Midi Pile, un rendez-vous artistique

C’est avec émerveillement que nous découvrions le 2 octobre 2019 le nouvel album de Rébecca Dautremer, Midi Pile, paru chez Sarbacane.

Au fil de cet album, Rébecca Dautremer nous invite une nouvelle fois dans la vie de Jacominus Gaisborough, héros de son album précédent Les Riches Heures de Jacominus Gaisborough publié en 2018 chez Sarbacane. Cet œuvre évoquait avec délicatesse les moments importants de la vie, de la naissance à la mort. Jacominus est un lapin, incarnant la douceur, qui dans ce nouvel album, donne rendez-vous à sa bien-aimée, Douce, sur le port à Midi pile. Il est nécessaire qu’elle soit à l’heure, car il doit lui dire un dernier mot avant d’embarquer.                                                                                                                                     

Avant de se lancer dans le récit, Rébecca Dautremer s’adresse au lecteur en lui offrant ce livre comme un refuge permanent dont il devra prendre grand soin. Cette dernière affirme apprécier les interactions avec ses lecteurs. À travers ce prologue, elle insiste sur la nécessaire délicatesse que requiert la manipulation de cet ouvrage très fragile, puis donne le top départ.

Voilà, c’est parti, le livre entraîne le lecteur dans le voyage de Douce, lui fait traverser la forêt, le village, les docks, lui fait traverser cette création originale, livre-objet précieux, véritable œuvre d’art.

En suivant ce lien, une vidéo de démonstration de l’album est disponible: https://www.youtube.com/watch?time_continue=24&v=JMlcgH8CoRE&feature=emb_logo

 

Midi pile, un livre d’artiste

La forme au service du fond

L’originalité de l’album tient en grande partie dans sa conception. Il ne s’agit pas d’un livre banal, dont on tourne les pages sans faire attention, sans y accorder d’importance. Du point de vue technique, ce livre a été, selon l’autrice, un véritable casse-tête à réaliser, d’après Rébecca Dautremer. Il s’agit d’une succession de décors découpés et sculptés placés les uns devant les autres. Le lecteur en traverse une centaine au fil d’un long travelling avant, telle une caméra qui ne cesse d’avancer dans le paysage. Les différents tableaux se dévoilent au fur et à mesure et chaque élément doit alors apparaître au bon moment. Au tout début du livre, le lecteur n’a pas sous les yeux le port, lieu du dénouement de l’histoire, cependant, il est bien là. C’est cet effet qui rend le livre fascinant, mystérieux, magique.

Rébecca Dautremer a puisé son inspiration dans le travail d’Olafur Eliasson Your house. Un livre-objet, œuvre d’art qui travaille sur l’épaisseur de l’objet livre. Ce livre de 908 pages représente la maison de l’artiste à l’échelle 1:85ème. Les 454 feuilles sont découpées au laser, une feuille correspond à 2,2 cm de la véritable maison. En feuilletant le livre, on a l’impression de s’immerger entièrement dans la maison et de déambuler dans chaque pièce.

                                                                                                                                         À l’intérieur de Your house
                                                                                                                                     ©Your house, Olafur Eliasson

Midi pile est une véritable prouesse technique. Mais ce travail minutieux n’est pas là seulement pour l’esthétique, il permet de faire sens.

La forme au service du fond

La narration commence à 9h20, et se finit à 12h05. La pérégrination de Douce dure donc trois heures. Rébecca Dautremer souhaitait que ce temps soit ressenti. Il n’y aurait pas de sens de pouvoir feuilleter ce livre très vite. Ainsi, la fragilité des pages devient un avantage pour cette lecture lente. Lire cet album demande de la délicatesse et de la patience.  Le lecteur ne peut pas lire ce livre rapidement, il prend le temps de se rendre au rendez-vous en voyant passer les secondes les unes après les autres.

Tourner les pages devient alors un processus actif qui fait avancer l’histoire encore plus que d’habitude. Tourner les pages soigneusement nous fait prendre conscience de l’enjeu : découvrir la suite de l’histoire.

                                                                                                        Tourner soigneusement la page et découvrir la suite…
                                                                                                                     ©Midi Pile, Rébecca Dautremer, Sarbacane

La forme de l’album se met au service de l’histoire, et le lecteur expérimente celle-ci tel que le personnage la vit, en traversant les différents lieux physiquement, mais également émotionnellement.

Une expérience vécue

Le lecteur est placé du point de vue de Douce et celle-ci n’apparaît que sur les dernières pages lorsqu’elle retrouve Jacominus. En cheminant avec elle, le lecteur ressent l’attente de retrouver quelqu’un.

                                                                                                                                          On chemine avec Douce
                                                                                                                    ©Midi Pile, Rébecca Dautremer, Sarbacane

Il s’agit d’un livre « adressé » : un personnage, Jacominus parle à un autre, sa Douce. Mais en s’adressant à Douce à la deuxième personne du singulier, il donne au lecteur l’impression qu’il s’adresse à lui. Le lecteur devient alors l’objet du rendez-vous, c’est lui que Jacominus attend.

Une réflexion sur le temps

Midi pile place le temps au centre de l’intrigue. À travers le récit d’un rendez-vous, Rébecca Dautremer fait expérimenter au lecteur le sentiment d’attente qu’exprime Jacominus.

Au fil de l’histoire, Jacominus ne cesse de supplier Douce, et donc le lecteur, de se dépêcher, de ne pas être en retard. Une fois qu’ils sont enfin réunis, Jacominus annonce qu’il part et demande à Douce de l’attendre.  On se dépêche donc tout au long du livre pour mieux attendre.

Cette expérience du temps est aussi vécue par Rébecca Dautremer. Celle-ci travaille à la main, en dessinant et peignant sur papier. Cela représente un temps de travail colossal, d’autant plus qu’elle aime introduire de nombreux petits détails dans ses productions. Elle déclare dans une interview sur France Culture « Je mets du temps pour faire mon travail, je parle du temps et j’ai envie que le lecteur me consacre du temps aussi, c’est pour ça que je remplis mes images de détails, de choses à regarder, à découvrir.  […] Puisque je consacre du temps à mon travail, j’ai envie que le lecteur me donne son temps, […] j’ai envie de coincer le lecteur dans mon temps ».

                                                                                                                 La chambre constituée de nombreux petits détails
                                                                                                                      ©Midi Pile, Rébecca Dautremer, Sarbacane

L’ensemble produit une véritable œuvre d’art1

Tout d’abord, il faut garder en mémoire que tous les albums artistiques comptent en tant qu’objet. Dans le cas de Midi pile, l’objet même est primordial car il constitue un émerveillement par sa forme seule, sans même prêter attention à l’histoire, ou aux détails des illustrations. Il était certain qu’il provoquerait la curiosité du public et que ce dernier s’émerveillerait de l’objet en lui-même Mais au-delà de la fascination, cet esthétisme donne du sens à l’histoire qu’il illustre, en obligeant le lecteur à ne pas tourner les pages trop vite, à prendre le temps (comme nous l’avons expliqué précédemment).

Dans le monde de l’édition, on peut considérer ce livre comme un « livre d’artiste ». En effet, dans toute l’histoire de l’art et de la littérature, des auteurs, poètes, plasticiens et illustrateurs ont conjugué leurs talents pour créer ensemble des livres d’artistes, où textes et images se complètent. L’éditeur Jean-Jacques Sergent explique que ces « objets d’art allient la force ou l’humour des mots, la sensualité du papier et la beauté d’une composition plastique ». Un autre éditeur,  Aurélio Diaz, (le Grand os) déclare qu’« un livre courant se lit, une œuvre picturale se regarde, un livre d’artiste se lit et se regarde : l’image des lettres, et du livre lui-même, n’y est pas sommée de disparaître comme en lecture courante où le dessin des signes et la matérialité du support sont recouverts par le sens et les images mentales qu’il produit ; le signe visuel, typo- ou calligraphique et la mise en page, y est affirmé comme signe plastique et comme présence».

                                                                                                                                  Un vrai livre d’artiste mouvant
                                                                                                                   ©Midi Pile, Rébecca Dautremer, Sarbacane

Midi pile est un livre avec des illustrations et du texte, qui se lit, se comprend s’appréhende comme n’importe quel livre. Mais c’est aussi un objet avec du volume et des espaces. Le lecteur est invité à exister dans ce volume, physiquement, en plongeant dans ce monde de papier.  

Pour qu’un objet puisse être qualifié d’œuvre, cela nécessite une « reconnaissance » dans son domaine par les pairs de l’artiste. C’est le cas pour Midi pile qui a décroché deux prix importants, la « Pépite du livre illustré » au Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil 2019 et le « Trophée de la conception artistique » aux Trophées de l’édition 2019.

Enfin, les œuvres d’art sont souvent associées à un prix assez élevé. Midi pile coûte 49,50 euros. Il s’agit donc d’un objet relativement coûteux dans le domaine de la littérature jeunesse. Cependant, le prix paraît justifié quand on considère Midi pile non plus comme un simple livre jeunesse mais comme un livre d’artiste.

Dans son livre d’artiste, Rébecca Dautremer aime proposer des références discrètes à d’autres œuvres d’arts. Elle a plaisir à observer des peintures classiques et à s’en nourrir, pour les réinvestir ensuite dans ses illustrations. Pour le port qui apparaît dans les dernières pages de Midi pile, par exemple, son influence vient tout droit des œuvres de Turner. Cela lui plaît aussi que ses lecteurs remarquent ses influences et retournent ensuite admirer ces peintures.

                                                                                                             L’influence de Turner dans sa représentation du port
                                                                                                                      ©Midi Pile, Rébecca Dautremer, Sarbacane

La littérature jeunesse a la particularité de laisser une large place à la recherche et l’expression des artistes : illustrateurs, plasticiens, écrivains… Ainsi, il n’est pas rare de découvrir des véritables livres d’artiste dans ce secteur éditorial. Midi pile en fait partie incontestablement. Mais alors la question du rapport à l’enfant se pose, ce livre leur est-il vraiment adapté ? La réponse est évidemment oui : en mettant ce livre entre les mains des enfants, Rébecca Dautremer leur fait confiance pour saisir toutes les subtilités qu’offre ce livre dans son rapport texte, image, forme. Elle en appelle à leur délicatesse, les invite à prendre le temps de lire, d’apprécier chacune des pages, sans se précipiter comme à leur habitude.

 

Midi pile à l’intérieur du travail de Rébecca Dautremer

Une volonté de parler de la vie

L’autrice a fait le choix de reprendre son personnage précédent avec l’envie de continuer à raconter sa vie. Ce petit lapin lui permet d’aborder auprès des enfants des sujets sensibles tels que la mort, la guerre, l’amour, tout en restant dans un monde de douceur, un monde enfantin. En outre, conserver le même univers narratif permet de retrouver avec plaisir les personnages de l’album précédent qui se baladent dans les pages de Midi Pile.

Rébecca Dautremer aime dessiner les paysages, le ciel, les nuages, les champs… toute la douceur de la nature. Cela lui plaît de dissimuler des personnages dans ses paysages afin que le lecteur puisse les découvrir. Il est rare que les personnages figurent en premier plan, elle souhaite que le lecteur se perde dans les replis du paysage et tombe sur eux par hasard.

                                                                                                Une affection particulière de Rébecca Dautremer pour la nature
                                                                                                                        ©Midi Pile, Rébecca Dautremer, Sarbacane

Elle trouve plaisir à travailler dans la minutie pour donner une vision précise du vaste monde, un regard pointu sur le temps, sur le monde, sur la vie. Ses images donnent à voir énormément.

Une volonté de recherche constante

Rébecca Dautremer cherche à réinventer, à tester des rapports nouveaux du lecteur avec le livre. Midi pile pousse à son extrême le rapport à l’objet. Ce type de livre existait peu jusqu’alors.

La volonté de l’autrice-illustratrice est de raconter différemment. Comme beaucoup d’autres artistes, elle a choisi le domaine de l’édition enfantine par goût du dessin, de la peinture. Le livre illustré est le lieu qui lui permet de s’exprimer le mieux. Elle trouve un grand intérêt dans l’exploitation du rapport texte image. Son travail ne consiste pas à illustrer du texte, mais à lier mots et images. Elle souhaite travailler théâtralement ce rapport texte image.

                                                                                                           Les différents décors du théâtre de la ville superposés
                                                                                                                    ©Midi Pile, Rébecca Dautremer, Sarbacane

Réaliser un livre en tant qu’auteur-illustrateur est, d’après Rébecca Dautremer, une technique à part qui se rapproche de la mise en scène au théâtre. L’auteur-illustrateur choisit l’organisation de la page, l’assemblage des mots et des illustrations, les éclairages… Cette dernière pense qu’il y a encore beaucoup à faire, à inventer dans le livre illustré. Ce domaine devrait s’inspirer du théâtre pour de nombreuses choses. Par exemple, rares sont les pages silencieuses dans les albums illustrés, pourtant elles peuvent apporter du sens à l’histoire. Il faut se nourrir de nouvelles techniques, de nouvelles façons de faire pour produire des livres illustrés innovants.

C’est justement par le champ lexical du théâtre qu’Aurélio Diaz continue de définir le livre d’artiste. Il déclare : « ce n’est pas une mise en page de textes et d’images mais une mise en scène à la manière d’une œuvre scénique et chorale, où le texte est incarné par le corps, la voix, la présence des comédiens et projeté dans l’espace d’un décor et dans le temps de la représentation ; dans ce livre objet d’art, le texte est théâtralisé, voire chorégraphié, c’est-à-dire incarné et projeté dans un espace matériel où le textuel et le visuel se mêlent, se répondent, se chahutent ». Avec cette volonté de théâtralité, Rébecca Dautremer tend vers celle de ne produire que des livres d’artiste à hauteur d’enfant.

                                                                                                   Affiche de promotion de Midi Pile faite par Rébecca Dautremer
                                                                                                                        ©Midi Pile, Rébecca Dautremer, Sarbacane

Rébecca aime évoluer dans le monde de Jacominus. Elle a donc décidé après l’écriture des Riches Heures de Jacominus Gainsborough de raconter de nouvelles histoires, mais dans chacun de ses livres elle abordera des principes de narrations différents. Un exercice de style nouveau pour chacun, qu’elle a débuté avec Midi Pile. Son nouveau projet est de produire une immense fresque avec ces mêmes personnages et de raconter un moment de leur vie en une seule image avec de nombreux détails, que le lecteur pourrait fouiller pendant des heures.

On l’attend avec impatience…

                                                                                                      Couverture des Riches heures de Jacominus Gainsborough
                                                                                ©Les Riches heures de Jacominus Gainsborough, Rébecca Dautremer, Sarbacane

#RébeccaDautremer, #Midipile, #éditionjeunesse, #Sarbacane, #JacominusGainsborough, #créationoriginale, #oeuvred’art, #livreobjet, #PépitedulivreillustréMontreuil2019, #Trophéedelaconceptionartistique2019

[1] Selon la définition du Larousse, une œuvre d’art est une production de l’esprit, une création d’objets ou de mises en scène spécifiques destinées à produire chez l’homme un état particulier de sensibilité, plus ou moins lié au plaisir esthétique.

Sources


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search