L’intraduction de la littérature néo-zélandaise en France : la dominance de la langue anglaise malgré un biculturalisme omniprésent

La Nouvelle-Zélande est située à environ 2 000 kilomètres au sud-est de l’Australie. Le pays est proche de petits continents du Pacifique, mais reste plutôt isolé géographiquement. Il comprend deux îles principales séparées par le détroit de Cook : l’île du Nord, très découpée, et l’île du Sud, beaucoup plus massive et étendue. Sa population actuelle, estimée à plus de 4 500 000 habitants, est majoritairement d’origine européenne. Plusieurs communautés minoritaires sont également présentes dans le pays, représentées essentiellement par les Maoris.

La Nouvelle-Zélande est l’un des territoires les plus tardivement peuplés : ses premiers colons, des Polynésiens de l’est, y arrivèrent il y a environ 1 000 ans. Ils y établirent la culture maorie, mais le territoire devint par la suite une colonie britannique en 1840. Il obtient son indépendance le 26 septembre 1907 et devient membre du Commonwealth of Nations. Une grande part de sa culture contemporaine a des racines britanniques. Des influences américaines et australiennes sont aussi présentes. Le lien culturel entre la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni domine et est maintenu non seulement par une langue commune mais également par une migration constante entre ces pays. La culture maorie est également forte, notamment dans les arts, les chants et danses traditionnels, l’architecture ou encore le tatouage, sans compter le sport, domaine essentiel dans lequel les Néo-Zélandais excellent. Le pays est marqué par une richesse et une diversité culturelle importantes, à l’image de ses habitants. Il compte trois langues officielles : l’anglais, parlé par 98 % de la population ; le maori, parlé par 4 % de la population (et seulement 0,2 % comme unique langue), officiel depuis 1987 ; et la langue des signes, officielle depuis 2006.

L’industrie du livre en Nouvelle-Zélande est dominée par trois grands groupes : Penguin Random House, Hachette New Zealand et Harper Collins Publishers New Zealand. Environ 2 000 titres néo-zélandais sont publiés par an, et on compte plus de 500 maisons d’éditions et plus de 600 auteurs 1. L’industrie y est relativement prospère, malgré les difficultés qu’elle a connues en 2013 et 2014 2, et possède de nombreux éditeurs et libraires indépendants. La coexistence de ces grands groupes et des éditeurs indépendants crée de la bibliodiversité au sein du pays, lui permettant de publier à la fois des œuvres d’auteurs phares et des textes plus marginaux d’auteurs locaux. La Nouvelle-Zélande produit majoritairement des œuvres d’expression anglaise, ce qui lui permet d’être assez visible dans le paysage international.

Quelques auteurs d’expression anglaise traduits en France

Les écrivains néo-zélandais les plus célèbres furent d’abord des expatriés, comme Katherine Mansfield, grande figure de la littérature néo-zélandaise de langue anglaise. Parmi les auteurs phares, on compte aussi Keri Hulme, Janet Frame, Alan Duff, Hone Tuwhare, Frank Sargeson ou encore Witi Ihimaera.

Ces auteurs, d’origine européenne ou maorie, ont tous participé à l’établissement d’une culture propre à la Nouvelle-Zélande, en prenant de la distance avec l’héritage britannique. C’est ainsi que les écrivains néo-zélandais ont pu forger une culture unique, forte des considérations des droits des femmes, des Maoris et des autres minorités du territoire 3. Sous l’impulsion de ses pionnières (Katherine Mansfield, Janet Frame et Keri Hulme, toutes trois traduites en France), la littérature néo-zélandaise se construit autour d’une identité singulière, mêlant influences de la mondialisation, diversité des cultures et recherche d’équilibre. C’est cette quête d’identité, entre origines maories et européennes, qui fait la force de la littérature néo-zélandaise.

La France occupe une place particulière dans l’imaginaire néo-zélandais. Beaucoup de leurs auteurs se sont exilés en France pour trouver l’inspiration. Les éditeurs français ont traduit nombre d’oeuvres néo-zélandaises d’expression anglaise, donnant ainsi accès aux lecteurs français à toute la richesse de la culture et de l’esprit de cette nation.

Couverture The Bone People, Keri Hulme, Flammarion, 1996.

Couverture The Bone People, Keri Hulme, Flammarion, 1996.

La culture maorie a beaucoup été transmise à l’étranger et en France par le biais de la littérature, et le succès du roman de Keri Hulme, The Bone People (1984), a contribué à apporter un éclairage nouveau sur le pays. Cette œuvre, qui a obtenu le Booker Prize en 1985, a été traduite sous le titre The Bone People ou Les Hommes du long nuage blanc par Françoise Robert (Flammarion, 1998). Le roman lie l’histoire des Maoris à l’aspiration d’une nation recomposée en embrassant les « Pakehas » (Néo-Zélandais d’origine européenne). Il redéfinit ainsi l’identité nationale en incluant ce biculturalisme, désormais omniprésent, d’où son énorme succès en Nouvelle-Zélande 4.

Photographie de l'écrivain maori Witi Ihimaera en octobre 2012. Source : Wikimedia commons, CC 2.0.

Photographie de l’écrivain maori Witi Ihimaera en octobre 2012. Source : Wikimedia commons, CC 2.0.

Witi Ihimaera, considéré comme un auteur majeur de la littérature postcoloniale, a été le premier écrivain maori à être publié. En 2005, il reçoit la médaille de l’Ordre du mérite en littérature de Nouvelle-Zélande. Plusieurs de ses œuvres ont été traduites en français entre 1988 et 2014 dont The Whale Rider (Paï, publié par les éditions Thélès en 2003 et traduit par Francine Tolron), son œuvre phare, qui a également été adaptée au cinéma en 2002. Ce texte est fondamental pour le peuple maori mais aussi pour tous les peuples indigènes du monde car il montre les liens spirituels tissés entre le peuple et la terre, la place centrale de la famille et la relation avec la nature 5. Ses œuvres, ainsi que celles de Patricia Grace (dont nombreuses ont été traduites en français par les éditions tahitiennes Au Vent des îles), ont contribué à la formation d’un nationalisme postcolonial dans le pays 6. Le roman de Patricia Grace, Potiki (traduit par Dominique Hélène Devaux-Minié et publié chez Arléa en 1993), est un de ses grands succès et aborde la façon dont une petite communauté maorie résiste aux promoteurs immobiliers, mettant ainsi en avant des préoccupations d’ordre politique.

Alan Duff, dont le roman Once Were Warriors, publié en 1990, a eu un grand retentissement en Nouvelle-Zélande, est probablement l’auteur néo-zélandais vivant le plus connu à l’international. Once Were Warriors dresse un portrait très critique et empreint d’un réalisme violent de la place des Maoris dans la société néo-zélandaise. Il a été traduit en français sous le titre L’Âme des guerriers, publié par Actes Sud en 1996 et traduit par Pierre Furlan. Actes Sud a également publié la quasi-totalité des œuvres de l’auteur, traduites par Pierre Furlan pour la majorité (et Isabelle Roy pour la dernière publication, Danny Boy, sorti en 2014). Alan Duff fait partie des écrivains partisans à la fois de la renaissance culturelle et de la modernisation, qui rejettent la vision nostalgique d’une identité maorie en contradiction avec le progrès 7.

Elizabeth Knox, autre auteure représentative de la littérature néo-zélandaise, a publié en 1998 son quatrième roman, The Vintner’s Luck, une romance fantastique se déroulant en Bourgogne. Le roman a été traduit en français par Pierre Furlan sous le titre La Veine du vigneron, et publié par les éditions du Fil invisible en 2004 (aujourd’hui épuisé). Forte de son succès à travers le monde – elle a remporté pas moins de cinq prix dont le Tasmanian Pacific Region Prize et a été traduite dans six langues –, l’œuvre est adaptée en film en 2009.

Parmi les auteurs emblématiques de la Nouvelle-Zélande, on peut citer également Geoff Cush, dont le deuxième roman, Son of France (2002), a été traduit en 2004 par Pierre Furlan pour Actes Sud sous le titre Graine de France : une uchronie dans laquelle il imagine une Nouvelle-Zélande devenue colonie française à l’exception du port de Wellington resté britannique. The Captive Wife (2005), de Fiona Kidman, a été traduit par Stéphane Camille, publié par les éditions Sabine Wespieser en 2006 sous le titre Rescapée, et raconte l’histoire d’une immigrée britannique, enlevée en 1834 par des Maoris.

Enfin, Dorothy Eden est certainement l’auteure néo-zélandaise la plus traduite en France : pas moins d’une trentaine de romans historiques, sentimentaux et policiers, pour la majorité publiée aux Presses de la Cité. Cependant, ses œuvres sont également celles qui s’éloignent le plus des sujets abordés généralement par les auteurs néo-zélandais pour s’approcher des genres les plus commerciaux à l’international. Le roman policier est également le genre de prédilection de Ngaio Marsh, auteure du XIXe siècle dont la majorité des œuvres est parue aux Presses de la Cité, puis chez 10/18 entre 1994 et 2004, ainsi que de Chad Taylor, dont quatre romans ont été publiés en français par Christian Bourgois entre 2002 et 2009.

En tout, ce sont plus de cinquante auteurs et cent cinquante traductions de textes néo-zélandais d’expression anglaise traduits en français, tous genres confondus. La diversité des productions éditoriales de Nouvelle-Zélande se retrouve dans les œuvres traduites en français.

Les productions en langue maorie et leur non-traduction en France

Malgré la forte présence de l’anglais, la culture maorie reste la plus ancienne du pays. Traditionnellement orale, la langue maorie – qui comporte de nombreuses variantes portant essentiellement sur les différences de prononciations – se fait discrète dans le paysage culturel du pays, mais est tout de même présente.

Dès la colonisation par les Britanniques et jusqu’au début du xxe siècle, les Néo-Zélandais avaient l’interdiction de parler maori, notamment dans les écoles 8. La population a ensuite dû retrouver ses racines et son identité face à l’influence britannique et la littérature en langue maorie a peiné à faire surface, la majorité des écrivains maoris écrivant en langue anglaise. Le pays, depuis plusieurs décennies, essaie de redonner un nouveau souffle à la littérature de langue maorie.

Logo des éditions Huia Publishers

Logo des éditions Huia Publishers. Source : compte Twitter de la maison d’édition.

La maison d’édition Huia Publishers, créée en 1991, encourage les publications en langue maorie et participe à leur promotion. Au-delà de la majorité des œuvres néo-zélandaises écrites en langue anglaise, de plus en plus de romans, poèmes et nouvelles sont écrits en maori.

En France, on constate une absence totale de traduction du maori. La seule œuvre disponible est un dictionnaire Français-Mahorais, publié en 1996 par L’Harmattan et réalisé par Sophie Blanchy. La Nouvelle-Zélande est le seul pays traduisant le maori, vers l’anglais et les différents dialectes polynésiens, ainsi que l’Allemagne (vers l’allemand) en de très rares cas 9. Un élément de réponse à cette absence de traduction est l’absence d’enseignement du maori dans les cursus de traduction. Mais l’hypothèse la plus solide reste celle de la domination de la langue anglaise sur le maori. En effet, la majorité de la création littéraire du pays est en langue anglaise, celle en maori en devient automatiquement invisible aux yeux des autres pays.

L’imaginaire néo-zélandais est empli de mythes maoris et d’histoires coloniales. La force de la Nouvelle-Zélande résulte de ces différences culturelles. Le biculturalisme se retrouve partout, jusqu’au nom même du pays : « Nouvelle-Zélande – Aotearoa » (Aotearoa étant le nom maori du pays qui signifie « le pays du long nuage blanc »). Ce biculturalisme dissimule néanmoins les productions littéraires en maori, participant ainsi à la non-traduction du maori vers le français. En effet, la forte présence du bilinguisme éclipse le maori. Il ne faut pas non plus oublier que les Pakehas représentent 75 % de la population tandis que les Maoris seulement 15 %, laissant 10 % de la population à d’autres minorités asiatiques et polynésiennes. Les écrivains maoris doivent donc se placer entre leur culture et la culture européenne, ainsi que leurs deux langues, par nécessité de survie 10. Les textes en langue anglaise se donnent aussi le droit (voire le devoir) de transmettre la culture de ceux qui les écrivent. C’est par l’expression anglaise que les deux civilisations principales (Pakehas et Maoris), dont la cohabitation n’a pas toujours été pacifique, défendent leurs valeurs et leurs traditions : la nature – souvent utilisée pour affirmer une identité –, la famille, la terre, etc. À travers ce biculturalisme, c’est la quête de l’identité, les conséquences de la colonisation et de la mondialisation que l’on retrouve comme autant de thèmes partagés par les œuvres néo-zélandaises. Ce biculturalisme se retrouve également dans la forme des textes : même les écrits d’expression anglaise comportent des noms maoris.

La littérature en langue maorie, peu visible dans son propre pays parmi la production anglophone, n’y possède que peu de lecteurs potentiels. Elle ne risque donc malheureusement pas d’émerger en France, où sa réception semble impossible. Les œuvres de langue anglaise, qu’elles soient écrites par des Pakehas ou des Maoris, expriment toute la diversité et toute la culture du pays, des revendications postcoloniales jusqu’aux messages les plus mondialisés. Toute la richesse de la production néo-zélandaise, qu’elle soit maorie ou pakeha, est donc disponible en langue anglaise, ce qui entrave considérablement la traduction des œuvres d’expression maorie en français.

Conclusion

Tandis que les premiers textes néo-zélandais publiés se centrent essentiellement sur la vision d’Occidentaux débarqués sur une terre inconnue, la littérature néo-zélandaise d’aujourd’hui est riche et diversifiée. Elle dépeint un paysage sauvage mais également une diversité de cultures, mêlant européanisme et maoritanga (l’ensemble des traditions et croyances maories). La domination de l’anglais ne remplace ni ne supprime la culture maorie, inhérente au pays. Aujourd’hui, « l’ombre de l’Angleterre qui nous cachait la Nouvelle-Zélande n’est plus qu’un élément de l’identité kiwi, juste une partie du “long nuage blanc” d’Aotearoa 11 ». La spécificité de la littérature néo-zélandaise reste cette hésitation sur son identité et la façon dont elle jongle avec ses cultures fondatrices et les langues qui les accompagnent.

Photographie de Margaret Mahy qui reçoit le New Zealand Post Choldren's Book Awards en 2011 pour sonr livre The moon & Farmer MacPhee

Photographie de Margaret Mahy qui reçoit le New Zealand Post Choldren’s Book Awards en 2011 pour sonr livre The moon & Farmer MacPhee par Mark Tantrum. Source : Wikimedia commons, CC 2.0.

En Nouvelle-Zélande, des prix littéraires donnant une place à la langue maorie existent depuis les années 2000. Il s’agit des Pikihuia Awards, qui récompensent des œuvres courtes de langue anglaise et maorie, publiées ensuite par les éditions Huia ; des New Zealand Book Awards, qui récompensent chaque année un texte écrit en maori ; ou encore des Ngā Kupu Ora Awards, créés par l’Université Massey en 2009. Cela représente un espoir de voir apparaître, un jour, une œuvre traduite du maori vers le français.

En attendant, de nombreuses œuvres iconiques du « pays du long nuage blanc » sont disponibles en français, propageant une vision riche de cette culture duelle mais singulière, de ce pays qui se renouvelle à travers ses écrivains et la représentation qu’ils transportent dans leurs œuvres. Comme le dit Pierre Furlan, traducteur et spécialiste de la littérature néo-zélandaise :

Le territoire de cette littérature n’est donc pas tout à fait européen sans pour autant se situer en entier dans le Pacifique. Car un territoire littéraire ne saurait être étroitement géographique : ses frontières passent par tous ceux qui la lisent, elles sont mouvantes et c’est la raison pour laquelle la Nouvelle-Zélande et la France peuvent se retrouver 12.

Notes

1 D’après les données de The Association of New Zealand Booksellers et New Zealand Book Council.
2 Sarah Forster, « Book Publishing Industry Rebounds », Booksellers NZ, 6 décembre 2016 (consulté en mars 2017).
3 Pierre Furlan, « Une ancre dans le Pacifique », dans « Écrivains de Nouvelle-Zélande », Europe, n° 931-932, novembre-décembre 2006, p. 3-9.
4 Mark Williams, « De l’ange gay au missionnaire déchu. Fiction contemporaine en Nouvelle-Zélande », dans « Écrivains de Nouvelle-Zélande », Europe, n° 931-932, novembre-décembre 2006, p. 30-45.
5 Lydia Wevers, « Les Belles îles de Nouvelle-Zélande. Paysage et culture à Aotearoa », dans « Écrivains de Nouvelle-Zélande », op. cit., p. 10-20.
6 Mark Williams, « De l’ange gay au missionnaire déchu. Fiction contemporaine en Nouvelle-Zélande », op. cit.
7 Ibid.
8 Jeffrey Paparoa Holman, « Māori fiction – ngā tuhinga paki », Te Ara – The Encyclopedia of New Zealand, 22 octobre 2014 (consulté en mars 2017).
9 D’après l’Index Translationum.
10 Lydia Wevers, « Les Belles îles de Nouvelle-Zélande. Paysage et culture à Aotearoa », op. cit.
11 Pierre Furlan, Dossier de presse des Belles Étrangères Nouvelle-Zélande, novembre 2006.
12 Ibid.

Bibliographie

Sites et associations

Ouvrages et articles

  • DEVARRIEUX, Claire, « L’Homme kiwi », Libération [en ligne], 16 novembre 2006 (consulté en mars 2017).
  • FORSTER, Sarah, « Book Publishing Industry Rebounds », Booksellers NZ, 6 décembre 2016 (consulté en mars 2017).
  • FURLAN, Pierre (dir.), Les Belles Étrangères. Douze écrivains néo-zélandais, Paris, Sabine Wespieser éditeur / Centre national du livre, 2006.
  • FURLAN, Pierre, Dossier de presse des Belles Étrangères Nouvelle-Zélande, Centre national du livre / ministre de la Culture et de la Communication, novembre 2006.
  • FURLAN, Pierre (dir.), « Ecrivains de Nouvelle-Zélande », Europe, n° 931-932, novembre-décembre 2006.
  • HOLMAN, Jeffrey Paparoa, « Māori fiction – ngā tuhinga paki », Te Ara – The Encyclopedia of New Zealand, 22 octobre 2014 (consulté en mars 2017).

Ouvrages cités

  • CUFF, Geoff, Son of France, Vintage, 2002.
  • CUFF, Geoff, Graine de France, Actes Sud, 2004.
  • DUFF, Alan, Once Were Warriors, Tandem Press, 1990.
  • DUFF, Alan, L’ âme des guerriers, Actes Sud, 1996.
  • GRACE, Patricia, Potiki, Univ of Hawaii Pr, 1986.
  • GRACE Patricia, Potiki, l’homme amour, Arléa, 1993.
  • HULME, Keri, The Bone People, Spiral Press, 1984.
  • HULME, Keri, Les Hommes du long nuage blanc, Flammarion, 1998.
  • IHIMAERA, Witi, The Whale Rider, Heinemann, 1900.
  • IHIMAERA, Witi, Pai, Thélès, 2003.
  • KIDMAN, Fiona, The Captive Wife, Random House New Zealand, 2005.
  • KIDMAN, Fiona, Rescapée, Sabine Wespieser, 2006.
  • KNOX, Elizabeth, The Vintner’s Luck, Farrar, Straus & Giroux, 1998.
  • KNOX, Elizabeth, La Veine du vigneron, Éditions du Fil invisible, 2004.

Pour aller plus loin

  • Ambassade de France à Wellington, « Littérature néo-zélandaise traduite en français » [liste mise à jour en juillet 2015 ; en ligne].
  • BORNHOLDT, Jenny, et O’BRIEN, Gregory (dir.), The Colour of Distance: New Zealand Writers in France – French writers in New Zealand, Wellington, Victoria University Press, 2005.
Citer ce billet : Amélie Baldini, "L’intraduction de la littérature néo-zélandaise en France : la dominance de la langue anglaise malgré un biculturalisme omniprésent", Monde du Livre, 30 septembre 2017, https://mondedulivre.hypotheses.org/6944.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *