On vous la fait courte #1 : une brève histoire de la Librairie Droz

Nous initions le cycle de brèves « On vous la fait courte », retraçant en quelques mots l’histoire d’une maison d’édition, avec ce premier volet consacré à la Librairie Droz.

Eugénie Droz, fondatrice

Fondée en 1924 par Eugénie Droz, érudite suisse – fille de Frédéric Zahn, éditeur, et de Laure Amélie Droz –, cette maison d’édition genevoise est spécialisée dans les travaux d’érudition. À vingt-quatre ans, Eugénie Droz est licenciée ès lettres de l’université de Neuchâtel, et part pour Paris (en 1916) où elle suit l’École Pratique des Hautes Études « section de philologie et d’histoire », après une lignée de Suisses romands, qui, « avant et après elle, ont parfait leur formation de philologues1 ». Ses recherches la rapprochent de Pierre Champion, « héritier d’un grand nom dans la librairie d’érudition ». Ainsi, c’est à l’âge de trente et un ans que la Neuchâteloise décide d’ouvrir sa propre maison d’édition, la Librairie Droz, à Paris, où elle publie d’abord ses propres travaux. Ces derniers reposent sur trois axes bien différenciés : le XVe siècle, la Renaissance française (de François Ier à Henri IV) et la Réforme et les courants hérétiques.

Max Engammare, actuel directeur de Droz

Depuis 1995555anniversaire de la maison d’édition.

La Librairie Droz compte à ce jour une dizaine de collaborateurs qui gèrent la fabrication, la diffusion, le service clients, les abonnements, les droits, la comptabilité, le magasin, les archives et le service de presse. Le nombre de collaborateurs montre que la Librairie Droz est une maison d’édition indépendante de taille respectable.

Il faut également tenir compte du fait qu’aujourd’hui la Librairie Droz ne vit plus grâce à ses seules ventes, comme il y a une vingtaine d’années, mais grâce aux subventions et aux différentes aides publiques qu’elle touche pour ses publications ; ainsi, ces aides lui apportent un soutien financier qui lui permet de maintenir le nombre de ses collaborateurs et le bon fonctionnement des publications. En effet, depuis la fin des années 1990, les ventes de la Librairie Droz diminuent ; ses domaines de publication sont de moins en moins prisés et recherchés par le grand public, leur clientèle étant désormais essentiellement des chercheurs spécialisés, des étudiants et les bibliothèques. Il existe bien évidemment des exceptions, mais elles restent rares. N’ayant pas davantage de moyens, la Librairie Droz s’appuie également sur l’emploi de stagiaires, ce qui lui permet de former et d’employer dans un même temps, et à moindre coût, une personne supplémentaire. À ce jour, trois élèves de notre master ont effectué un stage chez Droz ; deux d’entre eux y ont été embauchés.

Aujourd’hui, la maison Droz publie une centaine de titres par an, toujours dans les mêmes secteurs que depuis presque cent ans. Son catalogue est riche de plus de 6 000 titres : La Suite du roman de Merlin, Équivoques de la pudeur, Tristan et Iseult, Registres du Consistoire de Genève, La Muse satirique, Quand l’esprit vient aux plantes et Perpetuum mobile, entre autres.

1 Meylan, Henri, « Eugénie Droz (1893-1976) », Nachruf Nécrologie, 1977, p. 555534.
4 Site de la Librairie Droz, « Présentation ».

Pour aller plus loin :

5

  1. 417″ align= »aligncenter » width= »190″]555
  2. la collection bien connue des médiévistes, « Textes Littéraires Français » ou « TLF », est créée. Encore aujourd’hui, de nombreux ouvrages sont publiés dans cette collection, qui compte pas moins de 640 titres.

    À partir de 1947, la Librairie Droz déménage à Genève, où Eugénie Droz installe son bureau et ses fichiers. De plus, dès les débuts de la Librairie, elle  montre son ancrage pour la ville de Genève en mettant sur chaque page de titre la marque d’un imprimeur genevois du début de la Renaissance : quatre putti2 tenant un monogramme, qu’elle remplace alors par ses initiales E. D.

    En 19555

  3. 419″ align= »aligncenter » width= »231″]555
  4. , la Librairie Droz est dirigée par Max Engammare. Docteur en théologie et historien de la Réforme, il fait également partie de l’Institut d’Histoire de la Réformation, à l’université de Genève en tant que chercheur ; il y poursuit l’édition des sermons de Jean Calvin sur le Livre d’Isaïe. De plus, pour montrer la continuité qu’il existe entre chaque génération d’éditeur, Max Engammare a fait rééditer, en 1999, L’Usage du monde, en l’honneur du 7555
  5. 29. Texte de l’hommage rendu à Eugénie Droz le 13 janvier 1977, à la Société d’histoire et d’archéologie de Genève.
    2 Putto : au pluriel, putti. Mot italien désignant un jeune garçon nu figurant l’Amour, motif déjà présent dans l’art alexandrin sous forme d’angelot.
    3 Meylan, Henri, « Eugénie Droz (1893-1976) », Nachruf Nécrologie, 1977, p. 555

5


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. claire MUGNIER-POLLET dit :

    Bonjour j’ai acheté le Bréviaire de la recherche du temps perdu de François de Combret qui est un merveilleux livre. J’ai connu en politique François dans le temps et voudrais savoir si vous me communiqueriez son mail svp afin de lui adresser un mot. Avec mes remerciements et mes salutations distinguées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.