Les aventures de Jim Curious, quand la 3D débarque aux Éditions 2024

Jim Curious, Voyage à travers la jungle, la nouvelle BD 3D de Matthias Picard

En septembre 2019, pour notre plus grand plaisir, nous avons retrouvé notre scaphandrier préféré, Jim Curious qui, après avoir voyagé au cœur de l’océan, a décidé, dans ce nouvel album, de s’aventurer à travers… la jungle !

©2024

Rappelons le principe de ces albums de Matthias Picard, publiés aux Éditions 2024 : Jim le roi des curieux, équipé de son scaphandre, décide de quitter sa cabane pour aller explorer des endroits fascinants gorgés de mystère. Les lecteurs, chaussés de leurs lunettes 3D découvrent alors le foisonnement d’une nature sauvage et rencontrent ce et ceux qui peuplent ces espaces.

          

Une aventure 3D silencieuse

Alors que Jim Curious est endormi, une libellule vient se poser sur lui puis s’envole et s’engouffre dans le miroir de la chambre de Jim. Intrigué, il se rapproche, traverse le miroir, et se retrouve les pieds dans l’eau, propulsé à l’orée de la jungle. Dès lors, les pages prennent vie, et avec elles la végétation et les animaux sauvages qu’elles contiennent. Immergé(s) dans ces eaux marécageuses, Jim (et le lecteur) nage(nt) jusqu’au cœur de la jungle, où les pages deviennent plus sombres : la page blanche est remplacée par une page noire, soulignant ainsi la densité de la végétation. On y croise alors un crocodile, des grenouilles ou encore une tortue géante et un serpent qui semblent avancer droit sur nous !

La 3D accentue le mouvement du serpent, qui semble alors en mouvement et prêt à sortir de la page et se diriger vers nous. ©2024
©2024

Comme Jim, le lecteur se fraie un chemin dans cette nature luxuriante, souvent guidé par différents animaux. Le vol des oiseaux l’attire hors de la jungle et c’est dans une plaine désertique baignée de soleil que se termine son exploration. Alors qu’il avance, s’ajoutent au décor des éléments marins (une ancre, des algues, des bateaux) : il rejoint en fait l’endroit où avait commencé sa première exploration, vidée de toute son eau ! On retrouve alors la petite maison où apparaît le miroir, cassé, et dont la magie ne fonctionne plus. C’est en décidant de le briser, qu’il découvre la porte, qui va l’emmener tout droit dans son décor, enrichi, où se côtoient désormais jungle et océan.

Silencieux, cet album met en place dans l’illustration un certain nombre de ressorts narratifs qui rendent visibles la progression dans la jungle et l’aventure de Jim Curious. Le miroir est un élément central du récit. Cet élément du dessin fait le lien entre le monde quotidien de Jim Curious et son exploration, il permet le passage de l’un à l’autre pour le personnage comme pour le lecteur. Ce dernier, en tournant les premières pages, découvre Jim Curious puis il pénètre, une fois ses lunettes chaussées, alors que Jim traverse le miroir, dans l’aventure au cœur de la jungle. C’est cet élément de l’illustration qui introduit la 3D dans l’album et l’intègre pleinement au processus narratif, en la plaçant au centre. Le miroir fait de nouveau office de passage à la fin de l’album, puisqu’il dévoile la porte qui ramène Jim vers sa cabane.

Entrée dans la jungle créative de Jim Curious (Librairie Le Poisson lune).

Pour prolonger ce voyage avec Jim Curious, je suis allée voir cet hiver une exposition qui lui était consacrée, dans la librairie Le Poisson Lune à Marseille. Du 7 au 30 novembre 2019, les pages de l’album ont envahi la librairie pour créer une expérience grandeur nature du Voyage à travers la jungle. On pouvait marcher sur les pas de Jim, partant de son lit pour ensuite explorer la jungle à l’aide des incontournables lunettes 3D.

©2024

À plusieurs reprises dans l’album le lecteur se trouve complètement plongé dans l’exploration et en vient même à expérimenter les mêmes sensations que Jim, comme s’il regardait lui aussi à travers le hublot. Par exemple, la transition entre la double page remplie de papillons et la suivante s’organise autour de cet immense papillon : le haut de ses ailes en très gros plan apparaît devant nos yeux, tout comme Jim, dessiné sur la case suivante avec ce même papillon volant devant ses yeux, les ocelles[1] devant chacun d’eux (Image 4). De la même manière, alors que Jim avance vers la fin de l’exploration, il est ébloui par le soleil et met sa main devant ses yeux pour s’en protéger. Dans la case suivante, la puissance du soleil est parfaitement rendue dans l’illustration, et c’est le lecteur qui se retrouve ébloui. Dans le coin de la case on aperçoit, de plus, l’ombre de la main de Jim, ce qui accentue la sensation de voir à travers les yeux du personnage. L’exposition venait alors renforcer cette immersion dans l’univers de l’album et la sensation d’être dans la peau (ou dans le scaphandre) de Jim. En plus des illustrations, l’exposition invitait à entrer au cœur de la fabrique de cet album, grâce aux croquis et aux bandes dessinées explicatives de Matthias Picard, permettant de suivre sa démarche et son parcours créatifs. Cette partie de l’exposition était composée de diverses esquisses, d’une reconstitution de la composition d’une image – plusieurs rhodoïds placés les uns derrière les autres dans une boîte, explicitant leur formation –, ainsi que des cadres d’insectes naturalisés. Ce dernier élément accentue le réalisme des illustrations de Matthias Picard, révélant la documentation et l’observation à l’origine des images de l’album. Le côté encyclopédique et la précision du décor sont contrebalancés par la présence de ce personnage aux contours arrondis, et dont les traits du visage sont à peine dessinés – en comparaison avec le reste des illustrations. Au milieu de ce terrain inconnu, il est une figure familière à laquelle on s’attache et avec laquelle on progresse.

La formation des images : en bas à droite on peut observer un exemple de superposition des rodhoïds.

Un album qui dépasse les frontières du livre

Les illustrations, dont la beauté émerveille dès la première lecture, sont le résultat d’une technique dont la spécificité est mise en avant par l’auteur. « Les dessins de Jim Curious ne sont pas faits avec des outils habituels en bande dessinée », écrit Matthias Picard. L’illustrateur a utilisé la technique du grattage : les illustrations sont composées de plusieurs « films plastiques grattés »[2] après avoir été enduits d’encre de Chine, qui ont été superposés, pour former différents plans dans l’illustration. La particularité de cette première étape de l’illustration vient renforcer l’originalité de l’utilisation de la 3D dans cet album. Les images ont ensuite été imprimées en anaglyphes : c’est-à-dire qu’elles ont été dupliquées (en bleu et en rouge), puis, elles aussi superposées mais légèrement décalées. C’est ainsi que se crée, dans l’album, la magie 3D. Sans texte, la seule façon de lire cette bande dessinée c’est de chausser les lunettes. Le livre peut être lu seul, mais se donne aussi comme un moment de partage, puisque deux paires de lunettes sont fournies à la fin. De « 7 à 77 ans[3] », il n’y a pas d’âge pour naviguer dans les pages de ce livre qui s’adresse à tout.e.s.

Ce récit d’une découverte merveilleuse, composé d’illustrations en noir et blanc qui ne sont pas sans rappeler certaines gravures d’ouvrages du XIXème siècle, dresse un pont entre des époques littéraires et créatives différentes. L’utilisation des anaglyphes s’impose comme une façon de renouveler l’approche de ces gravures et réactualise un imaginaire lié notamment à des récits de voyage ou de grandes explorations. En donnant à voir ces images 3D, l’album propose non seulement une aventure littéraire et visuelle originale, mais il questionne ses propres définitions. Il intègre cette technique habituellement associée à la photographie ou au cinéma, à un univers de dessin. À travers l’exploration de ces modes de création particuliers, il ouvre le champ de la bande dessinée à d’autres mondes. Et cette technique, pleinement intégrée à l’histoire, est un rouage essentiel de la narration et de l’organisation de ce récit silencieux. Grâce aux anaglyphes, il met aussi en scène une matérialité différente du livre. Les lunettes rouge et bleu sont la condition d’entrée dans cette exploration et permettent aux lecteurs d’entrer physiquement dans l’histoire proposée par le livre. L’histoire ne se déroule pas simplement sur l’espace de la page : les images sortent de l’album grâce à ce travail avec le relief, créant ainsi un autre espace, entre le lecteur et le livre, où se joue l’histoire. Dans la bande dessinée, le dessin envahit l’espace, et la notion de case par exemple se retrouve brouillée par l’envol d’un toucan dont l’aile sort de la case, et disparaît même de certaines doubles pages. En effet, arrivé presque au milieu de l’album, le lecteur se retrouve nez à nez avec un immense papillon dont la position centrale – à l’endroit où le livre s’ouvre et se ferme – accentue le battement des ailes déjà sensible à travers la 3D. La manipulation matérielle première du livre, qu’on ouvre et referme, intervient dans la lecture de l’image, puisqu’elle réalise le mouvement de cette image.

Ce livre silencieux dépasse aussi les frontières nationales, pour proposer ces expériences littéraires à de nombreux lecteurs. En effet, le succès de Voyage au cœur de l’océan, « best-seller » de la maison d’édition, nommé dans les sélections du Salon du Livre et de la presse Jeunesse de Montreuil en 2012 et du Festival international de la Bande Dessinée d’Angoulême en 2013, a permis l’exportation de la bande dessinée : les droits ont été vendus à dix-sept maisons d’édition étrangères, un peu partout dans le monde[4]. Voyage à travers la jungle, introduit comme « futur best-seller[5] », également réalisé dans le cadre d’une coédition européenne, fait l’objet d’un projet de publication de sept maisons d’édition.  La bande dessinée voyage entre les livres et les traditions littéraires ou artistiques, entre les pays et différentes cultures, et utilise tous ses espaces, et ceux qui l’entourent pour former un tout cohérent, dépassant ses frontières et celles du livre pour enfants.

Entre bio et bibliodiversité, Jim Curious et les Éditions 2024

Les illustrations réalistes, vues en trois dimensions, nous emmènent, page après page, à la découverte de la beauté de cette nature primaire, et ce curieux personnage nous invite à en explorer les moindres détails et à s’en émerveiller – comme lui s’émerveille. Dans ce paysage, aucune trace de l’homme jusqu’à ce temple ancien et cette voie ferrée que la nature s’est réappropriés ; mais, à la fin de l’exploration, Jim découvre les dégâts causés par l’action humaine. De l’océan asséché émergent des déchets en tous genres : carcasse de voiture, caddie, plastique ou encore produits chimiques sont toujours là, intacts. Mise en perspective avec le début du Voyage au cœur de l’océan, cette image est particulièrement frappante ; elle rend sensible l’urgence de la question écologique en montrant la disparition d’une nature devant laquelle on s’est émerveillé. La bande dessinée, en dévoilant les richesses de la jungle, manifeste l’importance de la protection de la biodiversité et des espaces qui nous entourent. Une préoccupation littéraire qui se voit renforcée par la fabrication même de l’objet-livre, imprimé sur du papier certifié écologique.

©2024. À droite, Jim Curious, Voyage au cœur de l’océan, à gauche, Voyage au cœur de la jungle

Ces réflexions autour de l’album reflètent une démarche plus générale : celle des Éditions 2024. Située à Strasbourg, cette maison d’édition de bande dessinée alternative diffusée par Les Belles Lettres, a été créée en 2010 par Olivier Bron et Simon Liberman, tous deux formés aux Arts décoratifs de Strasbourg (HEAR). Dans leur catalogue ils mettent notamment en lumière des jeunes auteurs, souvent issus de cette école, qui forment une génération d’illustrateurs, explorateurs de nombreuses manières de créer. La cohérence totale de l’œuvre de Matthias Picard s’inscrit en effet dans la continuité de l’ensemble du catalogue de la maison d’édition qui l’abrite. Sensible à la biodiversité, la bande dessinée et derrière elle les Éditions 2024, se font aussi les défenseurs d’une bibliodiversité, notamment face à « l’armée de tronçonneuses et de bulldozers[6] » qu’est Amazon. Dans la perspective de « créer un catalogue de livres illustrés et de bandes dessinées, [d’] accompagner des démarches d’auteurs cohérentes, et [de] soigner la fabrication des livres[7] », les Éditions 2024 pratiquent une édition plus artisanale et traditionnelle, à l’opposé d’une logique productiviste. Cela passe par la mise en avant de contenus surprenants et originaux dans de beaux livres, qui témoignent d’une attention particulière à tous les acteurs et à toutes les étapes de la fabrication de l’objet. Les Éditions 2024 font de plus partie du Syndicat des Éditeurs Alternatifs, qui rassemble des éditeurs de bande dessinée qui s’attachent à mettre en valeur des œuvres « tournées vers la création et éloignées du formatage industriel[8] ». Cette attention à la qualité des œuvres produites s’accompagne du respect pour le travail de l’auteur-illustrateur qui s’exprime notamment par l’élaboration d’un contrat type. Validé par les principes du Syndicat National des Auteurs et des Compositeurs de Bande Dessinée (SNAC BD), il œuvre pour une rémunération plus équitable de ces artistes sans qui le livre n’existerait pas.

Voyage à travers la jungle est le deuxième ouvrage publié au sein du label 4048, la collection jeunesse des Éditions 2024 fraîchement créée – Le Roi de la lune, de Donatien Mary[9] & Bérangère Cournut, publié en 2019, est le premier album où apparaît la mention de la collection, mais le premier Jim Curious, publié en 2012, a aussi été intégré à ce label au moment de sa création. Comme le confient les éditeurs[10], certains livres de leur catalogue étaient déjà accessibles à un jeune public, mais créer un label identifié leur donne les armes pour « défendre » ces ouvrages, en leur permettant d’être mieux représentés. Là encore l’accompagnement des œuvres et des auteurs a une place toute particulière. C’est dans cette démarche que s’inscrivent également les expositions proposées par les Éditions 2024 autour de certains de leurs ouvrages, qui mettent en valeur et expliquent une démarche artistique et littéraire, en donnant une autre visibilité à une œuvre ou à un artiste. L’exposition consacrée à Voyage au cœur de l’océan a d’ailleurs été installée dans plusieurs régions du monde[11], ce qui a été un avantage pour la reconnaissance du travail de l’auteur et sa visibilité dans le monde littéraire international.

L’exploration est au cœur de ces ouvrages, tant du point de vue de l’histoire et des aventures du personnage, que de la démarche de l’auteur, qui à travers ses dessins et les techniques utilisées, explore, lui aussi, des espaces inconnus. La lecture de la bande dessinée ne s’épuise jamais, et chaque fois provoque un nouvel enchantement grâce aux illustrations spectaculaires et à la richesse des propos. À vous de découvrir (si ce n’est pas déjà fait) ces deux albums, et à nous d’espérer que Jim Curious et Matthias Picard n’en aient pas fini avec leurs incroyables explorations…

 

Notes

[1] Les ocelles sont les taches rondes qui se situent sur les ailes de certains papillons.

[2] Ces citations sont tirées des bandes dessinées explicatives de l’illustrateur, présente dans l’exposition.

[3] Notice de Voyage à travers la jungle, sur le site des Éditions 2024.

[4] Aux États-Unis (Abrams), en Allemagne (Reprodukt), en Italie (BAO), en Espagne (Fulgencio Pimentel), au Portugal (Polvo), en Chine (Beijing Total Vision), en Corée (Borim), à Taïwan (TIP Inc.), au Mexique (Sexto Piso), en Colombie (Naranjo), au Chili (Hueders), en Belgique/Pays-Bas (Bries), au Danemark (AbenMaler), en Russie (Zangavar), en Pologne (Kultura Gniewu), en Roumanie (Jumatatea Plina).

[5] Rubrique « Foreign Rights » du site des Éditions 2024.

[6] Petit livret fourni avec la Bande dessinée Jim Curious, qui présente la démarche, les modes de fabrication…

[7] Rubrique « À propos des Éditions 2024 » sur le site de la maison d’édition.

[8] Sur la page d’accueil du site du S.E.A.

[9] Donatien Mary était aussi un des auteurs de la première bande dessinée publiée par les Éditions 2024, Les derniers dinosaures (avec Didier de Calan).

[10] Dans une interview pour le journal Diacritik.

[11] En Allemagne, en Chine, au Mexique, à Taïwan, au Portugal et en Suisse.

 

Sources

Site des Éditions 2024 (et ses différentes rubriques) http://www.editions2024.com/

Bandes dessinées explicatives présentes dans l’exposition à la Librairie Le Poisson Lune.

Site du S.E.A http://www.lesea.fr/

Picard, Matthias, Voyage au cœur de l’océan, Éditions 2024, 2012.

Picard, Matthias, Voyage à travers la jungle, Éditions 2024, 2019.

Livret explicatif fourni avec la Bande dessinée.

 « Les Éditions 2024 : « La seule ligne qu’on a jamais formulée, c’est la fiction » », entretien réalisé par Christian Rosset, avec Olivier Bron et Simon Liberman, Diacritik, publié le 24 juin 2019, https://diacritik.com/2019/06/24/les-editions-2024-la-seule-ligne-quon-a-jamais-formulee-cest-la-fiction-le-grand-entretien/?fbclid=IwAR1dvrnEW_u0QilfkjNaA8Oqd4pox6h28mlFTxTadgZDw9na4eqMojEi6Ug

Toutes les images, issues des albums Jim Curious ou de l’exposition, sont des photos que j’ai prises.

Marie Hornain

Diplômée du master Monde du livre de l'Université d'Aix-Marseille en 2020, je suis actuellement étudiante en master 2 LLCER Études hispaniques et latino-américaines au sein de la même université.

More Posts


Marie Hornain

Diplômée du master Monde du livre de l'Université d'Aix-Marseille en 2020, je suis actuellement étudiante en master 2 LLCER Études hispaniques et latino-américaines au sein de la même université.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search