« Céytu », l’ovni éditorial : une collection naissante de grands classiques traduits en wolof

Introduction

Une idée qui émerge sur trois continents différents et qui est entièrement dédiée à une langue africaine, le wolof : voilà qui, dans l’imaginaire commun, tient du miracle. La collection « Céytu » est une initiative de l’écrivain et traducteur sénégalais Boubacar Boris Diop, soutenue par les éditions Zulma à Paris et Mémoire d’encrier à Montréal. La collection, qui a sorti ses premiers titres début 2016, souhaite regrouper de grands auteurs traduits pour la première fois en wolof. Trois à quatre titres devraient sortir chaque année : des romans, des pièces de théâtre, des livres pour enfants, de quoi redonner à cette langue toutes ses dimensions.

L'écrivain sénégalais Boubacar Boris Diop à Genève en 2011.

L’écrivain et intellectuel sénégalais Boubacar Boris Diop en 2011.

Ce doux nom qui résonne à nos oreilles n’est autre que le nom d’un village, Céytu (ou Thieytou ou Caytou), qui se trouve à 150 kilomètres de Dakar, loin à l’intérieur des terres sénégalaises. C’est dans ce village qu’est né Cheikh Anta Diop, homme politique, historien et anthropologue sénégalais. Restaurateur de la conscience africaine dans un pays dominé pendant longtemps par l’Occident, il a consacré sa vie à l’étude de la civilisation, de l’égyptologie et des sciences humaines. Un bel hommage pour un grand homme.

Couverture de L'Africain de J.M.G. Le Clézio aux éditions Folio à gauche et dans la collection Céytu à droite.

À gauche : J. M. G. Le Clézio, L’Africain, Folio, 2005.
À droite : J. M. G. Le Clézio, Baay Sama Doomu Afrig, Zulma, Mémoire d’encrier, coll.« Céytu », 2016.

Les trois premiers titres traduits ont été présentés successivement au salon du livre de Paris en mars 2016 et au salon du livre de Québec le mois suivant. On retrouve parmi ces titres à la portée universelle Une si longue lettre de Mariama Bâ (Bataaxal bu gudde nii, traduit par Mame Younousse Dieng et Arame Fall). Sont aussi disponibles L’Africain de J. M. G. Le Clézio (Baay sama, doomu Afrig, traduit par Daouda Ndiaye) et Une saison au Congo, le chef-d’œuvre d’Aimé Césaire (Nawetu deret, traduit par Boubacar Boris Diop lui-même).

Dans un entretien au Point en février 2016 1, les trois protagonistes sont revenus sur l’origine d’un tel projet. La culture globale doit pouvoir circuler dans toutes les langues, il n’y a pas de grande et de petite langue, pas de langue de moindre importance. Il y en a qui se parlent moins, mais elles ont aussi droit à une histoire et une culture propre. C’est un véritable défi que se sont lancés Boubacar Boris Diop (lui-même publié à la fois chez Zulma avec Murambi, le livre des ossements, et Mémoire d’encrier avec La Nuit de l’Imoko), Laure Leroy, éditrice chez Zulma, spécialisée dans les littératures du monde, et Rodney Saint-Éloi, écrivain et poète haïtien. La maison d’édition Mémoire d’encrier a déjà publié en créole ou en langues amérindiennes, il y a donc naturellement une place qui s’est faite pour les langues africaines. Haïti, qui a longtemps été assimilé au mouvement de la négritude 2, entretient un rapport particulier à l’Afrique. Cette initiative est également l’occasion d’instaurer du changement dans les échanges en littérature et de créer un flux Sud-Nord au lieu du traditionnel flux Nord-Sud. Cette initiative est une invitation à suivre le même chemin pour d’autres langues africaines, ou d’autres continents, pour partir à la conquête du monde.

L’idée du wolof, le choix des titres de la collection et les stratégies de diffusion et de distribution posent de nombreuses questions et essentiellement celles de la visibilité des livres et de la viabilité du projet sur le long terme. C’est ce que nous allons tenter de comprendre.

La place de la littérature en langues africaines

On considère qu’environ 2 000 langues sont parlées sur le continent africain. Le nombre total de ces langues avoisine les 5 000 ou 6 000 si on tient compte du fait qu’une langue connaît environ deux ou trois variétés différentes 3. En dehors du secteur éducatif, au moins 56 langues africaines sont utilisées dans l’administration et 66 sont utilisées dans les communications commerciales écrites, quand il y en a plus de 242 dans les médias 4.

Il ne faut cependant pas oublier que, malgré la colonisation, les littératures en langues nationales ont bien souvent précédé les littératures en langues européennes. À l’époque coloniale, quelques auteurs ont écrit dans des langues nationales car elles leur avaient été enseignées. L’histoire a retenu John L. Dube – premier écrivain zoulou d’Afrique du Sud écrivant dans cette langue (Abantu Abamnyama lapo bavela ngakona, en 1922) –, Sebhat Gebre Egziabhér – grand nom de la littérature amharique en Ethiopie (Tekusat, 1997, Säbatägnaw Mälak, 1999, traduits depuis en français) –, Abubakar Tawafa Belawa – écrivain haoussa et premier ministre du Nigeria après l’indépendance (Shaihu Umar, 1967) –, Sam Obianim, écrivain togolais qui écrit en éwé (Amegbetoa alo Agbezuge, 1949), etc. D’autres, comme le tanzanien Euphrase Kezilahabi, opèrent des cloisonnements : il écrit ses œuvres fictionnelles en kiswahili 5 et ses travaux scientifiques en anglais. Côté francophone, quelques initiatives méritent d’être citées : quelques auteurs remarquables écrivent dans plusieurs langues tels que le Malien Amadou Hampâté Bâ (français-peul), le Malgache Jean-Joseph Rabearivelo (français-malagasy) ou, plus récemment, l’initiateur du projet « Céytu », Boubacar Boris Diop (français-wolof) 6. Dans un environnement encore dominé par l’oralité, faciliter l’accès à l’écriture en langues nationales semble essentiel pour la psychologie des enfants mais également sur le plan pédagogique. C’est par l’imaginaire constitué par la langue maternelle que l’enfant pourra mieux accéder au livre et que l’apprentissage se fera de manière plus efficiente à tous les stades de la scolarité et de la vie d’adulte.

Le projet de traduction de grands textes francophones en wolof

Couverture du livre Les Petits de la guenon de Boubacar Boris Diop aux éditions Philippe Rey, 2009.

Couverture du livre Les Petits de la guenon de Boubacar Boris Diop aux éditions Philippe Rey, 2009.

Il existe plusieurs raisons au choix de cette langue pour cette collection. La plus évidente est que Boubacar Boris Diop, qui a écrit un roman directement en wolof, Doomi Golo (Les petits de la guenon, Dakar, Éditions Papyrus, 2003), avant de le traduire lui-même en français, a toujours été habité par cette langue qu’il a longtemps enseignée et diffusée. En effet, le wolof, c’est onze millions de lecteurs potentiels, au Sénégal, dans les pays limitrophes, et dans les diasporas du monde entier.

Et pourtant, pour beaucoup de professionnels francophones, ce projet est une surprise. Dans les pays de culture anglophone et notamment au Canada et aux États-Unis, cette collection s’inscrit dans la volonté de considérer le wolof comme une langue à part entière, une langue littéraire, qui constitue une base de travail capitale dans la compréhension du monde. Le retour aux langues nationales devient l’un des enjeux majeurs du développement de l’Afrique et toutes les questions liées à la francophonie s’organisent autour du fait que la littérature ne vit plus seulement à travers le français, l’anglais ou l’allemand. Par ailleurs, de l’autre côté de l’océan, cette initiative ne fait que renforcer un intérêt déjà présent. La communauté sénégalaise est l’une des plus importantes en Amérique du Nord : sept universités américaines de grande envergure enseignent le wolof.

Les titres qui entrent dans les critères de la collection ont une portée universelle indiscutable, et c’est aussi cela qui devrait faire la force de la collection. Aimé Césaire (1913 – 2008) a fait preuve d’un engagement politique très fort : fondateur et représentant du mouvement littéraire de la négritude (avec notamment Léopold Sédar Senghor), il est aussi un homme politique. Il s’agit du premier choix, et du plus évident pour les éditeurs, mais surtout pour Boubacar Boris Diop. Par ailleurs, Une saison au Congo est une pièce de théâtre, et le wolof étant une langue principalement orale, il semblait intéressant de sauvegarder cette dimension.

Le roman de J. M. G. Le Clézio (1940 – ) a été choisi parce que l’auteur a des origines africaines et qu’il s’agit pour la collection, dans un premier temps en tout cas, d’entretenir un lien avec ce continent. Le Clézio a reçu le prix Nobel en 2008, c’est un grand nom de la littérature, devenu un classique de son vivant.

Couverture d'Une si longue lettre de Mariama Bâ en 2004 à gauche et 2016 à droite.

À gauche : Mariama Bâ, Une si longue lettre, Éditions Serpent à plumes, 2004.
À droite : Mariama Bâ, Bataaxal bu gudde nii, Zulma, Mémoire d’encrier, coll. « Céytu », 2016.

Enfin, Mariama Bâ (1921 – 1981) est devenue un monument de la littérature sénégalaise avec la publication de son premier roman épistolaire, Une si longue lettre, en 1979. Un chef-d’œuvre littéraire, juste et touchant, sur l’émancipation de la femme, sur la société religieuse et traditionaliste dans laquelle elle a vécu mais aussi sur la famille et le Sénégal : un roman qui se suffit à lui-même. Engagée dans de nombreuses associations féminines, elle a longtemps tenté de diffuser et d’améliorer l’éducation et les droits des femmes. Son second roman, Un chant écarlate, a été publié après sa mort, en 1981.

Par ces décisions, les éditeurs ont voulu mettre en avant des titres forts, porteurs de messages universels, mais surtout qui ont un sens pour le public cible. Par ailleurs, il s’agit de titres courts, et donc plus faciles d’accès, la lecture en wolof commençant seulement à se démocratiser. Les éditeurs sont de nouveau au front et réfléchissent à de nouvelles publications. Cependant, elles pourraient être retardées : en effet, l’investissement est important pour des retombées qui sont pour le moment incertaines. Parmi les titres favoris pour les prochaines publications, on retrouve la sénégalaise Aminata Sow Fall (1941 – ), pionnière de la littérature africaine francophone, avec son roman La grève des bàttu 7 qui lui a valu le Grand Prix d’Afrique noire en 1980. Enfin, ont été évoqués les contes d’Amadou Hampaté Bâ (1901 – 1991), écrivain et ethnologue malien à qui l’on doit la célèbre formule « En Afrique, quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle ».

L’exercice de traduction

L’exercice de traduction permet d’appréhender un autre univers et de le comprendre, d’en saisir un nouveau sens, peut-être plus complet, d’apprendre l’imaginaire d’une langue. Traduire, c’est transposer dans une autre langue, c’est-à-dire placer les mots dans d’autres conditions (la langue cible) et dans un autre contexte (le pays et la culture cibles). Boubacar Boris Diop l’explique très bien lorsqu’il dit, dans un article publié dans L’Humanité en avril 2016 : « La seule alternative à la littéralité, c’est une immense liberté, je crois aussi que chaque texte a son propre rapport à la langue d’accueil 8. » C’est d’ailleurs sur ses conseils qu’ont été choisis les traducteurs de la collection, parmi les personnalités importantes de la communauté sénégalaise. Ce choix constitue en lui-même un engagement pour cette littérature en wolof.

« Il faut s’engager bel et bien dans le dialogue entre les langues en passant avec bonheur de l’une à l’autre, en s’attardant sur les chemins de la traduction 9. »

Boubacar Boris Diop a toujours utilisé les deux langues, il a lui-même traduit son propre roman du wolof au français et, en tant que créateur de la collection, il n’a pas hésité à donner de sa personne pour traduire Une saison au Congo, un ouvrage lourd d’histoire.

Couvertures d'Une saison au Congo chez Points à gauche et dans la collection Céytu à droite.

À gauche : Aimé Césaire, Une saison au Congo, Points, 2001.
À droite : Aimé Césaire, Nawetu Deret, Zulma, Mémoire d’encrier, coll. « Céytu », 2016.

Daouda Ndiaye a traduit J. M. G. Le Clézio et son roman, L’Africain. Le traducteur est un spécialiste des questions autour de l’enseignement des langues nationales au Sénégal. Il a déjà traduit des textes du français, de l’espagnol ou encore de l’anglais au wolof et il a écrit des articles ou encore de la poésie dans cette même langue aux éditions l’Harmattan Sénégal 10 .

Enfin, Mame Younousse Dieng et Arame Fal ont traduit l’excellent roman de Mariama Bâ. Alors que Mame Younoussse Dieng est connue pour être la première femme à avoir écrit en wolof, Arame Fall est une spécialiste de cette langue et a produit plusieurs ouvrages sur la grammaire ou la didactique de la langue wolof ainsi que des dictionnaires. Véritables militantes pour les langues nationales, elles ont toujours encouragé les auteurs sénégalais à écrire dans leur langue : un choix qui semble donc évident dans cette collection.

Acquisition des droits, diffusion et distribution

Zulma se positionne comme un éditeur « étranger », c’est à dire que la maison négocie et achète les droits auprès des éditeurs français et étrangers qui les détiennent : Le Seuil pour Aimé Césaire, Mercure de France pour Le Clézio, Les Nouvelles éditions du Sénégal pour Mariama Bâ. Zulma coordonne le projet, gère les acquisitions de droit, la diffusion et la distribution (à travers les outils du CDE et de la SODIS) et s’occupe du suivi éditorial et de la fabrication.

Mémoire d’encrier, au Canada, constitue un véritable soutien au niveau de la communication, de la presse, de la promotion, ainsi que de la diffusion et de la logistique en Amérique du Nord (Canada et États-Unis). En effet, après le Sénégal et la France, l’Amérique du Nord est le troisième territoire où réside la plus grande communauté sénégalaise.

La distribution des ouvrages de la collection en France et à l’étranger se fera par le biais de la SODIS qui est censée mettre en place des politiques de prix adaptées à chaque pays et à chaque contexte économique. En France, les livres sont en vente à un prix compris entre 16 et 18 euros, au Canada aux alentours de 27 dollars. Au Sénégal, les prix ne dépasseront pas 6 000 francs CFA soit 9,50 euros. Trois librairies sont concernées au Sénégal pour la diffusion du livre. Mais ce dernier tarif reste relativement élevé pour le Sénégalais moyen. Ce qui semble compter le plus pour les éditeurs dans un premier temps, c’est que ces livres soient disponibles. Boubacar Boris Diop travaille au lobbying de nombreuses institutions et d’établissements pour pouvoir gagner au niveau des remises et proposer un meilleur prix. Les éditeurs cherchent des idées, veulent expérimenter des pratiques qui permettraient de réduire les coûts. Pour le moment, il demeure difficile de faire vivre cette collection en Afrique car les pratiques de lecture sont très différentes de l’Europe, les salaires trop bas pour investir dans un loisir comme la lecture et, surtout, le taux d’alphabétisation en langues nationales et notamment en wolof reste trop faible (l’éducation se faisant essentiellement en français).

La présence de Zulma et Mémoire d’encrier au sein du projet apporte à la collection une diffusion et une reconnaissance qui n’existeraient probablement pas si le livre était seulement porté par le Sénégal. En effet, les circuits de distribution et de diffusion ne sont pas suffisamment développés et les coûts sont trop élevés pour les éditeurs locaux. La littérature en langue nationale se développe peu à peu en Afrique francophone et les éditeurs constituent un soutien économique et financier qui n’est pas négligeable pour la diffusion de la culture sénégalaise.

Dans les pays du Nord, les diasporas sénégalaises sont nombreuses mais l’espace communautaire s’organise différemment en Amérique : l’héritage des communautés africaines et l’histoire des Noirs sont enseignés et valorisés. Au Canada, plusieurs associations mises en place par et pour les communautés africaines ont fait leur apparition ces dernières années. Il existe notamment le Rassemblement général des Sénégalais du Canada (RGSC) et l’Association des Sénégalais d’Amérique (ASA) qui diffusent cette culture dans tout le pays et qui peuvent exercer une grande influence sur le public cible. Il était donc indispensable pour Boubacar Boris Diop d’avoir un partenaire de l’autre côté de l’Atlantique.

Conclusion

L’édition en wolof existe déjà en Afrique (notamment sous l’impulsion de personnalités importantes comme Boubacar Boris Diop), c’est une littérature dynamique mais qui manque cruellement d’œuvres traduites et donc d’ouverture vers l’étranger. La collection peut paraître loin des idées de Césaire et de la réappropriation de la culture africaine par les Africains. Et pourtant, la collection ne se limite pas aux frontières de la France, de l’Europe ou de l’Occident. Grâce à Boubacar Boris Diop, Laure Leroy et Rodney Saint-Éloi, le Sénégal va devenir pleinement acteur du projet (que ce soit par les circuits de diffusion, par les libraires ou les universités). La collection « Céytu » représente alors un début de réponse à cette problématique de visibilité.

L’avenir du wolof est prometteur et semble ouvrir la voie pour les autres langues plus orales qu’écrites, mais aussi par delà le monde. Les titres choisis pour faire partie de cette collection paraissent indiscutables mais surtout cohérents par rapport à l’objectif initial. Les questions de diffusion et de distribution, bien réparties, ont été longuement pensées. De belles promesses donc pour permettre à « Céytu » d’exister dans l’espace littéraire des pays du Nord et du Sud : cela pourrait être une belle aventure qui commence et qui promet des changements à la fois pour l’Afrique et plus particulièrement le Sénégal (réappropriation de l’une de ses langues, valorisation de sa culture à travers la planète), et pour le reste du monde (connaissance et reconnaissance de l’existence de ces langues et meilleure considération, plus grand intérêt à la découverte de ses richesses). Cependant, la prise de risque est importante pour les éditeurs, la collection a pour l’instant du mal à décoller. Si cette collection dure dans le temps, les éditeurs auront du même coup soigné leur image, en démontrant leur engagement pour les littératures méconnues et les langues nationales sur tous les continents.

Collection Céytu, éditions Zulma et Mémoire d'encrier.

Logo de la collection « Céytu ».

Un grand merci à Amélie Louat, des éditions Zulma, pour avoir répondu à nos questions et pour s’être impliquée dans ce projet d’article sur la collection « Céytu ».

Notes

1 TOURE, Katia, « Céytu : là où le wolof tutoie les grandes oeuvres francophones », Le Point, 22 février 2016, disponible sur < http://afrique.lepoint.fr/culture/litterature-ceytu-quand-le-wolof-tutoie-les-grandes-oeuvres-francophones-19-02-2016-2019620_2256.php >, consulté le 18 févier 2017.
2 La négritude est un courant littéraire et politique qui a pris son essor dans l’entre-deux guerre. Il désigne l’ensemble des valeurs culturelles des populations noires qui revendiquent leur appartenance à l’identité noire. Ce mouvement rassemble les Noirs du monde entier mais aussi de nombreux intellectuels francophones comme Sartre.
3 NGALASSO-MWATHA, Musanji, « Des langues et des livres pour la jeunesse africaine », Dossier langues et livres pour la jeunesse, Takam Tikou, 2012. Disponible sur : < http://www.takamtikou.fr/dossiers/dossier-2012-langues-et-livrespour-la-jeunesse/des-langues-et-des-livres-pour-la-jeunesse- >, consulté le 5 mars 2017.
4  GADELII, Karl E., Annotated Statistics on Linguistic Policies and Practices in Africa, 2004. Disponible sur : <http://www.gu.se/digitalAssets/1310/1310354_annotated-statistics.pdf>, consulté le 5 mars 2017.
5 Le kiswahili est une langue bantoue originaire du sud du Kenya qui s’est mélangée à d’autres langues africaines et à l’arabe. Elles est parlée principalement dans l’est du continent.
6 NGALASSO-MWATHA, Musanji, « Des langues et des livres pour la jeunesse africaine », op. cit.
7 Battù : calebasse que tendent les mendiants.
8 DIOP, Boubacar Boris, « L’Afrique est une vaste mosaïque de langues », L’Humanité, avril 2016, disponible sur : < http://www.humanite.fr/boubacar-boris-diop-lafrique-est-une-vaste-mosaique-de-langues-605842 >.
9 WABERI, Abdourahman, « Mettez du wolof dans vos bibliothèques », Le Monde Afrique, mars 2016, disponible sur : <http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/03/15/mettez-du-wolof-dans-vos-bibliotheques_4883063_3212.html >.
10 Site de l’Harmattan Sénégal : < http://www.harmattansenegal.com/ >.

BIBLIOGRAPHIE

Ouvrages cités :

BÂ, Mariama, Bataaxal bu gudde nii (Une si longue lettre, traduit par Mame Younousse Dieng et Arame Fall), Paris, Zulma et Québec, Mémoire d’encrier, 2016.

BELAWA, Abubakar Tawafa, Shaihu Umar, Zaria, The Northern Nigerian Publishing Co, 1967.

CESAIRE, Aimé, Nawetu deret (Une saison au Congo, traduit par Boubacar Boris Diop), Paris, Zulma et Québec, Mémoire d’encrier, 2016.

DIOP, Boubacar Boris, Doomi Golo (Les Petits de la guenon), Dakar, Éditions Papyrus, 2003.

DIOP, Boubacar Boris, Murambi, le livre des ossements, Paris, Zulma, 2011.

DIOP, Boubacar Boris, La Nuit de l’Imoko, Québec, Mémoire d’encrier, 2013.

DUBE, John L, Abantu Abamnyama lapo bavela ngakona, Scottsville, University of KwaZulu-Natal Press, 1922.

EGZIABHÉR, Sebhat Gebre, Tekusat, 1997.

EGZIABHÉR, Sebhat Gebre, Säbatägnaw Mälak, 1999.

LE CLÉZIO, J. M. G., Baay sama, doomu Afrig (L’Africain, traduit par Daouda Ndiaye), Paris, Zulma et Québec, Mémoire d’encrier, 2016.

OBIANIM, Sam, Amegbetoa alo Agbezuge, Paris, L’Harmattan, 1949.

SOW FALL, Aminata, La grève des bàttu, Paris, Le Serpent à plumes, 2001.

Articles cités :

GADELII, Karl E., Annotated Statistics on Linguistic Policies and Practices in Africa, 2004, disponible sur : <http://www.gu.se/digitalAssets/1310/1310354_annotated-statistics.pdf>.

TOURE, Katia, « Céytu : là où le wolof tutoie les grandes oeuvres francophones », Le Point, 22 février 2016, disponible sur : <http://afrique.lepoint.fr/culture/litterature-ceytu-quand-le-wolof-tutoie-les-grandes-oeuvres-francophones-19-02-2016-2019620_2256.php>.

NGALASSO-MWATHA, Musanji, « Des langues et des livres pour la jeunesse africaine », Dossier langues et livres pour la jeunesse, Takam Tikou, 2012, disponible sur : <http://www.takamtikou.fr/dossiers/dossier-2012-langues-et-livrespour-la-jeunesse/des-langues-et-des-livres-pour-la-jeunesse->.

DIOP, Boubacar Boris, « L’Afrique est une vaste mosaïque de langues », L’Humanité, avril 2016, disponible sur :  <http://www.humanite.fr/boubacar-boris-diop-lafrique-est-une-vaste-mosaique-de-langues-605842>.

WABERI, Abdourahman, « Mettez du wolof dans vos bibliothèques », Le Monde Afrique, mars 2016, disponible sur : <http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/03/15/mettez-du-wolof-dans-vos-bibliotheques_4883063_3212.html>.

Sites mentionnés :

Site des éditions Zulma : <http://www.zulma.fr/>.

Site de l’Harmattan Sénégal :  <http://www.harmattansenegal.com/>.

Site des éditions Mémoire d’encrier : <http://memoiredencrier.com/>.

Site des éditions Le Seuil : <http://www.seuil.com/>.

Site des éditions Mercure de France : <http://www.mercuredefrance.fr/>.

Site des Nouvelles Éditions du Sénégal : <http://www.neas.sn/>.

Rassemblement général des Sénégalais du Canada (RGSC) : <http://www.rgsc.ca/fr/>.

l’Association des Sénégalais d’Amérique (ASA) : <http://www.asa-website.org/accueil.php>.

POUR ALLER PLUS LOIN

Sur la traduction

KEITA, Abdoulaye, « Renaître dans sa langue : écrire la littérature orale, écrire en langues nationales », Revue Éthiopiques, n° 92 : Littérature, philosophie et art, De la négritude à la renaissance africaine, janvier 2014.

RICHER, Danusia, « L’Édition en langues africaines chez les éditeurs d’Afrique francophone », Monde du Livre, 1er avril 2013, disponible sur : <https://mondedulivre.hypotheses.org/1607>.

Sur la littérature africaine

Site des éditions Présence Africaine : <http://www.presenceafricaine.com/>.

Site des éditions Karthala : <http://www.karthala.com/>.

DEMBÉLÉ, Youssou, La littérature africaine, Paris, EdiLivre, 2014.

SENGHOR, Léopold Sédar, Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française, Paris, PUF, 2015.

SAINVILLE, Léonard, Anthologie de la littérature négro-africaine, Paris, Présence Africaine Éditions, t. 2, 1968.

Sur la langue wolof

CISSÉ, Mamadou, ABDEL MALEK, Karine, Proverbes et dictons wolof, Paris, Présence Africaine Éditions, 2014.

DIOUG, Léopold, Grammaire du wolof contemporain, Paris, L’Harmattan, 2001.

MALHERBE, Michel, Parlons Wolof : langue et culture, L’Harmattan, 2004.

Citer ce billet : Judy Manuzzi, "« Céytu », l’ovni éditorial : une collection naissante de grands classiques traduits en wolof", Monde du Livre, 7 juillet 2017, https://mondedulivre.hypotheses.org/6708.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *