La collection « Sociorama » chez Casterman : quand la bande dessinée planche sur notre société

Abstract:

One year ago, the world of the art of comic strip has been impacted by Sociorama, a brand new collection created by Casterman, the famous French publisher of comic strips and graphic novels.First of all, Sociorama is the result of a collaboration between two very different domains: the sociology and the comic book. During a seminar, “sociology and comic strips”, from 2012 to 2013, several professionals, in both sectors, were invited to participate and discuss about their own experiences and vision of the subject. One of them, the author Lisa Mandel, spoke about the way she considers the human and professional brainwork in her comic books, especially in the series HP published by the Association. Yasmine Bouagga, a research fellow from the CNRS, shared with her about an observation: the sociological studies don’t get the attention they deserve.

From this debate emerged the Sociorama’s project: a way to use their complementarity, and add value to investigations by a different form. In order to keep a balance between the scientific and the editorial aspect, all the publications of Sociorama request a team composed by a sociologist and an author or illustrator, who work together. They draw some pictures taken from a set of themes established by “Socio en case”, the scientific and literary committee of the collection. From investigations to creation, all the process must be approved by them to preserve the contents.

Therefore, the concept of the collection is quite simple. The pair workers have to cooperate to produce drawings and stories, based on the conclusions of sociological investigations. The purpose is to make a fiction about unknown or taboo workplace. Since 2016, the publications came one after another. The entire collection is actually available in two formats: printed or digital support. It contains six books, and four more will be coming out in April 2017. In a few words, Sociorama is an original collection in its conception, which meets the expectations of the modern book market.


Depuis près d’un an, le monde de la bande dessinée, toujours plus riche de nouvelles idées, a accueilli la toute dernière collection des Éditions Casterman : « Sociorama ». Ce récent projet, diffusé depuis plus d’un an, a pour ligne directrice la mise en scène (ou devrait-on dire en case) de divers milieux sociologiques présents dans notre quotidien, parfois difficiles à aborder, voire tabous. C’est par ailleurs ce que confirme Lisa Mandel, cofondatrice de cette collection qui a pour but d’« immerger le lecteur dans des univers qu’il croit connaître et lui en faire découvrir les réalités […] 1». Au regard de cette première définition, une question évidente semble se poser : comment relever le pari de concilier la sociologie, discipline souvent perçue comme ésotérique, et la bande dessinée, support de plus en plus présent dans les usages de lecture ? Un retour sur la création, l’organisation éditoriale et la diffusion permettra ainsi d’entrevoir les débuts d’une collection parfois décalée, drôle, mais néanmoins toujours frappante.

Une collection à la croisée de deux mondes

Socio en cases présente la collection Sociorama au forum des « Nouvelles initiatives en médiation scientifique », organisé par le CNRS et la CPU, Bordeaux, 31/05/2016.

Socio en cases présente la collection Sociorama au forum des « Nouvelles initiatives en médiation scientifique », organisé par le CNRS et la CPU, Bordeaux, 31/05/2016.

Sociorama est avant toute chose hybride, fruit de deux domaines très différents, fusionnant en un seul support. Un constat, issu du séminaire Sociologie et bande dessinée, de 2012 à 2013 2, fut le point de départ de la future réflexion éditoriale : la sociologie et les études qui en découlent sont intéressantes, mais celles-ci ne sont pas éditées dans un contexte favorable à l’accessibilité du tout public. Yasmine Bouagga, chargée de recherche au CNRS, présente à cette journée d’étude, dépeint à regret un « public restreint » 3.

Tout le monde s’intéresse à la sociologie, mais tout le monde n’a pas le temps de se plonger dans un livre de 300 pages 4.

De son côté, Lisa Mandel, auteure invitée, présentant notamment sa série HP 5, ajoute à cela que les sujets sociologiques lui paraissent véritablement intéressants mais ne suscitent pas autant d’intérêt qu’ils le méritent. Créatrice de la série jeunesse Nini Patalo 6 publiée chez Glénat depuis 2003, l’auteure, travaillant régulièrement avec l’Association, s’intéresse également aux coulisses de notre société, et même si celle-ci n’aborde pas consciemment les études sociologiques à ce moment-là, les deux tomes d’HP, respectivement L’asile d’aliénés et Crazy seventies se recoupent en un même point : l’introspection humaine et professionnelle de milieux méconnus.

De cet échange, de leurs expériences respectives et de défis à relever naîtra ainsi « Sociorama », cette collection au nom-valise, annonçant le large tour d’horizon sociologique dont la bande dessinée prend le parti.

Traitement éditorial d’une sociologie dessinée

Lisa Mandel, portée sur les nouveaux modèles de la bande dessinée et consciente du potentiel d’un tel projet, le proposa aux Éditions Casterman, déjà éditeur de plusieurs titres innovants comme Super Rainbow, pour Professeur Cyclope 7. Grâce à ses collaborations avec différents éditeurs et à son travail d’auteure-illustratrice en faveur d’un support de réflexion pour ses lecteurs, Lisa Mandel a pu prendre le recul nécessaire sur la conception d’une collection qui, confie-t-elle, a rapidement séduit la maison 8.

Couverture de La fabrique pornographique, Lisa Mandel, Mathieu Trachman, Casterman, 2016

La fabrique pornographique, Lisa Mandel, Mathieu Trachman, Casterman, 2016.

Toujours dans un souci de valorisation de chaque entité du duo, le processus de création de chaque titre est relativement spécifique. Tout d’abord, le collectif “Socio en case” 9 établit une réserve de thèmes potentiellement exploitables. Pour parvenir à concrétiser cela sous forme d’études, les sociologues enquêtent, mais se rendent également sur les terrains d’investigation, afin d’appuyer avec solidité les résultats et conclusions, ce qui fut notamment le cas pour La fabrique pornographique. L’enjeu est de ne pas établir un projet basé sur un cliché, mais bien de s’inspirer de ce qui a été découvert sur les lieux, afin que la fiction à venir soit fidèle à la réalité.

Suite à cela, les auteurs font un choix dans les études proposées et rencontrent les sociologues qui en sont à l’origine. Pour l’élaboration de chaque album on constate ainsi l’omniprésence d’un binôme ou d’un trio, à savoir un sociologue, un illustrateur et un auteur (si ce rôle n’est pas déjà rempli par l’illustrateur). Le travail autour des titres est en effet un véritable équilibre entre scientifiques et auteurs, si bien que les études peuvent influencer directement les ouvrages, au-delà de l’inspiration, pour proposer un résultat final ne masquant pas les recherches au profit du livre. Ce fut notamment le cas pour un titre, initialement La fabrique à fantasme, qui a été revu pour ne pas confondre la fiction avec l’enquête, déjà intitulée comme cela. Il fallait alors appeler les choses par leur véritable nom 10, et opter pour un titre plus tranchant : La fabrique pornographique. En faisant ce choix, l’équipe éditoriale montre sa volonté de ne pas perdre de vue une logique plus complémentaire que fusionnelle, comme fil directeur de la collection.

En parallèle, le comité scientifique veille au bon déroulement de l’adaptation sociologique, au fur et à mesure que la collection se constitue. Concrètement, les illustrations sont ainsi soumises à la validation du chercheur ayant publié l’étude en question, mais surtout soumises à la validation du comité, qui vérifie l’exactitude du contexte et le développement de la trame. On notera que la notion d’adaptation est présente tant sur la forme que dans le contenu, afin de donner à la collection une meilleure chance d’adhésion grâce à une mise en situation à même de concerner chaque lecteur. Le fait de donner un certain contrôle au comité confère aux projets tout le sérieux du terrain sociologique et permet de proposer une lecture qui n’est pas un simple divertissement, mais bien une réflexion graphique. Quoiqu’il arrive, les auteurs et illustrateurs s’assurent que les planches et la narration respectent et présentent les résultats des enquêtes.

Le lancement de la collection, néanmoins, s’est amorcé par La Fabrique pornographique, à la demande de l’éditeur de la collection, qui souhaitait commencer par un titre vif, permettant à la fois d’intriguer puis d’accrocher les lecteurs qui pourraient se plonger dans le livre. De plus, le but de la collection est de proposer une illustration pour des sujets très éclectiques 11 et représentant, dans ce cas, un véritable challenge en termes de sujet destiné aux adultes, mais de support édité pour tous. Avec deux titres par trimestre, six publications en 2016 et quatre publications prévues en 2017, la collection Sociorama s’offre un rythme de publication dynamique lorsque l’on considère le travail conséquent autour des thématiques. Les titres sortant toujours par couple, 2017 débutera avec la sortie de Sous la blouse, une fiction visant à déconstruire la figure intouchable du chirurgien, et Plus belle la série, s’immisçant dans les coulisses de la série française Plus belle la vie afin de montrer l’envers du décor, le 12 avril 2017.

Une esthétique, divers horizons

En vue d’une cohérence entre tous les ouvrages, on note qu’ils sont conçus selon la même maquette. En effet, volontairement sectorisées, les parties des premières de couverture, à savoir le logo de la collection, le nom de l’auteur et du sociologue ainsi que l’illustration centrale présentent rapidement l’ouvrage tout en donnant quelques informations sur l’esprit de création. Si le nom de l’auteur apparaît, il est également fait mention du sociologue ayant réalisé l’étude inspirant chaque titre. Ce premier visuel en blanc de tête donne l’impression d’un rapport d’enquête, rappelant l’étroite collaboration à l’origine des projets, mais permet également de mieux valoriser une illustration se démarquant par des couleurs intenses comme repenser les vignettes/cases propres à la bande dessinée. Cette même illustration, évoquant avec humour certains procédés de Charlie Hebdo, délivre un message, une première idée de ce que le lecteur va découvrir : la mise en situation d’un domaine souvent inconnu.

En intérieur, la créativité s’exprime par une succession de planches en noir et blanc, comme pour focaliser l’importance sur le récit illustré, et ne pas détourner le lecteur du projet sociologique et des conclusions suggérées. En bref, les éléments du contenu, dont les traits minimalistes mais néanmoins percutants font réfléchir sur des sujets grinçants qu’ils affrontent par le pouvoir de l’image.

Couverture des nouvelles de la jungle de Calais, Lisa Mandel, Yasmine Bouagga, Casterman, 2017.

Les nouvelles de la jungle de Calais, Lisa Mandel, Yasmine Bouagga, Casterman, 2017.

Cependant, si l’unité visuelle de la collection est indéniable, Les nouvelles de la jungle de Calais, quant à lui, s’impose comme le petit hors collection de “Sociorama”. Contrairement aux autres projets, celui-ci est tout d’abord proposé en couleurs, comme pour animer un sujet déjà pesant sur le plan du traitement. Aussi, puisque ce travail de 304 pages est plus conséquent, son prix varie à 18 €, mais reste proche de 12 € aux formats PDF et EPUB, pour densifier sa diffusion. En se penchant brièvement sur les story-boards, on trouve alors des planches dont les traits et la narration proposent une démystification de la jungle de Calais, mais également une dénonciation des tentatives de dispersion du gouvernement 12. Particulièrement sensible, ce titre explique les tenants politiques de cette situation, par dialogues et prologue, et démontre la réalité la démonstration d’un exil très actuel, mais d’un fait non-isolé.

Dans tous les ouvrages de la collection, comme dans le titre de lancement La Fabrique Pornographique, il est ainsi question de donner une situation fréquente en lien avec la thématique donnée. Si dans La banlieue du 20 heures, la mise en scène est celle de la vie d’un jeune journaliste confronté à la pression et à la manipulation médiatique, tant sur le plan de l’information que sur celui de l’emploi, la première publication de « Sociorama » entraîne le lecteur dans une histoire l’amenant à comprendre comment une personne peut être attirée puis intégrer ce milieu professionnel particulier qu’est la pornographie.

Pour viser un public plus large et plus concerné, Lisa Mandel fixe la temporalité de la collection « ici et maintenant 13 », ou devant se focaliser sur une actualité relativement récente pour une meilleure adhésion à la démarche sociologique présente dans chaque album, amenée à être rapidement reconduite dans la mesure où notre société change à vitesse grand V.

Si le contenu de chaque scénario expose un sujet socioprofessionnel différent, on remarque dans la matérialité une harmonie significative pour la collection. Il est en effet question d’un petit format de 16 x 19 centimètres, plus pratique et plus intimiste que le format «  classique » d’une bande dessinée avoisinant les 24 x 32 centimètres chez le même éditeur. Pour donner matière à lire, mais ne pas décourager du domaine sociologique, 168 pages par ouvrage sont proposées. Enfin, le prix est fixé à 12 € et existe en deux formats différents : papier et EPUB, afin de prolonger l’esprit d’accessibilité jusqu’au plan économique, mais également numérique.

« Sociorama » est, en conclusion, une collection qui se détourne de la forme des œuvres sociologiques conventionnelles en abordant des thématiques dont la plupart des lecteurs — ‎secrètement ou non — aimeraient en apprendre davantage. Lisa Mandel et Yasmine Bouagga proposent ainsi une forme de vulgarisation du savoir sur les domaines de notre société délicats à manipuler. Dans cette collection, force est de constater que l’on retrouve une véritable réappropriation de l’information. Avec beaucoup de rigueur, et un soupçon de dérision, « Sociorama » est une collection où le dessin sublime la sociologie. À moins que ce ne soit l’inverse ?

Notes

1 BURSSENS, Pierre, “Entretien avec Lisa Mandel”, Auracan, 19 février 2016.

2 Séminaire Sociologie et bande dessinée , École nationale supérieure, 2012 – 2013.

3 JARNO, Stéphane, “”Sociorama”, la nouvelle collection qui met la sociologie dans les bulles”, Télérama, 19 février 2016.

4 “Sociorama: Interview de Lisa Mandel et Yasmine Bouagga”, Casterman, décembre 2015.

5 MANDEL, Lisa, HP, Tomes 1 et 2, l’Association, 2009, 2013.

6 MANDEL, Lisa, Nini Patalo, Tomes 1 à 5, Glénat, 2003 – 2009.

7 Professeur Cyclope est un collectif d’auteurs indépendant, en coproduction avec Arte, proposant une revue mensuelle de fictions et bandes dessinées à destination de publics adolescents et adultes, se voulant accessible sur le plan numérique pour adhérer aux nouvelles pratiques de lecture.

8 GOUDEAU, François-Jean, “L’émotion sociologique”, Page des libraires, 3 février 2016.

9 Groupe de sociologues amateurs de bande dessinée, ayant contribué à l’existence du séminaire, et constituant une forme de comité de lecture scientifique pour “Sociorama”. Il se compose de Yasmine Bouagga, Julien Gros, Marianne Blanchard et Mathias Thura.

10 BURSSENS, Pierre, “Entretien avec Lisa Mandel”, Auracan, 19 février 2016.

11 BURSSENS, Pierre, “Entretien avec Lisa Mandel”, Auracan, 19 février 2016.

12 BOURMEAU, Sylvain, “Faire passer la socio par la case BD”, Entretien avec Lisa Mandel et Yasmine Bouagga, France Culture, 11 février 2017.

13 BURSSENS, Pierre, “Entretien avec Lisa Mandel”, Auracan, 19 février 2016.

Bibliographie :

Pour aller plus loin :

Quelques titres :

  • BRAUD, Claire, JOUNIN, Nicolas, Chantier interdit au public, Casterman, coll. « Sociorama », mars 2016.
  • MARET, Léon, GOURARIER, Mélanie, Séducteurs de rue, Casterman, coll. « Sociorama », avril 2016.
  • SIMON, Anne, BENQUET, Marlène, Encaissez !, Casterman, coll. « Sociorama », août 2016.

Casterman :

Les médias, sur Sociorama :

Introduction à la sociologie :

  • BOURMEAU, Sylvain, La sociologie, une révolution, France culture, 4 février 2017.
  • RIGAUX, Nathalie, Introduction à la sociologie par sept grands auteurs : Bourdieu, Durkheim, Godbout, Goffman, Sennett, Tönnies, Weber, De Boeck, coll. « Ouvertures sociologiques », 2015.
  • VALLET, Guillaume, Sociologie : les grandes notions, Paris, Ellipses, coll. « Optimum », 2016.

Réflexions autour de la BD :

  • DOUHAIRE, Annie, 3 Westerns, sinon rien, France Inter, 7 février 2017.
  • GROENSTEEN, Thierry (dir.), Primé à Angoulême : 30 ans de bandes dessinées à travers le palmarès du Festival, Éditions de l’an 2, 2003.
  • GROENSTEEN, Thierry, Un art en expansion : dix chefs-d’œuvre de la bande-dessinée moderne, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2015.
  • QUILLIEN, Christophe, Art et BD, Paris, Palette, 2015.
Citer ce billet : Justine Decoopman, "La collection « Sociorama » chez Casterman : quand la bande dessinée planche sur notre société", Monde du Livre, 3 mars 2017, https://mondedulivre.hypotheses.org/6074.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *