peut être envisagé sachant que la règle interdisant le Nobel posthume a déjà influencé l’Académie. Enfin Patrick Modiano et Philip Roth sont évoqués par les sites de paris en lignes.
Patrick Modiano a dont été récompensé pour « l’art de la mémoire avec lequel il a évoqué les destinées humaines les plus insaisissables et dévoilé le monde de l’Occupation ». Per Wästberg, président du comité Nobel, indique qu’il est « le meilleur écrivain français vivant » comme le rapporte La Croix. La presse française se félicite de cette victoire et fait figurer dans ses articles, à peu de choses près, les mêmes informations. Modiano est le quinzième écrivain français à être primé et il arrive six ans après Le Clézio. Il a publié une trentaine de romans, toujours chez Gallimard grâce au coup de pouce de Queneau, depuis La Place de l’étoile en 1968, prix Roger-Nimier. Traduit dans 36 langues, il a obtenu plusieurs prix par la suite dont le Goncourt pour Rue des boutiques obscures (1978) et le grand prix du roman de l’Académie française avec Les Boulevards de ceinture (1972). Dans ses œuvres l’on retrouve surtout Paris, le Paris de la Seconde Guerre mondiale, celui de l’Occupation et de la collaboration, où le « poids des événements tragiques d’une époque troublée sur le destin de personnages ordinaires » est représenté. Il est décrit comme l’auteur d’un seul livre. On peut résumer la façon dont les médias présentent ses thématiques de prédilection par cette courte citation de Sabine Audrerie dans les colonnes de La Croix : « la mémoire toujours fictionnalisée sous sa plume, avec l’oubli, l’identité, la culpabilité, le temps ». Les journalistes se penchent également sur son style : la « petite musique de Modiano ». Grégoire Leménager pour L’Obs écrit : « C’est la voix d’un grand poète en prose, obsédée, obsédante, et qui, partie d’une fascination contrariée pour la violence de Céline, n’a cessé d’un titre à l’autre d’aller vers plus d’épure […] sans jamais se soucier d’aucune mode », avec une écriture « simple, limpide et musicale » en contraste avec celle de Proust, qui traite du même sujet, la mémoire, plus « ample » et quelque peu similaire à celle d’Hemingway pour sa concision ; selon Per Wästberg, dans un entretien avec Sabine Audrerie.
Pour la presse anglo-saxonne, réaliser un portrait de ce nouveau Nobel a été un peu plus ardu. Tous ont repris la formulation du secrétaire permanent du comité Peter Englung, à savoir que Modiano est un « Marcel Proust moderne ». Pour le New Yorker son style est « certainly French » tandis que le New York Times qualifie son œuvre de « lunatique, succinct et occasionnellement onirique ». Le journaliste indique également que malgré le fait qu’il soit prolifique, seulement une douzaine de titres sont disponibles en anglais. Tous indiquent que Modiano n’est pas connu à grande échelle hors de France, son Goncourt – c’est-à-dire son best-seller – s’est vendu à 2 425 exemplaires aux États-Unis. Le Times rappelle que dans le passé le comité Nobel a été critiqué pour favoriser d’« obscur auteurs eurocentristes » au détriment des écrivains « largement lus », le choix de Munro l’an dernier semblait augurer d’un changement de cap, mais le comité retombe dans ses travers avec la nomination de Modiano. En Angleterre le problème est le même, The Guardian révèle que la plupart des Anglais n’ont jamais entendu parler de lui. De nombreux articles insistent sur le fait que le dernier ressortissant américain à avoir été récompensé est Tony Morisson en 1993, il y a plus de vingt ans. Certains titres montrent sans équivoque le ressenti de la presse anglo-saxonne : « Le vrai scandale de la victoire au Nobel de Patrick Modiano est que Philip Roth est – encore – un gros  »loser » » d’Emma Brockes pour The Guardian ou « Patrick Modiano, le prix Nobel et ce que (le cas échéant) cela signifie » pour le LA Times.
Il est intéressant de noter que seuls les médias anglo-saxons citent les livres jeunesse produits par Modiano dont Catherine certitude, illustré par Sempé ; des livres qui sont occultés dans la quasi totalité des articles français. Ces articles ne mentionnent pas les emprunts de Modiano au roman d’espionnage et de détectives, une ambiance de « film noir » qui est mise en avant dans les articles d’outre-manche et américains par exemple pour The Guardian. Un prix Nobel de littérature français peut-il écrire des romans de détectives ou pire des livres pour la jeunesse ?

Ce que le Nobel représente vraiment : l’impact en librairie

En France la librairie Gallimard à Paris a indiqué à l’AFP le 11 octobre, avoir vendu tout son stock de Modiano – en poche et grand format – excepté pour le dernier sorti le 2 octobre, Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier, imprimé initialement à 60 000 exemplaires. Gallimard a lancé une réimpression de 100 000 exemplaires de ce volume avec le bandeau « Prix Nobel », et des titres précédents – en poche et grand format – pour un total de 250 000 exemplaires. Gallimard a gelé les stocks et ne fait aucun réassort avant d’avoir pu placer ces bandeaux sur les livres. L’édition « Quarto » – regroupant 10 titres – sera retirée à 160 000 exemplaires tandis qu’un coffret « folio » verra le jour en novembre avec quatre de ses meilleurs succès. Pour avoir un ordre d’idée, le « best-seller » de Modiano, son Goncourt, s’est vendu dans le monde à 530 000 exemplaires avant le Nobel.

Aux États-Unis, Modiano est édité par des presses universitaires et l’éditeur indépendant David R. Godine. Celui-ci annonce 15 000 copies des trois livres qu’il a en stock, deux romans et un livre jeunesse. Avant le Nobel, il avait vendu aux États-Unis 8 000 copies. Après l’annonce du prix, les Presses Universitaires de Yale ont indiqué avancer la publication de trois romans de Modiano – prévus pour février – au mois de novembre et imprimer 20 000 copies pour la première impression à la place des 2 000 prévus initialement. Sur Amazon, Patrick Modiano est passé de la 76 199e place à la 6e entre 9h et 16h30, le jour de l’annonce du résultat.

Selon le classement IPSOS/Livre Hebdo, dès le 17 octobre Modiano était à la seconde place des meilleures ventes de la semaine, derrière Zemmour mais devant Trierweiler. Dès sa sortie Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier s’est hissé à la 9e place du classement. Certains libraires se montrent plus que ravis de mettre en avant le catalogue de Modiano. « Un prix quel qu’il soit dope toujours les ventes, et le prix Nobel est le plus important d’entre eux », fait remarquer Guillaume Husson, délégué général du syndicat de la librairie française. L’impact d’un Nobel est bien plus significatif qu’un Renaudot ou un Goncourt puisque le Nobel met en valeur une œuvre intégrale et non un seul livre et que cette distinction est internationale. Aux États-Unis Munro a vu ses ventes augmenter de 3 000 à 32 600 unités sur une semaine. En 2008, Le Clézio a vendu 720 000 titres dans les trois mois suivant l’annonce du Nobel, d’après les données recueillies par Julien Marion pour le site BFM business. Il y a deux pics significatifs pour les ventes : la semaine de l’annonce du lauréat ainsi que la semaine de la remise effective du prix, au environ du 10 décembre.

Les ventes sont surtout spectaculaires dans le pays d’origine du lauréat. Selon le pouvoir chinois, Mo Yan, aurait multiplié par 33 son volume de vente, comme le note Laszlo Perelstein pour La Tribune.
Dernière preuve s’il en faut de l’impact du Nobel, les pirates aussi suivent l’actualité littéraire et proposent des contrefaçons des livres électroniques de Modiano. Nicolas Gary rapporte que François Bon a indiqué sur Facebook avoir aperçu sur le site Torrent411 un pack de 20 e-books regroupant l’œuvre du Nobel ; le 11 octobre ce pack avait déjà été téléchargé plus de 3 200 fois.

Licence Creative Commons
Ce billet est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International. Les illustrations conservent leurs propres conditions d’utilisation.

3

  1. Toutes les traductions sont de l’auteur333

3


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Dimitri dit :

    Borges n’a jamais eu des sympathies pour les dictatures. Il faut savoir qu’il a signé une déclaration contre le nazisme à une époque où ce n’était pas courant.

    Le coup d’état des militaires argentins de 1976 a eu lieu quand il avait 77 ans, un âge où il s’intéressait depuis très longtemps à la philosophie. Il n’a jamais participé en politique.

    Borges n’a pas reçu le Nobel de Littérature peut-être parce que c’était un prix trop petit pour lui…

  1. 12 octobre 2016

    […] et des Nobels de littérature qu’elle désigne, c’est celle de son élitisme supposé. Comme le notait le blog Le Monde du livre en 2014, « les auteurs qui accèdent au prix sont souvent méconnus du grand public et […]

  2. 5 octobre 2017

    […] et des Nobels de littérature qu’elle désigne, c’est celle de son élitisme supposé. Comme le notait le blog Le Monde du livre en 2014, « les auteurs qui accèdent au prix sont souvent méconnus du grand public et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *