Éditions d’artistes. Cherchez le livre

Des photocopies, des DVD, des K7, des sites internet, des SMS, des posters ou des badges : au-delà de la forme livre, revue, ou fanzine papier, les incarnations contemporaines et les modes de circulation des éditions d’artistes prennent aujourd’hui de nombreuses formes, parfois surprenantes, qui jouent toutes sur la notion de production en série et de reproductibilité.

Art et reproductibilité

C’est d’ailleurs les possibilités de reproduction et de diffusion accrues qui ont déterminé les conditions d’émergence des éditions d’artiste au début des années 1960. Leszek Brogowski, dans l’ouvrage qu’il a consacré à la question, Éditer l’art, note que depuis la parution en 1936 du fondamental essai de Walter Benjamin, « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique », la reproductibilité mécanique est désormais prise en compte comme un « principe esthétique ».

En d’autres termes, la possibilité de la production et de la diffusion massive d’œuvres recode la manière de penser et de faire l’art, obligeant artistes et spectateurs à penser autrement les questions d’authenticité et d’unicité de l’œuvre. C’est précisément parce qu’il est un objet de grande circulation marqué par une forte charge culturelle que le livre intéresse les artistes contemporains, qui se saisissent des techniques d’impression modernes pour proposer des œuvres à bas prix, accessibles et mobiles, qui s’affranchissent du monde de l’art et de ses exigences d’originalité et d’unicité.

Des œuvres politiques

Dans le contexte politisé des années 1960 et 1970, les artistes sortent l’art des galeries et des musées pour l’injecter dans la vie quotidienne, et le livre, à travers ses usages légers de circulation et d’échange, son bas coût de production et d’achat, devient un moyen privilégié d’activer la pénétration dans un quotidien à révolutionner. Les liens avec la contre-culture sont forts, et persistent au cours des années 1980 et 1990 dans les pratiques de zines, souvent à la limite, là aussi, entre la production artistique, l’agitation politique et les cultures populaires.

Cette forme fait désormais l’objet d’un intérêt prononcé : centres d’art et collectifs proposent de nombreux salons de livre d’artiste/auto-édition/micro-édition/fanzine, et les fonds d’archive les rassemblant se multiplient (le fonds du FRAC Marseille et son salon Mise en Pli, Anti-Aufklärung au Point Éphémère à Paris, Marché Noir à Rennes, la Fanzinothèque à Poitiers, le Centre des livres d’artistes à Saint-Yrieix-la-Perche dans le Limousin, le fonds de livres d’artistes à la Bibliothèque nationale de France, entre autres).

Des pratiques de subversion ?

Mais au-delà de cet engouement, la charge subversive des éditions d’artiste fait de la résistance. Anne Moeglin-Delcroix, qui la première se pencha sur la question du livre d’artiste en France, fait remarquer que produire un livre est pour nombre d’artistes émergents un moyen de montrer et de diffuser ses œuvres hors des circuits institutionnels, c’est-à-dire de déterminer soi-même sa visibilité dans un contexte verrouillé. La multiplication des supports évoquée en introduction répond à l’extension de l’emprise institutionnelle et à la nécessité d’y échapper et de la subvertir, comme à la prolifération des possibilités de diffusion offertes par les médias de masse.

Les notions d’édition et de livre vacillent, mais pourquoi nécessairement rester attaché à la forme codex héritée du Moyen-Âge ? Ce genre artistique permet de réévaluer et questionner le livre comme objet et comme vecteur d’information, de plaisir esthétique, d’affects. Theodor W. Adorno notait dans Minima Moralia : « Dans un monde où depuis longtemps les livres ne ressemblent plus à des livres, ne peuvent compter que ceux qui n’en sont plus. » La revue bi-mensuelle par SMS sera-t-elle le moyen de subvertir la mainmise capitaliste sur la création artistique ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.