L’apprentissage de l’écriture-lecture auprès des enfants sourds et malentendants, une nouvelle démarche grâce au numérique ?

La soumission à la norme transforme la différence en handicap.

Jean Foucambert

Une langue des signes soumise à l’oralité

La langue des signes a été interdite dans les écoles jusqu’en 1980 et n’est reconnue comme langue à part entière seulement en 2005. Cette loi issue du programme de Jules Ferry a eu des effets désastreux sur le niveau scolaire des élèves sourds ou malentendants. Une étude de 2004 relevée par Daniel Daigle et Françoise Armand indique que 80% des personnes sourdes ou malentendantes ayant été scolarisées sont illettrées. Ce pourcentage élevé s’explique par le manque de formation des enseignants et des éducateurs, ainsi que de l’environnement familial. En effet, 90% des enfants sourds naissent de parents entendants, ils sont donc confrontés à une communication essentiellement orale. Anne Valin remarque que

de nombreuses institutions chargées de l’enseignement des sourds recourent à « l’oralisme », seule manière de permettre à ces êtres d’accéder à la normalité puisqu’ainsi, ils deviendront conformes à l’image qu’en ont les entendants. Il s’agit bien, à l’évidence, d’un rejet de la majorité envers une minorité différente. C’est une incapacité à accepter l’autre dans sa différence et à l’aider à entrer en communication « autrement ».

D. Daigle, F. Armand, « L’approche bilingue et biculturelle et l’apprentissage de la lecture chez les sourds », Revue de l’Association canadienne de linguistique appliquée, vol. 7, n°1, 2004, p. 33.

Les résultats scolaires dans ces institutions dites « oralistes » sont très bas, l’apprentissage de la lecture et de l’écriture étant la pierre angulaire de toutes les autres disciplines. Selon les chercheurs, l’apprentissage de la lecture et de l’écriture est encore trop assujetti à l’oral, et ce sont les sujets sourds ou malentendants qui en subissent les conséquences.

Légitimation et développement de l’apprentissage de la langue des signes pour la lecture

Pour résoudre cet isolement scolaire, d’aucuns défendent une méthode d’apprentissage bilingue qui a fait ses preuves aux États-Unis, au Danemark ainsi qu’en Norvège. L’idée repose sur le principe que la langue signée est la langue maternelle des apprenants grâce à laquelle ils construisent leur fonction langagière. Ainsi, la langue française écrite devrait être considérée comme une seconde langue, une LV2 dont la langue des signes servirait de base et de repère linguistique. Pour ce faire, il serait nécessaire que la langue des signes soit enseignée dès le plus jeune âge. La plupart des individus sourds ou malentendants naissant de parents entendants qui ne possèdent pas une connaissance approfondie de la langue, l’école devrait par ailleurs proposer des cours de linguistique et ne pas uniquement envisager la langue des signes comme un moyen de communication rudimentaire.

L’éducation est l’affaire des institutions autant que des parents qui sont mal ou peu informés des solutions et des supports qui peuvent s’offrir à eux. Deux éléments semblent indispensables à tout apprentissage de la lecture et de l’écriture : les albums jeunesse et les thèmes qui sont abordés dans l’ouvrage pour que l’enfant puisse s’identifier et avoir des repères culturels suffisants pour ne pas se sentir exclu. Ainsi, Anne Valin précise que

Le lecteur a des raisons de lire cet écrit, il peut donc déjà, apporter ses connaissances sur le sujet et poser au texte les questions pertinentes pour voir comment celui-ci va lui délivrer le message. Le lecteur cherche un sens et non pas des mots à identifier.

A. Valin, « Comment les sourds peuvent-ils entrer dans l’écrit ? », Revue de l’AFL, n°60, déc. 1997.

Marie-Thérèse Abbou, dans sa biographie Sourde, comment j’ai appris à lire, indique qu’elle choisissait des livres traitant de la surdité ou écrits par des sujets sourds ou malentendants :

c’est à partir de ma langue, la langue des signes, et d’une réelle connaissance de ses règles structurelles que je pus apprendre celles du français.

M.-T. Abbou, op. cit., Voies livres, 1992.

Le livre numérique : un nouveau support pour un nouvel espoir ?

Aujourd’hui, la technologie permet trois nouvelles formes de livres, encore malheureusement peu exploitées par l’Éducation nationale et peu connues du grand public. La première est l’objet livre illustré accompagné d’un DVD qui raconte l’histoire en langue des signes. Le site www.cfls.be/publications-pour-enfants propose une collection « Raconte-moi en signant » qui publie les contes classiques, quatre tomes étant disponibles à 18€ l’unité. La deuxième est le livre numérique bilingue français et langue des signes. Louise ou la vraie vie, proposée par les élèves d’une école de CM2 en partenariat avec l’association Clis2 est disponible gratuitement sur le site www.lasourisquiraconte.com. Plus récemment, une troisième forme est née de l’application SignEveil qui propose des jeux ludiques pour apprendre la langue des signes et a pour projet très prochainement de créer des livres bilingues interactifs. Néanmoins ce sont des projets ponctuels souvent à l’initiative des écoles ou des associations qui ne sont pas ou peu financés et ont des difficultés à se faire connaître.

L’émergence de ces nouveaux supports pourraient permettre d’adapter l’apprentissage selon les difficultés que rencontre l’enfant et non d’inciter l’enfant à s’adapter aux méthodes normées proposées par les institutions encore trop oralistes malgré les avertissements des chercheurs en psychopédagogie. Nous conclurons cet article par la mise en garde de Roland Goigoux, professeur spécialisé dans l’enseignement de la lecture :

L’enjeu est d’importance au moment historique où jamais l’écrit, libéré par les autres médias de la tâche de conserver l’oral, n’a été aussi présent, abondant, nécessaire, décisif. Dans tous les domaines, culturels, documentaires, informatifs, politiques, didactiques, il est le moyen privilégié de l’échange, du partage, de la réflexion, de la disponibilité, de la rapidité, de la faculté d’étude et de choix.

Roland Goigoux, « Les enfants sourds », Revue de l’AFL, n°15, sept. 1986

Bibliographie

DAIGLE, Daniel, ARMAND, Françoise, « L’approche bilingue et biculturelle et l’apprentissage de la lecture chez les sourds », Revue de l’Association canadienne de linguistique appliquée, vol. 7, n°1, 2004, p. 23-38.

GOIGOUX, Roland, « Les enfants sourds », Revue de l’AFL, n°15, sept. 1986.

HAMM, Mélanie, « L’apprentissage de la lecture chez les enfants sourds : quels outils pédagogiques au service de quel apprentissage de la lecture ? », Éducation, 2008.

LECLERC, Françoise, « Du bienfondé de l’éducation bilingue pour les enfants sourds à la pédagogie bilingue des cours de remise à niveau en français pour adultes sourdes », Les Actes de Lectures, n°103, sept. 2008.

VALIN, Anne, « Comment les sourds peuvent-ils entrer dans l’écrit ? », Revue de l’AFL, n°60, déc. 1997.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.