Étude de la collection « Lettres russes », Actes Sud

Les éditeurs français ont ignoré la Russie pendant des années et au fur et à mesure de la reconstitution du monde de l’édition russe, ils y ont prêté une attention croissante ; l’édition n’a rien à voir avec la philanthropie. Cependant, le goût pour la littérature russe a toujours favorisé un flux d’auteurs russes dans la production des éditeurs français. Il est extraordinaire de voir que l’on réédite aujourd’hui Chalamov dans son intégralité. J’admire l’éditeur ; l’auteur est immense ; cela n’a rien à voir avec les évolutions économiques ni avec le calcul économique, seulement avec la grande littérature 1.

Consulter le dossier en PDF

Plan

I. La littérature russe comme identité des éditions Actes Sud

La figure de Nina Berberova

Les différents visages de la littérature russe chez Actes Sud

La figure de Markowicz

II. Les « Lettres russes » : une collection centrée sur la nouvelle Russie

L’aspect matériel de la collection « Lettres russes » chez Actes Sud

Des auteurs contemporains

Les traducteurs de la collection


Introduction

Dans une interview, Anne Duruflé, « chargée de mission auprès du directeur général de la Coopération internationale et du développement (DGCID), attachée culturelle à l’ambassade de France à Moscou de 1998 à 2003 2 », donne un bref aperçu des relations éditoriales entre la France et la Russie. La dimension économique est ici laissée de côté et c’est bien la grandeur de la littérature russe qui est mise en avant. En outre, elle estime que les premiers acteurs dans la promotion de la littérature russe en France sont les éditeurs, puis les traducteurs. Elle ajoute que la littérature classique russe « continue d’être un argument de vente très efficace 3  ». Nous avons pu effectivement constater que la langue russe est la septième langue la plus traduite en France. La littérature traduite représente 18 % de l’édition, dont 1 % pour la littérature russe. Selon l’ATLF, trente-quatre traducteurs du russe vers le français sont recensés en France. Si cela peut paraître peu par rapport aux traducteurs de l’anglais (513), de l’allemand (166), de l’italien (121), cela reste convenable par rapport aux traducteurs du turc, d’autant plus que Jörn Cambreleng se montre « optimiste pour l’emploi des jeunes traducteurs du russe et du chinois 4  » par rapport au nombre toujours croissant de traducteurs anglais, et donc sous-employés. En 2012, « 1 185 titres russes ont été traduits dans le monde parmi lesquels 817 titres ont été traduits en anglais pour un tirage global de 1,8 million d’exemplaires 5  ». Comme on le constate sur les rapports du CNL de 2012 à 2014, six aides à l’intraduction (du russe au français) en 2014, quatre en 2013 ainsi qu’en 2012. Presque toutes ont été attribuées par la Commission des littératures étrangères pour des auteurs contemporains principalement, comme Svetlana Alexievitch en 2013 pour La Fin de l’homme rouge ou le temps du désenchantement, et Zahkar Prilepine en 2012 pour Le Singe noir, tous deux publiés chez Actes Sud.

Qu’en est-il de la réception dans les bibliothèques et les librairies ?

Nous nous sommes en effet interrogées sur la place de la littérature russe dans les espaces culturels français et plus précisément à Aix-en- Provence, notre lieu d’études. Nous avons relevé à la Méjanes (bibliothèque municipale), au rayon « littérature russe », la présence de dix-neuf maisons d’édition. Une forte majorité de livres est publiée chez Gallimard (17) : « Pléiade », « Folio », « Classiques russes » et « du Monde entier ». Puis apparaissent Fayard (11) ; Syrte (4) ; Seuil (3) et Actes Sud (2). Et enfin, avec un titre : Le Bruit du Temps, Laffont, Verdier, Interférences, Autrement, Noir sur Blanc, Rivages, Olivier, Anatolia, Belfond, Jacques Damase, La Différence (coll. « Littérature étrangère ») et Albin Michel. Les auteurs les plus présents sont Dostoïevski, Pouchkine, Tolstoï, Tchekhov, Gogol et Marina Tsvetaïeva. Nous pouvons donc constater que les auteurs dits « classiques » sont omniprésents, contre une faible part d’auteurs contemporains. Pourquoi les éditions Actes Sud sont-elles si peu représentées, alors qu’elles jouent un rôle essentiel dans la diffusion de la litterature, avec son traducteur Markowicz et sa collection « Lettres russes » ? De plus, à la Librairie de Provence, le rayon « littérature russe » n’est dédié qu’aux grands formats, c’est-à-dire aux nouveautés. Les œuvres dites « classiques » sont disponibles en poche, ou dans la collection « Babel » d’Actes Sud. On trouve donc dans ce rayon, seize maisons d’édition : Gallimard (4 titres ; collections « Du Monde entier », « L’imaginaire »), Laffont (4), Actes Sud (3 titres ; « Thesaurus »), Le Bruit du temps (2), les Cahiers de l’Herne (2), Interférences (2), La Différence (2) ; et avec un titre : Verdier, l’Aube, Viviane Hamy, Mirobole, Escales, L’Olivier, Libretto, Motifs, Circé, Piranha. On retrouve les auteurs suivants : Adamovitch, Astafiev, Berberova, Chargounov, Chalamov, Gontcharov, Gazdanov, Prilepine, Soljenitsyne, Sorokine, Sakinkov, Stepnova. D’après la libraire, les titres de Nina Berberova sont très peu demandés. Par ailleurs, elle propose une dizaine de livres en langue russe : des classiques de la littérature russe comme des œuvres traduites (Le Petit Prince). À la librairie Goulard, il n’existe pas de rayon dédié à la littérature russe. Celle-ci est mêlée aux ouvrages de littérature d’Europe de l’Est. Elle peine donc à se faire une place dans cette librairie à travers les éditions Verdier, Circé, Gallimard, Actes Sud et des Cahiers de l’Herne. Au rayon « œuvres complètes », on peut trouver l’ensemble de la traduction des œuvres de Dostoïevksi par Markowicz, chez Actes Sud.

Cette enquête nous a permis de nous donner une idée de la place des ouvrages russes dans les lieux culturels de la ville, mais aussi des maisons d’édition françaises publiant des ouvrages traduits du russe. Certaines ont même consacré une collection à cette littérature. On peut citer tout d’abord les éditions Alidades, avec la collection « Petite Bibliothèque russe », qui a débuté en 1995 avec l’ouvrage En route, par toute la terre d’Anna Akhmatova 6. On y trouve aujourd’hui vingt-six titres (romans, nouvelles, recueils de poésie) et des auteurs comme Tourgueniev, Astafiyev ; des traducteurs comme Jacques Imbert, Irène Imart et Christian Mouze. Nous pouvons également citer les éditions Verdier.

Créées en 1979, les éditions Verdier sont spécialisées dans la littérature française et étrangère ; notamment la littérature russe. Elles comptent aujourd’hui deux collections russes : « Slovo » et « Poustiaki ». Les éditions Verdier ont remporté plusieurs prix littéraires, comme le prix France Culture avec Le Poing dans la bouche, en 2004, ou encore le prix Russophonie pour la traduction de Souvenirs du futur, en 2012.

Les éditions de l’Aube, créées en 1987, proposent également des ouvrages de littérature russe, notamment dans la collection « Regards croisés » qui réunit des auteurs du monde entier. La collection compte aujourd’hui des traductions de dix auteurs russes ; traductions qui lui ont valu de recevoir de nombreux prix littéraires français tels que les prix Debut, Vernets, Erika et de l’Union des écrivains.

Enfin, la grande maison Gallimard joue un véritable rôle, au travers de trois de ses collections, sur l’implantation de la littérature russe en France. La première, « Du monde entier », est la grande collection de littérature étrangère de la maison. On y trouve par exemple le roman russe contemporain d’Olga Slavnikova, 2017. La deuxième, « Les Classiques russes », créée à la suite du rachat du fonds des Éditions Bossard en 1934, propose un choix de nouvelles traductions d’œuvres maîtresses comme Crime et Châtiment ou Anna Karénine, qui a reçu le prix Langlois en 1936. La plupart de ces livres ont été réédités dans la collection « Folio classique » ; les derniers livres parus dans la collection « Classiques russes » datant de 1958. Enfin, la dernière collection est « Littérature soviétique » qui a pour ambition de faire connaître l’ensemble des littératures de l’URSS. Le dernier titre remonte à 1980. Elle comporte soixante-trois titres et son auteur phare est Constantin Paoustovski. Ces trois collections se consacrent presque exclusivement à la publication d’œuvres modernes et classiques et la part des auteurs contemporains y reste restreinte.

Parmi ce paysage éditorial français jouant un rôle dans la diffusion de la littérature russe, nous n’avons pas encore cité Actes Sud, car c’est en effet sur cette maison et l’une de ses collections en particulier, « Lettres russes », que nous nous penchons pour cette étude. Actes Sud est désormais reconnue en tant que maison d’édition marquée par la littérature traduite : notamment avec les vingt-deux collections de « Lettres » dont fait partie « Lettres russes », ainsi que « Lettres turques », que nous avons étudiée au cours du séminaire dédié à la littérature traduite 7. Nous avons choisi les éditions Actes Sud pour nous confronter à des problématiques éditoriales autour de la littérature étrangère. Quelle place accorder à la littérature russe aujourd’hui en France ? Plus précisément, comment une maison d’édition comme Actes Sud peut-elle se démarquer des nombreuses autres maisons publiant aussi des ouvrages traduits du russe ? Avant de nous focaliser sur la collection de littérature russe des éditions Actes Sud, nous commencerons par montrer en quoi la litterature est aux origines de cette maison.

I. La littérature russe comme identité des éditions Actes Sud

Les éditions Actes Sud ont pris leur essor grâce à la littérature traduite. Comme nous le verrons, Nina Berberova, femme de lettres russe, est considérée comme la figure emblématique de la littérature russe et d’Actes Sud. En plus de la collection « Lettres russes », on retrouve des ouvrages traduits du russe, notamment par André Markowicz, dans d’autres collections.

La figure de Nina Berberova

Nina Berberova est née à Saint-Pétersbourg en 1901 dans une famille russo-arménienne et décédée à Philadelphie en 1993. Elle quitte la Russie en 1922, lors de l’expulsion de l’intelligentsia russe, s’installe à Paris avant d’émigrer aux États-Unis en 1950. D’abord auteure de poèmes, elle est également critique littéraire et essayiste. À partir de 1958, elle enseigne la littérature russe à l’univeristé Yale. Elle est également connue pour ses traductions, comme La Condition inhumaine : cinq ans dans les camps de concentration soviétiques de Jules Margoline, en 1949. Une grande partie de son œuvre fut publiée à titre posthume et fut entièrement traduite en français chez Actes Sud. En effet, elle rencontre en 1985 une traductrice de russe, Lydia Chweitzer, et surtout un éditeur, Hubert Nyssen.

Directeur de la jeune maison d’édition Actes Sud, alors spécialisée dans la cartographie thématique et statistique, il décide d’ouvrir son catalogue littéraire avec les œuvres de deux auteurs étrangers : Nina Berberova et Paul Auster. Comme le dit Hubert Nyssen dans une interview,

Nina Berberova et Paul Auster n’étaient ni découverts, ni édités. Pourtant, à 80 ans, Nina avait déjà toute une œuvre derrière elle quand je l’ai rencontrée. Je l’ai faite traduire dans 27 langues. Quant à Paul Auster, tous les éditeurs américains l’avaient refusé, parce qu’ils ne cherchent que des choses qui se font déjà. Pour moi, l’édition est un métier où on ne peut réussir que si l’on est profondément convaincu de la qualité de l’œuvre et de la nécessité de la faire reconnaître 8.

Il a donc joué un grand rôle dans la diffusion des ouvrages de cette auteure russe, exilée aux États-Unis. Cependant, bien plus qu’un écrivain en particulier, c’est toute la littérature étrangère que H. Nyssen a voulu mettre en avant, à travers des genres divers (romans, théâtre, essais…) et plus de vingt langues. Il considère qu’en France le public est plutôt réticent à l’idée d’acheter des livres d’auteurs qu’il ne connaît pas. Le rôle de l’éditeur serait bien alors de diffuser au plus grand nombre une littérature de qualité, comme le souligne Anne Duruflé dans la revue Regard sur l’Est10 . L’œuvre de Nina Berberova est, selon lui, une « découverte absolue ». Cette auteure vient à la fois lancer la maison d’édition dans les années 1980, lui donner une place importante dans le paysage éditorial français, et couronne encore aujourd’hui le catalogue d’Actes Sud. Elle donne un sens et une unité à cette maison, d’ailleurs installée place Nina-Berberova en Arles.

En littérature nouvelle contemporaine, je suis extrêmement fier d’avoir découvert Paul Auster. Quant à la découverte absolue, c’est Nina Berberova. D’autant plus que cette découverte a complètement démoli la conviction que j’avais que, depuis les années vingt, il n’y avait plus de chef-d’œuvre passé inaperçu. Je pensais que l’édition était devenue si accueillante, si prolifique, si attentive, qu’elle allait si fort au devant des auteurs, que cela n’était pas possible qu’un grand auteur lui échappe. Or Berberova a écrit l’essentiel de son œuvre entre 1925 et 1950, ici en France, près de Paris, et elle n’a pas été publiée. Le fait d’avoir eu un jour entre les mains le texte de L’Accompagnatrice, considéré par ceux qui me l’avaient proposé comme une petite chose sans importance, m’a fait découvrir une œuvre immense, que je gère maintenant à l’échelon mondial. Je suis persuadé que le temps aidant, c’est une œuvre qui va prendre une place de plus en plus importante 11.

En retour, Actes Sud a fait connaître l’ensemble de l’œuvre de Nina Berberova au monde entier : « Grâce à lui, après la publication de L’Accompagnatrice et son adaptation filmique par Claude Miller, elle put connaître de son vivant une gloire internationale avec son œuvre traduite en plusieurs langues et enfin éditée dans sa langue originale, le russe 12 ». On compte aujourd’hui seize titres de Nina Berberova dans la collection « Lettres russes ». Elle est aussi présente chez « Babel » avec onze titres 13 comme L’Affaire Kravtchenko (publié en 2009 et traduit par André et Irène Markowicz) ou encore Les Derniers et les premiers (publié en 2006 et traduit par Alexandra Pletnioff-Boutin). On retrouve également ses œuvres biographiques dans la collection « Thesaurus » (1998).

Les différents visages de la littérature russe chez Actes Sud

Nous avons donc constaté que la littérature russe est l’une des langues étrangères, si ce n’est la première, que la maison Actes Sud souhaitait mettre en avant, à travers la figure de Nina Berberova. Si aujourd’hui la maison mise sur la diversité – au travers de ses vingt-deux collections de littératures traduites, mais aussi avec des collections comme « Sindbad » ou « Horizons persans » – cette littérature russe, très liée à la maison, a acquis une certaine place dans le catalogue. En effet, de nombreux titres traduits du russe sont présents dans plusieurs collections outre « Lettres russes », collection sur laquelle nous nous focaliserons dans un second temps.

Tout d’abord, une grande partie des auteurs russes se trouve représentée à travers la collection « Thesaurus ». Celle-ci, consacrée aux « trésors littéraires 14 », a pour ambition de proposer des œuvres « réputées introuvables 15 » et de réunir « des textes d’un même auteur que l’histoire éditoriale a dispersés 16 ». Par conséquent, attachée aux grands classiques de la littérature, nous retrouvons sur les cinquante-neuf titres de la collection, deux auteurs importants chez Actes Sud que sont Nina Berberova (avec un titre) et Fedor Dostoïevski (avec six titres). De ce dernier, il s’agit des Œuvres romanesques, traduites par André Markowicz et publiées en cinq tomes. Le dernier est d’ailleurs paru en janvier 2016, achevant ainsi l’œuvre du « grand maître russe 17 ». Dans ce catalogue apparaît également Œuvres de Svetlana Alexievitch (prix Nobel de littérature en 2015) qui est un recueil de trois de ses romans.

La deuxième collection d’Actes Sud qui propose les ouvrages traduits du russe est « Actes noirs », créée en 2006. Il s’agit de la collection grand format de romans noirs des éditions Actes Sud. Lancée par la publication de la trilogie Millénium de Stieg Larsson, elle est principalement tournée vers les polars nordistes (suédois et finlandais), véritables phénomènes littéraires depuis quelques temps. La collection compte cent quarante-trois titres au total, parmi lesquels un de Dmitri Stakhov et quatre de Julia Latynina, cette dernière est notamment reconnue pour sa Trilogie du Caucase.

Vient ensuite « Babel » qui est l’une des plus importantes collections de la maison, avec plus de quatre cent titres à son catalogue. Créée en 1989, c’est la collection de poche des éditions Actes Sud. Parmi la grande diversité des textes proposés, nous y retrouvons l’intégralité de l’œuvre de Dostoïevski, traduite par la figure emblématique de la traduction littéraire russe, André Markowicz. Aux côtés de Dostoïevski se trouvent également Anton Tchekhov, Isaac Babel, Marina Tsvetaïeva, Nina Berberova ou encore Vassili Axionov.

« Babel » donne donc une image principalement classique de la littérature russe. Toutefois, quelques auteurs contemporains peuvent apparaître, tels que Julia Latynina qui est une forte personnalité politique et littéraire russe. Nous pouvons finalement remarquer que la littérature russe, par ces trois collections, est principalement symbolisée par ses auteurs classiques, mais aussi, dans une moindre mesure, par ses auteurs contemporains grâce à « Actes noirs » et à « Babel ». D’autre part, ces trois collections touchent des publics différents. Si « Babel » et « Actes noirs » permettent aux lecteurs de redécouvrir ou découvrir la littérature russe au travers de grands auteurs classiques ou des romans noirs inconnus, « Thesaurus » quant à elle, s’adresserait à un public plus averti en proposant des ouvrages de qualité littéraire.

La figure de Markowicz

André Markowicz est un traducteur français passionné, né à Prague en 1960. Il est aujourd’hui connu pour avoir traduit l’intégrale de l’œuvre romanesque de Fiodor Dostoïevski pour la collection « Babel » chez Actes Sud. C’est en 1990 que Markowicz entre dans la maison, après avoir servi d’interprète lors d’une rencontre entre Nina Berberova et le fondateur d’Actes Sud, Hubert Nyssen. À la suite de cette rencontre, Markowicz se lance : il faut retraduire tout Dostoïevski. Nyssen ne comprend pas. Il trouve les traductions existantes très belles : « C’est justement là le problème, m’a dit André. Dostoïevski détestait l’élégance, en particulier celle des Français. Il écrivait avec véhémence, sans se soucier de la syntaxe ni des répétitions. Les premières traductions ont tout fait pour policer ce style 18 ».

Il a une vision très précise de Dostoïevski et de son œuvre ; pour lui, les traductions existantes sont médiocres. C’est à la suite d’une remarque de sa mère, russe, alors qu’il était enfant, sur une traduction de l’Idiot, que Markowicz se forge cette opinion. Il mettra dix ans pour traduire l’œuvre de Dostoïevski, déjà connue et célèbre dans le monde entier ; « Je n’ai plus à faire la preuve que Dostoïevski est un grand écrivain. C’est désormais un fait acquis 19 ». Le premier roman du maître russe à paraître chez Actes Sud est Le Joueur. La traduction de Markowicz fait scandale ; son style est brut et se veut extrêmement fidèle au style de Dostoïevski, ce qui en fait une traduction « emberlificotée, aux limites du galimatias 20 » et qui lui vaudra trois pages dans le Nouvel Observateur.

Après Dostoïevski, André Markowicz s’est attaqué à la traduction de Tchekhov, Gogol, Lermontov et Pouchkine, qu’il rêve de traduire intégralement car pour lui, « le russe, c’est d’abord Pouchkine 21 ». Il veut rendre hommage et justice à Pouchkine et à tous ses contemporains, « à tous ces poètes du romantisme russe qui, pour avoir écrit dans l’ombre du divin Alexandre, demeurent encore aujourd’hui méconnus en France : Batiouchkov, Baratynski, Gnéditch, Viazemski et les autres 22 ».

En 2012, Markowicz est lauréat du prix de traduction Nelly-Sacho 23. En août 2015, il sort un livre, Partages, chez l’éditeur Inculte, qui est un journal de traduction sur une année ; pour lui, « la ligne de partage entre le métier d’écrivain et celui du traducteur [est bien mince] 24 ». « La traduction est un exercice de reconnaissance, de gratitude envers l’autre 25 », nous dit André Markowicz lors de l’émission « La Grande table » sur France culture, le 28 novembre 2015.

Les éditions Actes Sud ont montré dès la publication de L’Accompagnatrice leur volonté de développer des ouvrages étrangers sur le marché du livre français. Les figures telles que Paul Auster, Nina Berberova et André Markowicz contribuent à l’aura de cette maison d’édition. La collection « Lettres russes » en est la collection phare.

II. Les « Lettres russes » : une collection centrée sur la nouvelle Russie

Ainsi que nous l’avons évoqué, plusieurs collections proposent des ouvrages traduits du russe, mais la véritable collection d’Actes Sud spécialisée en littérature russe est « Lettres russes ». Cette dernière apparaît tardivement puisqu’elle est créée en 2003, à la suite d’une prise de conscience de la quantité, non négligeable, et de la qualité des ouvrages traduits du russe chez Actes Sud. Cela est surprenant quand on sait que l’édification de la maison d’édition repose en partie sur la découverte de l’auteure russe Nina Berberova. Comme l’explique Michel Parfenov, directeur de la collection, Actes Sud « est marqué par la découverte par Hubert Nyssen, le fondateur des éditions, de Nina Berberova 26 ».

Après avoir fait des études de russe, Michel Parfenov a effectué plusieurs séjours en URSS. Puis, après 1991, il retourne en Russie pour « le ministère des Affaires étrangères pour soutenir les nouveaux éditeurs russes après l’effondrement de structures soviétiques 27 ». Il mène alors des activités de journalisme avant de créer une maison d’édition, en 1974, les éditions militantes Solin (maison aujourd’hui intégrée à Actes Sud). C’est à ce moment-là qu’Actes Sud lui propose de prendre la direction de « Lettres russes ». Le but de celle-ci était alors de « faire connaître la nouvelle littérature russe post-soviétique 28 ». Toutefois, aujourd’hui cette époque est révolue et l’ambition de la collection s’en retrouve peut-être moins forte. M. Parfenov nous explique que dorénavant, la collection tend vers « des ouvrages littéraires, quel que soit leur genre… disons plus simplement avec une ambition littéraire ! 29 » Par ailleurs, M. Parfenov joue véritablement un rôle prépondérant dans la publication d’auteurs russes en France. Il a réfléchi et écrit sur l’édition en Russie et a notamment publié un article dans le Courrier des pays de l’Est, n° 1017, intitulé « L’édition en Russie : Dix ans de libre entreprise ». Dans cet article, il rappelle que l’importante activité éditoriale que connaît la Russie a commencé dès la perestroïka 30, pour faiblir dans les années 1992-1995 et reprendre ensuite.

L’aspect matériel de la collection

Nous pouvons nous interroger sur l’unité de la collection, à travers sa matérialité. Il nous faut alors dépasser l’idée que seule la « tête d’affiche » de cette collection qui est Nina Berberova, peut unifier les « Lettres russes ».

Tout d’abord, le format de la collection est typique du format utilisé chez Actes Sud pour les collections « Lettres » : format intermédiaire entre le poche et le grand format, avec un prix relativement élevé entre 7,50 € et 24,40 €. C’est un format allongé vers le haut et étroit ; on retrouve vingt-trois fois le format 10 × 19,9 cm dans la collection et vingt-deux fois le format 11,5 × 21,7 cm, qui sont donc les formats les plus courants. Le reste des livres (quatorze autres livres) varie entre 9,9 cm et 14,5 cm de large et 18,7 cm et 24,9 cm de haut en moyenne.

C’est le directeur de la collection qui rédige la quatrième de couverture pour les collections « Lettres » en général ; donc Michel Parfenov se charge de cette rédaction pour les quatrièmes de couverture des livres de « Lettres russes », sous l’intitulé « Avis de l’éditeur ». Le choix de la couverture « est toute une cuisine. La plupart du temps [Michel Parfenov] discute avec la maquettiste qu’[il connaît] depuis toujours. Elle fait des recherches, fait des propositions dans lesquelles [ils choisissent] avec le directeur éditorial 31 ». C’est donc un travail collaboratif qui se fait entre le directeur de la collection et la maquettiste, puis entre le directeur de la collection et le directeur éditorial, Bertrand Py.

Par leurs couvertures colorées et attrayantes, du fait de l’utilisation d’une iconographie variée (peintures, dessins, photos) et d’une mise en avant du titre et de l’auteur, on constate que l’on est dans une « production élargie » comme le définit Genette, dans son ouvrage Seuils 32.

Le format, le prix et la couverture s’adressent à un public large ; il en est de même pour le paratexte éditorial 33 de cette collection, qui s’avère très épuré. En effet, comme éléments paratextuels, nous retrouvons pour chaque œuvre de la collection le titre, l’auteur, le traducteur, l’éditeur, la mention ou non de la collection (cela dépend de la date de parution de l’œuvre), une page de garde et une page de titre. Nous retrouvons très rarement des éléments de l’instance préfacielle 34 dans « Lettres russes » ; en effet, seul le recueil Récits de l’exil, de Nina Berberova (recueil qui réunit huit de ses romans) comprend un avant-propos écrit par l’éditeur, Hubert Nyssen lui-même, pour l’occasion du quatre-vingt- dixième anniversaire de l’auteure. Cas exceptionnel donc, de même pour les notes du traducteur, notées NdT. Cette absence d’élements paratextuels qui témoigneraient d’une étude littéraire un peu poussée démontre bien le public visé par l’éditeur : un public très large et divers qui peut accéder facilement et simplement à la lecture des auteurs russes contemporains. C’est ce qu’explique H. Nyssen,

Sauf dans des cas très particuliers, on vise toujours le grand public. Un certain grand public dont le visage s’est précisé au fil des années. Nous savons que notre lectorat est en majorité composé de femmes, que ce sont des gens d’âge moyen et qu’il y a un nombre considérable d’enseignants et de professions libérales. En revanche, on cible très fort quand on publie un livre de philosophie ou de politique 35.

Dans sa fonction de directeur de collection, Michel Parfenov doit « tenir compte du lectorat d’Actes Sud 36 », de ce fait, « des livres trop “expérimentaux” passeraient mal 37 ». Ce qui peut expliquer les choix paratextuels de cette collection.

Des auteurs contemporains

« Lettres russes » compte aujourd’hui cinquante-neuf titres. Le premier date de 1985, et il s’agit de L’Accompagnatrice de Nina Berberova. Auteure emblématique de la collection avec seize titres au total. On y retrouve alors notamment Vassili Axionov avec quatre titres. Il est l’un des auteurs russes contemporains les plus populaires et a obtenu le Booker Prize russe en 2004. Peu d’auteurs ont plus d’un titre dans la collection, à l’exception d’Axionov, Guelassimov et Prilepine qui en ont quatre, ainsi que Choulman, Zalotoukha, Pietsoukh et Kotcherguine qui en ont deux au catalogue. Néanmoins, M. Parfenov, ne s’appuie pas sur le succès d’un auteur dans son pays ou à l’étranger avant d’acheter les droits d’une œuvre : « les publics sont trop différents 38 ».

Nous avons relevé que le genre principalement représenté dans le catalogue de cette collection est le roman, avec cependant cinq nouvelles : deux recueils de Prilepine (Une fille nommée Aglaé et Des chaussures pleines de Vodka chaude), un recueil de Marina Vichnevetskaia (Y a-t-il du café après la mort ? et Les Moineaux), une nouvelle d’Andreï Guelassimov (Fox Mulder a une tête de cochon) et une d’Anton Tchekhov (Le Violon de Rothschild).

En outre, nous avons constaté qu’une œuvre de Pouchkine (Eugène Onéguine, traduite par Markowicz et préfacée par Michael Meylac) et une de Tchekhov (Le Violon de Rothschild, traduite par Joëlle Roche-Parfenov et Michel Parfenov) apparaissent dans le catalogue de la collection, tandis que Dostoïevski est absent, alors qu’ils sont tous trois des écrivains russes du XIX e siècle. À cette interrogation, nous n’avons pas eu de réponse du directeur de la collection. Nous avons néanmoins remarqué que la nouvelle de Tchekhov fut écrite à quatre mains : le cinéaste Edgardo Cozarinsky propose en 1996 une relecture du récit écrit en 1894. De là naîtra un film. Nous pouvons donc émettre l’hypothèse que ces deux rééditions ont été l’occasion de faire du lien entre les écrivains du XIX e et du XX e siècles, de donner une origine et une justification aux auteurs de la nouvelle Russie des années 1990.

La particularité de tous ces auteurs est leur génération. En effet, la collection avait bien pour but de mettre en avant les écrivains post soviétiques, aussi peu nombreux qu’ils étaient. Aujourd’hui, ils sont de plus en plus à s’emparer de leur plume pour dénoncer le système politique, les structures gouvernementales. Cette liberté d’expression n’a pu être acquise qu’à la chute de l’empire soviétique. C’est d’ailleurs à cette période que Michel Parfenov a rencontré de nombreux auteurs, journalistes et éditeurs. En travaillant pour le ministère des Affaires étrangères en Russie en 1991, il a soutenu cette nouvelle vague d’intellectuels. Encore aujourd’hui, c’est grâce aux auteurs, aux traducteurs et à ses lectures personnelles qu’il peut proposer de nouveaux titres dans la collection qu’il dirige. Il précise cependant que : « le choix des titres dépend beaucoup de moi mais je suis à l’écoute de ce qu’un traducteur peut me dire d’un auteur, d’un livre 39… ». Toujours en contact direct avec les auteurs et leurs agents, le directeur de la collection accorde beaucoup d’importance à rencontrer les écrivains, à faire connaître la jeune littérature russe, comme en 2005 lorsque la Russie était le pays invité pour le Salon du livre de Paris, où cinquante auteurs ont été invités par Michel Parfenov et Anne Coldefy. Néanmoins, on ne note pas forcément de volonté à les suivre puisque vingt et un d’entre eux n’ont qu’un seul titre dans la collection, sur vingt-neuf au total… On remarque toutefois qu’à la création de la collection, l’éditeur semble vouloir suivre davantage ses auteurs, comme Axionov et Guelassimov. Nous pouvons expliquer cela par le fait que les talents russes sont de plus en plus nombreux et que les relations entre éditeurs français et russes évoluent. En effet, Michel Parfenov explique que « la législation des droits d’auteur et les pratiques russes sont très éloignées des nôtres. Nous ne travaillons jamais avec les maisons d’édition russes qui contractuellement ne représentent pas leurs auteurs » et « il y a maintenant de très bons éditeurs en Russie ce qui est essentiel pour l’avenir 41 ». Il faut sans doute préciser que « les dix plus grandes maisons d’édition publient près de 50 % des titres édités 42 ».

De plus, en ce qui concerne le rythme de parution des ouvrages, alors que ceux-ci paraissent généralement chaque année, nous avons remarqué qu’il n’y eut aucune publication entre 1997 et 2002. Michel Parfenov a pu ainsi nous éclairer : « Il n’est pas question de publier coûte que coûte des titres. Après la chute de l’URSS, les auteurs russes dignes d’être traduits n’étaient pas nombreux, une petite cinquantaine… 43 ». L’éditeur privilégie donc à tout prix le style littéraire, le facteur économique ne primant pas. La hausse des publications à partir de 2002 correspond à l’augmentation massive de publications en Russie : « Sur la période 2000-2011, le nombre de titres publiés a doublé, atteignant 122 915 titres en 201144 ».

Les thèmes récurrents des ouvrages de la collection peuvent être regroupés en quatre catégories : l’autobiographie (avec Toutes les guerres de Evgueni Tkatchenko, Je suis ton petit-fils d’Ilya Kotcherguine ou encore Mes prisons d’Édouard Limonov) ; l’URSS et le communisme (La Fin de l’homme rouge de Svetlana Alexievitch ou bien Les Hauts de Moscou de Vassili Axionov) ; la nouvelle Russie (Un train nommé Russie de Natalia Klioutchareva, L’Année du mensonge d’Andrei Guelassimov) ; ou encore quelques ouvrages évoquant la seconde guerre en Tchétchénie (La Soif d’Andrei Guelassimov).

Les traducteurs de la collection

Vingt-neuf auteurs et vingt-sept traducteurs ont été recensés entre 1985 et 2015, dans cette collection créée en 2003. La ligne de conduite pour la traduction, selon Michel Parfenov, est la fidélité d’un traducteur à un auteur : « Les affinités d’un traducteur avec un auteur sont essentielles 45 ». En effet, certains n’ont traduit qu’un seul titre, d’autres tous les titres d’un auteur (Lily Denis et Axionov). Les deux grandes figures sont Joëlle Dublanchet et Luba Jurgenson avec neuf traductions, puis Roche-Parfenov avec six. L’œuvre de Berberova a connu plusieurs traducteurs : Térouanne, Pletnioff-Boutin, Jurgenson et Chweitzer. Quant au choix des traducteurs, le marché de la traduction russe en France semble restreint : on dénombre environ cinquante traducteurs (trente-six dénombrés par l’ATLF, dont aucun n’est un traducteur de la collection étudiée). La disponibilité du traducteur est un des critères dans le choix que doit faire le directeur de collection. De plus, Michel Parfenov explique dans son interview que la bonne entente entre le traducteur et lui-même est également indispensable.

Quant au travail même de la traduction, nous pouvons préciser l’importance pour l’éditeur qu’elle soit la plus fidèle possible au texte : « Fidélité. Pas de belles infidèles 46 ». Dans une interview menée en février 2008, Joëlle Dublanchet explique par ailleurs ce qu’elle entend par une « bonne » traduction : « fidélité au texte, à son contexte, et recherche permanente du mot juste, et surtout, du ton juste 47 ». À propos du travail de traducteur et de ce prix, elle déclare : « Voir mon travail reconnu par un jury composé d’éminents spécialistes de la Russie, et des littératures française et russe. Je tiens à exprimer ma reconnaissance à tous ceux qui ont œuvré pour la création de ce prix : il permet de faire sortir de l’ombre les travailleurs solitaires que nous sommes, et surtout, de mieux faire connaître en France une littérature russe foisonnante et vivante 48 ». Michel Parfenov précise que le traducteur doit bien être au service de l’auteur et de son texte. Il n’est finalement qu’un passeur entre deux langues, deux cultures, et pas un auteur à proprement parler. La traduction est « à la fois un métier et un artisanat 49 », comme le dit le directeur de la collection : un métier puisqu’il faut sans cesse négocier, retravailler, améliorer, mais aussi un artisanat puisque le traducteur sculpte la langue, polit les mots et les phrases. L’éditeur joue un rôle essentiel, celui de lui faire prendre du recul sur le texte.

Il y a toujours des améliorations à faire. Et remarque qui vaut aussi pour les auteurs : meilleurs sont les traducteurs, plus ils apprécient les relectures attentives. Impossible d’échapper à la notion de traduction comme négociation50.

Conclusion

La collection « Lettres russes » représente deux grandes vagues de production littéraire de la fin du XX e et du début du XXI e siècles : vingt et un titres répartis entre 1989 et 1991, puis entre 2002 et 2009. On constate combien la chute de l’URSS a pu déclencher de nouveaux échanges éditoriaux entre les pays d’Europe, ouvrir le marché de la traduction russe. Nina Berberova apparaît bien à la fois comme la figure emblématique du succès de la maison d’édition et comme la représentante des intellectuels russes exilés, chassés par le régime soviétique. Elle est la pierre d’angle d’Actes Sud et tout particulièrement de la collection « Lettres russes ». Aujourd’hui, de nouveaux auteurs prennent le relais et bâtissent la littérature russe du XX e siècle. Cependant, les éditions Actes Sud ont depuis pris de l’essor, ont ouvert vingt et une collections étrangères. Le russe n’est plus à proprement parler sa « marque de fabrique » : la collection semble noyée dans une profusion éditoriale, la littérature russe contemporaine proposée dans cette collection peine à trouver sa place. Ceci explique sans doute l’absence d’Actes Sud dans le catalogue de la bibliothèque municipale d’Aix-en-Provence, qui privilégie les « classiques russes ». Les éditions Verdier et de l’Aube apparaissent comme les premiers concurrents à cette collection dirigée par Michel Parfenov, puisqu’elles proposent également des ouvrages russes contemporains avec des auteurs comme Alexeï Oline, Igor Saveliev, etc.

Si, comme nous l’avons vu, la traduction de textes russes en français est de plus en plus prégnante, qu’en est-il de la traduction de textes français en russe ?
Durant de nombreuses années, l’apprentissage de la langue française était réservé aux filles russes :

Le rapport garçons/filles dans les écoles d’apprentissage approfondi du français était de un pour trois, et les sections de français des facultés des lettres et de traduction ressemblaient à une véritable « réserve » féminine 51.

Cette situation s’expliquait alors par le fait que notre langue, réputée douce et mélodieuse au contraire de la langue russe, est bien trop sensuelle pour un garçon, lequel, s’il aimait un peu trop la culture française était directement soupçonné d’une orientation sexuelle déviante 52. De plus, jusqu’au au XIX e siècle en Russie, la littérature française majoritairement présente sur le territoire russe était celle des auteurs classiques (Stendhal, Gustave Flaubert, Guy de Maupassant ou encore Victor Hugo), autrement dit une littérature marquée par les histoires romanesques. À cette époque, ce genre de sujets ne pouvait que s’adresser à la gente féminine. Puis cette image particulière de la littérature française perdure au XX e siècle, avec des auteurs français alors populaires en URSS, Françoise Sagan, Hervé Bazin ainsi qu’Anne et Serge Golon (les auteurs d’Angélique), des écrivains connus pour leurs thèmes de nature romantique. Deux écrivains français faisaient exception dans ce paysage : Georges Simenon et Sébastien Japrisot, auteurs de romans policiers lus tant par les hommes que par les femmes.

Dans les premières années de liberté éditoriale qui ont suivi la restructuration du marché, le roman policier était le genre le plus populaire en Russie, mais il était dominé par les pays anglophones.

La part de la littérature non anglophone présente sur le marché russe était alors inférieure à 7 % du nombre total d’ouvrages traduits, ce chiffre comprenant également les manuels, la prose professionnelle spécialisée et les rééditions d’auteurs classiques 53.

Puis, à partir des années 1990, la tendance commença à s’inverser et les éditeurs russes tout comme les lecteurs recherchèrent de nouveaux secteurs, inconnus à leurs yeux, de la littérature. C’est ainsi que l’intérêt pour la littérature française et notamment les romans policiers (Georges Simenon) revint. Les années 2000 marquèrent ensuite un tournant avec des publications de plus en plus nombreuses d’auteurs français contemporains.

Le roman de Jean-Christophe Grangé, Les Rivières pourpres, publié par Inostranka juste avant sa sortie sur les écrans, devint le premier best-seller français en Russie et se maintint trois mois durant parmi les dix meilleures ventes de la plus grande librairie moscovite, Moskva 54.

La littérature française contemporaine ayant su gagner le cœur du lecteur russe grâce au succès de ses romans policiers, de nouveaux ouvrages, plus « sérieux », ont fait leur apparition sur le marché russe. Michel Parfenov évoque cela en quelques mots : « L’auteur le plus populaire en Russie est Houellebecq, suivi par Marc Levy, Beigbeder… 55 ». En effet, à l’été 2001 est sortie la version russe du roman de Michel Houellebecq Les Particules élémentaires. La même année se produit le phénomène littéraire de Tonino Benacquista avec Saga, qui connut un véritable succès en Russie. Enfin, l’auteur Frédéric Beigbeder est considéré comme une vraie star depuis ses ouvrages 99 francs (publié en 2000 en France) mais surtout Nouvelles sous ecstasy (1999), ce dernier ayant créé un scandale après que quelques lecteurs ont voulu imiter leurs héros, provoquant alors le mécontentement du ministère russe chargé de la lutte contre le trafic de drogue !

Peu à peu la littérature française (tout comme la littérature européenne en général) a su s’implanter durablement sur le territoire russe, même si la littérature anglophone continue de dominer le marché. Et il faut attendre 2004 pour qu’une maison d’édition russe spécialisée en littérature française contemporaine apparaisse : Free Fly. Grâce aux efforts de Free Fly ont ainsi été publiées les traductions de Marc Lambron et de Katherine Pancol, de Martin Page et de Franck Ruzé, de Marguerite Duras et de Yann Andréa, d’Anna Gavalda et d’Emmanuel Carrère.

Enfin, nous pouvons mentionner l’existence du Programme d’aide à la publication (PAP) Pouchkine, créé en 1990 par l’ambassade de France à Moscou, et qui aide les éditeurs russes qui souhaitent publier des auteurs français. Ce programme a pour but de soutenir en Russie la connaissance et l’édition de la littérature française classique et contemporaine, la bande dessinée et la littérature jeunesse ainsi que des sciences humaines. Il propose deux types d’aides : la prise en charge – totale ou partielle – des droits d’auteur payés à l’éditeur français par l’Institut français de Paris ; la prise en charge d’une partie du coût de la traduction en russe et de la réalisation de l’ouvrage par l’Institut français de Russie.

 

Citer ce billet : Camille Pizzaballa, "Étude de la collection « Lettres russes », Actes Sud", Monde du Livre, 19 juillet 2016, https://mondedulivre.hypotheses.org/5352.

Notes

1 DAUCÉ, Françoise, « Les échanges littéraires entre la France (l’Europe) et la Russie. Interview d’Anne Duruflé », revue Regard sur l’Est, 2003. (retour au texte1)

2 Ibid.

3 Ibid.

4 ASSOULINE, Pierre, La condition du traducteur, CNL, Paris, 2011 en ligne

5 Fiche Russie disponible en PDF sur le site du portail international du livre français : ici.

6 Site des éditions Alidades en ligne.

7 Voir la retranscription de la rencontre avec le directeur de la collection, Timour Muhidine, publiée sur le blog « Monde du livre », en ligne.

8 « Hubert Nyssen : 1925-2011 », sur le site de Envrak, en ligne.

10 DAUCÉ, Françoise, « Les échanges littéraires entre la France (l’Europe) et la Russie. Interview d’Anne Duruflé », revue Regard sur l’Est, 2003.

11 « La voie de la découverte de Hubert Nyssen : les éditions Actes Sud », Jeu : revue de théâtre, n° 48, 1988,p. 120-128, en ligne.

12 Site de La Revue des ressources, en ligne.

13 Site des éditions Actes Sud, collection « Poche/Babel », en ligne.

14 Extrait du texte de présentation de la collection sur le site d’Actes Sud, en ligne.

15 Ibid.

16 Ibid.

17 Citation extraite du texte de présentation de l’ouvrage sur le site d’Actes Sud, en ligne.

18 DESCHAMPS, Frédérique, « André Markowicz, 38 ans, retraduit tout Dostoïevski pour rendre à l’écrivain sa véhémence. N’en déplaise aux puristes. Version originelle », Libération, 15 janvier 1999, en ligne.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 « C’est Pouchkine qu’il ressuscite ! », L’OBS, 21 novembre 2011, en ligne.

22 Ibid.

23 « André Markowicz », sur le site des éditions Actes Sud, en ligne.

24 Site des éditions Inculte, Partages, en ligne.

25 France culture, en ligne.

26 Cf. entretien avec Michel Parfenov (directeur de la collection « Lettres russes » chez Actes Sud) réalisé les 24 et 25 février 2016 par échanges d’emails.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 Cf. entretien avec Michel Parfenov (directeur de la collection « Lettres russes » chez Actes Sud) réalisé les 24 et 25 février 2016 par échanges d’emails.

30 « La perestroïka signifiant « reconstruction » ou « restructuration » fait référence aux « réformes économiques et sociales menées par Mikhail Gorbatchev en URSS d’avril 1985 à décembre 1991 », définition en ligne sur Wikipédia.

31 Cf. entretien avec Michel Parfenov (directeur de la collection « Lettres russes » chez Actes Sud) réalisé les 24 et 25 février 2016 par échanges d’emails.

32 Gérard Genette, Seuils, Paris, Seuil, 1987.

33 Le paratexte éditorial renvoie à l’ensemble des éléments de renfort et d’accompagnement qui entourent et prolongent le texte pour le présenter sous la forme d’un livre. (G. Genette, Op. cit., p. 7.)

34 L’instance préfacielle est un terme employé par G. Genette dans Seuils pour désigner les éléments de présentation de l’œuvre, tels que la préface, l’introduction, l’étude sur le texte ou l’avant-propos. (Op. cit., p. 166.)

35 « La voie de la découverte de Hubert Nyssen : les éditions Actes Sud », Jeu : revue de théâtre, n° 48, 1988, p. 120-128, sur le site Érudit, en ligne.

36 Cf. entretien avec Michel Parfenov (directeur de la collection « Lettres russes » chez Actes Sud) réalisé les 24 et 25 février 2016 par échanges d’emails.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 Ibid.

41 Ibid.

42 Fiche Russie disponible en PDF sur le site du portail international du livre français : en ligne.

43 Cf. entretien avec Michel Parfenov (directeur de la collection « Lettres russes » chez Actes Sud) réalisé les 24 et 25 février 2016 par échanges d’emails.

44 Fiche Russie disponible en PDF sur le site du portail international du livre français : en ligne.

45 Cf. entretien avec Michel Parfenov (directeur de la collection « Lettres russes » chez Actes Sud) réalisé les 24 et 25 février 2016 par échanges d’emails.

46 Ibid.

47 « Trois questions à Joëlle Dublanchet », 9 février 2008, sur le site Spoutnitsi, en ligne.

48 Ibid.

49 Cf. entretien avec Michel Parfenov (directeur de la collection « Lettres russes » chez Actes Sud) réalisé les 24 et 25 février 2016 par échanges d’emails.

50 « La voie de la découverte de Hubert Nyssen : les éditions Actes Sud », Jeu : revue de théâtre, n° 48, 1988, p. 120-128, sur le site Érudit, en ligne.

51 YOUZÉFOVITCH, Galina, « La littérature française en Russie, histoire et perspectives », Ogoniok, mars 2005,sur le site BIEF, en ligne.

52 Ibid.

53 Ibid.

54 Ibid.

55 Cf. entretien avec Michel Parfenov (directeur de la collection « Lettres russes » chez Actes Sud) réalisé les 24 et 25 février 2016 par échanges d’emails.


Dossier écrit en collaboration avec Marine Mayon et Anne Castaing dans le cadre du séminaire de littérature traduite.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *