Fiche de lecture : Pour aboutir à un livre, la fabrique d’une maison d’édition d’Éric Hazan

Éric Hazan est le fils de l’éditeur Fernand Hazan, fondateur des éditions Hazan en 1946. La Fabrique, fondée en 1998, est diffusée par Les Belles Lettres. Le catalogue de La Fabrique est composé de plusieurs thèmes : édition, éducation, histoire du et antérieure au XIXe siècle, histoires des XXe et XXIe siècles, littérature, philosophie, politique et guerre civile, proche et moyen orient et société. Cette maison d’édition est connue pour ses ouvrages très engagés politiquement, positionnés surtout à gauche et ceux traitant du conflit israélo-palestinien.

Pour aboutir à un livre est écrit sous forme d’un dialogue. Sept chapitres expliquent en détail le processus de publication mis en œuvre à La Fabrique.

Couverture Pour aboutir à un livre, Eric HAZAN, La fabrique éditions, 2016.

Pour aboutir à un livre, Eric HAZAN, La fabrique éditions, 2016.

Le commencement

En 1983, Éric Hazan démissionne de son poste de chirurgien des hôpitaux de Paris et reprend les éditions Hazan. Elles publient à cette époque essentiellement des livres d’art, au nombre de deux ou trois titres par an. En 1992, la situation des éditions Hazan devient critique et Éric Hazan n’a que deux choix : le dépôt de bilan ou la vente de sa maison d’édition. De plus, une grande banque française, qui avait jusque-là joué le rôle de mécène, change de stratégie en choisissant de limiter ses investissements dans les projets culturels. Ainsi, ne pouvant plus compter sur cette source de financement, Éric Hazan décide de vendre les éditions Hazan au groupe Hachette. Après la vente, il garde cependant la direction de la maison durant un an et demi.

« Nous avons fondé La Fabrique en 1998 et nos deux premiers livres ont paru à l’automne de cette année-là » (p. 18)

Dans cette phrase, le sujet « nous » inclut Stéphanie Grégoire, la tête pensante de la maison d’édition, Jérôme Saint-Loubert Bié, le graphiste qui a contribué à développer l’identité de La Fabrique en élaborant la maquette de ses livres, ainsi que l’indispensable comité éditorial composé de plusieurs personnes. En évoquant la période de lancement de La Fabrique, Éric Hazan détaille quelles ont été les étapes nécessaires à son développement. La comptabilité et la gestion constituent une première phase. La comptabilité englobe notamment le paiement des factures et les déclarations de TVA tandis que la gestion permet de se projeter dans l’avenir. Pour une entreprise, ces deux domaines sont indispensables et complémentaires. Selon Éric Hazan, la qualité de l’impression et celle du façonnage 1 sont aussi importantes l’une que l’autre, ce qui conduit à une deuxième étape, le choix de l’imprimeur. Ce choix est primordial pour tenir les délais et garantir un haut niveau de qualité.

Enfin, le dernier domaine stratégique pour une maison d’édition concerne la diffusion et la distribution de ses œuvres. La Fabrique, à ses débuts, a dû choisir entre deux diffuseurs : les Belles Lettres et Harmonia Mundi. Éric Hazan et Stéphanie Grégoire sont allés rencontrer directement le directeur des Belles Lettres, Pierre Saiah, en disant de leur projet : « Nous débutons, nous n’avons pas de catalogue, nous n’avons aucune existence, mais notre projet est génial, il faut nous prendre ! » (p. 25). Cette rencontre a été décisive, et La Fabrique travaille depuis avec les Belles Lettres. La diffusion est réalisée par des représentants, mandatés par les maisons d’édition, qui visitent les libraires, leur présentent les catalogues et prennent leurs commandes. Par ailleurs, la distribution représente le travail logistique de préparation et d’envoi de ces commandes. Avec les diffuseurs, la négociation est souvent âpre et, avant de rédiger un accord, il est important et vital de négocier la répartition des recettes. Généralement, la part qui revient à l’éditeur est de 45 %, celle des libraires est de 38 % tandis que les diffuseurs et les distributeurs se partagent les 17 % restants.

La construction du catalogue

La création d’un catalogue dans une maison d’édition nécessite l’élaboration d’un plan éditorial. Il arrive cependant que des amitiés, des circonstances ou des rencontres influencent les prévisions initiales. La fondation de La Fabrique se situe durant les grandes grèves de 1995 et selon Éric Hazan, ce n’est pas un hasard si à cette époque sont apparues alors des maisons d’éditions comme Agone, Raison d’agir, etc. Pour trouver des auteurs en accord avec l’ambition éditoriale de La Fabrique, Éric Hazan a dû se montrer entreprenant. Il a suivi le séminaire de Jacques Rancière, le philosophe français, afin de le rencontrer et le convaincre d’écrire pour lui. Ainsi, en 1998, Jacques Rancière écrit son premier titre pour La Fabrique et sa présence dans le catalogue a aidé l’éditeur à attirer d’autres grands noms comme Alain Badiou, Jacques Bidet, Daniel Bensaïd, etc.

La présence du sujet de « la question palestinienne » dans le catalogue de La Fabrique n’est pas une coïncidence. Éric Hazan a participé en 1974 à la création de l’Association médicale franco palestinienne, ce qui l’a conduit à se rendre à ce moment-là au Liban en tant que « palestino-progressiste ». Grâce à la romancière Dominique Eddé, Éric Hazan a pu faire la rencontre d’Edward Said, un critique palestino-américain et a ainsi pu découvrir et comprendre ce qu’il ne connaissait pas sur la situation de la Palestine. Boire la mer à Gaza d’Amira Hass, journaliste de Harretz, a été publié en 2001. Ce livre est un recueil d’articles à propos des événements survenus dans les territoires occupés lors de la première Intifada entre 1993 et 1996. Grâce au grand succès rencontré par ce livre, La Fabrique est devenue très célèbre et réputée pour son expertise dans le domaine du conflit israélo-palestinien.

Éric Hazan, pour préserver la cohérence et renforcer le catalogue de La Fabrique, aborde également la problématique du livre numérique. Depuis deux ans, La Fabrique a lancé sa collection de livres numériques qui compte à ce jour 45 titres. Deux raisons principales ont motivé l’éditeur à se lancer dans le défi numérique : premièrement, ne pas prendre du retard dans les nouvelles formes de production de livres ; deuxièmement, rendre disponible à nouveau des titres épuisés. Cependant, le résultat n’a pas été à la hauteur des espérances. Spectateur émancipé de Jacques Rancière par exemple, ne s’est vendu qu’en cinquante exemplaires dans sa version numérique, ce qui équivaut à deux semaines de vente en librairie.

Les comptes

Pour élaborer un budget, il faut distinguer deux choses : les dépenses prévisibles, comme l’achat de droits d’auteur ou la facture de l’imprimerie et les recettes, qui recensent l’argent encaissé pour chaque exemplaire vendu multiplié par le nombre d’exemplaires que nous espérons vendre dans l’année. Il faut que ces deux colonnes soient équilibrées pour atteindre le seuil de rentabilité, sans quoi la situation économique de la maison d’édition serait compromise. Toutefois, il est bien sûr possible de publier un livre qui n’est pas rentable mais dont les propos sont jugés essentiels pour une maison d’édition. Selon Éric Hazan le prix de vente d’un livre ne dépend pas seulement des dépenses engagées pour le produire :

« Il ne faut pas fixer le prix d’un livre à partir du prix de revient unitaire multiplié par un coefficient fixe. C’est une mauvaise façon de faire car elle conduit insidieusement à augmenter le tirage pour diminuer le prix unitaire – donc à gonfler les stocks, ce qui est désastreux. » (p. 53)

Ainsi, il apparaît prépondérant de mieux surveiller le niveau des stocks et de réduire les tirages au risque d’avoir à réimprimer plus souvent. Enfin, Éric Hazan mentionne les aides publiques qui sont essentiellement constituées de subventions de la région Ile-de-France ou du Centre national du livre (CNL). Cependant, La Fabrique n’a pas obtenu d’aide du CNL, son dossier ayant été rejeté. En France, les maisons d’édition qui présentent le plus de projets, donc les plus grandes, ont plus de chance d’obtenir ces subventions que les maisons d’édition plus modestes.

Le milieu de l’édition

Dans l’environnement de La Fabrique, on trouve d’autres maisons d’édition spécialisées dans les sciences humaines, comme Agone, Raison d’agir, Nous, et d’autres plus récentes comme Libertalia. Quand il évoque la question de la concurrence, Éric Hazan affirme que quand l’une de ces maisons publie un livre qui a du succès, le collectif en profite et donc tous s’en réjouissent.

Les auteurs, les choix

À La Fabrique, environ une dizaine de manuscrits sont reçus chaque semaine. Trois personnes se consacrent à leur lecture et sont chargées de répondre à chaque envoi. La plupart des manuscrits ne présentent pas suffisamment d’intérêt ou leur sujet n’a pas de cohérence avec la ligne éditoriale de la maison. Le cas de Joëlle Fontaine est une exception. Cette auteure a envoyé un manuscrit sur la résistance et la guerre civile en Grèce dans les années 1940 et bien que le sujet fût intéressant, son texte nécessitait un travail supplémentaire. Une fois son texte remanié, le livre est paru un an plus tard, sous le titre De la résistance à la guerre civile en Grèce 1941-1946.

Beaucoup d’auteurs de La Fabrique ne sont pas des professionnels de l’écriture. Certains sont des professeurs de lycée ou bien des magistrats, psychiatres, journalistes ou encore chercheurs indépendants. Leurs spécialités leur confèrent une expertise certaine pour écrire sur des figures historiques comme Robespierre, Blanqui, Marx ou Lénine. Toutefois leurs textes demandent à être relus, présentés et édités pour rencontrer leur public.

Depuis peu, les livres traduits représentent environ un quart du catalogue. C’est une proportion importante pour une modeste maison d’édition spécialisée en sciences humaines. La Fabrique reçoit fréquemment des listes de projets et des catalogues de maisons d’édition étrangères lui permettant de sélectionner les ouvrages susceptibles d’être achetés, traduits et édités en France. De plus, La Fabrique se renseigne pro activement grâce à des recherches internet, la lecture de revues ou de journaux. Parfois les sujets des livres parus à La Fabrique peuvent sembler datés, comme par exemple Chronique de la guerre civile d’Éric Hazan en 2004. On peut cependant constater que ces thématiques sont toujours d’actualité.

Le texte

Dès le départ, il faut bien définir les contours des projets, les longueurs des textes et la façon de traiter les sujets avec les auteurs. Il est également possible de demander un synopsis détaillé ou un chapitre aux auteurs les moins expérimentés. Par la suite, il est nécessaire d’effectuer un travail de relecture. Souvent, les auteurs réalisent une première révision de leur travail et les éditeurs leur indiquent de manière synthétique les modifications qu’ils souhaitent apporter. Néanmoins, les allers et retours entre l’auteur et l’éditeur peuvent s’étaler sur plusieurs mois. À La Fabrique, en ce qui concerne les sujets politiquement problématiques, comme la Palestine, l’Islam ou la police, un avocat peut suggérer de modifier certaines formulations afin d’éviter d’inutiles polémiques.

Pour attirer les lecteurs, un livre doit avoir un bon titre, une quatrième de couverture attrayante ainsi qu’une jaquette illustrée qui diffère selon le genre du livre. Ainsi, dans les sciences humaines, le titre doit indiquer clairement le contenu du livre. D’après Éric Hazan, plus un texte est difficile, plus le livre doit être agréable à regarder et à manipuler. Les éditeurs de La Fabrique consacrent beaucoup de temps à choisir la couleur des couvertures, la qualité du papier ou encore le façonnage.

Pour un lancement

Ce cheminement éditorial aboutit au choix des points de vente du livre. Les librairies sont les cibles prioritaires car les livres y sont mis en valeur et les libraires conseillent et peuvent convaincre les clients qui hésitent à acheter. Afin que leurs livres soient valorisés par les libraires, il est nécessaire que les éditeurs entretiennent de bonnes relations avec eux. En outre, organiser des présentations de nouveautés en librairie peut être un bon moyen pour promouvoir les livres. Cela représente une occasion de rencontrer des lecteurs et récolter leurs avis et critiques.

Malheureusement, en publiant principalement des essais, il n’est pas simple de faire parler de son travail dans les médias grand public comme les journaux, les radios ou les émissions de télévision. Cependant, sans être particulièrement relayé par les médias, La Fabrique a réussi à vendre pas moins de 10 000 livres. Cela signifie, pour Éric Hazan, qu’il est possible de rencontrer le succès même en étant absent des principaux médias de masse.

L’édition est un monde dans lequel il n’est pas toujours évident de se maintenir. En effet, les maisons d’édition de taille modeste sont confrontées à de nombreux obstacles, comme des problèmes de financement, de concurrence ou encore la difficulté d’exister dans les médias de masse. Face au peu de moyens existants pour encourager le développement des petits éditeurs, les lecteurs doivent être plus attentifs, curieux et ne pas toujours chercher la facilité.

Notes

1 En imprimerie, le façonnage désigne l’étape finale de l’impression, qui permet d’obtenir la forme décisive de l’objet imprimé. Cette étape consiste en une série d’actions, comme le pliage, le massicotage, la reliure, etc.

Bibliographie :

  • HAZAN, Éric, Pour aboutir à un livre : la fabrique d’une maison d’édition, Paris, La Fabrique, 2016.

Pour aller plus loin :

  • Site officiel de La Fabrique.
  • FONTAINE, Joëlle, De la résistance à la guerre civile en Grèce 1941-1946, Paris, La Fabrique, 2012.
  • HASS, Amira, Boire la mer : chronique 1993-1996, Paris, La Fabrique, 2001.
  • RANCIERE, Jacques, Le spectateur émancipé, Paris, La Fabrique, 2008.
Citer ce billet : Jaehui Lee, "Fiche de lecture : Pour aboutir à un livre, la fabrique d’une maison d’édition d’Éric Hazan," in Monde du Livre, 16 février 2017, https://mondedulivre.hypotheses.org/5924.

Enregistrer

Enregistrer


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *