Les Rencontres nationales de la librairie, un rendez vous essentiel pour la librairie indépendante

Abstract:
Every two years, the booksellers’ national trade union organises a meeting in a French city to analyse the problems the profession is facing and how to solve them.
In June 2017, La Rochelle will host the 4th « Rencontres nationales de la librairie » (RNL).
Throughout the years, bookshops have suffered from the economic crisis, the decreasing amount of regular readers, the competing online sales, and the arrival of electronic books on the market.
However, the French independent bookshops network is still the world’s largest one. It is known that independent bookshops are the reason that independent publishers are still numerous in France : thanks to the Law lang voted in 1981, they have been preserved from competition with big retail chains.
Those biennial meetings are essential for booksellers as it enlightens their economic situation, and gives answers on how to improve it. For example, the booksellers’ national trade union have used the RNL to start marketing campaigns about a collective identity, « Librairies indépendantes » (Independent Bookshops), or to launch a new tool, l’“Observatoire de la librairie” (the Bookshop Observatory), developed for the booksellers to analyse their sales and compare their results to similar bookshops that also have subscribed.
The main and essential purpose of the RNL is for booksellers to feel united and to keep fighting together for the longevity of their profession, as bookseller can be, despite the common belief, a job for the future.


L’espace de congrès l’Encan, à La Rochelle, s’apprête à accueillir les Rencontres nationales de la librairie (RNL) les 25 et 26 juin prochains. Il s’agit de la quatrième édition de cette manifestation biennale, après Lyon en 2011, Bordeaux en 2013 et Lille en 2015 1.

Organisées par le Syndicat de la Librairie Française (SLF), ces rencontres sont l’occasion pour les nombreux professionnels de se retrouver et de construire ensemble un avenir pour la librairie indépendante, qui, rappelons-le, représente en France le réseau le plus dense au monde. Un réseau aussi dense suppose une diversité des profils : se réunir, c’est prendre conscience de la pluralité des réalités et donc tenter de se renforcer ensemble.

En juin 1990, le ministère français de la Culture organisait les dernières rencontres de la librairie précédant celles à l’initiative du SLF. Elles furent essentiellement consacrées à faire le point sur la loi Lang de 1981 concernant le prix unique du livre, son application et ses effets, un peu plus de dix ans après sa mise en place 2. C’est pour les trente ans de cette loi, à laquelle nous devons la survie et la richesse du réseau français de librairies indépendantes, que le SLF a voulu se pencher sur l’avenir du métier, en conviant les acteurs et membres de ce réseau, principaux concernés : les libraires. L’objectif est de se retrouver pour mieux identifier les combats communs et apporter aux professionnels le sentiment d’une unité, nécessaire dans un contexte de crise du livre. Le métier a connu de profondes mutations à l’aube du XXIe siècle : le livre numérique, le développement des grandes surfaces culturelles et l’explosion de la vente en ligne sont autant de facteurs qui ont obligé les librairies à se réinventer. Les liquidations en 2013 de la branche française de Virgin Megastore et du groupe de librairies Chapitre, et la mise en redressement judiciaire de Sauramps, deuxième librairie indépendante de France, ont souligné l’importance de la question économique. En effet, la librairie est le commerce de détail le moins rentable des centres-villes et son équilibre financier ne cesse d’être précaire. La messe est dite : assurer la survie des librairies indépendantes est indispensable. C’est ce que le SLF tente d’entreprendre par ces rencontres, qui réunissent chaque fois des professionnels de plus en plus nombreux.

Les lecteurs en librairie

Livres, librairie, livre lecteur, lecteurs, lecture

Ce qu’il faut retenir des trois premières éditions

Certains thèmes sont récurrents car centraux pour l’avenir du métier. C’est le cas notamment du questionnement sur la place de la libraire dans le centre-ville. En véritable commerce de proximité, la géographie de la librairie est essentielle pour sa survie. En 2011, Christophe Evans, du Service études et recherche de la Bibliothèque publique d’information, s’est interrogé sur les usages et représentations des librairies indépendantes dans la ville, en considérant la librairie comme un lieu de vie autant qu’un commerce du livre. Il a ensuite animé une table ronde, accompagné de plusieurs libraires et éditeurs, sur le thème « De la ville à l’écran : quels territoires pour la librairie ? », abordant ici une autre thématique récurrente, la librairie à l’heure du numérique. Cette dernière fut au cœur de plusieurs débats lors des rencontres lyonnaises de 2011, faisant l’objet d’une conférence de Philippe Moati, directeur de recherche au CREDOC 3. Deux tables rondes ont également été proposées aux libraires afin de leur donner des clés pour la prise en main du numérique et son intégration dans leur activité.
La seconde édition des RNL a été l’occasion de revenir sur les objectifs proposés en 2011. Afin de déterminer au mieux la situation exacte du commerce de la librairie, le SNL a commandé plusieurs études qui ont été présentées et analysées à l’ouverture des deux jours de conférences. Xerfi 4 a réalisé pour les Rencontres une étude détaillant l’évolution de la situation économique et financière des librairies françaises entre 2005 et 2012 5. L’Observatoire de la société et de la consommation s’est quant à lui intéressé à la question de la clientèle de la librairie, et, en présentant ses attentes, a proposé des pistes pour l’élargir et la fidéliser 6.

Librairies indépendantes

Affiche de campagne des librairies indépendantes

Ce sont ces deux axes – l’aspect financier et la question de la clientèle – qui ont rythmé les Rencontres de Bordeaux et notamment les différents ateliers proposés. Les libraires ont également pu être formés et informés à propos de la gestion des stocks et son optimisation, des différentes politiques publiques menées en faveur de la librairie et notamment les mesures du plan d’aide en faveur des librairies du ministère de la Culture. Ce plan confirme la librairie comme menant une activité d’intérêt général, en dépit de son statut de commerce privé. Un atelier, animé par Érik Fitoussi, directeur de la librairie Passages à Lyon, interrogeait également la spécificité des petites librairies, au travers de l’aspect « qualitatif » de leur activité. C’est ce « qualitatif » que défend la loi Lang : comment perdure-t-il dans ces petites librairies et comment le mettre en valeur ? Notons que le thème des petites librairies a été au cœur d’un autre atelier à Lille en 2015, qui a questionné les spécificités de leur fonctionnement (difficultés, atouts, profils, etc.).
Ce sont autant de sujets qui sont au centre de tous les débats à chaque édition des Rencontres de la librairie : la mise en valeur du travail du libraire et les moyens financiers qui sont à sa disposition (aides, optimisation de la gestion et les outils disponibles pour y parvenir, etc.).

C’est dans l’optique de répondre à ces questions que les RNL continuent de fédérer les professionnels de la librairie et de les rassembler tous les deux ans. En effet, les Rencontres à Lille en 2015 ont été l’occasion pour le SLF de présenter ses différents plans d’action pour valoriser et soutenir le commerce de la librairie en France. Un nouvel outil au service des libraires a été lancé à cette occasion : l’Observatoire de la librairie. Il est défini ainsi sur le site officiel :

« L’Observatoire de la librairie est un outil collectif développé par le Syndicat de la librairie française. Il est ouvert à l’ensemble des libraires, adhérents ou non du syndicat. À travers l’accès à des tableaux de bord, la plateforme de l’Observatoire de la Librairie permet aux libraires d’avoir une meilleure visibilité sur leur activité et de mieux la piloter en disposant d’indicateurs économiques sur leur librairie et en les comparant à l’ensemble du panel des libraires présents sur l’observatoire ou, sur autorisation, à des groupes plus restreints de librairies. (…) L’Observatoire de la librairie fournit également une visibilité sur les performances globales de l’ensemble de la librairie indépendante. »

Le tarif d’adhésion varie selon le chiffre d’affaires de la librairie. Aujourd’hui, deux ans après son lancement, environ cent cinquante librairies utilisent cet outil.

Librairies indépendantes

Logo des librairies indépendantes

C’est également aux Rencontres nationales de 2015 qu’a été présentée la nouvelle campagne de communication « Librairies Indépendantes », mise en place également par le SLF. Celle-ci a été créée dans le but de regrouper toutes les librairies indépendantes françaises sous une identité collective, et, dans le même temps, informer le grand public sur ce réseau afin de pouvoir concurrencer les grandes surfaces spécialisées ou la vente en ligne. Depuis deux ans, les libraires peuvent afficher le logo « Librairies Indépendantes » et depuis décembre 2016, une campagne radiophonique a été diffusée sur France Inter. Cette campagne s’est également déclinée en affiches et bannières pour afficher sur les murs des librairies et sur leurs réseaux sociaux : « Ici, c’est votre librairie, vous avez le droit de… nous coller / être emballés / changer de genre ». « La campagne s’accompagne d’une charte des libraires indépendants qui se décline à partir de sept engagements : la confiance, le cœur, la convivialité, le conseil, la compétence, la connexion et la citoyenneté », peut-on lire sur le site « Librairies Indépendantes ».

Les Rencontres de 2015 ont également été l’occasion de dresser divers bilans. Plusieurs thèmes ont donc été abordés une nouvelle fois, comme les marchés publics, la librairie face au numérique, la distribution des livres et les enjeux commerciaux et économiques qu’elle soulève. La question de la formation au métier a été évoquée lors d’un atelier animé par Marion Baudoin, déléguée générale de Libraires en Rhône-Alpes, et Michel Bazin, fondateur et ancien directeur de la librairie Lucioles à Vienne, a proposé de traiter la question de la diffusion des sciences humaines, secteur en développement et pour lequel les éditeurs de création ont besoin du soutien des libraires.
Enfin, Fleur Pellerin, alors ministre de la Culture et de la Communication, a fait le bilan du « Plan Librairie » mis en place en 2014 :

« Celui-ci a permis de ramener au taux réduit de 5,5 % la TVA sur le livre afin d’en favoriser la diffusion, de renforcer le prix unique du livre pour une concurrence plus équilibrée entre les circuits physiques de vente de livres et Internet, et, en dernier lieu, de mobiliser plus de 12 millions d’euros pour soulager la trésorerie des librairies, faciliter leur transmission ou accompagner leurs investissements lors de créations, de reprises, d’agrandissements ou de développement de sites Internet. »

Comme en 2011 et 2013, le but de ces rencontres a été de démontrer que libraire est un métier d’avenir, de responsabilités civiques et culturelles, et d’affirmer l’importance de se mobiliser ensemble : « Les Rencontres nationales de la librairie doivent être un moment de réflexion prospective et d’éclairage sur les forces et les faiblesses des modèles de librairies indépendantes et sur les initiatives individuelles et collectives à mettre en œuvre pour conforter leur avenir. 10 »

Les quatrièmes Rencontres nationales de la librairie

C’est donc dans cette lignée que s’inscrit la quatrième édition des RNL. La formule change légèrement : des tables rondes et présentations en plénières seront toujours proposées, mais dans un temps beaucoup plus réduit. En effet, il est prévu de mettre en place davantage d’ateliers qui accueilleront chacun un public plus restreint (de trente à cent personnes) et aborderont des thèmes spécifiques, avec vraisemblablement une approche pratique.

Rencontre avec Myriam Anissimov

Logo du Centre National du Livre (CNL)

Plusieurs axes ont été déterminés, qui finalement rejoignent tous ceux développés précédemment. En effet, l’avenir de la profession reste au cœur des préoccupations. Le CNL a publié en mars 2017 un nouveau rapport sur la lecture, qui confirme le fait que la pratique n’a pas reculé chez les Français. Cependant, la vente en ligne continue de gagner du terrain, au détriment le plus souvent de la librairie qui souffre encore d’une méconnaissance du prix unique du livre. La question de la préservation du métier passera donc par des analyses et propositions autour de la fidélisation de la clientèle et des relations-clients (des ateliers rejoindront ce thème : la communication sur les réseaux sociaux, le financement participatif, les animations, etc.). L’aspect économique sera abordé à travers des tables-rondes autour de la diffusion-distribution et des rencontres avec des responsables de ces structures intermédiaires, qui seront, là encore, complétées par des ateliers tels que la maîtrise de ses achats, de ses retours et la relation libraire-représentant. D’autres ateliers aborderont les enjeux classiques mais essentiels pour l’équilibre financier des librairies comme la gestion du stock et l’amélioration de sa rotation. Enfin, notons le thème central de cette plénière : « Comprendre les évolutions des librairies indépendantes : quelles modifications dans les comportements des clients, comment évolue la vente du fond, des nouveautés…, les points forts et les points faibles des librairies ». Établies en collaboration avec l’institut d’études de marché GFK, les questions qui y seront abordées donneront à la fois un bilan de la situation de la librairie, et déploieront les axes à travailler par ses représentants, les libraires.
Il ne nous reste qu’à espérer de ces quatrième Rencontres nationales de la librairie une invitation à continuer à prendre les armes pour la bibliodiversité comme pour le client-lecteur, qui sera toujours, autant que le livre, au cœur du métier. Il est nécessaire que ces deux constantes continuent de fédérer une profession aussi diverse qu’elle doit être unie.

 

Notes :

1 Toutes les informations concernant les précédentes rencontres sont issues de l’onglet « Archives » du site des Rencontres nationales de la librairie.

2 « Quelle librairie pour demain ? », Rencontres Nationales de la librairie, 2011.

3 Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie.

4 Xerfi est un groupe d’expertise économique qui réalise des études des données à destination notamment des entreprises.

5 Cette étude est disponible en intégralité ici.

6 Également disponible en intégralité ici.

7 http://www.observatoiredelalibrairie.com/principe.php

8 http://www.librairiesindependantes.com/#campagne

9 Bilan des 3èmes RNL.

10 Communiqué de presse, 3 juin 2015.

Bibliographie :

Pour aller plus loin :

Citer ce billet : Laura Mouveaux, "Les Rencontres nationales de la librairie, un rendez vous essentiel pour la librairie indépendante", in Monde du Livre, 15 juin 2017, http://mondedulivre.hypotheses.org/6572.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *