La culture dans le programme du Président

« Par l’école, le travail, la culture nous construirons un avenir meilleur. » C’est ce qu’a déclaré Emmanuel Macron lors de son allocution avant de rejoindre l’esplanade du Louvre, ancienne résidence royale devenue le plus grand musée de France, pour fêter sa victoire.


Le 7 mai 2017, les français se sont déplacés aux urnes pour élire le nouveau président de la République, Emmanuel Macron. La culture et le livre, souvent absents des débats politiques pendant cette campagne, ont néanmoins trouvé leur place dans plusieurs programmes politiques, comme dans celui de M. Macron. En effet, le plus jeune président de la Ve République a dit vouloir faire de la culture et de l’éducation le premier chantier de son projet présidentiel. Cela passe par trois objectifs : « Le premier c’est une politique d’accès à la culture, le second c’est une politique de maintien d’un environnement de création culturelle français, et le troisième c’est [une] politique européenne1. »

Premier objectif : l’accès à la culture

Portrait d'Emmanuel Macron

Portrait d’Emmanuel Macron,
Crédits : Site du Gouvernement.

Comme il l’a dit dans plusieurs entretiens, il souhaite faciliter l’accès à la culture pour tous et notamment pour les milieux défavorisés. Il fait trois propositions pour réaliser cela.

Tout d’abord, il veut mettre en place un “Pass Culture”, qui permettrait à tous les jeunes âgés de 18 ans d’acheter des places de cinéma ou de concert, des billets pour des expositions, de l’opéra, du théâtre, et des livres pour un montant défini de cinq cents euros. Souvent critiqué sur la question du financement de cette mesure et sur son caractère ponctuel, le candidat a répondu que l’État n’en financerait qu’une petite partie et que la majorité serait financée en taxant les grosses industries américaines (Google, Apple, Facebook, Amazon).

Ensuite, il veut développer des activités culturelles et artistiques à l’école. Il propose par exemple de mettre en place de l’éveil musical dans les écoles primaires. Par ailleurs, il souhaite que les écoles ouvrent des clubs de théâtre, des associations culturelles et sportives, des groupes de musique ou encore des bibliothèques qui seraient financées par l’État et les municipalités.

Enfin, il veut élargir les horaires d’ouverture des bibliothèques en France, notamment les bibliothèques municipales et universitaires comme il le dit dans l’entretien des Matins sur France Culture2. Il cite l’exemple de Copenhague où les bibliothèques sont ouvertes 98 heures par semaine alors qu’en France elles sont ouvertes 40 heures. Il voudrait donc qu’elles restent ouvertes plus tard le soir et qu’elles ouvrent le dimanche, afin que les personnes y aient accès plus facilement et pour plus d’égalité, car selon lui « c’est le plus modeste qui en a besoin3 ». L’Inspection générale des bibliothèques a déclaré que « les bibliothèques françaises souffrent d’une durée d’ouverture hebdomadaire trop faible, peu adaptée aux usages et aux besoins de la population4 ». Si l’organisation Bibliothèques Sans Frontières se montre plutôt enthousiaste quant à une ouverture élargie des bibliothèques, l’Association des Bibliothécaires de France a une réaction plus mitigée. En effet, elle pense qu’il ne faut pas nécessairement ouvrir plus, mais mieux adapter les horaires d’ouverture des bibliothèques. Pour eux, la question de l’ouverture dominicale n’est pas la plus importante.

Deuxième objectif : un environnement propice à la création culturelle

L’établissement d’un environnement propice à la création culturelle est le deuxième point du programme culturel d’Emmanuel Macron. La réalisation de cet objectif passerait par la refonte du statut des intermittents, par des formations artistiques et le développement de la parité hommes-femmes, mais également par l’investissement et la diffusion de la culture.

En effet, selon lui il faut garder le statut des intermittents, puisque c’est « un outil au service de la politique culturelle5 », mais il propose de le faire évoluer. De même, il souhaite apporter des modifications aux formations des artistes dans les écoles d’arts. Il souhaite qu’il y ait plus d’interdisciplinarité et que les étudiants aient un tronc commun. Il veut aussi qu’ils puissent partir plus facilement à l’étranger. Cependant, les détails de cette réforme, notamment sur le statut des intermittents du spectacle, restent pour l’instant encore flous et imprécis.

De plus, il veut davantage de parité dans le milieu culturel. Comme il l’explique dans son programme « les femmes représentent plus de la moitié des étudiants en spectacle vivant, mais seulement 12 % des directeurs de théâtres nationaux6 ». Il veut donc faire appliquer la loi sur la parité et ouvrir des nominations.

Enfin, il souhaite mettre en place un soutien et une valorisation plus accrus du spectacle vivant, du cinéma et de l’audiovisuel.

Troisième objectif : le développement de la culture française à l’étranger

Emmanuel Macron l’a dit plusieurs fois au cours de la campagne, il veut développer le rayonnement de la culture française et de la francophonie à l’étranger, mais aussi la politique culturelle en Europe. Il prévoit donc de maintenir le budget du ministère de la Culture.

Il veut moderniser les institutions et infrastructures culturelles comme les musées et les centres d’art en les adaptant à l’ère du numérique pour attirer plus de public, ainsi que des artistes français ou étrangers. Pour assurer le soutien à la création, il envisage un fond de deux cents millions d’euros par an. En effet, dans son programme il explique qu’il souhaite « investir dans les industries créatives et culturelles françaises en créant un fonds d’investissement dédié de 200 millions d’euros7 ».

Ensuite, il veut valoriser le savoir-faire français des industries culturelles et privées en regroupant les forces à l’international. Il ambitionne de renforcer et rationaliser les institutions situées à l’étranger en investissant et en mutualisant les moyens. Cette mesure permettra ainsi de renforcer l’image culturelle de la France à l’étranger et de soutenir la francophonie.

Au niveau de l’Europe, il souhaite diffuser la politique culturelle française et mettre la culture au centre des préoccupations européennes : « C’est pourquoi j’ai lancé l’idée de convoquer un sommet des chefs d’État et du gouvernement européen pour réaffirmer le rôle central de la culture pour une Europe durable, proche de ses citoyens, et décider des grandes orientations pour donner corps à l’Europe de la culture8. » De plus il veut réglementer les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) et cela au niveau européen, en créant un seul vrai marché culturel et numérique, c’est-à-dire mettre en place des règles communes visant l’ensemble des acteurs du numérique pour une meilleure régulation du marché. Il souhaite que les grands acteurs du numérique contribuent à ce dernier comme il le dit sur France Culture, notamment en s’assurant que ces grandes entreprises payent les impôts français : « Derrière cela, ils seront l’un des contributeurs et d’abord je veux le faire par une contribution volontaire obligatoire, par un grand débat européen, et derrière une fiscalité européenne9. » Cette dernière est par ailleurs, un grand enjeu de la politique européenne. Emmanuel Macron souhaite cette fiscalité européenne afin d’éviter la délocalisation des entreprises et l’évasion fiscale. En effet, l’Irlande a actuellement un taux d’imposition de 12,5 % sur les sociétés, tandis que la France impose à 33,3%. Cette différence contribue à affaiblir la situation de concurrence entre les entreprises européennes. Cependant, pour trouver un accord sur la fiscalité, il faut l’acceptation de tous les États membres de l’Union européenne.

Enfin, il veut défendre l’exception culturelle française auprès de l’Union européenne, en insistant sur le prix unique du livre, le taux de TVA réduit pour les livres (5,5 %) et le respect des droits d’auteur.

En conclusion, le programme d’Emmanuel Macron sur la culture comporte de nombreuses propositions, certaines détaillées, d’autres encore imprécises. En plus du flou autour de quelques-unes de ces mesures, des questions sur le financement de ce programme ont été soulevées durant cette campagne. Par ailleurs, plusieurs d’entre elles, comme celle sur l’ouverture des bibliothèques, produisent un enthousiasme modéré parmi les professionnels du secteur dont certains leur reprochent de se concentrer un peu trop sur des sujets de moindre importance (l’ouverture dominicale, par exemple) au lieu du financement limité des bibliothèques ou du personnel restreint. Enfin, son programme culturel montre qu’Emmanuel Macron puise parfois son inspiration dans les politiques étrangères. Par exemple, il s’est inspiré de l’homme politique italien Matteo Renzi, pour l’idée du Pass Culture et du Danemark en ce qui concerne les horaires d’ouverture des bibliothèques. Pour résumer, le secteur culturel devrait connaître des changements importants durant les cinq années à venir si le Président et son équipe tiennent leurs engagements. La nomination de Françoise Nyssen, présidente des éditions Actes Sud, au poste de ministre de la Culture, permettra-t-elle la mise en place des mesures envisagées ?

Notes :

1 ERNER, Guillaume, « Emmanuel Macron : “Mes propositions pour la culture” », France Culture dans L’Invité des Matins, 27 janvier 2017.
2 Ibid.
3 Ibid.
4 LENARTOWICZ, Estelle, « Faut-il ouvrir les bibliothèques le dimanche ? », L’Express, 14 avril 2017.
5 Le programme culturel d’Emmanuel Macron sur le site En Marche !.
6 Ibid.
7 Site internet du parti En Marche.
8 CULTUREBOX, « Les candidats à la présidentielle et la culture : les propositions d’Emmanuel Macron », Culturebox, 24 avril 2017.
9 ERNER, Guillaume, « Emmanuel Macron : “Mes propositions pour la culture” », France Culture dans L’Invité des Matins, 27 janvier 2017.

Bibliographie

Pour aller plus loin

Citer ce billet : Pauline Duquenne Marmin, "La culture dans le programme du Président", Monde du Livre, 7 juin 2017, https://mondedulivre.hypotheses.org/6447.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *