L’école des loisirs souffle ses cinquante bougies à l’Alcazar !

Une rentrée en fanfare avec l’Île aux livres : « 50 ans ! L’exposition de l’école des loisirs »

Comme chaque année à l’automne, l’Alcazar, bibliothèque municipale à vocation régionale de Marseille, accueille petits et grands curieux à la découverte d’un pan de la littérature de jeunesse. L’Île aux livres, centre de ressources, de conservation et de promotion de l’édition et de la littérature de jeunesse de la BMVR s’allie avec le département jeunesse afin de faire connaître les fonds, d’éveiller l’intérêt des enfants pour les livres par le choix d’une scénographie qui incite au jeu et à la créativité. L’enjeu est d’amener ce  jeune public à découvrir et investir autrement la bibliothèque, mais également d’attirer l’attention des adultes sur une production de jeunesse susceptible de les intéresser, par la forme, souvent novatrice, ou par le fond, parfois subversif et étonnant 1.

Si la conservation de fonds patrimoniaux – cinq cents ouvrages dont les plus anciens datent du XVIIe siècle, parmi lesquels de nombreux abécédaires et robinsonnades, des livres de bibliophilie ou de collectionneurs ; 30 000 ouvrages des années 1940 à nos jours, régulièrement complétés par des acquisitions de nouveautés ou de rééditions ; des revues et périodiques professionnels ; plus d’une centaine de dessins originaux – est la première tâche de l’Île aux livres, valoriser ces fonds et bâtir des passerelles entre les productions passées et contemporaines afin d’offrir un éclairage pertinent sur cet héritage occupe une grande place dans le travail quotidien du centre de ressources 2.

Exposer la littérature est un véritable enjeu d’évolution des bibliothèques permettant, entre autres actions de valorisation, de rendre cette multitude de documents conservés vivante et attractive, en mettant en avant des originaux, des épreuves corrigées et autres carnets d’illustrateurs, mais aussi tous les « dérivés » de la littérature de jeunesse, c’est-à-dire les objets qui constituent l’univers culturel de l’enfant, tels que les jeux et jouets.

Photographie de l'exposition sur les 50 ans de l’École des loisirs à l'Alcazar de Marseille Crédits : l'Alcazar de Marseille (Île aux livres). Illustration reproduite avec l'aimable autorisation de la structure. Crédit photo: Maëva Bergues

Photographie de l’exposition sur les 50 ans de l’École des loisirs à l’Alcazar de Marseille
Crédits : l’Alcazar de Marseille (Île aux livres). Illustration reproduite avec l’aimable autorisation de la structure.
Crédit photo: Maëva Bergues

Cette année, l’exposition, installée du 13 octobre 2016 au 14 janvier 2017, est consacrée aux cinquante ans de  l’école des loisirs, maison d’édition jeunesse déjà célébrée au musée des Arts décoratifs de Paris en 2015. La BMVR a néanmoins décidé de proposer une création entièrement originale, différente de celle montrée dans la capitale, avec la participation des éditeurs et de quelques auteurs et illustrateurs, dont certains ayant déjà collaboré lors de précédentes manifestations – notamment avec les étudiants du Master 2 Monde du livre en 2014, pour les vingt ans de la collection « Loulou & Cie » 3 – tels Claude Ponti, Grégoire Solotareff, Nadja, Rémi Bourgeau et Cédric Ramadier. Un espace est réservé à chacun dans la salle d’exposition, au premier étage, où ils investissent  les thèmes de l’anniversaire, de la fête et de la kermesse. L’idée était d’inciter les artistes à créer quelque chose d’unique spécialement pour l’Alcazar, mais aussi de tirer parti de tous les documents conservés par l’Île aux livres. Autrement dit, il s’agit de jouer entre d’un côté, la nouveauté et la pièce unique, et de l’autre, la pièce de « collection » patrimoniale, comme les originaux d’illustrateurs ou les tout premiers albums issus des plus anciennes collections de l’école des loisirs. C’est en se positionnant sur ces deux fronts à la fois que l’Île aux livres et le département jeunesse de l’Alcazar, à chaque rentrée scolaire, peuvent convier enfants  et adultes à porter un regard rétrospectif sur les objets de l’enfance, sans oublier de laisser une large place au jeu et au plaisir de la découverte.

Un demi-siècle de production pour la jeunesse à l’école des loisirs : un peu d’histoire

Si on associe généralement la naissance de l’école des loisirs à l’année 1965, l’exposition marseillaise rappelle aux visiteurs la genèse de cette maison d’édition, qui n’est à l’origine qu’un département des Éditions de l’École, fondées par Raymond Fabry, en 1922. Il semble en effet important de connaître l’environnement dans lequel l’école des loisirs se forme progressivement, afin de comprendre en quoi elle est novatrice dans le paysage éditorial français de l’époque, d’où lui vient sa réputation d’entreprise familiale et quel est le secret de sa longévité. Une grande vitrine tout en longueur guide le visiteur à travers l’histoire de cette prestigieuse maison d’édition, associant frise chronologique et ouvrages originaux publiés au fil des années, des premiers albums des années 1960 à ceux d’aujourd’hui, en passant par les romans et diverses collections. À la fin du parcours, des bacs de livres sont mis à disposition du public, qui peut ainsi retrouver et feuilleter à sa guise les ouvrages exposés dans des versions plus récentes.

Spécialisées dans le manuel scolaire, les Éditions de l’École sont au départ une revue pédagogique catholique créée en 1909. Parmi leurs nombreuses publications, on trouve les Lettres latines de Morisset et Thévenot, la Grammaire française de Dutreuilh, ainsi qu’une longue liste de cahiers de devoirs de vacances. Les Éditions de l’École obtiennent rapidement une place de choix sur le marché concurrentiel de l’édition scolaire, notamment après la seconde guerre mondiale. En 1942, Jean Fabre, gendre du fondateur, encore étudiant, rejoint la maison, suivi en 1945 de Jean Fabry, fils de Raymond Fabry. En 1962, Arthur Hubschmid et Jean Delas viennent renforcer cette équipe en lui apportant un savoir-faire technique et graphique pour l’un, économique et commercial pour l’autre.

Alors que le manuel scolaire traditionnel, jugé rébarbatif par la nouvelle génération, rencontre des difficultés, les jeunes recrues de la maison d’édition, à l’instar de Jean Fabre – proche d’enseignants de maternelle et nourrissant un grand intérêt pour la pédagogie Freinet 4 – souhaitent penser une forme novatrice de livres permettant aux plus jeunes  d’apprendre à lire des textes mais aussi  de s’approprier le langage des images.

Ainsi, en 1965, on assiste à la naissance d’une véritable entreprise familiale : Jean Fabre, Jean Delas et Arthur Hubschmid décident de s’éloigner de la ligne éditoriale des Éditions de l’École afin de prôner le rôle primordial de l’image à travers les livres illustrés. Au sein des albums qu’ils envisagent de publier, l’illustration, au même titre que le texte, peut se révéler narrative et constructive, tel que le concevait Paul Faucher pour la collection du « Père Castor » chez Flammarion dans les années 1930. La lecture se veut désormais intuitive, et son optique pédagogique et éducative, s’écartant du sillon des manuels scolaires des Éditions de l’École, en prenant une teinte ludique et artistique. La toute jeune maison d’édition, au nom frisant volontairement l’oxymore, a la volonté de promouvoir des ouvrages dont la mission nouvelle est de « conter en images 5 ». Autrement dit, à l’école des loisirs, on ne conçoit plus « l’établissement scolaire sans sa cour de récréation augmentée de tout l’espace qu’ouvre la clé des champs 6 » : les chemins de la « lecture buissonnière » tendent les bras à quiconque souhaite s’y aventurer.

Couverture de Le Passeur, Lois LOWRY, L’École des loisirs, 1994.

Le Passeur, Lois LOWRY, L’École des loisirs, 1994.

Pour poser les fondations de son premier catalogue, l’école des loisirs sélectionne des œuvres d’auteurs et d’illustrateurs majoritairement anglo-saxons, souvent déjà publiés à l’étranger – Petit-Bleu et Petit-Jaune, de Léo Lionni, paru à New York en 1959 pour la première fois, repris par l’école des loisirs en 1971, par exemple, ou encore des albums de Tomi Ungerer, Maurice Sendak, Arnold Lobel, Iela et Enzo Mari – des valeurs sûres ayant déjà fait leurs preuves, en adéquation avec l’idéal du livre pour enfants pensé par l’équipe française. A partir de 1976, suite à l’enthousiasme suscité par les premières publications d’albums « importés » d’auteurs étrangers, l’école des loisirs décide de promouvoir le travail de jeunes illustrateurs français et se lance dans la création maison, avec Yvan Pommaux, Philippe Dumas, et Claude Boujon entre autres futurs piliers de la  structure. Prend place à leur suite, dès 1987, une nouvelle génération de créateurs français, composée de Grégoire Solotareff, Nadja, Olga Lecaye, Philippe Corentin et Claude Ponti.

L’année 1978 marque un tournant dans la politique éditoriale de l’école des loisirs, qui se lance dans la publication de romans pour la jeunesse, aujourd’hui classés dans trois collections, « Mouche », « Neuf » et « Médium », sous la direction de Geneviève Brisac  depuis 1989. Suivant le même processus que les albums, les premiers romans de l’école des loisirs sont des œuvres d’auteurs principalement anglo-saxons – Lois Lowry et son célèbre roman Le Passeur, publié en 1993 aux États-Unis et en 1994 en France, ou encore Anne Fine. La maison élargit ainsi son lectorat aux adolescents, voire aux jeunes adultes, puis contribue à faire connaître de talentueux auteurs français comme Agnès Desarthe, Marie Desplechin, Malika Ferdjoukh, Christophe Honoré ou Marie-Aude Murail. S’enchaînent par la suite la création de collections d’albums, tels que « Pastel » en 1988, de documentaires comme « Archimède » en 1992, d’ouvrages pour les tout-petits avec « Loulou & Cie » en 1994, de théâtre en 1995 et, plus récemment, la création au sein du groupe d’une maison d’édition de bandes dessinées, « Rue de Sèvres », en 2013. Des filiales sont également fondées à l’étranger, notamment en Allemagne, en Espagne et en Italie.

En 2002, la maison se voit particulièrement bien représentée dans les listes d’ouvrages de littérature de jeunesse officiellement recommandés par le Ministère de l’Éducation nationale pour les élèves de collège et de maternelle. C’est en quelques sortes une consécration pour l’école des loisirs, qui accède à la reconnaissance de l’État.

Quand Jean Fabre nous quitte en 2014, l’école des loisirs, qui publie environ deux cent cinquante nouveautés annuelles, possède un catalogue de plus de mille auteurs et un fonds de près de six mille titres.

Couverture de Petit-Bleu et Petit-Jaune, Leo LIONNI, L’École des loisirs, 1970.

Petit-Bleu et Petit-Jaune, Leo LIONNI, L’École des loisirs, 1970.

Place aux loisirs ! : mise à l’honneur de la production contemporaine à travers un parcours interactif et ludique

La journée d’inauguration de l’exposition s’est déroulée sur toute une après-midi le jeudi 13 octobre 2016, en présence de Nathalie Brisac, qui a présenté l’historique de l’école des loisirs, et d’auteurs et illustrateurs – Alan Mets, Cédric Ramadier et Vincent Bourgeau, Kimiko et Grégoire Solotareff. Après s’être prêtés dédicaces et entretiens et , ces derniers ont laissé parler leur travail pour eux lors de l’ouverture des portes de la salle d’exposition, organisée en différents espaces.

Tandis qu’un jeu des sept erreurs à retrouver sur deux originaux se présente à la droite du visiteur dès son entrée, à gauche un coin atelier est installé. Il est dédié à « La fabrique du livre 7 », l’une des expositions spécialement créées par l’école des loisirs pour son anniversaire, évoquant la chaîne du livre et les métiers qui y sont associés. Un peu plus loin, un autre espace recréant un atelier d’artiste offre la possibilité d’entrevoir les coulisses de la publication d’un ouvrage pour la jeunesse. Passé ce sas à la fois didactique et ludique, un énorme gâteau à étages trône au beau milieu de la salle, inspiré du gâteau du personnage d’Anne Hiversère de Claude Ponti et décoré de poussins, figures phares de l’auteur, finit d’attirer les visiteurs qui seraient encore hésitants. Les divers espaces gravitent ensuite autour de ce met de fête en carton-pâte. À droite, hormis la grande vitrine retraçant la chronologie de la maison, un écran tactile met à disposition des jeux pédagogiques menés par les personnages de l’école des loisirs, et des films d’animation et histoires lues de la maison d’édition sont diffusés en continu dans un coin détente. Un jeu de devinettes façon « Madame Irma » est également proposé, où l’on doit retrouver la langue dans laquelle est écrit chaque roman exposé – quelques exemplaires en plusieurs langues de Oh ! Boy, de Marie-Aude Murail, avec des maquettes différentes. À gauche, une vingtaine d’illustrations originales issues de l’Île aux livres, des affiches et des écrans d’histoires lues constituent un mur visuel et sonore. Le visiteur téméraire peut enfin s’essayer au stand de la roue de la fortune illustrée : suivant le héros sur lequel il tombe, il devra retrouver l’album dans lequel il apparaît ou inventer une histoire.

Tous les samedis et quelques mercredis, jusqu’en janvier, des ateliers à l’Alcazar et dans tout le réseau des bibliothèques de Marseille sont proposés gratuitement aux enfants, sur inscription.

Pour approfondir et prolonger l’exposition, un livret de jeux à destination des plus jeunes, imaginé par l’équipe de l’Île aux livres, conçu graphiquement par Cédric Ramadier et Rémi Bourgeau, est mis à disposition lors de la visite. Jeu des sept erreurs, rébus et coloriages ont été réalisés en majorité à partir des dessins originaux appartenant au fonds de conservation de l’Île aux livres. Un livret pédagogique est également proposé aux enseignants qui viennent effectuer des visites avec leur classe, où ils peuvent retrouver une frise chronologique abrégée et les biographies des auteurs et illustrateurs de l’exposition. Une bibliographie axée sur les romans comprenant de courtes analyses et résumés des coups de cœur de l’équipe de l’Alcazar est également disponible en ligne 8.

Enfin, dans l’objectif de donner de la visibilité à l’exposition et d’attirer les futurs visiteurs en les invitant à s’investir, un concours de photographie est en ce moment organisé dans les classes de la cité phocéenne à destination des élèves de maternelle, primaire et collège. Les élèves ont jusqu’au 16 décembre 2016 pour mettre en situation leur héros préféré, un personnage issu d’un album de l’école des loisirs, dans l’enceinte de l’école, pour le photographier. Les clichés les plus originaux recevront des livres de la maison d’édition lors de la remise des prix en janvier 2017, et verront leurs travaux mis en ligne sur le site de la BMVR.

Notons pour conclure qu’une journée professionnelle sera organisée par les membres du comité Pass’ livres le jeudi 8 décembre 2016, où tous les étudiants et leurs professeurs de l’Université d’Aix-Marseille sont conviés. Ils pourront assister à plusieurs interventions autour de la présentation des trois collections de romans de l’école des loisirs, par des auteurs publiés dans chacune d’entre elles. Delphine Bournay présentera la collection «Mouche », Marie Desplechin « Neuf », Xavier-Laurent Petit « Médium ». Une séance de dédicaces des écrivains et la projection en avant-première du film Jamais Contente d’Émilie Deleuze, inspiré du roman de Marie Desplechin, dont la sortie en salles est prévue pour janvier 2017, viendront clôturer cette journée célébrant « 50 ans d’aventures en terre romancière ».

Photographie de l'exposition sur les 50 ans de l’École des loisirs à l'Alcazar de Marseille Crédits : l'Alcazar de Marseille (Île aux livres). Illustration reproduite avec l'aimable autorisation de la structure. Crédit photo: Maëva Bergues

Photographie de l’exposition sur les 50 ans de l’École des loisirs à l’Alcazar de Marseille
Crédits : l’Alcazar de Marseille (Île aux livres). Illustration reproduite avec l’aimable autorisation de la structure.
Crédit photo: Maëva Bergues


1 L’Île aux livres travaille plus précisément en équipe avec le département jeunesse de l’Alcazar, les membres du comité de lecture Pass’ livres – issus de l’Agence Régionale du Livre, de Livre association, de l’Université d’Aix-Marseille, du Centre Régional de Documentation Pédagogique, de l’ESPE, ainsi qu’une documentaliste du collège Izzo – et une scénographe.

2 Mairie de Marseille, L’Alcazar à livre ouvert, Marseille, 2004, p. 113.

3 ROCCHIA, Simon, « ‘’Les 20 ans de Loulou & Cie’’, mercredi 9 novembre 2014 à l’Alcazar : conférence et exposition », publié le 20 mars 2014, mis à jour le 13 novembre 2015.

4 Pédagogie créée par Célestin Freinet au début du XXe siècle, basée sur la libre expression de l’enfant, l’autonomie  et la collaboration entre élèves et professeurs.

5 MOISSARD, Boris, DUMAS, Philippe, On ne s’en fait pas à Paris. Un demi-siècle d’édition à l’école des loisirs, Paris, l’école des loisirs, 2015, p. 42.

6 Ibid, p. 42.

7 Page créée par l’école des loisirs pour les cinquante ans de la maison

8 Page de l’agenda culturel en ligne de la BMVR avec possibilité de télécharger les divers livrets de l’exposition, le règlement du concours, et de visualiser les différentes dates pour les ateliers.

Pour aller plus loin :

Citer ce billet : Pauline Bourrilly, "L’école des loisirs souffle ses cinquante bougies à l’Alcazar !," in Monde du Livre, 16 décembre 2016, https://mondedulivre.hypotheses.org/5661.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *