Audiovisuel dans l’édition jeunesse : entre offres multiples et effets discutés

Selon le rapport Les chiffres de l’édition du SNE – L’édition Jeunesse – 2018-2019, “l’édition Jeunesse est le troisième segment en valeur de l’édition française”, et le chiffre d’affaires des ventes de livres numériques de jeunesse représente 2% du total des ventes numériques.
Effectivement, l’arrivée du numérique a apporté des nouveautés au sein de l’univers culturel. Et parmi elles, se trouve le mélange de diverses matérialités du livre, ou encore l’imbrication de l’audiovisuel avec l’édition numérique
Mais alors, il est possible de s’interroger sur l’apport de cette intégration de l’audiovisuel au sein de l’édition jeunesse
Cette question nécessitera de prendre en compte, d’une part, le nouvel univers qu’offre le livre numérique ; et d’autre part, les difficultés qu’il peut entraîner.

Le livre numérique : un nouvel univers pour l’enfant

Le livre numérique ouvre des possibilités multiples dans les relations entre la lecture et les enfants. Et cette multitude se voit dès le départ avec la diversité des formes du livre numérique.

Une offre protéiforme

Le livre numérique a l’avantage de pouvoir apporter une offre complexe et protéiforme aux jeunes lecteurs. Il en existe trois types, proposant des degrés d’interaction progressifs avec les lecteurs. Ainsi existent le livre homothétique, le livre enrichi ou encore l’applicatif. 

S’agissant du livre homothétique, ce dernier est destiné le plus souvent au texte linéaire, mais reprend également parfois les illustrations. Avec ce genre de livres numériques, l’expérience de lecture reproduit celle de l’imprimé notamment avec la présence de la double-page d’origine sur l’écran ; la reproduction de la mise en page initiale ; l’image d’une page qui se tourne quand on progresse dans l’histoire, etc. Tel est le cas par exemple avec Le mystère Ferdinand de Mim, illustré par Rémi Courgeon, aux éditions Milan.

Ensuite, vient le livre enrichi ou augmenté qui renforce l’expérience de lecture par l’ajout d’animations, de sons, de multimédia.
Comme le font remarquer Marion Jablonski (éditrice chez Albin Michel) et Anne de Lilliac (éditrice chez Fleurus), dans le documentaire Regards croisés du syndication national de l’édition (SNE), avec un tel livre, la frontière entre le livre et l’audiovisuel disparaît, ce qui donne non seulement des œuvres complètes mais aussi complexes à définir. 
555 alignleft » src= »https://mondedulivre.hypotheses.org/files/2020/03/Quelle-histoire-300×218.jpeg » alt= » » width= »196″ height= »143″>Tel est le cas, par exemple avec Quelle histoire, une application permettant aux clients ayant acheté des livres papiers de cette collection d’accéder gratuitement aux livres numériques et à des fichiers audio. En plus du récit,  ceux-ci permettent d’écouter l’histoire de chaque personnage, et d’avoir également, selon les récits, des questionnaires ou frises chronologiques, etc.
Avec le livre applicatif, les interactions sont nombreuses avec la sonorisation, les options de lectures (indice de progression, menu, index des pages…), la participation au déroulé de l’histoire, les éléments éducatifs (aides à la lecture, choix de langue, quiz)… Certaines applications tentent même d’introduire des transitions cinématographiques et ludiques ou des pages plus grandes que l’écran à faire défiler.  

Le livre numérique est donc très diversifié, ce qui lui permet d’ailleurs d’apporter des possibilités multiples aux lecteurs.

Des possibilités multiples

Depuis son arrivée, le numérique ne cesse de questionner les utilisateurs sur ses impacts. Pour autant, les bénéfices du livre numérique, et tout particulièrement enrichi, existent indubitablement.

L’article “Le livre enrichi est-il le futur de l’édition ?”, sur le site de la maison d’édition Édilivre, fait justement remarquer certaines possibilités du livre numérique : “[…] on peut souligner l’intérêt qu’aurait un tel concept pour (re)découvrir des grandes œuvres de la littérature, à la manière d’un making-of au cinéma. Cette lecture commentée et améliorée permettrait aux plus jeunes – et mêmes aux adultes – de saisir toutes les subtilités d’une œuvre via différentes explications…”. 
Effectivement, bon nombre de classiques furent mis sous format numérique enrichi afin de tenter de (re)conquérir l’intérêt des plus jeunes (tel est le cas, par exemple, pour Au bonheur des dames de Zola, disponible sur le site de la Bibliothèque Nationale de France). 

En outre, depuis quelques années, des plateformes spécialisées dans les livres numériques et applicatifs se sont développées, en sus des éditeurs pure-players.
Tel est par exemple le cas de Futur Livre, un portail ayant pour objectif de mettre en valeur le livre enrichi sous toutes ses formes, de promouvoir les auteurs de ces créations, et de constituer un site de référence pour les professionnels. 
Différents types d’œuvres sont visibles sur le site, allant des expériences interactives aux bandes dessinées numériques, en passant par les jeux vidéo et d’autres projets transmédias. 5555« >Un exemple d’ouvrage intéressant à citer est L’école de magie d’Elentil, un livre numérique interactif dont l’enfant est le héros dans un monde empli de magie. Plus intéressant encore est le fait que l’application ait été pensée pour être accessible aussi bien aux non-voyants qu’aux voyants. Grâce à des illustrations contrastées, un environnement sonore immersif et des interactions audio-tactiles, l’aventure peut être pleinement vécue par tous.

Parmi les livres numériques enrichis ou applicatifs se trouvent donc aussi, plus particulièrement, des livres interactifs permettant aux lecteurs d’avancer dans les histoires en fonction de leurs propres choix à la manière des livres de la collection « Un livre dont vous êtes le Héros » chez Gallimard. 
Un album interactif pour enfants est, par exemple, Zay Boule-de-feu, écrit par Anita Lehmann et illustré par Clément Espinosa.
Cet ouvrage, publié chez les Éditions uTopie en décembre 2017, raconte l’histoire d’une fillette finissant, un jour, par se transformer en boule de feu tant elle se met en colère contre son petit frère très embêtant.
Cet album interactif permet ainsi à l’enfant de comprendre ses émotions, avec un petit plus, à savoir le côté bilingue de l’ouvrage. 

Ainsi, bien que posant beaucoup de questions, le livre numérique a effectivement le gros avantage de pouvoir mêler plusieurs médias et plusieurs formes de contenus, approfondissant par la même occasion le texte du livre.
Pour autant, loin d’être accepté par tout le monde, le livre numérique est sujet de nombreux débats et études montrant que son utilisation doit être contrôlée, notamment chez les plus jeunes.

L’impossible rêve du tout-numérique

Depuis sa “vulgarisation”, le livre numérique, quel que soit son type mais plus encore l’enrichi et l’applicatif, fait donc débat. Les études ne se comptent plus et toutes relatent à peu près les mêmes choses, en mettant en valeur certains points par rapport à d’autres, mais laissant à chaque fois transparaître les mêmes éléments significatifs. Parmi eux se trouvent, d’une part, les bénéfices du numérique pour l’entrée dans la lecture, et d’autre part, les risques d’une utilisation exclusive et exagérée.

L’entrée facilitée dans la lecture 

Selon une étude publiée le 19 décembre dernier dans la MIT Technology Review, faite par des chercheurs de l’Université Carnegie Mellon de Pittsburgh, il serait plus facile d’apprendre à lire sur un ebook interactif que sur un livre imprimé

Dans cette étude, trente-cinq enfants, âgés de trois à cinq ans, ont pris part à une série de tests portant sur deux livres jeunesse Cat’s Pyjamas et Zoom City de Thacher Hurd.
Les scientifiques ont proposé aux enfants des livres en version papier, lus par des adultes ; les mêmes sur iPad avec un livre numérique enrichi animé et, un troisième groupe a pu lire sur liseuse de type Kindle (livre numérique non interactif, de type homothétique). Puis, ils leur ont posé des questions afin de déterminer leur niveau de compréhension et de mémorisation de l’histoire. Or, 47 % des enfants qui ont découvert l’aventure sur papier ont répondu correctement aux questions contre 60 % pour ceux qui l’ont fait via la version numérique enrichie. Le groupe sur liseuse a eu des résultats sensiblement équivalents au groupe sur la version papier.
Pour expliquer cette réussite, Erik Thiessen, co-auteur de l’étude, reprend la métaphore du « chat ». En effet, confrontés à ce mot, les jeunes enfants vont perdre beaucoup de temps à comprendre ce qu’est un chat et passeront à côté d’une partie du texte. Mais avec une lecture numérique interactive, le félin s’anime et prend vie, ce qui rend l’expérience plus plaisante et plus claire. Les enfants visualisent immédiatement l’animal.
Pour autant, il a souligné que  les enfants ayant accès à beaucoup de livres et dont les parents passent du temps à lire avec eux deviennent souvent de meilleurs lecteurs. Toutefois, il a fait remarquer que les prix des livres électroniques et des tablettes baissant, et le développement de livres électroniques animés renforçant les compétences en lecture, tout ceci pourrait être utile pour les enfants défavorisés. En outre, l’effet bénéfique de la lecture numérique serait d’autant plus fort que l’enfant a des difficultés à se concentrer.

Ainsi, cette étude permet de mettre en valeur l’intérêt de la lecture numérique enrichie sur le livre papier ou l’ebook homothétique, principalement pour les enfants avec des problèmes de concentration ou des enfants défavorisés, que ce soit dans leurs relations avec leurs parents ou du fait de leur classe sociale. 
Néanmoins, dans l’interview à la Technology Review, le chercheur mettait cette étude en parallèle avec une 5550 enfants âgés de trois à six ans, dont 167 avec des troubles primaires du langage et 109 témoins sans aucun retard. Or, les cas et les témoins « qui étaient exposés aux écrans le matin avant l’école étaient trois fois plus à risque de développer des troubles primaires du langage. Et lorsque ce risque était associé au fait de discuter rarement, voire jamais, du contenu des écrans avec leurs parents, ils étaient six fois plus à risque de développer des troubles primaires du langage ».
Toutefois, Grégoire Borst, professeur de psychologie du développement à l’Université Paris Descartes et directeur du LaPsyDÉ (CNRS), a fait remarquer que : « La difficulté, aujourd’hui, c’est qu’on n’a pas les données pour dire si les écrans sont bons ou mauvais« .

Cette étude va globalement dans le sens de celle du 4 novembre 2019, parue dans le journal JAMA Pediatrics, ou encore celle de décembre 2018, menée par les Instituts nationaux américains de santé (NIH), qui indiquaient que les enfants « gros consommateurs de numérique » voyaient leur cerveau contenir moins de substance blanche, et de manière générale que les enfants passant trop de temps sur les écrans (à savoir plus de sept heures par jour), ont un amincissement prématuré du cortex cérébral, considéré comme un processus de vieillissement.

Toutefois, il est impossible d’assurer que les écrans détruisent réellement le cerveau des enfants, comme l’a d’ailleurs fait remarquer Grégoire Borst, mais également comme le montrent les différentes études qui partent dans des sens divers et variés. 
Effectivement, en août 2019, une étude de l’Oxford Internet Institute montrait par exemple une corrélation positive entre le temps passé devant la télévision et les fonctions psychocognitives, l’effet étant bénéfique à partir de 555518301055554″>En outre, un article de décembre 2016 du journal ActuaLitté mettait en valeur le fait que les relations entre parents et enfants sont plus épanouies avec la lecture de livres imprimés.
En effet, selon Nicola Yuill, de l’université du Sussex, dans les conclusions de ses recherches, les parents ont tout intérêt à passer par le papier : “il y a une augmentation significative de la chaleur des interactions parent/enfant : plus de rires, de sourires, plus de démonstrations d’affection”. Pour autant, il rappelait dans le même temps que les appareils numériques n’avaient cependant pas d’impact négatif sur la lecture pour les enfants (au contraire, voir plus haut L’entrée facilitée dans la lecture). Ils n’entraînent simplement pas le même type de relations.

De fait, il convient de jongler entre les deux supports de lecture pour avoir les bienfaits de chacun, car ceci ne laisse aucun doute : chaque type de lecture a des bénéfices. Il faut juste savoir utiliser le tout convenablement.

Conclusion

Les livres numériques permettent de multiplier et diversifier les expériences, allant de l’ebook le plus classique, au livre applicatif, en passant par le livre numérique enrichi. Mais plus encore, ils permettent de faciliter l’entrée dans la lecture à des catégories d’enfants pour lesquels cet exercice pourrait s’avérer compliqué voire impossible.

L’audiovisuel au sein du livre pour enfants a donc des bienfaits certains. Mais audiovisuel impliquant « écrans », il est nécessaire de contrôler le temps et l’usage de ces derniers par les enfants afin qu’ils ne leur nuisent pas. Et ce contrôle peut se faire par le simple fait de mêler temps de lecture numérique à des temps de lecture partagés entre parents et enfants sur des livres imprimés

Sources : 

  • « Les chiffres de l’édition du SNE – L’édition Jeunesse – 2018-2019 », Syndication national de l’édition ;
  • « Le livre enrichi est-il le futur de l’édition ? », edilivre.com ;
  • T. Basu, « Amazon’s new Kindle for Kids is probably not as good for kids as real books », 8 octobre 2019, Technology Review ;
  • « L’exposition aux écrans chez les jeunes enfants est-elle à l’origine de l’apparition de troubles primaires du langage ? Une étude cas-témoins en Ille-et-Vilaine », 14/01/2020, Santépubliquefrance.fr ;
  • C. Deluzarche, « Les écrans détruisent-ils le cerveau de nos enfants ? », 11/11/2019, futura-sciences.com ;
  • « Addiction: Passer trop de temps devant les écrans modifie le cerveau des enfants », 10/12/2018, 20minutes.fr ;
  • « Le message de l’OMS au jeune enfant : pour grandir en bonne santé, ne pas trop rester assis et jouer davantage », 24 avril 2019, who.int ;
  • Y. Kong, Y. S. Seo, L. Zhai, « 5552″>Comparison of reading performance on screen and on paper: A meta-analysis », novembre 2018, sciendirect.com ;
  • Delgadoa, C. Vargas, R. Ackermanc, L. Salmerón, « Don’t throw away your printed books: A meta-analysis on the effects of reading media on reading comprehension« , novembre 2018, sciendirect.com ;
  • F. Bernard,  « C’est prouvé, les enfants apprennent mieux sur un livre que sur une tablette », 27 mars 2019, Psychologies.com ;
  • C. Mazin, « Les relations parents-enfants plus épanouies avec la lecture de livres papier », 22/12/2016, ActuaLitté.
5
  1.  » height= »240″>Par exemple, Du monde dans ta cuisine de Carole Saturno et illustré par Thomas Baas, aux éditions Gallimard Jeunesse, est une adaptation enrichie du livre papier du même nom écrit par l’autrice. Dans la version numérique, les enfants peuvent découvrir une grande diversité de recettes tout en les préparant étape par étape en les écoutant ; apprendre les mots et les usages de la cuisine à travers des définitions interactives ; ou bien encore jouer et trouver les bons ingrédients de chaque plat. Finalement, Gallimard, avec cette version, a transformé la lecture en un jeu d’exploration et de découverte, en plus de faciliter l’apprentissage de la cuisine. 

    Enfin, le livre applicatif propose une expérience immersive plus grande pour le lecteur, repoussant plus loin la frontière entre le jeu, le film d’animation et le livre numérique.
    555

  2.  » height= »23555
  3. 02/amazons-new-kindle-for-kids-is-probably-not-as-good-for-kids-as-real-books/ »>précédente qui avait montré que la lecture sur tablette engendrait des crises entre parents et enfants souvent néfastes pour leurs relations. De fait, il précisait que ces deux études étaient à mettre en corrélation pour maximiser les côtés positifs des livres numériques et réduire les négatifs. Sachant, en outre, que ces études mettaient toutes deux en valeur l’amélioration du langage, une plus grande profondeur de questionnement et une meilleure compréhension lorsque les parents font la lecture aux enfants sur des livres papiers ; les questions et l’intérêt des parents étant la raison principale à cela.

    Les risques de l’utilisation exclusive et exagérée du numérique

    La dernière étude en date, faite par Santé Publique France et publiée le 14 janvier 2020, a mis en avant le fait que les enfants qui regarderaient un écran le matin auraient trois fois plus de risques de développer des troubles du langage. Cette étude a été menée auprès de plus de 2555

  4. heures et 8 minutes par jour. Or, cette étude se basait sur les mêmes données qu’une de 2018 mettant en cause les écrans dans le développement du cerveau. 
    Le principal problème est donc que la plupart des études souffrent de biais méthodologiques, se basant notamment sur l’estimation personnelle du temps d’écran, qui est une donnée complexe à estimer correctement.

    De fait, pour plus de sécurité, il convient de suivre les conseils des organisations spécialisées, telle que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), dans l’utilisation du numérique avec les enfants et de limiter le temps d’écran, et lorsqu’il y en a, de ne pas les laisser seuls. Mais bien évidemment, il est important également de mêler imprimé et livre numérique.
    En effet, les effets bénéfiques des livres imprimés sur les enfants sont importants. 555

  5. 2″>Deux méta-analyses publiées en 2018, ont permis de montrer que la compréhension de textes est significativement meilleure quand la lecture s’effectue sur papier. Effectivement, en stockant des milliers d’ouvrages, les tablettes et liseuses permettent “certes d’alléger les cartables, mais, lus sur un même support, manuels scolaires et romans seront associés à une expérience sensorielle moins spécifique et seront par conséquent moins bien traités et mémorisés”.

    555

  6. 183010555
5

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.