La littérature traduite en librairie dans les Bouches-du-Rhône : autour de l’optimisation du travail du libraire et de l’expérience du client

La littérature reste le secteur le plus important sur le marché du livre français. Avec deux rentrées littéraires et des prix de plus en plus nombreux pour récompenser les nouveautés, le marché semble saturé. Aux libraires donc d’y mettre de l’ordre.

En y regardant de plus près, nous faisons le constat suivant : le rayon littérature possède une organisation qui lui est propre. Outre la séparation souvent opérée avec le théâtre et la poésie, la littérature générale est quasiment toujours segmentée par format (poche ou grand format) puis par langue d’écriture. En effet, la littérature francophone est séparée de la littérature traduite, elle-même organisée en sous-rayons. Cette structure se retrouve presque systématiquement dans les librairies qui accueillent un rayon littérature conséquent. Mais chaque librairie a une formule unique : les sous-rayons ne sont jamais les mêmes.

La diversité des origines des auteurs étrangers et l’importance de l’offre en littérature traduite requiert des choix. La traduction représente en effet 32% de la production de romans en France : comment y faire un tri, et comment l’organiser par rapport à la littérature francophone ? En somme, quelles sont les solutions proposées par les libraires, et quelles en sont les motivations ? Il est ainsi intéressant d’analyser leurs choix d’organisation, puis d’évaluer leur pertinence. Nous présenterons ici une synthèse de nos observations in situ sur les pratiques des libraires.

Pochotèque de la librairie Prado Paradis à Marseille

Photographie de la pochotèque de la librairie Prado Paradis.

Les choix de rangement en librairie

Afin d’étudier la place de la littérature traduite en librairie, il a fallu délimiter un échantillon de lieux et en observer le fonctionnement. Nous avons donc sélectionné six librairies en vue d’établir un panel assez large en ce qui concerne la répartition de la littérature traduite. Ces librairies sont toutes situées dans les Bouches-du-Rhône, ce qui nous a permis de nous concentrer sur une aire d’observation précise. La plus petite, L’Odeur du Temps, est située à Marseille en centre-ville et propose, en plus de son rayon littérature, un large choix en sciences humaines et en poésie. Les autres librairies sont des librairies généralistes, de tailles différentes. Le Grenier d’Abondance, à Salon-de-Provence propose une surface de vente de 90 m². Nous avons également observé des librairies nettement plus grandes : Actes Sud à Arles, Prado Paradis à Marseille et la librairie de Provence et Goulard à Aix-en-Provence. Chacun de ces six lieux présente un rayon littérature suffisamment fourni en titres français et étrangers pour pouvoir étudier les diverses politiques en matière de littérature traduite en librairie.

La première chose à observer est la différence de traitement du poche et du grand format. Trois librairies – Prado Paradis, la librairie de Provence et Le Grenier d’Abondance – séparent le poche et le grand format, leur pochothèque étant classée par ordre alphabétique et non par domaine de langue. À Goulard, il y a également une pochothèque mais qui est scindée en deux catégories : littérature étrangère et littérature francophone, avec à l’intérieur de ces deux catégories un classement alphabétique. L’Odeur du Temps et Actes Sud présentent un rangement qui mélange les poches et les grands formats. La particularité d’Actes Sud est cependant la présence d’une pochothèque uniquement dédiée à la collection Babel, la collection poche d’Actes Sud.

Le second point qu’il faut soulever, c’est qu’une fois cette séparation entre poche et grand format observée, le rangement se fait quasiment toujours en fonction de la traduction. En effet, si l’on étudie le rayon de littérature (que ce soit grand format uniquement ou grand format et poche mélangés), les librairies séparent la littérature étrangère et la littérature francophone, à l’exception du Grenier d’Abondance. Cette librairie, après avoir pendant un temps découpé la pochothèque en domaines de langues, a maintenant opté pour un classement alphabétique, pour le grand format comme pour le reste. Les cinq autres librairies présentent un classement par familles de langues, plus ou moins pointu ou plus ou moins aléatoire. Actes Sud, comme L’Odeur du Temps et Goulard, propose un classement pointu, créant ainsi des rayons de littérature anglophone, scandinave, d’Europe de l’Est, italienne, etc. Prado Paradis et la librairie de Provence ont des rayons qui mélangent plusieurs catégories, plus vagues : les familles de langues, comme la littérature anglo-saxonne, des pays précis ou encore des aires géographiques plus larges, comme l’Orient ou l’Afrique pour la librairie de Provence, ou la littérature sud-américaine ou africaine pour Prado Paradis.

Les choix en ce qui concerne la place accordée à la traduction dans les rayonnages des librairies sont donc divers et répondent à plusieurs motivations.

Les motivations variées des libraires

Parmi ces motivations, nous trouvons plusieurs constantes. En effet, la librairie restant un commerce avant tout, les raisons pratiques sont évoquées quelle que soit la solution adoptée. L’idée est de faciliter le travail du libraire, tout en permettant l’autonomie du client pour sa recherche. En effet, pour le Grenier d’Abondance, l’organisation par ordre alphabétique, choisie après un sondage effectué auprès de leurs clients et d’amis libraires, permet de trouver beaucoup plus facilement un auteur, notamment quand on ne le connaît pas, même si cela se fait au prix d’une moins bonne visualisation de l’offre par langue ou pays. Au contraire, pour la libraire de Prado Paradis, le classement par langue d’origine est une meilleure solution pour avoir des repères dans la littérature mondiale : « cela met rapidement des références en tête », explique la libraire de Prado Paradis.

Photographie de l’intérieur de la librairie Le grenier d’abondance, source : page facebook de la librairie

Photographie de l’intérieur de la librairie Le grenier d’abondance, source : page facebook de la librairie

Étant donné la différence importante de surface des librairies citées ci-dessus, il semble logique de se demander si ces choix, dont chacune semble satisfaite, sont liés à la surface de vente — et donc au nombre de références et d’exemplaires dans le stock. Mais là aussi, il existe deux tendances : à la librairie de Provence, le classement abécédaire unique a été choisi pour la pochothèque à cause du très grand nombre de références qu’elle contient, alors que les nouveautés, en grand format, sont moins nombreuses et permettent le classement par langue ou pays. Ce n’est pas l’avis de la libraire littérature d’Actes Sud, qui explique qu’à partir d’une certaine quantité de livres, il vaut mieux opérer une segmentation, car un classement alphabétique perdrait certaines langues au milieu de l’abondante littérature anglo-saxonne. Plusieurs autres libraires rejoignent cette idée tout en expliquant qu’il faut éviter les « micro rayons » qui sont beaucoup moins visibles, pour le libraire comme pour le client.

L’idée est de trouver un équilibre entre l’optimisation du travail du libraire et celle de l’expérience du client. Cependant, les libraires doivent également souvent prendre en compte des contraintes spatiales. Il existe des bibliothèques conçues spécialement pour les livres au format poche, ce qui constitue un gain de place considérable compte tenu de l’immense et indispensable offre en livres de poche. C’est le cas de la librairie de Provence, et, dans la librairie Actes Sud, de la collection Babel. À Prado Paradis, on concède que certaines choses pourraient être améliorées, comme le classement des poches par langue, mais ne le sont pas par manque de place.

La nécessité d’une pochothèque ou non est également sujet à discussions dans les librairies. L’interclassement évite que les auteurs voient leur œuvre « coupée en deux », et permet également d’intéresser les clients au grand format, délaissé s’il existe une pochothèque. Mais pour d’autres, il est essentiel au contraire que cette pochothèque existe car elle s’adresse vraiment à un public spécifique.

Les libraires témoignent tous, en littérature traduite, d’une importante demande thématique de la part de leur clientèle, que ce soit pour un pays ou pour une langue d’origine. La répartition s’est souvent faite en « testant » des configurations, en ajoutant des sous-rayons ou en supprimant ceux qui ne fonctionnaient pas. Une majorité des libraires interrogés ont choisi un classement par langue ou famille de langue. Ils expliquent cela de plusieurs façons. L’Odeur du Temps parle d’une « évidence […] il y a une tendance à réfléchir ainsi ». De plus, cela facilite la mise en place de la signalétique, plus simple et plus courte, et donc plus claire. Pour Prado Paradis, cette organisation répond également à une logique interne au processus éditorial. Enfin, pour Actes Sud, ce classement rend l’histoire littéraire bien identifiable, tout en rendant justice aux auteurs. En effet, ils ne sont ainsi pas limités à un espace géographique, cela « donne une autre portée à ce qu’ils écrivent ». Les libraires citent par exemple les auteurs africains qui écrivent en anglais ou en français : un rayon « Afrique » serait trop réducteur. Il existe par contre un rayon « littérature du terroir », que les libraires trouvent discriminatoire, mais qui répond à une demande de la clientèle et est donc un enjeu commercial.

Une pertinence de classement évaluée selon plusieurs critères

Le rayon littérature est généralement le seul dans lequel on trouve le rangement par famille de langues. Hormis une séparation par genre entre le théâtre, la poésie et la nouvelle, la littérature est difficilement segmentable : on ne peut pas établir de critères thématiques par exemple, comme en bande dessinée ou en sciences humaines. La langue devient alors le seul moyen d’organiser ce rayon et d’améliorer son efficacité et sa lisibilité que ce soit pour le libraire ou le client.

Photographie de la devanture de la librairie L’Odeur du Temps, source : page facebook de la librairie

Photographie de la devanture de la librairie L’Odeur du Temps, source : page facebook de la librairie

Ce rangement s’avère pertinent pour plusieurs raisons. Il faut tout d’abord noter que le classement par famille de langues reflète le paysage éditorial français. C’est cette idée qu’évoquent les libraires de l’Odeur du Temps ou de Prado Paradis, en parlant d’évidence ou en affirmant que l’organisation répond à une logique éditoriale. En effet, cette prédominance de classement par langues peut trouver sa source dans la part conséquente de traduction en littérature. La traduction représente une part importante de la production en roman en France, sa visibilité en librairie en est la suite logique. Les langues les plus traduites en France selon les études publiées par Livres Hebdo sont, dans l’ordre : l’anglais, l’allemand, le japonais, l’italien, l’espagnol, les langues scandinaves, le russe, etc. Ce classement correspond bien aux rangements des librairies, tout comme les dénominations qui sont souvent reprises dans la signalétique. Il faut néanmoins remarquer que la place importante du japonais ne se retrouve pas forcément dans les rayons de littérature (où les langues asiatiques ont tendance à être réunies), mais cette surreprésentation du japonais dans les chiffres s’explique essentiellement par le poids du manga, ce qui ne touche pas les rayons littératures observés.

L’identité éditoriale de certaines maisons peut également avoir un poids sur l’intérêt du classement par famille de langues. En effet, une maison d’édition comme Zulma, qui publie beaucoup de littérature traduite et qui prend de l’importance joue un rôle dans l’assortiment de la librairie. D’autres éditeurs, comme les éditions Philippe Picquier viennent soutenir la représentation de certaines langues (ici la littérature d’Extrême-Orient). D’autres encore peuvent favoriser la création de rayons : à Actes Sud, il existe un sous-rayon « poésie arabe » dans le rayon « poésie » qui s’explique par la présence des éditions Sindbad, qui est une maison d’édition spécialisée dans les cultures arabo-musulmanes, rachetée par Actes Sud en 1995.

Outre cet accord avec le paysage éditorial français, le classement par famille de langues s’explique aussi aisément par la taille de la librairie. En effet, plus le nombre de références est important, plus la part de traduction est élevée et mérite d’être visible. Dans les six librairies que nous avons observées, les quatre plus grandes adoptent ce rangement. La librairie Goulard, dont la surface est considérable (600 m² sur trois niveaux) opère même une séparation dans sa pochothèque. Dans les deux plus petites librairies, les divisions au sein du rayon sont moindres : le Grenier d’Abondance rassemble la littérature francophone et étrangère tandis que l’Odeur du Temps rassemble les poches et les grands formats. Ainsi la taille du lieu demande aux libraires de trouver un équilibre dans les rayons, pour éviter que la surreprésentation de certaines langues ne noie d’autres langues.

La pertinence de ces critères se retrouve bien dans le cas d’Actes Sud, où le rangement par famille de langues s’accorde à la fois avec la taille de la librairie et avec l’organisation du catalogue éditorial. En effet, un tiers du rayon littérature de la librairie est constitué d’ouvrages des éditions Actes Sud, parmi lesquels la traduction occupe une place importante. En ce qui concerne la taille, la surface de la librairie étant de 450 m², le rayon littérature est relativement grand, ce qui permet d’octroyer un large espace à chaque langue. C’est notamment visible à travers les tables de nouveautés : alors que beaucoup de librairies ne séparent pas les nouveautés par langues sur les tables, on trouve à Actes Sud une table réservée à chaque famille de langues (littérature anglophone, littérature scandinave, littérature italienne, etc.).

Un dernier élément vient renforcer la pertinence de rangement par famille de langues, qui est le phénomène de modes en littérature. En effet, la mode du polar scandinave ou le succès de Millenium n’est pas négligeable en ce qui concerne la présence d’un rayon littérature scandinave. L’importance donnée à la traduction dans les choix de rangement des libraires n’est donc pas arbitraire, elle est en accord avec la production éditoriale, l’identité ou encore la taille de la librairie.

Le cas des sites internet

À l’heure du numérique, le concurrent principal au commerce physique de la librairie est sans aucun doute la vente sur internet. Les libraires ont donc commencé à réfléchir à la façon de contrer la concurrence créée par Amazon ou la Fnac, les deux géants de la vente en ligne. Les plus grandes librairies françaises, indépendantes ou non, proposent le même service directement sur leur site. C’est le cas de Mollat, le Furet du Nord, Ombres Blanches, Sauramps… Pour les plus petites librairies, qui n’ont pas de site ou qui ne peuvent assurer le service de vente en ligne, des plateformes ont été créées, auxquelles elles peuvent s’associer, la plus connue étant leslibraires.fr. Quelquefois, c’est une association régionale de libraires qui s’en charge, comme Libr’Aire, l’association des libraires indépendants des Hauts-de-France. Dans notre échantillon, toutes, sauf l’Odeur du Temps, ont un site internet, et parmi elles, Actes Sud et Goulard proposent de réserver en ligne des ouvrages, ou d’acheter et télécharger des EPUBs. La Librairie de Provence a, quant à elle, un service de vente en ligne.

Sur ces sites, des « rayons » virtuels permettent de filtrer l’offre (qui comprend les livres en stock, mais aussi les livres qui doivent être commandés, voire les livres non disponibles chez l’éditeur). Il est donc intéressant de comparer ces catégories avec les rayons de la librairie physique.

Le cas des sites des grandes librairies, ou les plateformes citées plus haut est intéressant pour notre sujet, car leur site est en général assez développé. La plupart ne distinguent pas poche et grand format, l’onglet unique étant « littérature ». En effet, les questions spatiales et pratiques ne se posent plus ici. Ces sites fonctionnent par un système d’affinage de la recherche. Ainsi, on peut se contenter de parcourir la catégorie « littérature ». Mais il est possible de chercher plus précisément un roman, et encore plus précisément un roman d’un auteur étranger. Beaucoup proposent ainsi d’un côté « littérature française » ou « littérature francophone » (« littérature française » désignant en général toute la francophonie si ce n’est pas spécifié), et de l’autre « littérature étrangère » ou « traduite ». Une fois ce premier choix fait, le client choisit ou non de réduire la recherche à une langue ou une zone géographique.

Comme on demanderait un livre au libraire, il suffit d’entrer le nom d’un auteur (ou le titre d’un livre) dans la barre de recherche si l’on veut acheter un ouvrage spécifique. Cependant, il est possible de parcourir l’offre sans idée précise. Dans ce cas, le système d’affinage décrit ci-dessus, associé aux différents « tris » possibles (ordre alphabétique d’auteur, de titre, pertinence, prix…) permet de se construire une sorte de rayon sur mesure. De plus, on peut trouver le même livre dans plusieurs rayons (par exemple « roman » et « classiques »). Les questions physiques et pratiques de la librairie physique ne se posent pas sur internet : les sites ne sont pensés que pour une expérience optimale du client.

Notons cependant que sur certains sites de libraires, il n’y a pas de rayon, et, mis à part un onglet « meilleures ventes » ou des sélections de « coups de cœur », on ne trouve un livre qu’en s’aidant de la barre de recherche. Cela paraît toutefois assez pertinent car il semble que sur internet l’on veut davantage acheter un livre dont on connaît donc déjà le titre et/ou l’auteur. Cela peut toutefois créer une moins-value si l’on déçoit un utilisateur qui s’attendrait à des catégories proposées, qui par ailleurs sont présentes sur la Fnac et Amazon.

Ainsi, les libraires ont tout intérêt à développer une offre de vente en ligne ou s’associer à une plateforme, car ces outils, quasi indispensables à l’heure où l’e-commerce grignote la part de ventes en librairie, ont un fonctionnement qui complète celui de la librairie physique. Il résout en effet certaines de ces contraintes, tout en s’adressant à un nouveau public qui se rend peu, voire pas, en librairie.

Ces différents cas nous montrent le rôle important alloué à la littérature traduite dans le rangement des livres, rangement qui met en évidence les spécificités de chaque librairie. Les choix faits par les libraires représentent des enjeux importants. En effet, ils déterminent la relation avec le client ainsi que l’autonomie qui lui est donnée et qui est plus importante encore sur les sites internet. Le degré de mise en valeur de la littérature traduite dans une librairie et la façon dont elle influe le classement se répercute sur l’image de la librairie. Cela lui donne une certaine identité et cela laisse apparaître les visées et les représentations des libraires, en s’appropriant de façon toujours unique l’offre éditoriale. Cette construction d’identité est essentielle dans un monde du livre qui voit la librairie indépendante de plus en plus concurrencée.

Nous remercions les libraires d’Actes Sud (Arles), du Grenier d’Abondance (Salon de Provence), de Goulard (Aix-en-Provence), de l’Odeur du Temps (Marseillle), de la librairie de Provence (Aix-en-Provence) et de Prado Paradis (Marseille) pour leur temps et leur aide précieuse.

Bibliographie

Cités

Pour aller plus loin

Autour du métier de libraire

Le marché du livre en librairie

 

Citer ce billet : Manon Pic, Laura Mouveaux, « La littérature traduite en librairie dans les Bouches-du-Rhône : autour de l’optimisation du travail du libraire et de l’expérience du client », Monde du Livre, 29 juillet 2017, https://mondedulivre.hypotheses.org/?p=6826.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *