Une dose d’art au quotidien ?

« Une sacrée couche, où l’on se bat à coup de peinture avec la police » ;

« Bergère de luxe, où l’on découvre une robe qui fait parler d’elle ».

Voilà deux exemples accrocheurs d’ouverture des anecdotes d’Artips.

Couverture d'Artips, une dose d’art au quotidien, Coline Debayle, Jean Perret, Gérard Marié, Éditions du Chêne, 2014.

Artips, une dose d’art au quotidien, Coline Debayle, Jean Perret, Gérard Marié, Éditions du Chêne, 2014.

Artips, dont le nom est formé d’art et tips (petit conseil d’ami ou pourboire, en anglais), est une start-up française lancée en avril 2013 par Coline Debayle, Jean Perret et Gérard Marié. Le principe repose sur un système de newsletter envoyée gratuitement aux abonnés trois fois par semaine, pour leur raconter une histoire courte et originale sur l’art. Tous les arts, toutes les périodes et tous les styles sont évoqués. Le Nouvel Obs décrit ce service comme une « minute quotidienne d’histoire de l’art pour génération texto 1 ». Cette expression, bien que discutable, résume assez bien le projet : un contenu de qualité, original, que l’on peut lire sur ordinateur, sa tablette ou son téléphone en à peine plus d’une minute. La volonté de démocratiser l’histoire de l’art auprès de tous les publics – les grands amateurs comme les novices – est au cœur de la démarche. En effet, le développement du goût pour l’art peut être épaulé par ce type d’initiative : après s’être abonné, le lecteur n’a plus aucune démarche à faire, l’information lui est directement envoyée dans sa boite mail. Cela fonctionne très bien dans la mesure où Artips déclare ne jamais avoir constaté de profil-type dans ses abonnés et continue de se développer auprès d’un public large et éclectique.

L’équipe comptait à l’origine trois membres, toujours au centre du projet, mais elle a été enrichie depuis, de plus de quatre-vingts rédacteurs et de centaines de collaborateurs inscrits dans le domaine de l’art (professeur, historien, bénévole, étudiant, médiateur culturel…). La newsletter compte aujourd’hui plus de 500 000 abonnés, de langue française, anglaise, allemande, espagnole, italienne ou portugaise. Après l’Europe, la start-up veut à présent percer aux État-Unis, où elle a déjà timidement commencé à s’implanter. Il faut dire que le principe d’Artips ainsi que sa stratégie de communication, sont efficaces : les anecdotes sont drôles, singulières et accessibles, bien illustrées et présentées sur un fond coloré qui attire l’œil. Artips est présent sur plusieurs réseaux sociaux et alimente régulièrement ses fils de publication sans répéter la newsletter, il a son propre site internet et il a même créé une application qui permet de lire l’anecdote sur n’importe quel support. Son succès est tel que l’on en parle dans la presse généraliste ou spécialisée. Il parvient également à augmenter sa visibilité en s’associant à d’autres sites comme Goodeed, qui donne la possibilité de faire des dons à des associations humanitaires par visionnage de publicités. Ce partenariat lui offre l’opportunité de se faire connaître, tout en permettant aux internautes de faire une bonne action, ce qui toujours positif pour l’image d’une entreprise.

Artips, Histoire(s) de l'art en BD, Collectif, Éditions Petit à Petit, 2016.

Artips, Histoire(s) de l’art en BD, Collectif, Éditions Petit à Petit, 2016.

Artips fonctionne grâce à un modèle économique devenu rare sur les internets : aucune publicité n’est glissée dans la newsletter et il s’engage par écrit, sur la page d’accueil du site web, à ne pas vendre les coordonnées des abonnés (d’ailleurs, à part son adresse mail, il est tout à fait possible de donner de fausses informations lorsque l’on s’inscrit). Afin de trouver des réseaux de financement, Artips a formé des partenariats commerciaux avec des entreprises qui bénéficient d’une newsletter personnalisée et il commercialise un livre papier qui résume et complète les anecdotes envoyées par mail (publié aux éditions Chêne en octobre 2014). La principale source de revenus reste les services de rédaction d’anecdotes offerts aux institutions, musées et centres d’art, liées aux programmes de ces espaces culturels (chaque newsletter renvoie aux sites partenaires, pour toucher de nouveaux publics). Des événements et concours sont également organisés, notamment durant les fêtes de fin d’année.

Les ressemblances avec les périodiques traditionnels sont nombreuses : chaque anecdote pouvant être considérée comme un nouveau numéro, on reçoit, grâce à un système d’abonnement, toutes les publications directement dans sa boîte mail, à une période donnée. Artips correspond finalement à la forme la plus basique de revue, mais transposée à l’édition et la presse numériques. Puisque le projet est d’abord construit en ligne, on considère qu’il s’agit d’édition nativement numérique. Le site web ainsi que la newsletter sont programmés en responsive design, ce qui signifie qu’ils s’adaptent à la taille et aux contraintes de chaque support. Cela permet de maximiser le nombre de supports de lecture, et donc de lecteurs potentiels, mais aussi de répondre à certains enjeux de l’édition numérique. Enfin, à la fin de chaque newsletter, le lecteur peut exprimer son opinion, gardant ainsi une certaine proximité avec le public, accompagnée d’un regard critique.

Artips est un de ces nombreux exemples de source développée avec succès sur le web. La culture à la portée de tous : un savant mélange d’art et d’humour chaque jour.

1 KRIEF, Barbara, « Artips : minute quotidienne d’histoire de l’art pour génération texto », Nouvelobs, 13 octobre 2013..

Sources :

Pour aller plus loin :

  • Site Internet d’Artips
  • Page Facebook d’Artips
  • Artips les 10 secrets”, présentation de l’application sur Le Monde.fr
  • Site Internet de Goodeed
  • Site Internet des éditions Chêne
  • DEBAYLE, Coline, PERRET, Jean, MARIÉ, Gérard, Artips, Une dose d’art au quotidien, Paris, Chêne, 2014.

 

Citer ce billet : Justine Vincenti, "Une dose d’art au quotidien ?", Monde du Livre, 21 juin 2017, https://mondedulivre.hypotheses.org/6482.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *