Quelques notes et interrogations en rapport avec la lecture numérique

Dans le cadre de mon stage qui se déroule actuellement dans la Salle d’Actualité de la Bibliothèque Départementale des Bouches-du-Rhône, mais également dans le cadre de mes cours suivis tout au long de mon année de Master 2, parcours monde du livre, j’ai pu étudier la question de la lecture numérique qui se révèle être un véritable paradoxe de notre société actuel. Ainsi, j’ai pu observer, au sein d’un organisme (celui de la Salle d’Actualité), l’utilisation de différents outils numériques dont le but est d’attirer une grande partie du public, mais également d’aider celui-ci à comprendre l’actualité par le biais de différents types de lecture.

Cet intérêt de la lecture numérique est né de ma prétention d’ignorer l’urgence de comprendre et d’apprendre à cohabiter avec les dispositifs numériques qui depuis une dizaine d’années entourent la lecture et le monde des livres. Lorsque j’ai finalement réalisé que cette cohabitation devenait incontournable et que je me suis aperçue que je me servais de ces dispositifs depuis des années bien que je les considérais jusqu’alors comme « non-légitimes », mon intérêt a été de comprendre comment nous, lecteurs, réagissons à cette « invasion numérique », mais aussi comment ce nouveau « système » s’apprête à modeler notre façon de lire, et bientôt notre façon d’apprendre et de penser.

Il s’agit d’une recherche assez vaste dont je peux seulement soulever les questions essentielles, car il s’agît d’un sujet qui demande une grande connaissance et une étude approfondie. Toutefois, en m’appuyant sur la lecture d’articles et d´ouvrages spécialisés mais également en me basant sur mon observation quotidienne à la bibliothèque, j’ai tenté de dresser l’état actuel de la situation.

 

Le numérique et la culture des lettres

Dès mes premières lectures et observations, je me suis aperçue qu’il existait un besoin de comprendre le monde numérique depuis une perspective analytique et sociale. C’est notamment ce qu’explique Antonio Casilli[1] dans un ouvrage intitulé Les liaisons numériques, vers une nouvelle sociabilité ? [2] Dans ce dernier, l’auteur veut montrer que le monde numérique n’est plus seulement réservé aux ingénieurs et aux technocrates. Cette question intéresse les humanistes, philologues, philosophes et hommes de lettres car elle touche désormais la société dans toutes ses fibres, des plus sensibles à celles que l’on pense les plus superficielles. Selon Milad Doueihi, historien de l’Occident moderne, c’est le moment idéal pour ce type d’analyse :

« Il s’agît d’une occasion exceptionnelle d’observer des changements fondamentaux et d’interagir avec eux : ces bouleversements ont induit des pratiques de masse, qui instaurent vite de nouvelles normes culturelles, et celles-ci remettent en cause des conventions et traditions établies, bien ancrées dans le savoir-lire et le savoir écrire de la culture imprimée, et dans son cadre sociopolitique. » [3]

Toutefois, cette ère numérique est fondée sur les bases de la lecture et sur les « pratiques et normes elles-mêmes enracinées dans une culture littéraire et lettrée »[4]. L’environnement numérique est ainsi appuyé sur certains éléments de la culture imprimé. Ainsi, pour comprendre le monde numérique, il est important de posséder au préalable une certaine connaissance et un certain savoir-lire. Ces derniers permettent par exemple une remise en cause de certains contenus numériques lorsque ceux-ci nous paraissent peu fiables.

La lecture… Quelle lecture ?

Cependant, il faut également se demander comment est constitué ce savoir-lire-imprimé et d’où vient cette façon de lire que l’école traditionnelle nous transmet depuis de nombreuses générations ? Est-ce là, la vraie lecture ?[5]

Tout d’abord, il faut dire que la lecture a toujours été déterminée par le matériel et l’objet qui compose le moyen écrit. A l’époque des rouleaux et des manuscrits, la lecture était sacralisée. Le manuscrit étant rare, on considérait un texte comme une seule vérité, lu à haute voix par un représentant de Dieu (ou des Dieux). La révolution de la lecture imprimée a individualisé cette activité et c’est à partir de cette dernière qu’est né le lecteur réflexif qui lit en silence, qui peut avoir ses propres idées par rapport à ses lectures, mais également un artéfact accessible à une plus grande quantité de personnes car le livre imprimé est facilement reproductible. C’est également avec l’apparition du livre que né l’écrivain et/ou l’auteur, un individu qui raconte une histoire à lui-même, un récit qui n’est ni inspiré des anciennes traditions orales ni d’une parole divine. Actuellement on affronte l’écran, un autre artefact possédant plusieurs mains et yeux, un monstre qui s’étend dans un réseau que nous n’arrivons pas comprendre avec notre esprit.

En effet, aujourd’hui, il s’agit d’une lecture dynamique : désormais, il n’y a pas une seule « page » (si l’on peut toutefois encore parler de concept de page car même si son nom demeure, celui-ci risque de disparaitre avec le numérique) mais bien plusieurs ; Il n’y a pas une lecture centrale, mais plusieurs points d’intérêt. Ce à quoi nous sommes aujourd’hui confrontés, c’est à une lecture qui saute facilement, qui est plus immédiate, légère et passagère. Cependant, il s’agît également d’une lecture plus diffuse qui arrive plus loin et qui dit des choses plus osées que personne ne s’autorisait à dire auparavant, des lectures plus mordantes et critiques. La parole divine a disparu, l’auteur est mort, et nous nous retrouvons désormais face à une polyphonie à plusieurs perspectives. Autrement dit, la société ne vénère plus une seule vérité – ni dieux, ni raison – mais plusieurs vérités, selon les intérêts de chacun. C’est le temps du lecteur anarchiste, comme l’appelle Armando Petrucci[6]. Ce dernier explique qu’il ne s’agît pas seulement d’un lecteur qui correspond à la vitesse et à la promptitude d’internet mais également d’un type de lecteur qui entre dans une nouvelle logique éditoriale où l’on trouve une grande production de livres dont la qualité est parfois douteuse. Il s’agît évidemment d’une lecture (et d’une écriture) plus commerciale :

« Lire, dans ce contexte, fait partie intégrante d’une activité « commerciale », déterminée par la nature de la publicité ciblée et par la structure hyperliée du réseau. »[7]

 Révolutionner la lecture

Est-ce que nous pouvons encore parler d’une « lecture véritable[8] » pour parler de la lecture traditionnelle et réflexive (lecture imprimée) ? Est-ce que nous pouvons encore lui donner un statut « supérieur » et « légitime » à côté de la lecture faite devant un ou plusieurs écrans ? Pouvons-nous encore dire aujourd’hui qu’il faut posséder un savoir-lire imprimé avant de se confronter à l’écran ?

Affirmer tout cela serait ignorer une réalité pleine d’autres possibilités. Cela reviendrait aussi à ignorer le fait que l’on assiste à la création d’un nouveau langage, d’une nouvelle écriture, et que cette dernière s’apprête à déterminer l’ensemble de notre structure sociale et notre façon de concevoir la réalité :

« Le système d’écriture d’une époque, c’est-à-dire les techniques dont dispose une culture pour enregistrer, transmettre et traiter les informations, détermine ce que l’homme est, ce qu’il pense et la perception qu’il a de lui-même. » [9]

Notre système d’écriture « manuel » se transforme et il n’est pas interdit de penser qu’il tend à disparaitre, car désormais nous avons plusieurs manières d’enregistrer la réalité et notamment la photographie, la caméra, le magnétophone… etc. L’écriture, système symbolique, perd peu à peu sa place devant les images et les sons, des moyens plus directs ou plus explicites qui ont déjà créé une nouvelle poétique, une autre façon de lire qui ne dépend pas des écritures et des graphèmes.

Il est donc clair qu’aujourd’hui, il est impossible de parler d’une seule et unique façon de concevoir la lecture. Il n’existe plus de statut « correct » ou « véritable » de cette dernière. Il ne faut pas nier les nouveaux moyens dont nous disposons aujourd´hui, plusieurs exemples nous démontrant que l’écriture s’ouvre au mouvement, à l’animation, à la musique, au couleur et à l’image dans un geste qui défie le temps et l’espace seulement pour s’approcher plus aux lecteurs ou aux spectateurs.[10]

Il faudra donc à l’avenir se poser la question de savoir si sous cette lecture fragmentée que l’on nous propose aujourd’hui à travers un écran (ordinateur, Smartphone, tablette électronique…), moins linéaire et plus extensive, ne se dissimule pas un nouveau phénomène de lecture qui servirait d’émancipateur, un peu à l’image de ce qu’avait été l’imprimante de Gutenberg au XVIème siècle[11].

Les exemples d’actualité ne manquent pas non plus lorsque l’on parle de lecture numérique : le « Printemps arabe » ou les nombreuses réactions quasi immédiates que les décisions politiques génèrent dans les différentes communautés d’internautes à travers le monde peuvent venir illustrer nos propos. Les réseaux sociaux comme Twitter, Facebook ou un très large panel de blogs, nous démontrent que la participation s’active beaucoup plus (et beaucoup plus vite) qu’auparavant et que les possibilités de la démocratie s’élargissent. Cependant, comme nous l’avons signalé au début de cet article, pour utiliser ces moyens modernes de manière « productive », il faut pouvoir posséder un certain savoir-lire.

 

Conclusion

Reconnaitre qu’il faut avoir un certain savoir-lire pour affronter le monde numérique n’est pas une grande découverte. Cependant, il faut également accepter que nos habitudes traditionnelles de lecture aient été fondées au contact des livres imprimés. Celles-ci ne constituent donc pas une réponse adaptée pour trouver la bonne approche face au numérique. Nous nous trouvons donc aujourd’hui face à de nouvelles expériences et à une pluralité de la lecture : devant un écran, un papier, de façon sonore et/ou tactile… L’ensemble de ces moyens modernes nous permettent de lire des réalités écrites autrement mais non moins de manière intéressante et constructive. La lecture d’aujourd’hui, à plusieurs branches, nous invite donc à ne pas ignorer tous les moyens mis à disposition du lecteur (imprimés, visuels, auditifs, etc), et nous invite principalement à écrire et créer de nouvelles lectures.


[1] Chercheur au centre Edgar Morin de l’EHESS (Paris) où il enseigne la socio-anthropologie des usages numériques.

[2] CASILLI, Antonio, Les liaisons numériques, vers une nouvelle sociabilité ?, France, Éditions du Seuil, 2010. p.9

[3] DOUEIHI, Milad, La grande conversion numérique. France, Éditions du Seuil, 2008. P. 11.

[4] La grande… Op. cit., p. 13.

[5] BÉLISLE, Claire, Lire dans un monde numérique. Paris, ENSSIB, 2011. p. 9- 11

[6] CAVALLO & CHARTIER, Historia de la lectura en el mundo occidental. Taurus – Minor, Madrid, 2001. p, 597.

[7] Lire… Op. cit., p. 47

[8] Ibid. p.9

[9] VARGOZ, Frédérique. « Y a-t-il quelqu’un dans la machine? » en Musiques & cultures digitales, mars-avril-mai 2012, n°66, p.14-15

[10] Quelques exemples proposés par Alexandra Saemmer ( SAEMMER, Alexandra. « Explorer la dé-cohérence, pour une vie rêvée des lettres numériques » en Musiques & cultures digitales, mars-avril-mai 2012, n°66, p.66-67 :  http://revuebleuorange.org/bleuorange/02/saemmer/ et http://collection.eliterature.org/1/works/stefans__the_dreamlife_of_letters.html

[11] SOCAVO, Lorenzo. «De nouveaux supports qui influencent la lecture » en Musiques & cultures digitales, mars-avril-mai 2012, n°66, p.61.


Liza Pulecio

Estudiante de Master 2 "Mundo del Libro", apasionada de la lectura en todas sus formas.

More Posts

Liza Pulecio

Estudiante de Master 2 "Mundo del Libro", apasionada de la lectura en todas sus formas.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.