Le manga et le numérique

Photo par mr.beaver sur Foter.com / CC BY-NC-SA
L’état du marché japonais

Dans le monde de l’édition, l’affrontement entre papier et numérique est une bataille bien connue. Si le gagnant n’est jamais le même selon le pays, les chiffres sont formels pour le marché du manga japonais. En effet, de 2015 à 2016 les ventes du manga papier ont décliné de 7,4% alors que les ventes en numérique ont augmenté de 27,1% soit 146 milliards de yen contre 194,7 milliards pour le papier[1]. Ces nombres montrent que l’écart se resserre entre les deux formats et c’est en 2017 que le numérique a officiellement surpassé les ventes papiers. Ainsi, entre 2016 et 2017, le numérique a progressé de 17,2% soit 171,1 milliards de yens alors que le papier a régressé à 14,4% soit 166,6 milliards de yens[2].

Interrogé sur la progression du marché du manga numérique, M. Takeuchi, CEO de Viz Media Europe (éditeur européen de manga et distributeur d’animes) explique tout d’abord que 43% des livres numériques lus en 2017 étaient des mangas et que, de plus, 50% des lecteurs d’ebooks ont moins de 30 ans[3]. Il conclue donc en expliquant que ces chiffres révèlent que ce sont les jeunes et les jeunes adultes, très connectés à la technologie, qui ont amené le marché du manga vers le numérique.

Ce nouveau public, qui lit principalement sur smartphone (52%), a poussé de nombreuses entreprises à créer des applications mobiles en lien avec la lecture de mangas, des applications comme GANMA! ou encore BookLive. Plus que de simples moyens de lire, ces applications permettent à leurs utilisateurs de jouer mais également de faire partie d’une communauté de lecteurs. 70% de ces applications sont payantes, ce qui a créé un véritable commerce autour de l’édition du manga numérique[4]

L’état du marché français

Le marché français a toujours été une irrégularité par rapport à ses voisins. En effet, si chez les anglophones le numérique a parfaitement trouvé sa place chez les lecteurs, il est difficile de dire la même chose concernant les français. Ainsi, dans son étude datant de 2018, le GfK – le plus grand institut d’étude du marché et d’audit marketing d’Allemagne – montre que les ventes du livre numérique dépassent pour la première fois les cent millions d’euros, seul 5% des français sont réellement acheteurs de livres électroniques.

Photo par FotoBIB sur Foter.com / CC BY-NC 1

Qu’en est-il du manga ? Les chiffres montrent que le manga numérique tend à se développer mais encore d’une manière très timide. En effet, la dernière étude de la SOFIA, SNE et SGDL montre qu’en 2018, la BD (comprenant donc les mangas) représente seulement 14% des achats de livres numériques en France[5]. Ce chiffre, qui peut paraître faible à côté de celui de la littérature (68%), n’est pas seulement dû au manque de volonté de la part des éditeurs. Si beaucoup d’entre eux se montrent encore frileux quant à un passage plus assuré vers le numérique, des problèmes d’ordre juridique et technique se sont rapidement posés. En effet, lors d’une conférence sur le scantrad en 2011, Raphaël Pennes (directeur général Kazé Manga/Asuka) et Pierre Vals (directeur éditorial de Pika) ont évoqué la difficulté qu’ils avaient à négocier les droits numériques avec les éditeurs japonais qui, eux-mêmes, devaient négocier avec les auteurs[6].

Le rapport d’Hadopi de 2017 montre que depuis cette conférence, le marché français a très peu changé : la pratique illégale du scantrad, bien qu’elle n’empêche pas les ventes physiques, empêche le développement d’une offre légale numérique[7]. En effet, si des éditeurs tentent de donner immédiatement l’accès à l’offre légale en proposant la version numérique française en même temps que la japonaise afin de stopper les procédés illégaux, les éditeurs japonais ne sont pas encore convaincus de l’efficacité de ce mode de distribution.

Les acteurs du marché français
Anciens acteurs

Les leaders du marché français du manga tels que Glénat, Kazé ou encore Pika ont très peu innové. En effet, les « anciens acteurs », c’est-à-dire des éditeurs déjà présents sur le marché du manga avant que le numérique fasse pleinement son arrivée, n’ont pas fait preuve d’une grande adaptation. Si cela est partiellement dû à des problèmes légaux et techniques comme cela a été dit précédemment, il faut néanmoins souligner le fait que les éditeurs ne prennent pas de risques. La plupart d’entre eux se contentent de retranscrire leur catalogue physique sous format numérique avec une différence de prix, d’environ deux euros.

Il faut néanmoins souligner que les offres numériques diffèrent selon les éditeurs. En effet, si les éditions Kazé expliquent qu’ils choisissent de « sortir leur catalogue papier en numérique dès que cela est possible »[8], les éditions Glénat proposent quant à elles, une offre plus limitée au vu de la taille de son catalogue papier. Cette différence dans la taille du catalogue numérique peut s’expliquer par le fait que la demande des lecteurs reste encore très faible : les éditeurs ne veulent pas investir sur un marché qui ne leur rapporte pas encore assez d’argent.

Ce manque d’investissement se retrouve chez une grande majorité des sites d’éditeurs. En effet, il est souvent difficile de trouver leur catalogue numérique, parce qu’ils sont peu visibles ou peu mis en avant. Par exemple, bien que le site de l’éditeur Kurokawa dispose d’un onglet « lecture en ligne » permettant de lire un extrait, il ne renvoie pas à un site marchand permettant d’acheter le manga sous forme numérique.

Cependant, certains éditeurs tentent de nouvelles choses afin de faire avancer le marché numérique. C’est ainsi que l’éditeur Akata a développé une offre de « simultrad » c’est-à-dire une sortie simultanée avec le Japon. L’éditeur propose donc la vente de manga par chapitre et non par volume, réduisant le prix considérablement. S’il vend un tome sous format numérique au prix de 4,49€, un chapitre numérique en simultrad est vendu au prix de 0,99€. Plus que cela, Akata ne propose pas seulement une version numérique homothétique de son catalogue. En effet, la maison d’édition propose également des exclusivités numériques proposées ensuite sous format papier.

Nouveaux acteurs

Iznéo, bien que présent sur le marché depuis 2010, peut être considéré comme un de ces acteurs nés à la suite de l’arrivée du numérique. Il s’agit d’une plateforme en ligne française permettant la lecture de bande dessinée (dans le sens large du terme) sur internet ou sur application mobile. Plateforme créée suite à l’association d’une dizaine d’éditeurs français ou belges, elle avait pour ambition de permettre une diffusion simplifiée de bandes dessinées et ainsi créer une offre numérique pour la lecture numérique. Parmi ces éditeurs associés, il est possible de retrouver Kana, Glénat ou encore Kazé. A l’heure actuelle, Iznéo propose près de 2 500 mangas sur un catalogue global de 12 000 titres. Il est possible d’acheter le manga par tome
 (à l’unité), d’acheter par chapitre ou bien de souscrire à un abonnement par mois.

Aujourd’hui, il n’existe pas encore d’éditeurs de manga se focalisant uniquement sur le numérique, tous ou presque choisissent encore de transposer leur catalogue papier en numérique. Cependant, il y a eu des tentatives par le passé. Ainsi, la maison d’édition Mangako a tenté l’expérience en 2010 en proposant des « projets spécialement conçus pour l’écran[9] ». Cependant, elle a dû fermer ses portes un an et demi après ses débuts, les revenus ne permettant pas de répondre à la demande des consommateurs.

A l’heure actuelle, la véritable offre qui semble se développer est celle offerte par l’éditeur numérique Delitoon (2011). Non spécialisé dans le manga mais dans les webtoons, des webcomics venant de la Corée du Sud, leur format privilégie la lecture de manière numérique, sur navigateur web ou sur smartphone. Contrairement aux mangas qui se lisent de droite à gauche, il suffit seulement de « scroller en bas » pour lire un webtoon, un geste que toute personne effectue régulièrement sur son navigateur ou sur son smartphone. Comme pour le manga, l’éditeur Delitoon vise particulièrement un public jeune, habitué à consommer de manière numérique. A l’image d’Iznéo, Delitoon propose plusieurs manières de lire ses titres : le lecteur peut acheter des « coins » pour débloquer chaque chapitre d’un webtoon ou lire les titres disponibles gratuitement, chaque chapitre se débloquant toutes les 72 heures.

Le succès de ce nouvel éditeur, bien qu’il ait connu des débuts difficiles, s’explique par le fait qu’aujourd’hui, il n’existe pas d’offre papier pour les webtoons. La seule manière d’en consommer est donc de passer par cet éditeur, qui est le seul à proposer cette offre.

Le futur du manga papier en France

Ce n’est pas nouveau : le marché français du manga ne s’est jamais aussi bien porté que ces dernières années. Pour preuve, le rapport de l’institut GfK de 2018 montre que les mangas représentent 38% des ventes du secteur de la bande dessinée, soit une hausse de 11% par rapport à l’année précédente. Cela représente quinze millions d’exemplaires vendus, soit un chiffre d’affaire de cent quinze millions d’euros. Le manga papier ne semble pas encore menacé par son équivalent numérique mais il s’agit d’une tendance qui peut potentiellement s’inverser sur les prochaines années.


            LEXIQUE :

Scantrad : le fait de numériser un manga pour le traduire de sa langue originale (généralement le japonais) vers une autre langue. Le scantrad est pratiqué par les fans qui partagent les traductions sur internet de manière gratuite. Il s’agit d’une pratique illégale puisque cela viole la législation sur le droit d’auteur.

Simultrad : (de la contraction des mots « simultané » et « traduction ») permet que le chapitre publié au Japon soit disponible le même jour en français sur les plateformes légales de téléchargement d’ebooks. Cela permet ainsi d’éviter le « décalage » habituel entre la parution japonaise et française.

Webtoon : il s’agit de webcomics sud-coréens qui sont publiés en ligne.


BIBLIOGRAPHIE

BOUDER R., « Le manga imprimé est-il destiné à disparaître ? », ActuaLitté, 23 août 2017.

CLEMENT S., « Manga numérique : des éditeurs français prêts, mais contraints », ActuaLitté, 2 septembre 2011.

CLEMENT S., « Manga Numérique : Problématique du scantrad en France », ActuaLitté, 31 août 2011.

DEBUSSCHERE N., « Le marché numérique du manga au Japon », lettresnumeriques.be, 24 août 2018.

FLORENT D., « Le manga numérique dépasse les revenus de l’imprimé au Japon », ActuaLitté, 15 mars 2018.

NICO, « Quelle offre pour le manga numérique en France ? », club-shojo.com, 27 avril 2018.

ROURE B., « Mangako, un nouvel éditeur de mangas numériques », Bodoi, 28 avril 2010.


[1] BOUDER R., « Le manga imprimé est-il destiné à disparaître ? », ActuaLitté, 23 août 2017.

[2] FLORENT D., « Le manga numérique dépasse les revenus de l’imprimé au Japon », ActuaLitté, 15 mars 2018.

[3] DEBUSSCHERE N., « Le marché numérique du manga au Japon », lettresnumeriques.be, 24 août 2018.

[4] Ibidem.

[5] NICO, « Quelle offre pour le manga numérique en France ? », club-shojo.com, 27 avril 2018.

[6] CLEMENT S., « Manga numérique : des éditeurs français prêts, mais contraints », ActuaLitté, 2 septembre 2011.

[7] CLEMENT S., « Manga Numérique : Problématique du scantrad en France », ActuaLitté, 31 août 2011.

[8] NICO, op.cit.

[9] ROURE B., « Mangako, un nouvel éditeur de mangas numériques », Bodoi, 28 avril 2010.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search