Le manuel numérique au lycée est-il un outil pédagogique pertinent pour l’apprentissage des élèves ?

La réforme du lycée et du baccalauréat, initiée par le ministère de l’Éducation nationale et de la jeunesse et attendue pour 2021, a accéléré le passage du manuel papier au manuel numérique. Parallèlement, l’épidémie inattendue de Covid-19 nous a obligé à rester en confinement, occasion de diffuser plus largement les ressources pédagogiques en ligne auprès des lycéens. Nous devons vivre, plus que jamais, un moment où le passage aux manuels et supports numériques est inévitable et indispensable.

 

L’année scolaire 2019-2020

D’un côté, la réforme du lycée mise en œuvre lors de la rentrée 2019 change la vie des élèves de la seconde et de la première, en leur appliquant de nouveaux horaires, disciplines et programmes dans toutes les matières.

D’un autre côté, la réforme mise en application au lycée est également marquée par un choix en faveur des manuels numériques dans quatre régions : Île-de-France, Grand-Est, Région Sud et Occitanie. En Île-de-France, l’ensemble des lycées professionnels et la moitié des lycées généraux et technologiques sont passés du papier à l’écran. Dans la région Grand-Est, le conseil régional a prévu de remplacer tous les manuels scolaires des élèves par des livres numériques et d’offrir à chacun d’eux un ordinateur personnel. Les élus de la région PACA ont voté le remplacement des livres par des manuels numériques dans les lycées volontaires. La Région Occitanie fournit tous les manuels papier et numériques à tous les lycéens de 2nde et de 1re générale et technologique.

En hiver 2020, nous arrive la crise sanitaire que nous vivons actuellement. D’après l’annonce du Président de la République, depuis le lundi 16 mars tous les établissements scolaires, des écoles maternelles aux universités, sont fermés par mesure de sécurité. Cet ordre de la fermeture généralisée des écoles impose d’assurer la continuité pédagogique par d’autres moyens. De nombreux éditeurs scolaires offrent aux élèves des ressources en accès libre et gratuit sur internet, ainsi que le ministère de l’Éducation nationale qui partage des contenus numériques sur le site « Ma classe à la maison », proposé par le CNED (Centre national d’enseignement à distance).

 

Acteurs principaux dans l’éducation et le manuel numérique

Revenons pour le moment à un temps ordinaire avant cette situation exceptionnelle.

Tout d’abord, spécifique est le marché de l’édition scolaire : c’est l’État qui finance l’achat des manuels scolaires, plus précisément, les régions gèrent les lycées et les départements, qui reçoivent une dotation budgétaire de l’État, se chargent des collèges. Ce système de subvention permet aux éditeurs de vendre leurs livres à un prix moyen compris entre 18 € et 24 €[1]. Multipliés par les 2 269 300 lycéens français dont 649 200 lycéens professionnels[2], on comprend vite la rentabilité potentielle du secteur pour les éditeurs scolaires.

Voici un bref historique des éditeurs scolaires principaux : Belin et Hachette se sont lancés sur le marché éditorial dès la première moitié du XIXe siècle, Hatier en 1880 et Nathan en 1881. Magnard et Bordas les ont rejoints en 1936 et 1946. Aujourd’hui ils sont mis en rivalité au sein même de gros groupes d’édition : Hachette Éducation et Hatier appartiennent à Hachette Livre, Nathan et Bordas cohabitent dans les locaux d’Editis, Albin Michel détient Magnard, et Belin appartient à Humensis[3].

Ces acteurs principaux publient d’ores et déjà des manuels en version numérique mais la réforme scolaire l’accélère particulièrement depuis 2016. En 2019, 25 % des manuels ont été vendus sous format numérique. Néanmoins, presque tous les éditeurs scolaires s’appuient toujours sur un double usage papier et numérique : par exemple, ils offrent le manuel numérique à une classe équipée des nouveautés papier ; et ils permettent aux élèves qui utilisent une version papier d’avoir accès gratuit à une version numérique. Un manuel numérique se fait en général en reproduisant les pages de leur version papier et en ajoutant certaines fonctionnalités : photos et illustrations ; audios et vidéos ; liens vers des sites. Les éditeurs ne semblent pas avoir un modèle économique spécifique pour les manuels numériques.

 

Nouvel acteur, nouvelle plateforme

Lors de la réforme du collège en 2016-2017 entre sur ce marché concentré et raflé par un nombre restreint d’éditeurs qui s’adossent aux géants de l’édition, un nouvel arrivant : Lelivrescolaire.fr. Créé en 2010, le site de l’éditeur conçoit des manuels scolaires collaboratifs et disponibles en version numérique en accès libre, ainsi qu’au format papier. Après avoir réalisé une belle percée lors de la réforme du collège de 2016 et 2017, Lelivrescolaire.fr a renforcé ses positions à l’occasion de la réforme du lycée de 2019 et s’est implanté durablement dans le paysage de l’édition scolaire.

L’organisation de l’éditeur Lelivrescolaire.fr et la manière de travailler avec ses auteurs sont aussi originales. Les manuels sont conçus sous une forme collaborative, avec des équipes d’enseignants travaillant à distance, qui ont rassemblé au total 3000 co-auteurs. Ce mode d’écriture collaboratif fait intervenir 50 à 200 professeurs par manuel[4]. Le modèle économique est également différent de celui des autres spécialistes du secteur : les manuels sont en accès gratuit en streaming sur le site de l’éditeur, qui finance son activité par la vente d’exemplaires papier et d’abonnements Premium, payés à 99 % par les collectivités et les établissements scolaires.

Lors de la réforme des programmes lancée en 2016-2017, cette jeune maison revendique une part de marché de 10 % au collège avec la vente de plus d’un million de manuels. En 2019, lors de la réforme du lycée, le numérique représente environ 30 % du marché de l’édition. Durant cette année marquée par une forte progression de l’équipement en manuels numériques, Lelivrescolaire.fr a convaincu 22 % des établissements de prendre ses manuels[5]. Ce succès a valu à l’éditeur d’être nommé pour le Trophée Livres Hebdo de la petite maison d’édition en 2019.

La situation exceptionnelle et les manuels et ressources numériques

La crise sanitaire du Covid-19 a complètement changé la vie des lycéens. Les cours ne sont plus assurés en présentiel et le ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer s’est déclaré en faveur d’un bac sans aucune épreuve finale, mis à part l’oral de français en première. Les diplômes seront donc délivrés uniquement par le contrôle continu. Il n’y aura ni oral ni écrit du baccalauréat pour les 740 000 élèves de terminale.

Un peu soulagés ou déçus, comment pourraient-ils continuer à travailler à domicile, sans aucune motivation pour les épreuves finales ? Les lycéens de première et de seconde se confrontent également à cette situation difficile. Comment avancer dans les programmes scolaires à l’heure du confinement et de toute l’incertitude que cela comporte ?

En cette période de crise, les leçons dématérialisées ont pris le relais afin d’assurer la continuité éducative et pédagogique. Sur le site du ministère de l’Éducation nationale et de la jeunesse, il est indiqué que le ministre a lancé depuis le 18 mars 2020 l’opération « Nation apprenante » proposant des émissions en lien avec les programmes scolaires diffusées sur différents médias audiovisuels. La région Île-de-France, qui gère les lycées, remédie au manque de supports numériques et distribue dans le cadre de son plan numérique et à la demande des chefs d’établissement des tablettes numériques aux élèves qui en sont dépourvus. Des outils qui permettent de suivre les cours à distance via les Espaces numériques de travail (ENT) de chaque lycée, ainsi que sur l’ENT « mon lycée.net » que la région Île-de-France a enrichi d’un outil de « webconférence[6]. »

Plusieurs éditeurs, principalement des éditeurs scolaires offrent gratuitement sur leur site leurs manuels numériques et les ressources qu’ils comprennent. Les manuels de ces éditeurs principaux sont tous disponibles en ligne :

Quelques remarques pour les manuels de chaque site :

  • Sur les manuels du groupe Hachette, on peut chercher toutes les ressources qui y sont présentes dans la fenêtre « enrichissements ». Elles sont catégorisées par animation, article, doc interactif, exercice interactif, mémocarte, outil, schéma imprimable, schéma interactif, site, tableau à imprimer, tuto et vidéo. Les manuels sont conçus avec plusieurs fonctionnalités pratiques : enregistrer un favori, faire une capture, annoter, laisser des ressources dans « mes contenus » et les exporter.
  • Les manuels du groupe Albin Michel permettent aux enseignants et aux élèves un usage très pratique de leurs ressources : on peut trier les ressources par catégories : carte interactive, croquis interactif, document interactif, fiche d’activités, fond de carte et vidéo. Les utilisateurs peuvent également rechercher une ressource par mots clés. On trouve de nombreux outils comme des pinceaux, annotations, marque-pages, quelques symboles et stickers.
  • Dans les manuels du groupe Editis, on peut aussi accéder à toutes les ressources que les manuels comprennent, directement par la fenêtre « Ressources ». Elles sont variées et donnent accès à des feuilles de révision en format PDF, vidéos, liens vers des sites, exercices interactifs.
  • Belin Éducation partage pour ses manuels la plateforme du groupe Albin Michel « Lib Manuel ». Sur son propre site « Le Manuel Web », l’éditeur offre gratuitement ses manuels, contenus et données complémentaires à ceux qui adoptent lors du début de l’année scolaire ses manuels papier ou numériques. La page de chaque manuel semble bien réalisée et rangée : on peut très facilement trouver les contenus de manuel qui sont catégorisés par le type de données. Il y a des textes, schémas, vidéos, exercices interactifs, méthodes et synthèses. Les enseignants qui équipent leur classe avec le manuel de l’éditeur peuvent accéder à des contenus réservés aux professeurs. Il publie également sur son site « travailler à la maison » les plannings de formations à distance.
  • Lelivrescolaire.fr réalise un manuel numérique particulier : son manuel n’a plus la forme d’un livre imprimé comme celui sur lequel d’autres éditeurs se basent pour leurs manuels dématérialisés. Chaque chapitre a une page en ligne qui comprend des textes, images, fiches d’exercices et de révision, quiz, cartes interactives, etc. Le manuel se fait indépendamment du manuel papier et les élèves peuvent l’utiliser de la même manière qu’un site internet bien organisé et attirant. Ses fonctionnalités sont aussi efficaces et utiles : ajouter les contenus aux favoris, partager, afficher, présenter, personnaliser la page et exporter. Chez ce nouvel éditeur scolaire, le manuel lui-même et ses contenus ne semblent plus distincts. Lelivrescolaire.fr nous donne une nouvelle image de manuel numérique.

 

Bilan et perspectives de manuel numérique Lycée

La réforme du lycée a poussé des éditeurs scolaires à passer du manuel papier au manuel numérique. Chacun est en train d’enrichir ses contenus numériques pour avoir un modèle économique plus solide qu’aujourd’hui où la base est toujours celle de manuels papier. En 2020, la crise de l’épidémie du Covid-19 a en effet accéléré les usages pédagogiques de manuels numériques. Les lycéens, qui se servaient moins d’un manuel numérique par rapport aux collégiens et écoliers, sont aujourd’hui obligés d’y accéder pour la continuité de leur apprentissage. Les éditeurs offrent pour le moment leurs livres scolaires en libre accès, mais ils pourraient, après la période de crise, profiter de cette diffusion auprès de l’ensemble des élèves afin d’améliorer leurs produits.

La situation que nous vivons actuellement permettrait à chaque région d’équiper plus facilement les lycées en supports de lecture lors de la rentrée 2020-2021. Les élèves et leurs parents sont aujourd’hui habitués aux usages pédagogiques de l’écran et ils seraient moins opposés au remplacement du manuel papier par le manuel numérique. L’important pour eux serait de pouvoir accéder à une abondance de contenus pédagogiques comme des ressources, audios et vidéos. Ils attendraient désormais non seulement un format numérique mais aussi une nouvelle plateforme sur laquelle ils auraient accès librement à de nombreux contenus utiles. Les éditeurs devraient enrichir leur propre plateforme, développer des manuels de qualité et établir un modèle économique qui s’appuie notamment sur leurs produits numériques.

Nous n’attendons la fin de la crise et de meilleurs jours pour pouvoir examiner clairement les efficacités de manuels numériques pour l’apprentissage des lycéens.

 

Notes

[1] Lola Bréchat, L’édition scolaire, un secteur concentré par nécessité ?, 28 février 2019. In ActuaLitté [En ligne]. (consulté le 1 mai 2020)

[2] Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Les chiffres clés du système éducatif [En ligne]. (consulté le 1 mai 2020)

[3] Lola Bréchat, op. cit.

[4] Hervé Hugueny, Lelivrescolaire.fr revendique 16% de part de marché au lycée, 29 août 2019. In Livres Hebdo [En ligne]. (consulté le 1 mai 2020)

[5] Hervé Hugueny, Hachette reprend lelivrescolaire.fr, 22 janvier 2020. In Livres Hebdo [En ligne]. (consulté le 1 mai 2020)

[6] Marion Kremp, Île-de-France : la région fournit des tablettes numériques aux lycéens confinés, 1 avril 2020. In Le Parisien [En ligne]. (consulté le 1 mai 2020)

Sources


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. VHP dit :

    Juste une remarque : les manuels de collèges ne sont pas financés par les départements mais par l’Etat.

    • Chika dit :

      Merci beaucoup pour votre remarque. Je vais préciser que les manuels de collèges sont achetés par les départements qui reçoivent une dotation budgétaire de l’État.
      Je vais modifier mon article dans de prochains jours. Merci encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search