La littérature horrifique à l’heure du numérique

Quel est le visage de l’horreur 2.0 ?

Dans un article d’Actualitté daté du 22/10/2019[1], Antoine Oury nous signale l’accès gratuit sur différentes plateformes aux classiques de la littérature horrifique. Mary Shelley et son Frankenstein, Dracula de Stoker ou encore, exemple plus récent, L’Appel de Cthulhu d’Howard Phillips Lovecraft sont dorénavant tous accessibles sur le web et libres de droits. Une bonne nouvelle à n’en pas douter pour tous ceux qui n’auraient pas encore su profiter de ces classiques du genre ayant influencé de très nombreux auteurs et ayant fourni leurs lettres de noblesse à une littérature encore aujourd’hui qualifiée de « genre » voire même de « mauvais genre » mais dont l’essor, grâce au numérique, ne cesse de se confirmer.[2]

Première de couverture de la première édition de Dracula, 1897.

Comment comprendre cette dichotomie entre la popularité de la littérature horrifique et le dédain qu’elle semble inspirer ?  Quel est donc le vrai visage de la littérature horrifique en 2020, à l’heure à laquelle l’industrie du livre embrasse enfin de manière généralisée la révolution numérique et les nouveautés diverses et variées offertes par ces médias de nouvelle génération ? Les éditeurs ont-ils réussi (ou échoué) à donner un coup de jeune aux classiques du genre cités plus haut ? Penchons-nous sur cet aspect de modernisation des grands classiques

La littérature horrifique peut-être plus que les autres genres littéraires est une littérature de classiques. Quand nous inspectons les catalogues des éditeurs et les rayonnages des librairies, peu de surprises et de nouveautés ont l’air de percer dans le genre horrifique. Comme mentionné précédemment, l’horreur fait encore et toujours « mauvais genre » et seuls les vieux classiques et les parangons du roman horrifique contemporain trouvent grâce auprès des éditeurs. Nous voyons toujours trôner en bonne place les Dracula et Frankenstein sur ces rayons même si nous pouvons noter leur entrée relativement récente au sein de la célèbre Pléiade (Frankenstein et autres romans gothiques en 2014 et Dracula et autres écrits vampiriques en avril 2019). Il n’en reste pas moins qu’au sein de la littérature d’horreur, si l’on met de côté le succès des romans gothiques cités ci-dessus et de l’importance au XIXème et XXème siècles de Poe et Lovecraft, peu nombreux sont les contemporains à trouver leur place dans cette niche. Il serait un peu caricatural de résumer le visage contemporain de la littérature horrifique à Stephen King, Clive Barker ou encore Maxime Chattam et Frank Thilliez en France. Néanmoins il est indéniable qu’en dehors des librairies et des médias spécialisés, la littérature horrifique est peu présente dans toute sa diversité. Une question se pose donc : si l’horreur est un genre pour lequel une grande partie du catalogue ne se compose pas de nouveautés, comment alors moderniser ce genre littéraire ?

Ce qui caractérise l’horreur, en littérature et sur le grand écran, c’est la mise en place de son atmosphère oppressante et si particulière ayant pour but de faire frissonner son spectateur. C’est donc pour cela que le livre audio a été la première innovation de l’ère numérique que les éditeurs du monde entier ont embrassée pour dynamiser les ventes des classiques. Ainsi donc au-delà du simple livre en format numérique (notons d’ailleurs que le livre d’horreur n’a pas à rougir car il fait partie des genres les plus téléchargés parmi les livres numériques[3]), le livre numérique horrifique se prête très bien à la mise en voix et à la création d’ambiances sonores dans le but de créer une véritable atmosphère vivante pour son auditeur. Nous pouvons prendre pour exemple l’excellente et vibrante interprétation en anglais du regretté feu Sir Christopher Lee de quatre classiques de la littérature d’horreur et de suspense : Dracula, Frankenstein, The Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde ainsi que The Phantom of the Opera du français Gaston Leroux. Dans ces quatre romans audios nous retrouvons la même construction ; Christopher Lee, rendu célèbre par ailleurs pour son rôle de Dracula à la fin des années 5555 mars 2020. Écrites dans les années 20, ces œuvres n’ont jamais fini de fasciner et c’est bien naturellement qu’elles suscitent toujours l’intérêt des éditeurs et des artistes de tous horizons. Lovecraft se prête extrêmement bien à ce traitement de modernisation de l’œuvre. Il ancre ses personnages dans un lieu géographique très limité, sa région de Nouvelle-Angleterre et de Rhode Island, et y décrit des protagonistes assaillis de doutes qui se mettent au travers d’événements de dimension cosmique dont les ramifications vont finir par leur faire perdre la raison et abandonner cette idée que les hommes sont les maîtres de l’univers… C’est la pluralité des ces indicibles menaces qui oriente le récit vers « l’horreur cosmique » et la réalisation de l’insignifiance de l’homme sur Terre qui fait que de très nombreux auteurs ont repris ce topos et ce mythe lovecraftien de cette Nouvelle-Angleterre, paisible en apparence mais cachant de sombres secrets. Parmi eux, Matt Ruff s’approprie cet univers sur un fond de ségrégation dans les années 5555 mars 2017. Disponible sur : https://lithub.com/the-living-authors-with-the-most-film-adaptations/. » target= »_blank » rel= »noopener noreferrer » name= »_ftnref1″>[4]. En 2019 nous avons vu apparaître au cinéma et sur les plateformes de streaming vidéo comme Netflix pas moins de quatre adaptations de King : Simetierre (pour la deuxième fois), Ça : Chapitre 2 (pour la deuxième fois également, la première fois étant une mini-série datant de 1990), Dans les hautes herbes ainsi que Docteur Sleep (suite de The Shining et de sa célèbre adaptation de 1980 par Stanley Kubrick). Les lecteurs de littérature horrifique ont grandi avec ces romans et nouvelles publiés pour la plupart dans les années 80/90 et le monde du cinéma est conscient du sentiment de profonde nostalgie pour ces œuvres et du désir de les voir portées à l’écran. De plus, de nombreuses nouvelles adaptations d’œuvres d’horreur comme Ça ou encore les Scary Stories to Tell in the Dark de Alvin Schwartz et Stephen Gammell (célèbres livres de littérature horrifique s’adressant au jeune public et publiés de 1981 à 1991 outre Atlantique) jouent sur l’effet nostalgie que le public éprouve vis-à-vis des œuvres originales et sur cette peur ressentie en lisant ces livres pour la première fois en tant qu’enfants impressionnables.

Le talent des écrivains d’horreur réside principalement dans leur aptitude à créer une ambiance et une tension dans les situations qu’ils développent. Nous avons abordé jusque-là uniquement des œuvres littéraires classiques mais qu’en est-il pour l’horreur illustrée dans la bande dessinée et dans le manga ? De nombreux auteurs/dessinateurs sont portés au pinacle pour leur trait angoissant et leur habileté à créer un malaise dans leurs dessins, mais nul n’est plus renommé que le maître du manga d’horreur japonais, Junji Ito. Comment faire augmenter encore l’impact d’une œuvre déjà illustrée dont la puissance réside aussi bien dans l’imagerie que dans la trame narrative ? C’est ici que nous pouvons considérer certaines limites de l’adaptation de certaines œuvres horrifiques. La particularité de Junji Ito réside dans sa faculté à terrifier le lecteur aussi bien par le contenu de la narration que par l’image qu’il va y apposer. Où réside alors l’intérêt de changer le médium d’une œuvre disposant déjà d’une imagerie ? Le cinéma et ses effets spéciaux ne peuvent rendre compte de l’indicible et de l’horreur que jusqu’à un certain point. Quand Ito illustre son célèbre manga Uzumaki (publié entre 1998 et 1999, Spirale en français), qu’est-ce que son adaptation cinématographique de 2000 peut apporter de nouveau dans la photographie que le dessin de l’illustrateur n’a pas déjà créé sur le papier ? Quand bien même l’adaptation est fidèle à l’histoire, pouvons-nous réellement reproduire les traits de crayon de l’illustrateur à travers des effets spéciaux ou pratiques ? Je ne peux répondre à cette question. Mais le compromis réside peut-être tout simplement en une adaptation animée plutôt qu’en un film avec des acteurs comme l’a réalisé la série d’animation japonaise Junji Ito : Collection. Les censeurs et le public sont bien plus réticents à se laisser montrer toute l’horreur qu’impliquent les dessins d’Ito au cinéma, là où l’animation comme le manga restent fidèle à l’horreur du trait de l’artiste tout en aménageant l’histoire dans un format moins lourd de plusieurs épisodes de 24 minutes mettant en scène les plus célèbres histoires du mangaka.

Pour en revenir au cœur de notre sujet, qu’est-ce que ces informations nous disent de l’état de la littérature horrifique en 2020 ? Ce qui semble émerger pour l’instant, c’est que l’horreur est un genre très populaire dont l’engouement prend en partie racine dans la nostalgie et l’affection des lecteurs pour des histoires qui appartiennent en grande majorité aux années 80/90. Il est donc impossible de nier l’aspect nostalgique sous-jacent à l’adaptation de certaines histoires horrifiques à succès de l’époque (Chair de poule de R. L. Stine, Stephen King, Scary Stories to Tell in the Dark…) pour un public d’entre 20 et 30 ans aujourd’hui et élevé dans ce que nous pouvons désigner comme l’âge d’or de la pop culture. De plus, une grande majorité de ces histoires, souvent de format court, prennent racines dans le folklore et la culture populaire, des « légendes urbaines ». Ces histoires mêmes que nous associons à ces nuitées au coin du feu où, enfants, nous nous amusions à nous faire peur. Nous ne pouvons nier l’impact de ces légendes urbaines qui connaissent aujourd’hui encore un très grand succès sous une forme légèrement différente, avec comme exemple des plus parlants de l’horreur 2.0 : les creepypastas.

Ce que le numérique apporte à l’horreur

 

Enfin nous allons aborder la façon dont le numérique a transformé le genre horrifique et le thriller, notamment en France avec l’essor des podcasts et autres creepypastas qui incarnent assez bien l’évolution de l’expérience de la peur chez le lecteur/spectateur.

Que sont donc les creepypastas et en quoi consistent-elles ? Si l’on en croit la définition donnée par Dictionnary.com[5555] surfent d’ailleurs sur la liberté que leur offre ce médium pour proposer de nouvelles formes de narrations adaptées à l’ambiance si propre aux histoires horrifiques. Nous pouvons par exemple citer le podcast Le Bureau des mystères où deux ex-journalistes, Charles et Mathias, présentent des faits divers étranges en tentant d’en percer les secrets. Nous pouvons également citer dans un tout autre genre Météore de Chloé Despax, une expérience de fiction narrative entre le Horla de Maupassant et les vestiges d’une expérience traumatique, récompensé par « Prix Fiction Radio SACD Belgique 2019 ». Ainsi l’horreur s’écoute et s’ancre dans le quotidien grâce à sa diffusion à travers les plateformes sous forme de podcasts, où l’auditeur n’a qu’à profiter de l’histoire et de l’ambiance offerte. C’est de cette façon que nous avons vu naître sur Twitter l’histoire de « Dear David » en août 2017. Canular, coup de pub inespéré ou histoire vraie, chacun se fera son idée sur ce que le dessinateur new-yorkais Adam Ellis va documenter sur son feed Twitter durant plus d’un an. Le jeune homme affirme en effet être hanté par le fantôme d’un très jeune garçon à l’apparence étrange et nommé David. Dès lors, certains événements inexpliqués et coïncidences angoissantes apparaissent dans la vie d’Adam. Très actif sur le réseau social Twitter, il décide d’immortaliser les « preuves » de sa hantise en détaillant chaque jour, presque à la manière d’un feuilleton, le détail de toutes ses expériences pour ses followers. La question n’est pas ici de savoir si oui ou non Adam est bel et bien hanté mais de constater la grande efficacité que nous offrent les réseaux sociaux pour conter une histoire. Adam joint presque quotidiennement des photos ou des vidéos de ses mésaventures : l’attitude étrange de ses chats qui miaulent tous les soirs sur le pas de sa porte, le rocking-chair qui bouge seul, les sons enregistrés dans son appartement quand il dort, etc. Tous ces éléments participent à ancrer l’histoire dans le réel. Nous voyons l’évolution de la situation au jour le jour à la manière d’un journal intime où son auteur documente son désarroi et son inquiétude grandissante. Vrais ou faux, les documents fournis par le jeune illustrateur participent à la création d’une véritable histoire horrifique. Pourquoi alors ne pas systématiser l’idée et inviter le monde de l’édition se prêter au jeu, à l’occasion d’une prochaine sortie littéraire par exemple ? Les mésaventures d’Adam ont été en tout cas extrêmement populaires, attirant les curieux en nombre sur son compte Twitter avec en 2018 des pourparlers pour une adaptation cinématographique de la saga numérique « Dear David »[6]. Pour finir nous pouvons également citer l’abondance de webcomics horrifiques de très bonne qualité explorant un panel de codes du genre comme dans The Last Halloween d’Abby Howard disponible gratuitement. L’autrice aborde avec beaucoup d’humour les clichés de l’histoire horrifique et les illustre avec brio dans un style proche de celui de Tim Burton.

Que retenir donc de ce panorama de l’horreur à travers les médias du numérique ? Eh bien tout d’abord c’est que ce genre bénéficie d’un renouveau impressionnant. Là où nous pouvons sans trop exagérer affirmer que la littérature horrifique ne se renouvelle que de façon très exceptionnelle chez les éditeurs classiques, l’horreur bénéficie d’un nouvel élan d’intérêt à travers l’ère numérique. De nombreux livres libres de droits accessibles gratuitement ont reçu un léger regain d’intéret à travers leur adaptation en livres audio ou encore en bande dessinée. Le public a également vu les nombreuses adaptations littéraires de ces dernières années apparaître en séries et au cinéma. Souvent à partir d’œuvres populaires, chaque adaptation sert l’œuvre originale en relançant l’intérêt pour le livre qui trouve donc un nouveau public. Enfin, la littérature horrifique n’est pas que l’apanage des professionnels car, sur internet, chaque personne peut exercer son talent en s’entraînant à créer ses propres histoires en comptant sur le public pour la populariser de forums en forums. Podcasts, creepypastas, webcomics, les auteurs talentueux sont salués par la critique et permettent d’apporter un renouveau au genre en utilisant toutes les potentialités de ces nouveaux médiums.

Qu’imaginer pour l’avenir de la littérature horrifique ? Le genre a su s’adapter aux changements et profiter des nouvelles technologies (jeux-vidéos, réalité virtuelle…) même si le monde de l’horreur littéraire reste majoritairement le domaine des écrivains et du système classique de publication, il est très important de noter qu’internet est devenu le nouveau vivier d’expériences horrifiques grâce à l’imagination d’un public baigné de toutes ces influences.

5
  1. 0, fait honneur au livre d’origine et traduit dans sa narration la tension et l’angoisse du récit. Pour seul accompagnement, Lee est accompagné d’une trame musicale aux moments d’action les plus intenses ainsi que quelques sons d’ambiances pour ponctuer le récit. En dehors de cela, l’acteur est seul à réaliser tous les personnages et les dialogues des œuvres ci-dessus.

    Toujours à propos de la modernisation de certains classiques de la littérature horrifique, nous pouvons également nous intéresser à l’adaptation du roman en BD ou en manga. C’est ce que les éditions Ki-oon ont réalisé en illustrant et adaptant en mangas les classiques de l’œuvre du maître de l’horreur Howard Phillips Lovecraft sous la collection « Les chefs-d’œuvre de Lovecraft ». Avec le dessinateur japonais Gou Tanabe, Ki-oon a déjà illustré trois de ses œuvres les plus importantes, Les Montagnes hallucinées (2 tomes – 2018), Dans l’Abime du temps (2019) ainsi que La Couleur tombée du ciel parue le 0555

  2. 0 dans son roman Lovecraft County. Roman en cours d’adaptation en série par la célèbre chaine télévisée américaine HBO avec aux commandes de la réalisation Jordan Peele (Get Out, Us) ainsi que J. J. Abrams (Super 8, Star Wars Episode VIII et IX) dont la sortie est prévue pour août. L’avenir de l’œuvre horrifique réside-t-elle donc dans la transcendance de son médium d’origine ? Est-ce l’adaptation sur petits et grands écrans qui constitue l’avenir du genre horrifique ? Analysons cette tendance en augmentation depuis quelques années ainsi que l’évolution des médiums et plateformes qui ouvrent une nouvelle perspective d’adaptation pour les œuvres horrifiques.

              Voyons ici quelles sont les nouveautés apportées par les nouvelles technologies et les nouvelles manières d’appréhender la lecture en augmentant le spectre de ce qui constitue l’expérience de l’horreur comme le font les nombreuses adaptations en films et séries de ces dernières années, présentes sur toutes les plateformes.

    Augmenter l’expérience horrifique

    L’adaptation cinématographique d’une œuvre horrifique littéraire n’est pas chose récente. Le cinéma a toujours gravité très près des œuvres littéraires mais l’engouement des dernières années pour l’adaptation de certaines œuvres est particulièrement frappant. Bien sûr il serait totalement incorrect d’affirmer que la mise en scène de scénarii issus d’œuvres de littérature horrifique n’existait pas auparavant. Preuve en est que, dès les années 1920, Universal Studio se rend célèbre en mettant en scène ceux qui seront nommés a posteriori les « Universal classic monsters » : des personnages de tradition littéraire forte exhibant de très fortes difformités physiques et mis en scène dans des adaptations libres de leurs œuvres originales telles que Gwynplaine, protagoniste de l’Homme qui rit de Victor Hugo ou encore le Fantôme de l’Opéra du roman éponyme de Leroux (ci-contre). L’engouement populaire pour ces monstres entraînera dans les années 30 l’adaptation en films de l’œuvre de Mary Shelley avec Boris Karloff dans le rôle-titre de la créature du Dr. Frankenstein avec un succès similaire aux célèbres films du Dracula interprété par Christopher Lee, produits par la britannique Hammer’s Film production Ltd.

    Il est néanmoins un auteur qui a normalisé l’adaptation contemporaine de ses œuvres littéraires sur le grand écran, Stephen King. Carrie au bal du diable de De Palma (1976) est la première adaptation d’une œuvre de King, seulement deux ans après la publication originale de Carrie. Dès lors les succès de King et les adaptations se suivent, plus ou moins fidèles au matériau originel jusqu’à célébrer King comme l’écrivain ayant vu adapté sur le grand écran le plus grand nombre de livres555

  3. ], une creepypasta est un sous-genre de la copypasta, une histoire numérique copiée et collée d’un forum à l’autre avec la particularité que celle-ci est une histoire courte d’inspiration horrifique. Apparue sur les forums du site 4chan au milieu des années 2000, les creepypastas reprennent la mode des histoires populaires folkloriques et autres légendes urbaines massivement partagées et dont certains détails changent selon le conteur. Ici, l’histoire d’horreur s’affranchit pour la première fois du format papier classique tout en reprenant les codes de la tradition orale sur un support technologique. La marge de manœuvre laissée par le médium ainsi que le relatif anonymat des auteurs (le plus souvent cachés derrière des pseudonymes) permettent à un très grand nombre de personnes de s’adonner à l’écriture de ces très courtes histoires, parfois illustrées par des dessins ou des montages photographiques pour donner un semblant de véracité à l’histoire en question et l’enraciner, à la manière des légendes urbaines, dans quelque chose dont l’existence relève de l’hypothétique et dont les protagonistes originels ont retransmis et/ou documentés les faits en question. La creepypasta est un genre très populaire sur internet et a été déclinée sur de nombreux sites et forums spécialisés ayant pour but de partager massivement ces histoires et faire émerger les plus populaires au sein de la communauté (avec des sites comme creepypasta.com, horrorstory.fr ou encore le fil de discussion sur Reddit r/NoSleep). De ces histoires ont également émergé certains protagonistes devenus (tristement) célèbres au-delàs des frontières de la communauté avec des personnages tels que Jeff The Killer ou encore le personnage de Slenderman, la creepypasta la plus célèbre ayant pris une ampleur inattendue depuis sa première apparition en 2009. Cette création presque anonyme au sein d’un forum a pris une importance énorme jusqu’à devenir une icône du genre ; des mini-séries, des jeux-vidéos et même des films et documentaires ont exploité le phénomène numérique.

    Le numérique semble offrir à la littérature horrifique une liberté plus grande. Liberté du support tout d’abord. Tout un chacun est libre de publier son histoire sur la plateforme de son choix ; l’exercice d’écriture n’est pas sujet à l’approbation avant publication. De plus, le numérique offre une pléthore de nouvelles façons d’appréhender le genre. Prenons quelques exemples.

    Nous avons abordé précédemment la transmission orale, un élément très important dans le mythos de l’histoire horrifique. Ce que permet ici le numérique, qu’on retrouve aussi dans les livres audio, est de créer une ambiance sonore pour l’auditeur, à travers la musique, les dialogues et autres bruitages. De nombreux podcasts[555

5

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.