La littérature hongroise aux éditions Cambourakis : la déconstruction du mythe d’une culture nationale unie

La littérature traduite est le plus souvent perçue comme une porte ouverte pour le lecteur vers une culture et un pays étranger : une manière d’accéder à un pays en restant chez soi et sans même devoir apprendre la langue locale. On apprécie certes la singularité d’un auteur, sa « plume », mais surtout le goût d’étrangeté qu’il apporte : on ne lit plus un grand auteur, mais un grand auteur américain, grec ou allemand. On peut donc facilement tomber dans l’écueil d’associer la littérature traduite à une forme de littérature de terroir, la nationalité de l’auteur nous indiquant une destination à découvrir, une société, une culture, un environnement. On lira de la littérature suédoise pour frissonner, de la littérature russe pour vivre de longs voyages en train et des histoires tragiques.

Ce piège est bien difficile à éviter, quelle que soit notre bonne volonté ; les représentations collectives d’un pays ou d’une littérature nationale sont suffisamment prégnantes dans nos esprits pour créer un certain horizon d’attente. C’est pourquoi il est particulièrement intéressant, et même important, de déjouer ces horizons d’attente, et d’offrir au lecteur un texte qui le dépayse vraiment, qui ne lui offre pas ce qu’il attend, qui, parfois, ne l’emmène même pas dans les territoires géographiques qu’il pensait retrouver. C’est précisément ce genre de surprises auxquelles on a le plaisir de se confronter lors de sa lecture des livres de la collection de littérature traduite de Cambourakis, en particulier en ce qui concerne la Hongrie, pays où la question d’une culture nationale est particulièrement problématique.



La traduction de la littérature hongroise en France : un champ largement inexploré

« … oui, la Hongrie, fit-il en opinant du chef, la femme sourit et lui dit qu’elle avait beaucoup entendu parler de ce pays mais ne le connaissait pas bien1… »

La littérature hongroise correspond à une part fort discrète des achats de droits de littérature étrangère par la France. C’est une littérature que Tibor Klaniszay caractérise d’« isolée », d’abord du fait de sa langue qui n’a de parenté avec aucune des trois grandes familles linguistiques européennes, romane, germanique et slave ; elle reste donc « peu connue des ses grands voisins et à plus forte raison en France, où pourtant, depuis quelques années, de vrais poètes ont entrepris de faire connaître la poésie hongroise2 ». De fait, les grands noms de la littérature hongroise sont largement méconnus, à l’exception peut-être de Petöfi – plus renommé aujourd’hui pour son engagement romantique pour l’indépendance de la nation hongroise que pour son œuvre poétique.

C’est avant tout en langue allemande et en russe que la littérature hongroise a été exportée, du fait de ses liens historiques avec l’empire des Habsbourg et son appartenance au bloc soviétique jusqu’en 1991 ; l’Index translationum fait ainsi état de seulement 346 extraductions vers la France jusqu’en 20133. De même, la Hongrie n’est pas mentionnée parmi les 28 nationalités présentées par le Portail international du livre français4, ce qui témoigne de son rayonnement discret dans le paysage culturel français, dominée par des géants. La littérature importée par la France étant pour la plus large part traduite de langue anglaise (62% des importations en 2017), japonaise, allemande, italienne et espagnole (27% des importations), il ne reste que 11% pour les autres langues, dont le hongrois5.

La bibliographie proposée par le site internet Littérature hongroise sur les œuvres littéraires traduites du hongrois et publiées entre 2009 et 2018 en France fait donc état de 145 œuvres, ce qui correspond à une petite quinzaine d’ouvrages seulement par an6, et le Syndicat national de l’édition en dénombre 11 pour l’année 20177.

La maison d’édition Cambourakis se distingue donc de ce contexte général par la part généreuse accordée à l’édition de littérature traduite du hongrois dans son catalogue : les livres publiés par Cambourakis correspondent à plus d’un dixième des ouvrages recensés dans la bibliographie du site internet Littérature hongroise (17 ouvrages pour 145 au total), et son catalogue propose depuis la création de la maison en 2006 en tout 23 ouvrages traduits du hongrois8. Mais la démarche des éditeurs de cette maison d’édition est également remarquable par l’intérêt que ceux-ci portent aux auteurs : en effet, dans le paysage littéraire français, on constate que la plupart des auteurs hongrois ne voient, entre 2009 et 2018, qu’un seul de leurs ouvrages traduit – inversement, les éditions Cambourakis permettent de réellement découvrir la singularité littéraire d’un auteur, en proposant la plupart du temps trois livres par auteur hongrois.



Quelle culture hongroise faire découvrir ?

« …les Hongrois, eux, avaient disparu, insista Korim, seule la Hongrie existait encore, pas les Hongrois […], il ne restait même pas un souvenir exact et sincère de ce peuple si particulier, un peuple magnifique, fier, irréductible – car c’est ce qu’il était –, des hommes obéissant à des lois à la fois féroces et très claires, s’enflammant toujours dès qu’il s’agissait d’accomplir des actes d’héroïsme, des barbares qui s’étaient peu à peu désintéressés d’un monde entièrement tourné vers des horizons étriqués9… »

La rareté de la littérature hongroise dans le paysage littéraire français pose la question de l’image du pays qu’elle reflète, et la façon dont on fait découvrir sa culture nationale. Or la question d’une culture et d’une nationalité hongroise doit justement plus que jamais être posée. La crispation identitaire sensible depuis plusieurs années ne se dément pas, dans une lutte contre l’immigration encouragée par le président nationaliste Viktor Orban au nom d’une préservation culturelle de la Hongrie ; on pense notamment à l’érection d’un mur de barbelé en 2017 le long de la frontière serbe, et à la loi de placement en détention systématique des demandeurs d’asile10. On peut donc s’interroger : autour de quelle culture cette crispation identitaire se cristallise-t-elle ?

Le pays serait prêt à fermer ses frontières aux migrants qui menacent « la pureté » et « l’intégrité » de la nation hongroise. La « Grande Hongrie » est en fait une espèce de chimère qui nous renvoie au xixe siècle : la nostalgie d’un peuple magyar originel est en grande partie de l’ordre de la construction culturelle et de la légende, mise en place principalement au début du xixe siècle par le mouvement romantique : c’est celui-ci qui a réactivé le mythe de la filiation des Huns aux Magyars11 ou qui a chanté en premier un paysage national « typique ». C’est en effet grâce à Petöfi que la « plaine aride entre le Danube et le Tisza » devint « grâce à sa magie, et pour un siècle entier, le « beau paysage hongrois12 » ». La langue hongroise même est une langue largement réinventée au xixe siècle par de grandes figures du romantisme hongrois, aucune trace écrite n’en subsistant depuis le haut Moyen Âge (car la langue administrative et littéraire était le latin). Auparavant, l’existence d’une culture spécifique hongroise n’était pas un enjeu politique, et cette culture était réprimée de longue date par les dominations étrangères.

En effet, l’histoire hongroise a été interrompue pendant des siècles par des « traumatismes historiques13 » : depuis le xvie siècle jusqu’en 1991, les Hongrois ont été successivement sous la domination de l’Empire ottoman, des Habsbourg autrichiens et de l’Empire soviétique (« traumatismes » auquel s’ajoute le démembrement de la Hongrie en 1918). C’est en opposition à cette puissance étrangère que des figures nationales sont apparues au début du xixe siècle : Kossuth, Széchenyi, Petöfi, etc. La culture hongroise s’est toujours construite contre une domination, et s’est développée comme telle, avec une certaine dose d’artifice : « Toute l’historiographie hongroise du xixe siècle à nos jours nourrit une téléologie de la libération nationale de la Hongrie14 ». Au point que la question d’une souveraineté hongroise a pu être posée, en partie au début du xixe siècle : la Hongrie peut-elle exister en tant que nation, alors qu’en 1914, elle n’a pour ainsi dire jamais été un pays indépendant, et qu’elle n’est qu’une pièce de l’Empire multinational et multiethnique des Habsbourg, de la « mosaïque des nationalités la plus riche et la plus complexe de l’histoire moderne15 » ?

Ainsi, de quelle culture parle-t-on lorsqu’on parle de la culture hongroise ? Se limite-t-elle à la construction moderne d’un mythe national ? Contrairement à de nombreuses nations européennes possédant une structure étatique, culturelle, culturelle ancestrale et stable, la Hongrie a toujours « conscience du danger qui guette l’existence même de la nation » : Herder n’a-t-il pas prédit à la fin du xviiie siècle « la disparition de la langue hongroise, prophétie qui a préoccupé les intellectuels hongrois jusqu’au xxe siècle16 » ? On peut donc s’interroger sur ce que la littérature hongroise fait transparaître de ces contradictions et ces interrogations autour de la culture hongroise, qui contrastent fortement avec les éléments culturels stables donnant à la littérature traduite la « couleur locale » que l’on est tenté d’y aller chercher.



La découverte de la littérature hongroise aux éditions Cambourakis : un vaste dépaysement

« … le processus avait commencé au xixe siècle, où s’était produit un brassage de peuples tel qu’il ne resta plus un seul Hongrois, mais un mélange, et puis quelques Souabes, et des Tziganes, des Slovaques, des Autrichiens, des Juifs, des Roumains, des Croates, des Serbes, et ainsi de suite, et surtout des hommes issus de ce brassage de peuples17… »

La collection « Irodalom » des éditions Cambourakis propose ainsi au lecteur une découverte de cette culture hongroise incertaine et mouvante par le biais du thème du voyage, du déplacement, du dépaysement : plutôt que présenter un horizon culturel unique, ces ouvrages multiplient les perspectives.

Tout d’abord, on trouve dans le catalogue de Cambourakis non seulement de grands auteurs de littérature contemporaine, comme Lázló Krasznahorkai, lauréat du Man Booker International Prize et du prix Kossuth18, mais également des auteurs témoignant de différentes époques de l’histoire de la Hongrie et de sa littérature : Adalbert Stifter, écrivain autrichien du début du xixe siècle, qui décrit la Hongrie avant les premiers soulèvements du Printemps des Peuples19, ou encore des auteurs de la première moitié du xxe siècle. Parmi eux, Desző Kosztolányi20 et Ernő Szép21 ont tous deux connu à la fois la domination habsbourgeoise et les difficultés du jeune État hongrois ; Ernő Szép témoigne ainsi, dans L’Odeur humaine22, de l’époque de l’occupation allemande et du régime du parti fasciste hongrois.

Le catalogue de Cambourakis offre également, à bien des égards, des dépaysements géographiques ; le voyage y est en effet un thème récurrent. Les auteurs traduits vivent eux-mêmes parfois des existences mobiles : Ádám Bodor, né en Transylvanie, vit en Roumanie jusqu’à son exil en Hongrie en 198223 ; cette identité géographique trouble est reflétée dans Les Oiseaux de Verhovina24, où le lieu de l’intrigue est une ville fictionnelle, isolée du reste du monde, à la nationalité inconnue, où l’on découvre au cours de sa lecture que l’on n’y parle pas hongrois. Chez Adalbert Stifter, dans Brigitta25, le narrateur est un jeune allemand qui découvre, lors d’un voyage, la province hongroise de l’Empire austro-hongrois. Inversement, dans Venise de Desző Kosztolányi26, le narrateur quitte la Hongrie pour une exploration inlassable de Venise ; de même, Korim, le héros de Guerre et Guerre de Lázló Krasznahorkai27, délaisse-t-il la Hongrie et s’enfuit-il à New-York, qu’il perçoit comme le « centre du monde » – tout ce qu’il reste de son pays d’origine est alors une langue, partagée avec un interprète hongrois aux États-Unis.

De même, on découvre une multitude d’horizons culturels dans les œuvres de Desző Kosztolányi : dans le recueil de nouvelles Le Trompettiste tchèque28, il réunit différentes traditions littéraires avec ses références à Homère et à Barbe-Bleue, évoque l’histoire de l’Empire austro-hongrois, et mélange finalement les nationalités dans la figure du contrôleur bulgare venant frapper à la porte de voyageurs français à bord d’un train hongrois… De même cette multitude de nationalités est présente dans Kornel Esti29, recueil de nouvelles qui « promènent le lecteur entre le Budapest des années 20 et les grandes capitales européennes30 ». Ce mélange des cultures rappelle comme la Hongrie, en tant que pièce de la « mosaïque des nationalités », se construit dans le mélange et l’hybridation avec des cultures aux frontières floues.

à la difficulté de cerner une culture ou une identité hongroise, les éditeurs de la maison Cambourakis ne répondent donc pas par une tentative de définition ou de circonscription, par une recherche d’un esprit hongrois qui serait « typique » : au contraire, ils offrent une diversité d’œuvres qui montrent la multitude des visages culturels de la Hongrie, et sa difficulté à se retrouver dans un passé marqué par les dominations étrangères. L’exemple le plus parlant est peut-être La Visite de l’Archevêque d’Ádám Bodor31, où le héros voyage jusqu’en Ukraine pour trouver la dépouille de son père assassiné, prétendument enterré au cimetière arménien : le Hongrois cherche dans cet ouvrage ses racines, ces ancêtres, dans une terre qui est en fait étrangère, ce qui est peut-être la fondamentale contradiction que porte la culture hongroise. « C’est le retard douloureusement ressenti et le rattrapage ardemment désiré qui caractérisent les grands courants de la culture hongroise et qui constituent sa spécificité32 », affirme Bela Köpeczi dans son Histoire de la culture hongroise. Les extraits de Lázló Krasznahorkai que nous avons lus montrent bien cette opposition entre une culture nationale de l’ordre du mythe, de l’artifice, et la réalité d’une culture plurielle, insaisissable, qui diffère radicalement de celle des Etats-Nations d’Europe de l’Est – raison de plus de s’y plonger et de découvrir les ouvrages traduits du hongrois au sein des Éditions Cambourakis.

Bibliographie

Œuvres littéraires citées

BODOR, Ádám, La Visite de l’Archevêque, roman traduit du hongrois par Jean-Michel Kalmbach, Paris, Cambourakis, 2015

BODOR, Ádám, Les Oiseaux de Verhovina, roman traduit du hongrois par Sophie Aude, Paris, Cambourakis, 2016

Kosztolányi, Desző, Kornel Esti, traduit du hongrois par Sophie Képès , Paris, Cambourakis, 2009

Kosztolányi, Desző, Le Trompettiste tchèque, recueil de nouvelles traduit du hongrois sous la direction d’András Kányádi, Paris, Cambourakis, 2015

Kosztolányi, Desző, Venise, roman traduit du hongrois par Cécile A. Holdban, Paris, Cambourakis, 2017

Krasznahorkai, Lázló, Guerre et Guerre, roman traduit du hongrois par Joëlle Dufeuilly, Paris, Cambourakis, 2013

STIFTER, Adalbert, Brigitta, roman traduit de l’allemand par Marie-Hélène Clément et Silke Hass, Paris, Cambourakis, 2015

Szép, Ernő, L’Odeur humaine, traduit du hongrois par Marc Martin, Paris, Cambourakis, 2010



Études

BERANGER, Jean, L’Empire austro-hongrois, 1815-1918, Paris, Armand Colin, Collection « U », 2011

GIRAULT, René, Peuples et nations d’Europe au xixe siècle, Paris, Hachette, coll. « Carré Histoire », 1996

KLANISZAY, Tibor (dir), Histoire de la littérature hongroise des origines à nos jours, Budapest, Corvina, 1980

KÖPECZI, Béla, Histoire de la culture hongroise, Budapest, Corvina, 1994



Notes

1 Laszlo Krasznahorkai, Guerre et Guerre, roman traduit du hongrois par Joëlle Dufeuilly, Paris, Cambourakis, 2013, p. 327.
2 Tibor Klaniszay (dir), Histoire de la littérature hongroise des origines à nos jours, 1980.
3 Index translationum, « Pays effectuant des traductions à partir d’une langue originale donnée », http://www.unesco.org/xtrans/bsstatexp.aspx (31 avril 2019).
4 France Livre, Le portail international du livre français, « les marchés du livre étrangers » : http://www.francelivre.org/Ressources/Les-marches-du-livre-etrangers2 (31 avril 2019).
5 Syndicat National de l’Edition, Les chiffres de l’édition 2017-2018, Rapport statistique du SNE, France et international, https://www.sne.fr/app/uploads/2018/07/RS18_BatWEBSignet.pdf (31 avril 2019).
6 Littérature hongroise en traductions françaises (2009-2018), http://litteraturehongroise.fr/wp-content/uploads/2019/02/Magyar-sze%CC%81pirodalom-francia%CC%81ul-2010-2018_2.pdf (31 avril 2019).
7 Syndicat National de l’Edition, Les chiffres de l’édition 2017-2018, Rapport statistique du SNE, France et international, https://www.sne.fr/app/uploads/2018/07/RS18_BatWEBSignet.pdf (31 avril 2019).
9 Laszlo Krasznahorkai, Guerre et Guerre, roman traduit du hongrois par Joëlle Dufeuilly, Paris, Cambourakis, 2013, p. 328.
10 Ségolène Allemandou, « Les Slogans anti-immigration de Viktor Orban fleurissent en Hongrie », France 24, 19/04/2019, https://www.france24.com/fr/20190418-buseuropef24-4e-etape-hongrie-viktor-orban-immigration-fidesz (31 avril 2019).
11 Un mythe toujours vivace, comme en témoigne par exemple la popularité du patronyme ou du prénom Attila.
12 Tibor Klaniszay (dir), Histoire de la littérature hongroise des origines à nos jours, Budapest, Corvina, 1980, p. 5.
13 B. Lemonnier, cours de préparation au concours de l’ENS de Paris, Lycée Louis-le-Grand, année 2015-2016.
14 Idem.
15 Idem.
16 Béla Köpeczi, Histoire de la culture hongroise, Budapest, Corvina, 1994, p. 288
17 Lázló Krasznahorkai, Guerre et Guerre, roman traduit du hongrois par Joëlle Dufeuilly, Paris, Cambourakis, 2013, p. 327.
18 Lázló Krasznahorkai, catalogue des éditions Cambourakis, https://www.cambourakis.com/spip.php?article397 (31 avril 2019).
19 Adalbert Stifter, catalogue des éditions Cambourakis, https://www.cambourakis.com/spip.php?article621 (31 avril 2019).
20 Desző Kosztolányi, catalogue des éditions Cambourakis, https://www.cambourakis.com/spip.php?article843 (31 avril 2019).
21 Ernő Szép, catalogue des éditions Cambourakis, https://www.cambourakis.com/spip.php?article127 (31 avril 2019).
22 Ernő Szép, L’Odeur humaine, traduit du hongrois par Marc Martin, Paris, Cambourakis, 2010.
23 Ádám Bodor, catalogue des éditions Cambourakis, https://www.cambourakis.com/spip.php?article756 (31 avril 2019).
24 Ádám Bodor, Les Oiseaux de Verhovina, roman traduit du hongrois par Sophie Aude, Paris, Cambourakis, 2016.
25 Adalbert Stifter, Brigitta, roman traduit de l’allemand par Marie-Hélène Clément et Silke Hass, Paris, Cambourakis, 2015.
26 Desző Kosztolányi, Venise, roman traduit du hongrois par Cécile A. Holdban, Paris, Cambourakis, 2017.
27 Lázló Krasznahorkai, Guerre et Guerre, roman traduit du hongrois par Joëlle Dufeuilly, Paris, Cambourakis, 2013.
28 Desző Kosztolányi, Le Trompettiste tchèque, recueil de nouvelles traduit du hongrois sous la direction d’András Kányádi, Paris, Cambourakis, 2015.
29 Desző Kosztolányi, Kornel Esti, traduit du hongrois par Sophie Képès , Paris, Cambourakis, 2009.
30 Desző Kosztolányi, catalogue de Cambourakis, https://www.cambourakis.com/spip.php?article843 (31 avril 2019).
31 Ádám Bodor, La Visite de l’Archevêque, roman traduit du hongrois par Jean-Michel Kalmbach, Paris, Cambourakis, 2015.
32 Béla Köpeczi, Histoire de la culture hongroise, Budapest, Corvina, 1994.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search