Le compte Instagram Amours solitaires, quand l’écriture numérique sublime les échanges amoureux

555 » align= »aligncenter » width= »413″]555« ]555x300.png »> Morgan Ortin, Amours solitaires, Albin Michel, Paris, 2018.[/caption]

En France, les maisons d’édition sont également attentives au phénomène d’écriture numérique. Le grand succès qu’a connu – et que connaît toujours – le projet Amours solitaires a particulièrement attiré l’attention des éditions Albin Michel. Ainsi, le 31 octobre 2018 sort le livre éponyme qui se vend à plus de 5553″>80 000 exemplaires. Ce format papier se différencie quelque peu du compte Instagram : Morgane Ortin a créé une histoire d’amour à partir de 278 SMS de divers.es contributeur.rice.s anonymes. À travers neuf chapitres, nous suivons les différents moments vécus dans une relation : la rencontre, la découverte de l’autre, la séduction, l’évolution des sentiments, l’attachement, la dépendance, l’éloignement, la rupture, la tristesse… Le format SMS est respecté tout au long du livre : le lecteur apprend à connaître les personnages seulement par ce qu’ils dévoilent dans leurs messages. Ils n’ont pas de réelles identités ce qui nous permet de vivre plus intensément cette histoire d’amour. Mais surtout chacune de ces conversations nous apprend à aimer à travers le choix des mots et des phrases. On redécouvre qu’il est possible de prendre le temps d’écrire de beaux SMS, d’être romantique sans penser que cela est démodé.

Le compte Instagram Amours solitaires suit cette même dynamique et propose le partage d’échanges amoureux anonymes. Dans son « manifeste », Morgane Ortin parle d’un projet qui « cristallise le moment unique où l’amour se forme, où l’émoi se fait sentir à la simple sonnerie de son téléphone et où le choix des mots n’a jamais été aussi important pour y répondre ». Elle a la forte conviction que les échanges basés sur l’amour existent toujours ; ils ne sont plus seulement littéraires comme les iconiques Liaisons dangereuses de Laclos ou encore La Nouvelle Héloïse de Rousseau, mais sont désormais visibles sur les écrans de nos smartphones. Le compte Instagram, suivi par 784 000 abonné.e.s, est composé de captures de SMS format iPhone. Morgane Ortin choisit les textes qu’elle reçoit chaque jour par l’intermédiaire du site internet d’Amours solitaires. Chacun.e peut partager un peu de son intimité ; les échanges sont réécrits au format SMS, seules les fautes d’orthographes sont corrigées. 

Exemples de publications d’Amours solitaires

Ces messages reflètent la spontanéité des sentiments amoureux ; c’est un langage universel qui nous fait sourire, qui nous fait pleurer, mais surtout qui nous montre que nous aimons tous.tes intensément à un moment de notre vie. La richesse de ces échanges repose également sur leur hétérogénéité. En effet, certains abordent la séduction de manière implicite et joueuse, d’autres sont plus crus et évoquent le désir sexuel, ou encore, sur une note plus triste, certains échanges parlent de l’impossibilité d’aimer. Chacun.e de ces contributeur.rice.s anonymes rendent les interactions numériques poétiques.

 « – J’ai envie de te dire je t’aime
mais je sais pas comment tu vas le prendre
– Je sais pas, dis le pour voir. [1] »


Grâce à la fonctionnalité des stories, Morgane Ortin propose des échanges directs avec ses abonné.e.s sur des thèmes différents : « Séduction », « Sextos », « Par amour »… Ces témoignages rendent le concept d’Amours solitaires concret ; nous, utilisateur.rice.s d’Instagram, sommes pris.es en compte dans la démarche de la « révolution de l’amour » et constituons le cœur même du rouage. Plus récemment, chaque abonné.e avait la possibilité de témoigner sur son expérience du confinement (suite à la crise sanitaire que traverse la France) soit en couple, soit célibataire. Ces déclarations nous permettent d’être rassuré.e.s, de se questionner, d’éprouver de la compassion ou même de la colère, autant de sentiments que l’on peut ressentir à la lecture d’un livre, mais qui sont ici vécus et partagés par l’intermédiaire de l’espace numérique.

Du format numérique à l’objet livre

De nos jours, les réseaux sociaux sont très largement utilisés pour acquérir une large visibilité ; de nombreuses marques utilisent Instagram comme un outil de marketing et de promotion. Concernant le monde littéraire, les maisons d’édition, les librairies, les bibliothèques et les auteur.rice.s s’approprient également cet espace numérique pour parler du livre et de la lecture. Cette plateforme se révèle comme un véritable dispositif au service de la prescription littéraire. Il n’est d’ailleurs pas rare que les maisons d’édition découvrent des auteur.rice.s par l’intermédiaire de ce réseau social. Ce fût notamment le cas de Rupi Kaur, citée plus haut, connue dans un premier temps comme « Instapoète », et dont l’écriture se faisait exclusivement par le biais d’Instagram. Andrews McFeel Publishing, qui a édité un ouvrage de l’instapoète néo-zélandaise Lang Leav, s’intéresse à Rupi Kaur – suivie à l’époque par 900 000 abonné.e.s – et publie son premier recueil milk and honey en 2014.

La constitution d’une communauté de lecteur.rice.s numériques est également essentielle pour la création de ce projet littéraire et poétique au format papier. Les abonné.e.s sont considéré.e.s comme de potentiel.le.s lecteur.rice.s et susceptibles d’acheter le livre. Cet aspect économique de l’édition est à prendre en compte et nécessaire pour permettre à des jeunes auteur.rice.s d’être répéré.e.s par une maison d’édition. Pour autant, les deux formats utilisés par Morgane Ortin pour aborder le thème de l’amour sont aussi importants l’un que l’autre. L’espace numérique et l’objet-livre apportent chacun une expérience de lecture différente. Sur Instagram, de nombreuses conversations amoureuses s’entremêlent ; à travers le livre, nous suivons une histoire d’amour singulière. Le succès de cette adaptation au format papier a convaincu un grand nombre de lecteur.rice ; en novembre 2019, Morgane Ortin a publié Amours solitaires, Une petite éternité, un deuxième tome au goût de retrouvailles, d’amour, certes pas éternel, mais toujours aussi beau et poétique

Les autres métamorphoses de la « révolution de l’amour »

Si les échanges amoureux ou la poésie sont très étroitement liés à l’intime, ce sont aussi des notions universelles. La plateforme Instagram mais aussi l’objet-livre rendent possible ce large partage des sentiments. Mais Morgane Ortin ne se cantonne pas seulement à l’espace numérique ou au papier, et saisit d’autres opportunités pour faire passer un message d’amour et de bienveillance.

 

Avec ces différents matériaux, Morgane Ortin a réussi à créer une grande communauté liée par le désir de parler d’amour et de dévoiler avec beauté et poésie tous les sentiments qui l’animent. Si toutes ces démarches reposent sur l’aspect « militant » de l’amour, elles sont aussi à l’origine d’un enrichissement de l’expérience de la lecture par le biais de l’écriture numérique. Le format papier magnifie la poésie et le genre épistolaire, tout comme le fait Instagram, deux grandes sphères pour projeter des mots, ainsi que le format vidéo. C’est avec impatience que nous attendons la prochaine métamorphose d’Amours solitaires…


Sources :
– Compte Instagram Amours solitaires et les différentes stories. Disponible sur : https://www.instagram.com/amours_solitaires/.
– Site internet Amours solitaires. Disponible sur : https://amours-solitaires.com/.
– Morgane Ortin, Amours solitaires, Albin Michel, Paris, 2018.
– Mooréa Lahalle, « Morgane Ortin, l’amoureuse des relations épistolaires 2.0, Madame, Le Figaro, 21 octobre 2018. Disponible sur : 555

  • 0469.
    – Marlène Thomas, « Morgane Ortin, cœur d’archiviste », Libération, mai 2019. Disponible sur : 555
  • 3″>https://www.liberation.fr/france/2019/0555
  • 5

    Vous aimerez aussi...

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Rechercher dans OpenEdition Search

    Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search