La Russie à livre ouvert à Paris !

Flyer des Journées du livre russe des littératures russophones.

Flyer des Journées du livre russe des littératures russophones, Les Journées du livre russe des littératures russophones, 4-5 février 2017.

Journées européennes du livre russe et des littératures russophones & Prix Russophonie 2017 : « Les voix de la diaspora russophone »

Les Journées du livre russe et des littératures russophones ont été créées en 2010, année qui s’est vue célébrer la Russie en France et la France en Russie 1. Cette année croisée, grande première historique, a été lancée et mise en œuvre par les plus hautes instances russes et françaises – ministères des Affaires étrangères, de la Culture, de l’Éducation et ambassades, entre autres. Cette implication a assuré aux trois cent cinquante événements officiels et autres nombreuses initiatives indépendantes qui ont jalonné l’année, comme les premières Journées du livre russe, une légitimité et une visibilité maximales.

 

Les Journées du livre russe 2 : une passerelle littéraire entre la France et la Russie

Se déroulant à Paris à la mairie du 5e arrondissement durant un week-end de février, les Journées du livre russe sont organisées avec l’aide du CNL et de la Sofia. Elles se donnent pour objectif de promouvoir la littérature russe en France à travers des auteurs, des éditeurs, des traducteurs, des libraires et des associations culturelles, acteurs indispensables à l’élaboration d’une passerelle littéraire entre la France et la Russie, dont le patrimoine des lettres se résume trop souvent pour les habitants de l’Hexagone aux monuments classiques occultant parfois le paysage contemporain, comme Tolstoï, Dostoïevski ou Tchekhov.

Si des éditeurs reconnus comme Gallimard sont présents lors de ces journées, de petites maisons d’édition indépendantes et récentes sont également représentées, telles que Le Ver à Soie 3, créée en mars 2011 à Charenton-le-Pont (Île-de-France) par Virginie Symaniec. Très petite structure, Le Ver à Soie compte dix collections à son catalogue, avec un total de quinze titres.

Ces divers intervenants (plus d’une soixantaine d’invités) sont au cœur d’un dialogue culturel tout au long des deux Journées du livre russe, vibrant au gré des temps forts que sont le salon du livre et ses exposants, des ateliers d’écriture, des concours, des tables rondes, des rencontres, des projections, des concerts, des expositions et des lectures.

Chaque année, les Journées se déroulent suivant une thématique précise autour de la littérature russe : les itinéraires, vagabondages et voyages réels ou imaginaires en 2013 ; Saint-Pétersbourg, ville de toutes les fantasmagories littéraires, mise à l’honneur en 2014 ; coup de projecteur sur des écrivains moldaves, ukrainiens, biélorusses et des Pays baltes en 2015.

Cette année, pour la huitième édition de la manifestation, les 4 et 5 février 2017 ont été consacrés aux « voix de la diaspora russophone ».

Le nombre de russophones dispersés à travers le monde est en effet non négligeable, que ce soit en Israël, en Amérique du nord, au Canada ou en Europe. On compte quatre principales vagues d’émigration russe au cours de l’histoire depuis le XXe siècle, même si une diaspora russe était déjà présente, en France notamment, aux XIXe et début du XXe siècle – en 1851, 9 338 Russes quittent leur pays, en 1908, ils sont 25 000 4. La première vague de la diaspora russe concerne l’exil des Russes blancs ou en désaccord avec le nouveau régime bolchevique, en France majoritairement, à la révolution de 1917. En 1924, on compte 400 000 exilés, parmi lesquels on retrouve les grands noms de Bounine, Nabokov, Tsvetaeva ou Berberova, qui constituaient l’intelligentsia de l’époque. La deuxième vague est constituée de prisonniers politiques qui, durant la seconde guerre mondiale, se sont retrouvés détenus dans les camps ou sur les territoires occupés et qui ont préféré ne pas retourner en Russie par crainte d’être envoyés au goulag, entre autres, pour trahison. La troisième vague est formée par les dissidents et les opposants politiques au régime des années 1970 et 1980, en majorité des intellectuels, expulsés par les autorités ou s’exilant volontairement pour échapper au régime communiste. Les écrivains Joseph Brodski, Alexandre Soljenitsyne ou encore Axionov sont des leurs. Les Juifs et les Allemands, quittant l’URSS pour rejoindre leur famille à l’Ouest, ont également fait partie de cette vague. Enfin, la dernière vague, depuis 1991, se rapproche d’une migration économique ou « fuite des cerveaux », regroupant des chercheurs et de jeunes scientifiques à la recherche de postes qualifiés à l’étranger. D’autres fuient la corruption, mais aussi les tensions interethniques et les conflits locaux. Les lois concernant l’émigration s’étant libéralisées, le phénomène s’est amplifié. Aujourd’hui, la migration est en réalité liée à plusieurs facteurs, étant à la fois politique, économique, estudiantine, matrimoniale et intellectuelle. Si elle concernait en majorité des ethnies – Juifs, Allemands de la Volga, Arméniens, Grecs – jusqu’à la fin de la Perestroïka et la chute de l’URSS, la migration est désormais qualifiée de migration de masse, à l’intérieur des pays de l’ex-bloc communiste comme au-delà 5. Les profils des individus constituant l’ensemble de la diaspora russe sont donc extrêmement différents selon les périodes et les raisons historiques de leur départ, mais on retrouve toujours parmi eux des femmes et des hommes de lettres.

Si certains écrivains comme Nabokov ont choisi d’écrire à la fois en russe et dans la langue de leur pays d’accueil, d’autres ont fait le choix du français, dont ils sont devenus des figures emblématiques, tels Henri Troyat, Romain Gary, Andreï Makine ou encore la Comtesse de Ségur. Certaines interrogations ont été soulevées lors du salon, notamment sur l’évolution de leur œuvre en exil et le statut qu’ils ont pu donner à la création littéraire loin de leur pays d’origine.

Plusieurs écrivains représentants de la diaspora contemporaine russophone étaient présents sur le salon, parmi lesquels Nikolaï Bokov, d’origine russe mais installé en France depuis 1975, dont l’ouvrage La Tête de Lénine 6 va être réédité au printemps 2017 par les éditions Noir sur blanc ; Dina Rubina, née en Ouzbékistan et immigrée en Israël depuis 1990, dont deux livres sont traduits en français – Le double nom de famille 7 et Zoom avant 8– ; Maria Rybakova, auteure russe vivant aux États-Unis et ayant publié en France La Confrérie des perdants 9 et Couteau aiguisé pour un cœur tendre 10 ; Vladimir Fedorovski, écrivain et ancien diplomate d’origine russe auteur du Dictionnaire amoureux de Saint-Pétersbourg 11 paru chez Plon en 2016 ; Andreï Batov, habitant Saint-Pétersbourg mais ayant longtemps vécu en Chine, auteur de Le Tao du saxophoniste 12.

Enfin, des écrivains français comme Cédric Gras ou Paul Greveillac ont apporté leurs points de vue personnels sur la Russie, source d’inspiration de leurs derniers ouvrages.

Le Prix Russophonie 13 : focus sur un oublié du projet littéraire, le traducteur

Le « clou » des Journées du livre russe est dédié à un acteur essentiel mais dont le labeur est pourtant peu reconnu au fil du projet littéraire, le traducteur.

En 2011, le nombre de livres traduits en France s’élevait à 10 226, soit 15,9 % de la production éditoriale totale. Parmi les langues majoritairement traduites en français, le russe occupe la septième place avec 96 titres traduits en 2011, après l’anglais, le japonais, l’allemand, l’italien, l’espagnol et les langues scandinaves, mais avant le néerlandais, le chinois ou encore l’arabe 14. Selon l’Index Translationum, le français figure en deuxième position après l’anglais et avant l’allemand dans le « Top 10 des langues traduites vers une langue cible donnée », soit ici vers le russe 15.

Fondé bien avant les Journées du livre russe, en 2007, par la fondation Eltsine et l’association France-Oural, le Prix Russophonie a été intégré au cœur de la manifestation littéraire dès 2010. Il vise à récompenser la meilleure traduction du russe vers le français de littérature classique, contemporaine ou encore destinée à la jeunesse, quelle que soit la nationalité de l’auteur, du traducteur ou de l’éditeur.

L’année dernière en 2016, pour la 10e édition, le Prix Russophonie a été décerné à Odile Belkeddar pour sa traduction de L’Insigne d’argent 16, roman autobiographique du célèbre poète et écrivain russe pour enfants de l’époque soviétique Korneï Tchoukovski, et publié en français en 2015 par l’École des loisirs 17. Elle a reçu une œuvre du sculpteur Victor Kriouchkov ainsi qu’une bourse.

Cette année, cinq candidates avaient été sélectionnées par le jury – composé de grands noms de spécialistes de la littérature et des arts russes tels que Gérard Conio, François Deweer, Françoise Genevray, Natalia Jouravliova et Irène Sokologorsky – en novembre 2016, parmi lesquelles Fanchon Deligne pour Le Couloir blanc : souvenirs autobiographiques, de la naissance à l’exil 18 de Vladislav Khodassevitch aux éditions Interférences, Marianne Gourg-Antuszewicz pour L’Hôtel du futur 19 de Gaïto Gazdanov aux éditions Circé, Hélène Henry pour Le Voyage de Hanuman 20 d’Andreï Ivanov aux éditions Le Tripode, Anne de Pourville pour Un poète fusillé : vers choisis 21 de Nikolaï Oleïnikov chez Gallimard, Macha Zonina pour Le Pont sur la Nerotch 22 de Léonid Tsypkine aux éditions Christian Bourgois.

Couverture du Couloir blanc, Vladislav Khodassévitch, traduit par Fanchon Deligne, éditions Interférences, 2015

Le Couloir blanc, Vladislav Khodassévitch, traduit du Russe par Fanchon Deligne, éditions Interférences, 2015.

Lors de la remise des prix qui s’est tenue le 4 février 2017, c’est Fanchon Deligne pour sa traduction du Couloir blanc : souvenirs autobiographiques, de la naissance à l’exil de Vladislav Khodassevitch, qui a été récompensée.

Chercheuse en paléoenvironnement et enseignante, Fanchon Deligne a participé en 2010 à la première Fabrique des Traducteurs franco-russes au CITL d’Arles. Le roman qui lui a valu ce Prix Russophonie 2017 nous livre les souvenirs personnels liés d’une part à l’enfance de Vladislav Khodassevitch, alors compagnon de Nina Berberova, et d’autre part aux premières années de la révolution qui éclate en 1917 23. C’est en 1925, alors qu’il est installé en France depuis trois ans, que Khodassevitch se rend compte du caractère définitif de son exil, et qu’il envisage de rassembler ses souvenirs sur le papier, empreints de nostalgie pour cet écrivain issu d’un milieu privilégié.

À tous les passionnés ou simples curieux de la littérature russe pas encore tout à fait bilingues… Les versions françaises vous tendent les bras !

Notes

1 « Année France-Russie 2010 », site de l’Institut français, institutfrançais.com.

2 Site des Journées européennes du livre russe et des littératures russophones.

3 Site de la maison d’édition Le Ver à soie.

4 PARFENOV, Michel, D’encre et d’exil – trajectoires russes, Centre Pompidou.fr, novembre 2012.

5 GALSTYAN, Garik, Les mouvements migratoires, [sd].

6 BOKOV, Nikolaï, La Tête de Lénine, Noir sur blanc, 2017.

7 RUBINA, Dina, Le double nom de famille, traduit par Éveline Amoursky, Arles, Actes Sud, 1996.

8 RUBINA, Dina, Zoom avant, traduit par Yves Gauthier, Paris, Phébus, 2006.

9 RYBAKOVA, Maria, La Confrérie des perdants, Paris, Le Seuil, 2006.

10 RYBAKOVA, Maria, Couteau tranchant pour un cœur tendre, Charenton-le-Pont, Le Ver à soie, 2016.

11 FEDEROVSKI, Vladimir, Dictionnaire amoureux de Saint-Pétersbourg, Paris, Plon, 2016.

12 BATOV, Andreï, Le Tao du saxophoniste, traduit par Marie Roche-Naidenov, Paris, Louison éditions, 2016.

13 Site du Prix Russophonie.

14 Chiffres-clés 2013, Statistiques de la culture, Ministère de la Culture et de la Communication, La Documentation française, 2013.

15 Index Translationum, UNESCO, « Top 10 des langues traduites vers une langue cible donnée ».

L’anglais est la première langue traduite vers le russe, puis vient le français, suivi de l’allemand. Selon la fiche consacrée à la Russie du portail FranceLivre, 14 333 ouvrages provenant de 94 pays ont été traduits en russe en 2011, ce qui représente 11,7 % de la production sur le marché du livre en Russie. 61 % du total des intraductions sont des livres anglais, 9 % sont des livres français. Concernant l’extraduction, 1 185 titres russes ont été traduits dans le monde, majoritairement en anglais. Les échanges entre la France et la Russie sur le plan littéraire sont donc a priori assez riches.

16 TCHOUKOVSKI, Korneï, L’Insigne d’argent, traduction vers le français par Odile Belkeddar, Paris, l’école des loisirs, 2015.

17 MAZIN, Cécile, « Journées du livre russe : Odile Belkeddar reçoit le 10e prix Russophonie », Actualitté, publié le 8 février 2016, actualitté.com.

18 KHODASSEVITCH, Vladislav, Le Couloir blanc : souvenirs autobiographiques, de la naissance à l’exil, traduction de Fanchon Deligne, Paris, éditions Interférences, 2016.

19 GAZDANOV, Gaïto, L’Hôtel du futur, traduction de Marianne Gourg-Antuszewicz, Belval, éditions Circé, 2015.

20 IVANOV, Andreï, Le Voyage de Hanuman, traduction de Hélène Henry, Paris, éditions Le Tripode, 2016.

21 OLEÏNIKOV, Nikolaï, Un poète fusillé : vers choisis, traduction d’Anne de Pourville, Paris, Gallimard, 2016.

22 TSYPKINE, Léonid, Le Pont sur la Nerotch, traduction de Macha Zonina, Paris, éditions Christian Bourgois, 2016.

23 France Culture, “Le Couloir blanc de Vladislav Khodassevitch par la librairie L’Usage du monde à Paris”, 21 avril 2016.

Bibliographie :

  • « Année France-Russie 2010 », site de l’Institut français.
  • Chiffres-clés 2013, Statistiques de la culture, Ministère de la Culture et de la Communication, La Documentation française, 2013.
  • Index Translationum, UNESCO, « Top 10 des langues traduites vers une langue cible donnée ».
  • « Le Couloir blanc de Vladislav Khodassevitch par la librairie L’Usage du monde à Paris », France Culture, 21 avril 2016.
  • BATOV, Andreï, Le Tao du saxophoniste, Paris, Louison éditions, traduit par Marie Roche-Naidenov, 2016.
  • BOKOV, Nikolaï, La Tête de Lénine, Noir sur blanc, 2017.
  • FEDEROVSKI, Vladimir, Dictionnaire amoureux de Saint-Pétersbourg, Paris, Plon, 2016.
  • GALSTYAN, Garik, « Les mouvements migratoires », Institut Européen Est-Ouest.
  • GAZDANOV, Gaïto, L’Hôtel du futur, Belval, éditions Circé, traduction de Marianne Gourg-Antuszewicz, 2015.
  • IVANOV, Andreï, Le Voyage de Hanuman, Paris, éditions Le Tripode, traduction de Hélène Henry, 2016.
  • KHODASSEVITCH, Vladislav, Le Couloir blanc : souvenirs autobiographiques, de la naissance à l’exil, Paris, éditions Interférences, traduction de Fanchon Deligne, 2016.
  • MAZIN, Cécile, « Journées du livre russe : Odile Belkeddar reçoit le 10e prix Russophonie », actualitté.com, 8 février 2016.
  • OLEÏNIKOV, Nikolaï, Un poète fusillé : vers choisis, Paris, Gallimard, traduction de Anne de Pourville, 2016.
  • PARFENOV, Michel, « D’encre et d’exil – trajectoires russes », Centre Pompidou.fr, novembre 2012.
  • RUBINA, Dina, Le double nom de famille, Arles, Actes-Sud, traduit par Éveline Amoursky, 1996.
  • RUBINA, Dina, Zoom avant, Paris, Phébus, traduit par Yves Gauthier, 2006.
  • TCHOUKOVSKI, Korneï, L’Insigne d’argent, Paris, l’école des loisirs, traduction vers le français par Odile Belkeddar, 2015.
  • TSYPKINE, Léonid, Le Pont sur la Nerotch, Paris, éditions Christian Bourgois, traduction de Macha Zonina, 2016.

Pour aller plus loin :

Les acteurs du Prix Russophonie :

Les éditeurs de littérature russe et les écrivains russes francophones :

En savoir plus sur l’Histoire de la Russie :

  • un condensé sur Larousse.fr.
  • GAÏDAR, Egor, La chute de l’empire soviétique : leçons pour la Russie d’aujourd’hui, Eyrolles, 2010.
  • LALLUKKA, Seppo, From fugitive peasants to diaspora: the Eastern Mari in Tsarist and federal Russia, Helsinki, The Finnish academy of Science and Letters, 2003.

En savoir plus sur la traduction :

  • ASSOULINE, Pierre, La condition du traducteur, Centre national du livre, 2011.
  • SAPIRO, Gisèle (dir.), Translatio, le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions, coll. « Culture et société », 2008.

Ailleurs sur Hypothèses.org :

  • CRSH, Russie contemporaine, carnet du Centre de Recherches en Histoire des Slaves (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne), hypotheses.org.
Citer ce billet : Pauline Bourrilly, "La Russie à livre ouvert à Paris !", Monde du Livre, 22 février 2017, https://mondedulivre.hypotheses.org/6060.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *