Le Phénomène du light novel en France

Logo de la maison d’édition
© Ofelbe

Si l’on observe le panorama éditorial de la bande dessinée en France ces dernières années, on ne peut passer à côté du succès du manga, un genre maintenant reconnu de tous et dont le chiffre d’affaire augmente depuis les années 2000. Cependant, on connaît beaucoup moins un autre genre hybride, combinant manga et roman, qui essaye de se faire une place dans le marché éditorial : le light novel.

Qu’est-ce que le light novel ?

D’origine japonaise, le light novel (ライトノベル ou « raito noberu ») est un terme de waisei-ego (c’est-à-dire un mot d’origine anglaise qui a été « japonisé »). Il désigne la production d’un type de nouvelle aux caractéristiques spécifiques produit uniquement au Japon. Il existe des équivalents coréens et chinois, mais le mot light novel désigne dans les pays occidentaux seulement la production japonaise.

Le light novel possède des caractéristiques spécifiques qui le différencient de la simple nouvelle : c’est un récit court, qui en général ne dépasse pas plus de 555500×35555. Les meilleures ventes se sont faites notamment à la FNAC, où les deux titres ont fini parmi les meilleures ventes de l’année. Lors d’une interview avec Manga News, Guillaume Kapp, attaché de presse de la maison d’édition explique le cas particulier de Sword Art Online, qui a connu un franc succès : « pour quatre tomes sortis, on est autour de 5555 000 exemplaires à lui seul. Après, il faut être conscients que SAO (Sword Art Online) est un phénomène à part et qu’il ne correspond pas forcément au potentiel du marché en France. Chaque titre a son potentiel qui dépend de sa fanbase et de sa capacité à plaire au grand public, les lecteurs de romans. » Si l’on se penche sur le cas de Sword Art Online, on peut observer que le succès de la publication est lié à des éléments déjà préexistants. La série a connu un grand succès au Japon et a suscité beaucoup d’attention en France grâce à un animé sorti peu de temps avant. Le light novel a donc piqué la curiosité de nombreux lecteurs connaissant déjà la réputation de la licence. Bien que cette première œuvre ait pu jouir de la popularité de la série animée et des connaisseurs du domaine du manga, Ofelbe souhaite cependant cibler un public bien plus large, un public de lecteur de romans qui n’est pas forcément habitué aux conventions du manga et à ses illustrations, et qui pourrait donc fuir face à une inspiration trop poussée. Pour cela, Ofelbe a fait le choix de créer des couvertures adaptées à un grand public, imitant le style des couvertures de romans plus traditionnels. Mais les fans seront aussi satisfaits grâce à de nombreuses démarches mise en place pour répondre à leurs attentes. Pour la sortie du premier tome de Sword Art Online par exemple, l’édition offrait la jaquette originale japonaise en supplément. Ofelbe a aussi fait appel à de nombreux influenceurs spécialisés dans le roman, afin de démystifier l’association systématique entre light novel et manga.

5552155557% en 2017 et le lancement de nombreuses nouvelles séries au fil des années, Ofelbe semble donc avoir réussi son pari en proposant le light novel à un public riche et varié. La maison d’édition Ofelbe/Ototo trouve régulièrement ses nouvelles licences dans le top des lancements, et, avec « 2% de parts du marché », qui la place 9e éditeur en 2017, la maison d’édition est qualifiée comme « le plus grand des petits éditeurs ». Le light novel reste peut être un genre beaucoup moins répandu qu’au Japon, mais il parvient petit à petit à se faire une place non négligeable en France.

Lexique * :

Furigana : les furiganas sont des caractères d’écriture japonais généralement placés à côté d’autres caractères afin de faciliter leur lecture. Ils correspondent à la prononciation phonétique d’un mot.

Kanjis : caractère d’écriture japonaise dont l’origine provient de Chine.

Pulp: désigne des magazines populaires très bon marché (10 cents), principalement issus des Etats-Unis durant le XXe siècle, qui abordaient des thèmes tels que la science-fiction, la romance, les enquêtes policières, le fantastique… Le format a connu et connaît toujours un grand succès, notamment auprès des couches populaires de la population.

Cliffhanger : expression anglophone, le cliffhanger est une technique était déjà présente dans les roman-feuilleton du XIXe siècle.  Elle consiste à terminer une séquence alors que le suspense est à son comble afin de susciter la curiosité du lecteur et de lui donner envie d’obtenir très rapidement la suite. Le cliffhanger vient à la fois capter l’attention du lecteur et créer un rythme dans la production.

Young adult : genre qui s’adresse principalement à un public allant de 14 à 30 ans. C’est un genre qui créé une transition entre la littérature adolescente et celle pour adultes. Elle aborde des thèmes qui parlent au lecteur qui s’identifie facilement aux héros (amour, sexualité, passage à l’âge adulte, école, drogue…).

Exemple d’œuvres : Harry Potter, Nos étoiles Contraires, La Passe Miroir, Eragon, Gossip Girl

Spin-off: expression anglaise qui désigne des œuvres qui se centrent sur  des personnages d’une œuvre déjà existante.

Hentaï : mot désignant principalement un type de production de mangas destiné aux adultes de par ses dessins et dialogues explicites, contenant de nombreuses scènes érotiques, voire pornographiques.

Franciser : appropriation de mots ou expressions étrangères pour se les approprier dans la langue française.

Scans : format de mangas ou de light novel numérisés et disponibles sur internet. De nombreux sites proposent des scans de mangas directement traduits de leur langue originale par des amateurs. Ce phénomène, aussi appelé scanlation, pose problème d’un point de vue juridique et économique, puisque ces sites distribuent des œuvres sans accord de l’auteur ou des ayants droits.

Fanbase : réseau de personnes attirées par un certain artiste ou domaine.

Bibliographie

-AKIJE, Nouvelles informations sur l’arrivée du light novel Sword Art Online en France, Otakiew, mars 2014, in :http://otakiew.fr/nouvelles-informations-sur-larrivee-du-light-novel-sword-art-online-en-france/

-COYARD Amandine, Dossier Light Novel : mais qu’est-ce qu’un light novel ?, DozoDomo, 13 septembre 2017, in : https://dozodomo.com/bento/2017/09/13/dossier-light-novel-presentation-phenomene/

-DELPHINE Marie, Quand Babelio rencontre les éditions Ofelbe, Babelio, septembre 2015555/09/10/quand-babelio-rencontre-les-editions-ofelbe/ »>https://babelio.wordpress.com/2015555, in: http://otakiew.fr/cours-illustre-de-lanatomie-du-light-novel-2e-edition/

-MISOGI, Résumé et précisions sur la conférenceOtoto/Ofelbe, Otakiew, mars 2015555-resume-et-precisions-sur-la-conference-ototo-ofelbe/ »>http://otakiew.fr/jonetsu-2015555, in : http://otakiew.fr/le-paysage-de-la-traduction-des-light-novel-en-anglais-et-la-france-dans-tout-ca/

-PAORU Ramza, KAPP Guillaume, Editeur manga : Ototo Taifu et Ofelbe en pleine évolution, Paoru, mai 2018, in :  555/13/editeur-manga-ototo-taifu-ofelbe-en-pleine-evolution/

-TAKATO, KOIWAI, KAPP Guillaume, Ofelbe Interview, Manga News, octobre 2016, in https://www.manga-news.com/index.php/editeur/interview/Ofelbe

5
  1. 0 000 idéogrammes et qui est écrit avec des caractères simples comme des furigana* pour aider à lire des kanjis* trop complexes. Véritable roman de gare japonais, il possède un petit format qui permet de le transporter partout et favorise la lecture dans les transports en commun. Le light novel possède aussi de nombreux points en commun avec le manga :

     

    -le light novel se définit non pas par un style d’écriture particulier mais plutôt par son format et son modèle économique. Actuellement, c’est la maison d’édition Kadokawa Shoten, qui publie à la fois des mangas et des light novels, qui possède le plus d’influence au Japon : elle possède plus de 48% des light novels du marché japonais.

    – afin de proposer un prix peu élevé, il est créé à partir de papier de basse qualité ;

    – les œuvres suivent le principe de prépublication et sont publiées chapitre par chapitre dans des magazines spécialisés, imposant aux auteurs un rythme de parution très rapide et surtout la présence de cliffhanger* à la fin de chaque chapitre ;

    – les séries possèdent souvent de nombreux tomes ;

    – les illustrations s’inspirent du style de dessin des mangas et ont un rôle très important puisqu’un tome contient non seulement une illustration en couverture, mais aussi une dizaine d’autres (en couleur ou en noir et blanc) qui viennent ponctuer le texte, présenter un nouveau personnage ou lieu, révéler les temps forts de l’histoire …

    – même si on en trouve de toute sorte, le light novel cible plus particulièrement un public de jeunes adultes (et peut devenir un concurrent direct au genre young adult*).

    555
  2. 9.jpg » alt= » » class= »wp-image-7917″ />
    Rayon de librairie dédié au light novel
    © Vulphere / Wikimedia Commons CC BY 4.0 [/caption]

Un lien très fort avec le manga : un cross-média

 L’ancêtre du light novel peut se rapprocher du genre des Pulp Américains*. Le terme est né dans les années 90 et a été utilisé pour la première fois par Keita Kamikita, le gérant d’un forum de science-fiction et de fantasy. Il a observé que les romans de ce genre attiraient aussi les amateurs de manga. C’est ce constat qui va lui faire mêler les deux médias. Le genre passera ainsi d’un style classique à un style plus populaire grâce à l’ajout d’illustrations inspirées de la culture pop (jeux vidéo, mangas…). Les light novels sont donc le produit d’un mélange entre différents médias. C’est ce qu’on appelle le cross-média.

Suite au grand succès de certains titres et à une forme de reconnaissance progressive du genre (notamment grâce à la création d’un prix pour récompenser les meilleures œuvres, le Dengeki Novel Prize), le marché du light novel va exploser dans les années 2000 au Japon, et le concept de cross-média va se renforcer. Avec le développement d’internet, de nombreuses œuvres sont publiées en dilettante sur le web. Même si en général une grande partie de ces « web-novels » ont la réputation d’être écrits de manière amatrice, il y a bel et bien un engouement et un public important qui les lit. Les éditeurs cherchent de plus en plus sur la toile le light novel populaire pour le publier, en proposer une adaptation en manga, voire en animé (Log Horizon, Overlord, Re:Zero, Comment je me suis réincarné en Slime, etc.). Le principe même du fonctionnement économique du light novel se base donc sur un système de création effectué par des fans et pour des fans, ce qui permet un renouvellement constant.

Ces liens de plus en plus forts entre les différents médias viennent développer une nouvelle forme de littérature hybride, où les genres se complètent entre eux : parfois, le light novel est l’histoire principale, ou spin-off* d’un manga, il peut aussi se concentrer sur un personnage particulièrement populaire mis en avant dans un animé … Chaque média vient consolider un univers déjà existant, en lui donnant une pluralité de matérialités et de points de vue. Le light novel est particulièrement important dans cette complémentarité, car il permet d’écrire sur des séries qui ont déjà un univers ou à l’inverse développer des histoires originales. Il permet aussi aux personnes qui n’ont pas assez de budget de continuer à développer leurs idées. De plus, les différents médias peuvent se mettre en avant entre eux et inciter le lecteur à découvrir les différents médias. Le concept du cross-média permet donc d’enrichir un univers déjà existant : « la narration change en fonction de chacun : l’aspect parlé est proéminent dans la version manga de l’œuvre, et l’animé apporte la musique. Chaque support constitue une redécouverte, une adaptation d’un même récit et les fans aiment pouvoir combiner les trois visions d’un même titre afin de saisir l’œuvre dans sa totalité » (Louis-Baptiste Huchez, directeur de collection des éditions Ofelbe, lors d’un interview pour Babelio).

 

L’arrivée en France : une demande très présente

 

D’un point de vue du panorama éditorial français, l’arrivée du light novel a été difficile. En voyant le succès du light novel au Japon, les éditeurs de manga français vont aussi se lancer dans la course. Un certain intérêt pour le genre est d’abord apparu chez les lecteurs de manga, qui se sont questionnés quant à ce nouveau média qui a inspiré de nombreuses séries de mangas populaires. On verra quelques éditeurs timidement publier des petits romans suite au succès de certaines grandes séries populaires (Berserk, Fairy Tail…). Mais on ne peut pas vraiment parler de light novel, ces derniers ne possédant pas exactement les même caractéristiques (pas d’illustrations dans le livre même, pas de système de publication hebdomadaire…) Cependant, ces premières tentatives permettent à un certain lecteur peu habitué à lire des mangas à s’intéresser au genre de manière détourné.

 

Le premier vrai light novel voit le jour en 2009, mais apparaît encore aujourd’hui comme un très mauvais exemple. Les éditions Hachette Jeunesse et Pika avaient décidé de collaborer afin de publier le light novel à l’origine du manga très populaire La mélancolie de Suzumiya Haruhi. Les éditeurs ont voulu, comme dans le cas des premières éditions de manga, franciser* le format. Mais cette initiative est au final venue dénaturer l’œuvre : les illustrations et la couverture originale de Noizi Ito ont été supprimées, et la traduction a été vivement critiquée par les fans de la série, car jugée trop éloignée du texte original. Critiquée de toutes parts, la série s’arrêtera dès le premier tome.

Suite à cet échec commercial, très peu de light novels ont été traduits sur le marché francophone pendant des années. Le seul moyen d’en lire était de se tourner vers les éditions originales ou en anglais (où le light novel s’est implanté bien plus rapidement qu’en France, notamment aux Etats-Unis), ou sur des scans* amateurs disponibles sur internet.

 

L’exemple unique de la maison d’édition Ofelbe

Il faudra attendre 2014 pour que naisse un regain d’intérêt pour le light novel, avec la naissance d’Ofelbe, une nouvelle maison d’édition spécialisée, qui est à ce jour la seule à se consacrer uniquement à la publication de light novels. L’édition travaille directement avec le géant japonais Kadokawa, mais aussi avec la Kodansha pour obtenir des droits de licence et de traduction des œuvres sélectionnées. En raison de leurs licences communes, Ofelbe va rapidement s’associer avec l’édition française de manga Ototo (Spice & Wolf, Sword Art Online…). Elle possède actuellement une dizaine de séries telles que A Certain Magical Index, Sword Art Online (qui a été sélectionné par le prix littéraire Chimère), Danmachi, The Irregular at Magic High School, Durarara, Log horizon (sélectionné au grand prix de l’imaginaire en 2016), Re :Zéro… Il faut en général attendre quatre à cinq mois pour la sortie d’un tome.

  • Chiffres, évolution et critères de sélection

Afin de créer une ligne éditoriale marquée, la maison d’édition possède des critères de sélection très précis concernant les œuvres choisies : la licence sélectionnée doit avoir une fanbase* importante en France, être accessible au grand public, doit être cross-média, et les séries ne doivent pas avoir un ancrage japonais trop important afin de viser un large public. Si au début de leur création Ofelbe sélectionnait uniquement des œuvres qui possédaient un côté fantasy (un des genres qui marche le plus en roman jeunesse), suite à la demande des lecteurs, la maison d’édition a décidé de diversifier le catalogue : «  Mais pour la diversité du catalogue, on ne pouvait pas seulement se concentrer sur des récits de Fantasy. Dans le light novel, les fans sont frustrés de tant d’années d’attentes, ils veulent tout découvrir ! (…) On a donc pensé qu’il fallait relever de nouveaux défis, raison de la création de la collection LN – Light Novel ». Lors d’un entretien, Louis-Baptiste Huchez, directeur de collection des éditions Ofelbe, explique que le choix de licence devient cependant de plus en plus sélectif et difficile à effectuer devant le nombre de light novels potentiels : « pour les premières licences, il nous suffisait de piocher directement dans les gros succès mangas déjà publiés chez Ototo. Aujourd’hui c’est plus compliqué. Nous devons commander les parutions japonaises afin de choisir celles qui rentrent dans notre ligne éditoriale. Par exemple, nous écartons les genres typiquement japonais comme le genre coquin, le hentaï*et nous regardons si le manga en questions possède déjà son public de fans en France. »

  • Du fan de manga au lecteur lambda

Les deux premiers light novels publiés par Ofelbe sont Spice & Wolf et Sword Art Online, publiés en mars 201555

  • 0 000 exemplaires vendus sachant que le premier tome correspond à 2555
  • 36555
  • 119_b41912ec20_k.jpg » alt= » » class= »wp-image-7919″ />
    Illustration de Sword Art Online II
    (CC) BagoGames, Flickr
    • Intégration au panorama et variation de format

    La maison d’édition a aussi choisi de modifier ou adapter le format du light novel afin qu’il corresponde mieux aux caractéristiques françaises. Il est différent du format original japonais. Au Japon, ce dernier est « 30% plus petit qu’un livre de poche classique », afin de répondre à un besoin d’économie d’espace dans les librairies et de praticité de lecture dans les transports en commun. Ce petit format japonais serait presque invisible dans les rayons de librairies françaises. Le format est donc agrandi car les petits gabarits ne se vendent pas bien en France. Adapté au marché français, le light novel est donc propos au format 14×21 et le sens de lecture est inversé, soit de gauche à droite. La production française s’est aussi éloignée du format américain omnibus, peu pratique à transporter. De même, si au Japon les séries sont en général composées de nombreux tomes, en France, ce phénomène a tendance à effrayer les lecteurs. C’est pour palier à ce problème qu’Ofelbe a choisi de publier Sword Art Online en réunissant dans un tome l’équivalent de deux tomes japonais. Le light novel français possède donc des spécificités de par son format proche du roman typiquement occidental, tout en conservant des éléments originaux tels que les illustrations afin de ne pas le dénaturer totalement. Les éditeurs d’Ofelbe expliquent l’intérêt de ces changements de format : «  nous n’avons pas choisi de dénaturer l’œuvre mais bien de l’adapter aux standards français afin de faire découvrir ce genre de littérature à un public plus large »

    • La diffusion

    Concernant la diffusion, le light novel étant très peu connu en France, Ofelbe a tout d’abord eu du mal à convaincre les libraires de prendre leurs œuvres. Toutefois, le diffuseur, Inerforum, a effectué un travail de longue haleine afin de rendre disponible les premières œuvres dans des grands points de vente, même si seuls quelques exemplaires, voire aucun ne sont parfois mis en rayon. La maison d’édition a souhaité diversifier son public en rendant disponibles ses œuvres non pas uniquement dans des librairies spécialisées, mais dans toutes les librairies générales, les grandes surfaces et internet. L’idée est encore une fois d’attirer un public riche et varié : « Nous existons dans des librairies spécialisées (…), mais nous privilégions actuellement les mises en avant dans les FNAC et les médias non spécialisés afin d’élargir notre public au maximum ». Il existe cependant toujours un problème d’un point de vue du classement en librairie. En effet, les light novels sont souvent placés à côté des mangas en raison de leurs licences communes et leurs illustrations. Cependant, Ofelbe insiste encore une fois sur leur volonté de mettre en avant le genre pour tout type de lecteur : « nous avons demandé à figurer au rayon jeunesse et pas dans celui des mangas, afin de permettre à des non-amateurs de ce genre de pouvoir s’y frotter ». Si aucun format numérique n’existe encore pour le moment, Ofelbe possède un site internet proposant des échantillons de lecture en ligne des premiers chapitres des différentes séries, afin de donner un aperçu au lecteur. Si le site se destine plutôt aux professionnels, la page Facebook de l’édition, très active, s’adresse elle aux fans de light novels.

    Conclusion

    Avec une augmentation de son chiffre d’affaire de plus de 555

  • , in : 555
  • /09/10/quand-babelio-rencontre-les-editions-ofelbe/

    -INCONNU, An introduction to light novels, English Light Novels, 2016, in: https://englishlightnovels.com/an-introduction-to-light-novels/

    -JEEL, Les light novels en France, Manga Sûr, n°49, You Tube,  novembre 2017, in : https://www.youtube.com/watch?v=0GctgnQsIyI

    -JONETSU, Ofelbe et Li-Novel France, le light novel, de la création à l’exportation, You Tube, juin 2017, in : https://www.youtube.com/watch?v=eLriaFF96-A

    -LA REDACTION, Le light novel ou la literature young adult à la japonaise, Actualitté, juillet 2016, in: https://www.actualitte.com/article/monde-edition/le-light-novel-ou-la-litterature-young-adult-a-la-japonaise/66080

    – MISOGI, Cours illustré de l’anatomie du light novel,  Otakiew, mars 201555

  • , in : 555
  • -resume-et-precisions-sur-la-conference-ototo-ofelbe/

    -MORRISSY Kim, What’s A Light Novel ?, Anime News Network, 19 Oct. 2016, in : https://www.animenewsnetwork.com/feature/2016-10-19/what-a-light-novel/.107843

    -OHHOPI, Le paysage de la traduction des light novel en anglais, et la France dans tout ça ?, Otakiew, mars 201555

  • /13/editeur-manga-ototo-taifu-ofelbe-en-pleine-evolution/ »>https://www.paoru.fr/2018/0555
  • 5

    Vous aimerez aussi...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.