Fiche de lecture : Regards sur l’édition dans le monde arabe, sous la direction de Charif Majdalani et Franck Mermier

Regards sur l’édition dans le monde arabe est un ouvrage collectif dirigé par Charif Majdalani, un écrivain libanais, et Franck Mermier, un anthropologue, qui regroupe plusieurs articles sur la situation actuelle du livre arabe et son histoire 1.

Dans son introduction, Charif Majdalani déplore le peu de données fiables et d’études approfondies sur la situation du livre dans le monde arabe. Cet ouvrage se veut alors une réponse à ce manque, à la fois en présentant diverses approches historiques du livre dans le monde arabe, en étudiant ses pratiques d’écriture et de lecture, et en faisant un état des lieux de l’édition au sein de ces pays. Cette fiche de lecture cherche à établir une synthèse partielle des nombreux points abordés dans ce livre.

MAJDALANI, Charif, et MERMIER, Franck, Regards sur l’édition dans le monde arabe, Paris, Karthala, 2016.

MAJDALANI, Charif, et MERMIER, Franck, Regards sur l’édition dans le monde arabe, Paris, Karthala, 2016.

Approches historiques

Le livre dans l’espace arabe

Les débuts de l’imprimerie dans l’espace arabe sont tardifs et réservés pendant longtemps aux congrégations chrétiennes. Les premiers ateliers typographiques sont installés à la fin du XVsiècle à Constantinople et à Salonique par des communautés juives. L’imprimerie ne publie d’abord que des œuvres destinées aux communautés juives et chrétiennes, et les caractères arabes sont interdits. Ce n’est qu’en 1726 qu’un édit religieux autorise l’impression d’ouvrages profanes en arabe, sous réserve d’un contrôle religieux. La plupart des imprimeries qui éclosent dans le monde arabe sont donc des initiatives religieuses chrétiennes, comme la première imprimerie de Beyrouth installée en 1751 dans un couvent grec-orthodoxe. L’impact de ces imprimeries reste donc limité, confinant la plupart des livres dans des circuits chrétiens. Il ressort de ces faits un développement tardif du secteur privé de l’édition et qui se situe principalement au Caire et à Beyrouth. Même dans ces deux villes, il faut attendre la deuxième moitié du XXsiècle pour qu’un secteur de l’édition émerge véritablement, hors domaine de l’imprimerie. De plus, un contrôle étatique est mis en place dans la plupart des pays arabes, à l’exception du Liban. En Égypte par exemple, de nombreuses maisons d’édition sont nationalisées sous le régime de Nasser et, dans beaucoup d’autres pays de la péninsule arabique, l’édition étatique est prédominante. Face à cela, l’édition privée au Liban connaît un véritable essor.

Depuis les années 1980, on assiste à une croissance du livre religieux islamiste, qui entraîne l’apparition de nombreuses maisons d’édition. En Syrie notamment, le marché est dominé par l’édition d’orientation islamique. Dans le même temps, il y a une baisse importante des tirages dans les domaines des sciences humaines et de la littérature, mais le secteur de la littérature jeunesse s’étend.

Les guerres internes en Irak, en Syrie, en Libye et au Yémen ont créé des situations catastrophiques pour l’édition, la fermeture ou la destruction d’imprimeries et de maisons d’édition étant fréquentes, rendant ainsi l’accès au lectorat très difficile. Cependant, durant ces dix dernières années, de nouveaux acteurs de l’édition ont émergé, porteurs d’un nouveau panarabisme culturel.

« Lorsque l’enfant paraît » : le renouveau de la littérature pour la jeunesse depuis les années 2000

L’édition de jeunesse arabe débute avec la publication d’une revue illustrée au milieu du XXsiècle, Majallat Sindibâd 2, et se poursuit avec de nombreuses maisons d’édition qui publient des livres pour enfants dans la deuxième moitié du XXsiècle. Après la défaite arabe contre Israël en 1967, la cause palestinienne va devenir le moteur principal de l’édition jeunesse. Ce secteur connaît par la suite quelques années de vide, avant d’être relancé au début des années 2000.

Plusieurs constats peuvent alors être faits : l’apparition d’un commerce de l’enfance qui n’existait pas avant ; l’enrichissement quantitatif et qualitatif de la littérature jeunesse ; et la création d’une vingtaine de maisons d’édition pour la jeunesse depuis l’an 2000. Ce renouveau peut s’expliquer de plusieurs façons. La plupart des créateurs des années 2000 parlent d’un manque à combler dans ce domaine. La structure familiale a changé ces quarante dernières années et l’enfant a acquis une place plus importante. On assiste aussi, de la part des créateurs, à la recherche de l’individualité. Cet engouement pour la littérature jeunesse et pour la création arabe est également constitutif d’une appartenance à la « modernité ».

TÂHIR, Wâlid, Al-Nuqta al-sûda [La tâche noire], Le Caire, Dâr al-Churûq, 2009.

TÂHIR, Wâlid, Al-Nuqta al-sûda [La tâche noire], Le Caire, Dâr al-Churûq, 2009.

La question politique est encore très présente dans les albums pour enfants, mais de façon moins manifeste que par le passé. Par exemple, La Tâche noire 3, de Walîd Tâhir, apprend à l’enfant à résister et montre l’influence de l’individualité sur le collectif. De nombreux auteurs apportent de nouveaux questionnements sur la place de l’individu dans le groupe par exemple, ou dans la famille, sur la relation entre enfants et adultes, mais aussi sur le rôle des petites filles. On peut citer Farhâna, une héroïne arabe qui est le contraire d’une petite fille modèle. Dans l’album Farhâna et les habits de soirée 4, publié en 2000, la petite fille s’affranchit des codes et quitte ses habits roses à dentelle pour vivre comme elle le souhaite. La création contemporaine pour la jeunesse questionne l’enfant au lieu de lui apporter des réponses.

Un état des lieux de l’édition

L’édition francophone au Liban

Couverture d'un numéro de la Revue phénicienne, juillet 1919.

Couverture d’un numéro de la Revue phénicienne, juillet 1919.

Les pionniers de l’édition en langue française au Liban sont les éditions de la Revue Phénicienne 5, publiant essentiellement de la poésie libanaise francophone et des ouvrages d’histoire du Liban, dans le but de soutenir la naissance d’un Liban moderne. C’est l’une des plus emblématiques maisons d’édition libanaises de la deuxième partie du XXsiècle. Elle participe au développement de l’édition francophone en commençant, dans les années 1980, un travail pour sauver de l’oubli un morceau du patrimoine littéraire francophone libanais. Durant les années suivantes, on assiste à un essor de cette édition francophone et à la naissance de nombreuses entreprises éditoriales. Cependant, l’édition francophone libanaise est surtout largement représentée par l’autoédition et n’a pas, selon les auteurs, l’importance de l’édition en langue arabe.

Les maisons d’édition contemporaines éditent quasiment toutes des livres en arabe et en français, mais à des proportions variables. C’est l’édition scolaire qui est la plus importante sur le marché du livre francophone. Il faut préciser qu’au Liban, l’édition de livres scolaires est le seul domaine dans lequel le secteur public intervient, contrairement à tous les autres pays arabes. L’importance de cette édition scolaire présente un paradoxe : le Liban est le seul pays arabe dans lequel certaines matières, comme la philosophie ou les sciences, sont encore enseignées en français ; néanmoins, la plupart des livres qui y sont édités répondant au programme français sont destinés à l’export, tandis que les établissements libanais ne se fournissent qu’en France. En ce qui concerne la littérature, le champ francophone libanais est largement dominé par l’édition française. L’explication est liée au champ littéraire mondial, où les grands centres restent les plus puissants et continuent d’attirer les écrivains.

Il faut constater l’absence de collections dans les maisons d’édition, à la fois des éditions francophones libanaises et des éditions en langue arabe, ce qui rend difficile l’observation de lignes éditoriales. La situation de l’édition francophone libanaise est compliquée, d’une part parce qu’elle est dominée par l’importation du livre français, d’autre part parce qu’elle doit le plus souvent fonctionner sans l’aide de distributeurs et de diffuseurs, qui privilégient le livre importé. L’avenir de l’édition francophone libanaise n’est pas bouché, mais il semble nécessaire qu’elle s’affranchisse du champ littéraire français pour continuer à se développer.

Éditer aujourd’hui au Maroc

L’édition marocaine est apparue au milieu des années 1980, elle est donc assez jeune. Malgré un épanouissement de la création artistique et littéraire, le marché du livre connaît des difficultés qui peuvent avoir plusieurs explications, telles que l’analphabétisme, le prix élevé du livre, le manque d’aides de l’État ou encore l’insuffisance de formations professionnelles. Seulement une vingtaine de maisons d’édition au Maroc existent depuis au moins dix ans et publient plus de cinq livres par an. Un grand nombre de maisons d’édition sont éphémères. La publication de livres au Maroc est également assurée par des associations, des clubs littéraires, des entreprises privées ou encore des fondations. L’édition étatique reste aussi très importante, essentiellement grâce aux presses des universités et au ministère des Affaires culturelles.

Les années 1980 sont le signe d’un tournant culturel dans le pays. On assiste à la création de l’Association des auteurs marocains pour la publication, à l’apparition du Salon international de l’édition et du livre de Casablanca, ainsi qu’à la fondation de plusieurs maisons d’édition indépendantes. À partir de la fin des années 1990, le nombre de maisons d’édition augmente considérablement, tout comme le nombre de tirages. Le marché marocain se scinde en deux, l’édition en langue arabe d’un côté et l’édition en langue française de l’autre ; il existe peu d’éditeurs bilingues.

Affiche pour la 21e édition du Salon international de l'édition et du livre de Casablanca, février 2015.

Affiche pour la 21e édition du Salon international de l’édition et du livre de Casablanca, février 2015.

La faiblesse de la demande entraîne une obligation de la part des éditeurs de baisser le prix du livre. Il résulte de cela une forte dépendance aux subventions. Une des structures d’aide est le Bureau du livre 6 en France. Son but est de soutenir l’édition de livres francophones à des prix accessibles ainsi que la traduction en arabe de livres français. Sa visée est de préserver la place et le rôle de la langue française au Maroc, afin de « moderniser » le pays. Les aides à la traduction rejoignent cette visée, en permettant aux ouvrages français d’être davantage présents dans le monde arabe, notamment dans les foires du livre arabe. En ce qui concerne le livre arabe en général, les subventions peuvent venir de différents États arabes comme les Émirats arabes unis ou les pays du Golfe, qui cherchent à étendre leur influence. Il faut noter que cette volonté d’influencer le marché du livre s’opère également à travers d’autres moyens. La France et l’Arabie saoudite, par exemple, diffusent tous les ans au Maroc des milliers d’ouvrages en les donnant à des librairies, des centres culturels et sociaux, des écoles, des mosquées, etc.

Les salons du livre sont également un bon moyen de comprendre l’influence des autres pays sur l’édition marocaine. Tout d’abord, certains pays ou salons interdisent l’entrée de livres traitant de sujets particuliers, ce qui conduit les éditeurs à ne pas publier ces types de livres, dans une visée économique, comme des livres critiques envers les pays d’accueil, ou encore sur des sujets sensibles comme le sexe ou la religion. Les foires sont extrêmement importantes, puisqu’elles sont le lieu de négociations commerciales entre éditeurs. Ce sont de véritables marchés du livre arabe.

Le monde du livre arabe se pense dans sa globalité. La plupart des éditeurs marocains publient des ouvrages pour le public arabe, pour tous les lecteurs arabes et pas seulement le Maroc. Il existe également une représentation du marché du livre arabe qui est segmentée entre les différents pays, selon leur spécialité (l’Irak en poésie, le Caire et Beyrouth dans les livres religieux, les dictionnaires, etc.), ce qui influence la production. Les foires constituent donc des lieux d’observation de la production des différents États et maisons d’édition. Elles sont également un lieu idéal pour former des projets de coédition, qui permettent la réduction des coûts de fabrication d’un livre ainsi que la distribution de ce livre dans le pays coéditeur. Puisque le livre doit répondre à deux publics différents, les choix éditoriaux des coéditions peuvent être délicats.  La coédition, la cession de droits et la traduction posent toutes le même problème : la valorisation de la forme à destination du public marocain, dont les attentes sont différentes du public français (le goût pour les couleurs vives sur la première de couverture, par exemple, est prégnant au Maroc). Un catalogue d’une maison d’édition marocaine doit ainsi répondre à d’innombrables défis afin d’exister, autant dans le contenu que dans la forme.

L’édition dans les pays du Conseil de coopération du Golfe et en Irak

Les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) 7 présentent des situations différentes dans leurs visées culturelles ou politiques, mais ont un point commun : la domination de l’État dans le domaine de l’édition. En Arabie saoudite notamment, la censure est très présente, ce qui restreint le marché éditorial et le conduit à s’extérioriser. De nombreux Saoudiens investissent ainsi dans des maisons d’édition hors du pays. Cette censure en Arabie saoudite profite au Bahreïn, où la plupart des livres à la vente concerne l’Arabie saoudite ou sont écrits par des auteurs saoudiens. Au Koweït également, la censure est très forte et de nombreux auteurs publient ailleurs. En ce qui concerne l’Irak, la situation d’insécurité a conduit la plupart des éditeurs à s’expatrier.

Logo du Prix international pour la fiction arabe

Logo du Prix international pour la fiction arabe

Une politique de promotion de la culture arabe se développe néanmoins, à travers la traduction et les prix littéraires ; Abou Dhabi devient notamment ce nouveau centre culturel. Des programmes de traduction apparaissent, comme le programme Kalima qui permet aux éditeurs arabes de publier des œuvres littéraires et scientifiques, et des prix sont créés, comme le très prestigieux International Prize for Arabic Fiction qui récompense chaque année un roman arabe. L’importance de cette promotion culturelle entre alors en contradiction avec la production éditoriale et la faiblesse de diffusion des pays du Golfe.

L’édition au Yémen

Le Yémen est issu d’une double culture : au nord, l’imamat 8 instaure une censure sur le pays, avant d’être renversé et de devenir une république nationaliste arabe en 1970 à la suite d’une guerre civile. De nombreuses librairies également maisons d’édition y apparaissent. Le sud est le lieu de la colonisation britannique, qui laisse place à un régime socialiste où la chaîne du livre est entièrement nationalisée. Ce n’est qu’en 1990 que les deux états se réunissent, adoptant un système plus libéral : le secteur public du livre du sud est démantelé et les librairies du nord se développent. La production littéraire va alors connaître un véritable essor.

Malgré un fort taux d’analphabétisme (38 %), il existe une demande pour certains types de livres, notamment les livres universitaires. L’édition salafiste connaît également un grand succès. La plupart des éditeurs étant situés à Sanaa, la capitale, et la chaîne du livre étant constituée uniquement de libraires et éditeurs, la diffusion en dehors de la ville est compliquée. Face à ce problème, des foires du livre se sont créées dans les villes principales, principalement destinées aux professionnels. Il existe également une grande diversité de points de vente, allant des librairies « en dur », grandes ou petites, aux librairies-espaces culturels, qui proposent des lieux de lecture, des films ou de la musique, en passant par les « librairies de trottoirs » et les bouquinistes. Cette diversité crée un dynamisme dans la chaîne du livre du Yémen.

L’édition en Égypte, avant et après la révolution du 25 janvier 2011

Il y a plus de 1260 maisons d’édition en Égypte. Le marché du livre a traversé une longue crise économique suite à la révolution de 2011, ce qui a eu un impact sur la situation des éditeurs. Les maisons d’édition privées publient peu et essentiellement des auteurs peu connus. La production littéraire du secteur public est beaucoup plus importante, ce qui amène les auteurs à se tourner vers elle, créant ainsi une surabondance. Les productions des maisons d’édition privées se sont considérablement réduites ces dernières années, face à des problèmes financiers et de distribution.

Le marché du livre fait également face à un désintérêt pour la lecture. Des projets ont été mis en place au début des années 1990, comme « La lecture pour tous », un programme à l’initiative de Suzanne Moubarak, visant à développer la lecture parmi la population, à encourager les enfants à aller en bibliothèque, mais aussi à publier de nombreux livres. Cependant, après la révolution de 2011, ces projets ont été stoppés et le secteur éditorial a été restreint. Le budget pour l’édition des organisations et institutions culturelles étatiques est désormais remarquablement faible en Égypte.

État de l’édition et du livre en Syrie

En Syrie, c’est le ministère de l’Information qui donne l’autorisation de création d’une maison d’édition. La censure représente le principal problème du marché du livre syrien. Le service de censure a été créé en 1963 ; les livres peuvent être examinés par différentes institutions comme le ministère de l’Information, le Commandement national du parti Baath ou les autorités religieuses chrétiennes. Certains éditeurs impriment alors leurs livres à Beyrouth sous un nom libanais et les importent ensuite, faisant alors face à un système de censure moins important.

Les librairies connaissent également de nombreuses difficultés, et beaucoup ont été contraintes de fermer dans les années 1990. Deux catégories subsistent : les librairies qui entretiennent des rapports étroits avec les institutions étatiques et qui ne proposent que des œuvres à large diffusion, et les librairies-maisons d’édition traditionnelles qui ont une vocation religieuse ou patrimoniale et qui fonctionnent notamment grâce à la forte demande du Coran et de livres islamiques dans le monde arabe. Tout ce qui a trait au marché du livre est contrôlé : le nombre de livres publiés, la circulation des ouvrages importés, mais aussi les différentes initiatives, locales ou non, pour développer la lecture.

Le livre en Jordanie : rétrospective historique et dynamiques socioculturelles

Le marché du livre s’est considérablement développé en Jordanie, le nombre de publications augmentant chaque année et s’accompagnant du développement de l’imprimerie. Cette croissance s’appuie sur divers facteurs, le principal étant la progression de l’éducation. Le nombre d’écoles s’est accru (328 en 1950 contre 6000 aujourd’hui), tout comme le nombre d’universités. Cependant, l’importance de la censure en Jordanie demeure un frein à l’expansion du marché. Le marché du livre rencontre d’autres problèmes, comme la suprématie de la télévision et d’Internet qui concurrencent le livre, la faiblesse de la distribution, à l’instar des autres pays arabes, ou encore le manque de médiatisation des auteurs jordaniens.

Le livre électronique arabe

Il apparaît que le livre arabe a des difficultés à atteindre son public, en raison du manque de distribution, de diffusion ou de la censure, ce que le livre électronique permet de contourner. À partir de la fin des années 1990, plusieurs librairies en ligne sont apparues, proposant des versions électroniques des livres traditionnels. Dès les années 2000, de nombreux sites ont commencé à proposer des copies d’œuvres sous format Word. Le piratage est assez répandu et de nombreux sites donnent accès à des PDF de qualité variable. Il existe aussi des portails, comme le site DAR (Digital Assets Repository ou Répertoire des fonds numériques) de la Bibliothèque d’Alexandrie, qui propose des livres entrés dans le domaine public et un accès réduit à certains livres protégés par le droit d’auteur.

Beaucoup de sites proposent également des livres électroniques à la vente, comme ArabiceBook 9, né en 2002 mais qui ne propose que des PDF, ou KotobArabia qui offre des ePubs mais qui cible une clientèle principalement occidentale. À partir de 2010, certains éditeurs ont commencé à publier des versions numériques de leurs livres. Cependant, le logiciel utilisé par la plupart des éditeurs pour éditer une œuvre papier ne conserve pas le fichier modifiable d’origine. La publication d’ePubs demande alors de saisir à nouveau le texte, ce qui ralentit considérablement la production de livres numériques. Des entreprises extérieures apparaissent alors pour répondre à ce problème et se mettent au service des éditeurs pour transformer le papier en version électronique.

L’édition électronique est suivie de près par de nombreux organismes, des formations ont été créées et les expérimentations dans ce domaine sont de plus en plus présentes. Le livre électronique semble incontournable dans les pays arabe, plus qu’ailleurs.

Conclusion

À travers cet ouvrage, nous découvrons d’une part une vue d’ensemble de l’édition dans le monde arabe, grâce à une approche principalement historique ; et d’autre part des situations spécifiques à chaque pays, qui résultent de contextes politiques, culturels ou historiques. L’importance géographique de l’aire étudiée, le monde arabe, entraîne cette diversité de situations que nous avons pu voir. La synthèse des différents états des lieux opérés par les auteurs nous offre alors un panorama de ce secteur de l’édition, varié et en perpétuelle mutation.


Notes

1 Ont contribué à l’ouvrage : Charif Majdalani, Franck Mermier, Hala Bizri, Mathilde Chèvre, Al-Sa’îd Dâwûd, Maud Stephan-Hachem, Anouk Cohen, Laurent Damesin, Inas Hosni, Samar Samaan Haddad et Abdel Hakim Al Husban.

2 L’ancienneté de cette revue ne permet pas d’avoir des informations suffisantes sur sa création et son statut actuel.

3 Al-Nuqta al-sûda [La Tâche noire], texte et illustrations de Walîd Tâhir, Le Caire, Dâr al-Shurûq, 2009.

4 Farhâna wa malâbis al-sahra [Farhâna et les habits de soirée], texte et illustrations de Rânya Hussayn Amîn, Le Caire, Dâr Ilyâs, 2000.

5 Fondée en 1919 par Charles Corn, un humaniste et écrivain libanais, à la suite de la chute de l’Empire Ottoman.

6 Le SCAC : Service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France.

7 Le conseil de coopération du Golfe est une organisation régionale qui regroupe le Koweït, Bahreïn, l’Arabie saoudite, Oman, les Émirats arabes unis et le Qatar.

8 Fonction de l’imam comme chef de la communauté musulmane.

9 Le site, arabicebook.com, est actuellement hors-ligne.

Bibliographie

Ouvrages

  • MAJDALANI, Charif, et MERMIER, Franck, Regards sur l’édition dans le monde arabe, Paris, Karthala, 2016.
  • TAHIR, Walid, Al-Nuqta al-sûda [La Tâche noire], Le Caire, Dâr al-Churûq, 2009.
  • HUSSAYN AMIN, Rânya, Farhâna wa malâbis al-sahra [Farhâna et les habits de soirée], Le Caire, Dâr Ilyâs, 2000.

Sites

Pour aller plus loin

L’édition dans le monde arabe

  • GONZALEZ-QUIJANO, Yves, « L’édition dans le monde arabe. L’Égypte comme une sorte de modèle », dans MICHON, Jacques et MOLLIER, Jean-Yves (dir.), Les Mutations du livre et de l’édition dans le monde du XVIIIe siècle à l’an 2000, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 399-413.
  • MERMIER, Franck, Le Livre et la ville. Beyrouth et l’édition arabe, Arles, Actes Sud, 2005.
  • BATAILLON, Éric, « État de l’édition dans le monde arabe », Orient Hebdo sur RFI, 2016.

L’imprimerie dans le monde arabe

La censure dans le monde arabe

L’édition de jeunesse dans le monde arabe

L’édition électronique dans le monde arabe

Citer ce billet : Manon Pic, "Fiche de lecture : Regards sur l’édition dans le monde arabe, sous la direction de Charif Majdalani et Franck Mermier", Monde du Livre, 20 juillet 2017, https://mondedulivre.hypotheses.org/6672.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 1 septembre 2017

    […] commence par la fiche de lecture de Manon Pic sur le carnet de recherche Monde du livre à propos de l’ouvrage Regards sur l’édition dans le monde arabe dirigé par Charif Majdalani […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *