Coup de cœur pro : L’Éternel Retour, une librairie de quartier qui vaut le détour !

La librairie L’Éternel Retour a bien choisi son nom : cette librairie de quartier, nichée depuis plus de 10 ans au 77, rue Lamarck dans le 18e arrondissement de Paris, accueille une clientèle fidèle. Cette petite librairie généraliste est aujourd’hui gérée par Fred et Ninon, deux jeunes libraires qui ont chaleureusement accepté de répondre à nos questions et de nous faire découvrir cette librairie indépendante.

Librairie L'Éternel Retour

Devanture de la librairie L’Éternel Retour

Merci beaucoup d’avoir bien voulu répondre à nos questions. Pour commencer, pouvez-vous nous parler de vos parcours respectifs ?
Ninon : Je n’étais pas du tout destinée à travailler en librairie. Je préparais ma thèse en histoire de l’art et c’est en remplaçant une amie pendant deux ans que je me suis retrouvée libraire, métier qui m’a tout de suite plu, aussi bien pour l’environnement et les gens rencontrés que pour le travail.
Fred : J’ai exercé beaucoup de métiers différents et fait plusieurs stages à Paris lors de mon DUT Métiers du livre et du patrimoine au Havre. C’est en travaillant en bibliothèque que j’ai réalisé que je préférais la librairie, et après plusieurs candidatures, j’ai finalement été embauché ici.

Pouvez-vous nous expliquer le fonctionnement de la librairie et la répartition des tâches ?
Ninon : Nous sommes deux employés (Fred à plein-temps et moi à temps partiel). La librairie est ouverte du mardi au samedi de 11h à 14h et de 15h à 20h. Nous sommes ensemble les mardis, vendredis et samedis et nous nous répartissons les autres jours de la semaine. Si nous essayons au maximum d’être interchangeables, Fred demeure le gérant et s’occupe de la comptabilité. Nous nous répartissons ensuite les rayons selon les goûts, les affinités et les connaissances. Cyril Dewavrin reste le propriétaire du fonds de commerce mais ne travaille pas avec nous.

Librairie L'Éternel Retour

Intérieur de la librairie L’Éternel Retour

Comment définiriez-vous le métier de libraire ? Et votre librairie ?

Fred : Pour moi, être libraire repose sur l’échange avec la clientèle et sur la gestion de stock. Ici, je me sens chez moi, je m’y investit personnellement. Tout deux débutants dans le métier, il n’y a pas vraiment de direction. Nous faisons beaucoup plus d’improvisation et naviguons à l’estime, ce qui permet une grande liberté d’action. C’est un travail très prenant. Les heures de fermeture ne sont pas des pauses mais la gestion d’éléments que nous ne pouvons pas traiter quand la librairie est ouverte. Les journées sont donc souvent très courtes pour la masse de travail nécessaire.
Ninon : C’est vrai que la gestion des stocks (les retours, la réception des cartons) est une partie fondamentale du métier, bien que souvent oubliée dans la description romantique qu’on peut se faire du libraire. Être libraire, c’est justement pour moi un équilibre entre ces activités très routinières et simples qui permettent de libérer un autre espace imaginaire à investir dans les livres, pour penser aux commandes à réaliser ou bien les échanges avec les lecteurs. Nous essayons au maximum de rester libres de nos choix mais toujours dans la mesure de nos moyens financiers.

Puisque vous l’évoquez, recevez-vous des aides financières ?
Fred : Nous ne recevons pas pour l’instant d’aide financière puisque nous venons de reprendre la gérance de la librairie et que le lancement a été plutôt chaotique (le cas de location-gérance en librairie étant rare, il est souvent difficile à traiter 1). Nous comptons toutefois en demander, notamment pour le mobilier que nous aimerions renouveler. Nous souhaitons aussi être affiliés au Label LiR 2 pour aller la taxe professionnelle.

Quels sont vos rapports avec les autres acteurs du livre (éditeurs, diffuseurs, distributeurs, représentants) ?
Ninon : Nous sommes fréquemment en contact avec les librairies L’Attrape Cœur, située dans le 18e arrondissement. Nous nous prêtons des livres, nous envoyons des clients, assistons à nos rencontres respectives. Nous sommes peut-être concurrents mais pas en concurrence. Disons plutôt que nous sommes complémentaires. Nous ne prévoyons pas encore d’évènements communs mais cela est possible à l’avenir. Nous sommes également inscrits sur le portail internet Paris Librairies qui regroupe plus de 110 librairies indépendantes parisiennes et permet d’accéder au stock de chacune.
Fred : Notre librairie est de niveau 2 et ne dispose donc pas de la même attention que certaines autres, nous travaillons beaucoup sur catalogue. Des représentants viennent toutefois nous rendre visite assez régulièrement, à peu près tous les deux mois. Nous recevons également de nombreux dépôts et avons donc un lien direct avec certains éditeurs. Nous avons également l’envie d’inviter ceux qui nous touchent tout particulièrement. Nous recevrons donc en mai prochain les Éditions Mirobole, maison d’édition bordelaise aux couvertures remarquables qui publie uniquement de la littérature étrangère (polars et science-fiction).

Quels types de lecteurs visitent la librairie ?
Ninon : La librairie existe depuis douze ans, les deux premières années sous l’enseigne Les Mots Bleus, puis sous l’enseigne l’Eternel Retour. C’est une librairie de quartier dont la clientèle est fidèle. La majorité des gens qui passent cette porte ont une carte de fidélité (qui permet une remise de 5% à partir de 100 euros d’achat). On trouve beaucoup de professeurs, d’écrivains ainsi que de jeunes parents fraîchement installés dans le quartier, mais très peu d’étudiants. Le pouvoir d’achat du quartier est plutôt aisé, mais nous avons aussi affaire à une clientèle dont les revenus sont plus modestes.
Fred : Bien que les lecteurs proviennent souvent du même milieu, nous avons affaire à différents comportements. Il nous arrive d’être ouverts le dimanche, et dans ce cas-là nous avons quelques touristes, certains viennent simplement faire un tour, s’assoient sur le canapé et feuillettent des ouvrages, d’autres repartent avec une pile impressionnante de livres. Toutefois, le local reste atypique et nous le ressentons dans les ventes. Par exemple nous n’avons vendu aucun exemplaire de Cinquante Nuances de Grey, alors que nous avions pris un exemplaire  de chaque tome, pour essayer. Nous vendons peu de Musso également, et nous voyons que les titres en tête de vente ne sont pas ceux qui sont en tête ici.

"Notes de bas de page" dans le cadre du Pari des libraires

animation dans la librairie L’Éternel Retour

Organisez-vous beaucoup d’évènements et de rencontres pour vos lecteurs ?
Ninon : Oui, nous sommes toujours motivés pour recevoir nos lecteurs et des auteurs mais installés récemment, nous ne sommes pas pour le moment en force de proposition. Nous nous laissons davantage porter par les projets que nous font les gens. Ces improvisations nous permettent alors de proposer des rencontres éclectiques et de permettre aux auteurs qui ont du mal à placer leur livre en librairie de présenter leurs œuvres. Nous communiquons les évènements via notre page Facebook, plaçons des affiches en vitrine et créons des marques-pages annonçant les prochains rendez-vous. C’est le plus généralement le public de l’auteur qui assiste à ces rencontres ou les gens curieux du quartier. Nous organisons toutefois une soirée régulière « Notes de bas de page », un jeu d’improvisation où lecteurs et musiciens partagent un moment d’expression sonore en collaboration artistique.

Pourquoi le choix du 18e arrondissement de Paris ?
Fred : Ce n’est pas nous mais l’ancien gérant, Cyril, qui a décidé de cet emplacement pour une raison tout d’abord pragmatique : celle du loyer bas. De plus, la librairie est bien située, puisque près d’une station de métro très fréquentée (Lamarck-Caulaincourt, ligne 12) et de la butte Montmartre.
Ninon : Le quartier est également sociologiquement riche avec un niveau culturel très élevé et un gros pouvoir d’achat. Le niveau culturel est assez élevé, mais le pouvoir d’achat est variable d’un foyer à l’autre.

Et pourquoi ce nom « L’éternel retour » ?
Ninon : La librairie a d’abord été spécialisée en philosophie et faisait donc une évidente référence au concept nietzschéen 3 mais également au film de Jean Delannoy 4 , tourné sur la butte Montmartre. La librairie s’est donc directement affichée comme une librairie de quartier, caractéristique qu’elle conserve encore aujourd’hui.

Quelles sont les prochaines étapes ? Vos projets pour l’avenir ?
Ninon : Une des premières choses à faire est d’arriver à me salarier à temps plein pour mieux s’organiser et disposer de plus de temps de lecture ainsi que d’augmenter nos salaires respectifs. Nous sommes encore dans une période d’installation et d’adaptation, notamment pour rationaliser le stock qui correspondait à d’autres libraires et qu’il nous faut appréhender.
Fred : Nous aimerions améliorer et stabiliser notre rythme de travail, être plus réguliers. Il faudrait également disposer d’un mobilier plus adapté et plus fonctionnel (nous manquons encore d’espace).

Si les deux libraires rencontrés affirment les difficultés du métier et une certaine précarité de la librairie en général, ils demeurent enthousiastes quant à l’avenir de leur commerce. Réaménagement de l’espace et des stocks, multiplication des évènements, partenariat avec d’autres librairies, passage au temps complet : voici quelques unes des idées énoncées par Fred et Ninon qui permettraient de légitimer davantage une librairie qui vaut le détour, et pourquoi pas même un éternel retour !

Notes

1 Par le biais de la location-gérance, le propriétaire d’un fonds de commerce en confie la gestion à un tiers tout en conservant les revenus.
2 Le Label LiR reconnaît, valorise et soutient les engagements et le travail qualitatifs des libraires indépendants. Explication sur la page du CNL.
3 Il s’agit d’un concept aux multiples interprétations. On le définit le plus souvent et le plus simplement comme tel : mène ta vie en sorte que tu puisses souhaiter qu’elle se répète éternellement.
4 L’Éternel retour, film de J. Delannoy, écrit par Jean Cocteau en 1943.

Pour aller plus loin :

OLLENDORFF, Michel, Le Métier de libraire. I. La gestion de stock, Paris, Cercle de la Librairie, 2004.
OLLENDORFF, Michel, Le Métier de libraire. II. La production de l’assortiment, Paris, Cercle de la Librairie, 2006.

Citer ce billet : Laure Perrier, "Coup de cœur pro : L’Éternel Retour, une librairie de quartier qui vaut le détour !", in Monde du Livre, 9 juin 2017, https://mondedulivre.hypotheses.org/6489.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *