Fiche de lecture : La Construction de la visibilité littéraire en bibliothèque, Cécile Rabot

À l’instar de l’offre pléthorique que représente la production éditoriale, la bibliothèque met à la disposition de tous une quantité de documents qui peut être difficile à appréhender pour l’usager. Il appartient alors aux bibliothécaires de leur proposer des repères face à ce fonds. Cela passe par diverses formes de valorisation, et notamment par la mise en place de présentoirs indiquant les « nouveautés », les « coups de cœur » ou encore des sélections qui sont le fruit d’opérations spécifiques. À partir d’une étude approfondie du réseau des bibliothèques de la ville de Paris, Cécile Rabot nous propose une réflexion, aboutissement de sa thèse, qui analyse le choix des documents bénéficiant d’une mise en visibilité par les bibliothécaires. Ces choix sont révélateurs du rôle que le service public veut endosser, tout comme de l’image que l’institution veut renvoyer et de l’identité professionnelle que les bibliothécaires se construisent.

La production éditoriale de plus en plus dense pousse à se concentrer sur un faible nombre d’ouvrages qui jouissent d’une très forte médiatisation de la part de la presse, notamment en ce qui concerne les ouvrages primés (ch. I). Les biens culturels constituent des « biens d’incertitude » (p. 10) dont la valeur n’est pas statuée tant qu’on n’en a pas fait l’expérience. Le lecteur recherche alors des informations susceptibles de l’aiguiller dans la jungle littéraire, afin de minimiser le risque d’être déçu par son expérience de lecture. De ce fait, le rôle des bibliothèques est essentiel dans la construction de la visibilité des ouvrages. De par leur qualité de service public, on attendrait d’elles qu’elles valorisent des ouvrages peu médiatisés, en vue de proposer une politique d’offre qui élargirait les horizons littéraires de ses usagers et favoriserait une diversité éditoriale. Cependant, l’analyse des présentoirs révèle que les bibliothécaires placent essentiellement en « nouveautés » ou en « coups de cœur » des ouvrages à la visibilité déjà constituée ailleurs, généralement dans la presse : l’usager tend en effet à être attiré par ce dont il a déjà entendu parler. Cela est d’autant plus vrai que la présence d’un ouvrage sur un présentoir le fait bénéficier d’une caution apportée par les bibliothécaires.

Deux types de valorisation, centrés sur les collections, priment en bibliothèque : les bibliographies et les présentoirs (ch. II). Les deux misent sur la matérialité de l’ouvrage, en proposant un visuel de la première de couverture dans le premier cas, et le livre physique, en facing, dans le deuxième. Le jeu qui s’établit, basé sur des logiques commerciales, vise à attirer l’œil du potentiel emprunteur. Par le biais de ces présentoirs, il ne s’agit pas d’instaurer une offre ; le but est de provoquer des échos chez le lecteur par un effet de résonance avec la presse : « un livre inconnu n’est pas vu » (p. 88) rappelle Dominique Lahary, bibliothécaire. Par ailleurs, l’action culturelle mise en place dans les bibliothèques participe également à une forme de mise en visibilité (ch. III). Toutefois, c’est moins le fonds que l’établissement en lui-même qu’elle contribue à valoriser, en affichant une image moderne de la bibliothèque où la littérature est en train de se faire. Les clubs littéraires contribuent à en faire un lieu vivant et dynamique, tandis que les prix littéraires décernés par certaines bibliothèques revendiquent la participation à « la production des valeurs littéraires » (p. 97) en faisant connaître ou reconnaître un auteur.

Les bibliothécaires « renforce[nt] une visibilité déjà là » (ch. IV) par la valorisation d’œuvres, d’auteurs ou d’éditeurs dominants, dont la promotion n’est plus à faire. En 2007, sur les présentoirs de « nouveautés » des bibliothèques de la ville de Paris, 38 % des livres sont issus de six grandes maisons : Albin Michel, Fayard, Flammarion, Gallimard, Plon et Le Seuil (p. 120). Pourtant, les bibliothécaires pourraient privilégier une certaine diversité et encourager la mise en avant de petites maisons qui peinent à se faire une place dans le paysage éditorial. Ce phénomène de domination touche aussi les aires géographiques et linguistiques. La littérature traduite issue des pays occidentaux, et notamment des pays anglophones, bénéficie d’une meilleure visibilité par rapport à une littérature originaire de pays aux codes culturels moins familiers pour le lecteur, qui pourraient empêcher une forme d’identification. Les genres ne sont pas en reste et le théâtre comme la poésie, jugés trop élitistes, sont absents des présentoirs au profit du roman. À côté de cela, la possible médiatisation des ouvrages par la presse – Livres Hebdo est un incontournable – peut déterminer leur sélection en « nouveautés » ou en « coups de cœur ». Une bibliothécaire souligne cette « opposition, révélatrice de l’ambiguïté de la profession, entre la revendication d’un jugement autonome et la réalité d’une soumission à la critique de presse » (p. 1555

  • ), voilà le crédo de mise. La diffusion des savoirs reste la mission fondamentale des bibliothèques, et la littérature apparaît comme un médium capable de véhiculer certaines valeurs en apportant au lecteur une meilleure connaissance de soi et du monde qui l’entoure.

    Le service public que constitue la bibliothèque doit jongler entre ses multiples missions – promotion de la lecture, encouragement de la diversité éditoriale et du processus de création – et les comptes qu’il doit rendre aux élus municipaux en termes de fréquentation et de taux de rotation moyen des ouvrages. Les bibliothécaires doivent pour cela déployer des stratégies de mise en avant de contenus issus de la grande production pour, en marge, œuvrer à la construction du champ littéraire. L’objectif est finalement d’instaurer une relation privilégiée avec les usagers, inscrite dans la durée. Ainsi, plus ils fréquentent l’institution de la bibliothèque, plus ils peuvent, selon les termes de Marie-Rose Guarniéri, fondatrice de la Fête de la librairie indépendante, « rencontrer des livres qu’ils attendent, mais aussi des livres qu’ils n’attendent pas » (p. 36555

  • 366-animations-en-librairie-et-en-bibliotheque-quelles-synergie-quelle-complementarite »>Animations en librairie et en bibliothèque : quelles synergies ? Quelle complémentarité ?, journée d’étude organisée par l’Arald et l’enssib, juin 201555
  • 4.
    • CALENGE, Bertrand (dir.), Bibliothécaire, quel métier ?, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, coll. « Bibliothèques », 2004.
    • HUCHET, Bernard (dir.), et PAYEN, Emmanuèle, L’Action culturelle en bibliothèque, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, coll. « Bibliothèques », 2008.
    • RABOT, Cécile, 555
    • -0046-008″>« La fabrication de l’auteur par les bibliothèques de lecture publique », Bulletin des bibliothèques de France, n° 555
    • 5


    Vous aimerez aussi...

    1 réponse

    1. 13 novembre 2017

      […] La Construction de la visibilité littéraire en bibliothèque, Cécile RABOT, Villeurbanne. Presses… […]

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.