Rencontre avec Mathilde Azzopardi et les éditions Verdier

Le 8 février dernier se tenait au sein des murs de l’université d’Aix un entretien avec Mathilde Azzopardi des éditions Verdier. Une discussion passionnante sur l’histoire de la maison d’édition aux couvertures jaunes et autour de l’édition de littérature traduite.

Parmi les collections de la maison, beaucoup sont consacrées à la littérature traduite. Selon vous, cela constitue-t-il l’identité de la maison ? Quel est le rôle de la traduction chez Verdier ?

Mathilde Azzopardi : Verdier a été fondé en 1979 par un groupe d’amis, Gérard Bobillier, Colette Olive, Michèle Planel et Benoît Rivero, qui avaient milité ensemble à la Gauche prolétarienne (GP), dans les années 1968 et suivantes. À l’issue de ce qu’ils ont considéré comme un échec de leur expérience politique, ils ont souhaité poursuivre autrement leur engagement. Ils se sont rassemblés dans une ancienne métairie qui était une maison de famille de Colette Olive, située au lieu-dit Verdier, autour de Benny Lévy, ancien chef de la GP et dernier secrétaire de Jean-Paul Sartre. Leur groupe de réflexion s’appelait les « Cercles socratiques ». Ils y ont questionné l’impasse de leur expérience politique à travers le prisme de la philosophie. Partant de l’étude de la philosophie, Benny Lévy, qui n’avait pas vécu sa judéité dans sa jeunesse, a commencé dans ces années à se tourner vers le judaïsme et ses textes fondamentaux. Ceux qui réfléchissaient ensemble au sein des « Cercles socratiques » ont alors, avec Benny Lévy, fait le constat que ces textes manquaient en français : ils n’étaient pas disponibles, ou bien ils l’étaient dans des éditions reliées très coûteuses et peu maniables, inaccessibles au grand public. Ils ont donc décidé de traduire ou retraduire, en commençant par Le Guide des égarés, qui est l’une des premières publications de Verdier, et c’est Charles Mopsik, décédé en 2003, qui s’est d’abord attelé à cette tâche. La nécessité de traduire apparaît ainsi à l’origine de la création de la maison d’édition.

En même temps que Le Guide des égarés paraissait Du jeu subtil à l’amour fou, poèmes du troubadour Raimon de Miraval, accompagnés de la traduction française de René Nelli : un hommage à la haute culture d’Oc. Ainsi que Travail de Zola, avec une préface des ouvriers de Lip, et Nous ne nous aimons pas de Jean Claude Vernier : deux livres qui témoignent de l’engagement politique passé des fondateurs de la maison.

Verdier a été bâti sur ce socle, c’est-à-dire la publication de ces textes fondamentaux de la pensée juive, réunis dans la collection « Les Dix Paroles », à quoi ce sont ajoutés des textes philosophiques, des livres d’histoire, et de la littérature française et étrangère. Les différents domaines linguistiques ont donné lieu à la création des différentes collections étrangères, au gré des rencontres avec les directrices et directeurs de celles-ci.

Quant à vous, quand êtes-vous arrivée dans la maison ?

M. A. : J’ai rencontré les éditions Verdier alors que j’étais étudiante, j’avais travaillé sur l’œuvre de Pierre Michon et je préparais un mémoire de recherche sur le catalogue de la maison. J’ai fait la connaissance de Gérard Bobillier en 2002 qui m’a très vite proposé des travaux de lectures pour la maison. J’ai collaboré ainsi régulièrement quelques années durant avant d’être salariée en 2007.

Combien de personnes travaillent au sein des éditions Verdier ?

M. A. : Gérard Bobillier, Colette Olive, Michèle Planel et Benoît Rivero ont, comme je vous le disais, fondé Verdier. Ce dernier a quitté la maison dans les années 1980 pour créer la collection « Photo poche », qui est aujourd’hui chez Actes Sud. Après la mort de Gérard Bobillier, en 2009, Colette Olive et Michèle Planel ont pris en charge ensemble la gérance de la maison, elles sont toutes deux éditrices. Colette s’occupe également des droits étrangers. Depuis 2002, Emilie Thomas est en charge de la fabrication et de tout ce qui concerne l’iconographie et la communication visuelle. Je m’occupe des relations libraires et, toujours, des manuscrits. Avec Emilie Thomas, nous nous partageons un certain nombre d’autres tâches, comme la gestion des stocks. Nous avons également une attachée de presse salariée en interne, ainsi qu’une personne en charge de l’administration, qui travaille à temps partiel. Nous sommes donc cinq à travailler à temps plein et une personne à mi-temps. À cela s’ajoutent un certain nombre de collaborateurs extérieurs : les directeurs de collections et plusieurs personnes qui travaillent sur les textes (correction, préparation de copie, mise en page).

Pourquoi avoir choisi cette couleur jaune pour vos couvertures ?

M. A. : Je me permets un léger détour avant de vous répondre… En 1984, lorsqu’est paru, aux éditions Gallimard, Vies minuscules de Pierre Michon, Gérard Bobillier a lu ce livre et en a été profondément bouleversé. Pierre Michon, comme Pierre Bergounioux, appartient à la première génération qui, en France, quitte la campagne pour aller faire des études à la ville. Vies minuscules témoigne de ce moment où le monde paysan, tel qu’on l’a connu, inchangé pendant des décennies, voire des siècles, est en train de se transformer ; le récit porte la trace de ce qui, déjà, a disparu. Gérard Bobillier, qui faisait également partie de cette génération, s’est senti très proche de l’expérience décrite dans ce récit. Il a souhaité rencontrer l’auteur de ce livre magnifique, il lui a donc donné rendez-vous à Orléans, où Michon vivait à l’époque, à la librairie Les Temps modernes, chez Catherine Martin-Zay qui était une amie commune. Ils ont sympathisé et sont rapidement devenus très proches. C’est ainsi que Verdier est devenu l’éditeur de Pierre Michon. La maison avait publié de la littérature française avant cela, mais nous considérons que c’est à partir de la publication de Vie de Joseph Roulin que la ligne de ce que nous appelons aujourd’hui la « Collection jaune » a été tracée. Vie de Joseph Roulin est un récit autour du peintre Van Gogh. Au moment de choisir la couverture du livre, le choix s’est porté sur le jaune pour rappeler le jaune de chrome des tournesols de Van Gogh. Cette couleur a été conservée pour l’ensemble de la littérature française. Chaque collection avait alors sa couleur : gris pour la littérature italienne, rouge pour l’Espagne, bleu clair pour la Russie et vert pâle pour l’Allemagne. Mais les papiers de couleur utilisés n’étaient, peu à peu, plus fabriqués, les teintes étaient différentes d’un livre à l’autre, dans une même collection, et un problème d’homogénéité s’est posé. Il a donc été décidé d’adopter la couleur jaune pour l’ensemble de la littérature et la couleur ivoire pour les sciences humaines. Les maquettes actuelles des livres brochés, comme celles des poches, sont signées du graphiste Pierre di Sciullo.

Il arrive, cependant, que nous dérogions à cette règle : aujourd’hui même paraît un livre de Jean-Baptiste Harang, Jours de Mai, qui reprend les chroniques quotidiennes de Mai 68 qu’il avait publiées dans le journal Libération en 1998, et la couverture de ce livre est illustrée par un dessin de Frédéric Pajak.

Est-ce dans le but de créer une nouvelle maquette ?

M. A. : Non, c’est un livre un peu particulier, que nous avons voulu hors collection. Il y a eu quelques autres exceptions : les trois premiers livres de Lutz Bassmann avaient des jaquettes illustrées avec des photographies de Lise Sarfati, de l’agence Magnum. Mais cela a un coût… Nous faisons plus souvent des bandeaux avec une reproduction de tableau ou une photographie, parfois un portrait de l’auteur, ou encore une ligne de texte.

À propos des directeurs de collection, comment est-ce que cela fonctionne ? Est-ce que ce sont des gens qui ont proposé d’eux-mêmes de créer une collection ou alors est-ce Verdier qui en a pris l’initiative ?

M. A. : Concernant la création des collections, elles ont chaque fois été le fruit de rencontres avec leurs directrices et directeurs. La collection de littérature italienne « Terra d’altri » est née de la rencontre avec Bernard Simeone et Philippe Renard, qui avaient travaillé ensemble sur la traduction des poèmes de Mario Luzi, qu’ils ont d’abord publiée chez Flammarion. Verdier leur a proposé d’animer la collection de littérature italienne : ils y ont publié d’autres recueils de Mario Luzi, puis un auteur dont Luzi leur avait parlé, Giorgio Caproni, et beaucoup d’autres à la suite. Souvent, les auteurs contemporains étrangers traduits amènent d’autres auteurs. Ainsi, dans la collection « Slovo », fondée par Hélène Châtelain et aujourd’hui dirigée par Catherine Perrel, nous publions en mars prochain Le Temps gelé, un ensemble de récits de Mikhaïl Tarkovski – le neveu du cinéaste Andreï Tarkovski. Or c’est Vassili Golovanov, l’auteur d’Éloges des voyages insensés, qui a d’abord fait lire Tarkovski à Catherine Perrel, qui a décidé de le traduire et de le publier.

Et pour des auteurs comme Sigismund Krzyzanowski, qui sont décédés, comment l’avez-vous découvert ?

M. A. : Hélène Châtelain l’a découvert grâce à Vadim Perelmuter. Alors qu’il travaillait sur les archives d’un autre auteur russe, Chengueli, Vadim Perelmuter a découvert dans un carnet de celui-ci une note que je vous lis : « Aujourd’hui, le 28 décembre 1950 est mort Sigismund Dominikovitch Krzyzanowski, auteur de littérature fantastique et génie négligé. Pas une ligne de lui ne fut publiée de son vivant. » Piqué de curiosité, Vadim Peremulter est parti à la recherche des textes de cet écrivain inconnu et a retrouvé dans les archives de Moscou une partie de son œuvre, qu’il a ensuite publiée. La première édition de ces textes est parue en 1989 en Russie, près de quarante ans après la mort de Krzyzanowski. De manière quasi simultanée, Hélène Châtelain lance le projet de traduction en français d’un premier volume, rassemblant des récits écrits entre 1926 et 1939. Le Marque-page est publié en 1992, trois ans après l’édition russe. Nous avons, à ce jour, publié 8 livres de Krzyzanowski et il reste encore de nombreux inédits.

Dans le livre Le Marque-page, il est écrit que le titre original russe signifie « mémoires du futur » ; c’est le titre d’une nouvelle de l’auteur, mais elle n’est pas présente dans ce recueil-là. Pouvez-vous nous indiquer qui a choisi le titre et pourquoi la nouvelle ne fait pas partie du recueil ?

M. A. : C’est l’éditeur français qui a choisi, pour le recueil, le titre Le Marque-page. Et le texte qui porte le titre « Mémoires du futur », nous l’avons publié à part sous le titre Souvenirs du futur. L’œuvre de Sigismund Krzyzanowski n’ayant pas été publiée de son vivant, c’est Vadim Perelmuter qui a structuré l’édition russe et, pour l’édition française, c’est l’éditeur français qui a opéré des choix, quant au titre et à la composition de l’ouvrage. Ce qui a présidé à ces choix, c’est sans doute ce qui a pu être jugé comme étant le plus susceptible de plaire au lectorat français, ou encore le plus opportun pour faire découvrir un auteur inconnu. Le Marque-page est aussi le titre de la nouvelle qui ouvre le recueil et celle-ci a pour cadre la ville Paris. Le lecteur français est ainsi introduit à l’œuvre de Krzyzanowski en découvrant la singularité de son univers, à partir de ce qui lui est a priori connu.

Lorsqu’il s’agit de la publication de textes inédits posthumes, diriez-vous que vous pouvez prendre plus de liberté sur l’agencement des textes ?

M. A. : Hélène Châtelain a pu composer l’ouvrage selon ses souhaits. Pour autant, le travail reste scrupuleux et respectueux. Pour ce qui concerne Krzyzanowski, Vadim Perelmuter a pu travailler à l’édition russe avec la femme de l’auteur et il demeure le référent en ce qui concerne la publication de cette œuvre.

Avez-vous donc le projet d’aller jusqu’au bout de la publication de cet auteur, de ce fonds ? Car j’imagine que ce fonds est un fonds d’archives à Moscou ?

M. A. : Il s’agit d’un fonds d’archives qui réserve encore des surprises, puisque des textes sont réapparus encore récemment, lorsque les archives du FSB (ex-KGB) ont été transférées aux archives de Moscou. Vadim Perelmuter a retrouvé un texte mentionné par Krzyzanowski dans une lettre de 1933, mais qui était, jusqu’à ce jour, demeuré introuvable. Il est paru en 2014, dans la traduction de Catherine Perrel, sous le titre Rue Involontaire.

Dans ce cas, est-ce votre traductrice qui se charge des recherches ?

M. A. : Ce travail de recherche est réalisé par les directeurs de collection ou les traducteurs, dans ce cas par Catherine Perrel qui est directrice de collection et traductrice. Nous ne sommes pas russophones, ni ne parlons, dans la plupart des cas, les langues que nous publions en traductions. Les directeurs de collection sont, en ce sens, nos relais. La seule exception concerne la collection espagnole qui était animée par Colette Olive et Michèle Planel, qui parlent et lisent couramment l’espagnol. Mais il n’y a pas eu de nouvelle publication dans ce domaine depuis longtemps.

D’après nos calculs, 55 % de l’ensemble de votre catalogue concerne de la littérature traduite, et 77 % de la traduction en poche. Nous ne connaissons cependant pas le nombre de titres traduits publiés par an. Cela doit dépendre des années…

M. A. : Nous sommes soumis à des rythmes éditoriaux et nous tâchons de faire en sorte que les livres ne se « gênent » pas. Nous faisons en sorte d’équilibrer le programme, pour laisser une chance à chaque livre d’avoir de la presse et de trouver ses lecteurs. Sur les dernières années, pour une trentaine de titres publiée par an, il me semble, tout format confondu, que la proportion serait plutôt de : un tiers de littérature française, un tiers de littérature traduite et un tiers de sciences humaines.

Pourquoi y a-t-il deux collections de littérature russe ?

M. A. : C’est, une fois de plus, une question de rencontres : Hélène Châtelain dirigeait « Slovo ». Luba Jurgenson a travaillé sur l’édition intégrale des Récits de la Kolyma parus dans cette collection. Luba Jurgenson a souhaité à son tour, avec Anne Coldefy-Faucard, proposer des textes russes à la publication et une autre collection a été créée pour accueillir leurs propositions : « Poustiaki ». Chacune de ces collections possède son identité propre, mais de nombreux liens, bien évidemment, les unissent.

Concernant « Slovo », Catherine Perrel, qui travaille aux côtés d’Hélène Châtelain depuis le début, codirige aujourd’hui la collection.

Luba Jurgenson a publié un essai, en plus de ses traductions…

M. A. : Nous avons publié, sous couverture ivoire, en sciences humaines, un ouvrage qui s’intitule Écrire, traduire, en métamorphose. C’est un recueil d’interventions et d’articles de Bernard Simeone, dans lesquels il expose son point de vue sur la traduction.

Au lieu du péril de Luba Jugerson a, en revanche, été publié dans la « Collection jaune » parce que l’approche très personnelle et le ton très libre avec lesquels est abordée la notion de bilinguisme font de ce texte une œuvre littéraire bien davantage que théorique. C’est un récit qui aborde sous un angle clairement autobiographique la question de l’être entre deux langues.

Concernant les Récits de la Kolyma de Varlam Chalamov, pourquoi avoir pris la décision de conserver les traductions déjà parues ? Pourquoi n’avoir pas décidé de retraduire l’ensemble des textes ?

M. A. : Sophie Benech a traduit ce qui était encore inédit en français, et Luba Jurgenson a été la maîtresse d’œuvre de l’ouvrage, c’est-à-dire qu’elle a travaillé à partir de l’édition Maspero des années 1980 et en a entièrement révisé la traduction. L’ensemble n’a pas été à proprement parler retraduit, mais le travail de réécriture et de retraduction partielle effectué a été très important. Sur plus de 1 500 pages, c’est une tâche considérable.

Les Récits de la Kolyma étaient-ils, à ce moment-là, encore en stock chez d’autres éditeurs ?

M. A. : Non, les différentes éditions en français étaient toutes épuisées.

Etait-ce le désir de Luba Jurgenson de publier les Récits de la Kolyma en intégral ?

M. A. : Initialement, c’était un souhait de l’auteur lui-même : Varlam Chalamov avait conçu très précisément la structure de son ouvrage. Chaque partie composant l’ensemble débute par une scène de camp. Certains récits sont très courts − comme Le Pin nain − et d’autres, beaucoup plus longs. Différentes tonalités sont présentes et l’ensemble a pour but de donner à voir la Kolyma sous chacune de ses composantes et facettes. Pour Hélène Châtelain, les différentes éditions françaises publiées jusque-là ne donnaient pas à voir cela, elles ne permettaient pas de prendre la mesure de l’expérience des camps. L’édition intégrale s’est tout simplement imposée. Il était, à ce moment-là, impensable d’éditer autrement les Récits de la Kolyma.

En 2013, dix ans après la publication de cette édition intégrale, qui est régulièrement réimprimée et est résolument devenue un livre de fonds, nous avons décidé d’en extraire treize récits et de les publier en format poche, un volume mince, beaucoup moins cher (l’édition intégrale coûte environ 45 euros, le poche environ 8 euros), pour atteindre de nouveaux lecteurs. C’est Luba Jurgenson qui a effectué la sélection et écrit pour l’occasion une très belle préface expliquant ce parti pris éditorial. Nous savons que certains lecteurs du poche ont ensuite souhaité lire l’intégralité des Récits

Pour en venir à la littérature italienne, qui est représentée dans votre catalogue par la collection « Terra d’altri », le premier titre publié dans cette collection est Maison des autres, de Silvio D’Arzo. Pourquoi le choix de ce titre pour débuter la collection ?

M. A. : Bernard Simeone traduisait Silvio D’Arzo, et il a souhaité que le nom de la collection soit un rappel de Casa d’altri, Maison des autres – « Terra d’altri » : la « terre de l’autre ». C’est le passage par la langue de l’autre qui fertilise notre propre langue, la déplace et la renouvelle. Cette notion se retrouve dans d’autres noms de collections étrangères, chez Verdier : « Der Doppelgänger », « le double », pour la collection de littérature germanophone. « Otra memoria », pour la collection de littérature espagnole.

Bernard Simeone et Philippe Renard sont morts tous les deux. Martin Rueff s’est vu confier « Terra d’altri » par Gérard Bobillier. La collection a pris un nouveau tournant, avec moins de poésie – hormis, en 2007, la publication de Ronde des convers du poète Eugenio De Signoribus, dans la traduction de Martin Rueff. Les auteurs publiés aujourd’hui dans « Terra d’altri » sont des prosateurs contemporains, comme Antonio Moresco et Walter Siti.

Toujours dans la collection italienne, en 1992, vous avez publié un titre d’Erri De Luca, Une fois, un jour.

M. A. : Il s’agit du premier livre d’Erri De Luca, dans lequel il est question de son enfance à Naples. Erri De Luca n’avait pas à ce moment-là la renommée qu’il a acquise par la suite. Les auteurs étrangers ont des agents littéraires et ses titres suivants ont été publiés en France chez d’autres éditeurs.

C’est un auteur dont le parcours en Italie est très proche de celui qu’ont suivi, en France, les fondateurs de Verdier : après un engagement politique à l’extrême de la gauche, Erri De Luca a entrepris de traduire la Bible. Son passage chez Verdier n’est en rien fortuit. Simplement, le montant des droits pour la traduction de ses autres livres n’était pas dans les moyens de la maison.

Les rapports que vous avez avec vos traducteurs semblent différents de ceux des autres maisons d’édition qui ont tendance à faire comme s’ils n’existaient pas.

M. A. : Ce que vous dites à propos des autres éditeurs est de moins en moins vrai. Les traducteurs ont sans doute été peu considérés et quasi invisibles pendant longtemps, mais cela change. Nous avons tenu à faire figurer sur notre site internet un index des traducteurs. C’est quelque chose qui nous importait et qui, à ma connaissance, n’existe pas sur d’autres sites d’éditeurs. Mais les traducteurs n’ont pas encore leur « page », comme les auteurs ont la leur, avec portrait, notice biographique, etc. – c’est un travail qui reste à faire. Beaucoup d’éditeurs font à présent figurer le nom du traducteur sur la première de couverture. Ce n’est pas notre cas : le nom du traducteur apparaît sur nos livres en quatrième de couverture. C’est une question de maquette : la nôtre, telle qu’elle est aujourd’hui, n’a pas cette souplesse…

Qui choisit les livres à traduire ? Est-ce que ce sont les traducteurs qui viennent avec des textes qu’ils aimeraient traduire ou est-ce vous qui choisissez des ouvrages qui vous plaisent, puis les traducteurs qui feront le travail ?

M. A. : Ce sont, dans la grande majorité des cas, les directeurs de collection qui choisissent les livres à traduire. Et, bien souvent, ils traduisent les titres qu’ils ont proposé. Luba Jurgenson a, par exemple, amené Sergueï Lebedev et Léonid Guirchovitch et c’est également elle qui les a traduits pour « Poustiaki ». De même, Anne Coldefy-Faucard a amené et traduit deux livres de Vladimir Sorokine : Roman et La Tourmente. Anne Coldefy-Faucard a également proposé une nouvelle traduction des Âmes mortes de Gogol qui avait d’abord été publiée au Cherche Midi, avec des illustrations de Chagall, avant de paraître dans notre collection poche. Du côté italien, je peux vous citer le cas d’Antonio Moresco qui n’a pas été amené par le directeur de « Terra d’altri », mais par son traducteur, Laurent Lombard, que nous ne connaissions pas alors et qui a envoyé sa proposition par la Poste.

Une des publications marquantes de ces dernières années est, dans la collection germanophone, la traduction de Scènes de ma vie, le récit autobiographique d’un paysan autodidacte autrichien du XIXe siècle, Franz Michael Felder, un grand classique de la littérature autrichienne qui était encore inédit en français. Jean-Yves Masson, le directeur de « Der Doppelgänger », proposait depuis longtemps de traduire ce livre pour sa collection. Les calendriers éditoriaux étant ce qu’ils sont, cela a pris quelques années. Jean-Yves Masson a proposé à Olivier Le Lay, qui est l’un des grands traducteurs actuels de la langue allemande, de s’en charger, et il a fait un travail absolument remarquable, notamment sur le vocabulaire technique de la paysannerie de l’époque, en Autriche, pour lequel il a dû trouver des équivalences. Peter Handke a signé, pour l’édition française de ce livre, une préface originale.

À propos de Peter Handke, vous avez publié un de ses traducteurs, Georges-Arthur Goldschmidt.

M. A. : Nous avons d’abord publié Le Poing dans la bouche qui a reçu le prix France Culture en 2004. C’est un traducteur et un auteur extraordinaires. Tous ses livres tournent autour des mêmes thèmes, ils racontent, de manière obsessionnelle, la même histoire, toujours sous un angle nouveau : sa vie d’enfant caché pendant la Seconde Guerre mondiale, son rapport à la langue allemande, la langue de l’ennemi, sa découverte de la littérature et comment celle-ci lui a sauvé la vie. Je vous signale, à ce propos, un entretien avec Georges-Arthur Goldschmidt dans lequel se résume très bien son rapport à la langue allemande, qui est paru dans le dernier numéro de la revue franco-allemande La Mer gelée, créée dans les années 2000 par Alban Lefranc et qui a connu, ces dernières années, une renaissance, avec un nouveau comité de rédaction dont fait partie Bernard Banoun, qui a traduit pour Verdier Yoko Tawada, Josef Winkler et Thomas Jonigk. On trouve d’ailleurs dans ce numéro de La Mer gelée, entre autres belles choses, des textes inédits de ces trois auteurs, dans leurs versions française et allemande, ainsi qu’un autre de nos auteurs français dont la contribution a, pour l’occasion, été traduite en allemand : Christophe Manon.

Pouvons-nous rebondir, avec Yoko Tawada, sur la question du bilinguisme ?

M. A. : Yoko Tawada est une auteure d’une grande singularité, une japonaise qui, très jeune, s’installe à Hambourg et écrit ses premiers livres en allemand. Elle relate son rapport de constante étrangeté à son environnement et aux mots relatifs à celui-ci. Nous avons publié sept de ses livres en français, dont cinq traduits de l’allemand par Bernard Banoun, un du japonais et un qui contient des textes écrits dans l’une et l’autre langue. Ce sont des textes en prose, mais sa pratique de la poésie est peut-être encore plus étonnante et les performances qu’elle en tire éblouissantes : dans le poème, elle glisse, par le truchement d’un son, d’un phonème, d’une langue à une autre, de l’allemand au japonais, puis à l’anglais…. Après avoir écrit ses premiers livres en allemand, Yoko Tawada s’est mise à écrire ou à réécrire certains de ses livres en japonais. À signaler que Georges-Arthur Goldschmidt a également procédé de la sorte avec son livre Le Recours, que nous avons publié : il l’a d’abord écrit en français avant de le réécrire en allemand.

Y a-t-il cession de droits lorsque l’auteur se charge de la réécriture d’un de ses livres ?

M. A. : Non, dans ce cas, le livre est considéré comme un inédit et non une traduction et ne donne donc lieu à aucune cession de droit.

Les traductions qui sont faites chez Verdier ont-elles été effectuées à partir de la langue d’origine ? Est-il parfois arrivé que vous traduisiez depuis une langue différente de la langue d’origine du texte ?

M. A. : Il ne me semble pas que nous ayons jamais travaillé sur des textes issus de traductions. Par contre, il est arrivé que nous découvrions des auteurs par une langue traduite. C’est le cas de Yannis Kiourtsakis, auteur grec, découvert par Jean-Yves Masson qui a lu le premier titre que nous avons traduit, Le Dicôlon, en anglais et jugé que cet ouvrage était susceptible d’intéresser Verdier.

Avez-vous créé la collection pour ce titre ?

M. A. : Ce n’est pas vraiment une collection. Nous n’avons que deux livres traduits du grec au catalogue et a priori il n’y en aura pas davantage.

Nous constatons que très peu de titres sont traduits de l’anglais, mais ce sont des auteurs classiques importants de la littérature de langue anglaise (Yeats, Shakespeare…).

M. A. : La littérature anglaise traduite chez Verdier n’est pas véritablement repérée en tant que collection, comme c’est le cas pour « Terra d’altri » ou encore « Der Doppelgänger ». Il y a surtout les œuvres de Yeats traduites par Jean-Yves Masson, à quoi se sont ajoutés quelques autres titres, comme Antoine et Cléopâtre, pièce que Daniel Mesguich avait traduite pour la mettre en scène et que nous avons publiée à cette occasion.

Qu’en est-il de la littérature japonaise ?

M. A. : Le domaine japonais est particulier chez Verdier. Nous avions publié la série des haiku : Cent onze haiku, de Bashô, Les 99 haiku de Ryokan, etc., traduits par Joan Titus-Carmel. Après, nous avons repris le fonds des Presses orientalistes de France, maison cédée à Gérard Bobillier par René Sieffert. Nous avons repris de nombreux titres des POF, comme Le Dit du Genji de Murasaki Shikibu, ou encore Eloge de l’ombre de Junichirô Tanizaki, tous traduits par René Sieffert.

Mais, n’y a-t-il pas un titre de Yoko Tawada que vous avez traduit du japonais ou qui est paru dans la collection japonaise ?

M. A. : Train de nuit avec suspects est en effet traduit du japonais. Il figure, sur notre site, à la fois dans la collection allemande et dans la collection japonaise. Pour Yoko Tawada, nous avons joué de cet entre-deux langues en inscrivant, sur les livres traduits de l’allemand la mention « Traduit de l’allemand (Japon) » et pour celui traduit du japonais « Traduit du japonais (Allemagne) ».

Le premier titre de Yoko Tawada que nous avons publié est Narrateurs sans âmes, un ensemble de textes qui traitent de la notion d’être étranger dans sa langue. Ce qui est une problématique que l’on rencontre en différents endroits de notre catalogue. Voir Jurgenson, Goldschmidt, Simeone, tous ceux dont nous avons déjà parlés…

Les trois titres d’Antonio Moresco sont traduits par Laurent Lombard. Les livres de Sigismund Krzyzanowski sont en revanche traduits par au moins cinq personnes différentes. Y a-t-il d’autres cas comme ce dernier dans le catalogue ?

M. A. : L’autrichien Josef Winkler, dont nous sommes les seuls éditeurs en France, a deux traducteurs français, Bernard Banoun et Éric Dortu. C’est une œuvre très particulière, dense et obsessionnelle. L’un comme l’autre sont attachés à cette œuvre, mais c’est plutôt Bernard Banoun qui s’attache aujourd’hui à la suivre. L’œuvre de Krzyzanowski a en effet été traduite par plusieurs traducteurs français. Un titre a même été traduit collectivement : Le Club des tueurs de lettres, que nous avons récemment réédité en poche, et dont la traduction est signée Claude Secharel. Or Claude Secharel n’existe pas, il s’agit d’une traduction collective, réalisée notamment par Hélène Châtelain et Catherine Perrel.

Pour continuer sur la traduction, mais cette fois-ci du point de vue de l’extraduction, j’aimerais évoquer le cas de Pierre Michon. Quelle a été votre stratégie pour vendre cet auteur à l’étranger ?

M. A. : Depuis Vie de Joseph Roulin, le premier titre de Michon que nous avons publié, Colette Olive, chaque fois qu’elle en a l’occasion, parle de l’œuvre de Michon aux éditeurs étrangers et agents qu’elle rencontre. Mais cela prend du temps… Il est aujourd’hui traduit dans plusieurs langues, mais hormis en Allemagne où l’ensemble de son œuvre est traduite, il y a encore beaucoup de travail. Souvent, le choix des éditeurs étrangers s’est porté sur Les Onze pour une première traduction, parce que ce titre a obtenu le Grand Prix du roman de l’Académie française. D’autre fois sur Vies minuscules, parce que c’est son premier livre.

Il y a une région du monde où Pierre Michon n’a quasiment pas été traduit, c’est l’Asie. Pourriez-vous nous en expliquer les raisons ?

M. A. : Les éditeurs étrangers sont difficiles à convaincre ! Pierre Michon a été invité en Chine il y a quelques années. Des extraits de son œuvre ont été traduits en chinois, mais cela n’a pour l’instant pas donné lieu à la publication d’un livre.

Compte tenu du fait que les éditions Verdier publient des ouvrages destinés à un public restreint, et que ces derniers peuvent s’avérer difficiles à traduire, diriez-vous que vous avez plus facilement accès aux aides ? Par exemple celles du CNL (Centre National du Livre) ou des bourses pour que vos auteurs se déplacent à l’étranger ?

M. A. : Je ne dirais pas que les ouvrages que nous publions touchent nécessairement un public restreint. Quant aux aides à la publication, elles sont attribuées en fonction de la qualité des projets présentés en commission. Nous percevons, comme d’autres éditeurs qui publient de la littérature étrangère, des aides à la traduction, notamment du CNL. Celles-ci nous sont d’une aide précieuse. Elles sont, à dire vrai, indispensables à la réalisation de certains projets.

Pour ce qui est de l’extraduction, il arrive que nous percevions des aides, mais pas de la part du CNL qui aide les traductions vers le français.

Y a-t-il des projets que vous avez dû abandonner parce que vous n’avez pas obtenu d’aide ?

M. A. : C’est arrivé. Il y a plusieurs années, nous avons longuement travaillé sur un dictionnaire des mythologies. C’était un ouvrage très conséquent et, faute d’aide à la publication, nous n’avons pas eu les moyens de le mener à terme et avons finalement dû prendre la décision de l’abandonner. Pour la littérature étrangère, nous comptons bien sûr sur les aides à la traduction. Lorsqu’un dossier est ajourné par le CNL, nous différons la publication et retravaillons le dossier pour le présenter à nouveau. Mais si un dossier est rejeté, nous ne renonçons pas pour autant et publions tout de même l’ouvrage. Outre le CNL, nous percevons des aides à la publication de la part de notre région, la région Occitanie. Et, pour les traductions, plus particulièrement, différents organismes peuvent nous aider : pour les livres traduits du russe, par exemple, la Fondation Mikhail Prokhorov Transcript qui possède un programme de soutien à la diffusion de la littérature russe, ou encore l’Institut de traduction (ANO Institut Perevoda). Pour un projet exceptionnel comme la publication, en septembre dernier, des Œuvres des trois dernières années de la vie du poète Vélimir Khlebnikov, un ouvrage de près de 1200 pages, traduit du russe par Yvan Mignot, nous avons obtenu une aide de Transcript et une aide de la Fondation Jan Michalski.

Même avec une aide, pourquoi prendre le risque de publier un ouvrage de poésie de cette taille ?

M. A. : C’est un ouvrage magnifique que nous sommes heureux d’avoir publié. Yvan Mignot, qui est le spécialiste en France de Vélimir Khlebnikov, a travaillé sur cette traduction pendant une quarantaine d’années. D’autres éditeurs avaient publié des textes de Khlebnikov, mais jamais de cette manière, avec cette ampleur. Une soirée a eu lieu à la Maison de la poésie de Paris et Yvan Mignot a été invité à présenter sa traduction dans plusieurs librairies. Nous avons, à ce jour, vendu près de 1 000 exemplaires, ce qui, pour un ouvrage de poésie, qui plus est de 1 150 pages, à 47 euros l’exemplaire, est exceptionnel et justifie, s’il en était besoin, pleinement cette publication.

Ce titre est-il celui qui a obtenu un prix pour sa traduction récemment ?

M. A. : Oui, Yvan Mignot vient de recevoir le Prix Russophonie 2018. Ce prix récompense chaque année la meilleure traduction du russe vers le français. Il était, cette année, doté de 3 500 euros. Lors des éditions précédentes du prix, une dotation était également prévue pour l’éditeur. Plusieurs de nos traducteurs en sont lauréats : Jean-Baptiste Godon l’a obtenu en 2007 pour sa traduction d’Au diable Vauvert d’Evgueni Zamiatine, Hélène Châtelain en 2009 pour Éloge des voyages insensés de Vassili Golovanov ; Luba Jurgenson en 2011 pour Apologie de Pluchkine de Vladimir Toporov, paru dans notre collection poche, Anne-Marie Tatsis-Botton en 2012 pour Souvenirs du futur de Sigismund Krzyzanowski.

Comment faites-vous le choix des œuvres à traduire ?

M. A. : Nous avons acheté les droits pour des livres qui attendent encore d’être traduits. Le calendrier des traductions et des publications dépend de plusieurs facteurs. Il arrive que l’actualité soit l’un de ces facteurs. Cette année, par exemple, la Russie est le pays invité au Salon du Livre de Paris. Nous avons donc décidé de publier au mois de mars, juste avant le Salon, deux livres traduits du russe : De petits riens sans importance de Iouri Annenkov et Le Temps gelé de Mikhaïl Tarkovski. Autre exemple : Robert Menasse, un autrichien que nous suivons depuis plusieurs années – nous avons publié quatre livres de cet auteur –, s’est vu décerner, lors de la dernière Foire de Francfort, le Deutscher Buchpreis, qui est un prix très prestigieux en Allemagne. Die Hauptsatd, « La Capitale », le livre qui a obtenu ce prix est en cours de traduction et sa publication programmée pour 2019.

Mais, pour les droits, n’y a-t-il pas une durée limitée ?

M. A. : Les droits sont en effet accordés pour une durée limitée dans le temps. Mais il est toujours possible de demander un prolongement du contrat à l’éditeur étranger.

Comment se passent les rencontres que vous organisez avec les auteurs étrangers ? Les traducteurs y participent-ils ?

M. A. : Bien souvent, nos auteurs trouvent leurs lecteurs grâce au formidable travail des libraires qui les conseillent. C’est notamment le cas d’Antonio Moresco. La Petite Lumière, son premier titre traduit, a, au regard de son succès en librairie, obtenu relativement peu d’articles dans la presse. C’est véritablement aux libraires que l’on doit le succès de ce livre. Une librairie parisienne a même été baptisée La Petite Lumière ! Antonio Moresco a beaucoup tourné en France, il a été invité dans plus d’une cinquantaine de librairies au total, toujours accompagné de son traducteur, Laurent Lombard, qui non seulement assure l’interprétariat, mais en fin connaisseur de l’œuvre, complète et commente les propos de l’auteur. Cet accompagnement s’avère très précieux.

Quand l’auteur est accompagné de son traducteur, les deux touchent-ils une rémunération ?

M. A. : Les rencontres en librairie ne sont pas rémunérées, car elles sont considérées comme de la promotion. Mais, dans les festivals ou les institutions, quand l’auteur est invité avec son traducteur, ils sont tous deux rémunérés.

Beaucoup de vos auteurs sont éparpillés à travers le monde, les faites-vous venir souvent ?

M. A. : Nous profitons des invitations des festivals ou des manifestations comme le Salon du livre pour faire venir nos auteurs étrangers en France. Depuis 2017, il existe une nouvelle aide du CNL qui est une aide à la promotion. Nous pourrons utiliser cette aide pour faire venir davantage d’auteurs et programmer des tournées.

Question plus générale : qui s’occupe de la rédaction des quatrièmes de couvertures ?

M. A. : Cela dépend. Pour la littérature traduite, c’est souvent le directeur de collection, ou bien le traducteur. Il y a une première proposition qui est ensuite retravaillée en interne par les éditrices. De même, pour la littérature française, l’auteur fait une proposition de quatrième de couverture qui est, parfois, revue.

Comment choisissez-vous de publier un livre au format poche ?

M. A. : Nous avons sorti beaucoup d’inédits dans la collection « Verdier/poche ». Depuis quelques années, nous concevons cette collection de manière plus conventionnelle, c’est-à-dire que nous passons en poche à la fois les titres épuisés de notre fond et ceux qui, encore disponibles au format broché, se sont le mieux vendus. L’objectif étant, grâce au format poche, d’étendre le lectorat d’un livre à un public plus large.

Certains titres sont donc directement parus au format poche ?

M. A. : Oui, parmi les quatre premières publications de la collection poche, en 2006, nous avons édité Le Divân de Hâfez de Chiraz, le grand auteur de la poésie lyrique persane, qui vécut au XIVe siècle à Chiraz, dans la traduction inédite de Charles-Henri de Fouchécour, 1 280 pages sur papier bible. L’ouvrage coûte 25,50 euros. Si nous l’avions fabriqué en grand format broché, il coûterait le double.

Donc, c’est un public étudiant qui est visé par ces publications ?

M. A. : Oui, entre autres.

Comment cela se passe-t-il au niveau des droits pour les rééditions des ouvrages épuisés en poche ?

M. A. : Il faut racheter les droits pour l’exploitation en poche. C’est pourquoi nous préférons parfois réimprimer au format broché un titre épuisé que le passer en poche.

Pour le cas d’une nouvelle traduction d’une œuvre, à qui sont demandés les droits ?

M. A. : Nous avons repris Éloge de l’ombre de Tanizaki qui avait été traduit et publié par René Sieffert aux Presses orientalistes de France. C’est un classique, souvent prescrit, notamment dans les écoles d’art et d’architecture. Or Tanizaki est passé dans le domaine public début 2017. Une nouvelle traduction est parue à ce moment-là aux éditions Philippe Picquier. Cependant, les éditions Picquier n’ont pas pu reprendre le titre Éloge de l’ombre, car il est de René Sieffert, le traducteur. Chez Picquier, le livre s’intitule donc Louange de l’ombre. Dans ce cas précis, il n’y a plus de droits qui courent sur le texte japonais ; le traducteur, en revanche, signe sa traduction qui, elle, est soumise à des droits.

Pourriez-vous nous parler un peu plus de cette somme assez monumentale qu’est l’Histoire des traductions en langue française ?

M. A. : Ce projet, en partie financé par l’Agence nationale de la recherche, est une première mondiale. Il est à l’initiative d’Yves Chevrel et de Jean-Yves Masson qui sont partis du postulat qu’il n’était aujourd’hui plus envisageable d’écrire l’histoire de la pensée ou de la littérature sans tenir compte du rôle joué par les traducteurs.

Un collaborateur extérieur, Olivier Champod, est coordinateur éditorial sur l’ensemble de ce projet et chaque volume est dirigé par un ou plusieurs chercheurs. Trois tomes sur quatre sont déjà parus depuis 2012, dans le désordre : d’abord le XIXe siècle, puis les XVIIe–XVIIIe et enfin le volume couvrant les XVe–XVIe, ce dernier paru en 2015. Le XXe siècle, le tome à la fois le plus conséquent et le plus attendu, est en cours d’élaboration sous la direction de Bernard Banoun.

L’Histoire des traductions en langue française, XIXe siècle, dirigée par Yves Chevrel, Lieven D’hulst et Christine Lombez, montre, sur la période 1815-1914, l’apport des traductions dans tous les domaines, de la littérature à la biologie en passant par le droit, l’histoire et la philosophie. C’est un volume de près de 1 400 pages, auquel ont collaboré 67 chercheurs venant d’une dizaine de pays ; 2 400 auteurs et critiques sont cités, 1 900 traducteurs répertoriés et les traductions citées proviennent d’une cinquantaine d’aires linguistiques.

Sur votre site, à quoi correspond l’onglet « Fonds repris » ?

M. A. : Cela correspond à des fonds de maison d’édition que nous avons rachetés : les éditions Deyrolle, Farrago, Antigone et L’Imprimeur, qui avaient cessé leur activité et dont nous diffusons les livres encore disponibles.

Pourquoi les dates de parution ne figurent-elles pas sur votre catalogue papier ?

M. A. : Notre dernier catalogue papier date de 2015 et se contente grosse modo de présenter une liste de titres disponibles, classés par collection. En 2019, pour les quarante ans de la maison, nous avons en projet l’élaboration d’un catalogue beaucoup plus complet, qui présentera chronologiquement les publications de la maison. Nous aimerions aussi demander à des auteurs de la maison d’écrire, non pas sur leurs propres livres, mais sur un autre livre du catalogue qui leur tient à cœur.

La création de la collection « Islam spirituel » a-t-elle été pensée en rapport avec « Les Dix Paroles » ?

M. A. : Cette collection est venue par Christian Jambet, un ancien de la GP, comme les fondateurs de Verdier. L’idée était, en effet, qu’il y ait une symétrie entre les deux collections. Mais « Islam spirituel » s’est arrêté au bout de quelques années, il n’y a plus de nouvelles publications depuis longtemps.

À quand les textes chrétiens ?

L’existence des deux collections de spiritualités s’explique historiquement. Il ne s’agit, en aucun cas, de traiter la question religieuse à proprement parler.

Nous fermons ici une conversation qui a duré plus de deux heures avec Mathilde Azzopardi. Nous tenons à la remercier chaleureusement de nous avoir permis cet échange sincère et approfondi autour des éditions Verdier.

Propos recueillis par les étudiantes du master 2 « Monde du livre » de l’université d’Aix-Marseille, à Aix-en-Provence, le 8 février 2018.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.