Les adolescent•es dyslexiques et la lecture : une offre éditoriale insuffisante

 

Peut-on lire tous les Harry Potter quand on est dyslexique ? Ou Alice au pays des merveilles ? Twilight et Hunger Games ? Ces best-sellers : de l’édition pour la jeunesse n’existent pas en version adaptée pour les dyslexiques. Le comble, il n’existe pas non plus d’édition adaptée de la série Percy Jackson de Rick Riordan alors que le héros est lui-même… dyslexique. Percy Jackson n’aurait pas pu lire le récit de sa propre vie.

Alors que les enseignant·es et les parents sont de plus en plus sensibilisés à la dyslexie et que les outils existent pour adapter les livres papiers ou numériques, nous pourrions nous attendre à une offre éditoriale de livres conçus pour les jeunes dyslexiques abondante et variée, y compris à destination des adolescent·es. Néanmoins, on constate dans le milieu scolaire que cette prise en compte s’arrête souvent à la porte du collège et est quasi inexistante au lycée. Les maisons d’éditions prennent-elles en compte ce public adolescent et quels sont les livres qui leur sont proposés ?

 

Dyslexie et accès à la lecture

Si le nombre de personnes dyslexiques en France est dur à évaluer, la Fédération Française des Dys (FFDys) avance le nombre de 6 à 8 %[1] de la population tandis que l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) a évalué que les troubles « dys » (dyslexie, dyspraxie, dysphasie, etc.) concernent 5 à 7 % des jeunes scolarisés[2]. Cela représente entre 3 et 6 millions de personnes en France et 650 000 et 1 million de jeunes Français·es en âge d’être scolarisés environ. Si ces troubles sont très pénalisants pour les enfants lors de l’apprentissage de la lecture – entre autres – ils ne disparaissent pas avec l’âge et peuvent s’avérer handicapant tout au long de la scolarité et de la vie professionnelle des personnes dyslexiques[3].

Pour compenser les difficultés de lecture des personnes dyslexiques, il existe plusieurs solutions. La plus commune – puisque la plus facile à mettre en œuvre – est l’utilisation d’une police de caractère spécifique, comme la police OpenDyslexic, en accès libre. Le découpage des mots en phonèmes grâce à des couleurs, le signalement des lettres muettes et des liaisons, etc. sont aussi efficaces pour les enfants en phase d’apprentissage, dyslexiques ou non. Les livres audio, en complément du livre papier, permettent aux jeunes d’être plus autonomes dans leurs lectures puisqu’ils et elles n’auront pas à demander l’aide d’adultes. Il existe d’autres solutions encore bien qu’elles soient plus marginales et très peu utilisées par les maisons d’édition.

Les collections « dys » chez les grosses maisons d’édition pour la jeunesse

La sensibilisation aux problématiques des enfants dyslexiques a pris de l’ampleur ces dernières années et a conduit à la création de collections « dys » au sein de presque toutes les grandes maisons d’édition pour la jeunesse :

  • « Castelmore DYS » chez Bragelonne (création en 2015) ;
  • « Colibri » chez Belin (2016) ;
  • « Mes premiers romans en lecture aidée » et « Presto » chez Magnard jeunesse (respectivement 2016 et 2017) ;
  • « Dyscool » chez Nathan (2017) ;
  • « Flash Fiction » chez Rageot (2017) ;
  • « DYS Mes premières lectures faciles » et « Ma lecture facile ! Dys » chez Hatier (en 2017 et 2018 respectivement) ;
  • le label « spécial DYS » dans la collection « J’apprends à lire avec les grands classiques Disney » de Hachette (2018) ;
  • « Le Club des DYS » chez Flammarion (2018) ;
  • « 1, 2, 3… Je lis ! Dyslexie » et « Docu DYS » chez Fleurus (2019).

On constatera que toutes ces collections ont moins de cinq ans. Deux grosses maisons d’édition ont elles-aussi tenté d’investir ce marché avant d’arrêter la publication de nouveaux ouvrages dans leur collection de livres adaptés pour les dyslexiques : La Martinière jeunesse avec « Les mots à l’endroit » de 2014 à 2016 et Albin Michel jeunesse avec « Rue des copains » de 2016 à 2018.

Parmi ces collections, la plupart ne visent que les enfants (Hatier, Flammarion, La Martinière, Hachette, Fleurus, Belin et Albin Michel), d’autres étendent leur offre aux jeunes collégiens (Nathan, Rageot et Magnard) et seul Castelmore propose des livres à destination des adolescent·es, c’est-à-dire des jeunes de plus de treize ans, bien qu’aucun des livres ne fasse partie de la collection pour les plus de 15 ans. On peut également noter que certains livres de la collection « Presto » de Magnard peuvent intéresser des lecteurs et lectrices plus âgées comme Demain, j’ai quinze ans et Ma story[4]. Autrement dit, le public adolescent est quasi inexistant dans ce nouveau marché de l’édition pour la jeunesse.

L’offre éditoriale de ces collections

Les collections étant toutes récentes, aucune ne comprend plus de vingt ouvrages. On peut s’attendre à ce que ce nombre s’accroisse et donc que de plus en plus d’ouvrages soient disponibles. Concernant les livres pour adolescent·es, il n’en existe qu’une petite dizaine à l’heure actuelle, ce qui est loin d’être suffisant[5].

Dans tous les cas, les livres sont des créations originales sauf chez Hachette, qui reprend les histoires des dessins animés Disney, chez Nathan qui a repris certains titres de son catalogue comme Le Buveur d’encre, et chez Castelmore, qui pratique une politique de double publication de certains de ses ouvrages, en version classique et en version « dys ».

De plus, les collections sont très homogènes pour la plupart, ce qui révèle un travail de commande afin de publier des ouvrages « calibrés » (voir par exemple « Le Club des DYS » de Flammarion). Belin ne s’en cache pas et revendique même que ses textes sont « sur mesure », c’est-à-dire « écrits en suivant une charte d’écriture[6] ». Ce sont souvent des récits de la vie quotidienne avec quelques titres fantastiques et historiques. On retrouve aussi des séries comme Nico chez Nathan, ou Lasco de la grotte dans la collection « Mes premiers romans en lecture aidée » de Magnard.

Et les petits éditeurs ?

 

Il existe des petits éditeurs qui ont à cœur de concevoir des livres accessibles aux personnes dyslexiques comme La poule qui pond, La Marmite à Mots ou encore Art Terre et Zétoolu. Cependant, là encore, ce sont des albums pour enfants et non des romans pour collégien·nes ou lycéen·es.  

Une autre maison d’édition, L’Arbradys, a même eu l’idée de publier des livres documentaires et un journal bimensuel, L’Actu. Ce journal est écrit avec une police adaptée et existe en deux formats, pour les élèves de primaire et de collège[7]. De nouveau, nous pouvons remarquer l’absence des lycéen·nes qui n’auront pas leur version de L’Actu.                                        

Le livre numérique : une solution qui se fait attendre

À l’heure actuelle, il n’existe pas de logiciel permettant de convertir automatiquement la police et la présentation d’un livre numérique, en format ePub par exemple, afin de l’adapter à un lectorat dyslexique[8]. Néanmoins, le livre numérique adapté pourrait s’avérer la solution la plus efficace et la plus économique pour les maisons d’édition (et les parents), notamment l’ePUP homothétique (sans enrichissement multimédia). Une jeune entreprise française créée en 2015, MobiDys, s’est lancée sur ce marché : elle propose de créer des livres adaptés pour les personnes dyslexiques, en format numérique et/ou imprimé. Fleurus, Belin et Nathan ce sont payés ces services afin de créer leurs collections en format numérique et Bayard aussi pour concevoir une version numérique pour dyslexique de son célèbre magazine J’aime Lire (pour rappel, ce magazine littéraire s’adresse aux enfants de 7 à 10 ans).

MobiDys a aussi conçu deux livres numériques pour les jeunes dyslexiques, Le Secret du chat et Ali Baba et les 40 voleurs[9] ; ce dernier ayant d’ailleurs fait l’objet d’une campagne de financement participatif sur le site spécialisé Ulule. Il est fort probable que le passage direct au format numérique et le financement participatif se développent dans un futur proche afin de combler le manque de livres adaptés. De nouvelles maisons d’édition pure-players ou mixtes pourraient se lancer dans ce créneau comme l’a fait Le Miroir aux troubles[10], créée en 2015, et qui a depuis cessé son activité.

Enfin, on peut mentionner AidOdys bien qu’elle ne soit pas une maison d’édition mais une application permettant d’adapter la mise en page de documents de différentes façons afin de faciliter la lecture des personnes dyslexiques. Pour l’instant, ce service fonctionne sur des logiciels de traitement de textes, des PDF, des scans et même des pages Web[11]. Peut-être que ce type de services pourrait un jour s’étendre aux formats ePUB rendant ainsi accessible une bonne partie des catalogues des maisons d’édition qui tendent à se numériser.

Il arrive aussi que des maisons d’éditions publient exceptionnellement une version numérique adaptée d’un livre spécifique comme Dys sur dix de Delphine Pessin aux éditions Pocket jeunesse et qui existe aussi en livre audio. De toute évidence, la maison d’édition a décidé d’adapter ce livre parce qu’il met en scène le quotidien d’un collégien dyslexique. Un autre cas est le best-seller Nos étoiles contraires en version numérique spécial « dys » édité par Nathan. On peut espérer que ce livre soit précurseur d’une nouvelle tendance qui consisterait à créer systématiquement, pour les grandes maisons d’édition, une version numérique pour dyslexiques des livres à succès.

De même, donner la possibilité de télécharger la version audio d’un livre serait bénéfique pour les lecteurs et lectrices dyslexiques, ce qui n’est pas encore légalement possible en France puisque les livres audio doivent donc se conformer à la loi relative au prix unique du livre comme leur homologue papier ou numérique[12]. Ainsi, la collection « Presto » propose ce service mais ne rend disponible que des extraits du texte lus par son auteur ou son autrice. Cette fois, la décision n’est pas entre les mains des maisons d’édition mais entre celles des législateurs.

Conclusion

L’offre de livres pour adolescent·es dyslexiques, tout particulièrement les lycéen·nes, est très faible. La plupart des livres sont des créations originales qui répondent à des critères d’écriture bien précis afin de faciliter la lecture. Néanmoins, cela pourrait nuire à la qualité des livres conçus ainsi et même s’avérer stigmatisant puisque les non-dyslexiques et les dyslexiques ne liront pas les mêmes livres. La collection la plus intéressante pour les adolescent·es parmi celles présentées précédemment est sans doute « Castelmore DYS » qui n’hésite pas à la mettre en valeur sur son site bien qu’elle n’ait publié que quinze livres en cinq ans – c’est d’ailleurs la plus vieille collection encore en activité.

Le numérique devrait permettre d’augmenter significativement cette offre et de rendre accessible les ouvrages à succès, voire la plupart des romans, sans les réimprimer. Néanmoins, comme nous l’avons vu, ce type d’offre se fait encore attendre. On pourra remarquer pourtant que les maisons d’édition sont conscientes de l’intérêt des livres numériques pour les jeunes dyslexiques puisque nombre de leurs collections spécialisées proposent les deux options, imprimées et numériques. Il ne reste donc plus qu’à espérer que la tendance continue et s’accélère…

Notes

[1] https://www.ffdys.com/troubles-dys

[2] https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/troubles-specifiques-apprentissages

[3] Par commodité, je parlerai de personnes dyslexiques dans cet article. La dyslexie recouvre plusieurs troubles spécifiques dont on peut retrouver une typologie dans les deux sites cités précédemment.

[4] https://www.jeunesse.magnard.fr/recherche/im_field_produit_motscles/presto-3061

[5] À ce jour, je n’ai pas pu trouver de maisons d’édition indépendantes publiant des romans pour les adolescent·es dyslexiques.

[6] https://www.belin-education.com/colibri

[7] http://larbradys.com/

[8]https://www.sne.fr/document/assises-du-livre-numerique-2019-synthese-les-technologies-qui-rendent-la-lecture-accessible-tous/

[9] https://www.dys-positif.fr/lecture-pour-dyslexique-le-numerique-intervient/

[10] https://mondedulivre.hypotheses.org/6878

[11] https://www.aidodys.com/parents/

[12] Tous les livres devant être vendus au même prix au même moment quel que soit le canal de vente, si le livre audio est donné gratuitement dans le cas d’un achat du livre sous un autre format, il ne peut être vendu séparément.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search