Le Brouillard d’Arles

Abstract:

The Arles Register

On November 15th, 2016, Le Seuil published Le Brouillard d’Arles, a new-found Van Gogh sketchbook, which has been accused of not being authentic since. The book gathers sketches drawn by the artist while he was living in Arles and Saint-Rémy-de-Provence, between 1888 and 1889. He rented a room in the Ginoux’s coffee shop, Le Café de la Gare, and offered the couple the sketchbook when he left. It has been around five years since the drawings reappeared. An art expert introduced it to an editor of Le Seuil, who decided to publish it. However, the Amsterdam Van Gogh Museum immediately challenged the authenticity of the document. Museum experts based their arguments on errors on date, topography, techniques and style. To counter-attack, Le Seuil hired a Van Gogh expert, Bogomila Welsh-Ovcharov, who set up a meeting with the Dutch experts (which turned out to be extremely disappointing, according to her), then wrote an introduction to the book, presenting her discoveries on the painter’s work and discrediting the Museum expertise. She explained the error on dates and the reasons why the Amsterdam Museum could have thought the sketchbook was an imitation, while being misguided. Le Seuil stated that their publication was the result of a strong belief in the authenticity of the sketchbook, thus, they would not withdraw it from bookstores if they were proven wrong. Yet, they cannot control the public reaction. Let’s keep in mind that issues of authenticity are common in the Art field and that other Van Gogh’s works were wrongly declared forgery, as it happened to the famous Les Tournesols.


Le 15 novembre 2016, les éditions du Seuil ont publié un carnet de dessins de Van Gogh, retrouvé dans les archives comptables du Café de la Gare d’Arles, où le peintre post-impressionniste a séjourné entre février 1888 et avril 1889. Cependant, le musée Van Gogh d’Amsterdam conteste l’authenticité des œuvres qui constituent Le Brouillard d’Arles.

Le brouillard d'Arles, carnet retrouvé, Vincent Van Gogh, Bogomila Welsh-Ovcharov, feuilletage et extrait proposé par Le Seuil, 2016.

Le brouillard d’Arles, carnet retrouvé, Vincent Van Gogh, Bogomila Welsh-Ovcharov, feuilletage et extrait proposé par Le Seuil, 2016.

Le carnet de dessins, dont le propriétaire a préféré rester anonyme, était à l’origine un cahier utilisé pour tenir les comptes d’un commerce. On appelait cela un brouillard, d’où le nom du beau-livre. Ce carnet a été donné à l’artiste par Joseph Ginoux, qui tenait, avec sa femme Marie, le café dans lequel logeait Van Gogh durant son séjour arlésien. Cette période a été déterminante pour l’artiste car elle est considérée comme l’apogée de son travail. Il y a notamment peint Les Tournesols, un de ses tableaux les plus célèbres, et le Café de la Gare où il vivait lui a inspiré Le Café de nuit. Cette année-là est également un tournant de la vie personnelle du peintre. C’est durant ce séjour qu’il s’est tranché l’oreille, le 23 décembre 1888 ˗ acte pour lequel il est tristement célèbre ˗ après une dispute avec Paul Gauguin. L’artiste aurait offert ce carnet à ses logeurs en quittant la ville pour Saint-Rémy-de-Provence l’année suivante.

Quand ces soixante-cinq croquis inédits ont refait surface il y a quelques années, ils ont constitué une découverte majeure. Le Seuil, qui avait décidé de publier ce recueil, s’est engouffré dans une « opération éditoriale de taille » avec « lancement en fanfare [en France et] à l’international » 1. Franck Baille, expert en art, connaissait Bernard Comment, éditeur au Seuil, auquel il a montré ces nouveaux dessins. L’éditeur a été charmé par ces croquis et a décidé d’en faire un titre. Le beau-livre de deux cent quatre-vingt-huit pages contient un fac-similé du carnet retrouvé ainsi que les notes du peintre, enrichis de textes d’experts. Cependant, le livre n’était pas encore en librairie que le scandale a éclaté : l’authenticité de ce carnet est vivement contestée par le musée Van Gogh d’Amsterdam, qui fait autorité concernant le peintre dans le milieu de l’art.

Il s’est avéré que le propriétaire du carnet avait déjà tenté de prendre contact avec le musée d’Amsterdam afin d’en faire vérifier l’authenticité, mais il n’a jamais obtenu de réponse. C’est Franck Baille qui a décidé de lancer une enquête afin de désavouer l’institution. Il a fait appel à la canadienne Bogomila Welsh-Ovcharov, historienne de l’art qui étudie le travail de Van Gogh depuis plus de quarante ans. Après une étude poussée du style et des matériaux employés, ainsi que des notes de l’artiste, l’experte est convaincue que le carnet n’est pas l’œuvre d’un faussaire. Grâce à cette analyse, Le Seuil publie donc le livre malgré le désaccord du musée d’Amsterdam. Depuis la sortie en librairie, le 15 novembre 2016, les deux parties campent sur leur position. Même si, en France, le titre n’a pas trop souffert de cette polémique, les ventes aux Pays-Bas restent faibles. Le musée refuse d’analyser de nouveau le carnet et Le Seuil a signalé qu’il irait jusqu’à engager des poursuites contre l’institution afin de réparer le tort qu’elle lui a causé.

Il est difficile de savoir, sans se pencher sur les détails du carnet, si cet objet est authentique. D’un côté, le musée, une institution fiable, affirme être persuadé qu’il s’agit d’une très bonne imitation. Leur doute est basé sur plusieurs éléments, dont un plutôt flagrant : une erreur de date inscrite sur les croquis. Une note du 19 juin 1890 indique que les meubles de l’atelier de l’artiste avaient été déplacés de la Maison Jaune à sa chambre du Café de la Gare, or, l’édition du Seuil place cette information à la date du 10 juin 1890. Leur suspicion se base également sur des détails techniques. Il y aurait trop de similitudes entre les œuvres réalisées à Saint-Rémy et celles de ce carnet, alors que le style de l’artiste était en constante évolution à cette période-là. Le papier et l’encre utilisés seraient trop éloignés de ceux employés dans ses autres travaux pour que les dessins soient de la main de l’artiste.

De l’autre côté, les éditions du Seuil et Bogomila Welsh-Ovcharov défendent leur point de vue. Le beau-livre s’ouvre sur un article écrit par l’experte, qui expose toutes les raisons pour lesquelles elle est convaincue que le carnet a bien été réalisé par Van Gogh. Elle explique que les protestations du musée d’Amsterdam ont été faites sans même avoir ouvert le livre du Seuil, puisque leur discours ne tient pas compte des explications qui y sont données. Par exemple, le musée a relevé le problème du papier, or, le support était un cahier de compte offert par le logeur, ce qui explique ce changement brutal de support. L’artiste, qui vivait pauvrement, n’aurait probablement pas refusé soixante-cinq feuilles gratuites. Bogomila Welsh-Ovcharov justifie également la différence de style : ces dessins apportent une vision révisionniste du travail de l’artiste, car il s’agit d’une série de croquis que Van Gogh fait pour lui-même et non pas à destination du marché de l’art. Ces images donnent accès à l’intimité de l’homme. De plus, c’est son premier contact avec les paysages du Sud de la France, expérience visuelle totalement nouvelle pour lui. Ainsi, ce carnet permet aux connaisseurs de repenser ce qu’est « un Van Gogh ». Elle explique également cette erreur sur les dates, utilise des éléments biographiques incontestables et développe son argumentation autour des aspects techniques afin d’éclaircir les doutes de manière bien documentée.

Photo de la page carnet recto, "A propos de la page manquante", Bogomila Welsh-Ovcharov, Le Seuil, 2016.

Photo de la page carnet recto, « A propos de la page manquante », Bogomila Welsh-Ovcharov, Le Seuil, 2016.

Bogomila Welsh-Ovcharov affirme avoir fait œuvre de prudence dans son analyse : le livre n’est pas un coup éditorial basé sur le sensationnalisme d’une telle polémique mais une véritable prise de position d’une experte respectée qui étudie l’artiste depuis 1971. Elle ajoute avoir tenté d’ouvrir le dialogue avec le musée d’Amsterdam durant son enquête pré-publication, mais que l’entrevue a duré moins d’une heure et n’a abouti à rien. Il semblerait que le musée avait déjà connaissance de ce carnet et avait analysé son contenu en se basant sur des photographies des dessins en 2012, pour arriver à la conclusion qu’il s’agissait de faux. Ce témoignage est tout à fait accablant pour le musée et on serait facilement tenté de donner raison à l’experte, si l’on oubliait le ton accusateur et virulent avec lequel elle a rédigé l’article d’introduction, ainsi que la nécessité pour Le Seuil d’écouler leur titre et leur désir d’obtenir réparation.

Il est probable que le temps ait raison de cette polémique. L’affaire sera classée d’ici quelques années et une certaine unanimité se formera autour d’un des deux camps. Toutefois, Le Seuil a affirmé que même si l’opinion penchait en faveur du faux, Le Brouillard d’Arles ne serait pas retiré de la vente car sa publication est le résultat d’une profonde conviction de son authenticité et de son importance pour le milieu de l’art. Cette polémique est dangereuse pour les deux parties car elle met en jeu leur crédibilité. C’est également une question de revenus. Van Gogh est un des artistes les plus célèbres au monde, ses toiles sont très recherchées par les collectionneurs. Portrait du Dr. Gachet (1890) s’est vendu à 82,5 millions de dollars lors d’une vente aux enchères à New York en 1990 ; L’Allée des Alyscamps a été adjugé pour 66 millions de dollars en mai 2015. Ce carnet aurait donc une certaine valeur sur le marché de l’art, car il comporte des dessins totalement inédits, rares, qui évoquent des sujets intimes, ce qui lui ajoute une valeur sentimentale qui peut faire gonfler les prix des œuvres d’art. Le problème est le même pour Le Seuil : la conception et la fabrication d’un beau-livre sont chères et demandent, en plus d’un investissement important, beaucoup de travail (en particulier quand des experts en histoire des arts sont impliqués). Si le carnet est déclaré comme faux, les ventes pourraient chuter et le taux de retour en librairie, exploser. Ainsi, quand Le Seuil déclare ne pas vouloir le retirer de la vente, il s’agit plutôt d’une prise de position symbolique, cela ne dépend pas, dans les faits, de leur volonté.

Cette affaire semble aujourd’hui d’une importance capitale, déterminante pour l’avenir de l’édition d’art ainsi que du musée d’Amsterdam, mais si l’on prend du recul, on s’aperçoit que ce genre de polémique est extrêmement courante dans le marché de l’art. Il faut savoir qu’il est difficile de véritablement authentifier une œuvre, avant tout parce que les artistes évoluent beaucoup. Au cours de leur carrière, ils changent de style, de matériaux, de technique, et même parfois de signature (sans prendre en compte les différents pseudonymes qu’ils peuvent adopter). Van Gogh, pour ne citer que lui, était connu pour altérer sa signature quand il peignait ivre.

Il existe différentes méthodes pour certifier une œuvre d’art. Les experts comptent sur sa provenance et sa traçabilité, c’est-à-dire son parcours : qui la possédait, durant combien de temps et où était-elle entreposée. Plus ce parcours est taché de zones d’ombres, plus l’authenticité est discutable, car l’œuvre a pu être altérée ou copiée. Le plus simple reste de connaître l’identité de tous les acheteurs successifs. Il est également possible de s’adresser à un laboratoire qui va analyser la composition et l’âge des matériaux utilisés. La datation par étude de pigments est un test très fiable qui suffit, dans la majorité des cas, à authentifier l’œuvre. Enfin, les experts étudient à l’œil nu les éléments stylistiques de l’œuvre, le sujet, la composition, le dessin, les couleurs, la signature en les comparant à d’autres œuvres du même artiste authentifiées.

D’autres méthodes sont disponibles (recherches bibliographiques, recherches sur l’origine de l’œuvre, examen visuel ou au rayonnement ultraviolet) et il est préférable de les combiner afin d’aboutir à un résultat le plus fiable possible. Mais ces méthodes, aussi développées soient-elles, sont sans cesse dépassées par les faussaires. Van Gogh est un des artistes les plus contrefaits de sa génération, et Bogomila Welsh-Ovcharov ainsi que les dix-neuf experts en beaux-arts inscrits auprès de la cour d’appel d’Île-de-France, ont déjà identifié plusieurs centaines d’œuvres de cet artiste comme imitations. De plus, les erreurs sont inévitables. Le musée d’Amsterdam a déjà déclaré une toile de Van Gogh comme fausse avant de changer d’avis plusieurs années après et ce fut d’ailleurs le cas des célèbres Tournesols. Enfin, cette polémique est également stimulée par le fait que d’autres travaux du peintre ont refait surface récemment. Coucher de soleil à Montmajour, une huile sur toile de 1888, a été retrouvé dans les affaires d’un collectionneur et authentifié en 2013 par un groupe d’experts, le tableau étant maintenant exposé au musée d’Amsterdam. Gardons un œil sur le carnet et sur le titre du Seuil, nous pourrions en apprendre encore d’avantage sur Van Gogh.

Portrait du Dr. Gachet (1890), et Coucher de soleil à Montmajour (1888), peints par Vincent Van Gogh.

Portrait du Dr. Gachet (1890), et Coucher de soleil à Montmajour (1888), peints par Vincent Van Gogh.

1 Vincent Van Gogh, le Brouillard d’Arles, France culture, 16 novembre 2016, [en ligne].


Pour aller plus loin :

Autour du Brouillard d’Arles :

L’affaire dans la presse :

Connaître Van Gogh :

  • la Fondation Van Gogh à Arles.
  • ses premiers pas : NIZON, Paul, Les débuts de Van Gogh : les dessins de la période hollandaise, Paris, Les cahiers dessinés, 2014.
  • son travail en Provence : HEUGTEN, Sjraar van, Van Gogh en Provence : moderniser la tradition, catalogue d’exposition Fondation Van Gogh, Arles, Actes Sud, 2016.

Autour de l’authentification des œuvres d’art :

Citer ce billet : Justine Vincenti, "Le Brouillard d’Arles", Monde du Livre, 16 mars 2017, https://mondedulivre.hypotheses.org/6004.

Enregistrer


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *